Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juillet 2013 6 06 /07 /juillet /2013 22:12

 acteurs-2

Pour revivre la première édition, cliquez ici.

Pour voir le diaporama et non la présentation, choisissez enregistrer et cliquez pour avancer.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 10:53

expo-CP-Neuvy.jpg

Partager cet article
Repost0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 17:38

réunion-2Samedi matin, plusieurs membres du conseil d’administration étaient réunis pour préparer les manifestations de l’année 2013.

Le premier point abordé, en présence de Sylvie Savignard, de l’association « Fil et Forme », fut le recueil qui doit sortir courant avril. Ce recueil réalisé en partenariat par les deux associations (textes fournis par Histoire et Patrimoine et croquis émanant de Fil et Forme) reprendra quelques-unes des affaires criminelles évoquées lors des promenades crépusculaires. Il sera prêt pour l’exposition qui se tiendra au caveau, à Château-du-Loir, du 18 au 28 avril, de 14 h à 18 h. Le vendredi 19, au cours du vernissage, les adhérents de « Histoire et Patrimoine », à jour de leur cotisation, pourront retirer gratuitement ce recueil.

L’autre point important, fut celui de l’organisation de la soirée du 5 avril, au foyer rural de Saint-Christophe. La formule sera un peu différente de ce qui se faisait habituellement. Après une présentation du déroulement de la manifestation par le président, Philippe Larus, et une courte intervention de Fabrice Mauclair, plusieurs personnes interviendront pour faire vivre ou revivre, certaines  affaires présentées au cours des promenades crépusculaires, sous forme de petits spectacles. L’association vous réserve d’agréables surprises.

Au cours de cette soirée, vous pourrez renouveler votre adhésion (si vous n’êtes pas à jour)   le montant restant inchangé.

Histoire et Patrimoine proposera d’autres manifestations au cours de l’année 2013.

- une promenade crépusculaire, le vendredi 5 juillet, départ 18 h 30, place Jehan d’Alluye : « Si Saint-Christophe m’était conté »

- des conférences, salle Armand Moisant, à Neuvy-le-Roi, en partenariat avec La Maison des Écritures et la salle Armand Moisant : le 4 octobre sur l’ascendance de Daphné du Maurier et le 18 octobre, conférence sur Peter Pan et la famille de Daphné du Maurier (entrée libre)

- une randonnée, le 6 octobre, départ à 9 h, place de l’église à Chenu, sur les traces de Daphné du Maurier

L’association « Histoire et Patrimoine », toujours aussi dynamique, compte sur votre présence lors de ses prochaines manifestations et vous remercie pour votre soutien.

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 10:15

 La cinquième édition de la journée « Découverte et Bien Vivre au Pays de Racan », qui se tiendra toute la journée du dimanche 30 septembre dans l’enceinte de l’abbaye de la Clarté Dieu, à l’initiative de l’association des Amis de la Vallée de l’Escotais, vous permettra de faire connaissance avec Jehan d’Alluye, seigneur de Saint-Christophe qui participa à la Croisade vers 1240. Il rapporta de Crète un inestimable cadeau reçu des mains de l’évêque Thomas : une relique, dite « de la Vraie Croix », en forme de croix à double traverse, à l’image de celle de la passion du Christ. A son retour, d’Alluye vendit la précieuse relique, non pas à l’abbaye de la Clarté Dieu, à laquelle il avait pourtant fait des dons importants et où il demanda à être enterré, mais à l’abbaye de la Boissière (située aujourd’hui en Maine-et-Loire, à Dénezé-sous-le-Lude).

jehan-d-Alluye.JPG

Jehan d'Alluye s'invitera à la 5ème journée découverte et bien vivre au Pays de Racan

Parmi leurs nombreuses animations médiévales, la compagnie Barba Jovis et la Mesnie de la Licorne proposeront dans le courant de l’après-midi un spectacle haut en couleurs librement inspiré de ces faits historiques. L’association Histoire et Patrimoine présentera tout au long de la journée, sur son stand, un diaporama retraçant l’histoire de la relique (qui est à l’origine de la mondialement célèbre Croix de Lorraine) et du tombeau de d’Alluye (qui ne se trouve plus à la Clarté-Dieu mais au musée des Cloîtres de New-York). Un cadre magnifique, de l’histoire, du spectacle, des animations, une bien belle journée en perspective !

Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 09:14

De fins limiers se sont lancés sur la piste de cinq affaires « criminelles » qui se sont déroulées à Saint-Christophe-sur-le-Nais. Recherches aux archives départementales, aux archives communales et, le 6 juillet, les enquêteurs de l’association « Histoire et Patrimoine » vous conduiront pour la troisième année consécutive sur les lieux du crime, en parcourant un peu moins de 5 km.

le-parcoursQuatre des sujets traités ont eu lieu dans le bourg et le cinquième dans un hameau éloigné.

-         David évoquera une affaire qui s’est passée à la Vallée des Moujues

-         Guy vous parlera de sorcellerie

-         Brigitte vous relatera l’affaire Thomas François Lebrun

-         Monique, Claudie et Lionel profiteront de cette année électorale pour traiter un sujet intitulé « Vive la République ! »

-         Et, pour terminer, Philippe évoquera l’affaire Gaston Méres

Tout cela se fera pacifiquement car l’association ne veut heurter aucune sensibilité : ce sont des affaires « criminelles » tout public !

Pour ceux qui sont intéressés :

Départ de la promenade crépusculaire le vendredi 6 juillet, à 18 h 30, du parking de Beau-Soulage. Un verre de l’amitié, pour se remettre des émotions, sera offert à l’arrivée par l’association. Manifestation gratuite. N’hésitez pas, venez nombreux !

Contacts : Philippe Larus 02 47 29033018 ou  ph.larus@club-internet.fr

Michel Mirault 02 47 43 24 63 ou michel.mirault@sfr.fr

Partager cet article
Repost0
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 14:10

Après la randonnée de la semaine dernière sous la pluie, les membres du CA d’Histoire et Patrimoine avaient décidé pour le lundi de Pentecôte, de passer la journée dans la région de Chinon.

Une météo au beau fixe et une température estivale ont permis aux Christophoriens d’apprécier le programme concocté à leur intention par Fabrice Mauclair.

Cravant-église-ext-1Pour commencer la journée, le rendez-vous était fixé à Cravant-les-Coteaux pour une visite de l’église Saint Léger, ancien sanctuaire carolingien, classée Monument historique. Désaffecté par le culte en 1863, cet ancien sanctuaire appartient actuellement à une association « Les Amis du Vieux Cravant » qui a entrepris de le restaurer. Cravant-eglise-ext-2-detail.jpg

On peut faire remonter à la fin du 9ème ou début du 10ème siècle la construction de la nef. L'abside était primitivement éclairée par trois fenêtres en plein cintre. le mur de l'abside fut surélevé au 15ème siècle mais la corniche décorée d'un damier et soutenue par des modillons sculptés fut respectée

 

Cravant-église-int-7-colonn 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À l'intérieur de l'église, on peut remarquer deux piliers mérovingiens classés monuments historiques depuis le 15 février 1963.

Cravant-église-int-4-fresqu

Plusieurs traces de fresques murales ont été découvertes dont "l'allégeance à Notre Dame" dans la chapelle méridionale, inscrite à l'inventaire supplémentaire en 1975.

Cette visite achevée, c’est à pied, en suivant le GR 48, que le groupe a regagné Chinon, une belle balade d’une dizaine de kilomètres.

rando-1

Une petite pause, sous les frais ombrages de la forêt de Cravant, fut la bienvenue avant de poursuivre le GR. 

coquelicots-1.jpg

Tels un tableau de Claude Monet, les coquelicots s'offraient à nos regards.

Chinon-forteresse-1

Découverte de la forteresse au détour d'un chemin très bucolique et sympathique.

Après s’être sustentés d’une bonne cuisine locale, ce fut une petite découverte de la ville, guidés par Fabrice.

Chinon-maison-1Chinon-maison-4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, par les marches ou l’ascenseur chacun a pris la direction de la forteresse superbement restaurée. Chinon-forteresse-8-groupe

 Chinon-forteresse-10-logis-.jpg

Les logis royaux totalement restaurés.

Au 15ème siècle, les logis royaux s'organisent en trois corps de bâtiment autour d'une cour. Aujourd'hui, il ne subsiste que l'aile sud qui était occupée par les appartements de Charles VII et Marie d'Anjou.

Chinon-tour-horloge.jpg  

 

 

 Du sommet de la tour de l'horloge, belle vue sur ce qu'il reste de la salle où eut lieu l'entrevue entre Jehanne et Charles VII, le 25 février 1429.Chinon-11-vue-du-haut

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une visite très intéressante qui a occupé une bonne partie de l’après-midi et qui a enchanté les « historiens » du Pays de Racan. Chinon-vue-ville-3-pano

Vue sur la ville de Chinon baignée par la Vienne.

Partager cet article
Repost0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 19:53

public-ensembleVendredi soir, environ 70 personnes sont venues à Saint-Christophe pour écouter Fabrice Mauclair, vice-président de l’association Histoire et Patrimoine de St Christophe,  devenu un conférencier très prisé sur notre territoire et que nous n'avons plus besoin de présenter.

Fabrice-PhiippeAprès quelques mots de bienvenue, Philippe Larus, président de l’association, présenta le calendrier des prochaines manifestations d’Histoire et Patrimoine, rappela que pour tous les adhérents à jour de leur cotisation, la nouvelle plaquette intitulée « Activités d’antan » est offerte.

diapo-titreAprès ce préambule, Fabrice prit le micro et emmena l’auditoire à « Richelieu, cité du cardinal ». Cette ville située au sud-ouest de l’Indre-et-Loire, peuplée à ce jour de 1950 habitants, appartint longtemps au Poitou. Son histoire est intimement liée à celle d’un grand personnage du 17ème siècle, Armand Jean du Plessis, cardinal de Richelieu.

Pour définir la ville, Fabrice Mauclair dit : « Richelieu, c’est : un homme, un château, une ville. »

L’homme, qui naquit en 1585 à Paris, ne découvrit la terre de ses ancêtres que vers l’âge de 5 ou 6 ans. Nommé cardinal en 1622,  et principal ministre d’état deux ans plus tard, il amassa une fortune colossale qui lui permit d’acheter de très nombreuses œuvres d’art (peintures et sculptures). Il multiplia l’acquisition de terres dont les terres de ses ancêtres à « Richeloc » et de châteaux qu’il fit détruire pour la plupart. De Bordeaux jusque dans le nord du pays, il avait des propriétés partout ! De par sa fonction, il soutint de nombreux projets dont la création de l’académie française où siégea le poète Racan. En 1630-1631, il lança le grand chantier de construction de son château qu’il voulait majestueux et impressionnant sur les fondations du château paternel. Le chantier dura 10 ans et l’on peut penser que cette construction marqua Louis XIV lorsqu’il vint à Richelieu et l’influença pour la construction de Versailles. De nos jours, du magnifique château, il ne reste quasiment rien.

fabrice-1Maintenant, la ville : c’est une ville nouvelle, de 600 m sur 200 m, créée de toute part et qui est restée telle qu’elle fut construite en 1630, en même temps que le château. Richelieu, malgré sa fonction, respecta les règles et demanda les autorisations au roi Louis XIII qui les lui accorda par lettre patentes datant de mai 1631. C’est une ville fortifiée qui fut donc créée face au château. Son créateur, trop occupé pour venir dans sa ville, ne verra pratiquement jamais ses réalisations.

« C’est une ville qu’il faut apprendre à apprivoiser. Ce n’est pas une ville pour touriste pressé. » Richelieu en fit une ville privilégiée sur beaucoup de points : exemptions fiscales (ça existait déjà), exemptions de corvées, droit d’avoir maire et échevins, métiers libres. Ces privilèges amènent une forte population (jusqu’à 4000 habitants) mais créent des jalousies. Au 18ème siècle, les exemptions sont remises en cause et de nouveaux impôts apparaissent pour les habitants et, à la Révolution, tous les privilèges disparaissent.

Cette cité, idéale à sa fondation, garde encore des marques de cette époque : un marché deux fois par semaine, de belles infrastructures, beaucoup d’administrations. Mais, de cette ville construite dans une zone défavorable, cuvette marécageuse, les visiteurs disaient à l’époque : « À Richelieu, l’air est malsain. » Et, en fait, la ville n’a jamais vraiment prospéré, sa population ne s’est pas stabilisée et a plutôt décliné.

Pour terminer sa conférence sur la cité du cardinal, Fabrice Mauclair invita les personnes présentes à une promenade dans la ville actuelle qui est en train de se restaurer et proposa une visite virtuelle de ce que fut le château. La gare désaffectée, servit de lieu de tournage pour de très nombreux films

De chaleureux applaudissements saluèrent la prestation du conférencier qui se fit un plaisir de dédicacer son ouvrage sur la ville de Richelieu aux nombreuses personnes intéressées.

  fabricer-degoulet

Renseignements :

Histoire et Patrimoine de Saint-Christophe-sur-le-Nais, ce sont au moins 3 manifestations annuelles, des participations aux activités d’associations amies.

Adhésion pour une année : 8 € pour une personne, 12 € pour un couple. Cela donne droit à une plaquette historique gratuite.

Dates des prochaines manifestations : dimanche 20 juin : randonnée à Dissay-sous-Courcillon, avec commentaires sur différents lieux

Vendredi 6 juillet : promenade crépusculaire avec comme thème, pour la 3ème et dernière fois, « Sur les lieux du crime »

Contact : président : Philippe Larus : 02 47 29 33 18

Secrétaire : Michel Mirault : 02 47 43 24 63

pot-Finet

Échanges conviviaux lors du verre de l'amitié offert par l'association

Partager cet article
Repost0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 10:10

Richelieu, cité et cardinal

 

Si vous souhaitez connaître Richelieu, la cité du cardinal, ne manquez pas la conférence donnée par Fabrice Mauclair, docteur en histoire moderne, professeur au collège de Richelieu,

le vendredi 16 mars

 

20 h 30

 

Foyer rural de St Christophe.

 

Cette conférence vous est proposée par l'association "Histoire et Patrimoine"

Logo-H-et-P-coul-cadre-1.jpg

 

L'entrée est gratuite et,  comme à l'accoutumée, le verre de l'amitié terminera la soirée.

Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 10:22

Logo-H-et-P-coul-cadre-1.jpgBonjour à toutes et à tous,

 

Quoi de mieux pour vous présenter la prochaine conférence organisée par l'association " Histoire et Patrimoine " que de reprendre la quatrième de couverture de la " Petite Histoire de Richelieu " écrite par Fabrice Mauclair, docteur en histoire moderne et professeur au collège de Richelieu :

 

" Richelieu. Le mot évoque immédiatement l'une des plus grandes figures de l'histoire de France.

Mais qui connait la petite localité d'Indre-et-Loire qui se cache derrière ce nom prestigieux ?

Raconter l'histoire de la ville de Richelieu, des origines à nos jours, c'est bien évidemment revenir sur " l'homme rouge " afin de comprendre ce qui l'a poussé à créer une " cité idéale " quasiment au milieu de nulle part.

C'est également évoquer le magnifique château, aujourd'hui disparu, que le cardinal-ministre s'est fait construire à deux pas de sa " ville modèle ".

 

Vous désirez en savoir un peu plus ?

 

Oui !

 

Alors, donnons-nous rendez-vous le vendredi 16 mars prochain, à 20h30 au foyer rural de Saint Christophe sur le Nais.

Entrée libre et verre de l'amitié.

 

En pièce jointe, l'affiche à partager, distribuer et propager sans modération.

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 19:34

public-1

 Vendredi soir, la salle Armand Moisant de Neuvy-le-Roi, accueillait une cinquantaine de personnes venues assister à la première manifestation de 2012 organisée par « Les Amis de la Chapelle Saint-André », en l’occurrence une conférence proposée par Fabrice Mauclair, docteur en histoire moderne, sur un sujet qu’il maîtrise particulièrement bien, la justice d’autrefois.

Fabrice-et-Madeleine-1Avant de commencer la soirée, Madeleine Fargues, présidente de l’association, présenta son conférencier qui répondit : « Je vous remercie de m’avoir invité dans la salle Armand Moisant que je ne connaissais pas et surtout je tiens à rappeler que j’ai été collégien à Neuvy et je suis particulièrement heureux d’y donner une conférence. »

Sa conférence qui s’intitulait « Paisibles bonshommes ou brutes sanguinaires » posait surtout cette question « Nos ancêtres étaient-ils violents ? »

Le but de la conférence était donc de démontrer grâce à de nombreuses iconographies et d’authentiques documents si, oui ou non, nos ancêtres étaient plus violents autrefois que nous ne le sommes aujourd’hui en se basant sur des données historiques couvrant 500 ans, du Moyen-Âge au début du 19ème siècle. Il fallait surtout bien avoir en mémoire que durant toute cette période, nos ancêtres étaient des ruraux pour 80 à 90% d’entre eux et leurs conditions de vie étaient très dures. Fréquentes sont les représentations anciennes où la violence semble quotidienne.

affaire-NeuvyAprès  avoir répertorié les différents types de violences (violences de voisinage, de guerre, d’état, insécurité sur les routes, insultes,..) comment peut-on mesurer cette violence dans les sociétés d’autrefois ? Fabrice Mauclair s’est appuyé sur différentes sources :

-         sources judiciaires liées à la justice seigneuriale (supprimée à la Révolution). On en comptait environ 200 en Touraine.

-         registres d’audience concernant plutôt les dettes, problèmes familiaux, petite criminalité

-         minutes du greffe pour les procès verbaux des gardes des eaux et forêts et les procès criminels

-         minutes criminelles qui concernent 60% des affaires de violence

Le déroulement normal d’une affaire commençait par la plainte déposée par la victime, puis les informations ou dépositions des témoins suivies de l’interrogatoire du présumé coupable et phase finale, la sentence criminelle. Seules les affaires très graves allaient jusqu’au bout de la procédure. Beaucoup s’arrêtaient bien avant.

Quand on parle de violences, il faut distinguer les différents types rencontrés : violence verbale (insultes, injures), violence physique (coups et blessures) et homicides volontaires ou involontaires.

En étudiant plus particulièrement « La violence dans la Gâtine tourangelle au 18ème siècle », qui comprenait 3 tribunaux (Château-la-Vallière, Saint-Christophe et Marçon), Fabrice Mauclair a pu établir un relevé qui montre qu’au cours du 18ème siècle, toutes violences confondues, la justice de Château-la-Vallière a traité 553 affaires et le tribunal de Saint-Christophe 171, ce qui fait une moyenne de 5,4 affaires par an sur le duché-pairie de la Vallière soit 0,5 pour 1000. Si on compare avec les chiffres d’aujourd’hui qui sont de 5 pour 1000 on peut conclure en disant : « Pour la violence ordinaire, nos ancêtres n’étaient pas si violents que ça ! » Mais, pour les homicides qui étaient de 5 pour 100 000 alors qu’aujourd’hui ils sont de 0,7 pour 100 000, la réponse est différente. Mais, la vraie réponse réside peut-être dans le fait que la médecine était beaucoup moins présente dans nos campagnes.

La conclusion apportée par Fabrice : « Depuis le Moyen Âge, nos ancêtres sont de moins en moins violents et la courbe continue à descendre » ne peut que satisfaire et rassurer tout le monde.

Fabrice-livres Fabrice présente son livre qui reprend plusieurs affaires criminelles dont le duché-pairie de la Vallière a été le théâtre.

 

Prochaine conférence avec Fabrice Mauclair : vendredi 16 mars, à 20 h 30, au foyer rural, sur la ville de Richelieu, organisée par « Histoire et Patrimoine » de St Christophe. Entrée gratuite.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages