Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 08:44

Bonjour à tous,
 
Le tissu associatif est une richesse pour chacun d'entre nous.
Les GRBueil font partie de ce maillage pour développer et partager les valeurs en lesquelles ils croient : ouverture à l'autre, socialisation, dépassement de soi, enrichissement culturel et humain, sensibilisation à l'environnement.....
Votre enfant, vous-même avez partagé un moment de convivialité avec les GRB ou souhaitez découvrir notre association alors l'Assemblée Générale est le moment privilégié pour cette rencontre ou ces retrouvailles.
Le verre de l'amitié clôturera ce moment d'échanges sur les actions passées et celles à venir.
Cordialement,
 
L'équipe des GRBueil
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans vie associative
commenter cet article
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 10:57

Pour présenter le bilan du festival des Kampagn’arts 2016, Bouge ton bled avait convié ses invités dans le cadre champêtre et décoré aux couleurs d’Halloween des caves de Piery. Parmi l’assistance, on notait la présence de Jean-Pierre Poupée, maire de Saint-Paterne-Racan, commune où se déroule le festival, et de Didier Descloux, vice-président de la CCPR en charge de la culture.

Vers 18 h, Baptiste Poupée, président de l’association Bouge ton bled, invita tout le monde à prendre place pour assister à la présentation en images du bilan du dixième festival qui s’est déroulé sur deux jours, les 24 et 25 juin derniers. Avant de lancer le diaporama, il s’adressa à la cinquantaine de personnes présentes en ces termes : « Le but de cette soirée est de se retrouver en dehors du festival et dans un cadre différent. Pour faire rapidement un bilan tant moral que financier, je peux dire que ce fut un très beau week-end. Beau grâce à la météo et à la fréquentation avec 9000 festivaliers sur les deux jours. Les journées préparatoires avaient bénéficié d’une météo plutôt désastreuse mais ce qui compte, c’est le résultat ! Nos 10 ans ont été fêtés dignement. Passons maintenant au bilan en images. »

C’est alors que des chiffres significatifs s’affichèrent sur l’écran :

  • 10 jours de montage, 4 jours de démontage.
  • 90 000 paternes vendus (monnaie d’échange sur le festival)
  • 2300 sandwiches kampagn’arts, 800 plats cuisinés, 100 kg d’oignons épluchés, 8000 l de bière avalés.
  • Des milliers de vis, 80 spots installés sur le site, plus d’un kilomètre de câbles déroulés
  • 20 m3 de copeaux pour les toilettes sèches
  • 80 artistes sur les deux jours

Baptiste souligna le fait que cette année il y eut un plus grand partenariat avec d’autres associations du secteur (sud-Sarthe et territoire de Racan) ce qui a permis d’augmenter le nombre de bénévoles. Il adressa de vifs remerciements aux partenaires publics et privés qui apportent leur soutien à ce festival. Certains étaient présents dans la salle.

Côté partenaires publics, il faut citer la Région Centre, la CCPR, la commune de Saint-Paterne

Côté partenaires privés, 37 sont originaires de Saint-Paterne, les autres sont sur Château-du-Loir, Tours. Ce sont pour la plupart des entreprises du secteur.

Pour occuper les festivaliers venus dès le vendredi soir et inciter les habitants du secteur à venir le samedi matin sur le site, un marché gourmand était proposé avec des producteurs locaux, quelques stands d’associations et des animations. 1000 personnes y ont été accueillies.

Pour veiller à la sécurité de tous, 13 vigiles se trouvaient sur place le vendredi soir et 17 le lendemain. Et, pour que les festivaliers puissent rester sur place ou se déplacer sans risque, des campings étaient installés sur 3 emplacements à proximité du festival et les navettes Fil vert de 17 h 30 et 18 h 15 assuraient le transport. 63 festivaliers furent transportés le vendredi soir et 107 le samedi.

La présence de tout ce beau monde a été bénéfique aussi à la vie des commerces du village.

« Nous avions préparé des affichettes expliquant les éventuelles nuisances qu’ils pourraient rencontrer lors du festival et nous les avons distribuées aux habitants riverains du site. Puis, une fois le festival terminé, nous leur en avons redonné une autre pour les remercier de leur compréhension, ceci dans le but d’améliorer la communication. Tout s’est bien passé et nous n’avons enregistré aucun désagrément. »

Baptiste présente le bilan moral  et Léa, assise près de l'écran,  attend pour présenter le bilan financier
Baptiste présente le bilan moral  et Léa, assise près de l'écran,  attend pour présenter le bilan financier
Baptiste présente le bilan moral  et Léa, assise près de l'écran,  attend pour présenter le bilan financier
Baptiste présente le bilan moral  et Léa, assise près de l'écran,  attend pour présenter le bilan financier

Baptiste présente le bilan moral et Léa, assise près de l'écran, attend pour présenter le bilan financier

Puis, pour le bilan financier, c’est Léa Gourdon qui assura les commentaires. « Le bilan financier est positif. Pour le festival, beaucoup de préventes avaient été enregistrées pour les deux jours. Le choix des artistes et de la tête d’affiche reste très important pour ne pas décevoir le public fidèle. Les cachets s’élèvent à plus de 80 000 €. Les taxes comme la SACEM et autres sont trop élevées et réduisent nos recettes. »

Chaque année, pendant le festival, il est de tradition de renouveler les graffs qui décorent l’abri situé sur le site de l’Image, décor qui reste jusqu’à l’année suivante où un nouveau remplacera l’ancien. Cette année, il y a eu aussi des graffs réalisés par les enfants. Pour ne pas qu’ils soient perdus, pendant ces congés de la Toussaint, ils ont été transportés et installés à l’école élémentaire de Saint-Paterne où les enfants auront le plaisir de les retrouver à la rentrée.

Les jeunes de Bouge ton bled, au vu de l’état financier de leur association, ont décidé de se lancer dans quelques investissements. Ils viennent d’acquérir un camion d’occasion qui sera très utile lors des différentes installations et ils vont aussi acheter du matériel électrique. Le camion pourra être prêté à d’autres associations.

Ils ont aussi encore des projets :

  • Mettre en place leur événement en label éco-festival auprès de la Région Centre
  • S’affilier aux chéquiers Clarc
  • Créer un partenariat avec la SNCF
  • Participer à l’Agenda 21 de la CCPR

Quelques dates à retenir

Le Tremplin des Kampagn’arts 2017  aura lieu le 9 avril 2017 à Neuvy-le-Roi.

Comme l’an dernier, il y aura 5 séances de présélections Les prochaines dates sont : le 25 novembre, le 6 janvier, le 28 janvier, le 4 avril.

L’assemblée générale de l’association se tiendra le 27 janvier, à Saint-Paterne-Racan.

Le festival se déroulera le samedi 24 juin, sur le terrain de l’Image.

Un échange avec le public a permis de noter quelques remarques qui permettront d’améliorer encore un peu plus ce festival.

Debout, Jean-Pierre Poupée et Baptiste

Debout, Jean-Pierre Poupée et Baptiste

Puis, Jean-Pierre Poupée demanda à prendre la parole. « Je remercie Bouge ton bled pour l’organisation de ce festival pendant ces 10 années. Pour la prochaine édition, il faudra prévoir une organisation différente à cause des directives émanant de la préfecture suite aux attentats. Au-delà de 2000 personnes accueillies, cela devient compliqué. Il faudra que nous allions ensemble rencontrer le préfet. De toute façon malgré la fusion des communautés de communes, soyez assurés que vos élus défendront toujours les associations du secteur."

La réunion se termina par un apéritif offert par l’association et, pour la plupart des personnes présentes, des sandwiches kampagn’arts étaient prévus de façon à prendre quelques forces avant l’arrivée d’un DJ qui permit de terminer cette soirée réservée aux bénévoles dans une très sympathique ambiance.

Bouge ton bled, bénévoles et partenaires qui soutiennent l'association
Bouge ton bled, bénévoles et partenaires qui soutiennent l'association

Bouge ton bled, bénévoles et partenaires qui soutiennent l'association

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans vie associative
commenter cet article
29 octobre 2016 6 29 /10 /octobre /2016 14:59

Pour prendre connaissance des décisions prises lors de la séance du conseil municipal du vendredi 28 octobre, ouvrez le fichier ci-dessous :

Les élus au cours de la séance

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 08:33

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans chorales
commenter cet article
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 11:55

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans cinéma
commenter cet article
26 octobre 2016 3 26 /10 /octobre /2016 16:59

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans lectures
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 13:14

Le projet des travaux de la Place de la République de Saint-Paterne-Racan avance.

Le cabinet DCI ENVIRONNEMENT a proposé 3 esquisses au Comité de pilotage.

Les habitants de la Commune sont invités à se rendre à l'Espace Multimédia de Saint-Paterne-Racan à partir du 

Mercredi 26 octobre jusqu'au Mardi 15 Novembre 2016 inclus

pour donner leur avis sur ces 3 esquisses proposées.

Esquisse n° 1

Voici la première. Les autres sont visibles sur le site de la commune.

 

Elles seront exposées et « une boite à idées » sera à disposition pour y laisser des remarques.

 

L'Espace Multimédia, 10 rue des Côteaux à Saint-Paterne-Racan, vous accueille du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h et le samedi matin de 9h à 12h.

Il est possible de laisser vos commentaires directement sur le lien ci-dessous:

www.saintpaterneracan.fr

 

 

Repost 0
Published by ROYER Monique
commenter cet article
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 13:10

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans musique
commenter cet article
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 21:16

Commencé en 2009, le plan de sensibilisation au Zéro-Phyto est lancé par la municipalité novicienne auprès de ses administrés. Dans cette optique, le conseil municipal a créé une commission présidée par Paule Haslé ayant pour rôle de sensibiliser le personnel communal à ce nouveau mode d’entretien des espaces communaux. Le travail se fait sous la houlette d’Yves Delcroix, ingénieur conseil en horticulture et paysage à la Chambre d’Agriculture de Chambray-Les-Tours, autour de l’aspect paysager et le cadre de vie du bourg. « Il s’agissait de les interpeller pour les aider à faire. Ce qu’ils ont créé, c’est eux qui en ont eu l’initiative ». 

Déjà en 2012, le désherbage chimique a été largement diminué dans différents lieux : à l’étang avec l’approche d’une solution alternative (paillage, laisser-faire…), aux jardins du presbytère et de la salle de motricité, au mail qui est une zone sensible avec ses aires de jeux, dans les ruelles (binage, débroussaillage, réaménagement des zones difficiles). Le centre bourg, déclaré en Zéro-Phyto depuis 1 an, présente plus de difficultés avec l’entretien des pieds de mur. Yves Delcroix précise : « Tout le monde est concerné, c’est la politique de la qualité de l’eau. À partir de janvier 2017, les gens ne trouveront plus en libre service les produits phytosanitaires non bio et en 2019, le droit de les acheter et de les utiliser disparaîtra. Le Zéro-Phyto  est une autre façon de travailler, il faut accepter de changer  ses méthodes en agissant au quotidien  et en prenant conscience d’arracher les mauvaises herbes que l’on voit sur son passage régulièrement ».      

L’entretien des massifs pose également des problèmes. Une bonne solution est le paillage mais il faut bannir les bâches en  plastique car elles stérilisent les sols et favorisent les campagnols qui font crever les plantes. Des stratégies d’aménagements sont à l’étude, comme par exemple se servir de plantes du paysage rural comme le blé, le maïs pour paysager… Les rencontres de sensibilisation auprès de la population ont été programmées dans le cadre d’un cycle Zéro-Phyto national. Trop longtemps jugés indispensables pour la destruction des mauvaises herbes, les pesticides sont désormais au centre des préoccupations environnementales et de santé humaine. De ce fait, chacun doit se mobiliser pour mettre en œuvre des solutions alternatives telles que : purée d’ortie, eau bouillante sur les herbes indésirables, faux-semis, couvre sols avec des plantes, des débris végétaux, des cartons, désherbage au vinaigre….

En voici quelques exemples :

-       Recycler l’eau de cuisson bouillante pour la verser sur les herbes indésirables

-       Pulvériser du purin d’ortie, connu pour ses vertus fertilisantes en dilution dans l’eau et de manière concentrée pour en faire un désherbant

-       Pratiquer le faux-semis : Avant l’installation d’une culture, préparer le sol comme pour semer, attendre la levée des mauvaises herbes et biner pour mettre les racines des plantules à l’air. Le soleil fera le reste.

-       Couvrir le sol après un bon binage à l’aide de débris végétaux. Le carton posé sur le sol et recouvert de paillage ralentit l’invasion du liseron

-       Installer des plantes couvre-sol dans les massifs

-       Désherber au vinaigre à l’aide d’un pulvérisateur.  Titré entre 8 et 14% par litre, il permet d’éliminer ou ralentir la croissance des herbes indésirables. À utiliser sur une végétation mouillée entre 10 et 25°C.

Pour en savoir plus : www.cda37.fr ou tel au 02-47-48-37-37

Les avantages du paillage des massifs expliqués aux participants

Les avantages du paillage des massifs expliqués aux participants

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans environnement
commenter cet article
22 octobre 2016 6 22 /10 /octobre /2016 13:04

Pour clôturer sa saison culturelle 2016, l’association « Autour de la Collégiale » avait convié la comédienne-conteuse, Brigitte Maurice, de la compagnie Mélusine d’Issoire, pour animer sa traditionnelle soirée « contes au coin du feu » dans une des caves de Gué-Luneau.

Avant que chaque participant ne s’installa à l’intérieur de la cave où un feu de cheminée réchauffait l’atmosphère, chacun se pressait vers la distribution de châtaignes grillées au feu de bois et le verre de bernache qui les accompagnait.

Bernache et châtaignes sont toujours très appréciées
Bernache et châtaignes sont toujours très appréciées
Bernache et châtaignes sont toujours très appréciées

Bernache et châtaignes sont toujours très appréciées

 Comme le souligna Didier Descloux, président de l’association, avant de laisser la place sur la scène à la conteuse : « Cette année, ça a été la croix et la bannière pour trouver des châtaignes. Rien dans la Sarthe du côté de Lavernat où nous nous approvisionnons habituellement. Il a fallu aller jusqu’à Saint-Ouen-les-Vignes, près d’Amboise pour en trouver. Nous en avons ramené 25 kilos mais il y a beaucoup de petites. Pour la bernache, cela n’a pas été facile non plus. Mais, tout est là, pour ne pas faillir à la tradition. »

Didier Descloux présente la soirée au public
Didier Descloux présente la soirée au public

Didier Descloux présente la soirée au public

Puis, la conteuse fit son entrée sur scène.

Pour elle, conter est une seconde nature, ce qui explique pourquoi elle en a fait sa profession. À travers ses contes, elle s’adresse à un large public mais pas à la petite enfance car cela suppose un langage particulier qui n’est pas le sien. Elle possède plusieurs cordes à son arc. En effet, elle est également comédienne, metteuse en scène, donne des cours, accomplit un travail d’accompagnement auprès de professeurs de LEP, de collège, mais aussi d’instituteurs d’écoles primaires à propos de la prise de parole, de la lecture vivante et de la dramatisation d’un texte.

Devant les 70 personnes bien installées face à elle, Brigitte Maurice avait choisi de conter l’histoire de « Jean et Jeanne », un couple séparé par la peur et pour lequel un long parcours personnel sera nécessaire jusqu’aux retrouvailles.

Son histoire est une succession de plusieurs tableaux marquant les moments-clé de la vie de ce couple séparé par la guerre et dont le retour de Jean parmi le monde des vivants et de la liberté sera source de très nombreuses difficultés à cause de l’immense peur qui s’est installée en lui et qui domine ses faits et gestes et lui fait renoncer au bonheur qui s’offre à lui quand Jeanne, heureuse de son retour, même si elle remarque les blessures physiques qui ont diminué son homme, lui ouvre les bras. Il préfère fuir, fuir, fuir, toujours plus loin.

Il ira au-delà des mers jusqu’à la rencontre avec un vieux sage qui lui fera comprendre que « la lumière c’est la vie et qu’il faut aimer la vie ».

Pendant tout ce temps, Jeanne ne désespère pas. Elle va accomplir un acte insensé demandé par une vieille femme un peu sorcière qui lui a promis de fabriquer une potion magique qui lui ramènera son Jean si elle lui procure « trois poils blancs arrachés au front d’un ours qui vit tout là-haut sur la montagne, dans un endroit désertique ». Jeanne va braver tous les dangers, apprivoiser l’ours et ramener les trois poils blancs à la vieille femme qui, dès que Jeanne les lui remet, les jette dans le feu au grand étonnement de Jeanne. C’est alors que la vieille femme lui dit : « Il faut d’abord vaincre la peur après, l’amour et la vie peuvent revenir. »

Et, Jean de son côté, au pays des hommes couronnés d’un turban a compris la leçon du vieux sage. Il veut désormais « aimer et goûter de nouveau la vie. »

Il entreprend alors un retour au pays et durant ce long périple, peu à peu son aigreur contre la vie s’amenuise et c’est par un grand cri du cœur qu’il s’annonce : « Jeanne, c’est moi. Je reviens ! »

Brigitte Maurice fait passer magnifiquement les sentiments
Brigitte Maurice fait passer magnifiquement les sentiments
Brigitte Maurice fait passer magnifiquement les sentiments
Brigitte Maurice fait passer magnifiquement les sentiments
Brigitte Maurice fait passer magnifiquement les sentiments

Brigitte Maurice fait passer magnifiquement les sentiments

Belle leçon de vie, hymne à l’amour, ce conte plein de sensibilité a conquis le public qui n’a pas ménagé ses applaudissements.

La saison culturelle 2016 de l’association se termine ainsi en beauté.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans contes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages