Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2019 2 06 /08 /août /2019 12:47

Pont-Aven, appelée aussi la « Cité des peintres » doit sa notoriété à l’école de peintres qui a eu Paul Gauguin pour maître. De très nombreux artistes ont succombé aux lumières exceptionnelles de ce village au cours du XIXe siècle.

En flânant le long de l’Aven ou en franchissant les passerelles, on se rend compte que cette ville fascine toujours autant et les visiteurs y flânent volontiers.

Le charme de Pont-Aven vient de l’Aven, cette rivière qui traverse toute la cité. Elle peut être paisible tout comme tourmentée en fonction des saisons. Cette rivière a toujours été puissante et permettait de faire tourner plus d’une roue de moulin. Le dicton ou proverbe de la ville est d’ailleurs « Pont-Aven, ville de renom, 14 moulins et 15 maisons ». Ceci résume la grande activité meunière qui y régnait. En souvenir, il reste quelques vestiges : le Moulin Ty Meur, le moulin du Grand Poulguin, celui de Rosmadec, le moulin David, le Moulin Neuf et le moulin de Pénanros (minoterie toujours en activité). Ces moulins ont contribué au renom de Pont-Aven au même titre que les peintres.

L'Aven et ses moulins
L'Aven et ses moulins
L'Aven et ses moulins
L'Aven et ses moulins
L'Aven et ses moulins

L'Aven et ses moulins

Mais, encore aujourd’hui, les artistes sont présents dans la ville qui compte plus de 60 lieux d’expositions entre galeries et ateliers et surtout, le musée qui dévoile l’aventure de l’École de Pont-Aven. Les rues sont bordées de nombreuses boutiques de décoration avec des artisans d’art mais aussi, de boutiques de mode et de produits locaux qui attirent les touristes. (source : Bretagne-Cornouaille-Océan)

Demain, nous remonterons l'Aven à pied de son embouchure jusqu'à l'anse de Kérochet.

Partager cet article

Repost0
5 août 2019 1 05 /08 /août /2019 13:37

Aujourd'hui, je vous emmène à Concarneau et sa Ville-Close.

Cette fortification qui enserre la vieille ville a été édifiée au cours des XVe et XVIe siècles pour remplacer les premières fortifications en bois qui avaient été érigées à la fin du haut Moyen-Âge pour défendre le monastère dépendant de l’abbaye de Landévennec puis remaniée au cours du XIXe. 

Les remparts, dans leur forme contemporaine, ceinturent la ville close sur une longueur totale d'environ 980 mètres. La ville close s'étend d'est en ouest dans sa plus grande longueur sur 380 mètres et 220 dans sa plus grande largeur (nord-sud) et sur une soixante de mètres dans sa largeur minimum. Les remparts constitués de granite local ont une épaisseur moyenne comprise entre 2.5 et 3 mètres. Leurs mâchicoulis datent du XVe siècle.

La Ville-Close de Concarneau figure parmi les sites les plus visités de Bretagne.

Les remparts de la Ville-Close
Les remparts de la Ville-Close
Les remparts de la Ville-Close
Les remparts de la Ville-Close

Les remparts de la Ville-Close

Le beffroi de la ville close érigé selon la volonté du maire Samuel Billette de Villeroche en 1906 est le symbole de Concarneau et marque l’entrée de la vieille ville fortifiée. Il est équipé d’une horloge et d’une cloche. En haut du campanile trône une girouette représentant un bateau.

Le cadran solaire, sur le mur d’enceinte, porte une inscription qui indique “tempus fugit velut umbra” : “le temps passe comme une ombre”.

Le beffroi, son cadran solaire et son campanile
Le beffroi, son cadran solaire et son campanile

Le beffroi, son cadran solaire et son campanile

La tour de la Porte au Vin fut construite dans le dernier quart du XVe siècle.

La porte au Vin datant de la même époque ouvrait sur le premier port de commerce. Un quai est construit en 1891 dans le prolongement extérieur de la porte, le long des remparts pour satisfaire les pêcheurs

La tour de la Porte au vin

La tour de la Porte au vin

Flânons un peu dans les ruelles de la Ville-Close et arrêtons-nous sur la place où les touristes se pressent en grand nombre. Au centre de la place, la fontaine Saint-Guénolé en fonte et en granite est édifiée selon les plans de l'architecte Joseph Bigot entre 1855 et 1856.

La place Saint Guénolé
La place Saint Guénolé

La place Saint Guénolé

Voici quelques-uns des monuments visibles dans la cité.

Tout d'abord, l'église Saint Guénolé.

L'ancienne église Saint-Guénolé aurait été construite au XIIe siècle. En ruine, elle est détruite en 1830 pour édifier une nouvelle église. Cette dernière est elle-même transformée en hôpital en 1937.

L'ancienne église Saint Guénolé

L'ancienne église Saint Guénolé

La chapelle de la Trinité ou chapelle de l'hôpital

À partir du XVIe siècle, la ville close dispose d'une chapelle hôpital dédiée à la Trinité. Cette dernière pouvait accueillir une dizaine de malades. L’hôpital existe depuis au moins 1539 puis à la Révolution, il est transformé en temple décadaire. Après la Révolution l'édifice devient successivement une église paroissiale, une école, une maison close durant la Première Guerre Mondiale puis un dispensaire et enfin un lieu d'exposition. De l'édifice primitif, il n'en reste qu'une façade visible rue Vauban.

La façade de la chapelle

La façade de la chapelle

La maison du Gouverneur ( XVIIe)

Cet édifice adossé à la tour du Gouverneur sert de maison et d’annexe à cette dernière avec laquelle elle communique sur deux niveaux. Aucun gouverneur n’occupa réellement ce logis, loué un temps à un menuisier. Elle abrite aujourd'hui des expositions.

L'entrée de la maison du gouverneur sous la tour du même nom.

L'entrée de la maison du gouverneur sous la tour du même nom.

Le puits à dôme du Château de Kériolet (1880)

Il a été offert par le prince Youssoupoff à la ville de Concarneau et remonté dans la Ville-Close dans la cour du gouvernement au milieu du XXe siècle. Nous en avions une belle vue depuis une des fenêtres de la maison du gouverneur.

Le puits à dôme.

Le puits à dôme.

C'est fini pour aujourd'hui. Demain, mes carnets de voyage vous emmèneront à Pont-Aven.

Partager cet article

Repost0
2 août 2019 5 02 /08 /août /2019 14:16

Pour échapper à la canicule, nous venons de passer une dizaine de jours en Bretagne. Nous avons bénéficié d'un temps magnifique et d'une chaleur tout à fait supportable même lorsque le thermomètre frôlait les 30°.

Pendant notre séjour, nous avions installé notre caravane sur le terrain GCU de Trévignon, dans le Finistère sud.

Voici les plages proches du camping et la côte rocheuse de ce hameau faisant partie de la commune de Trégunc.

Ciel bleu, légère brise et eau à bonne température, que rêver de mieux ?
Ciel bleu, légère brise et eau à bonne température, que rêver de mieux ?
Ciel bleu, légère brise et eau à bonne température, que rêver de mieux ?
Ciel bleu, légère brise et eau à bonne température, que rêver de mieux ?
Ciel bleu, légère brise et eau à bonne température, que rêver de mieux ?
Ciel bleu, légère brise et eau à bonne température, que rêver de mieux ?

Ciel bleu, légère brise et eau à bonne température, que rêver de mieux ?

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2019 1 01 /07 /juillet /2019 09:50
 
Chers randonneurs,
 
Le bureau de l' UCTSPC et moi-même vous informons que par un fâcheux concours de circonstance les marches d'été n'auront pas lieu.
 
Je suis le premier désolé mais malheureusement nous ne pouvons pas prendre de risque avec la sécurité d'un groupe de marcheurs, nous manquons cruellement d'encadrant diplômé depuis plusieurs années malgré nos appels à chaque assemblée générale.
 
Je vous demande de diffuser cette information pour éviter que d'éventuels marcheurs se retrouvent à attendre les prochains mardis.
 
Merci de votre compréhension
 
                                                             Jacky Orgeur
 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2019 1 01 /07 /juillet /2019 08:16

Le dernier week-end de juin est devenu maintenant un incontournable du territoire de Gâtine-Racan avec  le désormais immanquable Festival des Kampagn’Arts. Toute la semaine précédent l’événement, les petites mains s’activèrent sur le site de l’Image à Saint-Paterne-Racan, lieu où se déroule la manifestation, pour que tout soit prêt pour l’ouverture du festival.

La forte chaleur qui régnait depuis le début de la semaine n’avait pas ralenti les 290 bénévoles qui œuvraient de bon cœur et qui, pour éviter tout risque lié à la chaleur avaient installé un système de rafraîchissement ingénieux et original très apprécié par tous : un tuyau percé placé en hauteur sur une largeur de quelques mètres et qui diffusait des jets d’eau sous lesquels les festivaliers venaient se rafraîchir. De l’eau était aussi à disposition pour s’abreuver abondamment. Avec les ombrages naturels du terrain et la proximité de la rivière, les conditions étaient idéales pour profiter pleinement du festival.

Les festivaliers de tous âges se côtoient dans une bonne ambiance
Les festivaliers de tous âges se côtoient dans une bonne ambiance
Les festivaliers de tous âges se côtoient dans une bonne ambiance
Les festivaliers de tous âges se côtoient dans une bonne ambiance
Les festivaliers de tous âges se côtoient dans une bonne ambiance

Les festivaliers de tous âges se côtoient dans une bonne ambiance

D’ailleurs, les festivaliers habitués du site ou non, ont fait confiance aux organisateurs et sur le week-end, ils ont été 7 200 à venir profiter des nombreux concerts dans un endroit très sympathique.

Avec l’habitude et l’aide des bénévoles qui gravitent autour de l’association Bouge ton Bled, organisatrice du festival avec Ludovic Gaignard, animateur du multimédia, tout est fait pour que la sécurité soit respectée. Il faut mentionner aussi le travail réalisé pour que ce festival, labellisé en 2017 en tant qu’événement « Eco-responsable », puisse également accueillir les personnes handicapées.

Les festivaliers se massent près de la scène pour suivre les musiciens
Les festivaliers se massent près de la scène pour suivre les musiciens
Les festivaliers se massent près de la scène pour suivre les musiciens
Les festivaliers se massent près de la scène pour suivre les musiciens

Les festivaliers se massent près de la scène pour suivre les musiciens

Ce qui est frappant quand on se promène sur le terrain parmi les festivaliers c’est de voir la mixité intergénérationnelle. Des très jeunes enfants équipés de casque pour protéger leurs oreilles aux personnes  beaucoup plus âgées qui se côtoient dans une ambiance bon enfant, c’est aussi cela, le festival des Kampagn’Arts !

Les festivaliers rassemblés au pied de la scène
Les festivaliers rassemblés au pied de la scène
Les festivaliers rassemblés au pied de la scène
Les festivaliers rassemblés au pied de la scène
Les festivaliers rassemblés au pied de la scène
Les festivaliers rassemblés au pied de la scène

Les festivaliers rassemblés au pied de la scène

Un grand bravo à tous ceux qui travaillent pour faire perdurer ce festival qui, comme l’ont souhaité depuis sa première édition les organisateurs et les bénévoles permet « d’amener la culture et aussi la ville à la campagne !»  Alors, continuez à leur faire confiance et rendez-vous l’an prochain pour la 14e édition !

Les organisateurs et quelques bénévoles remerciant les festivaliers de leur présence

Les organisateurs et quelques bénévoles remerciant les festivaliers de leur présence

Partager cet article

Repost0
30 juin 2019 7 30 /06 /juin /2019 18:03

Depuis que la forêt de Bercé est classée « Forêt d’exception », des visites de ce lieu que chacun croyait bien connaître, permettent aux plus curieux d’en apprendre un peu plus sur son histoire et les secrets qui y sont cachés.

Après la visite que nous y avons faite, lors de la dernière manifestation organisée par l’ONF, Lionel a émis cette idée : « Pourquoi n’irions-nous pas avec le CA faire une sortie en forêt pour y découvrir toutes les beautés et tous les mystères inconnus du grand public ? » L’idée a séduit tous les membres et la date du 29 juin, lendemain de la promenade crépusculaire, retenue.

Samedi matin, le départ était fixé à 9 h sur la place Jehan d’Alluye pour organiser le covoiturage. Ce fut, tout d’abord, vers Pruillé-l’Éguillé, commune sarthoise en bordure de la forêt, que les Christophoriens se rendirent pour visiter l’église Saint Christophe, église ancienne qui renferme des représentations du saint, représentations qui intéressent « Histoire et Patrimoine » qui les recense à travers le monde, au gré des voyages de chacun de ses membres.

Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé
Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé
Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé
Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé
Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé
Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé
Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé
Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé

Visite de l'église saint Christophe de Pruillé-l'Éguillé

Puis, direction la forêt avec un premier arrêt au rond du chêne Désiré. Profitant de la table située à l’intérieur de la cabane, Lionel déplia sa carte IGN et montra aux participants tout d’abord la forme de croissant qu’occupe la forêt et l’emplacement des différents sites qui seront visités au cours de la journée.

Présentation de la forêt par Lionel

Présentation de la forêt par Lionel

Une fois, cette présentation générale terminée, en route pour le chêne Sermaize. Nous garons les voitures à l’entrée d’un chemin forestier et allons à pied admirer ce chêne haut de 34 m et d’une circonférence de 308 cm à 1,30m du sol ce qui permet de dire qu’il a environ plus ou moins 300 ans.

Mesure de la circonférence à 1,30 m du sol et tête levée pour voir la cime du chêne Sermaize
Mesure de la circonférence à 1,30 m du sol et tête levée pour voir la cime du chêne Sermaize

Mesure de la circonférence à 1,30 m du sol et tête levée pour voir la cime du chêne Sermaize

Puis, un peu plus loin, nous prenons un chemin sur notre gauche et marchons un peu pour atteindre un ancien camp gaulois puis romain, le camp des Sarmates entouré de fossés et de talus qui forment un grand rectangle de 120 m de long.

Le camp des Sarmates entouré par un fossé et un talus
Le camp des Sarmates entouré par un fossé et un talus
Le camp des Sarmates entouré par un fossé et un talus

Le camp des Sarmates entouré par un fossé et un talus

Retour à la voiture et direction de « La Gaie Mariée », endroit où, autrefois, lors d’un mariage, la jeune épouse devait sauter par-dessus le ruisseau avec l’aide du seigneur habitant le château proche. C’est aussi dans ce secteur qu’il y avait des carrières de pierres qui permettaient d’entretenir les routes et chemins forestiers.

Les pierres extraites des carrières étaient entreposées sur des gares à pierres en bordure de route

Les pierres extraites des carrières étaient entreposées sur des gares à pierres en bordure de route

Nous regagnons la route départementale pour rejoindre « La croix Marconnay » où nous attendent Philippe et Fabrice, respectivement président et vice-président de l’association, pour la poursuite de la visite.

C’est un nouveau chêne remarquable, le chêne Lorne, 44 m de haut et 330 cm de circonférence qui est répertorié sur ce site. Puis, en explorant les alentours, ce sont des ferriers qui attirèrent l’attention des visiteurs. Autrefois, du minerai de fer était extrait dans plusieurs endroits de la forêt. Quelques noms toponymiques rappellent cette exploitation : Les Forges, La Ferrière… De grandes cavités, plus ou moins larges et profondes, marquent les lieux d’extraction et, tout autour, sur les parties surélevées, il reste de nombreux résidus de ces minerais. Et, des mares naturelles ou artificielles, présentent également dans le secteur,  servaient au refroidissement du métal.

Les ferriers et une mare près du chêne Lorne
Les ferriers et une mare près du chêne Lorne
Les ferriers et une mare près du chêne Lorne
Les ferriers et une mare près du chêne Lorne

Les ferriers et une mare près du chêne Lorne

 

Le chêne Lorne au début du printemps

Midi approchant, nous nous dirigeons vers la « Fontaine de la Coudre » pour pique-niquer et, nous avons la chance de ne pas avoir été devancés par d’autres pique-niqueurs en recherche de fraîcheur !

Une belle installation pour pique-niquer au-dessus de la fontaine de la Coudre
Une belle installation pour pique-niquer au-dessus de la fontaine de la Coudre

Une belle installation pour pique-niquer au-dessus de la fontaine de la Coudre

Après cette pause revigorante, petite balade à pied, pour explorer ce site très bouleversé par les nombreuses traces laissées par l’exploitation du minerai de fer. Il reste de véritables puits de mines assez étroits et profonds. En redescendant, nous avons marqué un arrêt à côté du chêne Émery, 47 m de haut et 335 cm de circonférence.

La souche du chêne Boppe

La souche du chêne Boppe

Un puits protégé par un grillage par mesure de sécurité pour les promeneurs.
Un puits protégé par un grillage par mesure de sécurité pour les promeneurs.

Un puits protégé par un grillage par mesure de sécurité pour les promeneurs.

La journée se poursuit avec une halte à « L’Hermitière », un endroit bien frais, peuplé de beaux chênes et où coule un petit ruisseau né des sources de ce lieu-dit, avant de finir par « La futaie des Clos » qui date de 1 647, site protégé, où les chênes ne seront pas coupés et mourront de leur belle mort. C’est sur ce site que se trouvait le premier chêne Boppe, foudroyé puis abattu en 1 934 et dont la souche est toujours présente et protégée par un toit. On y trouve son successeur, le chêne Boppe 2 et une grande quantité d’autres chênes remarquables. Un sentier bien délimité permet d’admirer cette végétation extraordinaire tout en profitant de sièges ingénieux, tout en bois naturellement !

Les sources de l'Hermitière
Les sources de l'Hermitière

Les sources de l'Hermitière

La futaie des Clos et ses beaux chênes
La futaie des Clos et ses beaux chênes

La futaie des Clos et ses beaux chênes

Une journée bien agréable dans un lieu magnifique où nous n’avons pas souffert de la très forte chaleur mais avons appris à mieux connaître cet environnement surprenant tout près de Saint-Christophe !

Les participants à la sortie en train de discuter devant le panneau du chêne Lorne

Les participants à la sortie en train de discuter devant le panneau du chêne Lorne

Partager cet article

Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 10:38

Le 28 et 29 juin prochain, Saint-Paterne-Racan se fera le reflet de notre société :
la curiosité, la rencontre, la fête, l’art, le partage, la culture, l’environnement.

Partager cet article

Repost0
24 juin 2019 1 24 /06 /juin /2019 17:23

Lundi après-midi, les élèves de CP-CE1 de la classe d’Alain recevaient la visite de représentantes des délégués de l’Éducation nationale (DDEN), de l’Office Central de la Coopération à l’école (OCCE) et de la Société Horticole de Touraine.

Ces personnes n’étaient pas venues les mains vides et avaient fait le déplacement pour récompenser le travail réalisé par ces enfants et leur maître tout au long de l’année suite à leur inscription au module « L’école jardine ».

Les visiteurs attendus par les enfants

Les visiteurs attendus par les enfants

Au début de l’année scolaire, lors de la visite de l’école, la DDEN attachée à l’école, en l’occurrence moi-même, demande aux enseignants s’ils souhaitent jardiner avec leurs élèves. Il y a quelques années cette activité pouvait conduire la classe à participer à un concours national des écoles fleuries. Pour ne pas effrayer les participants, la fédération des DDEN d’Indre-et-Loire a décidé de bannir le terme de « concours » et s’attache au fait que les enfants, par le biais du jardinage, soient intéressés par la nature, la biodiversité, le recyclage et la protection de l’environnement.

Les enfants dans leur classe au moment de l'arrivée des visiteurs
Les enfants dans leur classe au moment de l'arrivée des visiteurs

Les enfants dans leur classe au moment de l'arrivée des visiteurs

C’est d’abord dans leur classe où ils étaient, en petits groupes, occupés à jouer à des jeux construits par leur maître sur la thématique du jardin : travail de vocabulaire sur les outils du jardin que les visiteurs ont été reçus. Les enfants leur ont expliqué, à l’aide d’un grand cahier collectif qui leur était destiné, toutes les activités, expériences, recherches, sorties,… qu’ils ont réalisées tout au long de l’année sur ce thème.

Le cahier collectif, support du travail réalisé
Le cahier collectif, support du travail réalisé
Le cahier collectif, support du travail réalisé

Le cahier collectif, support du travail réalisé

Puis, c’est à l’extérieur que s’est poursuivie la visite avec la découverte du potager où un paillage récent protégeait les quelques plans de légumes (tomates, piment, courgettes, carottes, salades) et de fleurs (pétunia, cosmos) de la forte chaleur qui commençait. Une clôture fabriquée à partir de palettes peintes en blanc par les enfants protégeait le jardin des jeux de ballon. Le maître fit part des améliorations envisagées pour l’année scolaire prochaine car, cette activité s’annonce pérenne, chacun dans cette école s’y étant plus ou moins investi. Une station météo devrait compléter l’ensemble.

Un aperçu du jardin potager
Un aperçu du jardin potager

Un aperçu du jardin potager

Enfin, la visite tirant à sa fin, ce fut le moment de remettre les récompenses : une bêche et un arrosoir compléteront la panoplie des jardiniers, un livre d’art pourra donner des idées aux enfants et des diplômes à afficher à l’entrée de l’école pour prouver qu’ici, les enfants jardinent et préservent leur environnement en l’embellissant. Un grand bravo fut adressé aux enfants et à leur enseignant pour cette belle réussite !

Enfants et visiteurs satisfaits de ce moment de partage.

Enfants et visiteurs satisfaits de ce moment de partage.

Partager cet article

Repost0
31 mai 2019 5 31 /05 /mai /2019 08:18

Cette année encore Le Clos Saint-Gilles ouvre son jardin au public à l'occasion des rendez-vous au jardin organisés par la DRAC les 7, 8 et 9 juin. Juin c'est la période idéale pour y admirer la floraison de ses quelques 380 rosiers aux multiples variétés. Elles sont distribuées dans un parc arboré de plus de 8000 m2 remarquable par ses deux longs cordons centraux de pommiers et poiriers, son jardin d'eau dans les restes de la douve médiévale, et la grande richesse de ses associations végétales. Au détour des allées on pourra découvrir cette année les sculptures métalliques de Thierry Hervet-Garcia, qui réinterprète avec fantaisie certains thèmes mythologiques. 

Les animaux au jardin, c'est le thème assigné cette année par la DRAC aux « rendez-vous au jardin ». Le Clos Saint-Gilles relève le défi en organisant à partir de 18h chaque jour, sous les tilleuls centenaires du Clos, une lecture en musique des Bestiaires de Maurice Genevoix. L'écrivain ligérien, dans un style naturaliste teinté d'émotion, y raconte son expérience personnelle avec une centaine d'animaux familiers ou sauvages. Tiphaine Guitton, créatrice de La PeTiTe CompAgnie, lira quelques portraits d'animaux familiers, quelquefois oubliés, de nos jardins de campagne : insectes, mollusques, reptiles, oiseaux ou mammifères. Elle dira ces textes en toute complicité musicale avec Antoine Moulin clarinettiste de l'ensemble PTYX, autour des variations animalières du compositeur contemporain Guillaume Druel. Trois artistes de la Région Centre Val-de-Loire, comme tiennent à le souligner vos hôtes du Clos. La lecture sera suivie du verre de l'amitié où les participants pourront partager souvenirs et anecdotes personnelles sur les animaux de leur jardin. En cas de pluie, repli dans la grange au pressoir du Clos. 

 Ouverture du jardin au public les 7, 8 et 9 juin de 14 à 18h (entrée libre). 

Lecture en musique les 7, 8 et 9 juin à partir de 18h (entrée 8 euros).

Partager cet article

Repost0
27 mai 2019 1 27 /05 /mai /2019 08:04

Le Festival des Kampagn’Arts fêtera sa treizième édition le 28 et 29 juin 2019,
à Saint Paterne Racan (37). Pour cette occasion, l’association Bouge ton bled, organisatrice de l’événement, a invité la ville à la campagne. Concerts de musiques actuelles, initiation et démonstration de graff, arts de la rue, univers atypique et thématique, le festival Kampagn’Arts mélange les genres, associe les arts, fédère les cultures.

Ce festival familial destiné à promouvoir la culture, a été créé dans le but d’amener la ville à la campagne et de faire découvrir notre territoire, Gâtine et Choisilles – Pays de Racan, à un public de tous horizons. La programmation a été élaborée dans le but de rassembler un public intergénérationnel et de tous genres. Que vous ayez 7 ou 77 ans, venez passer une soirée festive, joviale, étonnante, bon enfant et surtout éclectique à moindre frais.

Notre prix de vente reflète notre volonté de rassembler. La gratuité pour les moins de 12 ans et l’entrée à 15 euros pour les adultes nous permet d’avancer que le prix n’est pas un facteur limitant pour venir au Kampagn’arts. Nous souhaitons pouvoir rassembler une population au plus large et pour se faire, l’aspect financier ne doit pas être discriminant.
15 euros pour 11 concerts de qualité et 16 heures de spectacle, c’est assez rare en Festival de nos jours !

Le Festival a été Labellisé en 2017 en tant qu’événement « Eco-responsable » par la région Centre Val de Loire. Ce label est le gage d’un engagement à trois dimensions : l’aspect écologique avec un impact du festival sur l’environnement que nous souhaitons le plus faible possible, l’aspect économique avec un développement de l’économie locale et l’aspect social. Concernant cette dernière dimension, nous avons souhaité mettre l’accent sur l’accessibilité pour les Personnes à Mobilité Réduite. En effet, nous avons mis en place un partenariat entre notre association et l’association Quest’handi (spécialisée dans l’accompagnement des associations) pour améliorer nos conditions d’accueil pour les PMR.

 

En résumé, pour 15€ prix public venez applaudir pas moins de 11 groupes musicaux de renommées régionales, nationales et internationales. Ils se produiront en alternance sur 2 scènes en plein air. Alors n’hésitez plus, devenez kampagn’arts pour deux soirs et venez nombreux !!          

 

C’est quoi le programme ? Vendredi 28 et Samedi 29 juin à 18h30  avec Flox, La P’tite Fumée, La Caravane Passe, Sidi Wacho, Saro, Hocus Pocus, Giédré, Systema Solar, Elephanz, Instrumentarium, El Maout et Saan.

C’est où ? Aire de loisirs de Saint Paterne Racan (37). SNCF : gare de Saint Paterne Racan
(40 min depuis Tours, 50 min depuis Le Mans), Fil Vert, navette gratuite sur réservation au 0 800 123 037 (1 heure depuis Tours).

C’est combien ? Vendredi 28 juin 6€ en prévente et 8€ sur place / Samedi 29 juin 12€ en prévente et 15€ sur place / le pass 2 jours 15€ en prévente et 20€ sur place, gratuit pour les moins de 12 ans, (hors frais de location). Site accessible aux personnes à mobilité réduite. LOCATIONS - Tiketnet - Fnac - Carrefour - Hyper U - Géant - 0 892 68 36 22 (0,34€/min) - www.fnac.com et Helloasso (sans frais de location).

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages