Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 15:19
Exposition à Saint-Pierre-du-Lorouer
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans sculpture
commenter cet article
8 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 14:07
Un ensemble qui revisite le monde

Un ensemble qui revisite le monde

Chanteuses du monde a cappella, ces jeunes musiciennes aux origines diverses revisitent chants traditionnels du monde et gospels en mélangeant des ingrédients savoureux : superpositions de langues, harmonies insolites, expérimentations atypiques... Soa invite au dépaysement, à l'exaltation, à l'étonnement que suscitent les voyages lointains.

Ce collectif de femmes présente un concert d'un genre nouveau, portant en lui l'universel féminin, synonyme de vie, véritable révélation artistique et spirituelle. Une production « Sons du Monde »

L’association « Autour de la collégiale » propose des visites guidées de la collégiale dans le cadre des Journées du Patrimoine.

Pratique

Concert : samedi 17 septembre, à 20 h 30, à la collégiale de Bueil-en-Touraine.

Entrée : 15 €, adhérents : 13 €, tarif réduit : 8 €

Visites de la collégiale : entrée libre.

Horaires : Samedi 17 septembre : 15 h ; dimanche 18 : 11 h, 14h30, 16 h.

Renseignements et réservations : 0247244920, 0247244960, 0247244538 ou 0673079998 Bueil.collegiale@laposte.net

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans musique
commenter cet article
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 14:44
Les journées du Patrimoine sur le Pays de Racan

L'affiche officielle des Journées du Patrimoine

Les journées du Patrimoine sur le Pays de Racan

À Saint-Christophe-sur-le-Nais : Dimanche 18 septembre

Une exposition complètera les visites de la chapelle et du Clos Saint Gilles

Les journées du Patrimoine sur le Pays de Racan

À Bueil-en-Touraine

Comme toujours, une semaine riche en événements

Les journées du Patrimoine sur le Pays de Racan

Saint-Paterne-Racan

L'abbaye de la Clarté-Dieu

Le fascicule des Journées du Patrimoine en Indre-et-Loire

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans patrimoine
commenter cet article
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 14:18
La "Male Herbe" fait revivre la môme Piaf

La "Male Herbe" fait revivre la môme Piaf

Comme chaque année, pour ouvrir la semaine du patrimoine, l’association « Autour de la collégiale » propose différentes animations :

- Le salon de peinture, dessin et sculpture du 10 au 18 septembre augmenté cette année d’une exposition photos

- Le marché de l’Art qui animera le bourg avec un orgue de barbarie

- Et, deux spectacles.

Le premier spectacle programmé aura lieu dans la salle Piégu et avec le groupe musical « La Male Herbe », Édith Piaf s’invitera à Bueil-en-Touraine pour quelques heures. À partir d’une collection de photos projetées en fond de scène, les comédiens-chanteurs retracent toutes les étapes de l’ascension de la « môme Piaf ».

Ce spectacle est un portrait détaillé et touchant de la chanteuse et de son époque. De la rue de Belleville, où la légende raconte qu'elle est née sur le trottoir, jusqu'au Père Lachaise où des dizaines de milliers de personnes se bousculeront pour lui rendre un dernier hommage, en passant par la Maison Close de Bernay où elle a été élevée, le coin de rue où elle a été repérée, ou les salles les plus prestigieuses où elle a triomphé, la Male Herbe embarque son public pour un voyage émouvant, drôle et tendre, dans l'intimité des "lieux communs" de la chanteuse.

Pratique :

Samedi 10 septembre, à 20 h 30, salle Piégu Tarifs : entrée : 10 € ; adhérents : 8 € ; tarif réduit : 6 €

Renseignements et réservations : 02 47 24 49 20 - 02 47 24 49 60 - 02 47 24 45 38 ou 06 73 07 99 98 ou bueil.collegiale@laposte.net

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans chansons
commenter cet article
31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 07:55
Il y en a pour tous les âges !

Il y en a pour tous les âges !

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans sport
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 10:44
Reprise des cours de gymnastique
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans sport
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 17:04

Voici la rentrée et la reprise de nos activités !

Le second semestre 2016 reprend avec notre Jazz Dialogue Conférence musicale avec nos deux spécialistes : Eric Petry, ancien disquaire spécialisé et Cédric Piromalli, talentueux musicien et professeur de musique

dimanche 4 septembre à 17 heures

à la chapelle Saint-André de Neuvy-le-Roi

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans musique
commenter cet article
29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 10:33
De gauche à droite : Delphine de Saint-Cyr, Patrice Naturel, Cyprien et Catherine Demoussis

De gauche à droite : Delphine de Saint-Cyr, Patrice Naturel, Cyprien et Catherine Demoussis

Les mois d’été se terminent et avec eux l’exposition des œuvres de Patrice Naturel qui vont quitter le superbe cadre de la collégiale de Bueil-en-Touraine.

Pour clore cette exposition, l’artiste qui est aussi batteur et à l’occasion chanteur avait prévu, tout comme lors du vernissage, un petit concert. Pour animer ce moment musical, il avait amené sa batterie et, son fils Cyprien, également musicien, n’avait pas oublié son accordéon. Pour étoffer un peu cet orchestre, il avait reçu le renfort de Catherine Demoussis, directrice, et Delphine de Saint-Cyr, professeur d’accordéon, à l’école de musique Neuillé-Neuvy. Ces deux musiciennes rentrent d’une tournée au Canada où elles ont mis Barbara à l’honneur.

Avant que la musique ne résonne dans ce lieu magique, Patrice Naturel prononça quelques mots pour expliquer le pourquoi de ce concert.

« C’est le prolongement artistique du travail que vous avez pu voir ; prolongement en musique avec, vous allez le constater des airs de chansons connues mais aussi des improvisations sur certaines toiles. Ce sera une bonne continuité de ce qu’inspire ce lieu magnifique. »

Un public acquis aux artistes

Un public acquis aux artistes

Environ 35 personnes étaient présentes pour suivre ce sympathique concert agrémenté de textes lus, choisis parmi des écrits d’Antonio Machado à qui une partie des œuvres exposées était dédiée, de chansons interprétées par Catherine Demoussis, accompagnée à la guitare par Delphine, issues du répertoire de Barbara mais aussi de leur propre répertoire.

Dans les textes choisis comme dans les chansons ayant un lien direct avec les toiles liées à Antonio Machado, certains fils conducteurs reviennent plus ou moins directement : la mort, la haine, le Christ…

Isabelle lit un poème d'Antonio Machado et son mari, Benoît souffle dans son didgeridoo.
Isabelle lit un poème d'Antonio Machado et son mari, Benoît souffle dans son didgeridoo.

Isabelle lit un poème d'Antonio Machado et son mari, Benoît souffle dans son didgeridoo.

 Un moment, l’artiste demande à une amie installée dans la salle : « Isabelle, veux-tu venir lire un texte ? » Elle se lève et va choisir parmi ceux qui sont proposés deux poèmes d’Antonio Machado. Son mari, Benoît, va chercher un drôle d’instrument, un didgeridoo, et rejoint les autres musiciens pour accompagner la lecture des poèmes : « À un orme desséché » et « Mort de l’enfant blessé ».

Catherine Demoussis interpréta plusieurs chansons.

Catherine Demoussis interpréta plusieurs chansons.

Ce poème déclencha chez Catherine Demoussis l’envie d’interpréter une chanson de leur création « Le petit d’homme » et Delphine l’accompagna à la guitare.

Patrice Naturel lit le texte attaché au pianiste puis retourne vers sa batterie à côté de Cyprien.
Patrice Naturel lit le texte attaché au pianiste puis retourne vers sa batterie à côté de Cyprien.

Patrice Naturel lit le texte attaché au pianiste puis retourne vers sa batterie à côté de Cyprien.

Puis, Patrice Naturel se plaça devant le tableau représentant un pianiste et lut le texte de Machado qui lui était attaché « Déchiffrement d’une harmonie » pendant que Cyprien l’accompagnait à l’accordéon.

Cyprien présente le morceau de musique qu'il a créé.

Cyprien présente le morceau de musique qu'il a créé.

Cette prestation achevée, Cyprien repoussa le pupitre qui était devant lui et annonça : « Je vais vous interpréter un morceau que j’ai moi-même composé.» Une belle réussite qui fut très applaudie et qui lui valut ces quelques mots de Delphine : « Cyprien, je te félicite pour avoir si bien fait sonner ton accordéon ! » et Cyprien lança vers le public : « C’est ma prof d’accordéon» puis, il ajouta : « On va jouer maintenant tous ensemble un chant de mariage juif. Je dédie ce morceau à ma maman qui nous soutient toujours et qui est toujours présente quand on joue de la musique. »

Patrice Naturel demanda à Catherine et Delphine de clôturer ce concert. Catherine fit référence au tableau « À un vieux monsieur » et proposa une chanson de leur création « La marquise des Buissonnets » qui pourrait ainsi faire un pendant au "vieux monsieur".

Un pot offert par l'artiste réunit toutes les personnes présentes.

Un pot offert par l'artiste réunit toutes les personnes présentes.

Les applaudissements chaleureux saluèrent les différentes prestations puis Patrice Naturel invita les personnes présentes à prendre un petit rafraîchissement accompagné de quelques préparations maison.

La collégiale ne restera pas vide longtemps car une nouvelle exposition de peintures, sculptures et photos occupera de nouveau l’espace dans quelques temps.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans musique
commenter cet article
27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 08:25

Comme vous le savez la rentrée approche, il est temps de faire les cartables des petits et de régler les radios-réveils des grands. Une date à noter déjà, c'est l'ouverture de la saison culturelle 2016 à la salle de spectacles Armand Moisant ! La ville de Neuvy-le-Roi est heureuse de vous proposer :

Conte à Neuvy-le-Roi

Le Porteur d'Histoire

Conte poétique et intemporel d'Alexis Michalik, mis en scène par Julien Cheray par la Troupe "Au Fil des mots"

 

À la mort de son père, Martin découvre un carnet manuscrit dont il ne soupçonne pas l’importance : il va l’entraîner dans une quête vertigineuse à travers l’Histoire et les continents …

Mêlant personnages célèbres et illustres inconnus, le Porteur d'Histoire nous invite à écouter une histoire, des histoires, à relire l’Histoire, notre Histoire à travers celle de Martin.

 

Conte à Neuvy-le-Roi

Une pièce poétique, un conte philosophique, …Alexis Michalik a reçu, pour cette pièce, le Molière 2014 du meilleur auteur.

Samedi 3 septembre, 20 h 30, salle Armand Moisant

Tarifs : 8€/5€ (demandeurs d'emploi, étudiants, carte de fidélité novicienne).

Gratuit pour les moins de 12 ans.

- Infos et réservation au : 06 86 65 37 04

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans contes
commenter cet article
26 août 2016 5 26 /08 /août /2016 16:04

C’est dans sa chambre, à la maison de retraite de Saint-Christophe-sur-le-Nais, que Madame Danielo, très coquette et très éloquente, nous reçoit pour nous raconter son histoire. Une histoire peu banale comme vous allez pouvoir en juger par vous-même.

Madame Renée Danielo

Madame Renée Danielo

Il y a exactement 97 ans, dans le village de Jupilles, à l’orée de la forêt de Bercé, naissait le 15 août 1919, une petite fille, Renée Boulay. Elle y restera jusqu’à son mariage, 19 ans plus tard. Son père, comme beaucoup d’hommes du village, exerçait le métier de sabotier et, c’est dans la bonne odeur du bois que grandit la petite fille. « Ah ! Jupilles, c’est le village que je préfère. C’est mon village !» répète Renée avec un peu de nostalgie dans la voix et le regard.

Dans les années 1930, la jeunesse locale aimait bien se retrouver le dimanche après-midi pour danser à l’Hermitière. Est-ce là que la rencontre qui allait marquer le reste de sa vie eut lieu ? On peut le supposer. Toujours est-il que Renée rencontre un jeune homme d’origine grecque, Théodore Danielo, de 9 ans son aîné. Ce garçon a grandi en Asie mineure, dans les territoires du puissant empire ottoman. Suite au génocide arménien, il quitte son pays à l’âge de 13 ans et espère gagner les États-Unis. « Il a travaillé pendant un an pour pouvoir payer son voyage » explique Renée. La Croix Rouge le prend en charge mais le destin infléchira son projet. En mauvaise santé, très affaibli, il débarque à Marseille. Le voilà ballotté dans divers coins de France dont Paris puis la Sarthe. Et, c’est là, que son chemin va croiser celui de Renée. « Je crois que dès qu’on s’est vus, il s’est passé quelque chose. Ça doit être ce qu’on appelle un coup de foudre » confie Renée malicieusement. Et, rapidement, c’est le mariage à Jupilles. Nous sommes en 1938.

Un an plus tard, la guerre est déclarée. Après huit mois de ce que l’on a appelé « la drôle de guerre », la France capitule et les Allemands envahissent notre pays.

Théodore et Renée et leurs deux premiers enfants, 2 ans et 4 ans.

Théodore et Renée et leurs deux premiers enfants, 2 ans et 4 ans.

Une fois mariés, Renée et Théodore se sont installés à Dissay-sous-Courcillon où ils ont ouvert un commerce de café-coiffure. « Moi, je servais à boire et Théodore coupait les cheveux. Nous étions très heureux. »

Très rapidement, deux enfants vont venir égayer le foyer du jeune couple. Mais, l’occupation allemande s’installe jusque dans nos petits villages. Théodore est réquisitionné et doit partir au STO (service du travail obligatoire). Il refuse, devient réfractaire et gagne le maquis. « Il est parti dans la nuit. J’avais de la famille à Jupilles et à Saint-Vincent-du-Lorouer. Il est allé se cacher à Saint-Vincent. Quand les gens me demandaient où il était, je répondais toujours : En Allemagne bien sûr ! »

À partir de ce moment, la paisible cafetière de Dissay-sous-Courcillon va connaître une double vie. Pour protéger son époux, elle ne va pas hésiter à prendre des risques : elle entre dans la Résistance. Elle ne pense pas au danger, elle se mobilise contre l’ennemi : « À cette époque, j’étais jeune et totalement inconsciente des risques que je prenais. Je cachais des armes dans les tas de bois que j’avais autour de ma maison. Lorsqu’il y avait des parachutages, j’allais récupérer les parachutes pour les faire disparaître. Mais parfois, je gardais le tissu qui était bien solide pour faire des vêtements ! »

Que faisiez-vous des armes ? « J’en mettais dans le landau des enfants et en les promenant j’allais les livrer dans le maquis. »

Aviez-vous d’autres activités ? « J’avais un récepteur-émetteur que je cachais sous mon lit et la nuit, je communiquais avec le Forces françaises libres. Ah ! il fallait être jeune pour faire tout ça. Vous savez, des Allemands venaient tous les jours boire un verre dans mon café. Ils jouaient avec mes enfants, les embrassaient en me disant qu’eux aussi ils avaient des enfants chez eux. Ils ont toujours été polis et très corrects. »

Comment faisiez-vous pour communiquer ou rencontrer votre mari ? « Quand j’allais rendre visite à mes parents à Jupilles, il venait me rejoindre. Saint-Vincent ce n’est pas très loin. Nous faisions toujours très attention. Si des gens l’ont su, ils nous ont protégés car nous n’avons jamais été inquiétés. »

Lors de l’arrestation par la Gestapo d’une femme, mère de deux enfants, sans hésitation, elle prend les deux petits, les cache et les sauve ainsi d’un triste sort.

Le livret de famille de Renée et Théodore, une photo de Théodore et les documents attestant son rôle de Résistante

Le livret de famille de Renée et Théodore, une photo de Théodore et les documents attestant son rôle de Résistante

Heureusement, la guerre se termine et elle retrouve son mari. Soixante années de bonheur les attendent. Cinq autres enfants verront le jour, mais, une petite fille décédera un mois après sa naissance. Ce sont donc six enfants qui entoureront le couple.

Lorsqu’ils quitteront Dissay après avoir vendu leur commerce, c’est à Saint-Paterne-Racan qu’ils s’installeront et Théodore continuera à couper les cheveux dans son salon rue de la gare. « J’ai regretté Dissay, je m’y plaisais bien mais je n’ai jamais aimé Saint-Paterne. Je ne m'y plaisais pas.»

Et, les années passent, les enfants grandissent et la famille s’étoffe : 13 petits-enfants, 19 arrière-petits-enfants et 5 arrière-arrière-petits enfants. Toutes les photos sont affichées sur le mur de la chambre. « Comme ça, j’ai toujours de la compagnie» fait remarquer Renée jamais à court de répartie.

La plupart de ses enfants résident dans le secteur. Au moins une fois par semaine, elle va manger chez eux. Elle souhaite retourner à Jupilles revoir quelques personnes. Cette année, elle a participé au centenaire de la Fopac (Fédération ouvrière et paysanne des anciens combattants). Pour rien au monde elle n’aurait manqué ce moment de retrouvailles avec ses frères d’armes.

Il y a quelques années, Henri Zamarlik, alors conseiller général du canton de Neuvy-le-Roi, lui avait remis la médaille de la Reconnaissance de la Nation alors qu’elle venait d’être décorée de la Croix du combattant. À 97 ans, Renée a « toujours bon pied bon œil » comme le dit l’une de ses filles. Elle soigne sa tenue, aime beaucoup les couleurs vives et semble très heureuse : « Je suis bien dans ma petite maison (sa chambre de la maison de retraite). Le personnel est très gentil. »

Puis, après un court silence, elle termine l’entretien par ces mots : « Quand on repense à tout ça, je me dis que j’étais vraiment inconsciente du danger que je courais. Pour moi, c’était normal de faire ça. Mais, ce que je souhaite, c’est qu’il n’y ait plus jamais de guerre, c’est trop horrible ! »

Puisse-t-elle être entendue ! Malheureusement ce qui se passe actuellement dans le monde ne va pas dans la direction souhaitée par Renée, la Résistante. 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans personne remarquable
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages