Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 15:54
Produits frais, surgelés, conserves, entretien, hygiène sont proposés à Épisode
Produits frais, surgelés, conserves, entretien, hygiène sont proposés à Épisode
Produits frais, surgelés, conserves, entretien, hygiène sont proposés à Épisode

Produits frais, surgelés, conserves, entretien, hygiène sont proposés à Épisode

Avant de terminer l’année 2016, Philippe Robert, responsable de l’épicerie solidaire Épisode installée à Saint-Paterne-Racan dans un local mis à disposition par la commune, a tenu à présenter le bilan pour l’année 2016. Épisode couvre les 20 communes des anciens cantons de Neuvy-le-Roi et Neuillé-Pont-Pierre.

Le bilan

Durant cette année, ce sont 25 familles qui ont pu bénéficier du dispositif. Mais, comme le précise Philippe Robert : « Au vu de nos espaces de stockage, notamment au niveau du frais, nous ne pouvons avoir que 12 familles à la fois. Notre dépense annuelle pour la partie alimentaire se monte à 20 000 €. Le secours catholique participe pour les charges telles qu’internet, le logiciel, le téléphone. Sur les achats que nous effectuons au Super U de Neuillé-Pont-Pierre, Manuel Marchesseau nous rétrocède 10% tous les 3 mois. Nous avons aussi la chance de profiter des livraisons faites pour la cantine des établissements Brossard ce qui nous assure une livraison gratuite le lundi matin. »

Pour faire rentrer un peu d’argent dans la caisse, des bénévoles se sont relayés pour tenir la buvette à la piscine pendant l’été, une collecte alimentaire a été organisée au Super U, et il y a eu aussi une collecte spontanée des fidèles fréquentant la messe le dimanche à Neuillé durant la période du Carême. Chacun offrait un ou plusieurs produit(s) alimentaire(s) non périssable(s) et ce sont des voitures bien remplies qui prenaient chaque fois le chemin du local. Un début de lien se crée avec des producteurs locaux qui proposent leur surplus de récolte. Pour commencer, c’étaient des poireaux.

Épisode est à la recherche de personnes bénévoles pour la création d’une nouvelle association qui sera constituée d’un conseil d’administration et qui assurera la pérennité de l’épicerie solidaire. En effet, le parrainage du secours catholique doit prendre fin le 31 décembre 2017.  

Aménagement intérieur et "relooking" extérieur du local
Aménagement intérieur et "relooking" extérieur du local
Aménagement intérieur et "relooking" extérieur du local

Aménagement intérieur et "relooking" extérieur du local

L’aménagement du local

Grâce au soutien de la Région dans le cadre de « ID en campagne », la commune a installé un coin cuisine bien agréable pour tous les utilisateurs. Elle a aussi pu financer l’intervention d’un graffeur pour renouveler le décor extérieur du local et le rendre plus accueillant. C’est Quentin Chambinaud « Topaz » qui a donc donné un nouveau look au bâtiment. Actuellement, ce graffeur est sur un chantier en Slovénie.

Rencontre avec les bénévoles d'Épisode

Organisation d’une soirée

Une soirée co-organisée par le secours catholique et Épisode est programmée le 26 novembre.  Elle marquera la clôture des projets financés par la région centre avec Épisode et les ateliers « Histoires de savoirs ». Cette soirée intitulée « Pot-pas-Pourri » se veut un temps fort autour d'une disco soupe animée par les familles du jardin partagé, et une conteuse qui fera une "racontée" pour petits et grands. La manifestation qui se déroulera de 15 h à 19 h au multimédia est gratuite.

Programme de la manifestation

Repost 0
Published by ROYER Monique
commenter cet article
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 14:25
La nouvelle passerelle permettra de nouveau le franchissement de la rivière
La nouvelle passerelle permettra de nouveau le franchissement de la rivière

La nouvelle passerelle permettra de nouveau le franchissement de la rivière

Lors du dernier conseil municipal, Catherine Lemaire annonça qu’une passerelle avait été installée sur la rivière en remplacement du passage supprimé avec les travaux réalisés précédemment dans le cadre de l’aménagement de l’Escotais.

La curiosité aidant, j’ai souhaité en savoir un peu plus et j’ai contacté Alex Tabouriech, agent de mission en charge des rivières à la CCPR. Voici donc les explications apportées par Alex.

« Au moment des travaux, un passage pour les piétons avait en effet bien été supprimé mais rien n’était prévu pour le remplacer. Or, il était absolument nécessaire de pouvoir franchir la rivière dans ce secteur. J’ai donc demandé un devis à l’entreprise TERCA qui avait en charge les travaux sur la rivière puis j’ai monté un dossier qui a été soumis aux financeurs habituels (agence de l’eau Loire-Bretagne, Région, département). Ce dossier a été accepté et a, comme les autres travaux, été subventionné à 80%. »

Est-il indiscret de demander le prix de cette passerelle ?

Son prix s’élève à 5000 € avec la pose. Sur cette somme, seuls 20% restent à la charge de la CCPR.

Les abords ne sont pas encore bien finis. Qui va se charger de la finition ?

Ce n’est pas prévu dans le contrat. Il faudrait que les employés communaux le fassent. Vous avez pu remarquer que nous avons choisi une portion droite pour le franchissement de la rivière ce qui a facilité l’installation. La passerelle a une largeur suffisante pour qu’un fauteuil de handicapé puisse passer dessus.

D’accord, mais le terrain n’est pas accessible aux fauteuils, que comptez-vous faire ?

Il y a un projet de parcours biodiversité d’envisagé. Lors de sa réalisation, le parcours sera alors doté d’un chemin accessible à tous. Mais, c’est vrai, il faut attendre encore un peu.

Alors, patience ! Car, comme dit le proverbe : « Tout vient à point à qui sait attendre ! »

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans environnement
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 14:52
Le bureau de l'association

Le bureau de l'association

Samedi dernier, après une randonnée qui a permis d’admirer la nature parée de ses belles couleurs automnales, les membres des GRBueil se sont retrouvés à la salle André Piégu pour leur assemblée générale.

Brigitte Poupée, présidente de l’association a ouvert la séance en souhaitant la bienvenue et en remerciant les personnes présentes avant que Lydie Descloux  présente le rapport moral en lançant un diaporama.

La trentaine d’adultes intéressés par les activités des GRBueil a revu avec plaisir les photos des différents séjours de l’année qui s’achève.

Bilan moral

Un trek en mai pour les adultes en Crète avec 12 personnes.

La rando Malaury en juin sur Saint-Christophe qui a permis de reverser 294 € pour la recherche médicale.

Une journée jeux en juin en association avec Bric à Notes.

Cinq séjours en été qui ont bénéficié à 87 jeunes : 2 camps fixes à Giat dont un camp découverte de 8 jours pour les 7/12 ans, 3 camps itinérants : 1 en Bretagne pour les 13/15 ans, 1 dans les Gorges du Tarn pour les 14/16 ans et 1 en Corse sur le GR20 pour les 16/18 ans.

À côté de ses activités propres l’association a participé à de nombreuses animations locales.

Brigitte Dupuis, conseillère départementale,  félicita l'association pour ses actions  sur le territoire, elle nota un point positif pour la CC Pays de Racan plus performante que la CC Gâtine-Choisilles au niveau de l'organisation et du nombre de participants. Il faut savoir que le Conseil départemental envoie des enfants placés en famille d’accueil dans les camps de vacances des GRBueil.

Bilan financier

Le trésorier, Didier Descloux, présenta un bilan détaillé d’où il ressort que pour ces différents séjours, l’association salarie 19 personnes (5 directeurs et 14 animateurs). Les aides émanant des collectivités locales représentent 8,25% de la recette.

Pour financer une activité liée à la mer en Corse, les participants s’étaient mobilisés au cours de l’année et avaient confectionné et vendu des gâteaux.  Recette de ces ventes : 371 €.

Sur l’ensemble de l’exercice 2016, le bilan financier est satisfaisant.

Les deux bilans ont été acceptés à l’unanimité.

Renouvellement des membres du conseil d’administration

Tous les membres sortants ont souhaité se représenter. Ils ont tous été réélus.

Projets 2017

Trek adulte: 2 destinations à choisir:

-  Les Cyclades, 1ère quinzaine de mai, 10 jours 1000 euros au maximum

- Le Maroc, 1ère quinzaine d'avril 10 jours pour 950 euros au maximum

Cette programmation sera diffusée début décembre 2016

Camps:

- 2 séjours en base fixe

-Éventuellement 1 camp itinérant ou semi-itinérant

- 1 camp d'ados

La programmation sera publiée en mars 2017

De nombreux adeptes des treks printaniers parmi le public
De nombreux adeptes des treks printaniers parmi le public

De nombreux adeptes des treks printaniers parmi le public

Repost 0
Published by ROYER Monique
commenter cet article
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 00:30
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais

Cela fait quelques années que la musique municipale de Saint-Christophe intégrée à l’ensemble musical Escotais, Dême, Choisille, offre aux habitants un apéro-concert à l’occasion du 11 novembre.

Ce concert se déroula en deux parties. Tout d’abord, Anneliese Boulesteix, la présidente de l’EMEDC, invita les personnes à prendre place et, après avoir adressé divers remerciements et souhaité la bienvenue aux mélomanes mais aussi à tous les musiciens, excusé quelques élus du territoire, elle présenta le programme de la soirée.

La première partie fut réservée à la musique locale qui, sous la direction de Corinne Galtaud, interpréta 7 morceaux dont certains étaient joués pour la première fois en public. Leur prestation terminée, sur l’insistance de l’assemblée, un huitième morceau, extrait du concert de l’année passée, fut chaleureusement applaudi.

Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais

Pour la seconde partie du programme, c’est la batterie-fanfare de Joué-les-Tours qui avait été invitée. Pendant leur installation sur le podium, les membres de l’association de la musique du terroir, proposèrent au très nombreux public un apéro avec au choix rosé pamplemousse ou jus de pomme local, accompagné de quelques petits gâteaux. Des pâtisseries salées ou sucrés étaient en vente à la buvette pour apaiser les petits creux à l’estomac.

La batterie-fanfare "La Renaissance" de Joué les Tours  est un orchestre de cuivres et percussions qui fut créé en 1961. Elle a pour vocation d'animer la ville avec des concerts, aubades et en participant aux commémorations. C’est un orchestre composé de cuivres et de percussions.

Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais

La première partie de leur prestation fut réservée aux cuivres et la seconde aux percussions où se produisirent  deux jeunes tambours. Anneliese Boulesteix demanda au chef d’orchestre, Claude Millet, la permission de l’interrompre pour mettre un de ses musiciens à l’honneur, Gaétan Cochet, 88 ans, qui fait partie de la musique de Saint-Christophe depuis 70 ans. Elle conta un peu son histoire : « Il était jeune quand il a commencé en 1946, mais plus âgé que ceux-ci. Il aurait aimé jouer plus jeune, mais son père ne voulait pas (ou ne pouvait pas), alors il se contentait de frapper sur des casseroles. C'était la guerre et à la ferme rien n'est facile. Voyant son grand intérêt pour le tambour, son oncle en 1946 lui en offre un d'occasion. Aussitôt avec son instrument, plusieurs fois par semaine, il ira apprendre à jouer à St Paterne chez Mr Gauthier, son tapin, et intégrera la fanfare municipale de Saint-Christophe.

Le 8 mai 1947, il fera son premier défilé et le voilà cette même année sur le char de la musique lors de la foire de St Christophe. À l'écran vous pouvez voir trois jeunes tambours, il est là, le plus petit, à l'avant, de profil.

On le reconnaît c'est lui, notre tambour, Gaétan. » Et, chacun a pu voir, projetée sur l’écran, la photo du défilé de 1947. D’autres photos suivirent en mémoire d’un autre événement marquant dans la vie de ce musicien. « En 2010, nous t'avons offert la plus haute récompense et la dernière qu'un musicien peut obtenir, la médaille de grand vétéran, médaille avec couronne. Je ne referai pas de discours... Si j'ai pris seule l'initiative de cette petite rétrospective, pour te faire la surprise, les musiciens, tes amis, sont tous avec moi pour te dire merci, bravo et , ce concert ,nous te le dédions. Gaétan merci pour tout. Continue de jouer du tambour et des baguettes encore longtemps... Pourrais-tu jouer un morceau avec les jeunes de la batterie-fanfare de Joué-les-Tours ? » Gaétan ne se fit pas prier pour monter sur scène avec son tambour et jouer un morceau avec un des tambours Jocondiens.

Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais

Puis, la présidente lui remit une des plaquettes offerte par Histoire et Patrimoine sur « Les années 40 » et dans laquelle figure la photo du char de la musique en 1947.

Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais

Après cet intermède, les percussionnistes reprirent leur répertoire pour le plus grand plaisir de tous. À la fin de leur programme, à la demande générale, c’est un morceau avec une trompette d’harmonie qui fut offert au public avant que les deux musiques se regroupent sur le podium pour interpréter un dernier air ensemble sous la direction de Claude Millet.

Apéro-concert avec l'EMDC à Saint-Christophe-sur-le-Nais

Une belle fin d’après-midi en musique qui fit le bonheur des nombreuses personnes présentes dans la salle Beau-Soulage.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans musique
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 21:27
Baptiste présente l'affiche des villages de la réparation

Baptiste présente l'affiche des villages de la réparation

Pendant cette semaine, les métiers de la réparation accueillent les habitants du territoire de Racan. À cette occasion, ils pourront venir rencontrer les répar’acteurs, les professionnels de la réparation pour faire réparer leurs objets.

 Les objectifs que visent les villages de la réparation sont :

  • Substituer le remplacement d’objets par la prolongation de leur durée de vie.
  • Promouvoir et valoriser les métiers de la réparation
  • Inciter le grand public à changer de comportement et de revoir ses a priori sur la réparation
  • Améliorer la visibilité de la collectivité locale et des artisans réparateurs et la lisibilité du changement de comportement

Parmi les moyens que se donnent les villages de la réparation, il y a la présence sur les marchés des répar’acteurs. Aussi, sur les marchés du territoire de Racan seront présents les répar’acteurs suivants :

-Saint-Paterne (24/11) : couture et retouche, recharge de batteries industrielles et agricoles, réparation électromécanique et électroménager, rémouleur et maintenance informatique.

 -Neuvy-le-Roi (25/11) : réparation électromécanique et électroménager, rémouleur et maintenance informatique.

 -Saint-Christophe-sur-le-Nais (25/11) : réparation électromécanique et électroménager, rémouleur et maintenance informatique.

Au cours de cette semaine de nombreuses animations seront proposées :

-Atelier pour la lutte contre le gaspillage alimentaire

-Installation de poubelles de tri dans les accueils du dispositif jeunesse

-Atelier de création décoration à partir de récupération

-Atelier sur le lombricompostage et le compostage de cuisine avec des bactéries réservé aux assistantes maternelles et aux enfants de moins de 3 ans

Une grande manifestation clôturera cette semaine le samedi 26 novembre, à partir de 15 h, à Saint-Paterne-Racan avec le « Pot-pas-pourri » au multimédia.

 Ces événements sont possibles grâce à la CCPR, les communes de Neuvy-le-Roi, Saint-paterne-Racan, Saint-Christophe-sur-le-Nais et Chemillé-sur-Dême, l’ADEME, la chambre des métiers et de l’artisanat 37, Touraine propre, la coordination des bibliothèques du Pays de Racan et celle de Chemillé-sur-Dême, la SEPANT, Familles rurales et le secours catholique.

Contact : Baptiste MENNESSON
Agent Développement durable et Agenda 21
Communauté de communes Pays de Racan
5 Rue du 8 Mai 1945
37370 NEUVY-LE-ROI

02 47 24 84 24

Programme complet des animations

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans environnement
commenter cet article
13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 17:57
Nicolas Gonet et Anne Sémard accompagnent Catherine Lemaire sur ce dossier

Nicolas Gonet et Anne Sémard accompagnent Catherine Lemaire sur ce dossier

Suite à une étude réalisée au niveau de la CCPR visant à définir les conditions permettant aux personnes de rester sur leur commune si tel est leur souhait, est apparu l’enjeu prioritaire de répondre aux problèmes de mobilité.

Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune, ouvrit la séance et en tant que vice-présidente en charge de l’accompagnement au vieillissement, elle précisa que le travail engagé portait sur 3 axes principaux :

  • La mobilité, thème de la réunion de la soirée
  • Les espaces de liens sociaux
  • L’habitat adapté : 4 points sont retenus sur le territoire de Racan, Chemillé-sur-Dême, Neuvy-le-Roi, Saint-Paterne-Racan et Saint-Christophe-sur-le-Nais, avec une priorité aux endroits où il y a des EHPAD.

    La mobilité en question

-Présentation du projet

La nécessité de venir en aide aux personnes n’ayant plus ou pas de moyen de transport, que ce soit définitif ou temporaire, pour se déplacer a amené la CCPR à se pencher sur ce problème et à trouver des solutions.

Pour ce faire, elle s’est rapproché du Pays Loire Nature où Nicolas Gonet a été recruté pour 6 mois en tant que chargé de mission « Mobilité ». En poste depuis 3 mois, il a lancé la phase diagnostic qui est actuellement en cours. Un questionnaire à la disposition des usagers du territoire a été préparé afin de mieux connaître les usages et les pratiques de déplacements des habitants des 43 communes que regroupe le Pays Loire Nature. Ce questionnaire peut être rempli en ligne sur le site suivant : http://webquest.fr/?m=22396_enquete-mobilite-comment-vous-deplacez-vous ou sur un support papier à déposer en mairie une fois rempli.

Pour gérer la problématique des transports sur les différentes communes du Pays de Racan, la tâche a été confiée à Anne Sémard, de l’association AGEVIE. Son travail va consister à accompagner la CCPR et à répertorier les besoins en transport quel que soit l’âge des personnes à transporter. Une fois les besoins connus, il faudra organiser une offre de transports à l’échelle d’une commune qui complètera ou dans certains cas remplacera les services déjà en place tels que le taxi ou l’aide à domicile pour des besoins ponctuels ou réguliers. Le but c’est de pouvoir compter sur des offres bénévoles avec indemnisation du conducteur sur la base de 0,35 €/km parcourus.

-Son fonctionnement

Une liste de personnes volontaires pour assurer des transports sera établie de même qu’une liste des demandeurs. Un animateur sera chargé de centraliser les demandes et de mettre les deux parties en relation.

Une ligne téléphonique sera dédiée à ce service et c’est cet animateur qui répondra et s’occupera de mettre en réseau les personnes.

Ce système qui fonctionne déjà dans de nombreux endroits en France permet d’initier une dynamique entre une offre et une demande. Ce peut être aussi l’occasion de tisser des liens entre les gens.

Une trentaine de personnes intéressées par le sujet ont suivi la réunion
Une trentaine de personnes intéressées par le sujet ont suivi la réunion

Une trentaine de personnes intéressées par le sujet ont suivi la réunion

-Échanges avec le public

Parmi la trentaine de personnes présentes, certaines avaient des solutions à proposer, solutions déjà mises en place dans d’autres secteurs ou des questions à poser :

  • Un taxi bus de 8 places à horaires fixes ou libres qui conduit à une destination déterminée avec un tarif aller-retour fixé à 2 ou 3 €.
  • Pourquoi ne pas envisager des mini-tournées à jours fixes vers différentes destinations ?
  • Il faudrait essayer de toucher tous les actifs qui vont vers l’agglomération tous les matins.
  • L’assurance du conducteur est-elle suffisante pour transporter des passagers hors famille ?
  • Comment les gens seront-ils au courant de ce service ?

À l’issue de ce petit débat, il est ressorti que dans un premier temps, c’est l’organisation transport bénévole en lien avec les demandeurs qui a été retenue. Plusieurs volontaires se sont fait inscrire pour transporter des personnes demandeuses. Cette initiative démarrera au cours du 1er trimestre 2017.

-La communication

Elle se fera par le biais des bulletins municipaux, les réseaux, internet, la presse et surtout le bouche à oreille.

-En conclusion

Il faut savoir que pour que cela fonctionne, il faut que les usagers fassent remonter leurs besoins en transport et les destinations souhaitées de façon régulière ou ponctuelle. Dans un premier temps, les inscriptions peuvent se faire dans les mairies.

De même, ceux qui proposent de transporter doivent faire savoir s’ils seraient partants en fonction de leurs trajets habituels ou sur un temps disponible, pour accompagner des personnes moyennant une indemnisation en fonction des kilomètres parcourus.

Chaque commune du territoire de Racan étant concernée par cette problématique, des réunions similaires sont prévues courant novembre dans chacune d’elles pour rencontrer tous les habitants de la CCPR.

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
11 novembre 2016 5 11 /11 /novembre /2016 11:38

Comme chaque année, la municipalité avait convié la population, les musiciens et les pompiers à la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918. M. et Mme Le Port Michel, neveux d’Élisabeth Le Port, décédée en déportation, étaient présents comme à l’accoutumée, en mémoire de leur tante, résistante, trop tôt disparue.

Dès 9 h 30, tout le monde était rassemblé devant l’hôtel de ville pour traverser le village jusqu’au monument aux morts accompagné par la musique du territoire.

Rassemblement devant la mairie
Rassemblement devant la mairie
Rassemblement devant la mairie
Rassemblement devant la mairie

Rassemblement devant la mairie

Les gerbes de la mairie et des anciens combattants furent déposées au pied du monument aux morts puis, les enfants de l’école déposèrent des bougies pour « entretenir la petite flamme du souvenir ».  Après lecture des noms des soldats morts lors de la guerre de 1914-1918 et de celle de 1939-1945, par deux anciens combattants, Catherine Lemaire lut le discours du secrétaire d’état aux anciens combattants. Cette lecture achevée, une minute de silence fut respectée avant que ne résonne la sonnerie aux morts suivie par la Marseillaise.

Au monument aux morts
Au monument aux morts
Au monument aux morts
Au monument aux morts

Au monument aux morts

Ensuite, Catherine Lemaire invita tous les participants à regagner la mairie où un vin d’honneur les attendait dans la salle de la cantine. Ce fut l’occasion pour la musique d’interpréter quelques airs en prélude au concert de l’après-midi avant que le verre de l’amitié ne soit partagé et que, musiciens et pompiers ne se rendent vers d’autres communes pour commémorer également cet anniversaire.

Commémoration de l'armistice du 11 novembre à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Commémoration de l'armistice du 11 novembre à Saint-Christophe-sur-le-Nais
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans commémoration
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 14:28

                Le fleurissement du bourg de Bueil (réalisé lors de la première phase de l’opération « cœur de village ») étant maintenant bien implanté, les membres du conseil ont décidé de demander l’inscription de la commune aux villes et villages fleuris de France.
                Deux jurys (l’un départemental, l’autre régional) sont venus visiter notre bourg au cours de l’été dernier, leur verdict a été dévoilé récemment : la commune de Bueil a reçu trois récompenses au niveau départemental

  • Prix des villes et villages fleuris de moins de 1000 habitants (niveau 4 pétales)
  • Prix départemental de 1ère participation
  • Prix départemental du jardinier pour l’équipe d’élus

Au niveau régional

  • Prix régional du cœur de village fleuri.

Cette reconnaissance est perçue comme un encouragement à poursuivre les actions déjà entreprises : rendre le bourg de Bueil plus accueillant pour le visiteur, proposer un cadre de vie plus agréable à nos concitoyens.

Une seconde phase  de travaux « cœur de village » débutera en 2017 en direction d’Epeigné-sur-Dême :  fleurissement en pied de mur, aménagement de places de stationnement supplémentaires, implantation d’un square avec jeux pour les enfants et d’une passerelle sur une partie du ruisseau qui traverse le bourg… Un beau programme qui devrait s’étaler sur trois ans.

Un village accueillant et bien mis en valeur qui a mérité d'être récompensé.

Un village accueillant et bien mis en valeur qui a mérité d'être récompensé.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans environnement
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 16:12
Une partie des bénévoles qui ont préparé la manifestation

Une partie des bénévoles qui ont préparé la manifestation

En ce week-end très automnal, la manifestation « Automne en fête » organisée par le comité des fêtes de Saint-Christophe-sur-le-Nais, installée bien à l’abri dans la salle Beau-Soulage, n’a pas rebuté les visiteurs qui se sont déplacés en nombre pour faire un tour au marché de producteurs où certains étalages laissaient déjà entrevoir les prochaines festivités de Noël et du Jour de l’an.

Il faut dire qu’il y en avait pour tous les goûts. La trentaine d’exposants présents proposait de quoi se restaurer. Certains producteurs venaient du territoire de Racan ou d’à côté comme les volailles fermières du Chevillais, les charcuteries de la ferme JJ de l’Oucherat, les pommes et le jus de pomme local, le miel de Bernard Blanchard, le safran d’Élise de Neuvy-le-Roi, les pains et brioches de Noël de chez Taillepied et venus des environs, des légumes bio de Thomas, des poires tapées de Rivarennes, des fromages et saucissons et autres gourmandises.

Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne

Pour faire passer toutes ces bonnes choses, des viticulteurs tourangeaux faisaient déguster leur vouvray ou leur chinon et un Charentais avait amené pineau et cognac de sa production.

Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne

La marchande de fleurs avec ses plantes à mettre en terre pour l’hiver était bien occupée avec les jardiniers.

Côté festif, les bijoux ne laissaient ni les dames ni les demoiselles indifférentes. Les créations de Drine de Rêve étaient admirées et les objets en cuir attiraient l’attention de certains chalands.

Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne

Cette manifestation est aussi l’occasion pour quelques associations de présenter leurs activités. L’association Malaury vendait noix, potimarrons et jus de pomme pour aider la recherche médicale, le Cercle des Amis exposait les réalisations de couture, tricot ou broderie, œuvres des mamies cousettes ou tricoteuses, Histoire et Patrimoine avait à peine assez de place pour exposer toutes ses publications qui attirent toujours de nombreux amateurs.

Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne

À midi, la présidente, Laëtitia Renault, invita les personnes qui avaient réservé un repas, à prendre place autour des tables situées au centre de la salle. Depuis la veille, le cuisinier, Emmanuel Couratin et ses aides, étaient occupés aux cuisines pour préparer un délicieux repas, apprécié par les 320 convives du jour.

Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne

Une bonne ambiance régna tout au long de la journée et la longueur de la file d’attente pour être servi au moment du repas fut l’occasion de discuter de choses et d’autres avec ses voisins.

Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne

Cette troisième édition, avec près de 1000 visiteurs sur les deux jours, amène un peu de dynamisme dans la commune et permet aux gens de se rencontrer et de renouer des liens conviviaux. Un grand bravo aux organisateurs et à tous les bénévoles qui apportent leur aide.

Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Saint-Christophe fête l'automne
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans économie locale
commenter cet article
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 14:00

Est-il encore besoin de présenter Dominique Panvert ? Peut-être pour les nouveaux habitants du territoire car pour les autres, la biographie de ce personnage issu du terroir, n’a plus beaucoup de facettes secrètes à faire découvrir.

Né en 1954, dans une ferme de Neuvy-le-Roi qui servira de décor à son premier ouvrage, Dominique Panvert a suivi ses études secondaires au lycée Racan de Château-du-Loir avant d’entrer à l’école normale de Tours. Devenu instituteur en 1976, c’est à l’école maternelle Jacques Prévert de Neuillé-Pont-Pierre, qu’il terminera sa carrière en tant que directeur d’école en 2009.

Se voulant témoins du passé, ses premiers ouvrages relatent la vie d’autrefois dans ce nord Touraine, berceau de son enfance.

C’est au début des années 1990, qu’il sort son premier livre, « Le moulin Foulon », du nom de la ferme qui l’a vu naître.  C’est à travers le regard d’enfant qu’il était à l’époque qu’il y évoque les scènes champêtres dont il fut à la fois le témoin et l’acteur. Ce livre témoignage de la vie rurale sera complété par « La vallée du Long », sorti deux ans plus tard. Mais, cet écrivain-poète, ne s’arrête pas là. La vie rurale de ce Pays de Racan qu’il affectionne particulièrement a encore bien des richesses à promouvoir par son folklore, ses traditions et sa vie quotidienne tout simplement. C’est « Le temps de vivre en Pays de Racan »  paru deux ans avant sa retraite qui apporte par son texte et ses nombreuses illustrations le témoignage de cette vie intense qui régnait au Pays du poète Honorat de Bueil, plus connu sous le nom de Racan. Et puis, la retraite est là, mais notre écrivain continue par l’écriture à promouvoir son territoire. Avec « Le Petit Brouillard », nom d’une ancienne ferme  de Neuvy-le-Roi, acquise par ses parents, il imagine une histoire entre un arboriculteur et une jeune enseignante désireuse de découvrir les trésors cachés de ce territoire rural.

Mais, Dominique Panvert n’avait pas oublié ses jeunes élèves et, en pensant à eux, il écrivit, en 1993, des histoires courtes présentées dans « Petites histoires amusantes » et « Monsieur Léon et Madame Pirouette », ouvrage pédagogique destiné aux enseignants d’école maternelle, épuisé à ce jour.

Présentation de ses nouveaux ouvrages par Dominique Panvert

Présentation de ses nouveaux ouvrages par Dominique Panvert

Là, vous sortez deux nouveaux ouvrages.  « Bon d’là de quéniots !» regroupe des histoires en patois régional et « Allons enfants » qui est d’un tout autre genre.

Voyons d’abord le premier, « Bon d’là de quéniots ! » Cette langue que vous utilisez dans votre recueil, la parlez-vous couramment ou avez-vous seulement retenu quelques expressions entendues fréquemment durant votre enfance ?

Ce langage parlé est en fait une déformation du français. C’est ce que j’ai entendu dans mon enfance et que je retranscris ici. Dans le livre, pour les personnes qui ne sont pas originaires du secteur, j’en donne la signification. C’est plutôt une déformation des mots qu’un patois local.

Parlons maintenant de votre gros livre « Allons enfants », 356 pages de souvenirs vécus par un poilu de la guerre de 14 et sur la seconde guerre mondiale par des jeunes du territoire représentent une somme de travail entre collecte et rédaction très importante. Tout d’abord, comment vous est venue l’idée d’écrire ce livre ?

Tout d’abord pour conserver la mémoire de ce qu’a vécu mon père, Pierre Panvert, requis au travail obligatoire. Puis, lors de ses obsèques, la rencontre avec la fille de Kléber Leclerc de Marray, requis également pour le STO, qui avait commencé à retranscrire cette période de la vie de son père sur quelques feuillets A4  et enfin, ma rencontre avec Ferdinand Lepron, de Saint-Paterne-Racan. Roland Lehmann, de Lavernat, était enfant quand les Allemands sont arrivés dans son village et ce sont ses souvenirs qui sont racontés ici.         

Connaissiez-vous personnellement les cinq personnes ?

Oui, ce sont soient des membres de ma famille soient des connaissances. Mais pour ce qui est de Ernest Girard, de Neuillé-Pont-Pierre, le poilu de la guerre de 1914, j’ai connu son histoire grâce à un cahier d’écolier sur lequel il a rédigé ses mémoires 50 ans après son retour et qui m’a été confié par sa fille et ses petits-enfants.

Ont-elles parlé de cette période de leur jeunesse facilement ? Sont-elles encore marquées par ces années ?

Pour la plupart, ce moment de leur vie est resté à jamais gravé dans leur mémoire et, quand ils en parlent, on sent qu’ils revivent ces jours difficiles qu’ils ont vécus pendant leur jeunesse.

Pour parler de ces moments de vie, utilisez-vous le même vocabulaire, les mêmes tournures de phrases que pour vos précédents ouvrages ?

Comme ils ont eux-mêmes raconté sur différents supports cette partie de leur vie, je me contente de reprendre leurs phrases, de recopier leurs écrits. J’en fais une retranscription aussi précise que possible en utilisant les termes qu’ils ont employés. Le style varie en fonction des personnages.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour collecter les témoignages et les retranscrire ?

Presque 10 ans. Les premiers témoignages datent de 2007.

Combien d’exemplaires éditez-vous pour chaque livre ?

« Allons enfants » sera tiré à 1200 exemplaires et « Bon d’là de quéniots !» à 1000 exemplaires.

Où les gens pourront-ils les trouver ?

Au centre culturel de Leclerc, au Super U de Neuillé-Pont-Pierre, à la boulangerie Taillepied de Saint-Paterne-Racan et bien sûr en s’adressant à moi.

Vos séances de dédicace sont prévues où et à quelles dates ?

À l’espace culturel Leclerc de Vouvray-sur-Loir, le samedi 19 novembre, de 14 h à 19 h.

Au magasin Super U de Neuillé-Pont-Pierre, le samedi 26 novembre, toute la journée.

Avez-vous déjà d’autres projets d’écriture ?

Pas dans l’immédiat car je vais être occupé au moins pendant les 6 prochains mois à la diffusion de mes deux ouvrages. J’ai plusieurs séances de dédicaces programmées dans différents lieux. Ce sera peut-être pour moi l’occasion de recueillir de nouveaux témoignages.

Faisons confiance à l’instituteur-écrivain, pour nous apporter dans les années à venir, de nouveaux ouvrages témoins du passé de ce territoire cher à son cœur.

 

La première séance de dédicaces est prévue le 19 novembre
La première séance de dédicaces est prévue le 19 novembre

La première séance de dédicaces est prévue le 19 novembre

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans livres
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages