Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 17:24

 

Partager cet article

Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 09:48

Le Clos Saint Gilles et la chapelle vous proposent diverses animations pour les beaux jours.

 

 

 

Jean et Thierry seront ravis de vous accueillir dans le cadre magnifique de leur jardin !

Saint-Christophe-sur-le-Nais : À vos agendas "Animations autour de Saint-Gilles"
Saint-Christophe-sur-le-Nais : À vos agendas "Animations autour de Saint-Gilles"
Saint-Christophe-sur-le-Nais : À vos agendas "Animations autour de Saint-Gilles"
Saint-Christophe-sur-le-Nais : À vos agendas "Animations autour de Saint-Gilles"

Partager cet article

Repost0
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 16:11

 

Partager cet article

Repost0
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 12:46

 

Partager cet article

Repost0
19 avril 2019 5 19 /04 /avril /2019 10:07

Jacques Verrière est normalien, docteur en géographie. Il a enseigné à l'Université de Caen, puis à à l'Université de Tours et en classes préparatoires. Il est auteur d'ouvrages de référence.

 L'homme au manteau partagé a suscité une floraison de vitraux. Provenant de cathédrales ou de modestes églises rurales de Touraine et jalonnant 8 siècles de création artistique, de 1214 à 2009, que racontent ces vitraux de Saint Martin?

Un sujet éminemment tourangeau à découvrir.

Jacques Verrière dédicacera son  livre " Le Vitrail. Reflet de Saint-Martin ?" après la conférence.

Partager cet article

Repost0
15 avril 2019 1 15 /04 /avril /2019 15:22

Charles et Rita Nobilleau, Christophoriens producteurs de champignons (pleurotes et shitakés), envisagent de cesser leur activité avant la fin de l’année 2019, pour prendre une retraite bien méritée et sont donc à la recherche d’un repreneur.

Avant de se mettre à son compte, Charles a d’abord travaillé comme ouvrier champignonniste à Saint-Paterne-Racan, où il y avait plusieurs exploitations de culture de champignons de Paris.

C’est en 1986 qu’ils ont fait l’acquisition de la cave en tuffeau située à Piéri, sur la commune voisine de Dissay-sous-Courcillon, juste en limite avec Saint-Christophe-sur-le-Nais, et qu’ils ont débuté leur exploitation en tant que champignonnistes, avec une culture de pleurotes dans cette immense cave sur une superficie de 6 000m², et de shitakés, dans une cave en location à Saint-Paterne-Racan, sur une superficie de 1 200m² avec les serres.

L'entrée de la cave de Piéri et la galerie principale
L'entrée de la cave de Piéri et la galerie principale

L'entrée de la cave de Piéri et la galerie principale

Pourquoi avez-vous choisi de cultiver des pleurotes ?

Il y avait trop de concurrence pour le champignon de Paris ce qui faisait un peu tort à la qualité. Les tarifs pratiqués par certains rendaient l’alignement difficile. C’est pour cette raison que j’ai choisi les pleurotes. Je suis un « pleuroticulteur » même si ce terme ne figure pas encore dans le dictionnaire !

Qu’est-ce qui vous a fait choisir la cave de Piéri ?

Cette cave de tuffeau offre une galerie principale qui fait plus de 300 m de long avec des dizaines de bras attenants. Elle a autrefois servi de carrière de pierres de taille. Ensuite, on y a cultivé des champignons de Paris jusque dans les années 1950. Et puis, elle est très proche de mon lieu de résidence, ce qui est aussi un atout.

Avez-vous suivi une formation particulière ?

J’avais déjà quelques notions de par mon emploi en tant qu’ouvrier. Je me suis documenté en sachant que pour réussir dans cette culture, il faut « sentir le champignon ». On doit le surveiller sans cesse, venir le voir tous les jours en passant dans chacune des galeries. En principe, il faut compter 8 à 10 jours en été pour qu’il arrive à maturité et 3 à 4 semaines en hiver. Il faut rester très vigilant car à la fin, ça peut aller très vite ! Mais, parfois, la météo, peut faire accélérer ou ralentir la pousse, d’où une surveillance constante.

Une photo souvenir qui trône en bonne place dans le "bureau"

Une photo souvenir qui trône en bonne place dans le "bureau"

Où vous procurez-vous le compost et quels soins particuliers donnez-vous à vos pleurotes ?

Le compost que j’utilise vient de Bretagne. Il est préparé par la société « Eurosubstrat S.A ». Mais, effectivement, avoir un bon compost ne fait pas tout. Nous devons veiller à fournir à nos champignons un environnement sain : température, humidité et lumière sont contrôlées. « Voyez, aujourd’hui, » me confie Rita, lors de ma visite dans les différentes galeries, « il fait très froid aussi nous baissons les rideaux d’entrées des galeries pour éviter que le vent froid ne s’y engouffre. L’idéal, c’est de pouvoir maintenir une température de 13 à 14°. » De gros ventilateurs sont là pour brasser l’air. Côté humidité, des murs d’eau et des brumisateurs maintiennent un taux de 80% et, pour la lumière, des néons restent allumés en permanence. Une panne de courant peut, si l’on tarde à s’en apercevoir, anéantir tous les champignons.

Un mur d'eau le long des serres

Un mur d'eau le long des serres

Les serres en face de la cave

Les serres en face de la cave

Petite visite-découverte de la cave

Après avoir parcouru plusieurs dizaines de mètres, nous arrivons dans l’alcôve où se trouvent deux frigos, le bureau et où les champignons sont triés.

En suivant Rita, nous passons devant l’arrière du second frigo et trouvons des cageots de pleurotes prêts pour la livraison. Un peu lus loin, Rita soulève un rideau et me montre une galerie où des parallélépipèdes bâchés de noir ont été déposés le 11 avril. Par endroit, on commence à apercevoir les premières petites touffes de pleurotes qui pointent leur nez. Une autre galerie contenant également ces parallélépipèdes mis en place le 5 avril, commence à être exploitée.  Ces supports de culture pour les pleurotes pourront donner 3 récoltes. C’est chaque jour qu’il faut passer pour les récoltes car d’un jour à l’autre, l’évolution peut être très rapide. Après avoir eu un ouvrier, c’est maintenant Charles et Rita qui assurent seuls la gestion, la cueillette et la livraison de leur récolte.

Les champignons sont triés avant leur conditionnement pour la livraison

Les champignons sont triés avant leur conditionnement pour la livraison

Les supports ont été placés dans cette galerie le 11 avril
Les supports ont été placés dans cette galerie le 11 avril

Les supports ont été placés dans cette galerie le 11 avril

Ici, ils ont été placés le 5 avril et la récolte a commencé

Ici, ils ont été placés le 5 avril et la récolte a commencé

Où écoulez-vous votre récolte ?

Essentiellement sur Tours, au marché de gros de Rochepinard, mais aussi un peu partout en France et même à l’étranger par le biais de grossistes. Nous effectuons nos livraisons 2 fois par semaine, le mardi et le vendredi matin. Ces dernières années, notre récolte s’échelonne entre 33 et 47 tonnes.

Nous avons maintenant une bonne clientèle aussi, vous comprenez notre souhait de voir notre exploitation reprise pour faire perdurer tout le travail que nous avons réalisé et les liens que nous avons tissés avec nos pleurotes et nos shitakés. Notre exploitation est répertoriée sur le site de la chambre d’agriculture et celui de la SAFER. Nous sommes prêts à aider un repreneur pendant quelques temps s’il le souhaite. C’est un travail prenant mais qui nous a apporté aussi des satisfactions.

Dans l'alcôve où Charles travaille, on peut voir les portes de l'un des frigos

Dans l'alcôve où Charles travaille, on peut voir les portes de l'un des frigos

Quelques renseignements un peu plus techniques sur l’exploitation

Exploitation en production de champignons (en volume 92% en pleurotes et 8 % en shitakés ).
L'outil de production est composé de :
- 7000 m² de caves, avec 11 galeries bétonnées avec électricité et extracteur air.
- 3000 m² de terrain avec 1200 m² de serres plastiques (en 25*5).
- 3 frigos (2 dans la cave 3 T au total) et un à l'extérieur.
- un manitou, balances
Exploitation
Type d'installation : Individuelle
Mode de cession : Tout en vente
Activité : Culture, Champignons / truffes.
SAU : 0,30 ha
Logement repreneur : Logement à trouver
Conditions de reprise
Vente de l'ensemble pour 145 000 € comprenant la vente de la cave, du terrain avec les serres, matériel et clientèle.
Profil candidat recherché
ouvert à tout porteur de projet.
Phase de pré installation = parrainage possible.
Prix de cession
145 000 €

Le grand frigo extérieur

Le grand frigo extérieur

Alors, si ce petit reportage vous a plu, si devenir « pleuroticulteur » vous tente, n’hésitez pas à contacter Charles et Rita Nobilleau. Et surtout, parlez-en autour de vous, des vocations peuvent ainsi naître.

Tél : 02 47 29 28 64 ou 02 43 44 56 19 ou 06 07 65 84 50

Autre photo souvenir (2011) : cueillette dans l'une des chapelles (intérieur des serres)

Autre photo souvenir (2011) : cueillette dans l'une des chapelles (intérieur des serres)

Partager cet article

Repost0
13 avril 2019 6 13 /04 /avril /2019 11:35

La CCGCPR acquiert quelques spectacles qui sont diffusés pour la plupart dans la salle des Quatre Vents, à Rouziers-de-Touraine. Madame le Maire de Saint-Christophe s’est un peu démenée pour obtenir que l’un des spectacles puisse être décentralisé sur sa commune et ce fut donc le cas, vendredi soir, avec un spectacle entre « théâtre et chansons » comme le définissent les deux acteurs, Pascal Marcault et Philippe Piau, avec une mise en scène de Pierre Sarzacq.

Au cours de la soirée, les comédiens ont amené les spectateurs, malheureusement pas très nombreux, dans l’univers drôle et touchant de Bourvil. Comme décor, un bistrot, le buffet de la gare. Le cafetier musicien est en pleine composition musicale lorsqu’arrive son client, Fredo, le porteur de la gare, un peu déprimé. Et c’est là que Bourvil intervient grâce aux nombreux textes qu’il a écrits et interprétés. Les acteurs, en utilisant ces textes, nous font vivre une histoire simple, pleine d’humanité, par leurs regards, leurs sourires et leurs émotions. La musique joue un rôle important dans le spectacle.

Ce spectacle se vit comme une soirée de retrouvailles entre deux copains, les « vieux frères » qui ont monté ce projet fruit d’une longue amitié et aussi d’une longue collaboration.

Quelques clichés pris au cours de la soirée
Quelques clichés pris au cours de la soirée
Quelques clichés pris au cours de la soirée
Quelques clichés pris au cours de la soirée
Quelques clichés pris au cours de la soirée
Quelques clichés pris au cours de la soirée

Quelques clichés pris au cours de la soirée

Pendant plus d’une heure, soit en paroles, soit en chansons, les spectateurs ont pu revivre quelques-unes des chansons écrites par André Bourvil, né André Robert Raimbourg, le 25 juillet 1917, et disparu le 23 septembre 1970 à 53 ans.

Voici un aperçu des chansons évoquées durant le spectacle :

La rumba du pinceau, la tendresse, ballade irlandaise, l’eau ferrugineuse, Vieux frères, le p’tit bal perdu, c’est le piston, salade de fruits, un clair de lune à Maubeuge, …

Et, pour terminer la soirée, certains spectateurs eurent droit à un petit verre de vin pour trinquer à l’Amitié, le nom donné au voilier des « Vieux frères ». Une salve d’applaudissements salua les deux artistes et un petit échange verbal eut lieu avec eux avant que chacun ne regagne ses pénates. Une belle initiative à renouveler !

Partager cet article

Repost0
8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 08:22

 

 

Partager cet article

Repost0
7 avril 2019 7 07 /04 /avril /2019 08:51

Profitant de ces journées, nous avons décidé, samedi après-midi, d’aller voir l’atelier de Ianek Kocher, sculpteur sur pierre, à Chemillé-sur-Dême, atelier ouvert exceptionnellement dans le cadre des Journées européennes des métiers d’art. Le thème retenu cette année est « Signatures de territoires». Il faut reconnaître que côté patrimoine, notre région est bien pourvue. Aussi, notre sculpteur local, reconnu comme véritable artiste au vu de ses nombreuses récompenses, ne manque pas de travail.

Il est installé sur le territoire du Pays de Racan depuis 2011, date à laquelle il a repris l’atelier de Gabriel Réau, à Biéné, sur la zone du Vigneau. Dans la continuité de son prédécesseur, il est animé de la même volonté, celle de « produire un travail de qualité dans le respect du style et des aspirations des commanditaires » comme il le dit lui-même.

La maquette et le 3ème fronton du château de Rigny-Ussé
La maquette et le 3ème fronton du château de Rigny-Ussé
La maquette et le 3ème fronton du château de Rigny-Ussé

La maquette et le 3ème fronton du château de Rigny-Ussé

En ce moment, il est en train de réaliser après les deux premiers, le 3ème fronton des lucarnes du château de Rigny-Ussé. Cet ensemble monumental, en pierre calcaire semi-dure venant de Charente, pèse environ 3 tonnes.  Avant de se lancer dans la construction, il réalise toujours une maquette en plâtre qu’il présente à ses commanditaires et aux architectes. Et, l’avantage, nous dit-il, « c’est que lorsque nous travaillons à plusieurs sur le chantier, cela permet à chacun de bien appréhender l’ensemble de l’œuvre. »

Comme on peut le constater en comparant la maquette et le fronton monté contre un des murs de l’atelier, il reste encore quelques sculptures à faire. Cela fait déjà 3 mois que le travail est commencé. Il est prévu que ce fronton soit installé à sa place définitive sur le château de Rigny-Ussé fin mai.

Le buste de Léonard de Vinci en plâtre avec le copieur et le buste en marbre qui prend forme
Le buste de Léonard de Vinci en plâtre avec le copieur et le buste en marbre qui prend forme
Le buste de Léonard de Vinci en plâtre avec le copieur et le buste en marbre qui prend forme
Le buste de Léonard de Vinci en plâtre avec le copieur et le buste en marbre qui prend forme
Le buste de Léonard de Vinci en plâtre avec le copieur et le buste en marbre qui prend forme

Le buste de Léonard de Vinci en plâtre avec le copieur et le buste en marbre qui prend forme

En parallèle, une autre œuvre est en cours de création : une statue de Léonard de Vinci, en marbre de Carrare, marbre qu’il est allé chercher lui-même en Italie. Pour cette statue, il a d’abord fait une ébauche dans un bloc de marbre et, avec un copieur à 3 points, il reporte point par point, le modèle en plâtre qui lui a été fourni.

Ianek Kocher explique l'utilisation et le rôle des différents outils qu'il utilise
Ianek Kocher explique l'utilisation et le rôle des différents outils qu'il utilise

Ianek Kocher explique l'utilisation et le rôle des différents outils qu'il utilise

Cette visite a été très intéressante grâce aux explications et commentaires fournis par le sculpteur qui prenait le temps de répondre aux questions de ses nombreux visiteurs.

À l’extérieur, on a pu remarquer quelques commandes en attente : des chimères à reproduire, un petit fronton à restaurer ou à refaire,…

Des travaux en attente...
Des travaux en attente...

Des travaux en attente...

Il aime bien travailler la pierre de tuffeau qui est assez facile à sculpter. Il a déjà de très nombreuses œuvres à son actif et le livre photo de ses réalisations, livre que nous avons pu feuilleter librement, laisse voir l’immense talent de ce jeune sculpteur qui est très apprécié et demandé.

N’oublions pas que c’est lui qui a réparé le fusil et le doigt de notre soldat sur le monument aux morts de Saint-Christophe-sur-le-Nais.

Un extrait du blog de Ianek Kocher

Fort de son expérience sur des monuments prestigieux, l'atelier est reconnu pour ses travaux auprès des architectes et des professionnels avec qui il collabore tant au niveau de la qualité des ouvrages exécutés que pour le respect des délais imposés.

Par ailleurs, il propose pour les particuliers des prestations en décoration d’intérieur et d’extérieur : cheminées de style, fontaines, statues, tables ouvragées, ornementations, gravures.

La maquette qui lui a permis d'obtenir le trophée de Saint-Malo

La maquette qui lui a permis d'obtenir le trophée de Saint-Malo

L'atelier a obtenu en février 2018, le prix départemental et régional des métiers d'art 2017 pour la réalisation du trophée du fort de la Conchée en baie de Saint-Malo.

Il s'agit d'un fort construit par Vauban au large de Saint-Malo pour défendre la cité des Anglais ou des Hollandais. Il a été ravagé par les intempéries et les bombardements de la 2nde guerre mondiale. Une association s'est créée pour le reconstruire.

Les récompenses obtenues par Ianek Kocher

Prix Touraine Métiers d’art 2013, 2017

Prix régional des Métiers d’art 2013, 2017

 

Pour contacter l’atelier

Tél : 06 24 21 86 90 ; mail : ianek_kocher@yahoo.fr

Les horaires d'atelier :

7h30 à 17h00 du lundi au jeudi

7h30 à 16h00 le vendredi

Il est préférable de prendre rendez-vous.

Partager cet article

Repost0
6 avril 2019 6 06 /04 /avril /2019 14:57

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages