Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 10:08
Spectacle à la grange dimière de Chenu
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Humour
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 18:04
Découverte du self-défense
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans sport
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 18:02
Journée de randonnées avec l'UCTSPC

Si vous souhaitez un plateau repas, réservez très rapidement même si la date limite est dépassée.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans sport
commenter cet article
10 avril 2016 7 10 /04 /avril /2016 17:04

Samedi soir, un petit vent de folie soufflait à l’extérieur et à l’intérieur de la salle Armand Moisant pour assister à la finale du Tremplin des Kampagn’arts.

Durant l’hiver, cinq concerts avaient été organisés, en différents lieux, et à chaque session, un vote effectué sur place, par les spectateurs présents, avait désigné un groupe gagnant. Ces cinq groupes retenus : Blast, Gun Save the Queen, Monsieur Philomène, Black Switch, The Flying Bricks, étaient donc conviés à se produire sur la scène de la salle Armand Moisant, à Neuvy-le-Roi. Là aussi, un vote sur place devait désigner l’ultime vainqueur, celui qui pourra se produire lors du festival des Kampagn’arts, les 24 et 25 juin, pour fêter à côté de groupes ayant déjà fait leurs preuves, les dix ans du festival !

Le groupe Blast a fini second
Le groupe Blast a fini second

Le groupe Blast a fini second

Le suspense était donc à son maximum, tant côté artistes que côté spectateurs. Finalement, le verdict tant attendu désigna « Monsieur Philomène » vainqueur de cette finale du huitième tremplin. Il a obtenu 3,1 au vote du public et 3,2 au vote du jury. Il termine donc avec 3,2, distançant de peu son second, Blast qui n’a obtenu que 2,9.

M. Philomène, vainqueur de la 8ème édition du Tremplin des Kampagn'arts
M. Philomène, vainqueur de la 8ème édition du Tremplin des Kampagn'arts
M. Philomène, vainqueur de la 8ème édition du Tremplin des Kampagn'arts

M. Philomène, vainqueur de la 8ème édition du Tremplin des Kampagn'arts

Le groupe Monsieur Philomène s’est formé en 2013 autour de 6 musiciens issus de différentes formations, comprenant un batteur, un bassiste, deux guitaristes, un trompettiste et un chanteur. Leurs textes en français se mêlent à l’énergie d’un rock teinté d’influences variées.

Des scores serrés pour départager les groupes

Des scores serrés pour départager les groupes

Les autres groupes ont obtenu respectivement : The FLying Bricks 2,8, Black Switch 2,7 et Gun Save the Queen 2,3.

Toujours est-il qu’à l’annonce du résultat, un tonnerre d’applaudissement retentit et chacun put repartir, heureux, en pensant au beau programme qui est déjà prévu pour les dix ans du festival qui se déroulera sur 2 jours.

D’ores et déjà, retenez bien les dates : 24 et 25 juin 2016, sur le terrain de l’Image, à Saint-Paterne-Racan. Nous aurons l’occasion d’en reparler.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans musique
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 15:27
Concert de l'EMDC à Saint-Paterne-Racan

Vous trouverez ci-dessous une invitation que vous pourrez partager.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans musique
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 11:00
Réunion du conseil municipal de Saint-Christophe

Les réunions du Conseil municipal sont publiques.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 09:32

Les Amis de l’Orgue, association de Saint-Paterne-Racan, ont invité deux musiciennes de la compagnie «La Petite Dernière» pour un concert de musique baroque sacrée intitulé « Jubilet, Orgue et Voix ». Les morceaux seront interprétés par Emmanuelle Piganiol, soprano et Alice Diéval, orgue.

Emmanuelle Piganiol

Emmanuelle Piganiol

Après une formation en chant et en musique ancienne aux conservatoires de Tours et d’Orléans, Emmanuelle Piganiol chante durant plusieurs années dans les chœurs du Grand Théâtre de Tours et enseigne à la faculté de musicologie de Tours et d'Angers.

Sa passion double pour les enfants et la voix l’amène, après une formation en psychophonie et un CAPES de musicologie, à créer un atelier de chant prénatal et familial, un atelier d’éveil musical, et à enseigner en collège.

Elle a écrit parallèlement un livre sur le chant, «La voix ouverte» aux éditions Billaudot.

Elle enseigne le chant au CFMI de Fondettes et aux élèves sages-femmes de la maternité de Bretonneau à Tours.

Elle chante régulièrement au sein de la compagnie des Accroche-cœur (musique et théâtre) ainsi que dans La Discrète (musique ancienne) et pratique la danse contemporaine et les arts martiaux.

Alice Diéval

Alice Diéval

Quant à Alice Diéval, après une formation au sein de Mikrokosmos, aux conservatoires de Tours et Orléans, elle obtient le Prix de la Ville de Paris à l’unanimité en piano puis se spécialise en accompagnement et participe à cinq reprises à l’Académie Francis Poulenc dirigée par F. Leroux. Chef de chant pour diverses compagnies, elle accompagne des master-class : J. Van Dam, C. Studer, U. Reinemann, C. Parody… et joue lors de festivals : Les Méridiennes, Rencontres Musicales de l’Est tourangeau, Musiques du XXème siècle, L’art du piano-forte (musée des Beaux arts de Tours, château d’Ars)…

Enseignante au conservatoire d’Orléans, elle a cofondé la compagnie La Petite Dernière et fait partie des ensembles PTYX, Musiques en trio, Claridéo.

La Compagnie Petite Dernière

La Compagnie Petite Dernière

Ces deux musiciennes présenteront, le dimanche 17 avril, à 16 h, dans l’église de Saint-Paterne-Racan, un voyage à travers des œuvres baroques, exaltées et volubiles, virtuoses et contemplatives, de l’aube du baroque à son apogée durant environ une heure.

Entrée : 10 €, gratuit pour les moins de 12 ans.

Renseignements et réservations au 06 68 65 72 14.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans musique
commenter cet article
8 avril 2016 5 08 /04 /avril /2016 08:05
Marion et Philippe, deux des requérants

Marion et Philippe, deux des requérants

Rencontre avec deux démissionnaires

Suite à la démission de huit conseillers municipaux dont deux adjoints lors du conseil municipal du 21 avril 2015, on aurait pu penser que de nouvelles élections seraient mises en place dans les trois mois suivant cette démission. Mais,

Petit rappel des faits

Conseil municipal du 21 avril 2015 : 8 lettres de démission sont posées sur la table du conseil pour désaccord avec la manière dont Catherine Lemaire gère la commune et le fait qu’elle ne tient pas compte des lignes directives qu’ils avaient établies ensemble lors de leur profession de foi. Madame le Maire refuse la lettre de Mme Barbé-Vacchiano, absente, remise par Thierry Guérin. Cette dernière vient en personne le lendemain remettre sa lettre de démission au secrétariat de mairie. Quelques jours plus tard, Thierry Guérin revient sur sa décision et Catherine Barbé-Vacchiano aussi. Sauf que, si la démission d’un adjoint n’est définitive qu’après avis du préfet, pour un conseiller municipal, l’article L.2121-4 du code général des collectivités territoriales précise : « Les démissions des membres du conseil municipal sont adressées au maire…La démission est définitive dès sa réception par le maire, qui en informe immédiatement le représentant de l’État dans le département. »

Madame le Maire, en application de la loi, n’aurait pas dû réintégrer la conseillère municipale et la convoquer aux réunions de conseil municipal suivantes.

Le conseil municipal, ayant intégré les deux derniers candidats de la liste majoritaire, normalement, les élus pouvant siéger se trouvaient au nombre de 10 (8 de la liste majoritaire et 2 de la liste minoritaire), soit seulement les 2/3 du conseil municipal.

Que disent l’article L.258, 2ème alinéa et l’article L.270 du code électoral : « Lorsque le conseil a perdu 1/3 de ses membres, il est procédé dans les 3 mois de la dernière vacance, au renouvellement du conseil municipal. »

Au tribunal

Voyant que Catherine Lemaire n’a pas tenu compte des articles du CGCT et du code électoral, 4 des démissionnaires ont décidé de se tourner vers le tribunal administratif pour dénoncer les faits. Des mémoires ont été présentés par les deux parties : Catherine Lemaire, d’une part et Mmes Pirondeau et Ripoche et MM. Guitton et Moulin d’autre part.

Les deux parties ont été convoquées au tribunal administratif d’Orléans le 3 mars 2016. Mme le Maire était représentée par un avocat, Maître Dalibard.

Le délibéré

La décision prise par le maire de maintenir Mme Barbé-Vacchiano dans ses fonctions a été annulée, la lettre de démission signée de la main de Mme Barbé-Vacchiano ayant été jugée « rédigée en des termes non équivoques », sa démission aurait dû être actée dès le 22 avril.

Le tribunal donne donc raison aux requérants et laisse au Préfet d’Indre-et-Loire, le soin de pourvoir à l’exécution du jugement, dont il a eu connaissance par lettre recommandée le 22 mars 2016, comme les deux parties adverses.

Philippe Guitton et Marion Pirondeau ont décidé d’adresser une lettre à madame le Maire dans laquelle ils demandent que « dans un souci d’équité et de respect républicain, madame le Maire annonce rapidement la mise en place de nouvelles élections avant l’été afin que des listes aient le temps de se constituer et que les électeurs puissent, en toute démocratie, choisir leurs futurs élus. »

L'hôtel de ville de Saint-Christophe

L'hôtel de ville de Saint-Christophe

Rencontre avec Catherine Lemaire

Madame le Maire, interrogée sur la mise en place de prochaines élections suite au jugement du tribunal administratif, précise qu’en ce moment, elle est en pleine réflexion et qu’elle ne souhaite pas agir dans la précipitation. Elle signale également qu’au niveau de la préfecture une réflexion est en cours car il faut tenir compte du regroupement des communautés de communes qui sera effectif au mois de janvier prochain. Elle attend aussi le retour de la Cour d’appel.

Conclusion

Au vu du nouveau mode de scrutin pour les communes de plus de 1000 habitants et de l’avis du tribunal administratif, si l’on tient compte des 3 mois, de nouvelles élections devraient normalement avoir lieu avant fin juin.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans politique
commenter cet article
4 avril 2016 1 04 /04 /avril /2016 11:38
Fermeture de l'agence postale communale

L'agence postale sera fermée du mardi 5 au samedi 9 avril inclus pour cause de congés.

Les recommandés seront à retirer à Saint-Paterne.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations
commenter cet article
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 16:01

C’est devant une quinzaine de personnes que Jacques Langevin, président de la section de Libre-pensée de Château-du-Loir, ouvrit la séance en rappelant les principes de ce mouvement philosophique respectueux de la laïcité dans le sens noble du terme en faisant un petit rappel de la puissance de la section lors de sa création en 1882, la première du département, et comptait 700 adhérents en 1900. En 1957, ils étaient encore 153 à adhérer à la section et aujourd’hui, seulement 35. La question qu’il se pose et qu’il pose à tous les présents : « Les Libres-penseurs doivent-ils encore bouffer du curé ? » la réponse est : « Oui, bien sûr, mais de manière différente. La Libre Pensée défend la liberté de conscience des individus et les différentes religions restent des obstacles à l’évolution de l’humanité. »

« De tout temps, la Libre-pensée a été anticléricale. Elle lutte pour la séparation du religieux, des affaires cultuelles de la vie politique. Elle est aussi antimilitariste car, pour elle, l’intérêt des militaires (et c’est très net quand ils prennent le pouvoir) c’est d’être contre l’émancipation des peuples. Actuellement, les exemples sont nombreux dans le monde. La Libre-pensée se définit aussi comme anticapitaliste car le capitalisme crée des inégalités sociales. » C’est avec ce rappel des bases de la Libre-pensée qu’Hansi Brémond, président départemental de la Libre-pensée, venu du Mans pour engager avec les adhérents et sympathisants de Château-du-Loir une discussion sur le sujet suivant : « La république est-elle encore laïque ? », entama la discussion. Il précisa qu’au Mans, le nombre d’adhérents est en augmentation et que les bases qu’il vient de rappeler sont fédératrices et amènent des jeunes.

Autour de la salle, la discussion est animée.

Autour de la salle, la discussion est animée.

Le combat contre les religions est-il encore d’actualité ?

C’est un combat qui ne doit pas cesser. On peut en faire le constat tous les jours : radicalisation de certains jeunes avec l’islam pouvant aller jusqu’aux attentats terroristes, partisans de la Manif pour tous, lutte contre l’IVG, développement des communautarismes…De nombreux exemples sont probants et ce, dans toutes les religions ! Il est facile de remarquer que les églises ont de moins en moins d’adeptes mais que, malgré cela, elles ont toujours beaucoup de poids auprès des populations.

Quand on se penche sur la lecture des différents livres constituant la base des religions : bible, coran, thora, on retrouve toujours le même principe : « C’est Dieu qui a voulu qu’il y ait des pauvres et des riches. » Cette base permet un contrôle social de la population par la religion. Si Dieu (quel que soit son nom) est à l’origine de cette situation, nous devons l’accepter ce que ne veut surtout pas faire le libre-penseur qui estime avoir le droit de disposer de son corps et de sa conscience et ne peut se satisfaire de données préétablies. Le combat contre les dogmes de toutes les religions reste une des priorités de la Libre-pensée qui conseille à ses adhérents et sympathisants de rester prudents sur le rôle tenu par l’église qui est, quoi qu’on en dise, restée sectaire et continue à proférer des aberrations !

Une des personnes présentes a fait remarquer : « Il y a un côté positif d’accoler le mot Laïcité aux mots Liberté, Égalité, Fraternité mais aussi un côté négatif c’est, qu’au nom de la Laïcité, on tolère que dans des lieux publics des femmes, volontaires ou non, s’exhibent entièrement ou en partie voilée. » Le problème est identique pour tous les signes extérieurs, relatifs aux religion,s affichés ouvertement dans les lieux publics. Où commence la Laïcité et où sont ses limites ? Il faut rester très vigilant à ce que l’on peut appeler la Laïcité à priorité variable. La loi de 1905 concerne tous les cultes donc, la Laïcité doit être respectée par l’état qui doit la rétablir dans les services publics et à l’intérieur de l’État lui-même.

Un de participants, directement concerné suite à un décès dans sa famille, met en garde contre les associations qui viennent spontanément proposer leur aide et leur soutien en profitant du désarroi et de la faiblesse momentanée qui peut toucher certaines personnes en cas de perte d’un proche ou de fragilité passagère. Comme avec les sectes, il peut y avoir un embrigadement de la personne et de sa famille sans qu’ils s’en rendent compte.

L'ensemble des participants à l'issue du débat

L'ensemble des participants à l'issue du débat

Après plus d’une heure d’échanges, chaque participant, bien conforté dans son esprit de Libre-penseur, est reparti prêt à défendre ses idées tout en expliquant le bien-fondé de sa vérité qui est née d’une réflexion raisonnée et non de dogmes assénés par l’une ou l’autre des religions qui de tout temps n’ont poursuivi qu’un seul et même but, asservir l’homme et gouverner le monde.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans religion
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages