Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 16:48

C’est avec un beau dimanche ensoleillé que les badauds ont renoué avec la foire du 1er mai de Saint-Paterne, une institution qui a pris place au cours de l’année 1949, à côté du syndicat d’élevage créé en 1922.

L’interruption de cette importante manifestation locale due à la pandémie durant les deux années précédentes a, malgré le soleil, été quelque peu ressentie, surtout le matin. Une foule moins dense qu’habituellement circulait le long de la rue de la gare où se tenaient les stands des différents camelots et producteurs venus présenter les dernières nouveautés ou quelques produits de saison tels que radis, melons et asperges. Quelques paillotes proposaient un peu de restauration exotique : döner kebab, rougail et autres mets aux senteurs d’outremer.

Badauds et camelots renouent avec cette manifestation
Badauds et camelots renouent avec cette manifestation
Badauds et camelots renouent avec cette manifestation
Badauds et camelots renouent avec cette manifestation
Badauds et camelots renouent avec cette manifestation

Badauds et camelots renouent avec cette manifestation

Sur la place du village se tenait le marché des producteurs locaux comme chaque premier dimanche du mois. Mais, à leurs côtés, les marchands de plants (tomates, courgettes, concombres, et autres…) étaient venus en nombre perpétuant en cela la tradition de la foire. En effet, pour beaucoup de jardiniers, c’est à la foire de Saint-Paterne que l’on vient acheter ses plants !

Beaucoup de plants pour les jardiniers
Beaucoup de plants pour les jardiniers

Beaucoup de plants pour les jardiniers

Sur le terrain de sport, tracteurs et matériel agricole, de taille impressionnante, étaient exposés comme d’habitude et faisaient rêver les agriculteurs !

Choisir entre l'ancien et le nouveau....

Choisir entre l'ancien et le nouveau....

En quittant cet espace par la passerelle enjambant la rivière, le chaland se retrouvait parmi les animations de la fête foraine avec ses stands de tir, ses manèges, sa pêche aux canards (en plastique) et autres distractions.

Les forains en nombre moindre mais qui ont conquis les enfants

Les forains en nombre moindre mais qui ont conquis les enfants

En poursuivant la promenade, c’est sur le parvis de l’ancienne gare que se tenaient les animaux et les différents stands d’animation autour de l’environnement.

Quelques jolies poules de collection, bien protégées dans leur cage, attiraient le regard. Côté bovins, de belles limousines, salers et charolaises, parfois accompagnées par leurs veaux se laissaient contempler. Les vaches laitières n’étaient pas en reste et attiraient également les promeneurs qui ne manquaient pas de marquer un temps d’arrêt devant les deux percherons enfermés dans leur enclos.

Des bêtes magnifiques
Des bêtes magnifiques
Des bêtes magnifiques
Des bêtes magnifiques
Des bêtes magnifiques
Des bêtes magnifiques

Des bêtes magnifiques

Pour finir notre tour de foire, direction le parking de la salle des fêtes où les vieux tracteurs dont les moteurs tournaient en pétaradant attiraient une nombreuse foule de curieux également intrigués par des machines d’un autre temps qui servaient à fendre du bois, tronçonner un tronc, pomper de l’eau…

Une exposition attractive pour les anciens mais aussi pour les plus jeunes
Une exposition attractive pour les anciens mais aussi pour les plus jeunes
Une exposition attractive pour les anciens mais aussi pour les plus jeunes
Une exposition attractive pour les anciens mais aussi pour les plus jeunes

Une exposition attractive pour les anciens mais aussi pour les plus jeunes

Ensuite, un petit tour à l’intérieur de la salle du multimédia permettait, grâce à une exposition de photos de Jean-Gérard et Monique Potier, exposition réalisée par « Histoire et Patrimoine » de Saint-Christophe-sur-le-Nais, de revivre quelques foires des années 1970 à 1990.

Histoire et Patrimoine fait la promotion de son nouveau livre
Histoire et Patrimoine fait la promotion de son nouveau livre

Histoire et Patrimoine fait la promotion de son nouveau livre

Pour ne pas faillir à la tradition, quelques élus du territoire avaient répondu présents à l’invitation qui leur avait été adressée par les présidents Michel Poupée, pour le syndicat d’élevage, et Benjamin Lamandé pour les Bénévoles.

Élus et personnalités ne manquent pas ce rendez-vous (surtout en période électorale !)
Élus et personnalités ne manquent pas ce rendez-vous (surtout en période électorale !)
Élus et personnalités ne manquent pas ce rendez-vous (surtout en période électorale !)
Élus et personnalités ne manquent pas ce rendez-vous (surtout en période électorale !)

Élus et personnalités ne manquent pas ce rendez-vous (surtout en période électorale !)

Une fois cette balade achevée, une restauration était proposée par les Bénévoles et, ce sont près de 700 convives qui se sont laissés tenter, histoire de prolonger de façon sympathique ce moment de retrouvailles et de retour à une vie normale.

 

Une importante file d'attente pour participer au repas

Une importante file d'attente pour participer au repas

Partager cet article
Repost0
17 avril 2022 7 17 /04 /avril /2022 08:07

Rencontre avec deux présidents, l’ancien et le nouveau

En cette année 2022, le syndicat d’élevage va fêter ses 100 ans. Pour en savoir un peu plus, il était donc indispensable de rencontrer l’ancien et le nouveau président, à savoir : André Morin et Michel Poupée. En 100 ans, le syndicat a connu seulement 11 présidents !

De nombreux documents, les archives du syndicat, étaient posés devant eux. Les cahiers étaient parfaitement bien tenus et documentés ce qui facilita les échanges.

André Morin a été président de 1989 à 2018, soit plus du quart de l’existence du syndicat. Michel Poupée précise : « La famille Morin est présente dans le syndicat depuis les années 1955. Son fils Christophe s’y est engagé à son tour. André est devenu "Président d’honneur" titre qu’il mérite bien. »

Mais vous, Michel Poupée, qu’est-ce qui vous a poussé à briguer cette place de président ?

« Je m’étais déjà engagé comme bénévole dès 1980. En 1993, le poste de Vice-président étant vacant et les volontaires peu nombreux, je me suis porté candidat et j’ai été élu sans problème ! Cette foire me tient à cœur comme à beaucoup de Saint-Paternois. C’est une belle manifestation, la dernière foire à caractère agricole avec exposition d’animaux et de matériel, de tout le département d’Indre-et-Loire. Elle a pu et peut encore perdurer car c’est le syndicat qui prend à sa charge les frais de prise de sang et le transport des animaux. »

 

Michel Poupée, à gauche et André Morin, à droite, avec les documents retraçant l'histoire du syndicat.

Michel Poupée, à gauche et André Morin, à droite, avec les documents retraçant l'histoire du syndicat.

Venons-en maintenant à l’historique de ce syndicat

C’est le 4 septembre 1919 que M. Beunet Félix, maire de Saint-Paterne-Racan, créa le syndicat d’élevage et, il confia la charge de secrétaire de l’association à son secrétaire de mairie, Alfred Cocu.

Mais, c’est seulement à partir de 1922, le 21 juin, à 10 h, qu’eut lieu la première exposition de bovins et le premier concours s’adressant aux génisses de plus de 6 mois. L’exposition était réservée aux éleveurs de Saint-Paterne ayant des bovins de race normande exclusivement. La date retenue pour cette exposition a été, et ce jusqu’en 1958, le premier mardi du mois de mai. Durant les premières années, l’exposition des bovins se tenait sur la place du village

Il faut savoir que cette année-là, le 1er mai tombant un mardi, jour férié, cela incita les organisateurs à conserver non plus le mardi mais le jour du 1er mai !

À ce propos, petite anecdote mentionnée par André Morin : « Le premier mardi de mai, il y avait souvent de la pluie ! »

Dès 1949, pour agrémenter un peu cette manifestation, forains et manèges firent leur apparition. Ils occupèrent la place et les génisses furent expatriées sur la place devant la gare, lieu réservé depuis aux animaux.

Pour financer les prix attribués lors des concours, les organisateurs faisaient appel aux commerçants qui répondaient favorablement à cette requête.

À partir de 1982, l’exposition fut ouverte aux éleveurs de vaches frisonnes, toujours habitant Saint-Paterne. Mais, avec l’instauration des quotas laitiers, l’élevage de vaches laitières diminua. Pour participer, les éleveurs devaient obligatoirement être inscrits au contrôle laitier.

Puis, en 1991, l’exposition fut ouverte aux éleveurs du canton de Neuvy-le-Roi et aux communes limitrophes de Saint-Paterne.

En 1995, l’exposition s’agrandit avec les bovins à viande et en 1999, arrivèrent les chevaux et les petits animaux : moutons, porcs, volailles,…

Comment recrutez-vous les membres du jury pour vos concours ?

Nous sommes aidés essentiellement par des techniciens agricoles, des éleveurs qui ont participé autrefois à des concours sur Tours,…

Souvenirs de la foire de 2019
Souvenirs de la foire de 2019
Souvenirs de la foire de 2019
Souvenirs de la foire de 2019

Souvenirs de la foire de 2019

Quel est votre programme pour cette édition centenaire ?

L’exposition des animaux comprend à ce jour : 30 bovins, 10 chevaux. Les règles sanitaires sont évidemment respectées ce qui fait qu’il n’y aura pas de « petits animaux » : moutons, volailles, porcs…

Sur la place de la gare, il y aura plusieurs animations autour des animaux :

  • Des démonstrations d’appréciation morphologique d’un bovin  (vache laitière ou à viande) 3 fois dans la journée.
  • Stand sur le grand bœuf de Touraine
  • Stand pédagogique pour expliquer le bilan carbone d’une exploitation agricole
  • Stand de dégustation-vente de gouda de Touraine
  • Stand d’information sur la spiruline

Exposition de matériel agricole sur le terrain de sport

Fête foraine au parking des sports

Sur la place de la République, marché de producteurs.

Vers la salle de fêtes, exposition de vieux tracteurs.

Salle du multimédia, exposition de photos avec la participation d’Histoire et Patrimoine de Saint-Christophe.

Restauration sur place assurée par Les Bénévoles.

Et, pour l’animation générale, la banda « La Vaginale » formée par des étudiants en médecine de Tours saura mettre de l’ambiance.

Saint-Paterne-Racan : Le syndicat d'élevage fête ses 100 ans !

Comment s’annonce cette année 2022 après les deux années d’interruption?

« Nous constatons une diminution du nombre de forains. Certains parmi les plus fidèles nous ont annoncé avoir pris leur retraite, d’autres avoir changé de profession. Plusieurs hésitent à se déplacer loin à cause du prix des carburants ! Malgré plusieurs coups de fil, peu de réponses favorables. Actuellement nous en sommes à 50 exposants soit moitié moins que d’habitude. Espérons qu’il y en aura qui se décideront avant le 1er mai ! Il est encore temps de s'inscrire.

Heureusement, dans le syndicat, tous les membres font preuve d’une bonne assiduité tant parmi les éleveurs que les bénévoles. Il faut bien noter que depuis sa création, il n’y a eu aucune interruption. Par contre, ce que je crains, c’est que le léger déclin qui s’amorce après cette pandémie n’entraîne pour les années suivantes une désaffection pour cette manifestation qui fut incontournable sur tout le territoire et au-delà pendant de nombreuses années. Ce serait vraiment dommage ! » constate Michel Poupée.

Les deux "présidents" aimeraient bien avoir une belle journée comme celle-ci !

Les deux "présidents" aimeraient bien avoir une belle journée comme celle-ci !

Espérons que le soleil soit de la partie pour inciter les badauds d’ici et d’ailleurs à venir faire un petit tour pour encourager tous ces bénévoles qui travaillent afin d’animer leur village en faisant oublier pour quelques heures la morosité ambiante.

Contact :

Michel Poupée : 02 47 29 32 27

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2021 6 13 /11 /novembre /2021 13:37

Vendredi soir, une foule nombreuse s’était donné rendez-vous pour assister à l’ouverture des animations proposées par l’association « Histoire et Patrimoine » dans le cadre de ses 20 ans.

Commentaires entre amis sur les photos
Commentaires entre amis sur les photos

Commentaires entre amis sur les photos

En pénétrant à l’intérieur de la salle socioculturelle, Le Foyer, mise gracieusement à disposition par la municipalité, les regards étaient tout de suite attirés par les panneaux qui masquaient les murs de droite et de gauche. Ces panneaux présentaient une centaine de photographies datant des années 1976 à 1997, photos relatant la vie et les événements passés sur le territoire, photos que tous ceux qui avaient vécu ces moments forts pouvaient commenter entre eux en égrenant leurs souvenirs.

Le président, Philippe Larus

Le président, Philippe Larus

Pourquoi une telle exposition ?

Philippe Larus, le président de l’association, invita les personnes présentes à s’installer puis, avant de laisser la parole à Olga Yardin, des archives départementales, il adressa ses remerciements à la Mme le Maire et à Pascal, agent technique, pour son aide dans l’agencement de l’exposition.

Puis, Olga prit le micro et présenta rapidement le pôle images des archives. Il regroupe environ 3 millions d’images sur l’histoire de la Touraine mais aussi de la France. Elle expliqua les différentes façons utilisées pour collecter et rechercher des fonds de photographies.

« Le fonds de Jean-Gérard et Monique Potier est représentatif des années 1970 et, ce studio en milieu rural est un repère pour des générations. Ce fonds, conservé et numérisé avec l’aide de l’association Histoire et Patrimoine sans oublier Jean-Gérard qui a beaucoup travaillé, constitue une base en ligne qui sera prochainement consultable. Cette étape a été réalisée avec des élèves en bac pro section photo, du lycée Victor Laloux. »

Ce fut ensuite Fabrice Mauclair, vice-président de l’association et habitué des archives qui apporta quelques explications supplémentaires.

« Le processus qui a permis d’engager Jean-Gérard et Monique Potier, bien connus de l’association, est la collecte d’un fonds de photos anciennes qu’ils possédaient et que nous avons pu utiliser lors de notre premier livre. Il faut remonter 10 ans en arrière. J’avais compris qu’Olga était la « grande prêtresse » à la section photos. Je lui ai donc parlé de ce fonds et elle m’a dit que les archives étaient intéressées. Il y a eu une rencontre avec les AD qui nous ont présenté la chambre froide où sont entreposées les collectes.

En 2013, les AD ont acquis le fonds Potier et ses 4 600 clichés. En 2018, une convention de partenariat a été signée entre l’association et les archives, une première, et le travail a pu commencer. »

Une salle quasiment comble
Une salle quasiment comble

Une salle quasiment comble

Puis, Jean-Gérard et Monique parlèrent de leur parcours et de leur arrivée à Saint-Paterne-Racan. Un peu fatigués de leur vie parisienne où ils travaillaient tous les deux en tant que photographes, Jean-Gérard décida de venir prospecter en milieu rural pour trouver un endroit où ils pourraient s’installer et exercer à leur compte. C’est ainsi qu’en 1976, ils s’installèrent à Saint-Paterne-Racan. Après plusieurs travaux dans le bâti, le garage est devenu le magasin et l’écurie, le laboratoire, ils étaient fin prêts pour commencer leur travail de photographes en milieu rural en 1977 !

Monique et Jean-gGérard

Monique et Jean-gGérard

Écoutons Monique : « Le démarrage fut lent mais, petit à petit, le trou s’est fait et la clientèle arriva. »

Comment s’organisait votre travail ?

« C’était un travail en commun. Chacun avait sa partie. »

Jean-Gérard explique : « Pour les catalogues, comme la CAMIF par exemple, je partais sur la semaine pour effectuer la commande et Monique restait au studio et faisait tourner la boutique. La CAMIF possédait un studio ultra-moderne avec plusieurs postes de photographes. »

 

Philippe remercia les deux photographes et les archives pour l’aide logistique apportée pour cette exposition. Les deux stagiaires du lycée Victor Laloux, présents dans la salle, ont été félicités pour la réalisation des kakemonos qui introduisent les différentes parties de l’expo.

Tous ces échanges se sont effectués tout en visionnant les photos de l’expo plus celles retenues pour le livre qui paraîtra au mois de mars.

Jean-Gérard, Monique et Antoine

Jean-Gérard, Monique et Antoine

Pour la projection finale, une surprise attendait nos deux photographes. Antoine Moulin, clarinettiste, agrémenta ce final par quelques morceaux très agréables qui furent très appréciés.

Et, pour clore cette première manifestation des 20 ans de l’association, un verre de l’amitié fut proposé à tous les participants.

Des petits groupes en pleine discussion
Des petits groupes en pleine discussion
Des petits groupes en pleine discussion

Des petits groupes en pleine discussion

Cette exposition débouchera sur la sortie d’un livre. La souscription a été lancée au cours de cette manifestation.

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2021 5 12 /11 /novembre /2021 09:25
Un diaporama animé fera revivre les activités de l'association
Un diaporama animé fera revivre les activités de l'association

Un diaporama animé fera revivre les activités de l'association

Histoire et Patrimoine : 20 ans d'animations

Pour clôturer la semaine organisée pour marquer ses 20 ans, l'association Histoire et Patrimoine présente au Foyer de Saint-Christophe-sur-le-Nais, le samedi 20 novembre, à 15h, une Rétrospective thématique des actions menées depuis 2001.

25 conférences, 19 randonnées découvertes, 16 promenades crépusculaires, 17 expositions, 27 publications sous forme de livres et de plaquettes... Préparée par Lionel et Monique Royer, avec le concours de membres de l'association, une évocation complète sera présentée au travers de diaporamas, lectures et saynètes.

 

Spectacle tout public. Entrée gratuite dans le respect des normes sanitaires en vigueur.

 

Renseignements au 02 47 29 33 18

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 11:24

Après les annulations successives des animations proposées par l’association Histoire et Patrimoine, vendredi soir, l’association avait enfin pu présentée la conférence de Thierry Albert-de Rycke, programmée initialement pour le 26 mars. Ce sont donc 60 personnes munies de leur passe sanitaire qui se sont retrouvées dans la salle socioculturelle, le Foyer, pour assister à cette très intéressante et instructive conférence sur « Les faïences de Saint-Christophe et de Tours ».

Un bel auditoire
Un bel auditoire
Un bel auditoire

Un bel auditoire

Philippe Larus, président de l’association, ouvrit la séance devant un public masqué, normes sanitaires respectées ! Il remercia toutes les personnes qui s’étaient déplacées et la municipalité pour la mise à disposition de la salle. Il souhaita la bienvenue à tous ceux qui découvraient cette belle salle.

Ce fut pour lui l’occasion de parler de la semaine des 20 ans de l’association et du riche programme prévu pour cette semaine.

« Mais, ce soir, vous êtes ici pour mieux connaître le passé artisanal de notre commune. L’association, au travers des recherches de Lionel, Fabrice et Guy, avait déjà travaillé sur ce sujet. Thierry, ce soir, a axé sa présentation sur les faïences de Saint-Christophe et de Tours qui sont, comme vous le verrez, indissociables ! »  Après ces paroles, il laissa la place au conférencier.

Philippe, le président, et Jean

Philippe, le président, et Jean

Thierry, au pupitre, secondé par Jean pour le déroulement du diaporama, précisa que sa « causerie » se composait de 3 parties : l’historique et la fabrication des faïences, les faïences de Saint-Christophe et Tours, les faïences de Nevers.

L’historique et la fabrication des faïences

Les premières faïences apparurent en Irak au 9ème siècle puis en Égypte, en Italie,…. C’est la vile italienne de Faenza qui donna le nom de faïence pour les objets en céramique que l’on appelait aussi majolique. La France adopta le mot « faïence » pour la céramique. Les premières faïenceries de France apparurent à Nevers à la fin du XVIe  siècle car la terre présentait des similitudes avec celle d’Italie.

Puis, à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, les plus grosses faïenceries se développèrent.

La terre utilisée pour les faïences est l’argile qui peut être de différentes couleurs. Ceux qui travaillaient la terre pouvaient être appelés de façon imagée, des « patouilleaux » ce qui laisse deviner le travail exécuté avec les pieds. Au début, il n’existait que 5 couleurs obtenues avec le cobalt (bleu), manganèse (jaune), cuivre (vert), antimoine (noir) et le fer (rouge) mais cette couleur n’était pas vraiment fiable ! À noter, le bleu de Saint-Christophe était plus foncé que celui de Rouen.

Jean et Thierry
Jean et Thierry

Jean et Thierry

Les faïences de Saint-Christophe et Tours

Les premières faïenceries s’installèrent à Saint-Christophe à la fin du XVIIe siècle. Il y avait alors 3 potiers, le plus important étant Pierre Épron. Avec ses frères, il créa une association : Faïencerie de la Chartrie. En 1738, ils signèrent un bail pour la ferme de Saint-Gilles. L’année suivante, Pierre Épron acheta la maison du Dauphin.

Avec Guerche, en 1740, pour lutter contre la concurrence, il demande la régularisation de sa faïencerie afin de créer la faïencerie de Saint-Christophe. Refus. En 1742, nouvelle demande pour simple autorisation. Réponse favorable pour des faïences communes (cul noir) et faïences fines (qui ne vont pas au feu). Ces faïences sont de meilleure qualité que celles de Nevers !

Le 20-06-1745, coup d’accélérateur de la faïencerie. Mathurin Épron cède une partie de ses terres de la Chartrie et va s’installer à Tours avec un atelier à Saint-Pierre-des-Corps.

À cette époque, un jeune faïencier, Jean Loiseau, souhaite s’installer à Saint-Christophe mais personne ne veut de concurrent. Il part s’installer à Malicorne dans la Sarthe (le Maine d’alors) où la faïencerie tourne encore !

À Tours, Mathurin Épron est nommé « officier de bourgeoisie » Avec Cerf, l’entente fut de courte durée.

Il tenta de fabriquer des faïences fines à Tours et à Saint-Christophe mais, leur faïencerie fine gêne le développement des faïences fines d’Angleterre.

Après la signature du traité de Libre-échange avec l’Angleterre, en 1786, le déclin des Faïenceries de Saint-Christophe et de Tours s’amorça. Malgré la concurrence des faïences fines anglaises un certain niveau d’activités se poursuivit sous Napoléon avant de s’éteindre définitivement.

Saint-Christophe-sur-le-Nais : Beau succès pour la conférence sur les faïences de Saint-Christophe
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Beau succès pour la conférence sur les faïences de Saint-Christophe
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Beau succès pour la conférence sur les faïences de Saint-Christophe
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Beau succès pour la conférence sur les faïences de Saint-Christophe

Les faïences de Nevers

Il existe beaucoup de similitudes entre les faïences de Saint-Christophe et celles de Nevers. Les faïenciers avaient fait leur apprentissage à Nevers. Le sable utilisé dans la préparation de la terre vient de Nevers car, c’était le meilleur ! Notre conférencier a quelques doutes sur quelques faïences exposées au musée de Nevers sur la provenance de quelques-unes. Alors, Nevers ou Saint-Christophe ? Saurez-vous faire la différence ?

 

Saint-Christophe ou Nevers ?

Saint-Christophe ou Nevers ?

Après cette brillante et intéressante prestation, Thierry, beaucoup plus détendu, s’est prêté au jeu des questions-réponses. Le public, conquis par le conférencier, lui adressèrent plusieurs questions mais, certains n’hésitèrent pas à lui faire part de quelques connaissances ou anecdotes liées aux faïences de Saint-Christophe. Ce beau sujet, présenté sous un angle totalement nouveau, a conquis le public qui le remercia par une véritable ovation.

Une partie du public en train d'admirer les faïences exposées par le collectionneur

Une partie du public en train d'admirer les faïences exposées par le collectionneur

Cette présentation fut dédiée par le conférencier, à Guy Bodeven, membre du CA de l’association qui l’avait initié et lui avait donné l’envie d’en savoir plus sur cet artisanat disparu. !

Peut-être que, dans quelques temps, les différents travaux réalisés sur ce thème seront regroupés dans une nouvelle publication de l’association ! À voir…

La semaine des 20 ans d'Histoire et Patrimoine

Si vous êtes intéressé(s) par le repas de clôture, inscrivez-vous avant le 8 novembre à :

davidbd@orange.fr ou hp.scsln@gmail.com ou au 02 47 29 37 31

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 07:43

La collégiale résonnait ce samedi des mélodies chaudes et rythmées  qui ont emmené le public en Italie, Corse, Portugal, Amérique du sud, un superbe cocktail de pièces interprétées par les 4 musiciens de l’Alchimista. Une réussite pour ce concert d’ouverture de la semaine du patrimoine organisée par l’association Autour de la Collégiale. Ce dimanche, c’était le vernissage du 20ème salon de peinture-sculpture avec une nouveauté, une exposition reliure du XVIIème à nos jours. Le président, Didier Descloux remercia les élus présents dont Brigitte Dupuis, conseillère départementale, ainsi que les représentants d’association, les artistes et les bénévoles d’Autour de la Collégiale. Il précisa : « Ces manifestations ne pourraient avoir lieu sans les aides de la région, du département, de la CCGCPR et de la commune de Bueil ». Il donna rendez-vous vendredi prochain pour un concert avec l’ensemble Yan Trio  « Hommage à Brassens » avec Yann Beaujouan à la guitare, Laurent Zeller au violon et Alexandre Voisin à la contrebasse.

De gauche à droite, Pierre Poupinet auteur de l'exposition reliure, Christian Bourdin organisateur du salon de peinture-sculpture, Brigitte Dupuis conseillère départementale et Didier Descloux maire de la commune

De gauche à droite, Pierre Poupinet auteur de l'exposition reliure, Christian Bourdin organisateur du salon de peinture-sculpture, Brigitte Dupuis conseillère départementale et Didier Descloux maire de la commune

Un moment convivial au vernissage

Un moment convivial au vernissage

Ouverture du salon de peinture-sculpture : du lundi 13 au vendredi 17 de 15 h à 18 h. Samedi 18 et dimanche 19 de 10 h à 19 h.

 

Visites commentées de l’exposition reliure samedi 18 à 16 h, dimanche 19 à 10 h 30 et 15 h 30.

Des bénévoles de l'association au bureau accueillent le public des expositions

Des bénévoles de l'association au bureau accueillent le public des expositions

Concert Hommage à Brassens à 20 h 30 à la salle des fêtes vendredi 17 septembre. Entrée : 12 euros, tarif réduit 10 euros, moins de 12 ans gratuit. Renseignements réservations au 02-47-24-49-60 ou 02-47-24-45-38 ou 06-73-07-99-98 ou 02-36-43-63-43 ou bueil.collegiale@laposte.net. Site : https://bueil-en-touraine-collegiale.jimdo.com

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 17:17

 

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 07:44
Saint-Paterne-Racan : Le multimédia vous informe : Exposition et concert

Biographie du peintre Alex Virassamy

 

Né à l'île de la Réunion le 25 octobre 1951, en France depuis 1972 et à Tours via Semblançay depuis 43 ans. Écoutons-le présenter ses œuvres :

"J'éprouve le besoin de traduire les émotions qui m'habitent en les habillant de beaucoup de couleurs vives sous des formes déconstruites. L'abstrait et le cubisme apportent une apparence trompeuse de la réalité, le cubisme modifie les formes réelles pour les réinventer. Pour moi les couleurs s'imposent plus ou moins fortes, comme  pour la construction d'une phrase on utilise plusieurs mots pour donner de la consistance à l'intensité de l'émotion ressentie.
C'est une façon de donner du plaisir dans l'instant, et de la couleur à notre vie."

 

Cette exposition sera visible dès le le dimanche 19 juillet, à 9 h, au multimédia.

N'oubliez pas le concert qui est prévu à 11 h ce même jour.

Saint-Paterne-Racan : Le multimédia vous informe : Exposition et concert
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 11:21

Pour la seconde année consécutive, Hermensia, Colombienne d’origine, et Alban organisaient un marché de Noël « à la ferme » dans le charmant hameau de La Chartrie, aux nombreuses cavités troglodytiques. Le but que s’est fixée Hermensia avec ce marché de Noël, c’est de récolter des fonds pour son association « Arte Nativo » qui aide les femmes colombiennes de son village. Le mois dernier, ils se sont rendu tous les deux dans la famille d’Hermensia, à Ingenio, pour apporter leur soutien à ces femmes et ramener en France un échantillonnage nombreux et varié des productions artisanales qu’elles réalisent. Ce sont ces objets qui étaient présents sur ce marché aux côtés d’autres produits artisanaux réalisés par des amateurs passionnés du secteur (tournage sur bois, confitures, vannerie) mais aussi ceux d’une femme d’origine salvadorienne qui exposait ses boîtes et autres objets décorés à la main et une Équatorienne qui proposait des bijoux et du chocolat de son pays.

Les réalisations des exposants venus au marché à la ferme
Les réalisations des exposants venus au marché à la ferme
Les réalisations des exposants venus au marché à la ferme
Les réalisations des exposants venus au marché à la ferme

Les réalisations des exposants venus au marché à la ferme

Mais revenons à Hermensia. Les deux valises bien pleines qu’ils ont ramenées en France contenaient différents chapeaux dont les célèbres panamas, des bijoux, de jolies boules bien colorées et de très nombreux autres objets fabriqués à partir du tissage d’une fibre récoltée sur des sortes de petits palmiers. Ces fibres sont ensuite teintées avant d’être utilisées. Les femmes travaillent devant leur maison ou à l’intérieur de leur cuisine ce qui leur permet de faire plusieurs choses en même temps. L’argent qui sera récolté permettra d’acquérir un local où les productions de ces femmes pourront être exposées et vendues par elles sans intermédiaires. Actuellement, elles sont obligées de passer par des personnes qui les exploitent en imposant leurs tarifs pour écouler leur travail.

L'artisanat colombien
L'artisanat colombien
L'artisanat colombien
L'artisanat colombien

L'artisanat colombien

Ce marché à la ferme, de par son originalité, a attiré de nombreuses personnes venues acheter ces produits originaux et authentiques. Cette formule a trouvé son public et chacun, exposant ou visiteur, est reparti satisfait et prêt à revenir.

En attendant, Hermensia présentera de nouveaux ces multiples objets faits en Colombie lors du Festival du Voyageur amateur, du 31 janvier au 3 février 2020 à Laigné-en-Belin.

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 10:21

Quand arrive la mi-décembre, une manifestation devenue incontournable sur le secteur, se renouvelle chaque année. 2019 a donc vu la 25ème édition du marché de Noël qui se tient invariablement à l’espace Gabriel. Jean-Michel Malherbe, le président du comité des fêtes, était heureux de voir encore une fois, la belle réussite de ce marché. « Cette année, nous avons 36 exposants. C’est un bon nombre ! » Le gymnase, transformé pour l’occasion en grand marché couvert, accueillait toutes sortes de marchandises : de l’alimentaire venu de producteurs locaux tels que volailles, pâtés et foie gras, fromage de chèvre, miel du pays, pâtisserie, viennoiserie et pains spéciaux du boulanger local, des huîtres venues directement du producteur, et pour faire passer tout ça quelques vignerons avaient amené un aperçu de leur production.

Un peu d'alimentaire
Un peu d'alimentaire

Un peu d'alimentaire

Mais, comme l’époque des cadeaux accompagne celle des bons repas, les chalands avaient le choix entre les plantes, les objets décoratifs, les bijoux, les objets en cuir et autres babioles pour trouver la petite fantaisie à mettre au pied du sapin.

Des idées de cadeaux possibles
Des idées de cadeaux possibles
Des idées de cadeaux possibles
Des idées de cadeaux possibles
Des idées de cadeaux possibles
Des idées de cadeaux possibles

Des idées de cadeaux possibles

Comme chaque année, les enfants des écoles maternelle et élémentaire accompagnés de leurs institutrices, tenaient un stand dans lequel se trouvaient les sablés et rochers préparés en classe en vue du marché de Noël mais également les nombreux objets qu’ils avaient fabriqués et qu’ils étaient fiers de montrer à leurs parents qui, bien évidemment, se laissaient tenter par les réalisations de leurs chérubins !

Le stand des écoles
Le stand des écoles

Le stand des écoles

À l’extérieur, l’épicerie de Saint-Christophe exposait ses fruits et légumes frais, ses nombreux produits d’épicerie fine et les créations de Sandrine, dignes d’un artisanat d’art.

L'épicerie Graine de rêve
L'épicerie Graine de rêve

L'épicerie Graine de rêve

Vers 11 h 30, les élus du secteur se rassemblèrent pour faire le tour des différents stands sous la conduite de Jean-Michel Malherbe et sous le regard du Père Noël qui avait fait un détour par Saint-Paterne pour pouvoir  discuter un peu avec les enfants du secteur avant d’entreprendre sa grande tournée.

Le Père Noël n'avait pas oublié ce rendez-vous !

Le Père Noël n'avait pas oublié ce rendez-vous !

La météo aidant, beaucoup de personnes sont venues, parfois d’assez loin, pour faire un tour à ce marché de Noël dont la renommée n’est plus à faire. Bravo à ses organisateurs !

Un aperçu de la salle

Un aperçu de la salle

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages