Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 09:45
Photos prises lors du repérage
Photos prises lors du repérage
Photos prises lors du repérage

Photos prises lors du repérage

Renouant avec ses activités, l'association christophorienne "Histoire et Patrimoine" vous propose de découvrir la richesse patrimoniale du hameau de Coëmont, faisant partie de Vouvray-sur-Loir dans la Sarthe.

Ce hameau, très ancien, a un riche passé. Pour le découvrir, nous serons accompagnés par deux historiens locaux, Michel et Dany Benoît, membres actifs de l'association vouvraysienne "Notre patrimoine et vous".

Le parcours nous mènera du bord du Loir avec ses moulins, son vieux pont et son lavoir jusqu'au château et les hauteurs pour dominer le paysage et découvrir quelques restes de l'ancien prieuré.

À l'issue de cette découverte matinale, un verre de l'amitié clôturera cette promenade historique.

 

Important :

Randonnée le dimanche 22 mai.

Départ pour ceux qui le souhaitent à 9 h 15, place Jehan d'Alluye, à Saint-Christophe

Rendez-vous à Coëmont à 9 h 30 sur le parking, 1ère route à gauche après le pont pour ceux qui y iront directement (en venant de l'Indre-et-Loire)

La manifestation est gratuite.

 

Comment se rendre au parking.

Comment se rendre au parking.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 11:52
Saint-Paterne-Racan : Des vacances apprenantes !

Il y a des balades que nous pouvons qualifier de constructives.

Durant leurs vacances apprenantes, et sous l’impulsion de leur maîtresse Alice, sept marcheurs ont aidé la planète, à leur niveau.

Après plus de 2h30 à arpenter les rues de Saint-Paterne-Racan, Klarysse, Antoine, Nathan, Hugo, Cloé Esteban G. et Esteban T. peuvent être fiers de leur récolte….

La fierté ne peut être partagée par les personnes qui ont pu, un jour, penser que notre joli village pouvait être utilisé comme déchetterie…. Le fruit de leur collecte : pneu, antenne, emballages en tout genre, mégots de cigarettes, boîtes de conserves, couches, cartons, verre….

Nos sept jeunes citoyens, accompagnés de leur maîtresse, ont navigué selon un itinéraire précis : départ de l'école, passage sur la Place de la République, zone de la rivière et de l'ancien presbytère, mairie, gare, terrain de foot et piscine. 

Un grand MERCI à eux et BRAVO à leur maîtresse pour cette initiative !

Ce ramassage s'inscrivait dans le cadre des vacances apprenantes organisées du 10 au 15 avril pour quelques élèves de la classe de CE2-CM1

À l'issue de la collecte, les élèves ont trié les déchets afin de pouvoir les recycler.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2022 7 17 /04 /avril /2022 08:07

Rencontre avec deux présidents, l’ancien et le nouveau

En cette année 2022, le syndicat d’élevage va fêter ses 100 ans. Pour en savoir un peu plus, il était donc indispensable de rencontrer l’ancien et le nouveau président, à savoir : André Morin et Michel Poupée. En 100 ans, le syndicat a connu seulement 11 présidents !

De nombreux documents, les archives du syndicat, étaient posés devant eux. Les cahiers étaient parfaitement bien tenus et documentés ce qui facilita les échanges.

André Morin a été président de 1989 à 2018, soit plus du quart de l’existence du syndicat. Michel Poupée précise : « La famille Morin est présente dans le syndicat depuis les années 1955. Son fils Christophe s’y est engagé à son tour. André est devenu "Président d’honneur" titre qu’il mérite bien. »

Mais vous, Michel Poupée, qu’est-ce qui vous a poussé à briguer cette place de président ?

« Je m’étais déjà engagé comme bénévole dès 1980. En 1993, le poste de Vice-président étant vacant et les volontaires peu nombreux, je me suis porté candidat et j’ai été élu sans problème ! Cette foire me tient à cœur comme à beaucoup de Saint-Paternois. C’est une belle manifestation, la dernière foire à caractère agricole avec exposition d’animaux et de matériel, de tout le département d’Indre-et-Loire. Elle a pu et peut encore perdurer car c’est le syndicat qui prend à sa charge les frais de prise de sang et le transport des animaux. »

 

Michel Poupée, à gauche et André Morin, à droite, avec les documents retraçant l'histoire du syndicat.

Michel Poupée, à gauche et André Morin, à droite, avec les documents retraçant l'histoire du syndicat.

Venons-en maintenant à l’historique de ce syndicat

C’est le 4 septembre 1919 que M. Beunet Félix, maire de Saint-Paterne-Racan, créa le syndicat d’élevage et, il confia la charge de secrétaire de l’association à son secrétaire de mairie, Alfred Cocu.

Mais, c’est seulement à partir de 1922, le 21 juin, à 10 h, qu’eut lieu la première exposition de bovins et le premier concours s’adressant aux génisses de plus de 6 mois. L’exposition était réservée aux éleveurs de Saint-Paterne ayant des bovins de race normande exclusivement. La date retenue pour cette exposition a été, et ce jusqu’en 1958, le premier mardi du mois de mai. Durant les premières années, l’exposition des bovins se tenait sur la place du village

Il faut savoir que cette année-là, le 1er mai tombant un mardi, jour férié, cela incita les organisateurs à conserver non plus le mardi mais le jour du 1er mai !

À ce propos, petite anecdote mentionnée par André Morin : « Le premier mardi de mai, il y avait souvent de la pluie ! »

Dès 1949, pour agrémenter un peu cette manifestation, forains et manèges firent leur apparition. Ils occupèrent la place et les génisses furent expatriées sur la place devant la gare, lieu réservé depuis aux animaux.

Pour financer les prix attribués lors des concours, les organisateurs faisaient appel aux commerçants qui répondaient favorablement à cette requête.

À partir de 1982, l’exposition fut ouverte aux éleveurs de vaches frisonnes, toujours habitant Saint-Paterne. Mais, avec l’instauration des quotas laitiers, l’élevage de vaches laitières diminua. Pour participer, les éleveurs devaient obligatoirement être inscrits au contrôle laitier.

Puis, en 1991, l’exposition fut ouverte aux éleveurs du canton de Neuvy-le-Roi et aux communes limitrophes de Saint-Paterne.

En 1995, l’exposition s’agrandit avec les bovins à viande et en 1999, arrivèrent les chevaux et les petits animaux : moutons, porcs, volailles,…

Comment recrutez-vous les membres du jury pour vos concours ?

Nous sommes aidés essentiellement par des techniciens agricoles, des éleveurs qui ont participé autrefois à des concours sur Tours,…

Souvenirs de la foire de 2019
Souvenirs de la foire de 2019
Souvenirs de la foire de 2019
Souvenirs de la foire de 2019

Souvenirs de la foire de 2019

Quel est votre programme pour cette édition centenaire ?

L’exposition des animaux comprend à ce jour : 30 bovins, 10 chevaux. Les règles sanitaires sont évidemment respectées ce qui fait qu’il n’y aura pas de « petits animaux » : moutons, volailles, porcs…

Sur la place de la gare, il y aura plusieurs animations autour des animaux :

  • Des démonstrations d’appréciation morphologique d’un bovin  (vache laitière ou à viande) 3 fois dans la journée.
  • Stand sur le grand bœuf de Touraine
  • Stand pédagogique pour expliquer le bilan carbone d’une exploitation agricole
  • Stand de dégustation-vente de gouda de Touraine
  • Stand d’information sur la spiruline

Exposition de matériel agricole sur le terrain de sport

Fête foraine au parking des sports

Sur la place de la République, marché de producteurs.

Vers la salle de fêtes, exposition de vieux tracteurs.

Salle du multimédia, exposition de photos avec la participation d’Histoire et Patrimoine de Saint-Christophe.

Restauration sur place assurée par Les Bénévoles.

Et, pour l’animation générale, la banda « La Vaginale » formée par des étudiants en médecine de Tours saura mettre de l’ambiance.

Saint-Paterne-Racan : Le syndicat d'élevage fête ses 100 ans !

Comment s’annonce cette année 2022 après les deux années d’interruption?

« Nous constatons une diminution du nombre de forains. Certains parmi les plus fidèles nous ont annoncé avoir pris leur retraite, d’autres avoir changé de profession. Plusieurs hésitent à se déplacer loin à cause du prix des carburants ! Malgré plusieurs coups de fil, peu de réponses favorables. Actuellement nous en sommes à 50 exposants soit moitié moins que d’habitude. Espérons qu’il y en aura qui se décideront avant le 1er mai ! Il est encore temps de s'inscrire.

Heureusement, dans le syndicat, tous les membres font preuve d’une bonne assiduité tant parmi les éleveurs que les bénévoles. Il faut bien noter que depuis sa création, il n’y a eu aucune interruption. Par contre, ce que je crains, c’est que le léger déclin qui s’amorce après cette pandémie n’entraîne pour les années suivantes une désaffection pour cette manifestation qui fut incontournable sur tout le territoire et au-delà pendant de nombreuses années. Ce serait vraiment dommage ! » constate Michel Poupée.

Les deux "présidents" aimeraient bien avoir une belle journée comme celle-ci !

Les deux "présidents" aimeraient bien avoir une belle journée comme celle-ci !

Espérons que le soleil soit de la partie pour inciter les badauds d’ici et d’ailleurs à venir faire un petit tour pour encourager tous ces bénévoles qui travaillent afin d’animer leur village en faisant oublier pour quelques heures la morosité ambiante.

Contact :

Michel Poupée : 02 47 29 32 27

Partager cet article
Repost0
14 avril 2022 4 14 /04 /avril /2022 07:55
Saint-Antoine-du-Rocher : Réunion publique avec le Collectif Gâtine-Racan

Présentation des actions menées et en cours suivie d'un échange.

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2022 5 08 /04 /avril /2022 16:32

Depuis un peu plus d’un an, les Christophoriens ont remarqué que de nombreux travaux étaient en cours sur la commune. Après interrogation, les habitants avaient appris que ces travaux concernaient l’arrivée de la fibre optique sur la commune et, pour cela, en amont, la municipalité avait dû modifier en partie les adresses postales de certains habitants en numérotant chaque habitation et en créant pour les hameaux et lieux-dits des noms de « chemin » ou « route » suivis du nom du lieu en question quitte à créer un nouveau substantif !

Le chantier étant maintenant bien avancé et même sur le point de s’achever dans certains secteurs, la population était conviée jeudi à participer à une réunion publique d’information pour tout savoir sur ce nouveau réseau.

Le public

Le public

Entre 20 et 30 personnes avaient fait le déplacement pour écouter M. Sylvain Compte, de TDF, chargé de présenter ce dossier. Toutefois, avant qu’il ne prenne la parole, Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune et à l’origine de cette réunion publique, précisa : « Je remercie M. Compte pour sa présence car j’estime qu’il est important de faire passer l’information aux habitants, les premières prises devant être installées prochainement sur la commune. »

Puis, ce fut au tour de M. Compte de prendre le micro pour, dans un premier temps se présenter et ensuite, donner toutes les informations possibles en s’appuyant sur un diaporama très concret.

M. Sylvain Compte, le présentateur

M. Sylvain Compte, le présentateur

« Rassurez-vous, je ne suis pas là pour vous vendre quoi que ce soit mais pour vous présenter un projet porté par Val de Loire Fibre, filiale de l’opérateur d’infrastructure TDF en charge de la conception, du financement et du déploiement du réseau public (RIP) de l’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher. Mon objectif est de vous présenter l’arrivée de la prise à votre domicile. Nous verrons tout d’abord l’organigramme des contributeurs puis nous ferons un point sur : "La fibre est dans votre commune. " Ce projet a pour ambition de couvrir en fibre optique 513 communes soit 320 000 foyers  raccordables à l’horizon 2022-2023.»

Pour mener à bien ce projet, il a fallu investir 560 millions d’euros répartis comme suit : 90% par TDF et 10% par l’état, la Région et les collectivités locales.

Les réseaux pour la fibre, tous neufs, passent sur le domaine public et sont reliés en souterrain. L’équipement électronique se situe dans de grosses armoires de rue neuves. Une boîte peut relier 150 foyers. Il est toutefois possible de suivre des réseaux existants aériens et/ou souterrains (Enedis, Orange) notamment pour raccorder des immeubles. Une convention doit alors être passée avec le propriétaire avant l’installation d’un boîtier optique par l’opérateur choisi. Entre le moment où l’on est éligible et l’installation par l’opérateur choisi, il faut compter un délai de 3 mois. La fibre suivra le même chemin que la ligne téléphonique.

Saint-Christophe-sur-le-Nais : La fibre optique arrive à Saint-Christophe

Très important : Le raccordement du foyer à la fibre optique par l’opérateur choisi est totalement gratuit !

Mais, qu’est-ce que la fibre optique ?

Son prédécesseur est l’ADSL et il n’y a aucune obligation à passer à la fibre optique. Elle a seulement pour but de remplacer l’ADSL avec une puissance beaucoup plus importante (très haut débit).

Actuellement, sur le territoire, 10 opérateurs sont accessibles et prochainement ils le seront tous.

Lors du raccordement, on a le choix de l’endroit où l’on souhaite placer le boîtier dans son domicile. Il faut compter 2 à 3 h pour finaliser l’installation.

les avantages de la fibre optique

les avantages de la fibre optique

Les avantages de la fibre optique

Accès Internet très rapide (600 à 800 mégabits)

On peut y ajouter un téléphone IP fixe, la télévision, des jeux vidéos et profiter de nombreuses offres supplémentaires. C’est un outil indispensable pour une maison "connectée"!

Site Val de Loire fibre

Site Val de Loire fibre

Comment savoir quand je serai raccordable ?

Allez sur le site : www.valdeloirefibre.fr.

Entrez votre adresse précise dans le rectangle bleu. Une carte apparaît avec des symboles de localisation. S’il est de couleur jaune, vous faites partie de ceux qui vont être raccordés prochainement, le orange indique qu’il faut attendre encore un peu et le rouge, c’est que ce n’est pas encore prêt ! Date envisageable fin 2022 ou 2023.

Après avoir explicité tous ces renseignements, un petit moment fut consacré à quelques questions-réponses pour repréciser certains points un peu plus particuliers. Une réunion intéressante touchant directement les habitants. Dommage qu’ils ne se soient pas déplacés en plus grand nombre !

 

Saint-Christophe-sur-le-Nais : La fibre optique arrive à Saint-Christophe
Partager cet article
Repost0
4 avril 2022 1 04 /04 /avril /2022 10:33

La troisième réunion d’« intention publique » avec les adultes s’est tenue ce premier samedi du mois. Après le regroupement des participants, 3 adhérents de l’association des Jeunes et 6 adultes représentant : Histoire et Patrimoine, Le soin fertile, la bibliothèque et la mairie. Les animateurs, Xavier Bertola et Mathieu Louis, récapitulèrent rapidement l’avancée de leurs travaux avec l’EHPAD, l’école et les Jeunes. Ensuite, ils proposèrent aux participants de regagner la place Jehan d’Alluye pour observer la végétation et, en particulier les trois arbres remarquables qui s’y trouvent.

Sur la place Jehan d'Alluye, Matthias explique la spécificité de chaque essence d'arbre.

Sur la place Jehan d'Alluye, Matthias explique la spécificité de chaque essence d'arbre.

Une fois arrivés sur la place, Matthias Mégret, du Soin fertile, spécialiste en botanique, donna des renseignements sur ces arbres : un gincko biloba, un sequoia et un érable, arbres de référence qui, de par leur choix et leur implantation, mettent sans contexte, la place en valeur.

Le ginkgo biloba, originaire d’Asie, appelé aussi « arbre aux mille écus », peut vivre plus de 1000 ans et existe depuis plus de 300 millions d’années. Ses feuilles parées d’or en automne se détachent sur le vert du séquoia et le rouge de l’érable et, l’ensemble des trois offre ainsi une belle perspective sur la place.

La rangée de magnolias face à la Perrine, coupant la minéralité de 'espace, est aussi, selon Matthias Mégret, très bien pensée. Puis, il conclut en ces termes : "L'architecte paysagiste qui a conçu l'aménagement de a place a parfaitement compris ce qu'il fallait faire avec le choix d'essences rares et leur disposition pour que cette place soit une réelle réussite !"

Après ces explications, les participants sont retournés à la salle socioculturelle pour débuter les activités prévues. mais, tout d'abord, Xavier Bertola présenta le projet de "parcours sportif" imaginé par les "Jeunes" en utilisant dans un premier temps l'existant : mobilier urbain, arbres, espaces plus ou moins équipés mais propices à des exercices à pratiquer seul ou en groupe : assouplissements, élongations, cardio, tractions, .... Une discussion sur l'utilisation et l'aménagement du local situé à l'entrée de "l'aire de loisirs" s'est avérée très enrichissante, plusieurs projets ayant été formulés.

 

 

Séance de coloriage avec les conseils de Xavier
Séance de coloriage avec les conseils de Xavier

Séance de coloriage avec les conseils de Xavier

Et, ce fut le moment de reprendre l'activité du mois précédent où des dessins, ressortis de photos prises dans le village lors de la première séance, devaient être mis en couleur avec pour consignes : "pas plus de 3 ou 4 couleurs et des espaces blancs !" Chacun, son œuvre  en main, put se saisir de crayons feutres pour illuminer son dessin.

L'un des participants, absent la fois précédente, fut mis à contribution pour rechercher des titres possibles pour la page de couverture du futur album à colorier ainsi qu'une graphie originale : plusieurs propositions, plus ou moins humoristiques, ont été transcrites sur le papier.

Philippe préposé à la graphie des titres possibles

Philippe préposé à la graphie des titres possibles

Xavier Bertola récupéra les représentations des deux médecins dont les bustes ont été fondus lors de la Seconde Guerre mondiale pour un travail préparatoire avant d'aborder la faisabilité de remettre les bustes manquants sur les socles placés devant l'hôtel de ville.

C'est ainsi que se termina cette troisième séance, la suivante étant fixée au samedi 7 mai, à 14 h 30, au même lieu.

Les médaillons présentant nos deux célèbres médecins.
Les médaillons présentant nos deux célèbres médecins.

Les médaillons présentant nos deux célèbres médecins.

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2021 1 06 /12 /décembre /2021 18:49

Vous aimez décorer votre maison pour Noël 🎅?

Saint-Paterne-Racan vous propose de participer à un CONCOURS des MAISONS décorées de Noël 🎄🏠🎄

Inscription en Mairie

Contact

02 47 29 30 87

Saint-Paterne-Racan : Concours des maisons décorées

Ci-dessous liens pour inscriptions et règlement

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 13:37

Vendredi soir, une foule nombreuse s’était donné rendez-vous pour assister à l’ouverture des animations proposées par l’association « Histoire et Patrimoine » dans le cadre de ses 20 ans.

Commentaires entre amis sur les photos
Commentaires entre amis sur les photos

Commentaires entre amis sur les photos

En pénétrant à l’intérieur de la salle socioculturelle, Le Foyer, mise gracieusement à disposition par la municipalité, les regards étaient tout de suite attirés par les panneaux qui masquaient les murs de droite et de gauche. Ces panneaux présentaient une centaine de photographies datant des années 1976 à 1997, photos relatant la vie et les événements passés sur le territoire, photos que tous ceux qui avaient vécu ces moments forts pouvaient commenter entre eux en égrenant leurs souvenirs.

Le président, Philippe Larus

Le président, Philippe Larus

Pourquoi une telle exposition ?

Philippe Larus, le président de l’association, invita les personnes présentes à s’installer puis, avant de laisser la parole à Olga Yardin, des archives départementales, il adressa ses remerciements à la Mme le Maire et à Pascal, agent technique, pour son aide dans l’agencement de l’exposition.

Puis, Olga prit le micro et présenta rapidement le pôle images des archives. Il regroupe environ 3 millions d’images sur l’histoire de la Touraine mais aussi de la France. Elle expliqua les différentes façons utilisées pour collecter et rechercher des fonds de photographies.

« Le fonds de Jean-Gérard et Monique Potier est représentatif des années 1970 et, ce studio en milieu rural est un repère pour des générations. Ce fonds, conservé et numérisé avec l’aide de l’association Histoire et Patrimoine sans oublier Jean-Gérard qui a beaucoup travaillé, constitue une base en ligne qui sera prochainement consultable. Cette étape a été réalisée avec des élèves en bac pro section photo, du lycée Victor Laloux. »

Ce fut ensuite Fabrice Mauclair, vice-président de l’association et habitué des archives qui apporta quelques explications supplémentaires.

« Le processus qui a permis d’engager Jean-Gérard et Monique Potier, bien connus de l’association, est la collecte d’un fonds de photos anciennes qu’ils possédaient et que nous avons pu utiliser lors de notre premier livre. Il faut remonter 10 ans en arrière. J’avais compris qu’Olga était la « grande prêtresse » à la section photos. Je lui ai donc parlé de ce fonds et elle m’a dit que les archives étaient intéressées. Il y a eu une rencontre avec les AD qui nous ont présenté la chambre froide où sont entreposées les collectes.

En 2013, les AD ont acquis le fonds Potier et ses 4 600 clichés. En 2018, une convention de partenariat a été signée entre l’association et les archives, une première, et le travail a pu commencer. »

Une salle quasiment comble
Une salle quasiment comble

Une salle quasiment comble

Puis, Jean-Gérard et Monique parlèrent de leur parcours et de leur arrivée à Saint-Paterne-Racan. Un peu fatigués de leur vie parisienne où ils travaillaient tous les deux en tant que photographes, Jean-Gérard décida de venir prospecter en milieu rural pour trouver un endroit où ils pourraient s’installer et exercer à leur compte. C’est ainsi qu’en 1976, ils s’installèrent à Saint-Paterne-Racan. Après plusieurs travaux dans le bâti, le garage est devenu le magasin et l’écurie, le laboratoire, ils étaient fin prêts pour commencer leur travail de photographes en milieu rural en 1977 !

Monique et Jean-gGérard

Monique et Jean-gGérard

Écoutons Monique : « Le démarrage fut lent mais, petit à petit, le trou s’est fait et la clientèle arriva. »

Comment s’organisait votre travail ?

« C’était un travail en commun. Chacun avait sa partie. »

Jean-Gérard explique : « Pour les catalogues, comme la CAMIF par exemple, je partais sur la semaine pour effectuer la commande et Monique restait au studio et faisait tourner la boutique. La CAMIF possédait un studio ultra-moderne avec plusieurs postes de photographes. »

 

Philippe remercia les deux photographes et les archives pour l’aide logistique apportée pour cette exposition. Les deux stagiaires du lycée Victor Laloux, présents dans la salle, ont été félicités pour la réalisation des kakemonos qui introduisent les différentes parties de l’expo.

Tous ces échanges se sont effectués tout en visionnant les photos de l’expo plus celles retenues pour le livre qui paraîtra au mois de mars.

Jean-Gérard, Monique et Antoine

Jean-Gérard, Monique et Antoine

Pour la projection finale, une surprise attendait nos deux photographes. Antoine Moulin, clarinettiste, agrémenta ce final par quelques morceaux très agréables qui furent très appréciés.

Et, pour clore cette première manifestation des 20 ans de l’association, un verre de l’amitié fut proposé à tous les participants.

Des petits groupes en pleine discussion
Des petits groupes en pleine discussion
Des petits groupes en pleine discussion

Des petits groupes en pleine discussion

Cette exposition débouchera sur la sortie d’un livre. La souscription a été lancée au cours de cette manifestation.

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 11:24

Après les annulations successives des animations proposées par l’association Histoire et Patrimoine, vendredi soir, l’association avait enfin pu présentée la conférence de Thierry Albert-de Rycke, programmée initialement pour le 26 mars. Ce sont donc 60 personnes munies de leur passe sanitaire qui se sont retrouvées dans la salle socioculturelle, le Foyer, pour assister à cette très intéressante et instructive conférence sur « Les faïences de Saint-Christophe et de Tours ».

Un bel auditoire
Un bel auditoire
Un bel auditoire

Un bel auditoire

Philippe Larus, président de l’association, ouvrit la séance devant un public masqué, normes sanitaires respectées ! Il remercia toutes les personnes qui s’étaient déplacées et la municipalité pour la mise à disposition de la salle. Il souhaita la bienvenue à tous ceux qui découvraient cette belle salle.

Ce fut pour lui l’occasion de parler de la semaine des 20 ans de l’association et du riche programme prévu pour cette semaine.

« Mais, ce soir, vous êtes ici pour mieux connaître le passé artisanal de notre commune. L’association, au travers des recherches de Lionel, Fabrice et Guy, avait déjà travaillé sur ce sujet. Thierry, ce soir, a axé sa présentation sur les faïences de Saint-Christophe et de Tours qui sont, comme vous le verrez, indissociables ! »  Après ces paroles, il laissa la place au conférencier.

Philippe, le président, et Jean

Philippe, le président, et Jean

Thierry, au pupitre, secondé par Jean pour le déroulement du diaporama, précisa que sa « causerie » se composait de 3 parties : l’historique et la fabrication des faïences, les faïences de Saint-Christophe et Tours, les faïences de Nevers.

L’historique et la fabrication des faïences

Les premières faïences apparurent en Irak au 9ème siècle puis en Égypte, en Italie,…. C’est la vile italienne de Faenza qui donna le nom de faïence pour les objets en céramique que l’on appelait aussi majolique. La France adopta le mot « faïence » pour la céramique. Les premières faïenceries de France apparurent à Nevers à la fin du XVIe  siècle car la terre présentait des similitudes avec celle d’Italie.

Puis, à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, les plus grosses faïenceries se développèrent.

La terre utilisée pour les faïences est l’argile qui peut être de différentes couleurs. Ceux qui travaillaient la terre pouvaient être appelés de façon imagée, des « patouilleaux » ce qui laisse deviner le travail exécuté avec les pieds. Au début, il n’existait que 5 couleurs obtenues avec le cobalt (bleu), manganèse (jaune), cuivre (vert), antimoine (noir) et le fer (rouge) mais cette couleur n’était pas vraiment fiable ! À noter, le bleu de Saint-Christophe était plus foncé que celui de Rouen.

Jean et Thierry
Jean et Thierry

Jean et Thierry

Les faïences de Saint-Christophe et Tours

Les premières faïenceries s’installèrent à Saint-Christophe à la fin du XVIIe siècle. Il y avait alors 3 potiers, le plus important étant Pierre Épron. Avec ses frères, il créa une association : Faïencerie de la Chartrie. En 1738, ils signèrent un bail pour la ferme de Saint-Gilles. L’année suivante, Pierre Épron acheta la maison du Dauphin.

Avec Guerche, en 1740, pour lutter contre la concurrence, il demande la régularisation de sa faïencerie afin de créer la faïencerie de Saint-Christophe. Refus. En 1742, nouvelle demande pour simple autorisation. Réponse favorable pour des faïences communes (cul noir) et faïences fines (qui ne vont pas au feu). Ces faïences sont de meilleure qualité que celles de Nevers !

Le 20-06-1745, coup d’accélérateur de la faïencerie. Mathurin Épron cède une partie de ses terres de la Chartrie et va s’installer à Tours avec un atelier à Saint-Pierre-des-Corps.

À cette époque, un jeune faïencier, Jean Loiseau, souhaite s’installer à Saint-Christophe mais personne ne veut de concurrent. Il part s’installer à Malicorne dans la Sarthe (le Maine d’alors) où la faïencerie tourne encore !

À Tours, Mathurin Épron est nommé « officier de bourgeoisie » Avec Cerf, l’entente fut de courte durée.

Il tenta de fabriquer des faïences fines à Tours et à Saint-Christophe mais, leur faïencerie fine gêne le développement des faïences fines d’Angleterre.

Après la signature du traité de Libre-échange avec l’Angleterre, en 1786, le déclin des Faïenceries de Saint-Christophe et de Tours s’amorça. Malgré la concurrence des faïences fines anglaises un certain niveau d’activités se poursuivit sous Napoléon avant de s’éteindre définitivement.

Saint-Christophe-sur-le-Nais : Beau succès pour la conférence sur les faïences de Saint-Christophe
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Beau succès pour la conférence sur les faïences de Saint-Christophe
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Beau succès pour la conférence sur les faïences de Saint-Christophe
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Beau succès pour la conférence sur les faïences de Saint-Christophe

Les faïences de Nevers

Il existe beaucoup de similitudes entre les faïences de Saint-Christophe et celles de Nevers. Les faïenciers avaient fait leur apprentissage à Nevers. Le sable utilisé dans la préparation de la terre vient de Nevers car, c’était le meilleur ! Notre conférencier a quelques doutes sur quelques faïences exposées au musée de Nevers sur la provenance de quelques-unes. Alors, Nevers ou Saint-Christophe ? Saurez-vous faire la différence ?

 

Saint-Christophe ou Nevers ?

Saint-Christophe ou Nevers ?

Après cette brillante et intéressante prestation, Thierry, beaucoup plus détendu, s’est prêté au jeu des questions-réponses. Le public, conquis par le conférencier, lui adressèrent plusieurs questions mais, certains n’hésitèrent pas à lui faire part de quelques connaissances ou anecdotes liées aux faïences de Saint-Christophe. Ce beau sujet, présenté sous un angle totalement nouveau, a conquis le public qui le remercia par une véritable ovation.

Une partie du public en train d'admirer les faïences exposées par le collectionneur

Une partie du public en train d'admirer les faïences exposées par le collectionneur

Cette présentation fut dédiée par le conférencier, à Guy Bodeven, membre du CA de l’association qui l’avait initié et lui avait donné l’envie d’en savoir plus sur cet artisanat disparu. !

Peut-être que, dans quelques temps, les différents travaux réalisés sur ce thème seront regroupés dans une nouvelle publication de l’association ! À voir…

La semaine des 20 ans d'Histoire et Patrimoine

Si vous êtes intéressé(s) par le repas de clôture, inscrivez-vous avant le 8 novembre à :

davidbd@orange.fr ou hp.scsln@gmail.com ou au 02 47 29 37 31

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2021 4 21 /10 /octobre /2021 12:06

Après deux présentations de ce projet d’implantation d’ombrières sur le parking de Beau-Soulage, lors de séances du conseil municipal, Madame le Maire avait convié les habitants de la commune à une réunion publique, mercredi soir, dans le but de leur faire connaître ce projet et de recueillir l’avis de ses concitoyens.

Il faut reconnaître, une fois de plus, que les Christophoriennes et Christophoriens, avaient certainement oublié la date car, sur la vingtaine de personnes présentes, seulement 11 n’étaient pas des élus.

Une partie du public
Une partie du public

Une partie du public

Cette présentation était proposée par la société ENER Centre Val de Loire, structure privée mais avec un important partenariat public dont le SIEIL (Syndicat intercommunal d’électrification d’Indre-et-Loire).

Catherine Lemaire, maire de la commune, précisa que : « La loi de transition énergétique, datant de 2015, oblige les collectivités à prévoir, sur leur territoire, l’implantation d’énergies renouvelables, d’où le choix de la commune des panneaux photovoltaïques préférables » selon elle avant consultation des habitants « aux éoliennes ! »

Mme le Maire et deux élus

Mme le Maire et deux élus

Dès le début de la présentation concernant l’implantation d’ombrières sur le parking de la salle des fêtes, plusieurs personnes firent la remarque suivante : « Pourquoi, au lieu de couvrir une partie du parking, ne pas couvrir la toiture de Beau-Soulage, puisque des travaux de rénovation de cette salle sont prévus ?  - Une étude pour savoir quels bâtiments pourraient être recouverts de panneaux photovoltaïques a débouché sur le fait que leur construction est beaucoup trop ancienne pour supporter une telle charge. » Réaction dans l’assemblée : « Il y a, juste à côté, le Pôle santé, et l’EHPAD ! – Le Pôle santé construit avec des matériaux bio sourcés et chauffé par géothermie n’était  pas concerné et, l’EHPAD (pourtant juste en face) est trop loin ! »

La réponse apportée n’a pas vraiment convaincu le public !

Les deux présentateurs, à tour de rôle, à l’aide d’un diaporama, expliquèrent en quoi consistait le projet. Leur structure, appuyée par les collectivités territoriales, a pour but de développer et d’investir dans des projets d’énergie renouvelable. Pour cela, ils offrent leur appui aux syndicats d’énergie afin qu’ils conseillent et assistent les collectivités désireuses d’investir sur leur patrimoine. Ils sont un véritable outil à l’échelle de la région.

Les deux présentateurs

Les deux présentateurs

Voici les sites concernés par l’implantation de panneaux photovoltaïques : les toitures supérieures à 200 m², des ombrières d’au moins 12 places, des centrales au sol supérieures à 3,5 ha.

« Le projet d’ombrières est facile à réaliser mais l’économie d’échelle est difficile à maîtriser. À l’objectif 2030, plusieurs sources d’énergie sont à l’étude. Une baisse du nucléaire semble peu envisageable bien que le recyclage des déchets pose problème. Quant à l’hydrogène, il va falloir attendre encore ! »

Ces différents sujets alimentèrent le débat.

Voici une vue du projet sur le parking de Beau-Soulage
Voici une vue du projet sur le parking de Beau-Soulage

Voici une vue du projet sur le parking de Beau-Soulage

Venons-en à l’étude des ombrières sur le parking de Beau-Soulage.

Deux ombrières seraient implantées sur le parking. La surface couverte serait de 880 m². Elles produiraient 185 KWC soit 192,8 MWh. Les panneaux sont garantis 25 ans mais leur durée de vie est beaucoup plus longue. Le recyclage est payé dès l’achat et ne coûtera rien à la commune car la société reste propriétaire des panneaux. Le planning montre une réalisation  entre 9 et 12 mois. La distribution d’énergie se ferait en local car les ombrières seraient raccordées sur le transformateur situé devant la salle des fêtes.

L’ensemble du projet, fourni clé en main par la société, a un coût estimé par l’entreprise de 250 000 € entièrement à sa charge. Pour l’occupation du sol, elle versera un loyer de 100 € par an à la commune (ou un loyer global de 1700 € en une fois).

Réaction de plusieurs personnes devant le montant dérisoire du loyer !

Au bout de 30 ans, l’engagement de la société s’arrête car elle est rentrée dans ses fonds et la commune, si elle le souhaite devient propriétaire de l’installation.

Une demande devra être formulée auprès des ABF pour savoir si ce projet peut être compatible avec la présence de l’église classée sur la commune.

Bien que le public soit clairsemé, les échanges ont été nombreux et même si, pour certains le fait d’implanter des ombrières montre la bonne volonté de la collectivité dans son engagement vers les énergies renouvelables et la préserve d’autres contraintes, ce ne fut pas le cas de tous. Plusieurs personnes n’ont pas vu l’intérêt d’un parking couvert près de la salle des fêtes !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages