Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2018 7 28 /10 /octobre /2018 10:12

Pour la dernière manifestation de l’année organisée par l’association « Autour de la Collégiale de Bueil », la météo avait pris des couleurs automnales et les marrons grillés et la bernache offerts dès l’arrivée étaient très appréciés. Dans la cave où avaient lieu les contes malgaches, un très agréable feu de cheminée réchauffait l’atmosphère. Tout était donc pensé pour que la soirée se déroule sous les meilleurs auspices.

Bernache et châtaignes grillées sont très appréciées
Bernache et châtaignes grillées sont très appréciées
Bernache et châtaignes grillées sont très appréciées
Bernache et châtaignes grillées sont très appréciées

Bernache et châtaignes grillées sont très appréciées

Pendant que le nombreux public prenait place, la conteuse, Mary des Ailes, de son vrai nom Sophie Bazin, était assise sur la scène, revêtue d’une longue robe verte et les épaules recouvertes d’un grand lamba aux couleurs vives qui mettaient une touche lumineuse dans la pénombre de la cave. Sa fille, Zoé, jouait en sourdine du valiha, variété de cithare tubulaire en bambou, instrument incontournable de Madagascar.

Le public s'installe et Zoé joue du valiha
Le public s'installe et Zoé joue du valiha
Le public s'installe et Zoé joue du valiha

Le public s'installe et Zoé joue du valiha

Dès que les spectateurs furent installés, Didier Descloux, le président, présenta la soirée et signala qu’exceptionnellement, « elle se déroulera en deux parties avec un entracte d’une dizaine de minutes car le programme est assez copieux. Je vous signale aussi, que le compagnon de notre conteuse, Johari Ravaloson, est parmi nous car, en ce moment, il est en résidence à la Maison des Écritures de Neuvy-le-Roi. »

 

Didier présente la soirée
Didier présente la soirée

Didier présente la soirée

Avant le premier conte à son répertoire, Mary des Ailes présenta le valiha et demanda au public : «  Quand à la fin du conte (angano) je dirai : Angano, angano, vous répondrez : arira, arira (foutaises, foutaises). »

La conteuse présente le valiha

La conteuse présente le valiha

Et, à partir de là, les contes s’enchaînèrent, magnifiques, captivants, drôles avec toujours une morale pour terminer. De temps en temps, un petit interlude musical avec le valiha de Zoé ou des chants malgaches interprétés par Sophie, Johari et leurs deux enfants, Zoé et Arthur, transportait les spectateurs dans les paysages si bien contés par Mary des Ailes.

 

La conteuse au cours du spectacle, tantôt seule, tantôt avec ses enfants.
La conteuse au cours du spectacle, tantôt seule, tantôt avec ses enfants.
La conteuse au cours du spectacle, tantôt seule, tantôt avec ses enfants.
La conteuse au cours du spectacle, tantôt seule, tantôt avec ses enfants.

La conteuse au cours du spectacle, tantôt seule, tantôt avec ses enfants.

Le petit entracte permit de discuter avec Sophie et Johari et de connaître leur action en faveur des enfants malgaches.

Sophie Bazin, alias Mary des Ailes et Johari Ravaloson

Artiste plasticienne, Sophie Bazin signe ses œuvres de son pseudonyme. Quand, en 2008, elle s’installa à Madagascar, elle remarqua que « les livres, là-bas, ne sont pas très beaux. Normal, car cela ne fait pas partie des préoccupations principales des familles sur place. L'idée m'est venue de publier des livres plus jolis à destination des bibliothèques locales et de les rendre ainsi accessibles à tous. Plusieurs albums pour les enfants ont été déjà réalisés par des élèves. En Mayenne, j'ai trouvé un excellent soutien auprès de l'association Ambohimad qui est devenue partenaire du projet.»

Johari qui a fait des études de droit, est auteur de nouvelles, de romans et de livres pour la jeunesse. Il  explique : « Nous intervenons dans des classes de CM1-CM2, en France et à Madagascar et travaillons avec les enseignants. Avant notre venue, les enfants, Français et Malgaches, doivent, avec l’aide de leurs parents, rapporter un conte lié à leur région. Ensemble nous étudions le conte et les enfants l’illustrent. Les écoles correspondent entre elles et font des échanges. Moi, je m’occupe de traduire les contes français en malgache et vice-versa. Les écoles reçoivent les livres contenant les contes entièrement illustrés par les enfants. »

Et, Mary des Ailes ajoute : « C’est grâce à ce travail de mémoire qui fait resurgir des contes parfois oubliés que je peux alimenter mon répertoire. À Madagascar, les histoires et chansons sont issues de contes et légendes souvent féroces, comme Takalo, histoire d'un bébé ogre qui veut manger ses parents. »

Comment faites-vous pour l’impression et l’édition des livres ?

Avec une association d’artistes, nous avons créé la maison d’édition « Dodo vole » qui s’est donnée pour ambition de défendre les cultures en voie de disparition et les minorités discrètes du sud-ouest de l’océan Indien. Afin d’outiller les langues régionales, nous avons dès le départ publié en français et en créole réunionnais, puis rapidement en malgache et en malgache régional. Le nom Dodo, vient de l’oiseau de la Réunion qui ne volait pas et qui s’est ainsi fait massacrer par les marins qui arrivaient à terre. L’espèce a totalement disparu. D’avoir accolé à Dodo le verbe vole veut montrer que nous souhaitons un envol de ces cultures et non leur disparition. C’est aussi ce symbole que l’on retrouve dans Mary des Ailes. 

Comme nous vivons depuis 2 ans à Caen, nous sommes aussi un peu aidés par la Maison de Normandie.

Avant la reprise du spectacle, nous avons pu feuilleter quelques ouvrages. Il faut reconnaître qu’ils sont magnifiques et les dessins des enfants sont assez enchanteurs !

Les livres pour enfants illustrés par les enfants : Katra (prononcer Katcha) et le crocodile rouge ont été contés au cours de la soirée
Les livres pour enfants illustrés par les enfants : Katra (prononcer Katcha) et le crocodile rouge ont été contés au cours de la soirée

Les livres pour enfants illustrés par les enfants : Katra (prononcer Katcha) et le crocodile rouge ont été contés au cours de la soirée

L’entracte achevé, chacun reprit sa place et la conteuse laissa la place à Johari pour conter l’histoire de Ietsé, géant vénéré par les Malgaches, qui vivait il y a fort longtemps, à l’époque où la lune avait une sœur jumelle.

C’est lui qui, pour abreuver les zébus eut l’idée de faire un barrage sur la rivière et créa ainsi un lac, le lac Ietsé, qui existe toujours. Avec son épouse, le soir, ils s’asseyaient au bord du lac et contemplaient les deux lunes qui se miraient dedans. Son jeune fils, à qui il ne refusait rien, lui demanda d’aller lui chercher la lune. Le géant sauta, sauta, finit par saisir une lune mais eut beaucoup de mal à la tirer vers le sol. Finalement, il s’écrasa au sol et la lune disparut au fond du lac. Voilà pourquoi il n’y a plus qu’une seule lune !

La dernière histoire fut celle du tamarinier, arbre magique, qui peut illustrer ce proverbe : « Bien mal acquis ne profite jamais ! »

C'est à Johari qu'incomba de raconter le conte sur le géant Ietsé
C'est à Johari qu'incomba de raconter le conte sur le géant Ietsé

C'est à Johari qu'incomba de raconter le conte sur le géant Ietsé

Avant que le public ne se disperse, la conteuse invita tout le monde à reprendre avec elle la chanson de Takalo et c’est sous un tonnerre d’applaudissements que cette belle soirée se termina.

C'est par un chant en famille que se termina cette magnifique soirée.
C'est par un chant en famille que se termina cette magnifique soirée.

C'est par un chant en famille que se termina cette magnifique soirée.

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2018 6 27 /10 /octobre /2018 15:46

HAMBURGER MAISON

Samedi 3 novembre

à venir chercher entre

18h et 19h30

commande avant

le jeudi 1er novembre

Prix 5.50€

Tel : 07.78.88.65.66

 

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2018 6 27 /10 /octobre /2018 11:49

Pensez à réserver vos repas

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 14:52

Suite à l’assemblée générale du printemps dernier et à la démission de son président, Alexis Petithomme, un nouveau bureau a été formé et Cendrine Boigard a été élue présidente. Elle avait postulé pour être membre du bureau mais pas pour obtenir la présidence de l’association « Les Joyeux de l’Escotais », présidence que personne ne convoitait en particulier. Mais, comme elle le dit : « Tous les regards étaient tournés vers moi, alors je me suis décidée à accepter le poste. » Voici le contenu du mail qu’elle adressa aux adhérents de l’association le lendemain du vote : « C’est avec plaisir que je prends la présidence de l’association, même si ce n’était pas dans mes objectifs. J’espère être à la hauteur de ces nouvelles fonctions. Depuis 2009, je fais partie de la troupe. J’ai été accueillie à bras ouverts et j’ai apprécié tous les moments partagés. La convivialité, l’entraide, le respect,… sont des valeurs qui définissent l’association et je tiens particulièrement à les conserver. »

Voyons un peu le parcours théâtral de Cendrine.

Qu’est-ce qui vous a amenée au théâtre ?

Très jeune, j’ai été attirée par le théâtre. Dès que je savais qu’il y avait du théâtre dans les environs, je voulais y aller. Ça me plaisait beaucoup. Il faut savoir qu’on en faisait à l’école. Chaque année, les CM2 jouaient une pièce pour la fête de fin d’année. Comme il y avait une troupe à Saint-Christophe, j’en ai fait partie dès 1997. Ensuite, à partir de 2009, je suis allée jouer à Saint-Paterne dans la troupe des Joyeux de l’Escotais où j’ai été très vite intégrée.

Dans votre famille, le théâtre est une institution ? Vos deux filles font aussi partie de la troupe n’est-ce pas ?

Oui, l’aînée, Marion, a commencé aussi à Saint-Christophe mais dès 2008, elle est venue jouer à Saint-Paterne. Quant à Margot, elle a débuté au sein des Joyeux de l’Escotais en 2010. Elle est vraiment très à l’aise sur scène.

Comment voyez-vous votre rôle de présidente ?

Nous avons une association qui tourne bien. Même si au départ cela m’a fait un peu peur car je suis très prise par mon travail en tant qu’infirmière libérale, très vite je me suis rendu compte que j’allais être très bien épaulée par Michel Poupée, qui fut longtemps président, et qui est maintenant vice-président, et par tous les autres membres du bureau.

Un aperçu des acteurs de la pièce des adultes : 1er rang de d à g : Élisabeth (trésorière), Cendrine (présidente), Nicolas (secrétaire), Marion (secrétaire adjointe), 2e rang : Didier, Jacky, Annette et Virginie

Un aperçu des acteurs de la pièce des adultes : 1er rang de d à g : Élisabeth (trésorière), Cendrine (présidente), Nicolas (secrétaire), Marion (secrétaire adjointe), 2e rang : Didier, Jacky, Annette et Virginie

Comment s’est déroulé le choix des pièces que vous allez présenter au public cette année ?

Rien n’a changé. Il y a un comité de lecture de 6 personnes désigné lors d’une réunion de bureau. Ces personnes sont chargées de lire différentes pièces pendant l’été pour que dès le début septembre, chaque acteur puisse avoir les textes retenus et que les répétitions commencent. Sauf que, comptant avoir 4 hommes, nos lectures et notre choix s’étaient portés sur des pièces mettant 4 hommes en scène et, au dernier moment, un homme nous a fait défaut. Il a donc fallu dans l’urgence trouver une nouvelle pièce qui ait l’agrément de tous et qui ne comporte que 3 acteurs masculins. Mais, malgré un peu de retard, les répétitions vont bon train.

Comptez-vous apporter un peu de changement dans le fonctionnement de l’association ?

Oui, si l’on peut dire. Le voyage de l’an dernier avait soulevé quelques remarques. Aussi, tenant compte des remarques formulées lors de l’assemblée générale de se baser sur le culturel, cette année nous organiserons une sortie au Vinci en février pour aller voir une pièce de théâtre : Tant qu’il y a de l’amour avec Patrick Chesnais.

Pour ce qui est de nos représentations, il y aura toujours une pièce pour les jeunes, une pour les ados et la dernière pour les adultes.

À quelles dates se dérouleront vos représentations ?

Les deux premiers weekends de décembre : les samedis 1 et 8 et les dimanches 2 et 9 à Saint-Paterne-Racan.

Le 12 janvier, comme chaque année, pour aider à la recherche médicale, nous jouerons au profit de l’association « Trisomie 21 Sarthe », qui fait jouer ensemble des personnes handicapées et des personnes valides au théâtre La Bertoche au Mans.

Nous nous reverrons pour parler plus en détail des pièces qui seront présentées au public avant les premières représentations.

Composition du bureau

Présidente : Cendrine Boigard

Vice-Président : Michel Poupée

Trésorière : Élisabeth Naverre

Trésorière adjointe : Nathalie Devallée

Secrétaire : Nicolas Beaugé

Secrétaire adjointe : Marion Boigard

Membres : Jacky Orgeur (Ripré) ; Jacky Orgeur (Pichardière) ; Béatrice Teclu ; Florence Girbe ; Séverine Hernot ; Mati Girbe.

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 09:19

Mercredi après-midi, une animation numérique organisée conjointement par la bibliothèque et le multimédia se tenait dans l’espace jeunes de la bibliothèque. Le thème choisi pour cette animation était : Dessins augmentés.

En pénétrant dans la bibliothèque, on était surpris par le calme qui y régnait. Dans la salle réservée aux enfants, ils étaient une douzaine âgés de 4 ans pour la plus jeune à plus de 20 ans pour le plus âgé, concentrés sur des coloriages assez variés. Pour les encadrer, Maria et Ludovic avaient délaissé le multimédia et se trouvaient parmi ces enfants studieux sous le regard de quelques parents étonnés de voir leurs rejetons aussi calmes et attentifs.

Des enfants bien concentrés sur leur coloriage

Des enfants bien concentrés sur leur coloriage

On peut se demander «pourquoi avoir convié des enfants pour leur proposer des coloriages, c’est quand même une drôle d’idée, surtout avec une météo plutôt favorable pour des activités à l’extérieur… Mais, bon !» Les enfants interrogés ont tous, sans exception, répondu qu’ils étaient contents d’être là et rapidement l’explication est apparue.

Quel que soit l'âge de l'artiste, chacun s'applique de son mieux
Quel que soit l'âge de l'artiste, chacun s'applique de son mieux

Quel que soit l'âge de l'artiste, chacun s'applique de son mieux

Une fois le coloriage terminé, les enfants amenaient leur feuille soit à Ludovic, soit à Maria qui étaient l’un et l’autre, équipés d’une tablette, mise à disposition par la bibliothèque départementale. Et là, moment magique ! En positionnant la tablette au-dessus de la feuille contenant le coloriage, le logiciel captait le QRcode figurant sur le bas de la page et le dessin de l’enfant apparaissait sur l’écran, tel qu’il l’avait colorié mais en 3D. Et, la magie ne s’arrêtait pas là. Le dessin prenait du volume, bougeait, les papillons s’envolaient, le cheval se laissait caresser et remuait la tête, le camion de pompier roulait…

Avec la tablette, la magie opère
Avec la tablette, la magie opère
Avec la tablette, la magie opère

Avec la tablette, la magie opère

Avant de terminer la séance, Maria mit à leur disposition quelques dessins sur Halloween qui connurent un grand succès auprès des jeunes artistes. Les effets apparaissant sur la tablette étaient bluffant !

Nous pouvons être sûrs que cette animation restera gravée dans la mémoire de ces enfants qui, n’en doutons pas, demanderont à leurs parents de pouvoir en faire autant à la maison.

Logiciel utilisé : QuiverVision.com

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 20:38

 

L'hôtel du Croissant

La prochaine séance du conseil municipal aura lieu

 

Jeudi 25 octobre à 20 h

 

à la mairie

 

ORDRE DU JOUR

 

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 16:05
L'APE de Saint-Christophe-sur-le-Nais vous informe

Mme Canouil Gwenaëlle vous informe

L'APE organise une vente de chocolats Monbana, dans le but de récolter des fonds pour l'école.

Retour des bons de commande au plus tard le lundi 05 Novembre,

avec le règlement (sans règlement, la commande ne sera pas prise en compte). Ils peuvent être déposés dans la boîte aux lettres de l'APE, à côté du portail de l'école maternelle (pas dans la boîte aux lettres de l'école, j'insiste sur ce point).

Vous pouvez télécharger un catalogue et des bons de commande en ouvrant les fichiers ci-dessous.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2018 3 24 /10 /octobre /2018 14:50

Infos

 

Horaires d’ouverture de la Mairie de Saint-Paterne-Racan

Lundi, Mercredi et Vendredi de 10h à 12h et de 14h à 16h

Mardi de 10h00 à 12h00

Jeudi de 10h00 à 12h30

Samedi de 10h à 12h

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2018 1 22 /10 /octobre /2018 09:15

Lors de ma rencontre, en août dernier, avec Emmanuelle Hocdé, elle m’avait fait part de son projet d’organiser une animation pour abonder un peu la caisse de l’épicerie solidaire, Épisode, devenue association autonome depuis le début de l’année. Grâce à Julie, qui anime les séances de zumba, steps et pilates le lundi soir sur Saint-Christophe et qui gentiment s’est proposée pour venir bénévolement animer un après-midi sport sur les trois disciplines qu’elle encadre habituellement, le projet de l’équipe d’Épisode a pu voir le jour.

Zumba et pilates ont succédé aux steps
Zumba et pilates ont succédé aux steps
Zumba et pilates ont succédé aux steps
Zumba et pilates ont succédé aux steps
Zumba et pilates ont succédé aux steps
Zumba et pilates ont succédé aux steps

Zumba et pilates ont succédé aux steps

Côté salle, la municipalité de Saint-Christophe a mis l’espace Beau-Soulage gracieusement à disposition de l’association et c’est donc une trentaine de personnes qui a pu pratiquer les activités précitées.

Ces personnes, enchantées d’avoir pu aider Épisode tout en se faisant plaisir, ont bien participé sur des rythmes de musiques dynamiques pour la zumba ou beaucoup plus relaxantes au moment du pilates, gymnastique douce qui allie une respiration profonde avec des exercices physiques.

Julie lors des exercices de pilates
Julie lors des exercices de pilates
Julie lors des exercices de pilates

Julie lors des exercices de pilates

Au vu des résultats de cette première animation, Emmanuelle Hocdé se dit satisfaite et pense pouvoir dans l’avenir renouveler ce genre de manifestation. Elle remercie les bénévoles qui l’ont secondée pour l’organisation et toutes les personnes qui ont répondu présentes pour aider Épisode et ses bénéficiaires.

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 16:15
Une salle bien remplie pour suivre le périple des deux voyageurs
Une salle bien remplie pour suivre le périple des deux voyageurs

Une salle bien remplie pour suivre le périple des deux voyageurs

Vendredi soir, c’est au multimédia de Saint-Paterne-Racan, que l’association christophorienne Histoire et Patrimoine avait convié ses adhérents et son fidèle public pour sa seconde et ultime conférence de l’année. Pourquoi avoir choisi Saint-Paterne ? Pour deux raisons : plusieurs adhérents de l’association demeurent à Saint-Paterne et l’un des personnages qui sera présenté au cours de la soirée était un Saint-Paternois.

Lorsque le président, Philippe Larus prit la parole, la salle était bien remplie ce qui montrait une nouvelle fois combien les manifestations proposées par Histoire & Patrimoine sont appréciées. Avant que ne commence la conférence, Philippe remercia toutes les personnes de leur présence et eut un mot en particulier pour M. Jean-Pierre Poupée, présent dans la salle, qui a mis gracieusement la salle à disposition de l’association. Il adressa aussi des remerciements à 5 étudiants de l’Université de Bretagne qui, sollicités pour traduire en français un livre du début du XXe siècle écrit en américain et dont les conférenciers avaient eu besoin pour leurs recherches avaient répondu favorablement et inscrit ce travail comme projet dans leur cursus universitaire. L’une des étudiantes, Coralie, était parmi le public.

Petit discours du président avant la conférence

Petit discours du président avant la conférence

Comment est venue cette idée de conférence sur ce sujet ?

Claudie Mirault, l’une des quatre conférenciers qui intervinrent ce soir-là, présenta le déroulement de la conférence. Tous les 4 avaient été très investis dans le travail fait par l’association sur la Grande Guerre. Grâce à eux, 18 nouveaux noms de soldats de Saint-Christophe ont été retrouvés et ajoutés à la liste des morts pour la France déjà connus, dans ce conflit très meurtrier. Elle précisa alors que Félix, l’un des personnages qui sera évoqué au cours de la première partie, fut un des enfants morts pour la France.

Le second voyageur, René, n’est pas mort à la guerre, mais sa tombe qui se trouve dans un carré réservé à la famille Le More, dans le cimetière de Saint-Paterne-Racan, a interpellé les conférenciers.

Ces deux jeunes hommes ont participé au début du XXe siècle à des voyages peu communs pour l’époque. On peut penser que ces deux familles qui se sont peut-être connues, devaient appartenir à un milieu fortuné.

Présentation de la soirée par Claudie Mirault

La conférence

1ère partie : Félix Desmousseaux de Givré par Brigitte et David Bonneau-Doyen

Félix est originaire de Normandie. Il a une sœur Louise plus jeune que lui. Ils perdent leurs parents alors qu’ils sont encore très jeunes et sont adoptés par leur oncle, Émilien, frère de leur père et son épouse, Marie-Louise. Ils viennent alors s’installer à Saint-Christophe, à La Perrine. Il fait ses études dans des écoles, collèges et lycées privés. C’est à Arcueil qu’il débuta ses voyages et il y prit goût. Avec son école, en 1898, il participa à la 24e caravane d’Arcueil. Élève studieux, il obtient son baccalauréat en 1905 et devient docteur en droit en 1909 mais en 1913, il arrête les plaidoiries. Avec 7 autres personnes, ils vont organiser un voyage en Asie centrale, voyage qui durera 2 mois. Pendant ce voyage, un de ses amis d’enfance, André Piégu, originaire de Bueil-en-Touraine, qui deviendra maire de Bueil, est à ses côtés. Ils partent le 20 juillet 1907 de la gare du Nord à Paris. Ce voyage leur fera découvrir Pétersbourg, Moscou, Nijni-Novgorod, Kazan, Samara, Orenbourg, Tackent, Samarkand, Boukhara, Bakou,Tiflis, et enfin, Constantinople. Le 4 septembre, c’est le départ pour la France à bord de l’Orient express. Le trajet, long de 3094 km durera 5 jours. Il relatera son voyage dans un livre grâce aux notes prises durant son périple.

Après la déclaration de guerre, en 1914, il est affecté au 1er corps étranger, au dépôt de Lyon. C’est en septembre 1914, dans les tranchées en Haute Alsace, que Félix, alors lieutenant, découvrit la violence des combats. C’est dans la nuit du 22 au 23 septembre 1915 dans la tranchée de Limagne, pendant qu’il surveillait les travaux d’approche des Allemands, qu’une balle le frappa en pleine poitrine. Grièvement blessé, il décédera le 25 septembre. Il avait 33 ans.

Brigitte et David lors de l'exposé sur Félix Desmousseaux de Givré

Brigitte et David lors de l'exposé sur Félix Desmousseaux de Givré

2ème partie : René Le More par Claudie et Michel Mirault

René Le More est né en 1886, à La Fougeraie, sur la commune de Saint-Paterne-Racan. La propriété étant plus proche de Brèches, c’est dans cette commune que sa naissance fut déclarée. De constitution jugée fragile, il fut exempté de service militaire lors du conseil de révision à Neuvy-le-Roi en 1906.

L’année précédente, en 1905, il avait effectué un voyage  en Afrique. Alger, la blanche, et ce continent mystérieux, l’avaient fasciné et il s’était promis d’y retourner avec en rêve, la traversée du Sahara en aéroplane. Après les quelques exploits réalisés par Blériot et les succès rencontrés par les meetings aériens, René Le More comprend l’intérêt présenté par ce nouveau mode de transport et nourrit l’espoir d’ouvrir une voie nouvelle plus courte que celles de l’Afrique Occidentale.

Mais, en attendant, il décide de créer une liaison entre Alger à Tombouctou dans le but de renforcer la défense de l’Algérie et des possessions environnantes et de favoriser les ravitaillements et le commerce.

Pour que ce projet ambitieux réussisse, René Le More décida de se rendre sur place et de jalonner sa route. Le 12 octobre 1910, il prend le train à Saint-Paterne, direction Marseille. Là, il prend le bateau pour Alger où il rencontrera le général Maurice Bailloud qui est le beau-père de Félix Desmousseaux de Givré et qui lui remettra des laissez-passer qui lui seront bien utiles. Deux Américains rencontrés à l’hôtel lui confieront un appareil photo qui lui permit de prendre de nombreux clichés témoignages de son parcours. Il envisage un trajet direct pour Tombouctou. Au cours de son périple, il fera des haltes plus ou moins longues pour se reposer, se ravitailler et adapter son équipage au trajet à parcourir. Il traversera les villes de Laghouat, Ghardaïa, El Golea, In Salah, Motylinski, Kidal, Gao et enfin Tombouctou où il restera du 15 mars au 23 juillet. C’est à cette date qu’il prendra le chemin du retour avec une halte à Gao pour chasser l’hippopotame. Il arriva à Alger le 23 décembre 1912 après avoir survécu aux nombreux dangers qui émaillèrent son voyage et celui de ses compagnons : serpents, ver de Guinée, hippopotames, Razzous, fièvres, manque d’eau, températures extrêmes… Son exploit fut relaté longuement dans la presse et il écrivit un livre « D’Alger à Tombouctou » grâce aux nombreuses notes dont il avait rempli des carnets. Suite à ce voyage, il fut nommé par le gouvernement commis de 4e classe des affaires indigènes. C’est avec ce titre qu’il embarqua le 25 décembre 1912, à Bordeaux, sur le paquebot des chargeurs réunis. Sa mission sur le continent africain était de préparer une nouvelle exploitation vers le Tchad. Son périple prendra fin au Gabon, au « Pays de Bonzou », le 2 octobre 1913. « L’Indépendant de Mostaganem » annoncera qu’il a été tué au cours d’une chasse à l’éléphant. Mais, d’autres accusent les fièvres de son décès. Cette imprécision ouvrit la porte à quelques rumeurs selon lesquelles René Le More aurait été victime des anthropophages qui sévissaient dans cette région appelée « Niam Niam » ! Son corps n’a jamais été rapatrié. Il avait 26 ans.

Quelques documents sur l'expédition de René Le More
Quelques documents sur l'expédition de René Le More
Quelques documents sur l'expédition de René Le More

Quelques documents sur l'expédition de René Le More

L’après conférence

Après les nombreux applaudissements qui ponctuèrent ces deux exposés particulièrement intéressants et les réponses aux questionnements de certaines personnes concernant quelques points particuliers sur les périples exceptionnels pour l’époque, Philippe Larus invita tous les participants à se retrouver au fond de la salle pour partager le verre de l’amitié et poursuivre les discussions. Tous les adhérents, à jour de leur cotisation 2018, purent retirer la plaquette contenant les deux sujets traités au cours de la soirée, sujets augmentés de quelques documents supplémentaires.

Applaudissements nourris et Claudie répondant aux questions du public
Applaudissements nourris et Claudie répondant aux questions du public

Applaudissements nourris et Claudie répondant aux questions du public

Moment de convivialité pour terminer la soirée
Moment de convivialité pour terminer la soirée
Moment de convivialité pour terminer la soirée

Moment de convivialité pour terminer la soirée

Encore une fois, l’association « Histoire & Patrimoine » a prouvé le sérieux de son travail et la compétence de ses membres quant aux recherches effectuées pour fournir des documents les plus précis possibles pour illustrer des sujets plus ou moins connus concernant Saint-Christophe et les communes environnantes.

Les conférenciers et à droite, Coralie la traductrice

Les conférenciers et à droite, Coralie la traductrice

Pratique

Pour les personnes intéressées par l’association, contact : Philippe Larus : 02 47 29 33 18

Mail de l’association : histoire.patrimoine37@laposte.net

Site : http://histoire-patrimoine.jimdo.com

Date de la prochaine assemblée générale : samedi 15 décembre, 17 h, salle socioculturelle Le Foyer à Saint-Christophe-sur-le-Nais

Couverture de la nouvelle plaquette

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages