Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2021 5 15 /10 /octobre /2021 09:05

Après une saison blanche, pour sa quatrième sortie jeudi dernier, l’association de randonnée pédestre, Pédibus, avait choisi les chemins de Villebourg pour profiter d’un bel après-midi ensoleillé. Cette randonnée, inédite pour le club, avait été reconnue durant le confinement par Lionel Royer et proposée aux responsables lorsque les déplacements de 10 km autour du domicile avaient été autorisés.

Ce sont donc 16 randonneurs (quelques adhérents sont encore en vacances, privilège des retraités) qui se sont retrouvés à 14 h sur le parking de la salle des fêtes. Après avoir suivi un chemin parallèle à La Vilette, rivière passant sur la commune, puis l’avoir traversée à gué, c’est dans un bois que les marcheurs se sont retrouvés. Ce charmant chemin pentu à permis d’arriver sur le plateau où les cultures ont fait place aux bois.

Les randonneurs avant la séparation des "petits" et "grands" marcheurs

Les randonneurs avant la séparation des "petits" et "grands" marcheurs

Après 2,600 km, le groupe s’est scindé en 2 car, l’originalité de cette association, c’est de prévoir deux itinéraires avec une bonne partie commune pour que les « petits marcheurs » puissent bénéficier de ces sorties encadrées à leur vitesse et sur un trajet plus court, autour de 5 à 6 km.

Les "grands" randonneurs devant le verger.
Les "grands" randonneurs devant le verger.

Les "grands" randonneurs devant le verger.

Les « grands marcheurs » poursuivirent la randonnée et  découvrirent un magnifique verger aux pommiers bien taillés et portant encore de petites pommes rouges et jaunes. Plus loin, les cultures interrogèrent les randonneurs. Ce fut l’occasion de parfaire ses connaissances en botanique : des grandes surfaces de sorgho et, un peu plus loin, un champ de « miscanthus sinensis » ou roseau de Chine. Ces graminées entrent dans des compositions florales.

Champs de sorgho et de roseaux de Chine
Champs de sorgho et de roseaux de Chine

Champs de sorgho et de roseaux de Chine

Et, après avoir parcouru une dizaine de kilomètres, le parking se profila à l’horizon. Rendez-vous fut pris pour la semaine prochaine sur d’autres chemins.                            

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 18:54
L'ensemble Érik Satie

L'ensemble Érik Satie

Dimanche 17 octobre 2021  16h30, Collégiale de Bueil en Touraine
Misatango par l'ensemble Erik Satie 
MISA A BUENOS AIRES dite Misa tango de Martin Palmeri   
Première partie: musique sud-américaine, tangos argentins                                                                                                                          
Deuxième partie: Misatango. Composée en 1996, elle a été créée par l'orchestre symphonique de Cuba; le succès mondial est immédiat.
Cette misatango transcende le répertoire spirituel en le faisant fusionner avec les traditions musicales profanes latino-américaines.
Bandonéon: Jacques Trupin; Mezzo: Marie Perrin; Piano: Béatrice Hindley; Direction: Jean-Marie Pacqueteau
Entrée: 14 €, adhérents: 12 €, tarif réduit: 7 €

Renseignements, réservations: 
06 73 07 99 98 ou 02 47 24 45 38 ou   02 36 43 63 43
ou 
collegialedebueil@laposte.net
Spectacles soutenus par la communauté de communes de Gâtine-Racan et par le Conseil Départemental d'Indre-et-Loire.

 

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 08:58

Quand on entre chez Thierry et Jean, notre regard est tout de suite attiré par les nombreuses faïences qui ornent l’un des murs de la cuisine. Certaines proviennent des faïenceries de Saint-Christophe, d’autres de Nevers ou Rouen.

Thierry présente sa collection de faïences.

Thierry présente sa collection de faïences.

Thierry me conduit vers son bureau où toute la documentation accumulée lors de ses recherches donne une idée des nombreuses heures passées à la compulser pour arriver à présenter à la fin du mois une conférence sur le sujet : « Les faïences de Saint-Christophe ».

Thierry, pouvez-vous me dire ce qui a déclenché chez vous cet attrait pour la faïence ?

Il y a plus de 30 ans, alors que nous vivions en Toscane, j’ai été attiré par les faïences Urbano. Puis, en arrivant à Toulouse, j’ai été conquis par le musée Paul-Dupuy qui présente une superbe collection de faïences Martre-Tolosane et ses reproductions du Vieux Toulouse. J’ai tellement apprécié que j’ai fait refaire tout un service de table sur ce style. Et puis, je suis arrivé à Saint-Christophe. L’association « Histoire et Patrimoine » avait fait un travail sur la faïence locale. À la lecture des documents, j’ai eu envie d’en savoir plus. Guy Bodeven, qui était membre de l’association, possédait une bonne documentation sur le sujet et, voyant l’intérêt que j’y portais, il me poussa à  l’approfondir.

Quelle a été votre première pièce ?

Un plat en faïence de Nevers. Ce fut un coup de cœur pour ces faïences jusqu’au moment où, en lisant la plaquette réalisée par Histoire et Patrimoine, ma curiosité a été mise en éveil et je suis devenu « accro » à celles de Saint-Christophe en constatant les points communs qui liaient ces deux types de faïences.

Depuis combien de temps collectionnez-vous les faïences de Saint-Christophe ?

Il faut savoir qu’elles sont très difficiles à trouver. Pour être sûr qu’elles sont bien originaires d’ici, il faut les dénicher lorsque des maisons anciennes ayant été habitées longtemps par la même famille sont vidées. Elles ont souvent, sur le fond, une petite étiquette rappelant leur provenance. La première, je l’avais trouvée sur le Bon coin où une vente de faïences était annoncée.

Ces 3 pièces sont des faïences de Saint-Christophe

Ces 3 pièces sont des faïences de Saint-Christophe

Parlez-moi un peu des faïences de Saint-Christophe

Les faïenceries commencèrent au XVIIe siècle. À cette époque, il y avait 3 familles de potiers : Pierre Épron, l’ancien, en 1635, Mathurin Courjault en 1692 et Berneux en 1706. Elles fonctionnèrent surtout au XVIIIe siècle et s’arrêtèrent en 1810. La création de la faïencerie sur la commune se situerait entre 1730 et 1738. On la devrait à Pierre Épron et à Étienne Guerche. Le déclin commença avec la Révolution et un décret paru au début du XIXe siècle signa leur fin. Il y avait 2 sites sur la commune : la maison du Dauphin dans le bourg et le hameau de la Chartrie où se trouvait l’argile. Pour les faïences de Saint-Christophe on utilisait du sable de Nevers.

Leur production était expédiée en Bretagne et Normandie, Nevers couvrant la partie est du pays.

D’autres faïenceries ont également vu le jour à cette période. Pouvez-vous en parler ?

En 1745, le potier Gigandelle désire s’installer à Tours. Mathurin Épron ne veut pas de concurrence. Il vend les parts qu’il détient sur la Chartrie et vient demeurer à Saint-Pierre-des-Corps où il crée une nouvelle faïencerie avec son frère.

Un grand faïencier, Jean Loiseau souhaitait s’installer à Saint-Christophe. Il fut chassé par Épron et c’est à Malicorne dans la Sarthe qu’il ouvrit sa faïencerie où il travailla avec des ouvriers venus de Nevers. Une faïencerie y existe encore.

Thierry devant son impressionnante masse de documents

Thierry devant son impressionnante masse de documents

Ce travail de recherches doit déboucher sur une conférence. Vous avez amassé énormément de documents. Comment allez-vous synthétiser tout ça pour présenter l’essentiel de votre travail ?

Pour que mon exposé rentre dans le temps de la conférence, ce ne sera qu’un survol de ce riche sujet. Le but que je me suis fixé, c’est de poursuivre mes recherches pour arriver à approfondir au maximum ce projet qui me tient à cœur dans le but de réaliser une publication qui contiendrait l’ensemble des documents en lien avec la faïence de Saint-Christophe.

Merci beaucoup Thierry pour le temps que vous m'avez accordé. Je vous laisse poursuivre votre travail.

 

Conférence le vendredi 29 octobre, à 20 h 30, salle socio-culturelle « Le Foyer »

Entrée gratuite

Respect des règles sanitaires en vigueur

Renseignements : 02 47 29 33 18 ou hp.scsln@gmail.com

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 17:40

Le Markethon, qu’est-ce que c’est ?

Sandie Gaudin, Conseillère en Insertion Professionnelle de R.E.S, a organisé le Markethon National ce jeudi 7 octobre: journée solidaire de recherches d’emplois. Sylvain Massicarde de l’AFPP (association de formation technique et professionnelle) était également présent pour apporter son aide au bon déroulement de l’action.

Sandie explique : « En amont de cette journée, il y a eu tout un travail de préparation. Tout d’abord un mailing avec Pôle Emploi, puis des contacts auprès des personnes que nous accompagnons au niveau de R.E.S. et de l’AFPP ainsi que des curieux. Les personnes qui ont répondu, ont participé à de petits ateliers de préparation. Le nombre devait être limité à 10 mais nous avons accepté les 11 candidats. Ils étaient donc conviés ce matin pour participer au Markethon.»

Déroulement de la journée

Éric Lapleau, maire de la commune, s’étant excusé,  M. Alain Anceau, Vice-Président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire, était présent : « Pôle emploi est une porte d’entrée vers l’emploi mais ce n’est pas suffisant. N’hésitez pas à aller voir dans les entreprises, vers les collectivités locales. Laissez toujours votre CV, une lettre de motivation. Faites du porte à porte, posez des questions pour demander les besoins de l’entreprise. Souvent, la curiosité et une forte envie de travailler, ça paie ! Quand vous êtes pris, le temps de formation que l’on vous consacre est important. Ne l’oubliez jamais ! Ce n’est pas quand on est jeune actuellement que l’on doit penser à un plan de carrière, il y a trop d’aléas. »

Tous accueillis de manière conviviale par R.E.S, chacun a pu profiter d’une boisson chaude et de petits fours avant de partir à la rencontre des entreprises du secteur.

Les participants au Markethon avant leur départ vers les entreprises et les organisateurs

Les participants au Markethon avant leur départ vers les entreprises et les organisateurs

Les participants ont signé leur fiche d’engagement puis ont récupéré leur dossier contenant les fiches préparées pour leur parcours de la matinée à la rencontre des entreprises du territoire et réparties entre eux.

Chaque entreprise visitée devait apposer son tampon sur une fiche. Les besoins en main d’œuvre sont notés sur une autre fiche en précisant les postes à pourvoir. Ce procédé était pour chaque entreprise.

Retour à 12 h 30 à R.E.S avec un plateau repas.

Sur 91 entreprises visitées, 84 offres d’emploi ont été recensées dont 17 offres de stage.

Toutes ces offres collectées seront transmises au P.I.S.E (Point Information Service Emploi) sis à Montbazon, qui, après étude, les diffusera parmi toutes les autres offres d’emploi du département.

Journée gratifiante au sein de R.E.S.

Bravo à Sandie et à l’équipe : Sylvie, Christine, Violaine et David et à Sylvain Massicarde de l’AFPP.

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 10:13

Mardi soir, l’ancienne mairie de Saint-Paterne accueillait une quinzaine de personnes venues se renseigner sur la création d’une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) sur le territoire.

Cette réunion a été initiée par Benjamin Petithomme, président de l’AMAP de l’Escotais, pour que les producteurs qui intègrent cette association puissent se faire connaître, présenter leur parcours et leurs productions. Et, c’est Loïc Macé, membre du CA, qui mena la réunion.

Pourquoi cette AMAP en voie de création a-t-elle déjà un conseil d’administration ?

C’est Maud Pichol, la trésorière, qui répond : « Le rôle de l’AMAP c’est d’aider au maximum le producteur qui souhaite s’installer et la rejoindre. Celui-ci saura combien nous avons d’adhérents et pourra ainsi caler sa production pour éviter de la perte. »

Gwenaëlle Pambouc, membre du CA ajouta : « Le producteur qui nous rejoint, comme notre maraîcher, Benjamin Pousin, a besoin d’au moins 2 mois pour commencer à produire. Nous nous occupons de toute la partie externe à la production. Pendant cette période préliminaire, il n’a à s’occuper que de son jardin, travailler la terre, semer et récolter. »

Loïc, qui avait fait partie de l’AMAP « Au fil du Long », a su faire une présentation très complète du rôle que peut jouer une AMAP pour permettre aux « agriculteurs-paysans » de vivre correctement de leur travail.

Petit historique sur l’histoire des AMAP

Les premières AMAP se sont créées au Japon où des mères de famille se sont aperçues qu’elles donnaient de la nourriture polluée à leurs enfants. Ce fut la découverte de l’agriculture « bio ». Ce concept fit des émules au Canada, aux USA et une réflexion commença à voir le jour en Europe. Cette évolution répondait à un besoin de manger sain et bon. C’est en 2000 que s’est créée en France la première AMAP. Cela a entraîné la mise en place d’une charte et d’un engagement entre les producteurs et les Amapiens.

Ramenons ces généralités au cas concret de Benjamin, notre maraîcher. Benjamin va s’installer. Grâce à l’AMAP, sa production va être fonction du nombre de personnes inscrites. Ces personnes, grâce à la charte et au partenariat entre consommateurs et producteurs, vont payer les légumes au prix réel de la production. Le paiement se faisant en amont est un soutien efficace pour le producteur et une certitude pour le consommateur d’avoir, tout au long de l’année, son panier de légumes bios et de saison sans intermédiaire. Ce système permet au producteur de vivre de son travail.

L’AMAP est un acte militant, un soutien aux petits paysans sur le local. Dans la problématique de reprises de terres, l’AMAP aide à la reprise de petites structures. Son souhait serait de voir s’installer un maraîcher par commune qui pourrait nourrir le village !

Notre but, c’est de changer la donne en créant du lien avec les paysans loin de la grande surface !

Les membres du CA : de droite à gauche : Benjamin Petithomme, Anaël Fey, Loïc Macé, Maud Pichol et Gwenaëlle Pambouc

Les membres du CA : de droite à gauche : Benjamin Petithomme, Anaël Fey, Loïc Macé, Maud Pichol et Gwenaëlle Pambouc

Ces généralités achevées, chaque producteur comptant faire partie de l’AMAP de l’Escotais se présenta.

Benjamin Pousin, maraîcher « Les jardins de la Fontaine ».

Je suis arrivé à Saint-Paterne il y a un an. Je me demandais « Comment aller sur des circuits courts sans intermédiaire ? » l’AMAP m’a apporté la solution.  Je suis en conversion bio et je propose 3 tailles de panier avec une livraison chaque semaine. Le contrat engage le consommateur sur environ 45 semaines par an. Suivant les saisons, plus de 45 variétés de légumes sont cultivées. Je travaille mon sol manuellement, pas de tracteur. Les adhérents peuvent venir voir le jardin sans problème.

Damien Enizan, paysan-boulanger, Chemillé-sur-Dême

J’étais chef de chantier et je construisais des routes et des ponts en Afrique et ailleurs, loin de mes valeurs. Ma mère, agricultrice arrivant à la retraite, je décide de tout plaquer et de m’installer sur une partie de ses terres.

Je contacte un boulanger et j’entame ma reconversion professionnelle avec des stages au Pays Basque. Le métier m’a tout de suite plu. J’ai passé mes diplômes avec succès et j’obtiens le sésame pour m’installer « paysan-boulanger ».

Actuellement, je suis en conversion bio pour encore deux ans (2023). Je me suis donc lancé dans la culture de céréales anciennes avec un intérêt particulier pour les blés : blés, petit épeautre, sarrasin, seigle, tournesol pour les graines. J’ai quelques transformations à apporter à la ferme où je vais installer un moulin et un four (il va arriver fin février). Je souhaitais acquérir une autonomie complète du grain au pain !

Je m’engage à faire une tournée de pain une fois par semaine pour l’AMAP. J’envisage de proposer 5 types de pains.

Mon projet a été soutenu par l’AMAP.

Audrey Boudrot, paysanne-meunière

J’ai rejoint mon conjoint sur la ferme. Comme Damien, je me suis lancée dans la culture des céréales pour faire différentes farines qui sont vendues en sacs de 1, 2, 5 kg. Une partie de ces farines sert à la préparation de pâtes sèches ou fraîches. Avec Damien, nous avons convenu que, s’il lui arrivait de manquer de farines, je pourrais le dépanner mais, moi, il n’est pas question que je fasse du pain.

Pour moi, les ventes se feraient chaque trimestre pour la farine. Pour les produits phares comme les pâtes fraîches, ce serait toutes les semaines. Et, pour les autres produits, les laps de temps seraient différents.

Christophe Garenne, herboriste à Bueil-en-Touraine

Je suis installé à Bueil depuis 3 mois. Je me suis lancé dans la culture de plantes aromatiques et médicinales et aussi de celles que l’on nomme « les simples », le tout en culture « bio ».

J’ai un terrain de 4 000 m² travaillé à la main mais que dans un proche avenir je compte travailler par traction animale.

Mon but, c’est de proposer en 2022, des tisanes classiques mais aussi avec des mélanges élaborés. 80% des plantes que je cultive sont pérennes et les 20% restants sont annuelles. En 2023, je pense pouvoir proposer des élixirs et autres « remèdes naturels » pour soulager les petits maux du quotidien.

Ces quatre producteurs sont d’ores et déjà prêts à intégrer l’AMAP de l’Escotais. Les responsables sont en contact avec d’autres producteurs locaux pour apporter une plus grande diversité dans les produits (fruits, fromages, savons, …).

Les personnes intéressées peuvent prendre contact avec le président, Benjamin Petithomme, qui les mettra en relation avec les producteurs.

Mail : petinobi@gmail.com

Les producteurs :de droite à gauche : Damien Enizan, Audrey Boudrot, Benjamin Pousin et Christophe Garenne

Les producteurs :de droite à gauche : Damien Enizan, Audrey Boudrot, Benjamin Pousin et Christophe Garenne

Conseil d’administration de l’AMAP de l’Escotais :

Président : Benjamin Petithomme

Trésorière : Maud Pichol

Secrétaire : Anaël Fey

Membres : Gwenaëlle Pambouc, Loïc Macé

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 13:15

PUBLIC EN HERBE

Programmation Jeune Public à la Campagne.

L’association Cultur’O pré,

en partenariat avec le Conseil Départemental d'Indre et Loire, la Région Centre, la communauté de Commune Gâtine Choisilles Pays de Racan et la commune de Neuvy le Roi notamment L’association Cultur’O pré et toute l'équipe de « Public en Herbe » serait heureuse de vous recevoir lors des représentations :

Neuvy-le-Roi : Communiqué de Culture'O pré : Public en Herbe octobre

DIMANCHE 10 OCTOBRE 2021

Salle Armand Moisant- NEUVY LE ROI

À 17H00 « Les contes illustrés du lama caca d’oie » Cie Troll Théâtre, vidéo et dessins en direct

Un nouveau programme de contes avec des animaux comme personnages principaux. Chaque histoire aborde avec humour des petites réflexions et des sujets de discussions avec les enfants. Un « ciné théâtre » décapant, drôle et interactif qui ravira tout le monde : petits et grands, geeks, intellos, littéraires, sportifs, amateurs d’humour, etc !

Ce spectacle accompagne une série d’albums jeunesse. Séance de dédicace des ouvrages à la fin du spectacle.

Conteur : Richard PETITSIGNE - illustrateur Olivier SUPIOT

Spectacles TOUT PUBLIC Merci de bien préciser que les réservations sont conseillées à culturopre@gmail.com ou au 07.66.19.39.24

Le tarif est de 6 euros par personne.

Neuvy-le-Roi : Communiqué de Culture'O pré : Public en Herbe octobre

DIMANCHE 24 OCTOBRE 2021

Salle des fêtes- ST PATERNE RACAN À 17H00

« On marche sur la tête ! » Xavier Stubbe

Concert humoristique à butiner en famille

Dans « On marche sur la tête », Xavier Stubbe se pose des questions et invite son jeune public à s’interroger et réfléchir sur tout ce qui concerne son quotidien, sans jamais se départir de l’humour qui le caractérise. Une mise en scène poétique et drôle, un univers festif où les peaux des percussions côtoient les drum-machines, les cordes des guitares se frottent aux samples programmés, et les lames du vibraphone, aux effets des pédales-board ! Alors tu sais ? Tu ne sais pas ? Tu viens ? Tu ne viens pas ? Mais si tu es curieux et que tu aimes les surprises… ce spectacle est fait pour toi !

Spectacles TOUT PUBLIC

Réservations conseillées à culturopre@gmail.com ou au 07.66.19.39.24

Le tarif est de 6 euros par personne.

Facebook : public en herbe / Instagram @culturopre

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 12:57
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Le cinéma est de retour

Et, pour en savoir plus, le synopsis du film.

Saint-Christophe-sur-le-Nais : Le cinéma est de retour
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 11:49
Saint-Paterne-Racan : Concert organisé par "Les Amis de l'orgue"

Concert de musique baroque sacrée pour 2 sopranos et orgue.
Le programme de ce concert a été élaboré en sélectionnant les duos de sopranos les plus représentatifs de la période baroque. Les Leçons de Ténèbres de Couperin font découvrir (ou re-découvrir) à l’auditeur la virtuosité et la vocalité de cette période, sur le texte des Lamentations de Jérémy.
Puis sont abordés les grands compositeurs de toute l’Europe : Vivaldi, Haendel et même Mozart, souvent considéré comme pouvant appartenir à une forme de « baroque tardif ».
Extraits d’Israël en Egypte, Dixit Dominus de Haendel, Grande Messe en Ut de Mozart, Magnificat de Bach et Vivaldi.
Les pièces d’orgue ajoutent à la virtuosité vocale, les performances des plus brillantes partitions de JS Bach.

Renseignements : Tel 0668657214

 
Estelle RABAUD,Mezzo Soprano, Chantal BOULAY, Organiste et Sabine THIERS, Soprano

Estelle RABAUD,Mezzo Soprano, Chantal BOULAY, Organiste et Sabine THIERS, Soprano

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 18:41

Réactions des habitants du territoire à l’arrivée des feuilles d’automne !

 

Vendredi soir, les responsables du Collectif Citoyen ont convié les adhérents à une réunion à Rouziers-de-Touraine. À 19 h 30, Philippe Gautier ouvre la séance en souhaitant la bienvenue à la cinquantaine de personnes présentes composée de propriétaires, locataires et élus et et les remercie pour la confiance accordée aux créateurs. Il précisa aussi que la réunion se passera dans le respect des consignes sanitaires (pass présenté à l’entrée) et que chacun devra garder son masque dans la salle.

Les 4 personnes à l’origine de ce Collectif se présentent, chacune ayant eu ou ayant encore une fonction d’élu.

L’ordre du jour est ensuite annoncé, certaines personnes, pas encore inscrites, n’en ayant pas eu connaissance.

Jean-Marc Chahignan, aborde le premier point à l’ordre du jour, point important pour le devenir du collectif actuel qui a atteint ce soir la centaine d’adhérents.

Ordures ménagères : Succès pour la première réunion en présenciel du « Collectif Citoyen »

1-Proposer des référents par communes

En ce début de réunion, pas de véritable accroche au sein du public, mais au fur et à mesure du déroulement de la soirée, plusieurs personnes comprennent le rôle qu’elles pourront jouer dans leur commune et auprès de leurs amis pour les inviter à rejoindre le collectif et à participer aux actions menées.

2-Transformer le collectif en association

Philippe fait remarquer : « Au début, le nombre d’adhérents stagnait mais à la tombée des feuilles d’automne dans les boîtes à lettres, les habitants du territoire se sont réveillés et le nombre d’adhérents est en hausse chaque jour. »

Jean-Marc explique qu’un collectif a des pouvoirs limités et que si l’on souhaite mener des actions il faudra de l’argent. D’où l’importance de cette transformation. Un vote est organisé pour acter cette transformation et les 51 personnes présentes donnent leur accord. La cotisation est fixée à 5 € par adhérent. Une assemblée générale sera organisée pour valider les statuts, élire les membres du bureau (les candidats sont invités à se faire connaître par mail) et déclarer l’association en préfecture en précisant son siège social.

3-Discussion sur la mise en place de la TEOM

Plusieurs personnes prennent la parole pour exposer leur cas personnel. Pour l’ensemble des présents propriétaires de leur habitation (moins une personne) leur feuille de taxes foncières les a désagréablement surpris en voyant apparaître dans une nouvelle colonne réservée aux OM, le montant de la taxe appliqué et la somme qui en découle et se rajoute ainsi au montant du foncier bâti. Des augmentations disproportionnées par rapport au volume d’ordures ménagères déposé. De plus, certaine feuilles d’impôts comportent de grosses « erreurs » comme l’ont reconnu les élus responsables de cette nouvelle facturation. La seule personne ayant eu une légère diminution est une locataire qui a tenu à exprimer son mécontentement sur la façon dont on impose aux personnes un choix de ramassage préétabli : « Où j’habitais avant, la facturation était faite au nombre de levées. Ici, on m’a dit que ce n’était pas possible. » Il est vrai que de nombreux utilisateurs ne mettent pas leur poubelle chaque semaine.

Jean-Marc a, feuille d’impôt en mains, fait une lecture expliquée des différentes colonnes et des résultats qui en découlent. Les frais de gestion font « bondir » les usagers !

De cette discussion est ressortie l’injustice flagrante de ce mode de taxation. L’ensemble des présents opte pour un retour à la REOM incitative, c’est-à-dire basée sur le volume de déchets produits ou TEOM incitative avec une part fixe et une part calculée sur la production : levées ou pesées. Les poubelles des habitants de l’ex CC de Gâtine-Choisilles sont déjà équipées de poubelles « pucées » mais pas celles de l’ex CC Pays de Racan. La solution est simple et peu coûteuse : on équipe toutes les poubelles de puces et chacun paiera un juste prix et sera incité à trier du mieux possible ses déchets et à les réduire. Actuellement, beaucoup se demande « pourquoi trier ? »

Plusieurs actions ont été avancées pour marquer le mécontentement des usagers par rapport à l’injustice de la TEOM.

4- Rencontre avec Éric Lapleau

Lors de la mobilisation du collectif devant le siège de la Com Com, le 15 septembre, Éric Lapleau, vice-président en charge de ce dossier, avait accepté une rencontre avec des membres du collectif. Des personnes sont prêtes à discuter avec lui : Mme et MM. B. L, G. R., P. H. (candidats de la salle) et les 4 créateurs

5-Les actions à mener pour se faire connaître

  • Des cafés citoyens

Cela permettrait d’aller vers les habitants du territoire. En effet, on a constaté que de nombreuses communes ne sont pas représentées au niveau des adhérents. Ce sont souvent de petites communes où le bâti est moins cher et l’augmentation moins sensible même si, quelques cas concrets prouvent le contraire.

  • Lancer une pétition

Action qui est validée à 100%. Dès qu’elle sera rédigée, elle sera mise en ligne sur différents supports et sera tirée sur papier pour recueillir des signatures auprès des habitants (d’où le rôle des référents par communes).

Éditer des flyers (Jean-Marc se charge de leur création) qui seront envoyés par mail chacun utilisant son carnet d’adresses pour multiplier les envois. Un peu de boîtage peut aussi être envisagé sur certains secteurs.

Un ancien élu aimerait connaître le bilan de sortie de la REOM. Jean-Marc rappelle qu’avant il y avait deux communautés de communes avec un système de facturation différent. Sur Racan, c’était le SMIOM basé à Couesmes qui facturait les OM. Ce syndicat regroupait les communes du canton de Neuvy-le-Roi et certaines du canton de Château-la-Vallière. Quand il a été dissous, il y avait un trou de 300 000 € qu’il a fallu combler. Cette dette a été partagée entre notre Com Com et celle de Touraine Nord-Ouest, ce qui, pour les élus justifie le passage à la TEOM et aux augmentations que cela induit.

Une première demande de documents adressés à la Com Com étant restée sans réponse, elle sera réitérée concernant le budget 2020, les prévisions 2021 et les marchés publics. Philippe va s’en charger.

Il a été décidé qu’avant la prochaine assemblée, ceux qui le désirent peuvent envoyer leurs idées par mail pour de futures actions.

Beaucoup de projets à mener à terme. Cette première réunion s’est déroulée dans une bonne ambiance dans le respect des autres, chacun ayant pu s’exprimer comme il le souhaitait.

Pour rejoindre le collectif :

 https://collectifgatineracan.org/abonnement-au-collectif-gatine-racan/

Pétition en ligne : https://chng.it/FQnHHqsgqy

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 07:58

Cette année, pour les « Journées du Patrimoine », en accord avec la municipalité, l’association « Histoire et Patrimoine », sous la conduite de Fabrice Mauclair, samedi matin, et de Lionel Royer, dimanche après-midi, a permis à plus de 50 personnes de mieux connaître le riche passé de Saint-Christophe-sur-le-Nais.

Les visiteurs devant l'Hôtel de Ville
Les visiteurs devant l'Hôtel de Ville
Les visiteurs devant l'Hôtel de Ville

Les visiteurs devant l'Hôtel de Ville

Au départ, fixé devant l’hôtel de ville, Catherine Lemaire, maire de la commune, entourée de quelques élus, et Philippe Larus, président de l’association, souhaitèrent la bienvenue aux Christophoriens présents mais également aux nombreuses personnes étrangères à la commune.

Les élus et Le président d'Histoire et Patrimoine
Les élus et Le président d'Histoire et Patrimoine

Les élus et Le président d'Histoire et Patrimoine

Philippe Larus indiqua que, ce parcours créé en 2004 par l’association, avait grand besoin d’un rafraîchissement et que ce projet devait être l’une des actions engagées pour les 20 ans d’Histoire et Patrimoine. Finalement, ce projet a été repris par la municipalité et mené à bien pour être de nouveau opérationnel pour ces Journées du Patrimoine. 

Philippe Larus s'adressant aux visiteurs

Philippe Larus s'adressant aux visiteurs

Il passa ensuite la parole à Madame le Maire : « Ce travail a été réalisé en partenariat avec les associations Histoire et Patrimoine et Rayonnement de Vaudésir. Plusieurs réunions ont eu lieu et nous avons décidé de refaire les plaques du premier parcours en travaillant avec l’imprimerie Lesage et d’en créer un nouveau mettant en valeur 6 nouveaux sites sur la commune. Nous avons donc « Au fil des rues » pour la découverte du bourg, et « Au fil des chemins » pour les extérieurs. Les nouvelles plaques sont arrivées vendredi après-midi et elles ont aussitôt été mises en place pour ces Journées du Patrimoine grâce à Pascal, notre employé communal, et à Emmanuel, l’adjoint qui a suivi ce projet. Il reste encore à venir le planimètre, la table d’orientation et les dépliants.»

Catherine Lemaire présentant le travail sur le projet
Catherine Lemaire présentant le travail sur le projet
Catherine Lemaire présentant le travail sur le projet
Catherine Lemaire présentant le travail sur le projet

Catherine Lemaire présentant le travail sur le projet

Cette déambulation dans le village a permis aux personnes présentes de découvrir les curiosités propres à la commune comme les cavités aussi nombreuses que les habitants et s’étageant sur 4 niveaux. Ils ont aussi appris pourquoi Saint-Christophe est doté d’un hôtel de ville et non d’une mairie, les liens de l’écrivaine Daphné du Maurier avec cette commune, la présence à la même période de deux enfants de Saint-Christophe devenus médecins et membres de l’Académie des Sciences. On ne peut parcourir ce beau village sans faire une halte sur sa place entourée de belles maisons en pierres du pays ni mentionner le nom du seigneur du lieu, Jehan d’Alluye, qui ramena de la croisade un morceau de « la vraie croix », qui est à l’origine de la croix de Lorraine ! Les noms des rues évoquèrent les activités passées : rue des Potiers, des Tanneurs, des Grands Moulins….et la rue du Vieux Château pour rappeler la présence d’une motte féodale et les restes d’un donjon !

Déambulation dans le village
Déambulation dans le village
Déambulation dans le village
Déambulation dans le village
Déambulation dans le village

Déambulation dans le village

La visite de dimanche s’est terminée au niveau de l’église où un concert était offert pour clore ces Journées du Patrimoine.

Lorsque les dépliants seront prêts, chacun pourra, à sa vitesse, reprendre le parcours en allant de plaque en plaque pour découvrir les 9 sites dignes d’intérêt dans le cœur du village.

L’association Histoire et Patrimoine peut, sur demande, organiser des visites guidées du bourg et de l’église.

Prochaines manifestations à la salle socioculturelle « Le Foyer » :

Conférence sur la justice en Touraine le 24 septembre à 20 h 30

Conférence sur les faïences de Saint-Christophe le 29 octobre à 20 h 30

Semaine d’animation pour les 20 ans de l’association du 12 au 19 novembre

Contact : 02 47 29 33 18 mail : hp.scsln@gmail.com

Site : http://histoire-patrimoine.jimdofree.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages