Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2024 7 07 /07 /juillet /2024 13:01

La semaine dernière, vous avez été nombreux à vous rendre rue du Cheval Blanc pour découvrir ce qui se cachait sous le titre « Les Comptoirs d’Alluye s’agrandissent » pour le plus grand plaisir de nos épiciers.

Il faut savoir que lors de cette journée d’ouverture de l’extension de l’épicerie, ce fut non seulement un défilé de curieux plutôt étonnés mais aussi et surtout de personnes très intéressées par cette incroyable annexe proposant des meubles, plein d’objets de décoration, du linge de maison,….

Les visiteurs ont été tellement intéressés que, dès cette première ouverture, le canapé et la méridienne ont trouvé des acquéreurs ! Il faut souligner la qualité des meubles pour un prix très raisonnable !

Un petit aperçu de la salle d'exposition
Un petit aperçu de la salle d'exposition
Un petit aperçu de la salle d'exposition

Un petit aperçu de la salle d'exposition

Pour cette seconde ouverture, samedi après-midi, l’exposition a été légèrement modifiée, il fallait combler les vides ! Mais, c’est toujours avec beaucoup de goût que Sandrine, notre épicière épaulée par Arnault, son conjoint, artistes tous les deux, avaient ré agencé l’exposition afin d’obtenir un équilibre harmonieux au niveau des différents objets proposés.

Arnault vérifie que tout est OK pendant que Sandrine présente un superbe vase à une visiteuse !
Arnault vérifie que tout est OK pendant que Sandrine présente un superbe vase à une visiteuse !

Arnault vérifie que tout est OK pendant que Sandrine présente un superbe vase à une visiteuse !

Comme annoncé la semaine dernière, une première artiste, Chloé Larus, avait confié quelques-unes de ses céramiques à Sandrine qui, bien évidemment, s’est empressée de les disposer en différents endroits. Cette visibilité supplémentaire pour des artisans-artistes est une très belle initiative. Certains des objets exposés avaient déjà trouvé preneurs !

Quelques pièces de céramique créées par Chloé.

Quelques pièces de céramique créées par Chloé.

Vu l’intérêt marqué par les visiteurs pour ces deux premiers samedis d’ouverture, Sandrine et Arnault ont pris la décision d’ouvrir désormais cette annexe tous les samedis après-midi de 14 h à 19 h. De nouveaux arrivages sont prévus pour samedi prochain…

Voici l’histoire un peu folle d’une personne qui depuis des lustres rêvait d’ouvrir un magasin de meubles et qui voit son rêve devenir réalité ! Alors ne la décevons pas…

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2024 7 07 /07 /juillet /2024 10:54

Pour cette 19ème promenade crépusculaire, Histoire et Patrimoine avait convié ses adhérents mais aussi toutes les personnes qui s’intéressent à l’histoire locale à une soirée dédiée au patrimoine bâti mais aussi à quelques personnages liés à ce patrimoine et ayant joué un rôle important dans la vie de la commune.

C’est donc sous la forme d’une déambulation que s’est déroulée cette soirée.

Pour ce faire, cinq membres du Conseil d’Administration de l’association,  sont intervenus chacun sur un site différent pour présenter à chaque arrêt, un lieu et le personnage qui lui est attaché.

Vers 18 h, le président Philippe Larus souhaita la bienvenue aux 70 personnes présentes et la promenade put commencer.

Arrivée des participants
Arrivée des participants
Arrivée des participants

Arrivée des participants

Les Rabines et Jules Gendron

La première halte se situait à proximité du point de départ et, il ne fallut que quelques minutes pour atteindre la cour des Rabines, première intervention de la soirée, proposée par Monique.

L’histoire de ce fief s’échelonne du 14e au 18siècle. Son descriptif figure dans la base Mérimée. À l’intérieur de la maison, une peinture murale datant du 15e siècle, est encore visible.

À cette demeure, le personnage qui a retenu notre attention, est Jules Gendron, qui naquit dans ce lieu où résidaient ses parents le 25 février 1813. Il y habitera jusqu’en 1840. Il se maria à Bléré en 1845 et, avec son épouse, ils s’installèrent place du marché, la place Jehan d’Alluye actuelle, à Saint-Christophe, village où naquirent la plupart de ses enfants. Il exerçait la profession de notaire.

Le 26 juillet 1850, il fut élu maire de la commune et le resta jusqu’en mai 1857. À la fin de son mandat d’élu, ils habitèrent à Tours puis à Bléré où il exerça sa profession de notaire. Il y mourut à 82 ans, le 5 février 1895. 

Nous quittons les Rabines pour l’Auberdière toute proche.

Dans la cour des Rabines
Dans la cour des Rabines
Dans la cour des Rabines

Dans la cour des Rabines

La peinture murale
La peinture murale
La peinture murale
La peinture murale

La peinture murale

L’Auberdière et Victor Gruel

C’est la propriétaire des lieux, Claudie, qui a accueilli la petite troupe pour parler de Victor Gruel. 

C’est dans le recensement de 1946 qu’il apparaît à L’Auberdière, maison habitée également par le couple Balzac. Ce personnage avait déjà une vie bien remplie lors de son arrivée à Saint-Christophe. Il est né le 30 avril 1886 à Gentilly dans le Val de Marne. D’après quelques bulletins de notes retrouvés, il était plutôt bon élève, dans le nord. Il fut appelé sous les drapeaux le 9 octobre 1907 et gravit rapidement les échelons : caporal, sergent, sous-lieutenant de réserve en 1909. Renvoyé en disponibilité, il reprend sa profession d’agent de change. Le 9 mars 1907, il se marie pour la première fois. Victor eut une carrière militaire assez dense et termina avec le grade de commandant. Il fut décoré de la Croix de Guerre, nommé Officier puis Chevalier de la Légion d’honneur après la Première Guerre Mondiale, il fut fait prisonnier durant la seconde et envoyé à Buchenwald. Installé à Saint-Christophe depuis 1936, nommé juge de paix suppléant en 1937, il se présenta en 1938 aux élections du Conseil Général à Neuvy-le-Roi, mais il ne fut pas élu ! On le trouvera élu à Saint-Christophe en 1945.

Au cours de sa vie assez mouvementée,  il aura suite à des divorces ou des décès, 5 femmes officielles et une fiancée qui lui donna un fils, Maurice, né en 1920. Il devint ceinture noire de judo, 9e dan et entraîneur de l’équipe de France. Victor ne s’occupa guère de lui !

C’est dans le Var, à Carnoules, que notre personnage s’est éteint le 22 août 1963.

Sur le site de l'Auberdière
Sur le site de l'Auberdière
Sur le site de l'Auberdière
Sur le site de l'Auberdière
Sur le site de l'Auberdière

Sur le site de l'Auberdière

Pour rallier la halte suivante, c’est par le chemin du jeu de boules et la rue des Quinze pas, deux passages typiques de la commune, que les auditeurs regagnèrent le troisième site pour écouter Fabrice parler de Bourg Labbé et de deux personnages de la famille Labbé : le docteur Edmond-Louis Labbé et l’écrivaine Daphné-du-Maurier.

Cette maison ancienne a abrité de nombreuses générations de Labbé ayant exercé des professions dévolues habituellement à une classe de la société plutôt aisée. Même si Fabrice, l’orateur, est parti de Jacques Labbé, vivant à la fin du 16e siècle, pour arriver aux 2 Labbé qui nous intéressaient pour cette soirée, je vais donc vous présenter le docteur puis l’écrivaine. Même si Saint-Christophe s’enorgueillit de ses deux célèbres médecins mis à l’honneur devant l’hôtel de ville, Fulgence Raymond et Raphaël Blanchard, il ne faut pas oublier Edmond-Louis Labbé né le 25 août 1825 dans la commune et qui fut médecin chirurgien à Paris où il décéda en 1894.

Il fut interne en médecine à l'hospice général de Tours où il fut honoré d'une médaille d'or pendant l'épidémie de choléra de 1849. Il fut ensuite interne des hôpitaux de Paris de 1855 à 1857 et soutint une thèse, "de l'érysipèle", à la faculté de médecine de Paris en 1858. En 1867, après concours, il fut nommé médecin du bureau central des hôpitaux de Paris. De 1869 à 1871, il exerça à l'hôpital de la Charité, soigna varioleux et blessés pendant le siège de Paris. Chargé d'une ambulance de la ville de Paris (1er arr.) et honoré d'une médaille d'argent, il devint médecin du service des incurables à l'hôpital Laennec de 1872 à 1874, puis médecin de la Maison municipale de santé de 1874 à 1889, et enfin médecin à  l'Hôtel-Dieu de 1889 à 1892.

L’autre personne liée à la famille Labbé, est la romancière Daphné du Maurier, née en Angleterre de Gerald-Hubert-Edward Busson du Maurier, acteur, auteur, metteur en scène, ayant pour ancêtres Madeleine Labbé et Mathurin Busson, maître verrier. Lorsque la Révolution éclate, leur fils Mathurin-Robert, né à Chenu, à la ferme du Maurier, émigre en Angleterre et, pour fréquenter la noblesse française ajoute le nom du Maurier à Busson. Depuis, tous ses descendants nés en Angleterre portèrent ce nom : Busson du Maurier. C’est ainsi que Daphnée ayant appris l’histoire de sa famille est venue à plusieurs reprises en France, à Saint-Christophe. Plusieurs de ses œuvres ont été adaptées au cinéma. L’histoire de ses ancêtres français est relatée dans « Les souffleurs de verre ».

À proximité de Bourg-Labbé
À proximité de Bourg-Labbé

À proximité de Bourg-Labbé

Daphné du Maurier et le docteur Edmond-Louis Labbé
Daphné du Maurier et le docteur Edmond-Louis Labbé

Daphné du Maurier et le docteur Edmond-Louis Labbé

Pour passer au sujet suivant, le groupe a emprunté le chemin des Marmoux qui a permis d’arriver au Te Deum, lieu où s’est passé un fait divers à l’école des sœurs à la fin du 19e siècle ainsi que certains faits pas très catholiques ! C’est Lionel qui s’est chargé de dévoiler ces deux affaires.

Pour la première, il s’agit d’un accident : une fillette est tombée dans le puits en allant chercher de l’eau et est décédée. La seconde, montre l’agissement du curé du moment vis-à-vis d’une veuve possédant une petite fortune qu’il a dilapidée en achetant à son nom, mais avec l’argent de la veuve, des propriétés. L’affaire a été révélée lorsque le fils voulut, à la mort de sa mère, récupérer son héritage.

Au Te Deum face  au lieu où se déroulèrent les 2 affaires.
Au Te Deum face  au lieu où se déroulèrent les 2 affaires.
Au Te Deum face  au lieu où se déroulèrent les 2 affaires.

Au Te Deum face au lieu où se déroulèrent les 2 affaires.

Après ces révélations, direction le dernier site. Pour l’atteindre, une petite marche d’environ 2 km a été nécessaire. Première petite halte pour écouter Jean faire un petit historique sur la chapelle Saint-Gilles  qui faisait autrefois partie du Clos du même nom. Puis à sa suite, c’est à l’intérieur du domaine puis devant la maison que l’histoire du site fut contée et que l’on découvrit quelques personnages marquants dont Charles Bongendre qui fut maire du village du 20 février 1858 à juillet 1868. C’est lui qui a succédé au premier maire mentionné, Jules Gendron. Et, il n’a pas réussi à faire établir la station voulue par son prédécesseur en Vienne ! Mais comment est-il arrivé au Clos Saint-Gilles ? Le 1er mai 1847, Charles Bongendre avait épousé Clotilde Bodin à Orléans. Nous retrouvons le couple habitant rue Saint-Gilles dans le recensement de 1851. En 1856, Aimé Bodin, veuf, père de Clotilde, habite rue Saint-Gilles avec ses enfants et petits-enfants. Charles Bongendre décéda le 23 mai 1869 et Clotilde, sa veuve continua à vivre au Clos Saint-Gilles avec ses enfants.

Jean présente l'historique de la chapelle
Jean présente l'historique de la chapelle

Jean présente l'historique de la chapelle

Poursuite de la présentation du lieu dans le jardin puis devant la maison
Poursuite de la présentation du lieu dans le jardin puis devant la maison
Poursuite de la présentation du lieu dans le jardin puis devant la maison

Poursuite de la présentation du lieu dans le jardin puis devant la maison

Pour achever cette soirée, c’est au niveau du nouveau théâtre de verdure créé par Jean et Thierry que tous les participants se sont retrouvés pour assister à une petite saynète relatant une cavalcade de 1893. Des femmes préparent les costumes qui habilleront les personnes qui défileront lors de la cavalcade. Le maire du village, M. Rocheron, trouve que ça ne va pas assez vite !

La saynète finale
La saynète finale
La saynète finale
La saynète finale
La saynète finale

La saynète finale

C’est sur cette note de gaieté que s’achève la promenade, chacun étant invité avant de repartir à partager le verre de l’amitié.

Pour ceux qui le souhaitaient, un pique-nique sorti du panier avait été prévu et, c’est à l’abri, dans la grange qu’il s’est déroulé dans une ambiance très chaleureuse.

Une bonne partie des intervenants de la soirée !

Une bonne partie des intervenants de la soirée !

Rendez-vous à l’année prochaine pour la 20ème édition ! 

Partager cet article
Repost0
28 juin 2024 5 28 /06 /juin /2024 18:44

Sandrine et Arnaud, nos sympathiques épiciers, à la tête d’une boutique assez éclectique et dans laquelle on arrive à trouver des produits plutôt rares dans les échoppes d’une commune rurale, ont décidé d’offrir encore plus de choses à leur fidèle clientèle en espérant en attirer une nouvelle !

Sandrine m’a confié, il y a quelques temps, son désir de vendre des meubles. Dans sa boutique actuelle, elle a déjà proposé quelques meubles, objets de décoration de la gamme « Atmosphera » présentant un rapport qualité prix très attractif et, ces différents objets ont réussi à trouver preneur ce qui, bien évidemment l’a conforté dans son projet.

Mais, pour le concrétiser, il fallait trouver un local attenant à l’épicerie actuelle. C’est chose faite : la véranda bien nettoyée et retapée grâce à Arnaud et aux fils de Sandrine servira de salle d’exposition (de show-room pour être à la mode) dans un jardin bien agréable après aussi un bon nettoyage.

Saint-Chistophe-sur-le-Nais : Les comptoirs d’Alluye s’agrandissent….

Ce projet est donc devenu réalité : les meubles ont été livrés ainsi que différents articles émanant d’Atmosphera, enseigne de créateurs et importateurs, reconnue pour la gamme variée et qualitative de ses produits allant des meubles aux objets de décoration assez originaux sans oublier du linge de maison et autres produits dont il serait trop long d’en faire la liste !

Un petit aperçu de l'exposition
Un petit aperçu de l'exposition
Un petit aperçu de l'exposition

Un petit aperçu de l'exposition

Pour les curieux et surtout les personnes intéressées par cette nouveauté sur la commune, cet espace sera accessible dès demain, 29 juin, de 14 h à 19 h.

Il en sera de même le samedi 6 juillet avec en plus, une exposition des créations de Chloé Larus, céramiste près d’Angers. Ces deux premières journées vont servir de test pour la poursuite de ce nouveau défi. Pour en savoir plus sur Chloé : 

http://saint-christophe-sur-le-nais.com/2023/01/saint-christophe-sur-le-nais-de-l-atelier-poterie-en-ce1-a-son-propre-atelier-de-ceramiste-le-parcours-de-chloe.html

Dans la semaine à venir, Sandrine et Arnaud seront à votre écoute pour connaître votre ressenti sur ce nouvel espace proposé. La poursuite de cette nouvelle aventure dépendra donc de vous !

Si, comme Chloé, certains artistes créateurs aimeraient présenter leurs œuvres, parlez-en à Sandrine, elle vous écoutera…

 

Partager cet article
Repost0
23 juin 2024 7 23 /06 /juin /2024 15:02
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Histoire et patrimoine vous convie à sa 19ème "Promenade crépusculaire"

Randonnée crépusculaire avec Histoire et Patrimoine

 

L'association Histoire et Patrimoine de Saint-Christophe-sur-le-Nais organise sa traditionnelle randonnée crépusculaire, dix-neuvième du nom, le vendredi 5 juillet. Intitulée « Des lieux et leurs habitants », cette déambulation d'environ 4 km vous conduira, au départ du Foyer, par les rues du bourg, jusqu'aux jardins du Clos Saint Gilles où une saynète sera jouée dans le théâtre de verdure sur le thème des anciennes cavalcades. Entre-temps, plusieurs haltes vous auront permis de mieux connaître certains habitants du village des siècles passés ainsi que leurs lieux de résidence. Verre de l'amitié offert en fin de parcours. On pourra, pour terminer la soirée sur un mode convivial, partager un pique-nique tiré du sac dans les jardins du Clos Saint Gilles (lieu de repli prévu en cas d'intempérie). Des voitures navettes permettront de rejoindre le parking du Foyer.

 

Sur le plan pratique :

RV à 18 heures sur le parking du Foyer, 2 rue des Rabines. Animation tout public, gratuite.

Renseignements complémentaires au 02 47 29 33 18

Une cavalcade au début su siècle dernier et un tout nouveau théâtre de verdure prêt à accueillir des acteurs !
Une cavalcade au début su siècle dernier et un tout nouveau théâtre de verdure prêt à accueillir des acteurs !

Une cavalcade au début su siècle dernier et un tout nouveau théâtre de verdure prêt à accueillir des acteurs !

Partager cet article
Repost0
26 mai 2024 7 26 /05 /mai /2024 16:44

Dimanche matin, les adhérents de l’association christophorienne « Histoire et Patrimoine » avaient rendez-vous à Mettray, sur le site de l’ancienne colonie pénitentiaire. Il faut se rappeler qu’en décembre 2022, l’un des membres de l’association « La Paternelle », aujourd’hui « Atouts et Perspectives », Jean-Michel Sieklucky, ancien avocat et actuellement écrivain, nous avait conté l’histoire de cette colonie. (Voir mon blog article du 10-12-2022, lien : http://saint-christophe-sur-le-nais.com/2022/12/saint-christophe-sur-le-nais-conference-la-colonie-penitentiaire-de-mettray-1839-1937.html )

Environ 40 personnes furent accueillies par le président de l’association, Philippe Larus, qui souhaita la bienvenue à l’ensemble des présents et annonça que, grâce à cette sortie réservée aux adhérents, l’association en a enregistré un certain nombre de nouveaux ce qui permet à l’association de dépasser allègrement la centaine !

Philippe Larus face aux visiteurs
Philippe Larus face aux visiteurs

Philippe Larus face aux visiteurs

Puis, ce fut au tour de Jean-Michel Sieklucki de souhaiter la bienvenue aux membres de l'association en mentionnant « le plaisir d’accueillir ces visiteurs et celui qu’il avait eu lors de sa conférence en 2022 ! » Il invita chacun à observer la chapelle située derrière lui et notamment le clocher relativement bas. Il expliqua que lors de la construction de cet édifice religieux, ce clocher, initialement très haut, était magnifique, esthétique et visible depuis le haut de la tranchée à Tours ! Mais, malheureusement, il fut frappé par la foudre et sa réfection à l’identique beaucoup trop onéreuse d’où ce nouveau clocher au rabais !

Jean-Michel Sieklucki au côté de Philippe, face aux visiteurs
Jean-Michel Sieklucki au côté de Philippe, face aux visiteurs

Jean-Michel Sieklucki au côté de Philippe, face aux visiteurs

Vues extérieures de la chapelle et de son petit clocher !
Vues extérieures de la chapelle et de son petit clocher !
Vues extérieures de la chapelle et de son petit clocher !

Vues extérieures de la chapelle et de son petit clocher !

Il invita ensuite l’ensemble du groupe à se diriger à l’intérieur de la chapelle qui n’est plus utilisée actuellement à cause des normes en vigueur pour l’accueil du public et, pendant près de trois quarts d’heure, il rappela l’histoire de cette colonie et les principaux personnages liés à cette réalisation qui fut un exemple à ses débuts grâce à Frédéric-Auguste Demetz, avocat, le vicomte de Brétignères de Courtel, propriétaire de 700ha de terres et l’architecte Guillaume Abel Blouet. Avec le soutien de Charles Lucas, inspecteur général des prisons du Royaume (1833), favorable à la séparation des enfants et des adultes incarcérés, le projet de création de cette colonie a pu voir le jour après des voyages aux États-Unis de Demetz et Blouet.

Vues intérieures de la chapelle et du conférencier
Vues intérieures de la chapelle et du conférencier
Vues intérieures de la chapelle et du conférencier
Vues intérieures de la chapelle et du conférencier
Vues intérieures de la chapelle et du conférencier
Vues intérieures de la chapelle et du conférencier

Vues intérieures de la chapelle et du conférencier

Plaque en honneur de l'architecte  Blouet

Plaque en honneur de l'architecte Blouet

La colonie de Mettray ouvrit en 1839 et ferma définitivement sous cette forme en 1939. Ses premières années de fonctionnement furent un exemple pour la réinsertion des enfants qui y furent accueillis et confiés à des éducateurs formés sur place. Mais, après le décès de M. Demetz, l’encadrement et les méthodes d’éducation changèrent et la colonie ressembla plus à un «bagne pour enfant » où régnait une discipline militaire qu’à une colonie où les enfants pouvaient s’épanouir ! Durant son activité, la colonie a vu passer 17 000 enfants entre ses murs dont certains sont devenus célèbres tels Jean Genet et Michel Verne !

En 1953, l’association «  La Paternelle » installa dans les locaux un institut médico-professionnel accueillant des jeunes garçons déficients intellectuels et des jeunes en grande difficulté « en vue de leur protection, l’éducation et la réadaptation des jeunes en danger moral, inadaptés, et handicapés ». Elle y gère aujourd'hui un dispositif ITEP (Institut Thérapeutique Educatif et Pédagogique) mixte. Certains bâtiments ont été rénovés mais il y a encore beaucoup de travaux à effectuer pour mettre tous les bâtiments aux normes actuelles.

Vues extérieures du site
Vues extérieures du site
Vues extérieures du site
Vues extérieures du site
Vues extérieures du site

Vues extérieures du site

Après avoir écouté le conférencier, par petits groupes, nous avons pu descendre voir les cachots où l’on enfermait les délinquants puis Jean-Michel Sieklucki nous conduisit à l’emplacement du cimetière où quelques tombes de personnages importants en lien avec le site sont encore visibles.

Les cachots
Les cachots
Les cachots

Les cachots

Le cimetière
Le cimetière
Le cimetière
Le cimetière
Le cimetière

Le cimetière

Le traditionnel pot de l’amitié offert par l’association clôtura cette sympathique matinée et, avant que chacun regagne son domicile, le conférencier dédicaça quelques-unes de ses œuvres !

Dédicaces et convivialité !
Dédicaces et convivialité !

Dédicaces et convivialité !

La prochaine animation d’« Histoire et Patrimoine » est fixée au 5 juillet, avec un rendez-vous à 18 h devant l’espace culturel « le Foyer » pour la traditionnelle promenade crépusculaire.

Partager cet article
Repost0
16 avril 2024 2 16 /04 /avril /2024 08:02
Bueil-en-Touraine : Randonnée pédestre
Partager cet article
Repost0
12 avril 2024 5 12 /04 /avril /2024 10:03
Saint-Paterne-Racan : La mairie communique À vos agendas !
Partager cet article
Repost0
2 avril 2024 2 02 /04 /avril /2024 09:17

En ce dimanche de Pâques, l’Association « La Biche Agile » organisait sa première chasse aux œufs dans les jardins du Clos Saint Gilles à Saint- Christophe.

Le beau jardin attend ses petits visiteurs

Le beau jardin attend ses petits visiteurs

Malgré le changement d’heure et une météo incertaine, une trentaine d’enfants de la région sont venus dénicher les œufs multicolores cachés dans la verdure. Il fallait en trouver six, de couleurs différentes, pour être récompensé par des friandises chocolatées.

Les adultes ont participé à leur façon, en suivant les allées du jardin, où ils ont pu admirer les narcisses, jonquilles, tulipes qui accompagnaient les cerisiers en début de floraison.

Que fait donc ce lapin dans le jardin ?

Que fait donc ce lapin dans le jardin ?

Après avoir parcouru ce grand jardin et rendu visite aux canards de la douve, petits et grands ont pu se réconforter dans la grange autour d’un café, d’un thé ou d’un chocolat bien chauds préparés par les bénévoles de l’Association. Des pâtisseries accompagnaient le tout, et les familles se sont retrouvées avec plaisir pour discuter pendant que les enfants organisaient spontanément des jeux.

Un bon goûter réconforte tous les participants !

Un bon goûter réconforte tous les participants !

Cette belle matinée s’est terminée sans que la pluie ne perturbe l’ambiance conviviale.

Devant le succès rencontré pour cette première, l’Association prévoit de renouveler cette animation l’an prochain, ce qui marquera l’ouverture de la belle saison, et, en attendant, elle vous invite à consulter le site pour connaître le programme 2024 des autres manifestations prévues au Clos St Gilles.

 

https://sites.google.com/view/clos-saint-gilles-2024/accueil

Partager cet article
Repost0
23 mars 2024 6 23 /03 /mars /2024 15:38
Philippe Larus et Dominique Verrière, conférenciers pour la soirée

Philippe Larus et Dominique Verrière, conférenciers pour la soirée

Quand, en 1984, le groupe « Les Danseux du Nais » de Saint-Christophe-sur-le-Nais a vu le jour pour la fête du 14 juillet, dans le village voisin de Saint-Paterne-Racan il existait déjà un groupe adepte des danses folkloriques de divers pays, « Les Guernazelles ».

En cette année 2024, le groupe des «Danseux» a souhaité marquer son 40ème anniversaire et, en accord avec « Histoire et Patrimoine », c’est donc dans un premier temps en présentant une conférence qui retrace de manière très ludique le formidable parcours de ces « Danseux ».

Mais, cette idée s’est rapidement étoffée : « Pourquoi ne pas associer à cette manifestation l’autre groupe folklorique du secteur ? » Et c’est ainsi que pour cette première conférence d’« Histoire et Patrimoine » de l’année 2024, « Les Guernazelles » et « Les Danseux » ont pu revivre leurs belles années devant un très nombreux public.

Les Guernazelles

Les Guernazelles

Les Guernazelles

À Saint-Paterne, pour animer la fête scolaire de fin d’année, Martine Trinquart et Jeanine Portrait, institutrices, aimaient bien faire danser leurs élèves. Au cours de l’année scolaire 1977-78, Martine monte pour sa classe de CE1-CE2 un vaste projet pédagogique autour de l'Afrique. Connaissance de la culture africaine, de ses contes, de ses modes de vie, sont bien sûr au programme. Mais, dans l'esprit de Martine, celui-ci ne serait pas complet s'il faisait l'impasse sur les musiques et les danses d'Afrique. Elle entre en contact avec deux étudiants ivoiriens inscrits en musicologie qui adhèrent à son projet. Au cours de l’année scolaire, les deux Ivoiriens, Mamadou et Djeanon, en habits traditionnels, avec tam-tam et xylophone, arrivent dans la classe. Musiques, chants et danses font partie du programme. Pour la fête d'école de fin d'année, accompagnés par Djeanon et Mamadou, les enfants présentent aux parents les danses longuement répétées. Pour la dernière, le public est invité à participer. C'est un grand succès. Et, dans l'esprit de quelques parents naissent l'envie et l'idée que, désormais, il faudra danser à la fête de l'école ! C’est suite à cette réflexion que des Saints-Paternois suivirent des stages proposés aux enseignants par la Fédération des Œuvres Laïques d’Indre-et-Loire pour se former à la danse folklorique. Par la suite, « Les Guernazelles » n’hésitèrent pas à se rendre dans différents pays pour y apprendre leurs danses et leurs coutumes et ainsi pouvoir les présenter dans la Région et au-delà. Pendant près de 20 ans, « Les Guernazelles » animèrent des festivités et firent  à travers leurs danses, voyager leurs compatriotes dans diverses contrées. L’association cessa ses activités en 1993.

Pour faire revivre ces années, un petit film, préparé et présenté par Monique et Jean-Gérard Potier, permit à plusieurs spectateurs de retourner quelques années en arrière et de revivre ces moments de joie partagée !

Lien pour visualiser le film : 

 https://www.youtube.com/watch?v=tJmVSynAKa0

 

 

Exposition d'objets des "Danseux du Nais"
Exposition d'objets des "Danseux du Nais"
Exposition d'objets des "Danseux du Nais"
Exposition d'objets des "Danseux du Nais"

Exposition d'objets des "Danseux du Nais"

Les Danseux du Nais

L’histoire des « Danseux » pourrait commencer à la fin du mois de juin 1982. Ce jour-là, un samedi, a lieu à Poncé-sur-le-Loir (72) le mariage de Claudette Crinière et de Daniel Dutier. Parmi les invités se trouvent Jeannette et Philippe Tondereau, amis du couple. À la sortie de la cérémonie, sur le parvis de l'église, un groupe de danseurs et de danseuses, accueillent les nouveaux mariés. Ce groupe,  fondé en 1977, à Sainte-Cérotte, est pour l'essentiel constitué de membres de la famille du marié. Leur prestation fut très appréciée par Jeannette et d’autres personnes. C’est lors d’une grande fête de la moisson, à la ferme de M Soulard, que les Berdanceux se sont fait connaître et qu’ils animent depuis des manifestations dans le Sud-Sarthe. 

Peu de temps après le mariage, un des membres est décédé et ce fut la fin des « Berdanceux » !

Les Danseux du Nais

Les Danseux du Nais

C’est alors que Philippe et Jeannette Tondereau, amis des mariés et Christophoriens depuis 1975,  se rappelant de la belle animation offerte par les « Berdanceux » en 1982, pensent en ce début d’année 1984, que ce serait sympathique d’animer un peu leur village pour la fête du 14 juillet ! Mais, comment s’y prendre pour mener à bien une telle entreprise quand on part de zéro. Jeannette pense à leur ami, Daniel Dutier. Sans hésiter, il se déclare prêt à partager ses connaissances. Il transmettra aux membres de la troupe les techniques apprises de son père mais également de sa grand-mère maternelle, Germaine Rottier. Car, chez les Dutier, la danse traditionnelle (polka, mazurka, quadrille...) fait partie de la culture familiale. Sans support écrit, les pas sont transmis par voie orale d'une génération à l'autre. Il a fallu ensuite, faire connaître la création de cette nouvelle association pour recruter des danseurs mais aussi au moins un musicien. Jeannette, originaire de Chahaignes, connaissait un jeune musicien, Christophe Hardy, qui, bien qu’âgé de 13 ans seulement, était déjà un virtuose de l’accordéon. Son père lui donna son accord, étant lui-même fondateur et créateur d’un orchestre, et proposa de les accompagner. Christophe apprend rapidement, à l'oreille, des morceaux entendus sur les 33 tours de la « Gouline », association mancelle, prêtés par Daniel.

Des volontaires pour danser se font connaître et, il ne reste plus qu’à trouver un nom pour cette troupe. La terminaison en « eux » comme les « Berdanceux », les « violoneux » plaît bien car ça a une résonnance populaire. Aussi, en souvenir des « Berdanceux », c’est le terme de « Danseux » qui fut retenu. Et, pour bien marquer son ancrage dans le nord-Touraine, le terme de « Danseux » fut complété pour devenir « Les Danseux du Nais » ! Et, dès le printemps, une vingtaine de personnes participèrent aux premières répétitions sous la conduite de Daniel et Claudette Dutier, d’abord chez Jeannette et Philippe, puis au Foyer Rural. La création de cette association a été l’occasion de nouer parmi ces « Danseux » de solides amitiés. Rapidement, polka et quadrille furent bien assimilés et d’autres pas de danse alimentèrent le programme des « Danseux du Nais ».

Rapidement, ils pensèrent à trouver une tenue adéquate pour ces danses d’un autre temps. Ils choisirent de se vêtir en costume paysan pour certains et petits bourgeois pour d’autres et chacun opta pour des sabots de bois, éléments complémentaires à leur prestation avec le claquement particulier qui retentissait sur les différentes scènes où nos « Danseux » faisaient résonner leur joie devant les gens venus assister à leur spectacle et prêts à les rejoindre à la moindre invitation !

Très assidus aux répétitions ils purent donc présenter leur premier spectacle le soir du 14 juillet 1984. Ce fut le début d’une longue série de prestations dans la Région mais aussi bien au-delà et notamment à Pocklinton, en Angleterre, le Pays de Racan étant jumelé avec cette commune par le biais du club de football de Racan.

En 2008, une partie des « Danseux »  a souhaité s’arrêter et a quitté le groupe qui tente, tant bien que mal, avec sa présidente, Monique Mauclair, de continuer à faire vivre l’association. Une fête est prévue pour le 14 juillet prochain, date anniversaire des 40 ans du groupe !

Un petit film préparé par Philippe Tondereau a permis à leurs fidèles adeptes de revivre de façon ludique les bonnes heures des « Danseux du Nais » !

 

https://www.youtube.com/watch?v=GHb756EA4oI    

Sur cette photo, vous pourrez retrouver plusieurs organisateurs tant des "Danseux" que des "Guernazelles"

Sur cette photo, vous pourrez retrouver plusieurs organisateurs tant des "Danseux" que des "Guernazelles"

Monique Mauclair, présidente actuelle des "Danseux du Nais"
Monique Mauclair, présidente actuelle des "Danseux du Nais"

Monique Mauclair, présidente actuelle des "Danseux du Nais"

Après cette émouvante rétrospective, le public ne manifestait pas l’envie de quitter les lieux. Des groupes se formèrent et les souvenirs s’égrenèrent pendant que David comblait les souhaits d’acheteurs ou de futurs adhérents. Quelques membres de l’association se chargèrent d’abreuver tous ces nostalgiques !

David, le trésorier de l'association, enregistre les ventes et les adhésions

David, le trésorier de l'association, enregistre les ventes et les adhésions

Beaucoup de souvenirs à échanger !
Beaucoup de souvenirs à échanger !
Beaucoup de souvenirs à échanger !
Beaucoup de souvenirs à échanger !
Beaucoup de souvenirs à échanger !
Beaucoup de souvenirs à échanger !
Beaucoup de souvenirs à échanger !
Beaucoup de souvenirs à échanger !

Beaucoup de souvenirs à échanger !

Moment convivial : le pot offert par l'association
Moment convivial : le pot offert par l'association
Moment convivial : le pot offert par l'association

Moment convivial : le pot offert par l'association

Cette conférence, initiée par Philippe et Jeannette et leurs amis Daniel et Claudette, les précurseurs, a fait salle comble. Un petit air de nostalgie régnait dans le public mais, il fut vite dissipé, lorsque des airs d’accordéon retentirent dans le Foyer. Quelques couples se formèrent et « tape-cul » et autres airs connus firent revivre l’espace d’un moment les merveilleux instants passés ensemble soit en tant que « Danseux » ou « Guernazelles » mais aussi en tant qu’inconditionnel(le) de ces animateurs amateurs qui ont si bien su entraîner à leur suite un fidèle public. Merci à eux !

Saint-Christophe-sur-le-Nais : Les danses folkloriques au Pays de Racan

Marie-Christine et Nathalie, les accordéonistes des Danseux du Nais

Si vous souhaitez conserver les souvenirs liés à ces deux groupes folkloriques locaux, Histoire et Patrimoine vous propose une nouvelle publication dédiée aux Guernazelles et aux Danseux du Nais. Elle est offerte aux adhérents 2024 et en vente au prix de 8 € pour les autres personnes intéressées.

Les publications relatant la cobnférence

Les publications relatant la cobnférence

Contacts : téléphone 02 47 29 33 18

Mail :hp.scsln@gmail.com

Site : http://histoire-patrimoine.jimdofree.com

Partager cet article
Repost0
19 mars 2024 2 19 /03 /mars /2024 11:28

Lundi, en fin d’après-midi, une quinzaine de personnes (moitié d’élus et moitié d’habitants de la commune) s’est retrouvée dans la salle socioculturelle du Foyer pour débattre d’un sujet très actuel « l’implantation sur le territoire communal de zones d’implantations d’énergies renouvelables. En effet, suite à la loi du 10 mai 2023, mise en ligne le 11 décembre dernier, les communes doivent identifier et saisir les zones d’accélération d’énergies renouvelables (ZAER) sur leur territoire, de demander des avis sur ces zones aux acteurs locaux de la planification énergétique et de les soumettre pour arrêt aux référents préfectoraux.

En amont de cette réunion, un courrier avait été adressé aux acteurs locaux pour connaître leurs propositions quant aux éventuelles zones aptes à abriter des énergies renouvelables.

Une carte communale a été établie et les zones susceptibles d’accueillir des énergies renouvelables ont été définies.

Catherine Lemaire, maire et Luc Portenseigne, élu, présentent le projet

Catherine Lemaire, maire et Luc Portenseigne, élu, présentent le projet

Une première réunion du conseil municipal a déjà eu lieu dans un premier temps afin de retenir parmi le panel proposé les énergies renouvelables compatibles avec le territoire communal en fonction des propositions faites en amont : le photovoltaïque, la géothermie profonde avec puits canadiens. Les autres propositions, à savoir, l’éolien terrestre, la méthanisation et le bio gaz ne peuvent être retenues car la production ne pourrait pas être suffisamment importante car les zones retenues sont très restreintes !

Cette première réunion du conseil municipal avait donc débouché sur une délibération défavorable à l’implantation d’un pôle éolien sur le territoire.

Pour le photovoltaïque qui peut être implanté sur des toitures (maisons, bâtiments divers, parkings) les seules obligations résident dans le fait, notamment en zone classée,  d’harmoniser la couleur des panneaux avec celle de la toiture. Une modification dans le PLU intègrera cette recommandation et permettra une implantation sans restriction sur la surface du toit. Les seuls parkings retenus sont Beau Soulage, déjà équipé et celui de l’école : « Un peu petit », a notifié l’une des personnes « et il faudrait abattre les arbres, ce qui serait bien dommage ! »

Pour l’agrivoltaïque, les modules doivent être situés sur une parcelle agricole où ils contribuent durablement à l'installation, au maintien ou au développement d'une production agricole. Cette énergie est assez prisée par les agriculteurs qui couvrent leurs hangars avec des panneaux photovoltaïques.

Côté géothermie, les études faites montrent que le territoire communal est très adapté à cette forme d’énergie.

Élus et habitants suivent attentivement cette présentation

Élus et habitants suivent attentivement cette présentation

À l’issue de cette conversation d’une heure, au cours de laquelle les échanges ont eu lieu dans le calme, tous les participants ont approuvé le choix qui sera entériné par la commune lors de sa prochaine réunion du conseil municipal et envoyé au référent départemental : « La commune de Saint-Christophe-sur-le-Nais fait le choix de zones d’implantation d’énergies photovoltaïques et géothermiques qui sont les seules énergies renouvelables dont les zones sont suffisamment importantes pour que ces implantations soient bénéfiques. »

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages