Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 14:44

En allant de La Havane à Cienfuegos, nous nous sommes arrêtés à Santa Clara, une jolie petite ville réputée pour ses médecins d'après notre guide.

L'arrêt était pour voir le mémorial dédié à Ernesto Che Guevara, qui s'est illustré lors de célèbres batailles dans le secteur.

 

Invitation au voyage : Un peu d'histoire sur Cuba avec un arrêt à Santa Clara

Situé sur la place de la Révolution, le mémorial fut réalisé par l’architecte Jorge Cao Campos et le sculpteur José Delarra, pour commémorer le 30ème anniversaire de la bataille de Santa Clara.

Le site comprend un musée, le mémorial et la tombe du Che. Une grande statue en bronze (8 m de haut et 17 t de bronze)  représente le Che avec le bras dans le plâtre (bras cassé lors d’une précédente bataille). Au dessous, un bas relief reproduit des scènes de lutte et les mots historiques que le Che écrivit dans sa lettre d’adieu, lors de son départ pour la Bolivie.

Quelques détails du mémorial
Quelques détails du mémorial
Quelques détails du mémorial

Quelques détails du mémorial

Dans le musée situé sous le mémorial, des objets du Che et une rétrospective illustrée de sa vie sont présentés. La partie la plus récente contient les restes du Che et de 38 de ses compagnons retrouvés en Bolivie 30 ans après leur mort et transférés à Cuba en 1 997. (photos interdites)

Nous sommes ensuite allés un peu plus loin dans la ville pour voir le monument dédié au train blindé.

Le 28-12-1958, avec tout juste 300 hommes, Che Guevara parvint à prendre la ville de Santa Clara et à vaincre les 3000 soldats de Batista qui la défendaient. Le lendemain, le Che lui infligeait une nouvelle défaite en faisant dérailler un train militaire transportant 408 soldats et tout un arsenal d’armes destinés à bloquer l’avancée des rebelles. C’est pour célébrer ces victoires que fut créé ce musée-monument.

Sur certaines photos, les impacts de balles sont bien visibles.
Sur certaines photos, les impacts de balles sont bien visibles.
Sur certaines photos, les impacts de balles sont bien visibles.
Sur certaines photos, les impacts de balles sont bien visibles.
Sur certaines photos, les impacts de balles sont bien visibles.
Sur certaines photos, les impacts de balles sont bien visibles.

Sur certaines photos, les impacts de balles sont bien visibles.

Ensuite, le guide nous emmena à quelques centaines de mètres de ce musée, devant le palais du gouvernement régional pour nous montrer une autre statue dédiée au Che mais plus originale dans sa conception. Elle a été réalisée en bronze avec de multiples détails extraits de son journal placés en différents endroits. Elle est peu connue du public.

Voici quelques-uns des nombreux détails visibles sur la statue
Voici quelques-uns des nombreux détails visibles sur la statue
Voici quelques-uns des nombreux détails visibles sur la statue
Voici quelques-uns des nombreux détails visibles sur la statue
Voici quelques-uns des nombreux détails visibles sur la statue
Voici quelques-uns des nombreux détails visibles sur la statue

Voici quelques-uns des nombreux détails visibles sur la statue

Sur le bâtiment, nous voyons une reproduction de la signature du Che.

Nous nous retrouverons à Cienfuegos, ville située dans une baie de la mer des Caraïbes.

Partager cet article

Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 10:49

Il fait beau aussi j'ai décidé de vous emmener en randonnée dans les mogotes, une spécificité de la vallée de Viñales.

La Vallée de Viñales blottie au cœur de la Sierra de Los Organos est située dans la province de Piñar del Rìo, près de la ville de Viñales.

Elle présente un bel exemple de relief karstique, sous la forme de mogotes, buttes montagneuses de calcaire émergeant de la plaine. Datant de l'époque des dinosaures, elles sont désormais recouvertes d'une épaisse végétation.

Des rivières souterraines ayant rongé le soubassement des roches, de nombreuses grottes se sont formées au pied des mogotes.

Prenez de bonnes chaussures et vos bâtons si vous en avez car une partie de la randonnée, pour atteindre la grotte de la vache, présente un peu de difficulté. Prêts, on y va !

Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba
Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba
Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba
Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba

Voici quelques exemples de mogotes qui s'élèvent au-dessus de la plaine. Pour atteindre notre grotte, il faudra grimper par un sentier assez escarpé à l'assaut d'une falaise.

Au départ de la randonnée, le chemin traverse une plaine agricole où les paysans cultivent essentiellement du tabac. Ça va du travail de la terre jusqu'à la récolte, voire la fabrication de cigares.

Vous remarquerez que le travail n'est pas mécanisé et que les bœufs participent aux activités humaines. 

Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba
Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba
Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba
Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba
Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba

Après plus d'une heure trente de marche, nous arrivons enfin à l'entrée de la grotte de la vache ainsi nommée, car, paraît-il, une vache y aurait été trouvée il y a bien longtemps. Cette grotte a la particularité de traverser entièrement la falaise  ce qui permet de redescendre dans la plaine par un autre chemin tout aussi difficile !

 

Voici l'entrée de la grotte.

Voici l'entrée de la grotte.

Après quelques centaines de mètres, nous arrivons devant une petite maison en bois. Sur son pas de porte, un vieux Cubain octogénaire, cigare au bec, attend quotidiennement le passage des randonneurs, ce qui lui procure un moment de grand plaisir avec la pose photographique à côté des touristes !

Le guide local qui conduisait notre rando, nous a expliqué que cet homme-là fait chaque matin le trajet que nous avons effectué pour atteindre la grotte puis venir à sa cabane. Son secret : "Une fois arrivé à la grotte, il boit un café bien arrosé de rhum et il fume un bon cigare ! Il a toujours un thermos pour le café et une bouteille pour l'arroser !"

Un solide octogénaire plein d'humour !
Un solide octogénaire plein d'humour !

Un solide octogénaire plein d'humour !

Devant sa cabane, s'étend un grand champ de manioc. José, le guide local, nous montre cette racine comestible.

Invitation au voyage : Une randonnée dans les mogotes de la vallée de Viñales à Cuba

Après une petite pause, nous poursuivons sur un chemin beaucoup plus plat et praticable mais, sous un chaud soleil, jusqu'à l'apparition de ce qui pouvait, dans le lointain, ressembler à un mirage : une construction, bien à l'ombre d'un grand fromager.

Mirage ou pas mirage ?

Mirage ou pas mirage ?

En approchant, nous fûmes rassurés. C'était bien réel et, comble du bonheur, c'était un bistrot avec des boissons fraîches. Donc, pas d'hésitation : arrêt obligatoire.

Chacun passa commande en fonction de ses goûts : l'éventail allait du jus de fruit frais pressé aux différents cocktails dont les Cubains ont fait une spécialité.

Pour nous, ce fut jus d'ananas et mojito !
Pour nous, ce fut jus d'ananas et mojito !
Pour nous, ce fut jus d'ananas et mojito !

Pour nous, ce fut jus d'ananas et mojito !

Après cette halte rafraîchissante bien appréciée, nous avons terminé le petit kilomètre qu'il restait à parcourir avant de regagner le village de Viñales, point de départ de cette superbe randonnée d'environ 9 km.

Ça va, pas trop fatigués !

 

Maisons typiques à l'entrée du village
Maisons typiques à l'entrée du village

Maisons typiques à l'entrée du village

À bientôt pour une autre découverte de Cuba.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2020 3 25 /03 /mars /2020 17:23

Sortons un peu du confinement pour aller, sans prendre de risques inutiles, se promener dans les rues de La Havane, capitale de Cuba.

C’est une capitale débordante d’énergie et d’animation. Elle possède de nombreux bâtiments de l’époque coloniale et quelques-uns plus récents, tous dignes d’intérêt. La plupart des monuments se concentrent sur trois zones : La Habana Vieja, Centro Habana et son célèbre Paseo del Prado et Vedado, quartier plutôt résidentiel.

Commençons par la vieille ville. 

Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane

Voici quelques beaux immeubles parmi lesquels la bourse du commerce qui abrite maintenant les bureaux d'entreprises étrangères, la cathédrale San Cristobal ( ça ne s'invente pas) et de beaux palais autour de la place de la cathédrale.

 Mais, tous les immeubles ne sont pas aussi beaux. Il faut reconnaître qu'il y a de gros travaux de rénovation qui ont été effectués et d'autres qui sont en cours. Voici un exemple d'habitat qui aurait besoin d'une restauration assez rapide.

 

Beaucoup d'immeubles d'habitation possèdent des balcons. Le guide nous disait toujours : "Attention, ne restez pas sous le balcon, c'est dangereux !" Heureusement pour nous et pour les habitants, on n'en a pas vu s'effondrer !

 

 

Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane

La vieille ville, c'est le lieu prisé par les touristes et certains Cubains savent qu'il y a une opportunité à en tirer. Sur la place de la cathédrale, les diseuses de bonne aventure trouvent toujours quelques clients curieux de connaître leur avenir et, dans les petites rues fréquentées, les"fumeurs de Havane" aiment prendre la pose pour quelques CUC (la monnaie des touristes qui vaut 25 fois plus que le peso cubain).

Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane

Suivons quelques rues pour regagner Centro Habana, la ville plus récente.

Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane

Voici le Capitole National de Cuba. C'est l'une des constructions les plus emblématiques de la ville de La Havane. Cette majestueuse construction est semblable au Capitole de Washington D.C, mais un peu plus haut et large, un mètre plus long et beaucoup plus riche en détail. Les œuvres de sa construction ont été faites par Gerardo Machado en 1926 avec l’appui nord-américain.

À proximité se trouve la fontaine de la India.

Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane

Suivons un peu le Paseo del Prado qui va jusqu'au port de La Havane. Il est bordé de beaux immeubles restaurés pour certains et il y règne une certaine animation.

Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane

Pour finir cette promenade, allons jusqu'à la place de la Révolution où Fidel Castro fit son discours qui dura des heures devant une foule innombrable !

Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane
Invitation au voyage : À la découverte de Cuba, déambulation dans les rues de La Havane

Les héros de la Révolution y sont en bonne place !

C'est fini pour aujourd'hui ! À bientôt ...

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 14:26

Le long de la route qui nous a menés à Saranda, la ville la plus au sud de l'Albanie, nous avons fait quelques haltes qui nous ont permis de découvrir quelques sites dignes d'intérêt.

À Porto Palermo, en longeant à pied le petit port de pêche et la plage, nous sommes allés jusqu'au bout du sentier visiter une forteresse qu'a faite construire au XVIIIe siècle, le gouverneur Ali Tebelin dit Ali Pacha (qui apparaît dans le Comte de Monte-Cristo). Elle offre une belle vue sur la baie. 

Porto Palermo et sa forteresse
Porto Palermo et sa forteresse
Porto Palermo et sa forteresse

Porto Palermo et sa forteresse

Nouvel arrêt un peu plus loin pour voir la grande plage de Borsh qui apparaît en contrebas un peu à contrejour. Cette bourgade est surtout connue pour sa plage, la plus longue de la région et pour ses innombrables sources glacées qui descendent de la montagne. Le guide nous invite à aller nous promener vers l’arrière du bar. De l’eau venue de la montagne coule en quantité avec un fort débit et forme des cascades. Le spectacle offert est assez plaisant. L’Albanie est un pays très riche en eau.

Une belle cascade qui descend de la montagne
Une belle cascade qui descend de la montagne

Une belle cascade qui descend de la montagne

Nous arrivons à Saranda à 11 h 30. Le chauffeur nous dépose et c’est à pied que nous allons découvrir la ville. Nous nous dirigeons vers le port et allons suivre tout le front de mer bordé de bars, hôtels, restaurants et petites boutiques de souvenirs. Notre chauffeur nous attend à l'extrémité de la promenade à proximité de l'hôtel où nous logerons le soir.

Saranda, son port, sa plage et son front de mer
Saranda, son port, sa plage et son front de mer
Saranda, son port, sa plage et son front de mer

Saranda, son port, sa plage et son front de mer

Le chauffeur nous conduit au restaurant, sur la route de Butrint où nous devons passer une partie de l'après-midi. Nous sommes installés en terrasse au-dessus d'un site idyllique. Le repas, commandé par l'agence de voyage, était délicieux.

Mer turquoise, sable fin, un endroit magnifique
Mer turquoise, sable fin, un endroit magnifique

Mer turquoise, sable fin, un endroit magnifique

Ensuite, direction le site archéologique de Butrint. Avant d'y arriver nous longeons un grand lac, le lac de Butrint, dans lequel on élève des moules.

Le lac de Butrint

Le lac de Butrint

Et, nous arrivons enfin au site de Butrint. Placé au cœur du parc national de Butrint,le site est un véritable enchantement où la nature luxuriante se mêle aux riches vestiges grecs, romains, byzantins et vénitiens.

Renfermant de fabuleuses réalisations architecturales, Butrint est à la fois une merveilleuse ville historique et un beau site archéologique unique. Fondée par les Grecs, elle fut occupée par différentes civilisations et divers empires avant d’être totalement abandonnée à la fin du moyen-âge. Elle représente une belle concentration de monuments : des habitations, des bains romains, son lac, ses chapelles, etc. On y trouve d’impressionnantes variétés de sites archéologiques, de ruines bien restaurées dans un environnement unique. Le site est classé depuis 1992.

Un petit aperçu de la richesse du site
Un petit aperçu de la richesse du site
Un petit aperçu de la richesse du site

Un petit aperçu de la richesse du site

La visite achevée, nous sommes allés nous installer à l'hôtel. Après une petite promenade à pied dans Saranda, nous avons retrouvé notre guide et notre chauffeur pour aller à la forteresse qui domine la ville et assister au coucher de soleil, avant d'aller dîner.

Coucher de soleil sur Saranda.

Coucher de soleil sur Saranda.

 Les nuages annoncent l'arrivée de l'orage qui a éclaté dans la nuit.

Mon carnet de voyage s'arrête sur cette photo. Vendredi soir, vous découvrirez beaucoup plus de sites et de villes. Il fallait que je conserve un peu de suspense pour que vous ayez envie d'en savoir plus sur ce pays qui nous a charmés.

Alors, à vendredi, 20 h 30, à Saint-Christophe-sur-le-Nais, à la salle socio-cultuelle "Le foyer". C'est gratuit !

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2020 3 22 /01 /janvier /2020 11:58

C'est sous la pluie que nous arrivons à Gjirokaster. La ville, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, comme beaucoup d'autres sites albanais, est en travaux. C'est sous nos parapluies, récupérés le matin par notre chauffeur dans une boutique, que nous commençons la visite. Heureusement la pluie cesse provisoirement lors de notre montée vers la forteresse qui domine la ville.

La forteresse de Gjirokaster
La forteresse de Gjirokaster
La forteresse de Gjirokaster
La forteresse de Gjirokaster
La forteresse de Gjirokaster

La forteresse de Gjirokaster

Érigée sur un éperon rocheux dominant la ville à 336 m d'altitude, cette immense forteresse médiévale (600 m de longueur et 70 m dans sa partie la plus large) fut en majeure partie construite par les despotes de l'Épire à partir du XIIe s. Permettant de contrôler les communications dans la vallée, elle joua pendant des siècles un rôle stratégique important. Le site fut fortifié à partir du Ve s. par les Byzantins qui le baptisèrent " Château d'argent " (Argyrókastro), terme à l'origine du nom actuel de la ville.

Du haut de ses remparts bien préservés, on profite d'un superbe panorama sur la ville entière, la vallée du Drin et le massif du Mali i Gjerë (1 789 m d'altitude). Les vieilles maisons en grande partie restaurées, aux murs et toitures de pierres, forment un ensemble homogène et particulier. Avec la vue ainsi offerte, on comprend pourquoi la ville est surnommée « La ville de pierre » !

Un bel ensemble s'offre au regard
Un bel ensemble s'offre au regard
Un bel ensemble s'offre au regard

Un bel ensemble s'offre au regard

Après la visite, alors que nous allons visiter une très vieille maison, en suivant les ruelles typiques de la ville, la pluie s'est remise à tomber. Une belle pluie méditerranéenne ! 

Ruelles pavées et vieilles maisons font le charme de la ville
Ruelles pavées et vieilles maisons font le charme de la ville
Ruelles pavées et vieilles maisons font le charme de la ville
Ruelles pavées et vieilles maisons font le charme de la ville
Ruelles pavées et vieilles maisons font le charme de la ville

Ruelles pavées et vieilles maisons font le charme de la ville

Pour terminer la soirée, nous avons eu droit à un petit spectacle à l'hôtel, après le dîner.

Petit spectacle pour distraire les touristes
Petit spectacle pour distraire les touristes

Petit spectacle pour distraire les touristes

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 12:14

Arrivés à Vlorë la veille, en fin d'après-midi, c'est avant notre départ pour l'étape suivante que nous faisons un petit tour de ville.

Vlorë est l'une des villes les plus anciennes de l'Albanie. Elle a été fondée au VIe siècle en tant que colonie grecque appelée Aulon. C'était un port important de l'Empire romain. 

En 1851, la ville fut gravement endommagée par un violent séisme. C'est ici qu'Ismaïl Quemali proclama l'indépendance de l'Albanie le 28 novembre 1912, pendant la première guerre balkanique.

Le front de mer vu depuis la fenêtre de notre chambre
Le front de mer vu depuis la fenêtre de notre chambre
Le front de mer vu depuis la fenêtre de notre chambre

Le front de mer vu depuis la fenêtre de notre chambre

Nous quittons l'hôtel à 9 h, après avoir fait connaissance de Dritan, notre nouveau guide. Dans le centre ville règne une animation assez intense. Le chauffeur nous emmène sur une colline qui domine la ville et nous permet d’en avoir de belles vues.

Un aperçu de la ville de Vlorë

Un aperçu de la ville de Vlorë

Quelques kilomètres après Vlorë, le guide nous signale que la mer Adriatique cède la place à la mer Ionienne et la côte sableuse est remplacée par une côte rocheuse. Puis, la route s’éloigne du bord de mer et entame la montée d’un col qui culmine à 1050 m.

Après Vlorë, la route serpente dans la montagne jusqu'au col
Après Vlorë, la route serpente dans la montagne jusqu'au col
Après Vlorë, la route serpente dans la montagne jusqu'au col

Après Vlorë, la route serpente dans la montagne jusqu'au col

Au sommet du col, le chauffeur nous propose une marche de 20 mn pour aller admirer un beau panorama. Au terme de cette petite rando rendue parfois glissante à cause des aiguilles de pin sur les pierres, nous avons effectivement une belle vue. Le guide nous explique que c’est dans cette crique  que Jules César a combattu et vaincu l’armée de Pompée de retour de Dyrrhachium, l’actuelle Durrès. Le col est d’ailleurs appelé col « Jules César » en souvenir.

Le panorama que l'on découvre au terme de la petite marche.
Le panorama que l'on découvre au terme de la petite marche.

Le panorama que l'on découvre au terme de la petite marche.

Après le déjeuner pris en bord de mer, nous allons à Dhërmi, village à flanc de colline, avec une vieille église perchée, but de notre promenade. Le chauffeur nous dépose au bas du village et, c’est à pied, à travers des rues et ruelles en travaux, que nous accédons à la vieille église orthodoxe perchée qui date du XIVe siècle et qui renferme de nombreuses fresques. Le but de notre visite est atteint !

 

Un joli village perché en pleine restauration
Un joli village perché en pleine restauration
Un joli village perché en pleine restauration
Un joli village perché en pleine restauration

Un joli village perché en pleine restauration

Du haut du village, nous avons une belle vue sur la côte.

Vue sur la ville basse

Vue sur la ville basse

Notre route se poursuit jusqu'à Himarë, petite station balnéaire, où nous devons passer la nuit. Une fois les bagages déposés dans la chambre d'hôtes, nous allons découvrir un autre village perché, Pilur.

Pilur, un village perdu dans la montagne mais dont les maisons commencent à se restaurer
Pilur, un village perdu dans la montagne mais dont les maisons commencent à se restaurer
Pilur, un village perdu dans la montagne mais dont les maisons commencent à se restaurer
Pilur, un village perdu dans la montagne mais dont les maisons commencent à se restaurer

Pilur, un village perdu dans la montagne mais dont les maisons commencent à se restaurer

Quand nous revenons à Himarë, petite ville située face à Corfou, le soleil commence à décliner...

Un bel éclairage pour le front de mer.

Un bel éclairage pour le front de mer.

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 09:20
Berat, la ville aux "Mille fenêtres"

Berat, la ville aux "Mille fenêtres"

Nous arrivons à Berat en milieu d'après-midi. Nous allons tout de suite à l’hôtel où nous sommes accueillis très gentiment avec une petite liqueur à déguster. Puis, Klodi nous emmène découvrir cette fameuse ville aux « Mille et une fenêtres ». Elle s'étend de part et d'autre de la rivière Ossum. Rive gauche se trouve le quartier Gorica et rive droite, Mangalem dominé par la forteresse.

Berat, sa forteresse qui domine le quartier de Magalem et qui est une ville dans la ville
Berat, sa forteresse qui domine le quartier de Magalem et qui est une ville dans la ville
Berat, sa forteresse qui domine le quartier de Magalem et qui est une ville dans la ville
Berat, sa forteresse qui domine le quartier de Magalem et qui est une ville dans la ville

Berat, sa forteresse qui domine le quartier de Magalem et qui est une ville dans la ville

Elle aurait été construite en 2400 av JC avec une première forteresse dont il ne reste rien. L’actuelle date principalement du XIIIe siècle et contient plusieurs églises byzantines et des mosquées ottomanes. Elle est construite sur une colline rocheuse et est accessible seulement par le côté sud. 

                                                                                                                                                                                          

Le bois placé tous les mètres environ assure une élasticité préventive pour les séismes

Le bois placé tous les mètres environ assure une élasticité préventive pour les séismes

En observant les murs en pierre nous pouvons remarquer que tous les mètres, du bois ceinture les constructions afin de préserver les bâtiments des tremblements de terre nombreux dans ce pays. 

Maisons typiques à l'intérieur de la forteresse.
Maisons typiques à l'intérieur de la forteresse.
Maisons typiques à l'intérieur de la forteresse.
Maisons typiques à l'intérieur de la forteresse.

Maisons typiques à l'intérieur de la forteresse.

Des fenêtres, à l’étage, sont parfois construites en avancé comme les bow windows anglais, pour donner un peu plus de lumière. Outre la pierre blanche et le bois, les autres matériaux utilisés étaient la brique (églises orthodoxes) et le torchis.

Les ruelles étroites interdisent toute circulation de voitures.

L'église Sainte Trinité bien restaurée, avec la ville nouvelle en contrebas.

L'église Sainte Trinité bien restaurée, avec la ville nouvelle en contrebas.

Il y a eu jusqu’à 43 églises à Berat et, il en reste encore 13 aujourd’hui. Comme elles étaient toutes fermées, nous n’avons pu les admirer que de l’extérieur.

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2020 2 14 /01 /janvier /2020 14:23
Au premier plan, notre hôtel, le Panorama

Au premier plan, notre hôtel, le Panorama

À 8 h 30, nous sortons de l’hôtel pour aller au musée. Nous traversons le bazar local qui s’étale tout au long de la rue qui mène à la forteresse. Il y a de nombreuses petites boutiques qui regorgent d’artisanat local mais aussi de babioles made in China. Comme il est encore tôt, elles sont fermées et nous pouvons circuler facilement.

La ruelle pavée conduit à la forteresse et au musée.
La ruelle pavée conduit à la forteresse et au musée.
La ruelle pavée conduit à la forteresse et au musée.

La ruelle pavée conduit à la forteresse et au musée.

Nous arrivons à la forteresse et nous nous promenons à l’intérieur en attendant que le musée ouvre. Nous avons de belles vues sur la ville de Kruja.

Du haut de la forteresse, nous dominons la ville.
Du haut de la forteresse, nous dominons la ville.
Du haut de la forteresse, nous dominons la ville.
Du haut de la forteresse, nous dominons la ville.
Du haut de la forteresse, nous dominons la ville.

Du haut de la forteresse, nous dominons la ville.

La visite du musée dédié à Skanderberg, héros national, terminée, nous quittons Kruja pour Berat avec un arrêt à Durrës, ville touchée récemment par le dernier séisme survenu en Albanie.

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 13:21

Un minibus vient nous prendre à l’hôtel à 6 h 30 pour nous emmener à Koman. La route est assez touristique mais pas toujours en bon état !  Nous avons de belles vues sur le lac. Nous arrivons au port de Koman à 8 h 20 pour embarquer à 9 h. 

Vers 8 h 50, nous nous dirigeons vers notre embarcation : un bateau-bus. La coque est celle d’un bateau sur laquelle on a installé un bus sans ses roues bien sûr car, l’hiver il fait froid et cela permet donc aux passagers d’être bien installés à l’abri et au chaud. C’est curieux mais ingénieux !

Moyens de transport sur le lac Koman : ferry ou bateau-bus
Moyens de transport sur le lac Koman : ferry ou bateau-bus
Moyens de transport sur le lac Koman : ferry ou bateau-bus

Moyens de transport sur le lac Koman : ferry ou bateau-bus

Les paysages que nous découvrons durant notre trajet sont magnifiques.

Carnet de voyage : L'Albanie (3) Le lac de Koman
Carnet de voyage : L'Albanie (3) Le lac de Koman
Carnet de voyage : L'Albanie (3) Le lac de Koman
Carnet de voyage : L'Albanie (3) Le lac de Koman

Il y a des arrêts non aménagés le long du parcours, les passagers descendent et partent aussitôt sur des sentiers très pentus pour parfois 2 h ou plus de marche avant d’arriver à destination.

Arrêts non aménagés mais permettant de regagner des villages un peu perdus.
Arrêts non aménagés mais permettant de regagner des villages un peu perdus.

Arrêts non aménagés mais permettant de regagner des villages un peu perdus.

Nous arrivons au terme de notre voyage, à 10 h. On nous propose un choix d’activités pour nous occuper avant le déjeuner. Nous optons pour la tranquillité d'une promenade en barque. Il faut redescendre par un escalier au niveau du lac où nous attendent le patron et sa barque. Il nous a fait faire une superbe promenade !

La barque attendait au pied des rochers en contrebas de l'auberge.
La barque attendait au pied des rochers en contrebas de l'auberge.
La barque attendait au pied des rochers en contrebas de l'auberge.
La barque attendait au pied des rochers en contrebas de l'auberge.
La barque attendait au pied des rochers en contrebas de l'auberge.
La barque attendait au pied des rochers en contrebas de l'auberge.

La barque attendait au pied des rochers en contrebas de l'auberge.

Quand nous revenons à l’auberge, c’est l’heure du déjeuner avec un repas très copieux : salade et fromage habituels, une truite, puis une côtelette de porc et des légumes et, pour finir le repas, un petit verre de raki !

Servis comme des princes !

Servis comme des princes !

C'est avec le ferry que nous avons regagné le port de Koman dans l'après-midi pour rejoindre Kruja où nous avons passé la nuit dans un superbe hôtel avec vue sur la forteresse.

La forteresse et le musée Skanderberg

La forteresse et le musée Skanderberg

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 14:29

Mauvaise surprise au réveil : il pleut. Notre balade va-t-elle être annulée ? Vers 8 h 30, une éclaircie semble se dessiner. Les poules commencent à sortir, c'est bon signe. Vers 9 h 30, nous quittons notre ferme auberge pour un site remarquable et qui se mérite, l'Oeil bleu.

Pour la première partie du trajet, nous suivons le même chemin que la veille mais lorsque nous traversons la rivière sur une passerelle, l’itinéraire change. Il existe deux solutions pour traverser la rivière, la nouvelle passerelle (notre choix) ou sur de gros tuyaux accessibles après avoir escaladé un gros rocher. Ensuite, nous suivons des sentiers plus ou moins larges, plus ou moins abrupts et cheminons près de la rivière, au fond du canyon. Nous traversons de superbes paysages. 

Le sentier sinue au fond d'une gorge.
Le sentier sinue au fond d'une gorge.
Le sentier sinue au fond d'une gorge.

Le sentier sinue au fond d'une gorge.

Nous arrivons à proximité du dernier village de la vallée. Il y a une centrale hydraulique. La gorge s’est élargie et un pont en béton nous permet de traverser la rivière. Un petit moulin restauré avec des fonds de l'ONU apparaît et Klodi précise que l’on s’y arrêtera au retour pour voir l’intérieur.

Le petit moulin entouré d'eau.

Le petit moulin entouré d'eau.

Nous traversons le village dont la plupart des maisons sont vides et ruinées. Le sentier passe dans les prés et nous devons souvent escalader pour aller d’un pré à l’autre. Nous arrivons sur un grand espace plat où se trouvait l’école qui n’est plus qu’un bâtiment en ruines et apercevons de l’autre côté de la rivière, un bar restaurant.

À partir d'ici, les choses sérieuses commencent !
À partir d'ici, les choses sérieuses commencent !

À partir d'ici, les choses sérieuses commencent !

Un sentier pentu nous permet de dominer le site et de découvrir une gorge très encaissée où l’eau est d’un bleu profond. Nous croyions que nous étions au terme de notre balade mais non. Le plus dur restait à faire.

La rivière a creusé une gorge profonde !
La rivière a creusé une gorge profonde !

La rivière a creusé une gorge profonde !

Un peu plus loin, des rochers plats formant des marmites offraient un beau point de vue.

Encore un beau travail d'érosion de la nature : les marmites.
Encore un beau travail d'érosion de la nature : les marmites.

Encore un beau travail d'érosion de la nature : les marmites.

Après ce petit arrêt, il fallut poursuivre pendant encore une heure, sur un sentier de plus en plus accidenté,  avant d’arriver au superbe site de l’ Œil bleu avec le soleil. Un panneau très officiel nous annonçait le chemin à suivre pour les 500 derniers mètres ! En regardant bien, on peut y lire, en anglais phonétique façon albanais "BLU Aj" ou si vous préférez "Blue eye"! Au-dessous, c'est le nom du restaurant.

Le panneau indicateur !

Le panneau indicateur !

Une fois enfin arrivés, après 10 bons kilomètres et près de 3 h 30 de marche, nous nous installons pour déjeuner dans un espace au-dessus du site, avec une belle vue sur cet Œil bleu. il faut savoir que tout ce qui arrive ici au niveau ravitaillement, matériel et matériaux, se fait à pied, à dos d'homme, aucun véhicule ne pouvant y accéder !

Comme des rois dans un site magique ! Le restaurant dans les arbres !
Comme des rois dans un site magique ! Le restaurant dans les arbres !

Comme des rois dans un site magique ! Le restaurant dans les arbres !

Puis, nous avons pris le chemin du retour et, après le village, nous avons poursuivi sur l'autre rive de la rivière, moins bucolique mais plus rapide, quoique bien accidentée malgré tout. À un endroit, Klodi nous a fait prendre un raccourci pour éviter un lacet, mais nous en avons bavé : sentier étroit, très pentu, avec des pierres instables !

Il était 17 h 30 quand nous sommes rentrés à notre auberge avec 20 km dans les mollets ! De quoi être fiers de notre exploit !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages