Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 14:42

Sur la commune de Saint-Paterne-Racan, à deux pas de Neuillé-Pont-Pierre, se trouve la Grange St Martin, construite par les moines de l'abbaye martinienne de Tours. Elle est déjà citée en 906. Cet édifice faisait partie de la prévôté d'Oé et servit de logis seigneurial au XIe siècle.


La Grange St Martin, croquis de Ferdinand Dubreuil.

La Grange St Martin, actuellement.

Elle fut vendue comme bien national en 1793 et achetée par Michel Bergey, oncle de Julie Bouchaud des Hérettes.

Julie (1784-1817) vécut dans cette demeure ses années d'adolescente. En 1804, elle épousa en l'église de St Paterne, Jacques Charles, célèbre physicien, chimiste et inventeur, de 38 ans son aîné. Il fut le premier à faire voler un ballon à gaz gonflé à l'hydrogène.

 


Portrait de M Charles, époux de Julie.

Julie qui souffrait du même mal que ses soeurs disparues dans leur vingtième année (22 ans et 20 ans), la tuberculose, fit une cure à Aix en Savoie. C'est dans cette ville, le 10 octobre 1816, que son destin croisa celui d'Alphonse de Lamartine qui, se croyant malade, avait décidé d'aller prendre les eaux en cette ville.
Ce jour-là, une tempête sur le lac du Bourget mit en péril la jeune femme, alors en promenade sur le lac. Le poète qui canotait également la sauva de la noyade.

L'abbaye d'Hautecombe où les amants aimaient aller se promener.

Ce fut le début d'une passion intense qui se termina en décembre 1817 par la mort de Julie. Elle avait 33 ans.
Le célèbre poème "Le Lac" fut inspiré par cet amour.

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
              Jeter l’ancre un seul jour ?

Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
              Où tu la vis s’asseoir !
           ................
Un soir, t’en souvient- il ? nous voguions en silence ;
On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
              Tes flots harmonieux.
             ................
Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
              Tout dise : « Ils ont aimé ! »

Julie, la muse de Lamartine, est plus connue sous le nom d'Elvire.

Lamartine, portrait peint par Decaisne.

Bibliographie : Un soir t'en souvient-il  ? de R. Engerand avec les illustrations de F. Dubreuil

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire
commenter cet article
22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 10:38

Suite aux orientations budgétaires du 13 mai dernier, approuvées par l'ensemble des délégués présents, le budget de la CCR a été voté le lundi 19, à Neuvy-le-Roi, par 15 voix pour et 10 voix contre.
Toute similtude avec des faits antérieurs ne serait, évidemment, que pure coïncidence !

Comme le dit le proverbe : "La vengeance est un plat qui se mange froid."
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 10:42

A quelques kilomètres au sud de Château-la-Vallière, à 1'orée de la forêt et au fond d'un vallon pittoresque, on voit les importantes ruines du château de Vaujours. Vaujours appelé aussi Val Joyeux est l'ancienne forteresse des barons de Châteaux.
Si le nom du fondateur de Vaujours n'est pas connu avec précision, on peut, d'après les examens des ruines, dater du XIIIe siècle leurs parties les plus anciennes, par conséquent attribuer leur construction à Jean ou à Hugues VI d'Alluye ou à Rotrou de Montfort. Une restauration importante du château fut exécutée dans le premier quart du XVe siècle par Hardouin de Bueil, évêque d'Angers qui, en particulier, fit construire la chapelle. Les embellissements du logis seigneurial furent continués par son neveu Jean V de Bueil.
Vaujours était déjà mal entretenu lorsque Louis XIV en fit l'acquisition. La duchesse de la Vallière n'y vint qu'une seule fois en 1669 ; et la vieille demeure seigneuriale, quoique encore habitable, resta inoccupée durant tout le XVIIIe siècle. Après la Révolution, elle commença à tomber en ruine.


En dépit de sa destruction, on peut, en visitant ses vestiges, reconstituer mentalement Vaujours. Il comprenait en réalité deux forteresses ; l'une, à l'ouest, était une baille défendue par des courtines et des tours ; l'autre, à l'est, était le château proprement dit. Un fossé profond les séparait et de larges douves, communiquant au sud avec l'étang, les entouraient.
L'entrée de cette double enceinte se trouvait comme aujourd'hui à l'ouest. La douve, maintenant comblée à cet endroit, était franchie par un pont-volant, flanqué au nord par un bastion dont on voit les substructions, puis par un pont-levis.
On pénétrait dans la baille par une porte défendue par deux grosses tours cylindriques encore debout dont celle du nord était occupée par le corps de garde. A l'angle sud-ouest de la baille, un corps de logis rectangulaire servait de casernement communiquant avec la tour ronde défendant cet angle. Le fossé séparant la baille du château est en partie comblé.
Un pont-levis le franchissait et l'on pénétrait dans la cour d'honneur par une poterne flanquée d'une tour à gauche. Le donjon occupait l'angle nord-ouest de cette seconde forteresse et la chapelle dont on reconnaît encore les fenêtres du XVe siècle était à l'angle nord-est. Au sud de la cour, on voit les ruines des bâtiments d'habitation.

(source : La Touraine archéologique de R. Ranjard)























Actuellement, le château est la propriété d'un belge, collectionneur de châteaux forts. Il en a sept en sa possession !

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 17:33

Dimanche 18 mai, dès 8 h 45, nombreux étaient les randonneurs qui avaient répondu à l'invitation de l'association "Histoire et Patrimoine" de Saint-Christophe-sur-le-Nais, pour une marche en deux parties (12 km le matin et 8 km l'après-midi) afin de relier St Christophe à Vaujours.








        Les randonneurs prêts pour le départ.








La marche du matin a permis à la quarantaine de randonneurs de découvrir faune et flore sauvages en suivant le chemin menant à Brèches, but de la première étape.

 Sur le chemin, en direction de Brèches .....
    














                                                                                                                          Arrêt à la Croix Méon, à la limite de 3 cantons.

Au terme de cette étape, le verre de l'amitié rassembla les participants.

L'apéritif pas très alcoolisé (jus de pomme local ou cidre) permit de se rafraîchir avant de se restaurer avec le pique-nique tiré du sac.

Vers 14 h, le groupe se remit en marche pour la deuxième partie de la randonnée.








                En route vers Vaujours.








 Cette marche, associant une partie culturelle à la partie sportive, un arrêt s'imposa sur la commune de Château-la-Vallière, aux fourches patibulaires ou pendoirs (enfin ,ce qu'il en reste !). Là, Fabrice Mauclair donna moult renseignements et Mona fit la lecture très appropriée sur ce site de la "Complainte des Dames Blanches".

Moment assez émouvant, la lecture par Mona.    

Vers 16 h 30, comme prévu, le groupe se retrouva à l'entrée du château de Vaujours avec l'aimable autorisation de son propriétaire et Mme Toulier, de l'association "Histoire et Culture" de Château-la-Vallière, commenta la visite.














Madame Toulier guide les randonneurs parmi les restes du château.








Cette journée,qui bénéficia d'un temps très clément, fut appréciée de tous les participants qui en garderont un merveilleux souvenir.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans manifestations
commenter cet article
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 15:41

Le Pays Loire Nature qui regroupe les cantons de Neuvy-le-Roi, Neuillé-Pont-Pierre, Château-la-Vallière et Langeais, renferme quelques vestiges moins connus que le château de Langeais mais qui ne sont pas dénués d'intérêt historique et même préhistorique puisque ce sont des mégalithes (polissoirs, menhirs et dolmens) qui s'offrent aux promeneurs qui n'hésitent pas à s'aventurer en dehors des sentiers battus.

Les polissoirs

Ce sont des roches de plus ou moins grandes dimensions qui servaient à polir les silex et en particulier les haches.

 



Ce superbe polissoir se trouve sur la commune de St Paterne-Racan, dans une propriété privée, les bois du château d'Hodebert.













A Neuvy-le-Roi, cet ensemble mégalithique comprenant des polissoirs fut découvert en 1989 au lieu-dit "Les Bois-du-Gué", dans la direction du Moulin du Bas Racan.








Les menhirs

Un menhir est une pierre dressée, plantée en terre la plupart du temps à la préhistoire récente (environ 3500 à 2000 ans avant J.C.). Elle peut être implantée isolée ou en alignement et plus rarement en cercle (les cromlechs).

Cette Pierre Levée se trouve dans un champ, sur la commune de St Paterne-Racan, pas très loin de la Grange St Martin.






Ces deux menhirs sont à découvrir à Château-la-Vallière, en faisant le tour du lac.













 











A Rillé, "Les trois chiens", seul alignement mégalithique de Touraine, se trouve à gauche de la route de Parçay-les-Pins, dans les bois.
















Toujours sur la commune de Rillé, au lieu-dit "Moque-Souris", se dresse, dans un pré, le menhir de la "Pierre Pointue".

















Entre "Le Cormier" commune de Villedieu-le-Château et "Le Ragot" commune d'Épeigné-sur-Dême, en bordure d'un taillis, vous pourrez découvrir ce menhir.
















Les dolmens

Un dolmen est une sépulture mégalithique préhistorique (entre la fin du Ve millénaire et la fin du IIIe millénaire avant J.C. en Europe). Il est constitué d'une ou plusieurs grosses dalles (tables) posées sur des pierres verticales qui leur servaient de pieds (les orthostates). Le tout était à l'origine recouvert, maintenu et protégé par un tumulus.





Au lieu-dit "Marcilly", à la limite des communes de St Paterne-Racan et de Neuillé-Pont-Pierre, ce dolmen est toujours visible.














A Villiers-au-Bouin, celui-ci est situé à proximité de la cimenterie.








A St Antoine-du-Rocher, au sud de la commune, le dolmen de "La Roche aux Fées" est composé de trois tables et la légende dit qu'il aurait était bâti en une nuit par trois créatures féminines.

Comme vous pouvez le constater, notre territoire est très riche. N'hésitez pas à venir le découvrir, vous ne serez pas déçus !

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans documents
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 08:24

Le mardi 13 mai, à 20 h 30, Chemillé accueillait les délégués communautaires. Une dizaine de spectateurs ont assisté à cette réunion qui portait sur les orientations budgétaires pour 2008.
En recettes de fonctionnement, la taxe professionnelle de Cofiroute devrait être perçue pour la première fois et se monter à environ 60 000 €.
Les grosses dépenses prévues en investissement, à savoir :
- la piscine (2 600 000 € TTC),
- la 1ère tranche du complexe sportif (1 000 000 € TTC)
- et l'aménagement de la zone artisanale du Vigneau (900 000 € TTC)
 Elles ont été validées par l'ensemble des délégués. Le vote du budget aura lieu le lundi 19 mai.
M. P... demande au Président :"Envisagez-vous de lever un impôt ?"  Étonnement du Président qui répond :"A ce jour, il n'en a pas été question !"
Les élus qui souhaitent suivre le chantier piscine se font connaître. Il s'agit de Henri Zamarlik, Marie-Laure Meyer et Christian Bourdin. Les réunions ont lieu tous les jeudis à 14 heures sur le site.
Remarque de M. J.M.C..."Il faut un vice-président" réponse du Président :"Mais Henri Zamarlik est vice-président." La remarque : "Il faut un vice-président " est réitérée à 3 reprises avec à chaque fois la même réponse !
Dans l'après-midi s'était tenue une réunion du SMIOM, à propos des ordures ménégères. Le budget des OM est abordé et M. P... fait remarquer qu'il y a une trésorerie importante au sein du SMIOM. "Son but n'est pas de faire des bénéfices et de thésauriser sur le dos des usagers mais de leur offrir un meilleur service."
Avant de lever la séance, le Président propose un tour de table où ceux qui le souhaitent évoquent des sujets divers (éoliennes, reversement TP, fonds de concours et solidarité entre les communes, ...).
Au tour de Mme C..., nous entendons cette remarque pertinente :"Le budget aurait dû être voté pour le 30 avril au plus tard." Le Président :"Si cela t'empêche de dormir, je le regrette, moi, ça ne me pose aucun problème !" Mme C... :"Cela aurait il y a peu, mérité une lettre recommandée de certains avec copie à la préfecture" et, sur ces mots, la voix de M. P...s'élève : "Ça c'est pour Mme Royer" je lui réponds :"Merci !"
Le maire de Chemillé invite alors tous les présents à prendre le verre de l'amitié. Quelques communes zappent l'invitation. Devinez lesquelles ? Est-ce un manque de savoir-vivre ou un manque de temps ? Il n'était pourtant que 22 heures !

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 13:39
Saint-Christophe-sur-le-Nais compte de très nombreuses cavités creusées dans le roc, à flanc de coteau, souvent sur plusieurs étages, ayant pour la plupart servi autrefois d'habitations.


Dans le département voisin du Loir-et-Cher, Trôo, juchée sur une colline abrupte, est habitée par des troglodytes. Des restes de la Maladrerie Ste Catherine (XIIe), nous empruntons la rue haute pour pénétrer dans la cité.


Par la Retraite de la Poule au Pot, nous accédons aux Caves Communales.

Puis, à travers des ruelles aux noms imagés, nous découvrons les maisons disposées en étages superposés, reliés entre eux par des escaliers. Ci-dessous, l'escalier St Gabriel.

La cité fut autrefois ceinte de murailles dont il reste quelques vestiges.

La porte de Sougé.
Une des curiosités de Trôo est son "Puits qui parle". Profond de 45 m, l'echo renvoie très nettement nos paroles.

La collégiale St Martin (XIe-XIVe) est remarquable par son architecture et ses ornementations romanes et gothiques.
Elle renferme de superbes chapiteaux du XIIe siècle.
En conclusion, un très beau village à découvrir, sans oublier St Jacques des Guérets, situé en face, sur l'autre rive du Loir, et dont l'église (XIIe) renferme de superbes peintures murales.

La Cène.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans documents
commenter cet article
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 17:32

Saint-Christophe possédait un bureau de poste jusqu'à la fin juillet 2007. La Poste estimant que son fonctionnement était en dessous de la rentabilité avait fait part à la municipalité en place de réduire de 22 h 30 à 6 h par semaine son ouverture.


 Les élus d'alors ont réagi, associant la population à leur action par le biais d'une pétition qui recueillit un peu plus de 300 signatures.

 PÉTITION CONTRE UNE RESTRUCTURATION
DU BUREAU DE POSTE

 Nous, habitants de Saint-Christophe-sur-le-Nais, soussignés, exigeons le maintien de notre bureau de poste dans sa structure actuelle, à savoir :

-          maintien des heures et jours d'ouverture (base de 22 h 30)

-          maintien d'un bureau dépendant entièrement de la Poste

-          maintien de toutes les opérations effectuées à ce jour

-          maintien d'un personnel employé par la Poste

-          et maintien du service public en zone rurale

Cette pétition fut remise au directeur départemental lors de sa venue sur la commune, le 20 octobre 2007.

Suite à cette rencontre, la municipalité a décidé afin d'offrir le meilleur service à la population, d'accepter de transformer le bureau de poste en agence postale communale et de l'installer à côté de la mairie avec un accès plus facile pour les handicapés. Des devis ont été fournis par les artisans pour adapter le local et une demande de subvention fut déposée.
L'APC fonctionne à côté du secrétariat de mairie depuis le 13 août dernier.

 

         AMÉNAGEMENT DU BUREAU DE POSTE    
                       

                                                                              Devis projet (mars 2007)   

Lot

Entreprises

HT

TVA 19,6%

TTC

Maçonnerie

Choisnet B

3 927,49 €

769,79

4 697,28 €

Plâtrerie

Tondereau P

5 866, 38 €

1 149,81

7 016,19 €

Menuiserie

Ségelles A

2 515,50 €

493,04

3 008,54 €

Plomberie

Boigard N

4 489,34 €

879,91

5 369,25 €

Électricité

Delareux E

2 117,00 €

414,93

2 531,93 €

Peinture

Madieu C

4 797,51 €

940,31

5 737,82 €

 

TOTAL

23 713,22 €

4 647,79

28 361,01 €

 Mais, alors que tout semblait pour le mieux dans le meilleur des mondes, la DDE signale qu'un permis de construire doit être déposé. Recours à un architecte, attente de l'avis de la commission d'accessibilité puis de la commission de sécurité.
Entre temps, le bâtiment poste-mairie a droit à sa première effraction dans le nuit du 10 au 11 septembre 2007. 

Avant que la poste ne fournisse à l'agence postale communale timbres et argent, il aura fallu attendre plus d'une semaine avec de nombreuses interventions de la mairie.
Fin janvier, réponse de la commission de sécurité qui émet un avis favorable pour le permis de construire mais impose quelques prescriptions auxquelles on ne peut déroger. De nouveaux devis sont fournis par les artisans.

AMÉNAGEMENT DU BUREAU DE POSTE                           

                                                                              Devis projet (mars 2008) 

Lot

Entreprises

HT

TVA 19,6%

TTC

Maçonnerie

Pas de réponse

 

 

 

Plâtrerie

Tondereau P

4 044,82 €

792,78

4 837,60 €

Menuiserie

Ségelles A

12 485,18 €

2 447,60

14 932,78 €

Plomberie

Boigard N

3 948,40 €

773,89

4 722,29 €

Électricité

Delareux E

2 032,00 €

398,27

2 430,27 €

Peinture

Madieu C

5 248,33 €

1 028,67

6 277 €

 

TOTAL

27 758,73 €

5 441,21

33 199,94 €

La subvention a été obtenue sur les devis initiaux et s'élève à 12 244 €, subvention accordée seulement si les travaux sont effectués !

Nuit du 28 au 29 avril, nouvelle effraction et à ce jour, la Poste n'a toujours pas approvisionné l'APC qui ne peut donc remplir son rôle de service public auprès de la population malgré ce qui est affiché :

En mars, la municipalité a changé et, si les travaux ne se réalisent pas rapidement, quel sera le devenir de la Poste à St Christophe ? Je n'ose pas l'imaginer !
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 14:56

Le transpondeur est une petite puce électronique implantée au niveau du ligament cervical au  tiers supérieur de l'encolure, du côté gauche. Il contient un code barre unique, différent du numéro d'identification SIRE (Système d'Information Répertoriant les Equidés). Son rôle serait de compléter "l'identification papier" des chevaux, basée sur une description de l'animal. En effet, certains animaux d'une même race sont très difficiles à différencier, comme les Camargue ou les Breton.

Depuis le 1er janvier 2008, la législation impose l'obligation de "pucer" tous les équidés présents sur le territoire français.

L'implantation de cette puce (longue de 3mm) ne suscite généralement aucun problème. Elle est placée dans le tiers supérieur de l'encolure et l'animal ne ressent en principe aucune gêne. Quant à la pose, seul un vétérinaire ou un agent des Haras nationaux habilité est qualifié pour l'intervention.

Pour être en règle avec la législation, Naos du Nais, poney fjord, né le 20 avril 2001, a reçu  récemment la fameuse puce.

Tout d'abord, le vétérinaire recherche la présence d'une éventuelle puce existante.

A l'aide de ciseaux, il dégage un peu l'emplacement pour l'implantation de la puce.

Il désinfecte l'endroit choisi.

L'implantation de la puce. Naos n'a pas bougé ! Pourtant, l'aiguille mesurait bien 3 à 4 cm.
 

  Après une nouvelle désinfection l'opération est terminée. Naos peut retourner dans son herbage.

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans documents
commenter cet article
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 15:11
La prochaine réunion aura lieu le mercredi 14 mai, à 20 h 30, à la mairie.

Ordre du jour

Lecture et approbation du CR précédent    
  
1- Devis sécurisation mairie                                                                          
2- Devis horloge église
3- Achat tondeuse
4- Boulangerie
5- Boucherie
6- Vente maison rue du Val Joyeux (poste)
7- Courrier M. Choisnet
8- Extension réseau électrique aux "Rochettes"
9- Application PVR sur terrains à "La Massicaudière"
10- Atelier Steyer
11- Commission Communale des impôts directs
12- Service minimum d'accueil dans les écoles
13- Inscription scolaire Oger
14- Modification statutaire du SATESE
15- Décisions modificatives
16- Demandes de logements
17- Questions diverses
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages