Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 13:36
Les élus et porteurs du projet posent devant le bâtiment en restauration avec, en fond, la collégiale.

Les élus et porteurs du projet posent devant le bâtiment en restauration avec, en fond, la collégiale.

Le Pays Loire Nature a engagé sur le territoire une démarche dynamique pour l’utilisation de matériaux biosourcés dans la rénovation de bâtiments. Cette démarche vise à la création d’une filière locale de ce type de matériaux.

Plusieurs collectivités locales se sont lancées dans cette démarche et, la commune de Bueil-en-Touraine a donc fait le choix d’une rénovation respectueuse de l’environnement et aux performances éco-énergétiques pour sa maison du charron. Pour obtenir les subventions nécessaires à la mise en route des travaux, le projet de rénovation énergétique devait permettre d’atteindre la classe énergétique C ce qui, pour du bâti ancien s’avère assez ambitieux. De plus, si une certaine quantité de matériaux biosourcés est utilisée, le porteur de projet peut bénéficier d’une bonification de subventions.

La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales
La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales

La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales

Rémi Tondereau, le maire, a expliqué pourquoi un tel nom pour cette maison datant du XVe siècle et a donné quelques renseignements concernant le bâtiment : « Cet ancien manoir fut construit à la même époque que l‘église paroissiale. Au XIXe siècle, une partie fut enlevée pour pouvoir élargir la rue. Dernièrement, il est resté inoccupé pendant plus de 40 ans et s’est dégradé. Aussi, lors de l’aménagement de la carte communale, la mairie avait décidé de préempter le bâtiment en cas de vente. C’est ce qui a pu se faire il y a deux ans. Le dernier habitant était un charron qui avait son atelier en bas. De là vient le nom que l’on a donné à la maison. Notre but, c’est de conserver un atelier au rez-de-chaussée et un logement à l’étage. Les aides apportées par la Région incitent à utiliser des matériaux biosourcés tels que la chaux, le chanvre, le liège, la laine de bois,… C’est donc la raison pour laquelle nous avons fait ce choix qui rejoint la politique que nous menons sur notre lotissement du Cormier. »

Pour aider au financement des travaux, la commune s’est rapprochée de la Fondation de France et a lancé une souscription. Débutée en 2016, la rénovation est déjà bien avancée.

Cette maison se présente comme un logis rectangulaire avec une tour-escalier polygonale en demi-hors-œuvre constituant son entrée principale desservant les deux niveaux. Au cours des âges, ce bâtiment fut tronqué en hauteur, en largeur et par rapport au sous-sol et fut divisé en deux parcelles. Malgré un état de délabrement important tant extérieur qu’intérieur, la maison a conservé d’intéressants éléments de décoration : quelques restes de joints peints en blanc sur fond ocre, des meneaux aux fenêtres des façades, une belle cheminée,… et une très belle charpente qui vient d’être restaurée et réutilisée au mieux.

Un aperçu de la rénovation en cours
Un aperçu de la rénovation en cours
Un aperçu de la rénovation en cours

Un aperçu de la rénovation en cours

Dans la rénovation, il était convenu de conserver au rez-de-chaussée un espace libre en respectant les parois de l’ancien bâtiment du XVIe siècle alors qu’à l’étage, le plan restait libre pour une utilisation future. La question qui s’est posée était : « Faut-il isoler totalement ou trouver un compromis pour mettre en valeur le bâti ancien ? Pour l’étage, c’est le choix d’une isolation totale qui a été retenu. Au rez-de-chaussée, pour mettre en valeur les éléments patrimoniaux, un enduit chaux-paille qui permet une amélioration d’un point de vue thermique a été plébiscité mais, au départ, la Région n’en voulait pas ! Heureusement, ce choix a été validé par la suite. Une restauration complète des façades a permis de redonner à la maison l’aspect qu’elle avait en 1888, après l’élargissement de la route et de mettre en valeur le maximum d’éléments architecturaux anciens. À l’intérieur, un plancher mixte ossature bois et béton lié à l’ossature permet une bonne gestion de l’acoustique, de la résistance au feu et crée une ceinture qui maintient le bâtiment. Pour ce travail, il y a eu une bonne coordination entre les entreprises de charpente et de maçonnerie. Au niveau du plancher bas, il a fallu gérer le problème de l’hygrométrie ce qui a conduit à la mise en place d’un dallage sur terre-plein avec isolation liège expansé plus plancher chauffant électrique car il n’y a pas d’espace suffisant pour du stockage que ce soit une pompe à chaleur ou des granulés bois. Énergio a fait les études thermiques pour que l’on arrive au but recherché, être en classe énergie C, » expliqua le représentant d’Envirobat Centre.

Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café
Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café

Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café

Pour assister à cette intéressante présentation, une trentaine de personnes s’était rassemblée dans la salle du café-épicerie où un café et des petits gâteaux étaient offerts par la municipalité. Outre les élus des différentes collectivités intéressées par ce projet s’intégrant parfaitement à l’Agenda 21 et au développement durable, les artisans impliqués dans ce chantier, les architectes et les souscripteurs soucieux de la préservation de l’environnement dans la rénovation du patrimoine bâti, on trouvait des artisans ou anciens artisans s’intéressant à ces techniques mais aussi des particuliers assez sensibles à l’utilisation de ces nouveaux matériaux.

À l'intérieur de la maison du charron
À l'intérieur de la maison du charron

À l'intérieur de la maison du charron

Nicolas Thépaut de l'ALE37 donne quelques explications concernant le plafond

Nicolas Thépaut de l'ALE37 donne quelques explications concernant le plafond

Partager cet article

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale environnement
commenter cet article

commentaires

Philippe Gilot 16/04/2017 21:49

Très bonne démarche. Dommage pour l'étage !

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages