Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2008 6 28 /06 /juin /2008 13:37

"En 1943, la commune de Saint-Paterne faisait l'acquisition des terrains qui allaient constituer le stade municipal. 

La piscine fut édifiée sur le cours du ruisseau de la Clarté. Puis les choses en restèrent là.

Au début de l'année 1948, Monsieur Bodin, chef de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, au cours d'une visite à Saint-Paterne, proposa au maire, Monsieur Barrier, une subvention de 50.000 francs pour permettre à la commune de construire un barrage et créer ainsi un plan d'eau à usage de baignade.

Le 25 mars 1948, le conseil municipal acceptait la subvention. Le 8 octobre de la même année, il décidait la construction du barrage de retenue des eaux.

Au printemps suivant celui-ci était réalisé. L'idée nous vint alors de créer un club qui s'efforcerait de regrouper toutes les bonnes volontés nécessaires aux travaux d'aménagement et à l'animation de cette baignade.

La première réunion eut lieu le 7 juillet 1949.

Conformément aux décisions prises, le remblayage de la plage se fit avec des bénévoles.

Une première subvention de la Jeunesse et des Sports (Monsieur Constant) fut accordée pour la construction des cabines. Un plongeoir fut érigé ainsi qu'une séparation flottante pour la séparation du petit bain.

Cette première saison fut excellente bien que l'eau ne soit pas de la meilleure qualité. Les baigneurs évoluèrent dans une mare aux eaux un peu boueuses. De là naquit l'idée de construire un bassin cimenté. C'était il est vrai, une entreprise un peu osée.

Au cours de l'hiver 1949 - 1950, les travaux de terrassement furent entrepris. Nous avons acheté du grillage à béton, 100 m3 de sable et de gravillons et 20 tonnes de ciment.
Pour assurer le financement des travaux, nous avons lancé un emprunt de 500.000 francs sous forme de souscription portant intérêts à 5 % l'an. Les membres du comité s'engageaient à garantir personnellement cet emprunt. Cette décision avait été prise le 6 janvier 1950 par le comité de gestion.

Le 11 mars, les travaux de terrassement étaient achevés.

C'est alors que de grosses difficultés surgirent. Le 20 avril 1950, au cours de la réunion du comité de gestion, Monsieur Barrier, maire et président d'honneur du club, fit part de ses démêlés avec l'administration préfectorale. Il n'était pas admis qu'une société comme la nôtre construise sur un terrain communal. De plus, le lancement d'une souscription n'était pas toléré.

Une première adjudication des travaux n'eut pas de suite. Le ministère de l'Education Nationale n'ayant pas accepté les plans.

Une seconde, positive cette fois, eut lieu le 22 décembre 1952. Les travaux démarreraient  au début de 1953.

Le coût était de 2 millions de francs, avec 50 % de subventions.

Le samedi 1er  août 1953, il fut procédé à la mise en eau du bassin.

Le dimanche 9 août suivant la piscine accueillait les premiers baigneurs et visiteurs.

extrait de la Nouvelle république (août 1953)

Le conseil municipal de Saint-Paterne, lors de sa séance du 25 juillet 1954, décide de confier à notre club la gestion de la piscine.

Cette année-là furent installés un plongeoir, une rampe autour du bassin, la clôture du stade nautique, et les caillebotis.

photos prises en 1954

Le comité, en accord avec la municipalité, prépare une grande fête nautique pour l'inauguration.

Le 15 août, on procède à l'élection de "Miss Ondine" 1954, et de ses demoiselles d'honneur. Les élues seront Mademoiselle Marcelle Hugon, pour la reine et Mesdemoiselles Clairette Beauvais et Christiane Lelay.

Le 22 août, un cortège composé du char de la Reine, de la musique municipale, des pompiers et de nombreux participants prit le départ place de la République et parcourut les rues jusqu'au stade.


En présence des personnalités et devant un public nombreux, se déroulèrent les compétitions, les jeux et un match de water-polo. Plusieurs clubs régionaux y participèrent.

extrait de la Nouvelle République (25-08-1954)

En 1955, nous construisions le vestiaire, afin de permettre une utilisation plus rationnelle des cabines.

Des cours de natation furent organisés par la Direction de la Jeunesse et des Sports, au profit des enfants des écoles de Saint-Paterne et de Saint-Christophe.


Le Club mit sur pied une équipe de jeunes nageurs et nageuses.

Au cours de la saison, deux fêtes furent organisées : le 10 juillet pour les élections de "Miss Ondine 1955" : Jacqueline Ondet fut élue, ayant pour demoiselles d'honneur, Mesdemoiselles Vérité et Bourdy.

"Miss Ondine" 1955 et ses demoiselles d'honneur

Devant les difficultés croissantes, nous avons cessé en 1963 d'organiser des manifestations. Nous avons continué seulement à gérer le stade nautique, en assurant son entretien.

En 1964, nous entreprenions la construction du bar.

La piscine, telle que nous l'avons connue durant de longues années. (collection Lionel Royer)

En 1965, notre président Monsieur Georges Ondet donnait sa démission. L'année suivante, le secrétaire Monsieur Lebatteux Albert lui succédait.

Un second bail était signé le 6 juillet 1966 avec Monsieur Gaboriau, maire de Saint-Paterne et président du S.I.V.M.

En effet, le syndicat intercommunal s'était substitué à la commune de Saint-Paterne.

En 1969, à la suite d'un désaccord avec celui-ci, le président du club, après avoir assuré la gestion de la piscine durant la saison et après la clôture de l'exercice, demandait à être déchargé de cette tâche. Le trésorier, Monsieur Doucet en fit de même.

C'est alors que le S.I.V. M. prit à son compte l'exploitation de la piscine.

Ainsi donc durant dix-sept années, de 1953 à 1969, le Club a géré et animé le stade nautique.

Mis à part le personnel qui a été rétribué, tout le reste a été réalisé par des bénévoles."
extrait d'un discours de M. Lebatteux Albert, en date du 20-12-1979, retraçant l'historique de la piscine.

Cette documentation (textes et photos) m'a été fournie par Madame Madieu, dont le père a beaucoup oeuvré pour la piscine. Qu'elle en soit ici remerciée !

 
Quelques extraits de délibérations de St Christophe ayant trait à la piscine.

20 décembre 1965
: Le CM accepte l'achat et l'aménagement d'un terrain de plein air, sport et piscine, par le S.I.V.M de l'Escotais.
13 avril 1976 : Le CM accepte de financer la tranche de travaux prévus à la piscine du S.I.V.M. pour 600 000 F.
10 juillet 1991 : Le CM décide la gratuité de l'entrée le 14 juillet pour tous les enfants de la commune ayant une carte de réduction.
21 avril 1997 : Le CM estime qu'à l'avenir, la commune ne pourra plus supporter la charge financière liée à la piscine, compte tenu des difficultés financières actuelles.
1er décembre 1997 : Suite aux pertes importantes de taxes professionnelles consécutives à la fermeture d'entreprises sur la commune, le CM décide de ne plus financer l'investissement et le fonctionnement de la vocation C du S.I.V.M de l'Escotais (piscine).
6 avril 1998 : Le maire informe le CM de l'estimation faite par les Domaines (1 400 000 F), concernant la piscine et les terrains appartenant au S.I.V.M de l'Escotais.
17 mai 1999 : Le CM est informé de la vente, par le S.I.V.M de l'Escotais, de la piscine, des terrains de sports attenants, à la commune de St Paterne pour la somme de 800 000 F. Le montant de cette vente sera reversé aux communes adhérentes du syndicat au prorata de leur population (488 289 F pour St Paterne et 311 710 F pour St Christophe).

Le président du S.I.V.M de cette époque était aussi le maire de St Christophe.

Le 31 janvier 2005, à 2 heures du matin, après 3/4 d'heure de discussion, par vote à bulletin secret, la piscine de St Paterne était déclarée d'intérêt communautaire (3 voix contre).

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire
commenter cet article
25 juin 2008 3 25 /06 /juin /2008 10:40

Pour la deuxième année, l'association "Bouge ton Bled" et l'Espace Multimédia de Saint-Paterne vous invitent à venir nombreux au Festival des Kampagn'arts.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans manifestations
commenter cet article
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 17:07
Dans le cadre de la fête de la musique, la chorale "Racan Chante", donnait un concert dans la chapelle Saint André, à Neuvy-le-Roi.

Un répertoire très varié fut proposé durant une heure au public.

La chorale répète tous les lundis soirs, à partir de 20 h 30, à la salle d'accueil Jeanne d'Arc, à Neuvy-le-Roi.
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans manifestations
commenter cet article
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 17:03
Cet après-midi, enseignants, enfants et parents étaient réunis à l'Espace Beau Soulage pour la traditionnelle fête de fin d'année. Après le spectacle offert par les élèves au très nombreux public, l'animation s'est faite autour des stands, à l'extérieur.

Un aperçu de la foule.

Exerçons notre adresse !

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans manifestations
commenter cet article
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 13:05
Saint-Christophe-sur-le-Nais, village paisible jusqu'alors, dévoile tout à coup son agressivité (relative, il est vrai). Vous qui aimez  surfer sur la toile, je vous déconseille désormais le site de la commune. Voici ce que vous y trouverez :

Comme accueil on peut mieux faire !

De plus, il semblerait que des dangers se cachent maintenant au coin des rues, derrière les arbres.

 L'arrivée sur la place centrale du village.

La floraison printanière de certains arbustes étant terminée, c'est le moment de les tailler, pas de les couper.
Pour circuler avec le maximum de sécurité, chacun se doit de respecter le code de la route.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 14:33

Autrefois, les coteaux de Saint-Christophe et de Saint Paterne étaient couverts de vignes et tout un secteur est encore en AOC "Coteaux du Loir" donc protégé. Il reste encore quelques parcelles réservées exclusivement à la consommation personnelle.

 Vignes à la Petite Bardouillère.

Vigne à St Gilles.

Une  loge ou maison de vignes.

Puis, petit à petit, les pommiers ont remplacé les vignes.

Vergers à la Plaine des Coeurs

La production arboricole est historiquement très présente sur le secteur depuis plusieurs générations. Mais, comme cela l'a été mentionné lors de la visite de la coopérative "Les fruits de St Paterne", les évolutions du marché ont nécessité au fil des années diverses adaptations.

La coopérative "Les Fruits de St Paterne"
Elle est installée sur St Christophe depuis 1967. Les adaptations ont permis de répondre à la demande de la clientèle mais aussi d'assurer aux 15 adhérents une valorisation cohérente de leurs fruits.
Une quarantaine de salariés occupent les différents postes.
Les chambres froides : elles permettent le stockage de 6 à 7000 tonnes de fruits (pommes et poires).
Le calibrage : il est piloté par des automates et des logiciels et permet de travailler 10 tonnes de pommes à l'heure !

Calibrage manuel.

Deux chaînes de conditionnement et une ensacheuse sont dédiées à l'emballage final des fruits et à la préparation des commandes.

La clientèle de la coopérative se trouve pour moitié dans l'hexagone et pour le reste essentiellement dans les différents pays européens. Une quinzaine de variétés de pommes sont présentes sur ce site dont les Gala, Braeburn, Tentation, Lady Pink, Chanteclerc,...

Production de champignons de couche : les caves de Carême Prenant (M. Monoury Gérard).
La récolte des champignons de couche s'est faite dans les caves de Carême Prenant jusqu'au début de 2006, date du démarrage de la nouvelle structure (15 février 2006). Quinze jours après, le 1er mars 2006, les premiers champignons étaient cueillis.
Les bacs de culture proviennent de la Coopérative de la Lande, à St Laurent de Lin (centrale de compostage).

Aire de fermentation extérieure.

Aire de stockage du fumier.

Chaque année, la récolte est d'environ 7500 tonnes de champignons. Le délai entre l'ensemencement et la récolte est de 5 semaines, mais les bacs arrivent sur le site une semaine avant la récolte.

Tous les champignons récoltés sont vendus au groupe "France Champignons" pour la transformation (conserves, etc...)
Tout le personnel qui travaillait dans les caves a été conservé et 17 personnes sont donc présentes sur le site.

Production de pleurotes : Caves de Piery (M. Charles Nobilleau)
M. Nobilleau a commencé son exploitation il y a 22 ans. Dans les caves de Piery, anciennes carrières de pierres, il cultive des pleurotes. Le site de Piery est situé sur la commune de Dissay-sous-Courcillon, en limite de la commune de Saint-Christophe-sur-le-Nais où réside le producteur.

Les pleurotes poussent sur des blocs d'une quinzaine de kilogrammes contenant essentiellement de la paille de blé et de l'eau en quantité suffisante livrés ensemencés après stérilisation à 70°. Il n'existe que deux fournisseurs sur le territoire français. Chaque bloc donne en moyenne 15% de son poids en champignons. La cueillette est manuelle et quotidienne. Trois personnes travaillent sur l'exploitation. Il faut compter 3 à 6 semaines selon les saisons pour récolter les premiers champignons.
Dans chaque galerie, il y a un degré d'avancement de pousse différent.
Il faut une ventilation continuelle et un éclairage de 8 à 10 heures par jour. Les rideaux plastique permettent de rabattre l'air vers les champignons.

La récolte est écoulée vers différentes villes de l'hexagone mais aux périodes où la concurrence des pays de l'est, de l'Espagne ou de l'Italie est trop forte, M. Nobilleau met ses pleurotes en conserve pour éviter la perte.
 Il est possible d'acheter les champignons directement sur le site de production, le matin.
M. Nobilleau produit également des shiitakés sur Saint-Paterne-Racan, au lieu-dit "La Morinière".

Des shiitakés

Merci à toutes les personnes qui m'ont permis de réaliser ce reportage.

(principalement : Mme Brigitte Weiss, M. Gérard Monoury, M. Charles Nobilleau)

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans documents
commenter cet article
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 15:06
En me promenant cet après-midi, sur les chemins de la commune, j'ai eu la chance de faire cette charmante rencontre.

Ce gentil chevreuil paissait tranquillement parmi les hautes herbes de la berme près de la Bardouillère.

Beaucoup moins agréable cette autre rencontre !

Tous ces encombrants ne sont pas ramassés avec les ordures ménagères et doivent être obligatoirement apportés à la déchetterie.
Jours et heures d'ouverture :
du lundi au samedi : 9 h à 11 h 45 - 13 h 30 à 17 h 15
fermeture le mardi.
Respectez l'environnement, s'il vous plaît ! Merci d'avance !

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 16:50

Un peu d'humour grinçant !

Prière à un chien et à son maître.  

Oh ! Toutou, que d'incivilités
Pouvons-nous en ce lieu constater !
Peux-tu à ton cher maître,
De ma part, te permettre,
De lui rappeler, avec amabilité,
Qu'il est de bon usage
De savoir respecter
Non seulement son village
Mais aussi, cela va de soi,
Les habitants quels qu'ils soient !
Tes traces de déjections
Qui jalonnent le trottoir
Dénotent un manque notoire
De tout semblant d'éducation !
Pour pouvoir immortaliser
Cette vision irréaliste,
Des effluves plein le nez
Je tiens à jouer les moralistes.

A bon entendeur, salut !

Photo prise à proximité de l'église, bâtiment classé,
d'où la prière adressée.

Pour le maître et le chien, j'attribue un carton rouge.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 18:39
A la veille des lois Jules Ferry instaurant en 1881 l'enseignement primaire public gratuit et en 1882 le rendant obligatoire et laïc, il faut savoir qu'il existait à St Christophe une école communale de garçons depuis la première moitié du XIXe siècle (aux environs de 1810) qui a fonctionné de nombreuses années dans un local en location puis dans une maison achetée par la commune.
Les instituteurs étaient alors des employés communaux salariés par la commune.
En 1877, le salaire de l'Instituteur était de 309,50 F, celui de l'institutrice de 274,25 F et celui du garde champêtre de 500F.

Méthodes d'écriture

Livres de français (le plus ancien date de 1824)
En 1843, un élève devait payer 1,25 F pour apprendre à lire et à écrire.

En 1878, vu le délabrement de l'école de garçon, le Conseil Municipal décide de construire un bâtiment pour abriter les deux écoles.

Jusqu'en 1903, l'école de filles était tenue par une religieuse. Le préfet demande à la commune la laïcisation de l'école et la création d'un deuxième poste d'institutrice.
En 1904, la 2ème classe est créée et la salle de classe est partagée en deux par une cloison.
En 1930, il est décidé que, vu l'exiguïté des classes, l'admission en classe enfantine se fera à 5 ans et que la gratuité des fournitures ne sera accordée qu'à 6 ans.

Vous pouvez noter le changement intervenu sur le bâtiment.

En 1936, une deuxième classe est créée à l'école de garçons et la salle est partagée en 2.

Les classes (école de garçons à l'époque) côté cour.

Le mobilier scolaire d'autrefois.

En 1843, la commune a dépensé 118 F pour la confection de 5 tables à deux places pour l'école de garçons.

Livres de géographie

Livres de sciences


En 1966, achat de la classe mobile avec l'ouverture d'une 5ème classe qui fermera quelques années plus tard pour rouvrir en 2005. Cette classe servira pour la classe enfantine de 1972 à 2003.

En 2003, mise à disposition des deux classes de maternelle, d'un nouveau bâtiment, avec dortoir et salle de motricité.

































La fin de l'année scolaire était marquée par la distribution des prix et de magnifiques livres étaient remis aux élèves méritants.

De belles récompenses.

A St Christophe, cette tradition perdure mais les livres remis à chaque enfant sont un peu moins luxueux !

Si vous êtes nostalgiques de ce passé, si vous souhaitez vous replonger dans "L'école d'autrefois", une exposition se tient en ce moment, à Château-du-Loir, salle du caveau, jusqu'au dimanche 22 juin. Elle est ouverte tous les après-midis de 14 à 18 heures. Lionel Royer et Gisèle Chaudé seront heureux de vous y accueillir.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire
commenter cet article
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 15:58

Vue générale du chantier, le 14 juin 2008.

Piquetage du terrain.

Les terrassements et creusements sont en cours.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages