Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 13:27

C’est par une belle matinée dominicale que des adhérents de l’association christophorienne « Histoire et Patrimoine » se sont retrouvés, dès 9 h, à l’entrée du château de Fontaine, situé sur la commune de Rouziers-de-Touraine, où les attendaient les propriétaires des lieux, M. et Mme Pailloncy.

Après quelques préliminaires annoncés par Philippe Larus, président de l’association, concernant le déroulement de la matinée, un historique rapide de la commune fait par le vice-président, Fabrice Mauclair, la parole fut donnée aux propriétaires qui souhaitèrent la bienvenue aux visiteurs et les remercièrent de l’intérêt qu’ils accordaient à leur domaine acquis en 1 990.

Les visiteurs écoutent attentivement les renseignements fournis pour le bon déroulement de la matinée
Les visiteurs écoutent attentivement les renseignements fournis pour le bon déroulement de la matinée
Les visiteurs écoutent attentivement les renseignements fournis pour le bon déroulement de la matinée

Les visiteurs écoutent attentivement les renseignements fournis pour le bon déroulement de la matinée

Le château de Fontaine

Mme Pailloncy se chargea de la présentation de l’historique du château. Tout d’abord, elle montra un plan du cadastre napoléonien où chacun put voir l’étendue du domaine de Fontaine puis quelques photos dont une photo aérienne.

Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine
Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine
Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine
Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine
Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine

Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine

Chacun fut ensuite invité à suivre les hôtes pour un tour extra muros de la bâtisse. Le bâtiment actuel, remanié au cours des siècles, fut construit par Jean Dubois 1er qui acquit les terres de Fontaine par acte du 8 mai 1447 à Jacques Hamart, écuyer du roi, et Isabeau Boursillone sa femme. Entre 1448 et 1450, il y fit rebâtir une place-forte préalablement existante sur le site et y établit sa demeure. Ce domaine présentait un intérêt particulier pour les Christophoriens car, c’est là, qu’Honorat de Bueil, le poète Racan, rencontra celle qui devint son épouse, Madeleine du Bois, âgée de 16 ans, alors qu’il en avait 40.

Madame Pailloncy insista sur les travaux de restauration qu’ils ont entrepris, son mari se révélant un excellent enduiseur. En effet, il a refait une grande partie des enduits et il est fier de son « atelier de pierres » qui permet à un professionnel de restaurer les parties extérieures comme actuellement, l’entrée du château.

Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.
Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.
Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.
Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.
Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.

Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.

Le château est reconnaissable de loin grâce à son immense séquoia, mesurant 52 m de hauteur. Les graines furent rapportées du nouveau monde par les soldats français au retour de la guerre d’indépendance à la fin du XVIIIe siècle. Les racines qui affleurent au sol de la cour sont la preuve que le château est construit directement sur la carrière de pierres qui a servi à sa construction.

Ce beau séquoia orne la cour intérieure du château.

L’église Saint-Symphorien

La visite achevée, tous se rendirent à l’église où les attendait M. Larousse, président de l’Association « Histoire de Rouziers » pour une visite guidée de l’édifice. Les visiteurs eurent la chance de profiter d’un accueil musical, l’organiste local, David Bradesi, facteur d’orgues, étant en train de jouer de l’orgue qu’il avait offert à la commune.

L'orgue de Rouziers est originaire d'Angleterre

L'orgue de Rouziers est originaire d'Angleterre

Aux environs de l'an 1100, grâce à des terres données par l’abbaye de Preuilly, des moines fondèrent un prieuré avec enclos, four, colombier et église. De celle-ci, il ne subsiste aujourd'hui que l'abside et une partie de la voûte. Au XVIe siècle, la nef unique fut ajoutée et les seigneurs du Bois firent construire, à 50 ans d’intervalle, les deux chapelles latérales. La chapelle nord est couverte par une voûte dont la clé est ornée des armoiries des du Bois.  Devant le chœur, on note l’existence d’une crypte, bouchée actuellement. Les seigneurs du Bois sont enterrés dans l’église. La petite chapelle située à gauche dans le chœur, est appelée la chapelle des Cinq Plaies ou chapelle seigneuriale. C’est là que reposent les membres de la famille, quelques épitaphes y  sont insérées dans un des murs.

Pendant la visite de l'église. Blason des du Bois.
Pendant la visite de l'église. Blason des du Bois.

Pendant la visite de l'église. Blason des du Bois.

Le musée « Outils et objets d’hier »

Pour terminer la matinée, les visiteurs étaient attendus au musée par quelques bénévoles, pour une visite guidée et commentée de quelques-unes des 4 000 pièces répertoriées. Tous les objets proviennent de dons. Cette visite permit de rappeler quelques souvenirs aux plus anciens des visiteurs et tous apprécièrent ce retour de quelques années en arrière à la découverte de certains métiers aujourd’hui disparus ou de certaines coutumes ancestrales bien éloignées de celles pratiquées de nos jours.

Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée

Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée

L’un des bénévoles montra et expliqua brièvement comment d’un morceau de bois on peut faire naître une paire de sabots ce qui ne manqua pas de susciter de nombreuses questions de la part des visiteurs.

Une ébauche de sabots
Une ébauche de sabots

Une ébauche de sabots

Puis, pour terminer la visite, Lionel et Monique Royer avaient promis une surprise, en demandant la complicité d’un des bénévoles du musée, Pierre Deschamps et de ses collègues. C’était de faire découvrir à quoi servait un objet présent dans le musée, non répertorié, et en dehors de la visite. Cet objet leur avait été mentionné par David Bradési lorsqu’ils étaient allés le voir au moment du « Festival de femmes en campagne » en mars. L’objet en question, bien nettoyé était donc présenté aux visiteurs. Quelques suggestions, suppositions, furent avancées jusqu’au moment où la réponse fut énoncée : un soufflet d’orgue. Mais, pas n’importe lequel. Monique Royer lut un extrait d’un gros livre répertoriant tous les orgues tourangeaux et apprit donc à tous les curieux que ce soufflet provenait de l’orgue de l’église de Saint-Christophe, enlevé en 1 966.

Voici l'objet mystérieux !
Voici l'objet mystérieux !

Voici l'objet mystérieux !

La matinée s’acheva au musée par un pot de l’amitié offert par les bénévoles, en présence de M. James Deligny, maire de la commune et de son adjointe, Brigitte Dupuis, venus saluer les visiteurs.
 

Un kir breton bien frais fut apprécié par l'ensemble des personnes présentes
Un kir breton bien frais fut apprécié par l'ensemble des personnes présentes
Un kir breton bien frais fut apprécié par l'ensemble des personnes présentes

Un kir breton bien frais fut apprécié par l'ensemble des personnes présentes

Histoire et Patrimoine demande donc aux personnes qui se souviennent de la présence de cet orgue dans l’église, installé sur une petite tribune à droite du chœur, tribune visible sur des cartes postales, d’avoir l’amabilité de contacter l’association (Lionel Royer) pour recueillir leur témoignage au 02 47 29 31 26.

Partager cet article

Repost0
22 avril 2018 7 22 /04 /avril /2018 21:10

Chaque année, l’UCTSPC organise une journée randonnées pour les cyclotouristes et pour les randonneurs pédestres en changeant chaque fois de commune sur le territoire de Racan. Cette année, c’est de Saint-Christophe-sur-le-Nais, que partaient tous les amateurs de cyclotourisme et de randonnée pédestre. Baptisée « La ronde des vergers », c’était pour les cyclotouristes une manifestation départementale et pour les marcheurs, une manifestation purement associative.

La matinée était réservée aux cyclotouristes et aux bons marcheurs qui, dès 8 h, après un café, pouvaient parcourir les itinéraires bien fléchés. Les 148 cyclotouristes engagés avaient le choix entre 3 circuits, l’un de 95 km, l’autre de 76 km et le 3ème de 47 km, préparés par Didier Orgeur. Les 83 marcheurs se sont répartis pour 42 d’entre eux sur le parcours de 11 km, pour 20, sur celui de 15 km, et pour les autres sur celui de 18 km. « Les marcheurs vont passer à Saint-Aubin-le-Dépeint, dans les vergers de Benoît Durand et dans les vergers bios de la famille Refour » précisa Philippe Petithomme qui avait concocté les 3 itinéraires du matin et celui de l’après-midi.

Qu’ils soient cyclistes ou piétons, tous avaient droit à des points de ravitaillements où les attendaient sandwiches aux rillettes et fromage, fruits secs, carrés de chocolat et boissons (vin, jus de fruit, eau).

Pour les randonneurs, sur chaque feuille remise lors de leur engagement et portant les tracés, il y avait un numéro qui leur permettait de participer gratuitement à une tombola. Comme l’expliqua Jacky Orgeur, président de l’UCTSPC, « Cette année, nous avons fait appel aux producteurs locaux et 4 d’entre eux nous ont répondu favorablement. Les pommes et jus de pommes qu’ils nous ont offerts sont tous redistribués aux participants qui ont la chance d’avoir le bon numéro. L’UCTSPC remercie ces producteurs : Thierry Moisy et Jean-François Poupée de Saint-Paterne, Patrice Cartreau de Saint-Christophe et Xavier Simié de Sonzay. »

En fin de matinée, les cyclotouristes se sont vu remettre des trophées en présence de Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune. Elle prit la parole pour « féliciter tous les participants à cette manifestation. J’espère que, avec le temps magnifique qui vous a accompagnés tout au long de votre parcours, vous avez pu admirer notre belle campagne et surtout notre village. Si vous souhaitez mieux le découvrir, connaître son histoire, n’hésitez pas à contacter la mairie et l’association Histoire et Patrimoine se fera un plaisir de vous le faire visiter. »

Un petit apéritif termina cette première partie. Certains, désireux de poursuivre et de participer à la randonnée plus familiale prévue l’après-midi, purent se restaurer sur place.

L'ensemble des organisateurs de cette journée randonnée

L'ensemble des organisateurs de cette journée randonnée

À 14 h, ils étaient 30 à repartir malgré la chaleur, en direction de la chapelle Saint-Gilles et du Clos attenant où les attendaient Thierry et Jean, propriétaires du Clos Saint-Gilles et de son magnifique jardin.

Les randonneurs à l'intérieur de la chapelle Saint Gilles
Les randonneurs à l'intérieur de la chapelle Saint Gilles

Les randonneurs à l'intérieur de la chapelle Saint Gilles

Après un petit historique sur la chapelle, sur la légende qui entoure Saint Gilles et la biche, les marcheurs ont eu le plaisir de se promener dans les jardins, de découvrir le reste des douves et n’en finissaient pas d’admirer les fleurs, la variété des plantes et de poser des questions aux propriétaires, toujours prêts à répondre et même à anticiper les questions.

Les randonneurs en visite dans les jardins du Clos Saint-Gilles
Les randonneurs en visite dans les jardins du Clos Saint-Gilles
Les randonneurs en visite dans les jardins du Clos Saint-Gilles
Les randonneurs en visite dans les jardins du Clos Saint-Gilles

Les randonneurs en visite dans les jardins du Clos Saint-Gilles

Après une demi-heure de visite que certains auraient bien prolongée, Philippe Petithomme rassembla les marcheurs qui prirent la direction de Saint-Paterne avant de revenir, après environ 6 km, sur Saint-Christophe, au point de départ où les voitures attendaient leurs propriétaires.

Les organisateurs étaient satisfaits de leur journée et les participants de l’après-midi, heureux d’avoir découvert « d’aussi beaux jardins !»

Au bord des douves avec en arrière plan, à gauche, des pommiers en fleurs

Au bord des douves avec en arrière plan, à gauche, des pommiers en fleurs

Partager cet article

Repost0
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 14:49

Le panneau de la commune où aura lieu le rassemblement de 2018

“La saint-Aubinoise, association de Saint-Aubin-sur-Loire (71140), par l’intermédiaire de M. Daniel Pichon, demeurant à Saint-Aubin-sur-Loire (71 140), m’a contactée dans le but de faire connaître aux Saint-Aubinois tourangeaux son projet pour les 12 et 13 mai 2 018. Ces jours-là, à Saint-Aubin-sur-Loire, seront organisées des manifestations et une assemblée générale ouverte à tous les Saint-Aubin d’Europe.

« Il s’agit d’une nouvelle forme de rencontre ouverte à toutes et à tous, élu(e)s ou non que nous essayons de faire connaitre aux communes qui ne participaient pas ou plus depuis plusieurs années comme c’est le cas de Saint-Aubin-le-Dépeint depuis le départ d’Armonie Barguès qui était alors la secrétaire de mairie et également la secrétaire de l’amicale» précisa mon interlocuteur qui m’a dit avoir contacté la mairie pour faire part aux élus de ce projet.

L’association des Saint-Aubin d’Europe

Elle a été fondée en octobre 1990 et le siège se trouve à la mairie de Saint-Aubin-de-Cadelech en Dordogne où a eu lieu au mois d’août de cette même année le premier rassemblement.

On compte en France 64 communes qui portent ce nom, auxquelles s’ajoutent 3 communes associées et 6 communes déléguées (ces 9 dernières étant donc rattachées à une commune centrale) ce qui fait 73 Saint-Aubin. Il faut aussi noter qu’en plus, deux hameaux : Saint-Aubin à Plumelec dans le Morbihan et Saint-Aubin-du-Pavoil à Segré-en-Anjou-Bleu, dans le Maine-et-Loire sont non seulement représentés à nos manifestations mais ont même organisé un rassemblement ou/et une assemblée générale.

Des Saint-Aubin sont également présents à l’étranger : 1 à Jersey (U.K.), 1 en Belgique, 2 en Suisse et 1 sur l’île Maurice. Il faut savoir que deux rassemblements se sont déjà tenus en Belgique et 2 assemblées générales en Suisse à Saint-Aubin-Sauges.

Le logo des Saint-Aubin d'Europe

Le logo des Saint-Aubin d'Europe

Ces rassemblements, vu leur importance, posent-ils des problèmes ?

Laissons M. Daniel Pichon, nous en parler. « En principe il n’y a pas de problème avec les élus pour l’organisation des rassemblements, ceux-ci bénéficient d’une grande popularité à cette occasion car accueillir plus de 1000 personnes pendant 2 jours ne passe pas inaperçu !  De même pour les assemblées générales pour lesquelles 200 à 300 personnes se déplacent et où les maires et conseillers municipaux sont la plupart du temps en soutien de l’association organisatrice, que ce soit par des prêts de matériel, de consommables et fournitures diverses ainsi que par l’attribution de subventions. »

Mais cette manifestation du mois de mai prochain, comment s’organisera-t-elle ?

Au départ, les habitants et les élus des Saint-Aubin d’Europe avaient pris habitude de se rassembler deux week-ends par an. Un rassemblement en été d’abord, avec un millier de personnes, représentant une quarantaine de communes. Une assemblée générale, ensuite, avec trois cents personnes, environ. Chaque commune se relayant pour l’accueil. Après vingt-six éditions et au vu de l’organisation colossale des rassemblements, il a été décidé de fusionner ces deux évènements en un seul grand rendez-vous annuel dont l’assemblée générale (sur 2 jours néanmoins), mais que les organisateurs désirent étoffer, d’abord parce que nombreux sont ceux qui souhaitent revoir des amis qu’ils rencontraient surtout lors des rassemblements, et ensuite parce qu’ils trouvent normal d’informer toutes les communes ne participant pas (ou plus) en essayant de les convaincre de les rejoindre, d’où cet appel à Saint-Aubin-le-Dépeint.

« Ce que nous organiserons les 12 et 13 mai 2018 n’est plus un rassemblement car avec les contraintes de sécurité qui sont dorénavant imposées, plus aucune commune ne veut se lancer dans une telle organisation dont le coût devient exorbitant, car recevoir, héberger, restaurer, divertir plus de 1000 personnes avec des impératifs de plus en plus contraignants n’est pas une mince affaire. »

Il est très important de noter que ces assemblées ne sont pas réservées aux seuls élus mais concernent bien tous les habitants d’une commune. Alors, Saint-Aubinois(es) d’Indre-et-Loire, retenez bien les dates des 12 et 13 mai prochains pour aller faire un petit tour à Saint-Aubin-sur-Loire, petite commune de 310 habitants, en Bourgogne du sud, où vous serez les bienvenus.

Statue de Saint-Aubin sculptée à la tronçonneuse par un artisan lors du rassemblement de Saint-Aubin (Jura) en 1994.

Quel sera votre programme ?

Les organisateurs espèrent avoir le plaisir de vous accueillir, de vous faire déguster de la viande bovine charolaise lors des repas et découvrir ou redécouvrir la belle région charolaise, en particulier, le château de Saint-Aubin, monument historique classé et l’église du XIIe siècle avec ses fresques du XVe siècle.

Vous qui n’avez encore jamais eu l’occasion de participer, ou vous qui ne participiez plus, si vous voulez passer deux journées festives, marquées par la convivialité et l’amitié entre Aubinois, Saint-Aubinois ou Saint-Aubinais, ne manquez pas ce rendez-vous et venez partager l’ambiance chaleureuse qui préside à ces rencontres.

Les coordonnées d’hébergements à proximité et le programme de ces deux journées ainsi que le bulletin d’inscription avec le coût des repas sont d’ores et déjà disponibles dans votre mairie, où vous pourrez vous les procurer. Vous pouvez aussi recevoir tous ces documents ou obtenir des renseignements complémentaires sur simple demande par email à saint-aubin4@orange.fr.

Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter M. Daniel Pichon au 03 85 85 45 72.

Remise de la clé d’ouverture du rassemblement de 1999 à Saint-Aubin-en-Charollais (71) par Armonie BARGUES, secrétaire de l’amicale, à Daniel PICHON, organisateur de ce rassemblement.

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 11:04

Avec l’arrivée de l’année 2018, de nouveaux panneaux ont été mis en place sur la commune. Tout d’abord, toujours dans un souci d’améliorer la sécurité aux abords de l’école, les usagers pourront découvrir ce panneau placé de part et d’autre du parking de l’école « Sortie des écoles ».

Sécurisation des sorties d'école
Sécurisation des sorties d'école

Sécurisation des sorties d'école

Puis, pour les habitants du lieu-dit « Les Caves Blanches », la finalisation de la pose du nom de « rue des Caves Blanches » avec indication des numéros accessibles à partir de la rue du Calvaire. Il faut savoir qu’il existait déjà une « Rue des Caves Blanches » qui partait de la place de la mairie et s’arrêtait au numéro 8, le prolongement de cette rue étant un chemin piétonnier qui débouche sur la rue du Calvaire.

Un peu d’histoire

Autrefois, la rue des Rabines n’était qu’un chemin rural, le CR N° 63. Pour aller de l’actuelle rue de la Beauce à la mairie, les personnes et les charrettes empruntaient le CR N° 62 qui passait à flanc de coteau au-dessus des caves et qui existe toujours en parallèle à la rue des Rabines depuis la Massicaudière. Lorsque la circulation s’est densifiée et que les automobiles ont remplacé les véhicules hippomobiles, la rue des Rabines ou CR N° 63 a alors été élargie et le CR 62 laissé à l’état de chemin piétonnier. Lors de la création du lotissement « La Croix Papillon », dans les années 1980, la partie du chemin situé sous le lotissement a été élargie et goudronnée afin de faciliter la récupération des eaux usées des nouvelles habitations. Elle constitue aujourd’hui ce prolongement de la « Rue des Caves Blanches ». Les habitations situées le long de cette voie nouvelle seront numérotées de 10 à 20 en prolongement de la rue des Caves Blanches déjà existante.

Bruno Choisnet et Joël Sionneau posent le panneau de la Rue des Caves Blanches
Bruno Choisnet et Joël Sionneau posent le panneau de la Rue des Caves Blanches

Bruno Choisnet et Joël Sionneau posent le panneau de la Rue des Caves Blanches

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 14:25

Histoire et Patrimoine compte sur votre présence

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 08:11

Battage à Chemillé-sur-Dême vers 1976. - (Photo Ciclic, Jean Saussereau)

Ciclic et le Conseil départemental d’Indre-et-Loire, en collaboration avec la commune de Neuvy-le-Roi, organisent deux projections exceptionnelles de films amateurs tournés depuis les années 1940.

Au programme : une kermesse au profit des prisonniers de guerre en 1942 et le passage de résistants aux Hermites en 1944, le pèlerinage de Saint-Christophe-sur-le-Nais en 1945, le carnaval à Cérelles en 1954, la bénédiction de la Croix de Marray en 1954, une course hippique à Neuillé-Pont-Pierre en 1955, la moisson 1957 à Saint-Laurent-en-Gâtines, une fête cantonale de la jeunesse à Monnaie en 1972, une spectacle de cascades automobiles à Neuvy-le-Roi en 1981 et la production de fromage de chèvre à Charentilly en 1990.
Ce n’est qu’un aperçu du programme de projection d’autres films attendent les spectateurs !

Entrée gratuite.
Informations au 06 30 42 72 07

 

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 10:37

En ce premier week-end d’automne, particulièrement ensoleillé, et malgré les nombreuses animations du secteur, les 10èmes journées en Pays de Racan, ont attiré 3 000 visiteurs qui ont pu découvrir le parc et le château de Fontenailles à Louestault.

Les festivités ont débuté le samedi soir avec 750 personnes qui ont assisté à un repas champêtre, des animations médiévales avec Barba Jovis, suivies par un magnifique spectacle, « Si Fontenailles m’était conté… » digne d’un son et lumière, proposé par la MFR et l’ARPS (association pour la rééducation professionnelle et sociale), propriétaire du château. Cette association fêtait à cette occasion ses 70 ans d’actions pour l’insertion des personnes en situation de handicap.

Le dimanche, dès 8 h, l’association UCTSP, était prête pour prendre les inscriptions des participants aux randonnées pédestres préparées par Philippe Petithomme. 80 marcheurs se sont répartis sur les deux circuits proposés, l’un de 10 km et l’autre de 15 km sur la commune de Louestault.

À 9 h, le marché des producteurs locaux et les différentes expositions s’ouvraient aux visiteurs. Les nombreux stands, disséminés par petits groupes dans le vaste parc, autour du château, invitaient les personnes à une promenade agréable entre ombrages et soleil.

Quelques-uns des stands présents sur le site.
Quelques-uns des stands présents sur le site.
Quelques-uns des stands présents sur le site.
Quelques-uns des stands présents sur le site.
Quelques-uns des stands présents sur le site.

Quelques-uns des stands présents sur le site.

Vers 11 h 30, un grand défilé composé de personnages revêtus de costumes allant du Moyen Âge à la Renaissance, parmi lesquels, bien sûr, Jacky Orgeur, président de l’AVE,(association des Amis de la Vallée de l’Escotais), qu’ils soient organisateurs, visiteurs ou artistes, et des élus, firent le tour des différents stands avant de prononcer quelques mots.

« L’idée de mettre en valeur notre patrimoine et surtout de l’animer a fait notre succès. Cette année, c’est le château de Fontenailles à Louestault qui nous accueille pour écrire une nouvelle page d’histoire » dit Jacky Orgeur.

Catherine Côme, maire de Beaumont-Louestault, dressa un petit historique du château en mettant en avant « le côté social qui, depuis de très nombreuses années, anime ce lieu. »

Jean-Pierre Gaschet, conseiller départemental, mit l’accent sur ce qui lui semblait être le maître mot de l’AVE « fédérer des amis autour d’un projet d’animation local rappelant les temps moyenâgeux.»

« Ces 10èmes journées en Pays de Racan viennent illustrer et confirmer le dynamisme de notre territoire et la volonté de l’AVE d‘être un partenaire actif du développement et du rayonnement de la Communauté de Communes Gâtine-Choisilles-Pays de Racan », souligna Antoine Trystram, président de la CCGCPR, suivi par Paule Haslé, vice-présidente en charge du tourisme et du commerce qui rappela tout ce qui est à l’actif de sa commission (agenda touristique, 2 points info tourisme, journées de découvertes touristiques pendant l’été, les boucles à vélo,…).

Moment de restauration !
Moment de restauration !
Moment de restauration !

Moment de restauration !

Pour la restauration du midi, plusieurs solutions s’offraient aux estomacs vides : des tartines avec le comité des fêtes de Saint-Christophe, des crêpes et galettes avec l’APE de Saint-Paterne, des plateaux repas…

L'embuscade par Barba Jovis
L'embuscade par Barba Jovis
L'embuscade par Barba Jovis
L'embuscade par Barba Jovis
L'embuscade par Barba Jovis
L'embuscade par Barba Jovis

L'embuscade par Barba Jovis

L'adoubement des jeunes chevaliers.
L'adoubement des jeunes chevaliers.
L'adoubement des jeunes chevaliers.
L'adoubement des jeunes chevaliers.
L'adoubement des jeunes chevaliers.

L'adoubement des jeunes chevaliers.

Tout au long de la journée, les animations s’enchaînèrent devant un public toujours aussi enthousiaste.

Avec Barba Jovis, ce furent l’embuscade, le jugement au pilori, l’adoubement des jeunes chevaliers…

Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...
Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...
Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...
Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...
Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...
Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...
Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...
Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...

Avec les écuyers de l'histoire combats en armure avec le marteau...

Avec les Écuyers de l’histoire, des jeux de guerre, des épreuves de combat en armure…reçurent les acclamations des spectateurs.

et avec l'épée
et avec l'épée
et avec l'épée
et avec l'épée

et avec l'épée

Et, selon les stands, des jeux de plateaux médiévaux avec Aisling 1198, du tir à l’arc, du maquillage pour les enfants occupèrent petits et grands.

Jeux médiévaux et tir à l'arc
Jeux médiévaux et tir à l'arc
Jeux médiévaux et tir à l'arc

Jeux médiévaux et tir à l'arc

Les promenades à dos de poney avec Les Crins de la Martinière rencontrèrent un vif succès et les promenades en calèche dans le parc firent quelques heureux.

Promenades à dos de poney ou en calèche pour découvrir le site
Promenades à dos de poney ou en calèche pour découvrir le site
Promenades à dos de poney ou en calèche pour découvrir le site

Promenades à dos de poney ou en calèche pour découvrir le site

Dans la chapelle du château, la Mesnie de la Licorne exposait quelques beaux ouvrages calligraphiés et expliquait les techniques utilisées.

Atelier de calligraphie avec la Mesnie de la Licorne

Atelier de calligraphie avec la Mesnie de la Licorne

Les écrivains locaux, Dominique Panvert et Fabrice Mauclair, proposaient leurs ouvrages et, à leur côté, l’association « Histoire et Patrimoine » mettait en avant son dernier né, sorti il y a tout juste une semaine, « Si Saint-Christophe m’était conté… »

Histore et Patrimoine présente son nouveau livre "Si Saint-Christophe m'était conté..."

Histore et Patrimoine présente son nouveau livre "Si Saint-Christophe m'était conté..."

Cette 10ème édition marque la fin de son déroulement en Pays de Racan. La communauté de communes s’étendant désormais au-delà des limites du Pays de Racan, les journées continueront sur Gâtine-Choisilles et deviendront « Les Journées d’automne ». « L’an prochain, c’est à Beaumont-Louestault qu’elles se dérouleront, sur l’esplanade du château de Beaumont et dans les rues du village où nous vous attendons encore plus nombreux» conclut Jacky Orgeur avant que chaque participant ne regagne son domicile, satisfait de la réussite de cette manifestation qu'il organise sans compter son temps et son énergie..

Des visiteurs intéressés par les diverses animations.
Des visiteurs intéressés par les diverses animations.
Des visiteurs intéressés par les diverses animations.
Des visiteurs intéressés par les diverses animations.

Des visiteurs intéressés par les diverses animations.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 10:04

Pour la deuxième année consécutive, l’association Histoire et Patrimoine avait décidé d’ouvrir à la visite la petite chapelle Saint Gilles dans le cadre des Journées du Patrimoine. Le public est venu nombreux le samedi après-midi, à commencer par le soleil qui a réjoui tous les présents. Cent cinquante personnes ont franchi les portes de la chapelle. Il faut dire qu’il y avait beaucoup à voir : la visite de l’édifice tout d’abord, encadrée par Fabrice Mauclair et Philippe Larus, mais également la présentation de la très belle exposition de lettres autographes (George Sand, Alphonse Daudet, Anatole France, Pierre Loti…) de Thierry Albert et Jean De Rycke.

À l’extérieur, sous un barnum, on pouvait acheter les publications de l’association et tout particulièrement la dernière d’entre elles : un beau livre de 200 pages, Si Saint-Christophe m’était conté…, dont ce 16 septembre marquait la sortie officielle. Joël Tanter, historien de Château-la-Vallière, était également présent avec ses ouvrages. Hermensia, venue en voisine, proposait ses chapeaux et articles artisanaux au bénéfice de son association colombienne.

La chapelle Saint-Gilles sous le soleil

À 17 heures, l’inauguration de l’exposition et le lancement du livre ont donné matière à quelques prises de paroles en présence de Catherine Lemaire, maire de Saint-Christophe-sur-le-Nais, et de Jean-Pierre Poupée, maire de Saint-Paterne-Racan. Plusieurs élus et responsables associatifs étaient également présents. Philippe Larus, président de l’association, a remercié la municipalité pour son intérêt et son soutien aux actions menées par Histoire et Patrimoine.

L'exposition des autographes et le nouveau livre de l'association.
L'exposition des autographes et le nouveau livre de l'association.

L'exposition des autographes et le nouveau livre de l'association.

 Il a présenté Camille Belloc, la maquettiste du nouveau livre avant de lui offrir un exemplaire bien mérité accompagné d’un petit cadeau.

Fabrice remet à Camille, la maquettiste, un exemplaire du nouveau livre.

Puis ce fut le moment des échanges et des discussions, un verre de jus de pomme ou de pétillant à la main, devant la façade ensoleillée de la chapelle Saint Gilles.

Les élus et les membres de l'association réunis pour les discours suivis d'un moment de convivialité.
Les élus et les membres de l'association réunis pour les discours suivis d'un moment de convivialité.

Les élus et les membres de l'association réunis pour les discours suivis d'un moment de convivialité.

Le lendemain, une cinquantaine de visiteurs a également fait le déplacement pour admirer la chapelle et le magnifique jardin du clos Saint-Gilles et pour la plupart, récupérer le nouveau livre de l’association, nouveau livre qui a permis à l’association de participer au Trophée des Initiatives locales du Crédit Agricole, dans la catégorie culture, et de voir son projet retenu. Nous aurons l’occasion d’en reparler prochainement.

 

Pour se procurer le livre, vendu 20 € (hors frais de port), contacter l'association par mail : histoire.patrimoine37@laposte.net

 

sur son site Internet : https://histoire-patrimoine.jimdo.com/

 

ou auprès du président, par téléphone : 02 47 29 33 18

Partager cet article

Repost0
24 août 2017 4 24 /08 /août /2017 13:55

Ce soir, dernière opportunité de visiter la ville de La Flèche à la lueur des lampions. Rendez-vous devant le camping à 20h45. 3 euros et gratuit pour les moins de 15 ans.

Demain soir vendredi 25 août à 21h30, projection du film « Meurtre dans un jardin anglais » de Peter Greenaway, dans les jardins du château du Lude, dans un cadre enchanteur. En VO sous-titrée. 5 euros projection seule. 10 euros avec la visite du château et des jardins.

Ce week-end, à La Flèche, dernières visites du Théâtre de la Halle-au-Blé à 10 heures et 11 heures. Visites du Moulin de la Bruère, vendredi, samedi et dimanche, à 15 heures, 16 heures et 17 heures.

Partager cet article

Repost0
8 août 2017 2 08 /08 /août /2017 13:06

Dimanche soir, c’est la commune de Saint-Aubin-le-Dépeint qui accueillait la dernière journée découverte préparée par Maxime Guinard. Cette ultime soirée commençait comme les précédentes par une randonnée autour de Saint-Aubin.

Conduits par Philippe Petithomme de l’UCTSPC, aidé pour l’occasion par Liliane Durand, une fidèle marcheuse originaire du village, les 36 randonneurs, parmi lesquels on notait la présence de quelques enfants et de deux maires du territoire, Rémi Tondereau et Éloi Canon, , ont pu constater que les vergers occupent une place importante dans l’économie locale.

Pendant que les marcheurs sillonnaient les chemins communaux, Bertrand Milteau, animateur de l’association Terre du Ciel, pour la Nuit des étoiles, installait son planétarium à l’intérieur de la salle des fêtes avant d’aller repérer le lieu idéal pour l’observation du ciel en compagnie d’un membre du comité des fêtes.

Les randonneurs au retour de leur marche.
Les randonneurs au retour de leur marche.

Les randonneurs au retour de leur marche.

Vers 19 h 30, après avoir effectué un parcours de près de 11 km, les marcheurs arrivèrent au point de départ et la distribution des paniers-repas put commencer. Ceux qui n’avaient pas encore réglé le leur durent s’acquitter de leur dette avant de pouvoir se restaurer. Pour accompagner le pique-nique, le comité des fêtes proposait boissons et crêpes qui connurent un certain succès.

Jean-Pierre Poupée, maire de Saint-Paterne-Racan, règle le montant de son panier-repas.

Jean-Pierre Poupée, maire de Saint-Paterne-Racan, règle le montant de son panier-repas.

Par petits groupes, les curieux purent s’installer à l’intérieur du planétarium pour, pendant une vingtaine de minutes, à l’aide de petits films projetés et commentés par Bertrand Milteau, pénétrer dans la voûte céleste avec le ciel du jour pour l’écouter expliquer les étoiles, les constellations, les galaxies. “Depuis la nuit des temps, les Hommes, toute génération et origine confondue, observent le ciel, pour le plaisir et pour comprendre l’Univers, la place de la Terre et sa propre histoire. Chacun d’entre nous s’est un jour retrouvé sous un ciel étoilé, contemplatif, admiratif, intrigué. Mais la plupart d’entre nous ne connaissent pas l’astronomie, discipline à caractère scientifique difficile d’abord. Le but de mes interventions est de rendre accessible à toutes et tous, les merveilles de l’Univers, si fascinantes et passionnantes en venant à votre rencontre, où que vous vous trouviez en France. Ce soir, vous découvrirez les reliefs de la Lune, les anneaux de Saturne, les tempêtes et satellites de Jupiter ainsi que les nébuleuses, galaxies et amas d’étoiles à travers des instruments d’astronomie de grande qualité. Comme demain ce sera la pleine lune, nous axerons notre observation sur ce satellite de la terre.”

Le planétarium installé dans la salle des fêtes.

Le planétarium installé dans la salle des fêtes.

Puis, une fois la nuit tombée, les nombreux curieux suivirent Bertrand et purent utiliser les nombreux télescopes mis à leur disposition pour observer le ciel particulièrement bien dégagé.

Quand on lui demandait : « Où se trouve l’étoile du berger ? », il répondait : « C’est celle qui apparaît la première. En ce moment, c’est Mars, mais pour peu de temps. Ensuite, ce sera de nouveau Vénus. »

Et, c’est à une heure bien avancée de la nuit, que chacun regagna son véhicule, avec des « étoiles plein les yeux. »

Carte du ciel pour la nuit du 6 août 2017
Carte du ciel pour la nuit du 6 août 2017

Carte du ciel pour la nuit du 6 août 2017

Tous ceux qui ont suivi les trois animations proposées en cet été 2017 sont d’accord pour reconnaître que la programmation était vraiment « super. Nous avons assisté à des spectacles de qualité. Et, pour finir, avec cette nuit des étoiles, nous avons été comblés. Merci à tous les organisateurs, Maxime et Daphnée pour leur accueil, Philippe Petithomme pour les randonnées. Nous espérons que ces Journées découvertes pourront se poursuivre l’été prochain et nous faire découvrir de nouveaux villages du Pays de Racan. Un grand merci aussi à la Communauté de Communes Gâtine-Choisilles et Pays de Racan qui finance ces manifestations culturelles.»

 

Maxime et Daphnée dont l'accueil lors des 3 journées découvertes a été particulièrement apprécié.

Maxime et Daphnée dont l'accueil lors des 3 journées découvertes a été particulièrement apprécié.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages