Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2018 7 11 /11 /novembre /2018 16:30

Comme dans la plupart des communes de France, à Saint-Christophe-sur-le-Nais, cette commémoration revêtit un  caractère particulier. Suite à un gros travail réalisé en amont par des membres de l’association Histoire et Patrimoine , la coopération entre la mairie, l’association précitée et celles de l’association des UNC présidée par Claude Boulesteix, le monument aux morts affichait ce jour-là, 18 noms supplémentaires de soldats nés à Saint-Christophe et morts pour la France durant la Grande Guerre.

Après le défilé au monument aux morts, tous les participants ont apprécié la chaleur de l’espace socioculturel où se tenait une exposition réalisée en partie par les élèves des cours de CM1-CM2 et l’association Histoire et Patrimoine qui avait ressorti la carte de France situant les lieux de combat que connurent les soldats christophoriens au cours de ces années noires.

Le moment des discours à l'espace socioculturel
Le moment des discours à l'espace socioculturel
Le moment des discours à l'espace socioculturel
Le moment des discours à l'espace socioculturel
Le moment des discours à l'espace socioculturel

Le moment des discours à l'espace socioculturel

Madame le Maire, ceinte de son écharpe tricolore, remercia pour leur participation, les musiciens, les pompiers, les enfants et leurs enseignantes, les élus et toute la population présente dans la salle. Durant son discours, elle fit part « du beau travail réalisé en commun pour cette commémoration et de l’aboutissement de ce magnifique projet. » Ensuite, ce fut Claude Boulesteix qui prit la parole pour, à son tour, se féliciter de ce travail de mémoire qui permet désormais « de citer à leur tour ces soldats valeureux, trop longtemps oubliés, et de les associer aux 27 figurant déjà sur le monument aux morts. » Maéva Pirmé, directrice de l’école et enseignante en CM1-CM2, expliqua le travail réalisé par ses élèves depuis la rentrée de septembre, sur le thème de l’aviation pendant cette guerre. « Les avions réalisés par les élèves sont le résultat de tout un travail mené en classe. Je remercie Madame le Maire de nous avoir autorisés à exposer notre travail pour cette occasion, et Monsieur Larus pour la présentation du travail réalisé par les membres de son association sur la Grande Guerre. » Puis, pour terminer les discours, ce fut Philippe Larus qui enchaîna en rappelant tout le travail effectué en amont par l'association pour en arriver à ce résultat, 100 ans après la signature de l'armistice. Il mentionna "la bienveillance rencontrée au niveau des élus et des anciens combattants pour mener à bien ce projet et qui valorise ainsi le travail de l'association qu'il préside."

Un aperçu de l'exposition
Un aperçu de l'exposition
Un aperçu de l'exposition

Un aperçu de l'exposition

Le moment des discours achevés, chacun fut invité à partager le verre de l'amitié et à regarder de près l'exposition où Maéva Pirmé était prête à expliquer le travail des enfants.

Une assistance nombreuse pour cette commémoration
Une assistance nombreuse pour cette commémoration
Une assistance nombreuse pour cette commémoration
Une assistance nombreuse pour cette commémoration
Une assistance nombreuse pour cette commémoration

Une assistance nombreuse pour cette commémoration

Quelques renseignements concernant le monument aux morts

Le choix du projet de monument aux morts de M. Bruno, sculpteur, fut retenu par le conseil municipal le 20 novembre 1921. Sur ce monument furent gravés 27 noms, dont un avec une faute d'orthographe (il manquait le D final). Le conseil municipal vota alors une somme de 9 500 F pour l'érection de ce monument qui s'ajouta aux 3 742 F de la souscription publique et à la subvention de l'état. Le montant attribué à ce monument était donc de 13 342 F qui permirent l'érection et l'inauguration du monument.

Pour la gravure des 18 noms complémentaires, une somme de 1 500 € était demandée par l'entreprise contactée par l'intermédiaire de Logistic Marbrerie 72. Plusieurs projets ont été proposés à la commune et, quelque temps avant le mois de novembre, deux graveurs sont venus travailler sur une journée. Tout avait été préparé auparavant en atelier, les relevés métriques ayant été réalisés sur place. Pour cet ajout de 18 noms et la correction de celui mal orthographié, une subvention de 400 € a été accordée à la commune. Ce fut également l'occasion de repeindre tous les noms pour que ce centenaire soit dignement fêté et que les 45 enfants de Saint-Christophe morts pour la France soient ainsi mis à l'honneur.

Les 45 noms des poilus visibles sur le monument aux morts
Les 45 noms des poilus visibles sur le monument aux morts

Les 45 noms des poilus visibles sur le monument aux morts

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2018 7 04 /11 /novembre /2018 19:34

L'année 1918, du doute à la victoire

Samedi soir, pour cette première manifestation organisée par la commune de Saint-Paterne dans le cadre de la commémoration du centenaire de l’armistice signé en 1918, à Compiègne, une quarantaine de personnes était présente dans la salle du multimédia pour assister à la conférence « L’année 1918, du doute à la victoire » donnée par Éric Labayle.

Un public qui fut enthousiasmé par le conférencier
Un public qui fut enthousiasmé par le conférencier

Un public qui fut enthousiasmé par le conférencier

Avant le début de la conférence, Jean-Pierre Poupée, maire de la commune, prononça quelques mots en direction du public : « Je vous remercie d’être venus si nombreux pour cette conférence qui ouvre la série des manifestations prévues pour cette commémoration particulière du 11 novembre 2018, 100 ans après la signature de l’armistice en 1918. » Puis, il passa le micro à Fabrice Mauclair, le vice-président de l’association christophorienne « Histoire & Patrimoine », qui présenta le conférencier, Éric Labayle. « Éric est un Tourangeau originaire de Libourne. Docteur en histoire contemporaine, c’est un grand spécialiste des conflits militaires et de l’histoire militaire sociale. Il a une maison d’édition avec une production d’œuvres historiques assez importante. Il travaille aussi pour  les éditions Sutton. »

Avant de débuter la conférence proprement dite, Éric Labayle prononça quelques mots en direction des nombreux élus de la commune présents dans l’assistance et de l’ensemble du public : « Merci de m’accueillir ici pour parler de l’année 1918. On peut s’interroger sur ce que l’on commémore. Sur cette année 1918, je vous parlerai des principales dates. C’est une année qui est quasiment oubliée dans les manuels scolaires. Il n’y a pas eu de guerre de mouvement cette année-là. Pour moi, si je dois définir l’image que j’en ai, c’est celle de la balance Roberval avec l’équilibre des forces de part et d’autre. Mais, venons-en aux faits ! Pourquoi cet équilibre ? Comme chacun sait, 1918 vient après 1917, année où, à son début, on a un nouveau général en chef, Nivelle, dont le but est de gagner la guerre avant le printemps. Mission surréaliste quand on sait que le 16 avril 1917, ce fut l’offensive au Chemin des Dames, offensive qui entraîna beaucoup de pertes et déclencha une grave crise morale qui fut suivie de nombreuses mutineries. C’est à ce moment qu’arriva le général Pétain à la tête de l’armée française.  »

 

Éric Labayle, le conférencier

Et, pendant une heure et quart, le conférencier tint son auditoire en haleine. Avec le support d’un diaporama illustrant les principaux points évoqués, il fit revivre de manière intense les principaux moments d’abord de 1917 qui eurent une incidence sur le déroulement de l’année 1918 tant à l’intérieur du territoire français que sur le front de l’est. Il insista sur l’importance de l’entente qui régnait au sein du duo Pétain-Clémenceau dans les décisions prises au début de l’année 1918.

La phrase clé du général Pétain était : « J’attends les chars et les Américains. »

Quels chars ?

Les chars d’assaut se sont améliorés nettement et grâce aux 3 000 chars Renault FT17 qui équipèrent alors l’armée française, en 1918, les alliés remportèrent de nombreuses victoires sur les Empires Centraux.

Et les Américains ?

Ils arrivent en 1917 mais ne sont pas du tout préparés à ce genre de guerre. Bien que plus grands que les Européens,  très sportifs, motivés, ils sont en retard sur tout. Très mal équipés, il faut les rééquiper entièrement et les former. « Ils passent directement du Far West au XXe siècle ! » Donc, dans un premier temps, on ne peut pas compter sur eux.

D’après le conférencier, l’état major et les dirigeants politiques avaient prévu que l’année 1918 serait assez calme et qu’ils concentreraient toutes les forces pour une victoire qu’ils imaginaient acquise au printemps 1919.

Ce qui va précipiter l’arrêt des combats, ce sont les événements qui se produisirent sur le front de l’est. Dans les Balkans, beaucoup de soldats sont décimés par des maladies. Le 15 septembre 1918, sur le front de Macédoine, la cavalerie alliée prend la ville d’Uskub, siège des états-majors des Empires Centraux. Suite à cela, les Allemands perdent leurs alliés. L’Allemagne est au bord du gouffre. Une mutinerie éclate au sein de l’armée. Guillaume II abdique. La République qui s’installe demande l’arrêt des combats. « Et c’est ainsi que le 11 novembre 1918, l’armistice de Compiègne (appelé de Rethondes), met fin aux combats sur le front de l’ouest mais, armistice ne veut pas dire fin de la guerre. Il faudra attendre le 28 juin 1919 pour que soit signé le traité de Paix de Versailles entre l’Allemagne et les Alliés, pour dire que la guerre est bien terminée. »

Pour Éric Labayle,  une question se pose : « A-t-on eu raison de signer cet armistice ? »

Voici l’argument qu’il développe : « Si on avait suivi l’idée d’aller en Allemagne le 14 novembre puisque sur le front est le champ était libre, notre offensive aurait montré aux Allemands qu’ils avaient réellement perdu la guerre. Car, dans les faits, les Alliés n’ont jamais envahi l’Allemagne et lorsque les soldats rentrèrent chez eux, ils furent accueillis en héros par la population. »

C’est sur cette réflexion qui pouvait en amener d’autres notamment sur la seconde guerre mondiale que s’acheva cette passionnante conférence. Le conférencier se prêta ensuite au jeu des questions réponses pendant environ un quart d’heure. De très nombreux et chaleureux applaudissements saluèrent cette brillante prestation.

Cadeaux et dédicaces
Cadeaux et dédicaces

Cadeaux et dédicaces

Avant de convier l’assistance à partager le verre de l’amitié, Jean-Pierre Poupée remit deux livres qu’il dédicaça  au conférencier : « Le Pays de Racan » et « Sur la route des Muses et des Géants », ainsi qu’un buste du poète Racan.

Des amateurs pour les livres présentés par Éric Labayle

Des amateurs pour les livres présentés par Éric Labayle

Plusieurs personnes conquises par le brillant exposé, se dirigèrent vers la table où étaient exposés de nombreux ouvrages traitant du sujet puis chacun se retrouva au fond de la salle où le verre de l’amitié les attendait.

Le verre de l'amitié pour clore cette soirée très intense !
Le verre de l'amitié pour clore cette soirée très intense !

Le verre de l'amitié pour clore cette soirée très intense !

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2018 2 30 /10 /octobre /2018 16:29
Le monument aux morts de Saint-Paterne-Racan

Le monument aux morts de Saint-Paterne-Racan

Après plus de quatre années de combats, la France est devenue, le 11 Novembre 1918, le théâtre d’une explosion de joie !
Dans chaque village, chaque ville, les cloches retentissent, les drapeaux sont brandis haut dans les rues…. L’Armistice vient d’être signé !
Depuis, chaque année, nous célébrons le 11 Novembre pour rendre hommage aux combattants morts pour la France.
Cette année, pour fêter le Centenaire de l’Armistice, la Commune de Saint-Paterne-Racan a pris la décision de proposer des manifestations durant tout le mois de novembre. 


Samedi 03 Novembre : Une Conférence sera animée par M. Eric LABAYLE sur « l’Année 1918 »
           20h30 – Espace Multimédia – Entrée Libre


Mercredi 07 Novembre : Projection du film « Cheval de Guerre »
  20h30 – Salle des Fêtes – Entrée Libre

 

 

Cérémonie du 11 Novembre 
Rassemblement à 10h15 devant le Monument aux Morts et inauguration d’une plaque
Harmonie Municipale
Présence des Anciens Combattants, des Pompiers et de Militaires
Chant « La Marseillaise » par les enfants des écoles
Inauguration de l’exposition, à l’Espace Multimédia, d’objets et de documents prêtés par les habitants


Cette exposition sera visible du 11 au 17 Novembre à l’Espace Multimédia

Vous pourrez également découvrir, durant tout le mois de Novembre, deux expositions :

L’Exposition « La première Guerre Mondiale en Touraine », prêtée par les Archives Départementales, sera présentée à l’Espace Multimédia.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2018 6 20 /10 /octobre /2018 08:35

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2018 1 16 /07 /juillet /2018 09:31

Chaque année, depuis plus de 40 ans, le jour du 14 juillet, le village de Villebourg est en fête  grâce au comité des fêtes. Dès le matin très tôt, le centre bourg s’anime avec l’arrivée des exposants venus proposer divers objets aux chalands en quête de l’élément qui pourra compléter une collection, d’un jeu pour occuper les enfants pendant les vacances, d’un outil de jardinage, d’un livre pour soit se distraire ou se documenter… La trentaine d’exposants présentait en effet une multitude d’objets assez divers.

Un bel emplacement pour ce vide-grenier
Un bel emplacement pour ce vide-grenier
Un bel emplacement pour ce vide-grenier
Un bel emplacement pour ce vide-grenier

Un bel emplacement pour ce vide-grenier

Pour terminer cette journée festive, un repas champêtre, sous barnum,  réunit de nombreux habitués du village et des villages alentour. Une fois restaurés, les convives purent se mêler à la population venue participer à la retraite aux flambeaux avant de pouvoir assister au feu d’artifice suivi, pour ceux qui avaient des fourmis dans les jambes, par une soirée dansante.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2018 7 15 /07 /juillet /2018 16:05

Comme tous les ans depuis 2002, les festivités liées à la célébration de la fête nationale se déroulent à Saint-Christophe-sur-le Nais, les années paires, et à Saint-Paterne-Racan les années impaires, en présence des maires des deux communes.

Pour commencer la soirée, le comité des fêtes de la commune organisatrice avait prévu un repas « moules-frites » pour les adultes et « rôti de porc froid et frites » pour les enfants, le tout suivi d’une tartelette aux fruits de l’été. Le repas, accompagné d’un fond musical, a réuni une centaine de convives.

Quelques convives pendant le repas
Quelques convives pendant le repas
Quelques convives pendant le repas

Quelques convives pendant le repas

Puis, Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune, invita les enfants à aller retirer un bâton lumineux auprès d’Anna Courtois, pour le défilé.

Distribution des bâtons lumineux

Distribution des bâtons lumineux

Avant le début des animations, vers 21 h, les deux musiciens de Fath.fr, vinrent jouer quelques morceaux sous le regard attentif des enfants.

L'orchestre Fath.fr et les mélomanes en herbe
L'orchestre Fath.fr et les mélomanes en herbe

L'orchestre Fath.fr et les mélomanes en herbe

Avant que les nombreuses personnes présentes ne se mettent en route, les jeunes sapeurs pompiers firent quelques démonstrations : secours aux blessés, lutte contre l’incendie,… sous l’œil vigilant de leur formateur, le tout avec toute la rigueur nécessaire.

Manoeuvres des JSP
Manoeuvres des JSP
Manoeuvres des JSP

Manoeuvres des JSP

Puis, le défilé prit le chemin de la maison de retraite où les résidents purent, l’espace de quelques longues minutes, assister à la sérénade donnée par l’EMEDC, se rappeler leur jeunesse en regardant les Danseux du Nais présenter quelques danses de leur répertoire et apprécier la souplesse et les mouvements d’ensemble des membres de l’association intercommunale d’expression corporelle.

L'EMEDC offre une sérénade aux résidents

L'EMEDC offre une sérénade aux résidents

Les Danseux du Nais les font rêver avec les danses anciennes
Les Danseux du Nais les font rêver avec les danses anciennes
Les Danseux du Nais les font rêver avec les danses anciennes
Les Danseux du Nais les font rêver avec les danses anciennes
Les Danseux du Nais les font rêver avec les danses anciennes

Les Danseux du Nais les font rêver avec les danses anciennes

L'expression corporelle offre toujours de beaux mouvements d'ensemble
L'expression corporelle offre toujours de beaux mouvements d'ensemble

L'expression corporelle offre toujours de beaux mouvements d'ensemble

La foule grossissant au fil de la soirée, le défilé marqua une pause au niveau du lotissement du Calvaire, puis sur la place Jehan d’Alluye, où les différents intervenants proposèrent de nouveau musique, danses et mouvements auxquels certains spectateurs n’hésitèrent pas à participer.

La foule devient de plus en plus dense au fil de la soirée et certains se prêtent volontiers à la danse du "tape-cul" avec les Danseux
La foule devient de plus en plus dense au fil de la soirée et certains se prêtent volontiers à la danse du "tape-cul" avec les Danseux
La foule devient de plus en plus dense au fil de la soirée et certains se prêtent volontiers à la danse du "tape-cul" avec les Danseux
La foule devient de plus en plus dense au fil de la soirée et certains se prêtent volontiers à la danse du "tape-cul" avec les Danseux
La foule devient de plus en plus dense au fil de la soirée et certains se prêtent volontiers à la danse du "tape-cul" avec les Danseux

La foule devient de plus en plus dense au fil de la soirée et certains se prêtent volontiers à la danse du "tape-cul" avec les Danseux

Et enfin, la dernière montée par l’avenue Hilarion, ramena tout le monde vers l’espace Beau Soulage pour assister au superbe spectacle pyrotechnique offert par les deux communes et financé au prorata du nombre d’habitants de chacune.

Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice
Quelques photos du feu d'artifice

Quelques photos du feu d'artifice

Pour terminer la soirée, un bal gratuit, animé par l’orchestre Fath.fr, permit à tous les amateurs de danses d’achever dans la joie cette sympathique manifestation qui réunit chaque année Christophoriens et Saint-Paternois.

Partager cet article
Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 15:51

La cérémonie d'hommage aux Réfractaires et Maquisards aura lieu le dimanche 10 Juin 2018 à 11 h 15 au Monument National de Saint-Paterne-Racan, à Biéné.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 16:47

À Saint-Christophe-sur-le-Nais, la commémoration de l’armistice du 8 mai 1945 est toujours précédée par un hommage rendu à Élisabeth Le Port, dans la classe où, jeune institutrice, elle enseigna d’octobre 1939 à juin 1942, date de son arrestation par les Allemands. C’est à Auschwitz où elle fut envoyée, qu’elle décèdera le 24 mars 1943. Son neveu, Michel Le Port, accompagné de son épouse, est toujours présent pour honorer la mémoire de sa tante trop tôt disparue. Le dépôt d’une plante marque ce devoir de mémoire envers cette résistante qui donna sa vie pour que la France retrouve sa liberté.

Hommage dans la classe où exerça Élisabeth Le Port
Hommage dans la classe où exerça Élisabeth Le Port

Hommage dans la classe où exerça Élisabeth Le Port

Ensuite, un défilé en musique avec l’EMEDC, les pompiers de Saint-Paterne et les JSP Racan suivis par les élus, les Anciens combattants, les enfants de l’école et leurs enseignantes et une population relativement nombreuse permit, en traversant le centre du bourg, de regagner le mail où se dresse le monument aux morts.

Arrivée au monument aux morts

Arrivée au monument aux morts

Après le dépôt de gerbes par la municipalité et les Anciens combattants, le renouvellement de la flamme par les enfants, Madame le Maire donna lecture du discours émanant de la secrétaire d’état auprès de la ministre des armées.

Dépôt de gerbes, de flammes et discours
Dépôt de gerbes, de flammes et discours
Dépôt de gerbes, de flammes et discours

Dépôt de gerbes, de flammes et discours

La parole fut ensuite donnée à 4 enfants des cours élémentaires qui récitèrent le poème d’Arthur Rimbaud : « Le dormeur du val ».

Les enfants récitent "Le dormeur du val" d'Arthur Rimbaud

Les enfants récitent "Le dormeur du val" d'Arthur Rimbaud

La minute de silence écoulée, les musiciens entonnèrent la sonnerie aux morts avant de finir par La Marseillaise.

Les musiciens et les sapeurs-pompiers et JSP
Les musiciens et les sapeurs-pompiers et JSP

Les musiciens et les sapeurs-pompiers et JSP

La cérémonie achevée, tous les participants furent invités à regagner le foyer rural où la musique offrit quelques morceaux de son répertoire avant le vin d’honneur et les petits fours préparés par la municipalité.

Les participants lors du vin d'honneur qui suivit la commémoration
Les participants lors du vin d'honneur qui suivit la commémoration

Les participants lors du vin d'honneur qui suivit la commémoration

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2017 2 05 /12 /décembre /2017 16:08

Ce mardi matin, les sections de l’UNC de Saint-Paterne et Saint-Christophe étaient réunis devant le monument aux morts de Saint-Paterne en hommage aux « morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.

Les participants à la cérémonie

Les participants à la cérémonie

Depuis 2003, le 5 décembre a été fixé comme Journée nationale d’hommage et, en alternance avec Saint-Christophe, les sections locales tiennent à participer à cet hommage qui s’est tenu en présence des maires-adjoints des deux communes, de quelques élus et du correspondant défense de Saint-Paterne.

Dépôt de gerbe par Jean Chevet

Dépôt de gerbe par Jean Chevet

Jean Chevet, président de la section de Saint-Paterne-Racan, déposa une gerbe au pied du monument aux morts et, en l’absence de Jean-Pierre Poupée, maire de la commune, c’est Brigitte Lamandé, 1ère adjointe, qui donna lecture du discours de Mme Geneviève Darrieusseq, secrétaire d’état auprès de la ministre des Armées.

En voici quelques lignes : « Il y a 55 ans, une guerre, commencée 8 ans plus tôt, et longtemps niée s’achevait. Son souvenir demeure vivace et encore douloureux pour beaucoup d’hommes et de femmes qui eurent à en souffrir… Aujourd’hui, la Nation toute entière se souvient des 25 000 combattants morts pour la France en Afrique du Nord. Nous honorons leur mémoire, leur courage et leur sacrifice. La France se souvient également avec émotion des victimes civiles tuées au cours de ces années, des disparus, des drames personnels et des tragédies familiales… En 2017, la mémoire individuelle, familiale et associative de ces années est encore très forte ; elle contribue à l’appropriation de cette part d’histoire de notre pays par les nouvelles générations.

Plus d’un demi-siècle après ces faits et sans oublier les souffrances d’hier, nous devons progresser ensemble vers l’apaisement des mémoires et continuer à emprunter le chemin de la réconciliation. »

Lecture du discours

Lecture du discours

Cette lecture faite, chacun observa une minute de silence qui marqua la clôture de cette cérémonie.

Fin de la cérémonie
Fin de la cérémonie

Fin de la cérémonie

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 16:07

 

Les sections UNC AFN de Saint-Paterne-Racan et Saint-Christophe-sur-Le-Nais invitent les habitants des deux communes à la cérémonie commémorative du 5 décembre, journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie, 1952-1964.

La cérémonie aura lieu le mardi 5 décembre et le rassemblement se fera à 10 heures 30 au monument aux Morts de Saint-Paterne-Racan avec dépôt de gerbe.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages