Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 17:31

Vendredi, en fin d’après-midi, les Saint-Paternois se rendaient en grand nombre à l’église pour un événement d’importance, l’inauguration de quelques-unes des statues de l’église : le groupe de l’adoration des mages et la vierge à l’enfant, ainsi que la mise en sécurité de Sainte Anne et la vierge enfant et de Saint Joachim.

En attendant les discours, Alice Dieval interpréta quelques pièces musicales à l’orgue, restauré en 2005, pour le plaisir de tous.

Il faut dire que cette église comme l’a fait remarquer M. Gilles Blieck, conservateur des monuments Historiques à la DRAC renferme de nombreuses œuvres d’un grand intérêt, reconnues très tôt en tant que telles et protégées par les monuments historiques dès 1892.

 

Une partie du public venu assisté à la cérémonie

Une partie du public venu assisté à la cérémonie

Quand tout le monde fut installé dans l’église, Jean-Pierre Poupée, maire de la commune, remercia les personnalités présentes, les personnes ayant œuvré à la restauration des statues et tous ses concitoyens attachés à ce patrimoine communal.

Il commença par un petit historique sur le bâtiment : « Construite du XIe au XVIe siècles, l’église possède nombre de statues classées. Elle est inscrite à l’inventaire des MH depuis 1947. Le groupe le plus apprécié est celui de l’adoration des mages datant du XVe siècle et qui serait l’œuvre du sculpteur Gervais Delabarre, mais dont l’origine reste floue. Ce groupe est composé de la Vierge qui tient l’enfant Jésus et entouré de Joseph, des mages Gaspard, Melchior et Balthazar et de deux anges adorateurs. »

En suivant les propositions de M. Blieck, le conseil précédent dirigé par M. Henri Zamarlik, avait décidé la réalisation de travaux de mise en valeur, de restauration et de sécurisation de ces œuvres, ce qu’ont, sans hésiter, décidé de poursuivre le conseil actuel et son maire Jean-Pierre Poupée.

Jean-Pierre Gaschet, conseiller départemental, prit la parole : « Je me réjouis de voir le travail fait ici dans une continuité républicaine. En terme touristique, ce travail de rénovation est très important. Il donne un attrait supplémentaire pour attirer les touristes sur le Pays de Racan. Le conseil départemental intervient pour aider les communes à la sauvegarde de leurs œuvres mais aussi pour tout le patrimoine du département ce qui représente un coût très important. Mon admiration est immense pour le travail minutieux qui a été réalisé ici, notamment sur les doigts des statues.»

Puis, ce fut au tour de Gilles Blieck de s’exprimer. Un vrai régal quand il a abordé son hypothèse sur la provenance probable du groupe de l’adoration des mages et ce qui avait motivé ses décisions lorsque la municipalité de l’époque avait fait appel à lui.

Les trois orateurs. De gauche à droite : Jean-Pierre Gaschet, Gilles Blieck et Jean-Pierre Poupée

Les trois orateurs. De gauche à droite : Jean-Pierre Gaschet, Gilles Blieck et Jean-Pierre Poupée

Écoutons-le : « Je me suis très tôt interrogé sur l’origine de ces nombreuses statues en terre cuite que l’on trouve dans cette église. Il y avait du XVIe au XVIIIe siècle, l’école du Mans qui était réputée pour ses terres cuites. Or, à l’époque, ce petit coin de Touraine, encore proche de la Sarthe, faisait partie de la province du Maine et, les œuvres produites connaissaient un réel succès et leur rayonnement était assez important. Les statues présentes ici sont datées du XVIIe siècle. Maintenant, on peut se poser la question « Pourquoi une statuaire aussi importante que le groupe des mages dans cette église ? » Plusieurs hypothèses ont été émises dont l’une que je ne peux pas retenir, c’est la provenance de l’abbaye voisine de la Clarté Dieu. Pourquoi, à mon avis ce n’est pas plausible ? L’abbaye de la Clarté Dieu est une abbaye cistercienne. La règle de Saint Benoît qui régit l’ordre cistercien prône le dépouillement, pas d’images d’êtres humains ou animaliers, excepté la vierge. Un travail sur l’inventaire a permis de retrouver une chronique sur l’abbaye bénédictine de Beaumont-les-Tours (XVIe) qui nous renseigne par une mention de 1618 sur ce groupe, œuvre de Gervais Delabarre, figure de proue de cette production dans la province du Maine. Ceci laisse à penser que le groupe de l’adoration des mages pourrait provenir de cette abbaye. Votre groupe qui se trouvait entassé dans un enfeu a dû arriver là après la Révolution. Il faut savoir qu’en 1801, avec la signature du concordat, beaucoup d’églises qui avaient été fermées pendant la Révolution, ont été rouvertes et il a fallu les meubler par des œuvres provenant de différents édifices religieux : abbayes, couvents,… En 2002, au Louvre, eut lieu une exposition sur des statues en terre cuite datant de l’époque de l’école du Mans et en 2003, c’est l’abbaye de l’Épau, au Mans qui accueillait une telle exposition où figuraient deux des statues de votre groupe de l’adoration des mages que vous leur aviez prêtées. Parmi les pièces remarquables de l’église, on peut citer les deux retables, et des statues réalisées par Charles Hoyau comme la Vierge à l’enfant, restaurée également, Sainte Anne et la vierge enfant, Saint Joachin, toutes sécurisées maintenant. L’opération de restauration de ces statues était urgente. Commencé en 1990, le travail n’avait pas été achevé. Dans l’enfeu, les œuvres entassées étaient en mauvais état de conservation et pas du tout sécurisées. Pour présenter ce groupe dans son état d’origine, nous avons mené une grande concertation avec Olivier Rolland et le choix de l’emplacement dans la petite chapelle a été très vite évident. La cloison pour laisser libre l’accès à l’orgue et la grille en fer forgé placée devant mettent bien en valeur le groupe restauré. »

Il termina en remerciant et félicitant tous ceux qui ont travaillé avec Olivier Rolland, conservateur et restaurateur de sculptures. « On ne confie pas de telles œuvres à n’importe qui. Ici, ils avaient tous au moins bac+5 et de solides formations. »

Ses remerciements allèrent aussi à la municipalité « pour sa constance dans la tenue de la restauration, pour sa bonne conscience de la valeur de ce patrimoine, trésor dont elle est dépositaire. Il faut que ce trésor retourne aux citoyens en leur permettant de venir l’admirer en laissant l’église ouverte dans la journée pour les utilisateurs mais aussi tous les touristes de passage. »

Bénédiction des statues
Bénédiction des statues
Bénédiction des statues

Bénédiction des statues

Après quelques notes de musique, ce fut au tour du prêtre, le père Oniossou, d’entrer en action. Après quelques mots, il bénit le groupe bien mis en valeur dans ce nouvel espace.

Le verre de l'amitié
Le verre de l'amitié
Le verre de l'amitié
Le verre de l'amitié

Le verre de l'amitié

Puis, Jean-Pierre Poupée invita tout le monde à partager le verre de l’amitié dans le jardin du presbytère.

 

Le groupe de l'adoration des mages et la vierge à l'enfant
Le groupe de l'adoration des mages et la vierge à l'enfant

Le groupe de l'adoration des mages et la vierge à l'enfant

Quelques chiffres :

Coût total : 104 000 € HT

Subvention de la DRAC : 47 908 €

Subvention du conseil départemental : 21 971 €

Participation de la commune : 33 300 €

 

L'église sera ouverte demain dans le cadre des Journées du Patrimoine.

Les artisans ayant oeuvré à la restauration des staues au côté de Jean-Pierre Poupée, 2e à droite et Gilles Blieck derrière lui

Les artisans ayant oeuvré à la restauration des staues au côté de Jean-Pierre Poupée, 2e à droite et Gilles Blieck derrière lui

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans patrimoine
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages