Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2020 3 01 /04 /avril /2020 07:05

Une bonne nouvelle pour la sortie du confinement. Comme vous le savez, le nom de notre commune est associé à celui du patron des voyageurs.

Et bien j'ai appris qu'une agence de voyages vient d'acquérir l'ancien salon de coiffure, avenue Hilarion, afin d'y installer une succursale.

L'ouverture est prévue courant mai ou juin, de toute façon, avant l'été.

 

Saint-Christophe-sur-le-Nais : Bientôt un nouveau commerce

Comme vous pouvez le voir, le store est déjà posé et permet de rêver un peu...

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2020 1 20 /01 /janvier /2020 15:00

C’est devant une salle bien remplie que Catherine Lemaire, procéda à ce dernier exercice du mandat, la cérémonie des « Vœux du maire ». Outre les Christophoriennes et Christophoriens attachés à cette tradition, quelques élus du territoire avaient fait le déplacement en soutien à Madame le Maire dont ils ont pu apprécier le travail dans les différentes instances auxquelles elle a participé lors de ces 6 années.

Un public assez nombreux pour cette cérémonie des vœux.
Un public assez nombreux pour cette cérémonie des vœux.

Un public assez nombreux pour cette cérémonie des vœux.

Son discours, que vu la période actuelle elle a souhaité assez concis, débuta par la présentation des vœux prononcés au nom de tout le conseil municipal  et fut accompagné d’un diaporama qui débuta de manière très humoristique en faisant un parallèle entre la vie citadine et la vie rurale. Cette comparaison sembla plaire énormément à l’assistance. Puis il se déroula en montrant la vie du village durant les 6 années écoulées : bâtiments, animations, réalisations, vie associative…, tout ce qui prouve que malgré les difficultés qui peuvent survenir, Saint-Christophe reste un village attractif comme Madame le Maire va l’expliquer face à l’assistance avec le discours proprement dit qui débuta en ces termes : « En cette période préélectorale, je me dois de respecter l’obligation de réserve, je ne peux pas vous présenter les actions à venir…pour ces vœux qui clôturent ce mandat, je n’ai pas résisté à écrire une courte histoire…Le titre que j’ai choisi « Ah, Si Saint-Christophe nous était conté ! » en référence à « Si Paris nous était conté «  de Sacha Guitry. »

Le moment du discours

Et ainsi débuta l’histoire : « Il était une fois en l’an mille dans une vallée que l’on nommait « La vallée de l’Escotais », un joli village dénommé Saint-Christophe, du nom du saint patron des voyageurs…. » L’histoire du village se déroula au fil des siècles et montra les phases de sa prospérité lors de l’industrialisation, l’arrivée du chemin de fer et des voitures. La douceur de vivre y était toujours palpable. Mais…, écoutons Madame le Maire : « Au cours des dernières décennies, tout s’est accéléré, le numérique nous a fait basculer dans le virtuel, dans la dématérialisation. On a parlé de délocalisation, de décentralisation, de fusion…tout s’est enchaîné à la vitesse grand « V ». Que reste-t-il, face à ces mutations, de cette vie champêtre parfois insouciante au rythme des saisons  »

Et ainsi, au fil de l’histoire et des changements apportés tant à la vie du village qu’à celle de ses habitants et de ses élus, des interrogations se dévoilèrent. Tout d’abord face à la réorganisation des territoires et la diminution des transports en commun : « Avons-nous gagné en qualité de vie ? C’est une question à laquelle je n’ai pas de réponse. »

Vint ensuite le questionnement sur l’éloignement par rapport à la métropole et aux difficultés qui en découlent suivi d’une sorte d’appel au secours. « Nous, communes du Nord Touraine, nous ne voulons pas être les oubliés. »

En conclusion de cette petite histoire à la manière de…, Catherine Lemaire poursuivit en ces termes : « Je ne suis pas une farouche opposante à la ville mais tout ne peut pas se concentrer autour de la ville. L’intercommunalité est omniprésente. Pour être et rester attractif, il faut être inventif, réactif et chercher à s’adapter en permanence. L’équipe municipale s’est battue pendant 6 ans pour réaliser des projets afin que chacun puisse s’épanouir, apprécier son lieu de vie et accéder aux services. »

Remerciements aux élus

Remerciements aux élus

Remerciements aux agents communaux

Remerciements aux agents communaux

Remerciements aux bénévoles

Remerciements aux bénévoles

Cette partie achevée, vint le moment des remerciements tout d’abord aux élus qui l’ont épaulée durant le mandat, puis aux agents communaux qui aident au bon fonctionnement des différentes activités de la commune (entretien, école, activités périscolaires,…), aux bénévoles qui œuvrent à la bibliothèque et aux particuliers qui, par leur action, participent à l’embellissement de la commune. Des compositions florales ou des paniers garnis furent remis en récompense.

Remerciements à M. Mégret pour son jardin thérapeutique et à Thierry Albert De Rycke pour le jardin du Clos Saint Gilles
Remerciements à M. Mégret pour son jardin thérapeutique et à Thierry Albert De Rycke pour le jardin du Clos Saint Gilles

Remerciements à M. Mégret pour son jardin thérapeutique et à Thierry Albert De Rycke pour le jardin du Clos Saint Gilles

Palmarès du concours des maisons fleuries : 

M. et Mme Rimbault et M Thierry Albert De Rycke aux côtés de Catherine Lemaire
M. et Mme Rimbault et M Thierry Albert De Rycke aux côtés de Catherine Lemaire

M. et Mme Rimbault et M Thierry Albert De Rycke aux côtés de Catherine Lemaire

Pour terminer, C’est Alexandre Courtois, un jeune apprenti Christophorien, qui fut mis à l’honneur en recevant la médaille de la commune pour sa réussite au concours des Meilleurs Apprentis de France, dans la catégorie couverture, où il obtint une médaille de bronze.

Alexandre fut honoré par Mme Le Maire

Alexandre fut honoré par Mme Le Maire

Après avoir remercié ses administrés pour la confiance qu’ils lui ont accordée durant ces 6 années, Catherine Lemaire termina son discours par ces quelques mots : « Chaque année est ponctuée de petits bonheurs, de souffrance. Je vous souhaite beaucoup de force pour réaliser vos projets. »

La soirée se termina par un buffet qui proposait divers grignotages avant l’arrivée des galettes et du verre de l’amitié, signes d’une convivialité bien présente au cours de cette cérémonie.

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 13:20

Quand arrive le mois d’octobre, que les bogues de châtaignes jonchent le sol et que le jus de raisin commence à fermenter, l’association « Autour de la collégiale de Bueil » propose son 4ème et dernier spectacle de l'année. Pour terminer une saison culturelle de bonne facture, c’est une jeune conteuse québécoise qui avait été retenue, Renée Robitaille, dont le talent n’est plus à démontrer.

D’ailleurs, le président de l’association, Didier Descloux, fut très surpris des nombreuses réservations annoncées pour cette soirée : plus de 100 personnes s’étaient manifestées avant la date prévue et, comme il le précisa en entrée en matière : « Comme vous pouvez le constater, nous avons modifié l’aménagement de la cave. La scène est plus centrale et les chaises disposées en demi-cercle vous permettront d’être plus près de la conteuse. En parlant de la conteuse, sachez que vous avez de la chance car avec les perturbations au niveau de la SNCF, il lui a fallu aménager son horaire de départ et de plus, il y a deux jours, elle était quasiment aphone. Ce soir ça va mieux mais elle parlera avec un micro pour économiser sa voix. » Après avoir souhaité une bonne soirée à tous, il laissa la place à la conteuse qui arriva sur scène sous de chaleureux applaudissements.

Le décor succint

Le décor succint

Et, avec son accent québéquois, René Robitaille nous invita à la suivre dans l’histoire des « Hommes de pioche ». Les «  Hommes de pioche », ce sont les mineurs dont la conteuse s’est inspirée pour créer ce spectacle.  C'est ParisPâté qui vole des pépites pour sa Lucie, la femme aux seins centrifuges. C'est aussi Moose qui nage dans la vaseline pour augmenter son bonus. C'est Antonio l'Italien qui voit pour la première fois des glaçons pendus aux maisons. C'est Gros Denis qui raconte ses cicatrices à ses chums, avec sa mâchoire en plastique. Et c'est aussi le fameux Grand Zaphat. Pour ce spectacle, la conteuse utilise le langage des mineurs. Son spectacle est inspiré, entre autres, par la fondation de Val d'Or en 1934 qui a poussé comme un champignon. À l'époque, il y avait neuf hommes pour une femme. Conséquence : les hommes enfermaient leur femme pour ne pas se la faire voler ! Il est aussi question de la naissance du syndicalisme pour défendre les conditions de travail des ouvriers exploités par les patrons. 

Le secteur des mines est étroitement lié à l'Abitibi-Témiscamingue de la conteuse. Même sa famille comptait des mineurs. Son grand-père était mineur. Renée Robitaille n’a pas hésité à en rencontrer dans leurs lieux de travail pour mieux comprendre cet univers très particulier qu’elle a su rendre devant le public. Le moment le plus émouvant étant le récit de la catastrophe du « 20 mai 1952 », date gravée sur la petite fiole que portaient les mineurs autour du cou et sur celle que lui avait confiée Antonio, rencontré en Italie, et qu’elle devait remettre à son grand-père lors de son retour en Abitibi-Témiscamingue. Ce fut aussi l’occasion pour que le grand-père fasse la connaissance de ses descendants de la 4ème génération !

La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte
La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte
La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte
La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte

La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte

Un beau spectacle empreint de beaucoup d’émotions avec des moments de tendresse, de drôleries dans certaines descriptions et d’un sentiment profond d’attachement à son pays !

Les auditeurs, par leurs applaudissements très nourris remercièrent la conteuse de l’agréable moment passé ensemble dans le cadre convivial de la cave.

 

 

Le spectacle est terminé, la conteuse va quitter la scène !

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 14:36

Crédit photo : Jocelyn Michel

AUTOUR DE LA COLLÉGIALE vous propose une soirée "Contes à la cave"

VENDREDI 18 OCTOBRE, 20h30

Cave de Gué Luneau à Bueil-en-Touraine

"Hommes de pioche"

avec Renée Robitaille, conteuse québécoise.

Entrée: 10 €, tarif réduit: 6 €

Bernache et châtaignes grillées agrémenteront la soirée.

Il est indispensable de réserver car le nombre de places est limité...

Contacts: collegialedebueil@laposte.net ou 02 47 24 49 60 ou 02 47 24 45 38 ou 06 73 07 99 98

 

HOMMES DE PIOCHE

 

Tous les mineurs que j’ai rencontrés portaient cette petite fiole au cou. Une fiole en or. Sur laquelle la mine avait inscrit « 20 mai 1952 ». Autour de mon cou, c’est la fiole du Grand Zaphat qui pendait. On m’avait chargé de lui remettre. J’ai arpenté les terres de l’Abitibi, ma région natale. J’ai cherché le Grand Zaphat, dans les tavernes, dans les mines. Et je l’ai trouvé à travers les histoires de tous les Hommes de pioche qu’il a sauvés ce jour-là, le jour où le marécage est entré dans la mine.

 

Un spectacle de contes originaux construit à partir de récits de vie récoltés en Abitibi : région natale de Renée.

 

Textes : Renée Robitaille Compagnons de plume : Louis Champagne et Yvan Bienvenue

Mise en scène : Louis Champagne Durée : 95 minutes sans entracte Pour adultes et adolescents (à partir de 12 ans)

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2019 3 24 /07 /juillet /2019 18:56

 

Partager cet article

Repost0
20 avril 2019 6 20 /04 /avril /2019 12:46

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 05:00

Hier, je pense que cela ne vous a pas échappé, nous étions le lundi 1er avril. Un jour pareil, tous les rêves, même les plus farfelus, peuvent laisser libre cours à votre imagination....

Aussi, la remise en place de la partie détruite du socle et celle du buste d'Eugène Hilarion n'ont jamais été à l'ordre du jour. Ce n'était qu'un peu d'humour pour marquer cette année le

Bonne journée à vous !

Partager cet article

Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 04:01

Dans l’édition de la NR du 20 mars dernier, un mosaïste, Sante Vallar, a été mis à l’honneur. D’origine italienne, c’est en France où il arriva en 1907, qu’il apprit le métier de mosaïste à Nevers, chez Pietro Favet. Jusqu’en 1915, il participera à de nombreux chantiers de ce mosaïste. Lorsqu’est déclarée la Première Guerre mondiale, Sante Vallar se porte volontaire pour défendre son pays et sa région. Il est mobilisé sur le front italien jusqu'en 1918. La guerre finie, il revient en France, travaille comme mosaïste avec Giuseppe Pellarin. Ils s’installent à Montereau-Fault-Yonne, en Seine-et-Marne. C’est là qu’il rencontrera sa femme et qu’il se mariera en 1923.

Cette même année, un travail lui est confié à Tours : réaliser les sols d’une maison close, l’Étoile bleue, siège actuel de la Jeune chambre économique. Cette dernière, consciente de la valeur patrimoniale de ce lieu très visité lors des Journées du Patrimoine, n’a pas hésité à le faire restaurer.

D’autres travaux, en de nombreux lieux, lui seront confiés si bien, que se plaisant dans cette ville de Tours, il décida de s’y installer et y créa sa propre entreprise, au 53 rue Chalmel. En 1928, aidé par les architectes Gaston et Pierre Labadie, Sante Vallar, rejoint par son frère Olvido, mosaïste comme lui, lança les études nécessaires à la construction de la maison, du magasin et de l’atelier-dépôt au 26 rue Febvote. Toute la famille put aménager dans ce nouveau lieu en 1933.

À Tours, nombreux sont les lieux où l’on peut admirer les œuvres de ce mosaïste italien. Mais, me direz-vous, pourquoi ce Sante Vallar intéresse-t-il Saint-Christophe-sur-le-Nais ? Eh bien, c’est très simple.

Sur la commune, nous avons la chance d’avoir également une œuvre signée de Sante Vallar, datant de 1925, le socle du monument commémoratif dédié à Eugène Hilarion, socle qui, avant la seconde guerre mondiale, était surmonté du buste du bienfaiteur de la commune. La sculpture quant à elle, est signée de Georges Delpérier.

Ce qu'il reste du socle du monument
Ce qu'il reste du socle du monument
Ce qu'il reste du socle du monument

Ce qu'il reste du socle du monument

Pour rendre hommage à ce mosaïste, décédé en 1951, la ville de Tours va inaugurer prochainement une place portant le nom de Sante Vallar.

À Saint-Christophe-sur-le-Nais, la municipalité n’a pas manqué de réagir à la lecture de l’article de la NR. Elle s’est donc rapidement renseignée sur ce mosaïste et chercha comment lui rendre hommage. La décision s’est vite imposée : replacer comme à l’origine, un buste de notre grand homme pour redonner à ce monument commémoratif toute sa grandeur première et ainsi mettre à l’honneur ce mosaïste d’origine italienne dont les œuvres sont toujours visibles et répertoriées pour la plupart dans le document  "focus Art Déco" édité par la Ville de Tours.

 

Le monument tel qu'il était avant la Seconde Guerre mondiale

Aussi, dans quelques temps, du moins nous l’espérons, Eugène Hilarion pourra de nouveau poser son regard sur ce village qu’il aimait tant !

Sante Vallar à 35 ans (photo Wikipédia)

Quelques renseignements sur Sante Vallar

Naissance le 27-10-1893 à Tramonte di Sopra

Décès le 15 octobre 1951 à Tours

Mariage à Montereau le 7 juillet 1923 avec Henriette Brouard

Naturalisé Français le 29 septembre 1938

Partager cet article

Repost0
31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 08:40

C’est l’histoire d’une rencontre, autour d’un bar-piano, à travers des chansons, connues ou inconnues, qu’interprétait Bourvil. Chaque représentation oscille entre théâtre et chanson, bien loin de l’imitation de Bourvil, mais tout contre son univers drôle et touchant. On se retrouve là, à suivre une histoire toute simple, une histoire d’humanité. Et qu’est-ce qu’on y apprend ? Qu’au coin du zinc, on peut aussi parler d’amitié, de tendresse… En toute simplicité, en toute chaleur, en toute fraternité. C’est tout ! Et c’est déjà beaucoup !

Théâtre-Musique / Tout public

Partager cet article

Repost0
6 mars 2019 3 06 /03 /mars /2019 16:05

Conférence chantée : Muriel Marschal "de la Femme"

De la femme : voilà un titre qui laisse songeur .... De même que les propos éminemment phallocrates du médecin J.J Virey (docteur en médecine de la faculté de Paris, membre titulaire de l'académie royale de médecine, etc...) qui jalonnent l'ouvrage scientifique éponyme paru en 1825.
Sous la forme d'une fausse conférence médicale totalement loufoque et décalée, le spectacle interroge la condition féminine, sous des allures d'hymne au plaisir et à la rêverie.

Espiègles autant que distingués, l'amour et le désir y sont chantés sous toutes leurs formes.
Et au regard des multiples scandales qui émaillent l'actualité, il parait légitime de se poser la question de la place de la femme européenne en 2018, avec légèreté, humour et insolence.

Tarif: 12€/6€. Renseignement et réservation: 06.30.42.72.07

 

Les pas mythos "Sous le chapeau"

Flash de vie au fil du temps; une femme, une couleur, une identité sous les signes de l'amour, de la tendresse, de leur vérité... Il y a des femmes qui portent des chapeaux et d'autres non ; pourtant, ce sont toujours des femmes...

Dimanche 10 mars, 15 h, mairie de Neuvy-le-Roi

Entrée libre. Renseignement et réservation: 06.30.42.72.07

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages