Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 08:29

(Crédit photo, So Lune)

 

So Lune

"Éclosion d'une complicité musicale entre un frère et une sœur, So Lune allie le jeu d'un violoncelle acoustique aux battements des machines. Le duo s'aventure sur les frontières fusionnantes du Trip-Hop et du Hip-Hop, parcourues d'empreintes de chants, rap et beat-box."

Partager cet article
Repost0
21 juin 2018 4 21 /06 /juin /2018 19:10

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2018 4 21 /06 /juin /2018 08:28

(Crédit photo, Iphaze)

 

Iphaze

Le son d’IPHAZE prend la voie du Neurofunk (un nouveau genre de Drum’n’bass ayant fait son apparition sous la forme actuelle 5 ans plus tôt). Toujours avec la volonté d’être résolument « dance floor » englobé dans une culture bass music aux subs surpuissants. L’équipe technique du groupe se fixera par la même occasion avec Vincent Pouxviel en tant que technicien son, Jerôme Filella à la lumière.

Lors de l’automne 2016 le groupe réalise des dates au Japon et Vietnam, tout en poursuivant son développement européen. Le groupe sort un 5eme album studio le 2 octobre 2017, atteindra la barre des 500 dates par la même occasion avec pour objectif de préparer les 10 ans du projet qui se fêteront en 2018. Cette même année 2017, le rayonnement s’intensifia avec une date sur la place principale de Guadalajara au Mexique lors du festival de Mayo mais aussi lors d’une tournée en Chine pour les festivals Youth international festival sur la plage de Shanghaï et le Space E.T festival de Dunhuang dans le desert de Gobi. Arès, le 5eme album studio est enregistré à Brooklyn dans le studio du fameux groupe Gojira, le silver cord studio à New York. Puis masterisé par Darius au Amsterdam Mastering Studio. Une production supplémentaire à l’aube des 10 ans du groupe en 2018.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2018 4 21 /06 /juin /2018 08:25

Lors de l’inauguration de cette salle, Madame le Maire avait bien précisé qu’elle souhaitait avec cet espace rénové, créer une dynamique d’animation socio-culturelle et qu’il puisse servir à toutes les générations.

Durant plusieurs années, le foyer rural servit de salle de cinéma. Un projecteur y était même installé à demeure. Puis, petit à petit, avec la télévision qui s’installa dans toutes les maisons, les spectateurs se raréfièrent et cette activité qui faisait partie comme beaucoup d’autres des animations mises en place par l’association du Foyer Rural fut abandonnée.

La dernière intervention de Ciné Off dans cette salle remonte à septembre 2007 lorsque l’association Histoire et Patrimoine avait rendu hommage à Daphné du Maurier pour le 100ème anniversaire de sa naissance, en projetant avec Ciné Off « Les oiseaux » d’Alfred Hitchcock d’après une nouvelle de la romancière.

Mercredi soir, après ces onze années, une séance de cinéma avec Ciné Off était proposée aux Christophoriens et aux habitants des communes avoisinantes avec, au programme, un film tout public, « Croc-Blanc ». Comme le souligna avant le début de la projection Anneliese Boulesteix, à l’origine de cette projection : « Quand l’association « Foyer Rural » a vu le résultat des travaux effectués et l’apparition de cette belle salle, nous avons pensé qu’il serait bien d’essayer de relancer une activité cinéma. Madame le Maire étant d’accord, je me suis rapprochée de Ciné Off et nous avons conclu une entente pour deux projections en 2018 et deux en 2019 pour commencer. Si vous venez suffisamment nombreux aux séances proposées, nous pourrons continuer et voir si nous pouvons augmenter le nombre de séances. Ce soir, je vois que vous êtes venus assez nombreux et je vous en remercie. Je vous souhaite de passer un agréable moment. »

En attendant le début de la projection...
En attendant le début de la projection...

En attendant le début de la projection...

La quarantaine de spectateurs se montra ravie de cette initiative et rendez-vous fut donné à tous les amateurs de cinéma au mois de novembre prochain pour la seconde projection prévue avec au programme un film sur la Grande Guerre soit « Les gardiennes » ou « Le collier rouge ».

 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2018 3 20 /06 /juin /2018 08:26

 

© Fanny Viguier

 

O'Clock

 On savait les 9 O'Clock détenteurs d'un secret. Celui de faire apparaître un génie musical par le frottement de leurs mains sur le vinyle, convoquant l'esprit d'un hip hop déstructuré et d'une électro revisitée. Le bien nommé EP Wake Up, entend réveiller les oreilles de tous bords, bien au-delà du cercle des amateurs de turntablism. En 7 titres, Mr Viktor, Aociz et Dj Hertz ont condensé des années d'exploration musicale. Ici, le son est protéiforme, glisse dans les sillons creusés par la French Touch des 90's autant qu'elle emprunte à la scène Future Beat, s'engouffre un temps dans des travées house avant de réapparaitre sous des atours pop.

                Pour cela, le groupe s'est affranchi des barrières stylistiques, trouvant l'équilibre entre les différents ingrédients qui le composent. Cette équation complexe, dans laquelle s'additionnent le goût d'une musique aux contours futuristes et la trace indélébile des classiques, fait entendre à chacun quelque chose de différent. Seule constante : une esthétique percutante et raffinée, marque du perfectionnisme qui caractérise 9 O'Clock depuis ses débuts.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 08:25

(Crédit photo, El Gato Negro)

 

El Gato Negro

Une musique de vagabond. De trimardeur… Axel Matrod, aka El Gato Negro, est quelque chose comme le fils caché de Blaise Cendrars et de Celia Cruz. Un cousin éloigné de JackLondon, qui aurait rangé ses mots dans une guitare plutôt que sur du papier. A l’adolescence, il a décrété que le rose de sa Toulouse natale était certes une jolie couleur, mais qu’il y en avait quantité d’autres, au-delà de l’océan. Le vert acide du citron lime, le jaune soleil des poivrons, le rouge vif des piments, le brun clair du dulce de leche… En Amérique du Sud, qu’il a parcouru de long en large et en travers, il a trouvé sa voix et une voie : créer une musique de vagabond, qui emprunte ici et là, à tous les rythmes poivrés qu’il a croisé au long de son périple.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2018 1 18 /06 /juin /2018 08:23

(Crédit photo, Anthony Ghnassia)

Mome

Entre deux sessions de surf en Australie, le producteur Møme composait. Depuis son van transformé en home-studio avec lequel il a arpenté les côtes du pays, il a donné naissance à la chillwave qui conquiert progressivement la France, son pays.  Parti produire son premier album -Panorama- en novembre 2015 après avoir produit l’EP Aloha, il y a rencontré d’autres producteurs, des chanteurs et chanteuses dont les voix ornent ses titres. Et ce toujours dans son van. Au pays de Future Classic, l’immensité et le fait de sortir de son confort ont été de vrais points d’appui pour composer.

                Le jazz, la French Touch, les guitaristes comme John Butler… En dehors de Møme l’univers musical de Jérémy Souillart est très large. Une ouverture à laquelle sa formation en conservatoire pour piano à Nice et son amour pour la guitare ont sûrement contribué. Peu étonnant de retrouver alors dans sa musique des sonorités si soignées et surprenantes. Issu de la communauté Soundcloud puis rapidement accompagné par le label DDM Recordings, Jérémy s’est tout naturellement ouvert à un nombre de sons incalculables, que ses voyages et son van ont achevé de rassembler en un seul projet : Møme. Paré au voyage !

Partager cet article
Repost0
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 08:22

(Crédit Photo, Yaniss Odua)

 

Yaniss Odua

À ceux qui aiment les clichés, on dira que Nouvelle Donne est pour Yaniss Odua l’album de la maturité. Au-delà de cette formule rincée, c’est surtout un disque brillant signé par un artiste qui sait obtenir l’équilibre entre le gros son, la bonne attitude et les lyrics conscients. Sur une prod’ solide de Clive Hunt, le dernier des géants jamaïcains du son, Yaniss pose des lyrics non moins solides, avec du miel dans la bouche et des lames de rasoir militantes pour dire non au système, aux injustices, à la répression. Pas étonnant que Keny Arkana, rappeuse et altermondialiste, soit venue apporter ses rimes et sa fougue sur le titre Écoutez-nous !... 
                Sans se sacrifier à la mode de l’instant, Yaniss parvient à réconcilier les tendances et à moderniser le reggae, incorporant l’esprit du hip-hop sur plusieurs rythmiques, accélérant la cadence façon rocksteady pour le single La Maison ne Fait Plus Crédit. Des musiciens de talent, une présence vocale unique et des thèmes forts. Voilà pourquoi Nouvelle Done est le meilleur disque de Yaniss Odua, de ceux qui tourneront longtemps sur les platines virtuelles de ses fans et des amateurs de bon son roots.                     

(OLIVIER CACHIN)

Partager cet article
Repost0
16 juin 2018 6 16 /06 /juin /2018 08:20

(Crédit Photo, Les Tambours du Bronx)

 

Les tambours du Bronx

Depuis 28 ans, Les Tambours du Bronx, ce monstre industriel à 16 têtes propage sa rage et son chant sur tous les continents, ce troupeau d'individualités irrigue tous les pays de sa sueur, cette horde à la dégaine animale sévit sur toutes les scènes. Les États-Unis, le Brésil, les Émirats Arabes, la Chine, le Maroc, la Tunisie, Hong Kong, la Grèce, la Réunion, la République de Djibouti, l'Égypte, la Norvège, la Slovénie, le Portugal et toute l'Europe occidentale ont vécu leur musique et leur emportement.
                Les Tambours du Bronx rassemblent. Plus qu'un groupe, des individualités sans pareil s'affrontent, s'accordent, s'unissent et se confrontent. Les Tambours du Bronx donnent ainsi un sens à l'expression "art vivant" : l'énergie, le flux, la vie même émane du jeu de cette bande à 16 têtes qui, loin de laisser de marbre, fascine et submerge. Leur nombre, leur élan et leurs influences sculptent une musique énergique et tranchante mêlant rock, indus, techno, metal et afrobeat, modelée de sons synthétiques et de samples : Une production collective de gestes et de fièvre, une chorégraphie où la force s'emballe, où la cadence s'électrise, où les voix se font cris, le tout dans une cohésion violemment esthétique. Être là, entiers, debouts et battre le fer comme s'ils allaient mourir demain. Et recommencer.

                Pour  la tournée Weapons of Mass Percussion, les Tambours proposent une revisite axée metal de leurs titres avec la collaboration de Franky Constanza (Blazing War Machine, ex-Dagoba) à la batterie, et au chant Reno de Lofofora et Stephane Buriez de Loudblast.

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2018 5 15 /06 /juin /2018 08:19

(Crédit Photo, Strup)

 

Strup

Il a fallu à Strup dix ans pour retrouver le chemin de la Terre -Mère. Cette Odyssée astrale a inspiré aux laborantins un album-concept bouleversé. Les 10 titres de ce voyage homérique sont façonnés par les errances, les soubresauts de ce « retour à Ithaque » moderne. En faisant le point dans lʼimmensité galactique, ces Ulysses ont captés les ondes 90ʼs de Brighton (Massive Attack, Tricky) et les ont insérées à leur A.D.N. « Electro-Prog-Rock ».

 Optimiste et solaire, le périple pop se durcit à lʼapproche de notre planète. Les turbulences de lʼentrée atmosphérique se font sentir. Le vaisseau Strup est en approche !

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages