Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 09:09
En attendant le départ
En attendant le départ
En attendant le départ

En attendant le départ

Chaque année, au printemps, l'association "Histoire et Patrimoine" de Saint-Christophe-sur-le-Nais organise une randonnée. Celle de 2015, s'est déroulée dans le cœur historique de Château-du-Loir, sous la conduite de Lionel Royer qui fit ses études au lycée de cette ville.

À 9 heures, 70 personnes étaient rassemblées sur la place de l'hôtel de ville pour participer à cette randonnée historique.

Souhaits de bienvenue au nombreuses personnes présentes
Souhaits de bienvenue au nombreuses personnes présentes
Souhaits de bienvenue au nombreuses personnes présentes

Souhaits de bienvenue au nombreuses personnes présentes

Après les souhaits de bienvenue, le meneur commença la visite en faisant remarquer qu'à Château-du-Loir, il n'y a ni château ni Loir. 

Histoire et Patrimoine chez ses voisins Castéloriens

À l'aide d'un plan établi avant le percement de la route Le Mans-Tours en 1777, il montra l'emplacement du château qui se trouvait sur cette grande place et qui était entouré par l'Ire et le ruisseau de St Jean. Il reste une partie du donjon qui date du 11ème siècle. Le château, en mauvais état déjà au milieu du 18ème siècle fut démoli pour laisser le passage à la route royale. De cette même place, les gens ont été invités à regarder les beaux monuments : l'hôtel de ville inauguré le 5 décembre 1852, du temps d'Esprit Gendron, maire et médecin, le Grand Hôtel datant de la fin du 19ème siècle, le Grand Bazar (BPO actuelle) construit en 1908, le kiosque datant de 1927. 

Face aux anciennes prisons à l'entrée du parc Henri Goude.
Face aux anciennes prisons à l'entrée du parc Henri Goude.
Face aux anciennes prisons à l'entrée du parc Henri Goude.

Face aux anciennes prisons à l'entrée du parc Henri Goude.

La seconde halte se fit face aux anciennes prisons, creusées dans les bases du donjon, à l'entrée du parc Henri Goude. Ce personnage dirigea un réseau de résistants de la région castélorienne. Il était médecin et fut élu conseiller général après la guerre, de 1945 à 1964 puis de 1970 à 1976.

De cet endroit, on pouvait voir le monument aux morts, inauguré en 1920, œuvre d'un sculpteur italien, Mario Vitti.

Le monument Le Monnier
Le monument Le Monnier

Le monument Le Monnier

Les participants furent invités à traverser rapidement le parc où régnait une certaine agitation avec les derniers préparatifs pour la grande fête prévue au cours de la journée. Avant de quitter le parc, une nouvelle halte eut lieu devant le monument Le Monnier, érigé en 1903. Avant d'être placé ici, il a changé plusieurs fois de place. Cet homme qui fut maire de la commune a fait énormément pour sa ville. Médecin, il fut surnommé le médecin des pauvres, son métier étant pour lui un sacerdoce. C'est à lui que Château-du-Loir doit la construction d'une école primaire élémentaire et supérieure de filles dès 1883 puis, une dizaine d'années plus tard, malgré une opposition farouche de certains conseillers municipaux, ce fut le tour d'un nouvel établissement pour les garçons. Ardent défenseur de l'école publique laïque, anticlérical reconnu, il créa en 1882, à Château-du-Loir la première société de Libre Pensée du département.

Place Clémenceau
Place Clémenceau
Place Clémenceau
Place Clémenceau

Place Clémenceau

Puis, ce fut la direction de la place Clémenceau où chacun put apprendre que le beau bassin avec ses jets d'eau n'était autre que le socle d'un gazomètre, vestige de l'usine à gaz qui occupait la place en remplacement du dépôt d'ordures de la ville.

Et, tout à côté, à l'emplacement du lotissement de la Bascule, il y avait une usine qui fabriquait des bateaux : l'ACNAM. Elle travaillait pour la marine nationale, les grandes compagnies de navigation,....et, c'est là que furent fabriquées les chaloupes qui devaient équiper le paquebot France. Elles étaient essayées sur le Loir, à Coëmont avec des volontaires en guise de passagers.

Puis le bâtiment des Récollets fut évoqué. Cet ancien couvent fut occupé en 1616, par des moines de l'ordre des Récollets qui s'installèrent dans l'église St Sauveur. En 1737, un incendie détruit le bâtiment qui est reconstruit en 1755. Occupé par les moines jusqu'à la Révolution, il est vendu en 1791 comme bien national et un an après il est revendu à la ville pour abriter une gendarmerie et le collège des garçons. C'est maintenant la salle de cinéma et les autres bâtiments abritent plusieurs lieux culturels et la communauté de communes.

La maison Maillard

La maison Maillard

Devant la maison Maillard
Devant la maison Maillard

Devant la maison Maillard

Après ce vaste espace, le groupe arrive dans la vallée de l'Ire dont les abords furent longtemps occupés par des tanneries. On peut voir les restes de la tannerie Maillard et surtout l'hôtel Maillard construit par le maître tanneur Émile Maillard.

Impasse de Jérusalem (dans une propriété privée)
Impasse de Jérusalem (dans une propriété privée)

Impasse de Jérusalem (dans une propriété privée)

En suivant l'ancienne route du Mans à Tours, le groupe a pu pénétrer dans l'impasse de Jérusalem où l'on peut voir les restes des remparts et une tour. Quelques maisons à pans de bois, le long de la route, rappellent que ce quartier est très ancien. En suivant l'ancienne route, les gens sont invités à regarder le logis Graslin, un beau et imposant bâtiment, datant du 17ème siècle.

La rue Marchande, aujourd'hui rue Léon Loiseau était une rue très commerçante.

La rue Marchande, aujourd'hui rue Léon Loiseau était une rue très commerçante.

En poursuivant la promenade, par l'ancienne rue  Marchande tout le monde arrive sur la place des Halles, où il n'y a plus de halles. 

Place des Halles
Place des Halles

Place des Halles

En 1288, il existait une halle en bois qui perdura jusqu'en 1849 malgré son état vétuste. Elle abritait à l'étage, la salle commune, la salle d'audience et la chambre du conseil. Une nouvelle halle, en pierre de taille va alors la remplacer (1854). Elle sera démolie en 1945 pour être remplacées par un champignon de béton qui disparaîtra en 1992 lors du réaménagement de la place.

En allant de la place des Halles vers la place Saint Martin
En allant de la place des Halles vers la place Saint Martin

En allant de la place des Halles vers la place Saint Martin

Place Sain Martin
Place Sain Martin

Place Sain Martin

L'arrêt suivant sera pour la place St Martin où, autrefois, se trouvait l'église St Martin qui fut fermée en 1793 et démolie par la suite car en mauvais état. Sa démolition permit l'amélioration de l'hospice dont elle cachait une partie de la façade.

Sûrement un nostalgique du bon sirop Manceau !

Sûrement un nostalgique du bon sirop Manceau !

Un peu plus loin, de grands bâtiments abandonnés abritaient jusqu'à la fin du 20ème siècle, un laboratoire pharmaceutique qui fabriquait le sirop de pommes de reinettes connu sous le nom de sirop Manceau pour soigner la coqueluche et la constipation chez les enfants.

Direction le Point du Jour

Direction le Point du Jour

Devant l'hôtel Guillot de la Poterie

Devant l'hôtel Guillot de la Poterie

De là, on arrive à l'ancienne école supérieure de jeunes filles, aujourd'hui école primaire du Point du Jour et, juste à côté, on peut admirer l'hôtel Guillot de la Poterie construit en 1732. Un peu plus loin, se trouve la maison où naquit le tristement célèbre "Pierrot le fou".

Une belle initiative de M. et Mme Quellier qui vont ouvrir prochainement un musée.

Une belle initiative de M. et Mme Quellier qui vont ouvrir prochainement un musée.

En passant devant l'hôpital, on aperçoit le reste de la cheminée du laboratoire et en descendant la rue de la salle d'Asile, on arrive à l'endroit où se situait une des tours de la porte de Saint-Aubin détruite il y a quelques années.

Place de la Liberté, la pluie a fait son apparition

Place de la Liberté, la pluie a fait son apparition

La place de la Liberté sera l'occasion d'évoquer le couvent des Bénédictines qui en occupait une partie mais dont il ne reste aucun vestige. 

Explications concernant l'église Saint Guingalois...

Explications concernant l'église Saint Guingalois...

...parmi les voitures et les parapluies.
...parmi les voitures et les parapluies.

...parmi les voitures et les parapluies.

En remontant la rue Audet, les marcheurs ont pu regagner la place des Halles pour arriver devant l'église Saint Guingalois pour un dernier commentaire. Sur ce site un prieuré fut ouvert en 1070. De cette époque, il ne reste que la crypte de l'église actuelle. À la fin du 18ème siècle, l'église est abandonnée pour en faire un temple de la raison. En 1806, des travaux sont effectués et elle retrouve sa fonction. Entre 1824 et 1826, on procède à la construction du clocher, quelques années plus tard nouveaux travaux et en 1865, 3 nouvelles cloches sont rachetées.

Abreuvoir à girafes ? ? ? Ce qui est sûr c'est que ce fut un abri très apprécié des randonneurs
Abreuvoir à girafes ? ? ? Ce qui est sûr c'est que ce fut un abri très apprécié des randonneurs
Abreuvoir à girafes ? ? ? Ce qui est sûr c'est que ce fut un abri très apprécié des randonneurs

Abreuvoir à girafes ? ? ? Ce qui est sûr c'est que ce fut un abri très apprécié des randonneurs

La pluie s'étant mise à tomber sur la fin du parcours, c'est avec plaisir que tout le monde fut convié à s'installer sur la place centrale sous le grand abri tant décrié pour partager le verre de l'amitié tout en grignotant.

Aux dires de tous les participants qui applaudirent chaleureusement le guide occasionnel : " C'était vraiment très bien. Maintenant, on regardera la ville autrement. On a découvert des endroits que l'on ne connaissait pas et les anecdotes qui ont émaillé la visite ont rendu cette promenade découverte accessible à tout le monde. Un grand merci au guide."

Partager cet article

Repost0

commentaires

Véronique et Alain 04/06/2015 14:16

Merci de ce reportage qui nous montre Château sous un autre regard. Bravo à Monique et Lionel ROYER pour toutes leurs connaissances.
Nous avons été ravis de vous faire partager, un peu, notre passion des vieilles pierres avec la Tour Saint Aubin.
A bientôt au musée Cafetières et compagnie....

mona 03/06/2015 21:46

j'ai regardé avec plaisir le reportage - merci pour ce partage.

mona 03/06/2015 21:45

merci pour ce reportage illustré, je ne pouvais pas venir mais le blog me donne envie de voir ch d loir autrement.

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages