Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 10:50

Vendredi soir, Les Amis de la chapelle saint André avaient donné rendez-vous à leurs adhérents, à la salle d’accueil de Neuvy-le-Roi, pour leur assemblée générale. Tout d’abord, la présidente, Madeleine Fargues, présenta le bilan moral de l’association en se montrant satisfaite de la fréquentation du public aux diverses manifestations axées sur le patrimoine et l’histoire, le but poursuivi étant d’initier des rencontres entre artistes et habitants du territoire et de promouvoir cette chapelle des X et XVème siècles afin que sa restauration se poursuive. Elle précisa que la chapelle est de plus en plus demandée par des associations ce qui obligea à rajouter un paragraphe à la convention qui est en attente d’être signée avec la nouvelle communauté de communes. Le point d’accueil touristique qui s’y tenait en juillet-août ne sera pas reconduit. Une bonne nouvelle, la commune de Neuvy a fait l’achat d’une bande de 2 m au nord, ce qui permettra de pouvoir faire le tour de l’édifice.

Les activités de 2017

Publication du livret « Si Marray m’était conté » écrit par Jean-Pierre Meyer, vice-président de l’association en vente à la mairie de Marray au prix de 5 euros. Théâtre en mai «  Le neveu de Rameau » par la compagnie Coucou la fourmi. Concert en septembre avec Hélène Maurice. Exposition de photos d’Alain Robier avec sculptures et peintures de Vincent Gérard lors des journées du patrimoine. La trésorière Bernadette Beaumont présenta ensuite le rapport financier. Les deux bilans furent adoptés à l’unanimité.

Les projets pour 2018

Première animation en mars avec le festival Femmes en Campagne qui accueillera Anne Fages présidente du secours catholique-Caritas du 37.

En juin, conférence « Mémorial d’un grognard » avec Pascal Dubrisay, historien d’art, et Patrick Binet, éditeur,  du théâtre avec 2 représentations de Feydeau organisé par l’association Touraine Espoir d’Enfants et un concert avec Carine Achard, chanteuse et pianiste qui interprétera de la variété française accompagnée d’un percussionniste.

En septembre, une résidence d’artiste avec Sarah Monjal, peintre professionnelle qui se terminera par l’exposition de ses œuvres lors des journées du patrimoine.

Ce fut ensuite le moment des élections. Les 6 membres sortants furent réélus.

 

Les  membres du bureau avec de gauche à droite, Bernadette Beaumont, Marc Houtard, la présidente Madeleine Fargues et Michèle Rolo

Les membres du bureau avec de gauche à droite, Bernadette Beaumont, Marc Houtard, la présidente Madeleine Fargues et Michèle Rolo

Conseil d’administration : Présidente Madeleine Fargues, vice-présidents Jean-Pierre Meyer et Marc Houtard, secrétaire Michèle Rollo, Trésorière Bernadette Beaumont, François Fortin, Philippe Larus, Wilna Zamarlik, Danielle Le Guillou, Agnès Prunet et Marie-Claude Doussain.

Cotisations 2018 : 12 euros personne seule, couple 18 euros et bienfaiteur 30 euros et plus.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 14:19

 

 

L'association Histoire et Patrimoine de Saint-Christophe-sur-le-Nais sera présente à Ambillou le samedi 16 décembre, toute la journée.

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 17:07
Le conférencier et le président
Le conférencier et le président
Le conférencier et le président

Le conférencier et le président

L’association Histoire et Patrimoine proposait vendredi soir une seconde conférence pour cette année 2017, la première ayant eu lieu au printemps. Dans la salle Beau-Soulage, on comptait 50 personnes venues écouter Fabrice Mauclair, le vice-président de l’association, parler d’un personnage dont la présence a marqué la commune de Saint-Christophe de 1 882 à 1 910, année de sa retraite. Mais, avant que la conférence commence, Philippe Larus, président de l’association remercia l’assistance de son soutien ainsi que les quelques élus présents dans la salle parmi lesquels  Catherine Lemaire, maire de la commune, Jean-Pierre-poupée, maire de Saint-Paterne et la municipalité pour le prêt de la salle et du matériel.

La vie de Jules Égal dévoilée par Fabrice Mauclair
La vie de Jules Égal dévoilée par Fabrice Mauclair
La vie de Jules Égal dévoilée par Fabrice Mauclair

En attendant le début de la conférence, au fur et à mesure de leur arrivée, les différentes personnes purent avoir un aperçu des partitions écrites par Jules Égal, des cartes postales qu’il fit éditer, des diplômes reçus par la musique municipale de Saint-Christophe en admirant la petite exposition réalisée conjointement par Histoire et Patrimoine et la musique municipale.

L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle

L'exposition présentée dans la salle

Jules Égal naquit le 27 janvier 1851 à Avon-les-Roches (37), fils de Annet Égal, 44 ans, chaudronnier (décédé à Avon le 21 juin 1853) et de Marie Benoit, 45 ans. Ils eurent 5 enfants.

Il fut élève de l’École Normale de Loches de 1867 à 1870. Il devint instituteur titulaire le 1er juin 1872.

Il exerça à Brèches, Château-la Vallière et St Christophe (1882-1910).

Il se maria le 20 août 1872, à Château-la-Vallière alors qu’il était domicilié à Brèches, avec Fernande Victorine Pattier, sans profession, née à Château-la-Vallière le 20 juillet 1852, fille de Henri Urbain Pattier, coiffeur, membre du Conseil Municipal et de Anne Virginie Delétang décédée à Château-la-Vallière le 14 février 1865.

Comme beaucoup d’instituteurs de son temps, tel un hussard noir de la République, Jules Égal était un ardent défenseur de la République. Un inspecteur primaire l’aurait qualifié de « républicain ferme et franc ».

Le conférencier s’attacha à montrer les différentes facettes de ce personnage aux multiples activités.

Pendant son passage à Saint-Christophe, Jules Égal montra tous ses talents divers ; il fut directeur de l’école des garçons, secrétaire de mairie, dessinateur, sculpteur, photographe auteur de nombreux clichés édités en cartes postales, chef de la musique locale et compositeur de nombreux morceaux qui furent joués par de nombreuses fanfares en France et à l’étranger.

Au cours des années 1 900, il reçut plusieurs distinctions et médailles. En 1 903, il fut récompensé pour avoir fondé dans son école « une société protectrice des animaux et des oiseaux ». Cette même année, il fut nommé Officier d’Académie et reçut les Palmes académiques. En 1 907, il fut décoré du Mérite agricole pour sa société protectrice des animaux.

En  septembre 1 910, après exactement 39 ans, 4 mois et 4 jours de service, il prit sa retraite et s’installa avec sa femme dans une maison qu’elle possédait à Château-la-Vallière. Malheureusement, il n'en bénéficia pas longtemps puisqu’il décéda le 3 novembre 1910, à 59 ans et, quelques jours plus tard, ce fut son épouse qui décéda le 25 novembre 1910 à 58 ans. Peu de temps après, nouveau décès dans la famille puisque leur fille Julia mourut, toujours à Château-la-Vallière, le 8 janvier 1911, à 35 ans. En un peu plus de deux mois trois membres de cette famille disparurent.

Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal
Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal
Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal
Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal

Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal

Les cartes postales commentées par Lionel Royer
Les cartes postales commentées par Lionel Royer

Les cartes postales commentées par Lionel Royer

De Jules Égal, il reste de nombreuses cartes postales, certaines écrites de sa main, d’autres illustrées et signées Égal. Parmi ses cinq enfants, deux filles furent institutrices Julia et Yvonne qui enseigna à Saint-Christophe de 1 904 à 1 908.

Pour donner un aperçu de quelques-unes des poésies mises en musique par Jules Égal, Fabrice fit écouter à l’assistance 4 ou 5 morceaux joués au piano.

À l’issue de son exposé, Fabrice fut chaleureusement applaudi par les auditeurs.

Remise des plaquettes Jules Égal
Remise des plaquettes Jules Égal
Remise des plaquettes Jules Égal
Remise des plaquettes Jules Égal

Remise des plaquettes Jules Égal

Les adhérents à l’association se virent remettre gratuitement la plaquette contenant l’intégralité de la conférence et chacun fut invité, comme à chaque manifestation de l’association, à partager le verre de l’amitié. Et, pour terminer, Philippe Larus donna rendez-vous à tous pour l’assemblée générale qui aura lieu le 2 décembre, à Beau-Soulage, à 17 h. Le montant des cotisations reste inchangé : 8 € pour une personne, 12 € pour un couple. Cette somme donne droit à une plaquette par an.

La convivialité marque la fin des manifestations d'Histoire et Patrimoine
La convivialité marque la fin des manifestations d'Histoire et Patrimoine

La convivialité marque la fin des manifestations d'Histoire et Patrimoine

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 11:04

La musique municipale

 

de Saint-Christophe-sur-le-Nais. le vendredi 10 novembre, à 20h30, à la salle Beau-SoulageL’association Histoire et Patrimoine a le plaisir de vous inviter à sa prochaine conférence qui sera donnée Fabrice Mauclair, vice-président de l’association et docteur en histoire moderne présentera un sujet original et attrayant qui lui a demandé 18 mois de préparation.

Jules Égal (1851-1910), ancien instituteur et secrétaire de mairie à Saint-Christophe, est un personnage étonnant. Homme curieux et artiste accompli, le maître d’école s’adonnait notamment à la peinture et à la sculpture. Au cours des années 1900, il s’est également essayé à la photographie. Sous forme de cartes postales, il a ainsi édité près d’une vingtaine de clichés présentant des vues de Saint-Christophe. Mais l’instituteur excellait surtout dans le domaine musical. Chef et professeur de musique, à Château-la-Vallière puis à Saint-Christophe, Jules Égal était un compositeur prolifique. Dans des genres extrêmement variés, l’homme a ainsi produit une bonne centaine d’œuvres musicales. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, les airs qu’il a imaginés ont beaucoup voyagé. En effet, au début du XXe siècle, ses morceaux pour harmonie et fanfare étaient interprétés partout en France, en Suisse et en Belgique. Ses compositions ont même été jouées au Canada !

Entrée gratuite. Texte de la conférence offert aux adhérents à jour de leur cotisation. Renseignements complémentaires au 02 47 29 33 18.

Remarque importante : Cinq morceaux de Jules Égal seront interprétés le lendemain, dans la même salle de Beau-Soulage, le 11 novembre 2017 à 17h30, lors du traditionnel concert annuel donné par l’Ensemble Musical Escotais, Dême, Choisille.

 

Jules Égal

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 10:08

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 18:51
Un public intéressé par les avancées de la recherche médicale
Un public intéressé par les avancées de la recherche médicale

Un public intéressé par les avancées de la recherche médicale

Comme chaque année depuis 2005, un an après la création de l’association Malaury, une soirée était organisée dans la salle Beau-Soulage, au profit de la recherche médicale.

Rappelons rapidement que cette association s’était créée pour aider les chercheurs qui travaillaient sur le syndrome de Lesch Nyhan et la dystonie, symptômes dont souffrait le petit Malaury. Des liens se sont alors noués entre Odile et Jean-Michel Gourdon, parents de Malaury, et Pierre Castelnau, neuropédiâtre à Clocheville à Tours et Irène Céballos-Picot, enseignant-chercheur à l’hôpital Necker à Paris.

Depuis plusieurs années, cette soirée commence donc par une conférence où la personne invitée et ce fut souvent, comme samedi soir, Irène Ceballos-Picot, vient expliquer le plus simplement possible les travaux réalisés et les avancées obtenues d’une année sur l’autre.

La conférence proposée cette année s’intitulait : « Recherche d’une thérapie de la maladie de Lesch-Nyhan ».

Odile Gourdon, à gauche, face à Irène Céballos-Picot

Odile Gourdon, à gauche, face à Irène Céballos-Picot

Avant de laisser la parole à la chercheuse, Odile, présidente de l’association, prit le micro et devant la quarantaine de personnes présentes pour suivre l’évolution des recherches, ouvrit la soirée par ces quelques mots : « Merci d’être là pour la 13ème édition de cette soirée amicale et conviviale. Je remercie la municipalité de Saint-Christophe pour le prêt de la salle. Pour la énième fois, Irène Ceballos-Picot exposera l’avancée de ses recherches. Le don que nous avions fait l’an dernier à Pierre Castelnau a été investi dans le fonctionnement du robot humanoïde Nao qu’il nous avait présenté et qui intervient maintenant auprès des enfants. »

Elle laissa ensuite la parole à Irène Ceballos-Picot. « Ce soir, je vais vous parler d’un projet qui nous tient à cœur depuis longtemps, trouver des molécules qui vont réussir à compenser le déficit de l’enzyme, nommée HPRT, responsable de la maladie de Lesch-Nyhan. Ce déficit perturbe le métabolisme des purines qui est essentiel pour le bon fonctionnement du système nerveux. Le gène  qui code pour l’enzyme HPRT est sur le chromosome X, cette maladie rare (1 naissance/250 000 en Europe) n’atteint donc que les garçons. Plusieurs formes de la maladie peuvent apparaître et notamment des formes très sévères qui s’accompagnent d’automutilations. Heureusement, il existe des formes moins sévères appelées « Variants de la maladie de Lesch-Nyhan » sans automutilation.

Irène Céballos-Picot au cours de la conférence

Les questions que se sont posés les chercheurs sont: « Pourquoi ces différentes formes  alors qu’un seul gène est muté et quelles sont les facteurs protecteurs dans les formes moins sévères ?  »

« À Necker, le travail a débuté en 1981 par le diagnostic biochimique puis génétique de la maladie de Lesch-Nyhan. 164 patients répartis dans 128 familles ont été diagnostiqués en France. Une analyse génétique a été effectuée pour 98 familles. Chaque patient a sa propre mutation ce qui rend le travail très complexe. Nous collaborons à l’échelon européen pour harmoniser nos pratiques. Un questionnaire clinico-biologique remis à chaque patient et leur médecin traitant en France et en Italie (Institut Gaslini à Gênes,  Dr AnnaLisa Madeo) va permettre, par l’étude des réponses aux questionnaires, de comprendre l’histoire naturelle de la maladie préalable indispensable à un essai clinique. Cet échange franco-italien fut très riche lors d’une journée dédiée à la prise en charge de la maladie de Lesch-Nyhan à l’institut Gaslini en septembre dernier.

Depuis quelques années, le laboratoire Sanofi s’est investi à nos côtés dans les recherches sur cette pathologie. Nous avons mis en place plusieurs tests biochimiques permettant le criblage de milliers de molécules par un robot. 900 000 molécules ont été testées sans donner de résultat positif sur un premier test de criblage.  À Necker, nous avons une banque de cellules de patients qui nous a permis de mettre au point un autre test  afin de cribler des médicameents directement sur les cellules de patients en culture. Notre projet de criblage utilisant ce test a été lauréat d’un appel d’offre de la Fondation Maladies rares et a donc été financé permettant le criblage de médicaments à grande échelle sur la plateforme de criblage du CEA de Grenoble. Une molécule que nous appellerons X et une autre nommée Y ont été découvertes et potentiellement brevetables. Ces molécules  rétablissent le défaut métabolique des cellules de patients Lesch-Nyhan. Nous montrons l’efficacité de ces molécules sur les cellules de 5 patients ayant des mutations différentes».

La conclusion à retenir de cette conférence est comme le dit Mme Ceballos-Picot : « Une bonne nouvelle d’avoir trouvé ces 2 molécules « x et y » évaluées positivement sur plusieurs lignées cellulaires de patients Lesch-Nyhan. Le chemin à parcourir est encore long pour aboutir à un essai clinique chez les malades car il  faudra tester l’innocuité de ces molécules sur des modèles animaux de la maladie de Lesch-Nyhan. La souris et le rat mutés sur le gène HPRT n’étant pas de bons modèles car ne présentent pas de troubles neurocomportementaux, la création de nouveaux modèles animaux est nécessaire. La possibilité d’obtention d’un modèle de la maladie de Lesch-Nyhan chez les primates non humain est en discussion avec le directeur de la Fondation des maladies rares, le Pr Jean-Louis Mandel : un nouvel espoir pour tester l’efficacité de ces deux molécules.

C’est l’aboutissement d’un travail de 5 années. Merci à l’association Malaury, à l’association Lesch-Nyhan action et à la Fondation Maladies rares qui m’ont aidé financièrement dans ce travail et à mes collaborateurs de Sanofi les Dr Franck Augé et  Anne Olivier-Bandini »

La remise des cadeaux et du chèque qui permettra la poursuite des recherches.
La remise des cadeaux et du chèque qui permettra la poursuite des recherches.

La remise des cadeaux et du chèque qui permettra la poursuite des recherches.

Odile vint alors rejoindre Mme Céballos-Picot : « Merci Irène pour cette belle nouvelle. Nous avons mis tout notre poids pour que vous puissiez mener à bien vos recherches. Vous avez toujours été très motivée. »

« Oui, heureusement que vous êtes intervenue à Necker pour que je puisse effectivement poursuivre mes recherches » répliqua Irène Céballos-Picot. « Grâce aux associations, on peut avoir du poids sur notre hiérarchie pour le diagnostic de ces maladies. Continuez à rester mobilisés. Vos dons sont des aides précieuses. »

Puis Odile appela les amies d’enfance de Malaury, Julie, Laura et Maëlle, toujours présentes à ces soirées qui vinrent remettre à Mme Céballos-Picot un chèque de 10 000 € pour la poursuite de ses travaux

Irène céballos-Picot reçoit le nouveau livre sur Saint-Christophe

Irène céballos-Picot reçoit le nouveau livre sur Saint-Christophe

En remerciements, elle reçut également un beau bouquet et le livre récemment édité par l’association Histoire et Patrimoine, « Si Saint-Christophe m’était conté ».

Partage du verre de l'amitié

Partage du verre de l'amitié

Puis, chacun fut invité à partager le verre de l’amitié avant que les 380 convives inscrits pour les repas « faits maison » par Joël ne prennent place autour des tables dressées tout autour de la salle.

Un aperçu des convives pendant le repas.
Un aperçu des convives pendant le repas.
Un aperçu des convives pendant le repas.
Un aperçu des convives pendant le repas.
Un aperçu des convives pendant le repas.

Un aperçu des convives pendant le repas.

Ce délicieux repas terminé, tous les membres actifs de l’association Malaury furent appelés sur scène par Odile ainsi que le cuisinier et les différentes personnes ayant apporté une aide ponctuelle. Joël, qui prend sa retraite et assurait ce soir son dernier repas pour l’association reçut aussi le livre sur Saint-Christophe. Puis, tous ensemble, sur l’air des Copains d’abord, ils entonnèrent une belle chanson rappelant l’histoire de la création de l’association Malaury.

Tous les bénévoles de l'association Malaury réunis sur scène

Tous les bénévoles de l'association Malaury réunis sur scène

Avant que les convives quittent la salle, Odile annonça : « C’est la dernière soirée sous cette forme mais, rassurez-vous, il y en aura d’autres. Nous allons réfléchir à une nouvelle formule pour l’an prochain. Merci encore à tous de votre fidélité. »

Et c’est sous un tonnerre d’applaudissements que se termina cette belle manifestation où convivialité et solidarité ne sont pas de vains mots !

 

Merci à Irène Céballos-Picot pour son aide précieuse dans la correction de l'article.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 07:39

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 11:58

Pensez à réserver votre soirée !

Partager cet article
Repost0
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 16:23

Pour mettre un trait final à leur tour de France des Saint-Christophe, Fabrice Mauclair et ses compagnons de route, Nicole Lecomte et Éric Dechêne se sont retrouvés pour un dernier périple de 165 km pour, en partant de Saint-Christophe-sur-le-Nais, rallier Saint-Christophe-le-Jajolet où se tient encore un grand pèlerinage en l’honneur de Saint Christophe, le patron des voyageurs.

Laissons Fabrice nous conter cette dernière épopée.

« Nous sommes partis le samedi 29 juillet, vers 7h du matin, au 12 rue de la Croix Papillon, devant chez mes parents. Étaient présents à mes côtés Jacky Orgeur et Jean-Yves Moisy, du club cyclotouriste Saint-Paterne Saint-Christophe, mes deux fidèles compagnons de route, Nicole Lecomte et Eric Dechêne, un voisin et ami, Patrick Girard qui avait fait les Saint-Christophe avec nous dans les Alpes. Au programme, 165 km, environ 8 heures de selle, pour rallier dans la journée Saint-Christophe-le-Jajolet dans l'Orne.

Départ de Saint-Christophe-sur-le-Nais

Départ de Saint-Christophe-sur-le-Nais

Le midi, après 100 km, avec nos "suiveurs", Monique et Michel Mauclair, Sandrine et Nolan Girard, Bernadette Saussereau, nous avons pique-niqué et fait une bonne pause à Saint-Christophe-du-Jambet (Sarthe) ; en milieu de matinée, un septième cycliste nous avait rejoint, Joël Saussereau, l'époux d'une cousine qui avait fait les Saint-Christophe avec nous l'année dernière.

Au cours du voyage, le groupe s'étoffe

Au cours du voyage, le groupe s'étoffe

L'après-midi, les choses sérieuses ont commencé avec la traversée des Alpes mancelles, passage à Saint-Léonard-des-Bois et Saint-Cénéri-le-Gerei, et de la forêt d'Écouves. Dans les deux cas, nous avons dû gravir de "belles bosses", bien pentues, dont certaines dépassaient allègrement les 10 %. Nous sommes donc arrivés, bien éreintés, à Saint-Christophe-le-Jajolet vers 18h30. Entre-temps, dans l'après-midi, nous avions été rejoints par un huitième cycliste, mon neveu, Léo Bouttier, qui lui aussi avait déjà participé à notre périple les années passées.

Ils sont maintenant 8 à pédaler avant que les deux cyclistes de l'UCTSPC ne les abandonnent

Ils sont maintenant 8 à pédaler avant que les deux cyclistes de l'UCTSPC ne les abandonnent

Sur place, nous avons retrouvé les Danseux du Nais. Tous ensemble, moins Jacky Orgeur et Jean-Yves Moisy, qui étaient partis rejoindre, en voiture, la Semaine fédérale organisée à Nogent-le-Rotrou, nous avons été hébergés dans le château de Sassy, à Saint-Christophe-le-Jajolet, propriété de la duchesse douairière d'Audifray-Pasquier, âgée de 94 ans, qui nous a reçus avec gentillesse et simplicité. Le soir, un repas très convivial nous a été offert par la municipalité au cours duquel quelques musiques et danses ont été improvisées par les Danseux du Nais. Le maire, son épouse, un conseiller... se sont prêtés au jeu et ont notamment dansé le célèbre "tape-cul".

Le lendemain dimanche, nous avons participé au 103e pélerinage d'été de Saint-Christophe-le-Jajolet. Au programme, défilé et exposition de voitures anciennes, messe le matin dans l'église, repas champêtre le midi, messe en plein air et bénédiction des véhicules et des voyageurs l'après-midi. Ainsi, nous avons profité de l'occasion pour faire bénir nos vélos par l'évêque de Sées qui officiait pour l'occasion.

Bénédiction des véhicules

Bénédiction des véhicules

À noter également, qu'en début d'après-midi, j'ai donné une petite conférence, dans l'église, sur notre périple cycliste désormais achevé des huit dernières années : 40 Saint-Christophe visités, 40 départements empruntés, 4000 km parcourus en 40 jours de vélo. Au cours de la journée, les Danseux du Nais ont également animé la fête.

 

Fabrice, lors de la conférence dans l'église.
Fabrice, lors de la conférence dans l'église.

Fabrice, lors de la conférence dans l'église.

Au final, deux belles journées, qui ont rapproché un peu plus Saint-Christophe-sur-le-Nais et Saint-Christophe-le-Jajolet et mis un terme à notre découverte des Saint-Christophe de France à vélo. »

Les Danseux du Nais ont animé les festivités

Les Danseux du Nais ont animé les festivités

Au président d’Histoire et Patrimoine, Philippe Larus, qui avait fait le déplacement à Saint-Christophe-le-Jajolet, Fabrice Mauclair a promis : « Je pense que je pourrai refaire cette conférence à Saint-Christophe-sur-le-Nais. » En attendant, au mois de novembre, Fabrice présentera, lors d’une conférence, la vie et l’œuvre de Jules Égal, personnage aux talents multiples.  

 

Merci aux photographes qui permettent ainsi d'illustrer cet événement.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 15:28

 

Comme elle l’avait fait il y a quatre ans pour clôturer son cycle d’animations « sur les lieux du crime », l’association vous invite à une conférence spectacle qui présentera, en salle, les meilleurs moments de ses quatre dernières randonnées crépusculaires : « Si Saint-Christophe m’était conté… »

 

Faire parler, faire revivre en les mettant en scène les Christophoriens d’autrefois, c’est le parti pris par l'association pour nourrir les quatre dernières éditions (2013 à 2016) de ses randonnées estivales. Après un méticuleux travail d’archive, une quinzaine de scènes, reconstituées ou fictives, ont été mises en forme et jouées au fil des rues du bourg par les comédiens amateurs d'Histoire et Patrimoine.

 

Les membres de l'association seront heureux de rejouer pour vous quelques unes de ces scènes. Le passé artisanal de la commune (les tanneries), des figures illustres (Jehan d’Alluye, le docteur Fulgence Raymond) ou des pans peu connus de l’histoire de Saint-Christophe (la famine de 1709, les Chouans au village) seront évoqués tout au long de la soirée. Antoine Moulin, clarinettiste de renom, assurera entre les tableaux des intermèdes musicaux. A l'issue du spectacle, un nouveau projet de livre, reprenant l'ensemble des textes de « Si Saint-Christophe m'était conté... », vous sera présenté. Proposé à tarif préférentiel dans le cadre d'une souscription, l’ouvrage sera disponible en septembre, pour les Journées du Patrimoine.

 

Le Foyer Rural de Saint-Christophe étant fermé pour travaux, « Si Saint-Christophe m'était conté... » sera donné... à Saint-Paterne, au centre multimédia, le samedi 1er avril à 20h30. Animation gratuite et tout public. Renseignements au 02 47 29 33 18.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages