Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 18:51
Un public intéressé par les avancées de la recherche médicale
Un public intéressé par les avancées de la recherche médicale

Un public intéressé par les avancées de la recherche médicale

Comme chaque année depuis 2005, un an après la création de l’association Malaury, une soirée était organisée dans la salle Beau-Soulage, au profit de la recherche médicale.

Rappelons rapidement que cette association s’était créée pour aider les chercheurs qui travaillaient sur le syndrome de Lesch Nyhan et la dystonie, symptômes dont souffrait le petit Malaury. Des liens se sont alors noués entre Odile et Jean-Michel Gourdon, parents de Malaury, et Pierre Castelnau, neuropédiâtre à Clocheville à Tours et Irène Céballos-Picot, enseignant-chercheur à l’hôpital Necker à Paris.

Depuis plusieurs années, cette soirée commence donc par une conférence où la personne invitée et ce fut souvent, comme samedi soir, Irène Ceballos-Picot, vient expliquer le plus simplement possible les travaux réalisés et les avancées obtenues d’une année sur l’autre.

La conférence proposée cette année s’intitulait : « Recherche d’une thérapie de la maladie de Lesch-Nyhan ».

Odile Gourdon, à gauche, face à Irène Céballos-Picot

Odile Gourdon, à gauche, face à Irène Céballos-Picot

Avant de laisser la parole à la chercheuse, Odile, présidente de l’association, prit le micro et devant la quarantaine de personnes présentes pour suivre l’évolution des recherches, ouvrit la soirée par ces quelques mots : « Merci d’être là pour la 13ème édition de cette soirée amicale et conviviale. Je remercie la municipalité de Saint-Christophe pour le prêt de la salle. Pour la énième fois, Irène Ceballos-Picot exposera l’avancée de ses recherches. Le don que nous avions fait l’an dernier à Pierre Castelnau a été investi dans le fonctionnement du robot humanoïde Nao qu’il nous avait présenté et qui intervient maintenant auprès des enfants. »

Elle laissa ensuite la parole à Irène Ceballos-Picot. « Ce soir, je vais vous parler d’un projet qui nous tient à cœur depuis longtemps, trouver des molécules qui vont réussir à compenser le déficit de l’enzyme, nommée HPRT, responsable de la maladie de Lesch-Nyhan. Ce déficit perturbe le métabolisme des purines qui est essentiel pour le bon fonctionnement du système nerveux. Le gène  qui code pour l’enzyme HPRT est sur le chromosome X, cette maladie rare (1 naissance/250 000 en Europe) n’atteint donc que les garçons. Plusieurs formes de la maladie peuvent apparaître et notamment des formes très sévères qui s’accompagnent d’automutilations. Heureusement, il existe des formes moins sévères appelées « Variants de la maladie de Lesch-Nyhan » sans automutilation.

Irène Céballos-Picot au cours de la conférence

Les questions que se sont posés les chercheurs sont: « Pourquoi ces différentes formes  alors qu’un seul gène est muté et quelles sont les facteurs protecteurs dans les formes moins sévères ?  »

« À Necker, le travail a débuté en 1981 par le diagnostic biochimique puis génétique de la maladie de Lesch-Nyhan. 164 patients répartis dans 128 familles ont été diagnostiqués en France. Une analyse génétique a été effectuée pour 98 familles. Chaque patient a sa propre mutation ce qui rend le travail très complexe. Nous collaborons à l’échelon européen pour harmoniser nos pratiques. Un questionnaire clinico-biologique remis à chaque patient et leur médecin traitant en France et en Italie (Institut Gaslini à Gênes,  Dr AnnaLisa Madeo) va permettre, par l’étude des réponses aux questionnaires, de comprendre l’histoire naturelle de la maladie préalable indispensable à un essai clinique. Cet échange franco-italien fut très riche lors d’une journée dédiée à la prise en charge de la maladie de Lesch-Nyhan à l’institut Gaslini en septembre dernier.

Depuis quelques années, le laboratoire Sanofi s’est investi à nos côtés dans les recherches sur cette pathologie. Nous avons mis en place plusieurs tests biochimiques permettant le criblage de milliers de molécules par un robot. 900 000 molécules ont été testées sans donner de résultat positif sur un premier test de criblage.  À Necker, nous avons une banque de cellules de patients qui nous a permis de mettre au point un autre test  afin de cribler des médicameents directement sur les cellules de patients en culture. Notre projet de criblage utilisant ce test a été lauréat d’un appel d’offre de la Fondation Maladies rares et a donc été financé permettant le criblage de médicaments à grande échelle sur la plateforme de criblage du CEA de Grenoble. Une molécule que nous appellerons X et une autre nommée Y ont été découvertes et potentiellement brevetables. Ces molécules  rétablissent le défaut métabolique des cellules de patients Lesch-Nyhan. Nous montrons l’efficacité de ces molécules sur les cellules de 5 patients ayant des mutations différentes».

La conclusion à retenir de cette conférence est comme le dit Mme Ceballos-Picot : « Une bonne nouvelle d’avoir trouvé ces 2 molécules « x et y » évaluées positivement sur plusieurs lignées cellulaires de patients Lesch-Nyhan. Le chemin à parcourir est encore long pour aboutir à un essai clinique chez les malades car il  faudra tester l’innocuité de ces molécules sur des modèles animaux de la maladie de Lesch-Nyhan. La souris et le rat mutés sur le gène HPRT n’étant pas de bons modèles car ne présentent pas de troubles neurocomportementaux, la création de nouveaux modèles animaux est nécessaire. La possibilité d’obtention d’un modèle de la maladie de Lesch-Nyhan chez les primates non humain est en discussion avec le directeur de la Fondation des maladies rares, le Pr Jean-Louis Mandel : un nouvel espoir pour tester l’efficacité de ces deux molécules.

C’est l’aboutissement d’un travail de 5 années. Merci à l’association Malaury, à l’association Lesch-Nyhan action et à la Fondation Maladies rares qui m’ont aidé financièrement dans ce travail et à mes collaborateurs de Sanofi les Dr Franck Augé et  Anne Olivier-Bandini »

La remise des cadeaux et du chèque qui permettra la poursuite des recherches.
La remise des cadeaux et du chèque qui permettra la poursuite des recherches.

La remise des cadeaux et du chèque qui permettra la poursuite des recherches.

Odile vint alors rejoindre Mme Céballos-Picot : « Merci Irène pour cette belle nouvelle. Nous avons mis tout notre poids pour que vous puissiez mener à bien vos recherches. Vous avez toujours été très motivée. »

« Oui, heureusement que vous êtes intervenue à Necker pour que je puisse effectivement poursuivre mes recherches » répliqua Irène Céballos-Picot. « Grâce aux associations, on peut avoir du poids sur notre hiérarchie pour le diagnostic de ces maladies. Continuez à rester mobilisés. Vos dons sont des aides précieuses. »

Puis Odile appela les amies d’enfance de Malaury, Julie, Laura et Maëlle, toujours présentes à ces soirées qui vinrent remettre à Mme Céballos-Picot un chèque de 10 000 € pour la poursuite de ses travaux

Irène céballos-Picot reçoit le nouveau livre sur Saint-Christophe

Irène céballos-Picot reçoit le nouveau livre sur Saint-Christophe

En remerciements, elle reçut également un beau bouquet et le livre récemment édité par l’association Histoire et Patrimoine, « Si Saint-Christophe m’était conté ».

Partage du verre de l'amitié

Partage du verre de l'amitié

Puis, chacun fut invité à partager le verre de l’amitié avant que les 380 convives inscrits pour les repas « faits maison » par Joël ne prennent place autour des tables dressées tout autour de la salle.

Un aperçu des convives pendant le repas.
Un aperçu des convives pendant le repas.
Un aperçu des convives pendant le repas.
Un aperçu des convives pendant le repas.
Un aperçu des convives pendant le repas.

Un aperçu des convives pendant le repas.

Ce délicieux repas terminé, tous les membres actifs de l’association Malaury furent appelés sur scène par Odile ainsi que le cuisinier et les différentes personnes ayant apporté une aide ponctuelle. Joël, qui prend sa retraite et assurait ce soir son dernier repas pour l’association reçut aussi le livre sur Saint-Christophe. Puis, tous ensemble, sur l’air des Copains d’abord, ils entonnèrent une belle chanson rappelant l’histoire de la création de l’association Malaury.

Tous les bénévoles de l'association Malaury réunis sur scène

Tous les bénévoles de l'association Malaury réunis sur scène

Avant que les convives quittent la salle, Odile annonça : « C’est la dernière soirée sous cette forme mais, rassurez-vous, il y en aura d’autres. Nous allons réfléchir à une nouvelle formule pour l’an prochain. Merci encore à tous de votre fidélité. »

Et c’est sous un tonnerre d’applaudissements que se termina cette belle manifestation où convivialité et solidarité ne sont pas de vains mots !

 

Merci à Irène Céballos-Picot pour son aide précieuse dans la correction de l'article.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Shana lilie 20/10/2017 01:45

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages