Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2019 7 01 /12 /décembre /2019 11:17

 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 16:33

Il y a quelques temps, nous avions eu la chance de voir l’exposition réalisée au caveau, à Château-du-Loir, sur le travail réalisé par le Pays d’Art et d’Histoire de la Vallée du Loir, sur les prieurés jalonnant cette riche vallée. Nous avions alors regretté que ce travail se soit cantonné sur la seule rive droite du Loir car, sur Saint-Christophe-sur-le-Nais, il existe également un prieuré dont nous aurions aimé connaître un peu mieux l’histoire.

Il y a quelques années, la Communauté de Communes du Pays de Racan avait adhéré à l’OTVL (Office de Tourisme de la Vallée du Loir) et, apparemment, si j’en crois ce que j’ai pu lire « La Communauté de Communes de Gâtine et Choisilles - Pays de Racan est partenaire de l'Office de Tourisme de la Vallée du Loir (OTVL) pour le développement et la promotion touristique de la partie Nord de son territoire, dénommée le "Pays de Racan" c’est toujours le cas. Au vu de notre implantation géographique « Entre Loir et Loire », ne serait-il pas possible d’être intégrés à un tel travail de recherches historiques car notre patrimoine présente de nombreuses similitudes.

 

L'appellation AOC Coteaux du Loir en orange

Le rendez-vous de samedi, à Vouvray-sur-Loir, nous a permis de découvrir le patrimoine lié à la vigne et au vin sur 9 communes inventoriées autour de La Chartre-sur-le-Loir et notamment sur Vouvray-sur-Loir en lien avec l’association locale « Notre Patrimoine et Vous ».

L’après-midi commença par une petite conférence avec Stéphanie Barioz Aquilon, chargée d’inventaire du patrimoine PETR (Pôle d’Équilibre Territorial et Rural) Vallée du Loir. Avec de nombreuses photos de vignes, de caves et de petit patrimoine (pressoirs multiples, maisons de vigne) en lien avec cette activité, et de cartes ou cadastres anciens, elle a montré le rôle important et la place très ancienne de la vigne sur les coteaux du Loir qui ont bénéficié d’une AOC en 1948. Ici aussi, un lien se fait avec notre territoire. Sur Saint-Christophe et d’autres communes de Racan (Bueil-en-Touraine, Saint-Aubin-le-Dépeint, Saint-Paterne-Racan, Villebourg) où les vignes ont malheureusement disparu au fil des ans, plusieurs hectares sont également classés en AOC. Quelques parcelles et leurs maisons de vigne témoignent encore de cette période.

Le vignoble en automne (Chahaignes)
Le vignoble en automne (Chahaignes)

Le vignoble en automne (Chahaignes)

Après la conférence, les très nombreux participants à cette manifestation se sont rendus dans le bourg où les attendaient deux visites de caves et une exposition de photos dans la mairie.

À Vouvray-sur-Loir, pour une population d’un peu moins de 800 personnes, 500 caves ont été répertoriées. La plupart se trouve à flanc de coteau, à environ 50 m au-dessus du niveau du Loir et présente la particularité de posséder des sources à l’intérieur !

Visite des caves proches de la mairie
Visite des caves proches de la mairie
Visite des caves proches de la mairie
Visite des caves proches de la mairie
Visite des caves proches de la mairie
Visite des caves proches de la mairie
Visite des caves proches de la mairie

Visite des caves proches de la mairie

Pour terminer, après un échange avec des viticulteurs, un verre de vin de l’appellation Coteaux du Loir fut offert par la commune de Vouvray et cette dégustation clôtura de manière très cordiale un après-midi riche en découvertes.

 

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2019 5 15 /11 /novembre /2019 09:52

Pour prendre connaissance du programme de l'après-midi, ouvrir le fichier ci-dessous.

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2019 3 13 /11 /novembre /2019 18:40

 

Les dates des premières représentations approchant à grands pas, les répétitions des différents groupes se succèdent pour être fins prêts lors de la première séance de la saison 2019-2020.

Pour les différents groupes, les répétitions ont démarré dès le début septembre et se poursuivent avec pour les plus jeunes et les adolescents un après-midi par semaine et pour les adultes, 2 voire parfois 3 soirs par semaine.

La troupe saint-paternoise proposera comme chaque année 3 pièces de théâtre mais, une nouveauté est prévue au programme, un sketch qui sera interprété par 3 jeunes adultes, Mati et Juliette Girbe et Margot Boigard. Elles ont travaillé en totale autonomie et seront prêtes pour le présenter sur scène.

En plus de ces trois actrices, ce sont 16 acteurs de la troupe qui interviendront au cours des différentes représentations. La plupart sont déjà connus du fidèle public de la troupe théâtrale locale. À signaler toutefois l’arrivée d’un nouveau dans la pièce des adultes, Arnaud Villedieu.

« Cette année » nous dit la présidente, Cendrine Boigard, « vous constaterez qu’il y aura un peu moins d’acteurs. C’est dû au fait que beaucoup parmi les jeunes sont pris par leurs études et ne peuvent pas être disponibles pour les répétitions. Croyez bien qu’ils sont les premiers à le regretter ! »

Le programme de cette nouvelle saison

Les plus jeunes interprèteront « Expressions libres » de Johann Corbard. Lorsque des enfants tentent de discuter en utilisant les expressions langagières des adultes, cela peut faire un peu peur...

Ensuite, les ados occuperont la scène avec « Al Capone » de Corinne Reclus Gresse. 4 malfaiteurs, sortant de prison, attaquent une banque...

Les jeunes adultes offriront une réflexion avec « Ah les hommes… » d’Anny Lescalier. Trois amies parlent des hommes autour d'un verre...

Les acteurs de la pièce "Dépêche-toi bibiche, on va rater l'avion .."

Les acteurs de la pièce "Dépêche-toi bibiche, on va rater l'avion .."

Et enfin, avec les adultes et la pièce « Dépêche-toi bibiche, on va rater l’avion » de Jérôme Dubois, la soirée se terminera dans une suite de quiproquos qui pourront vous faire pleurer…de rire bien sûr ! Comédie en 3 actes.

Leur voyage au Maroc, Marc et Sophie l’attendent depuis si longtemps ! Soleil et farniente, ils en rêvent depuis des mois ! Bye, bye, la grisaille de Paris, à eux le soleil de Rabat ! Mais le jour J, le départ s’avère plus compliqué que prévu !....

Pour toutes ces pièces ce sont les acteurs eux-mêmes qui assurent les mises en scène et les décors. Quelques-uns des nombreux bénévoles n’hésitent pas à apporter leur aide dans tous les domaines où leur participation active peut être bénéfique à tous.

Le bureau de l’association

Présidente : Cendrine Boigard

Vice-Président : Michel Poupée

Secrétaire : Marion Boigard ; secrétaire adjoint : Nicolas Beaugé

Trésorière : Élisabeth Naverre ; trésorière adjointe : Nathalie Devallée.

Le calendrier des représentations

Samedi 30 novembre à 20 h 30 et dimanche 1er décembre à 14 h 30

Samedi 7 décembre à 20 h 30 et dimanche 8 décembre à 14 h 30

Samedi 11 janvier 2020 à 20 h 30 au profit de l’association « La petite locomotive » de Luceau (72)

Entrée : 8 €

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 13:48

PUBLIC EN HERBE

Programmation Jeune Public à la Campagne.

 

 

L’association Cultur’O pré, en partenariat avec le Conseil Départemental d'Indre et Loire, la Région Centre, la Commune de Neuvy le Roi et le théâtre Billenbois notamment, vous propose

 

DIMANCHE 01 DECEMBRE 2019

Salle Armand Moisant- NEUVY LE ROI (37370)

À 17H00

 

L’association Cultur’O pré et toute l'équipe de « Public en Herbe » seraient heureuses de vous recevoir lors de la représentation de :

 

 

« Pois princesse en trois fois »

Théâtre Billenbois

 

Une histoire racontée de trois façons différentes inspirée du conte « La princesse au petit pois » de Christian Andersen

Neuvy-le-Roi : Spectacle "Public en herbe"
Neuvy-le-Roi : Spectacle "Public en herbe"

La première fois, la princesse au petit pois s’installe au potager. Découvrons à l’orée d’une forêt de poireaux, le château fait d’un empilement de cageots, le prince scarabée, la reine fourmi et la princesse cigale sous un orage d’arrosoirs. Du potager au potage il n’y a qu’un pas qui mène en cuisine. Une cuisine toute entière détournée et sa batterie servent les aventures d’une princesse sous le regard complice de la reine, experte en banquet. Du théâtre de cuisine passons à la nappe rouge et blanche et à ce petit pois vert. La troisième fois raconte l’histoire en graphique et abstrait. Mondrian, Pollock, Miro transformeront la nappe en tapis volant qui nous emmènera à la découverte du conte raconté comme un rébus.

 

 

Spectacle TOUT PUBLIC, suivi de friandises !

 

 

Les réservations sont conseillées à culturopre@gmail.com-07.66.19.39.24

 

Le tarif est de 6€ par personne.

 

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2019 5 01 /11 /novembre /2019 10:26

Comme cela avait déjà été annoncé, la bibliothèque de Saint-Christophe et sa dynamique équipe, n’hésitent pas à s’investir pour proposer des animations gratuites en direction de ses adhérents adultes ou enfants.

En cette soirée du  jeudi 31 octobre, l’animation était dirigée vers un public d’enfants entre 9 et 12 ans, sur le thème d’Halloween. Un gros travail de préparation avait été réalisé en amont par Laëtitia, responsable de la bibliothèque, et les bénévoles, Nathalie, Virginie, Lore, aidées par le jeune Gatien.

Les portes d'entrée annoncent le thème de la soirée

Les portes d'entrée annoncent le thème de la soirée

Dès l’arrivée sur les lieux, l’ambiance est créée. La porte d’entrée de la bibliothèque affiche le thème de la soirée. Et, une fois cette porte poussée, le décor est magique : on pénètre dans l’antre des vampires, sorcières, fantômes peuplé d’animaux sensés apeurer les enfants bien déguisés et maquillés, affreux à souhait.

Une vue de l'intérieur de la bibliothèque

Une vue de l'intérieur de la bibliothèque

Pour meubler cette soirée débutée à 19 h, les organisateurs avaient prévu différentes occupations. Les 16 enfants présents étaient répartis en 4 équipes mixtes, avec chaque fois 2 filles et 2 garçons, aux noms évocateurs : les loups garous, les chauves-souris, les vampires et les sorciers-sorcières.

Un quiz sur l’histoire d’Halloween leur a d’abord était proposé puis, ce fut une course au trésor à l’intérieur de la salle. Il fallait trouver et résoudre 6 énigmes pour trouver le trésor de la sorcière Galovinala. Ce trésor avait été confié aux bibliothécaires mais, la veille d’Halloween,  une grande panique s’empara d’elles, le trésor avait disparu. Heureusement, les petits enquêteurs de l’équipe loups garous, en fins détectives, purent le retrouver ce qui soulagea les bibliothécaires ! Mais que contenait donc de si précieux ce coffret ? L’équipe gagnante eut le privilège de l’ouvrir : il était plein de bonbons de toutes sortes ! Laëtitia précisa que ce trésor serait réparti équitablement entre tous les participants ce qui fit naître un sourire gourmand sur toutes les petites bouches.

Qui va s'approprier le trésor ?

Qui va s'approprier le trésor ?

Puis, pour poursuivre la soirée, une chasse aux fantômes dans l’obscurité attendait les enfants avant un repas ensorcelé concocté par les organisatrices. Une fois bien restaurés, la soirée se poursuivit par la lecture d’une histoire remaniée et personnalisée par les adultes avant que sonnent non pas les 12 coups de minuit mais les 10 coups annonçant 22 heures, heure fatidique où tous les maléfices s’estompent avec l’arrivée des parents venus récupérés leurs petits monstres !

 

Des participants heureux de cette belle soirée !

Des participants heureux de cette belle soirée !

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2019 6 19 /10 /octobre /2019 13:20

Quand arrive le mois d’octobre, que les bogues de châtaignes jonchent le sol et que le jus de raisin commence à fermenter, l’association « Autour de la collégiale de Bueil » propose son 4ème et dernier spectacle de l'année. Pour terminer une saison culturelle de bonne facture, c’est une jeune conteuse québécoise qui avait été retenue, Renée Robitaille, dont le talent n’est plus à démontrer.

D’ailleurs, le président de l’association, Didier Descloux, fut très surpris des nombreuses réservations annoncées pour cette soirée : plus de 100 personnes s’étaient manifestées avant la date prévue et, comme il le précisa en entrée en matière : « Comme vous pouvez le constater, nous avons modifié l’aménagement de la cave. La scène est plus centrale et les chaises disposées en demi-cercle vous permettront d’être plus près de la conteuse. En parlant de la conteuse, sachez que vous avez de la chance car avec les perturbations au niveau de la SNCF, il lui a fallu aménager son horaire de départ et de plus, il y a deux jours, elle était quasiment aphone. Ce soir ça va mieux mais elle parlera avec un micro pour économiser sa voix. » Après avoir souhaité une bonne soirée à tous, il laissa la place à la conteuse qui arriva sur scène sous de chaleureux applaudissements.

Le décor succint

Le décor succint

Et, avec son accent québéquois, René Robitaille nous invita à la suivre dans l’histoire des « Hommes de pioche ». Les «  Hommes de pioche », ce sont les mineurs dont la conteuse s’est inspirée pour créer ce spectacle.  C'est ParisPâté qui vole des pépites pour sa Lucie, la femme aux seins centrifuges. C'est aussi Moose qui nage dans la vaseline pour augmenter son bonus. C'est Antonio l'Italien qui voit pour la première fois des glaçons pendus aux maisons. C'est Gros Denis qui raconte ses cicatrices à ses chums, avec sa mâchoire en plastique. Et c'est aussi le fameux Grand Zaphat. Pour ce spectacle, la conteuse utilise le langage des mineurs. Son spectacle est inspiré, entre autres, par la fondation de Val d'Or en 1934 qui a poussé comme un champignon. À l'époque, il y avait neuf hommes pour une femme. Conséquence : les hommes enfermaient leur femme pour ne pas se la faire voler ! Il est aussi question de la naissance du syndicalisme pour défendre les conditions de travail des ouvriers exploités par les patrons. 

Le secteur des mines est étroitement lié à l'Abitibi-Témiscamingue de la conteuse. Même sa famille comptait des mineurs. Son grand-père était mineur. Renée Robitaille n’a pas hésité à en rencontrer dans leurs lieux de travail pour mieux comprendre cet univers très particulier qu’elle a su rendre devant le public. Le moment le plus émouvant étant le récit de la catastrophe du « 20 mai 1952 », date gravée sur la petite fiole que portaient les mineurs autour du cou et sur celle que lui avait confiée Antonio, rencontré en Italie, et qu’elle devait remettre à son grand-père lors de son retour en Abitibi-Témiscamingue. Ce fut aussi l’occasion pour que le grand-père fasse la connaissance de ses descendants de la 4ème génération !

La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte
La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte
La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte
La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte

La conteuse aux expressions changeantes selon le moment du conte

Un beau spectacle empreint de beaucoup d’émotions avec des moments de tendresse, de drôleries dans certaines descriptions et d’un sentiment profond d’attachement à son pays !

Les auditeurs, par leurs applaudissements très nourris remercièrent la conteuse de l’agréable moment passé ensemble dans le cadre convivial de la cave.

 

 

Le spectacle est terminé, la conteuse va quitter la scène !

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 16:28
Un très nombreux public pour cette seconde conférence de l'année

Un très nombreux public pour cette seconde conférence de l'année

Vendredi soir, la seconde conférence proposée par l’association « Histoire et Patrimoine », mettait à l’honneur un personnage de Saint-Christophe, encore peu connu. C’était donc l’occasion, grâce à Jean De Rycke, membre de l’association, de le présenter au nombreux public fidèle des manifestations organisées par l’association.

Le conférencier, Jean de Rycke

Le conférencier, Jean de Rycke

Gilles Douté (1750-1813) était le fils d'un maréchal-ferrant de Saint-Christophe-sur-le-Nais. À l'âge de 15 ans, il fut choisi par l'intendant de Tours pour être formé à la profession de vétérinaire à Lyon, dans l'École Royale fondée en 1761 par Claude Bourgelat.  Ce personnage était le créateur de l’école vétérinaire de Lyon puis, ensuite de celle d’Alfort. Ces écoles furent ouvertes pour lutter contre les pratiques utilisées alors et qui relevaient pour la plupart du charlatanisme. Muni du Brevet du roi, Gilles Douté s'établit à Tours en 1772, devenant ainsi le premier vétérinaire de Touraine. Les étapes de sa vie étudiante et professionnelle ont été reconstituées à partir des archives d'Indre-et-Loire et de Sarthe.

Les écoles vétérinaires devaient combattre les pratiques anciennes

Les écoles vétérinaires devaient combattre les pratiques anciennes

Comment l’attention du conférencier, Jean de Rycke, a-t-elle été attirée par ce fait qu’on peut qualifier d’important pour l’histoire locale ?

Comme il le dit lui-même : « C’est par un article du Dictionnaire des scientifiques de Touraine, ouvrage édité par l’Académie de Touraine. Cet ouvrage collectif de 400 pages, sous la direction de Marc Rideau, comprend les notices biographiques de 550 personnalités de Touraine qui se sont illustrées dans le passé par des contributions remarquables dans divers domaines scientifiques. Gilles Douté est parmi elles, et ce n’est d’ailleurs pas le seul Christophorien qui y apparaisse, ni le seul natif du Pays de Racan. La fiche concernant Gilles Douté, renferme deux faits qui nous interpellent : la reconnaissance officielle par le roi de la profession de vétérinaire et le métier du père de Gilles : maréchal-ferrant. Le maréchal-ferrant, dans les campagnes d’alors, et pour de longues années encore, était celui qui ferrait les chevaux mais aussi celui qui soignait leurs maladies ainsi que celles des bestiaux. Le maréchal-ferrant était le membre d’une corporation dont la puissance était proportionnée à l’importance du cheval dans la société d'alors. C’était l’ancêtre du vétérinaire. »

Le conférencier a passé de nombreuses heures aux archives

Le conférencier a passé de nombreuses heures aux archives

Le parcours de Gilles Douté

À 15 ans, il part pour l’école royale vétérinaire de Lyon, à pied, avec un autre Christophorien, un peu plus âgé que lui, René Cuisnier et ce, grâce à la protection de M. du Cluzel, intendant de la généralité de Tours. Ce dernier a obtenu que soient dégagés les fonds nécessaires à l’éducation de 6 élèves choisis pour bénéficier de l’enseignement de cette école royale fondée en 1762. Après des études sérieuses, Gilles Douté obtient son diplôme de l’école de Lyon en 1769. Quant à René Cuisnier, il sera renvoyé de l’école de Lyon et ne deviendra pas vétérinaire.

Tout au long de sa scolarité, Gilles Douté a fait preuve d’une santé précaire corroborée par des accidents de santé assez graves survenus lors du séjour à Alfort où il a été appelé par Claude Bourgelat pour parfaire sa formation en avril 1771. M. Bourgelat, qui gardait la main sur l’attribution des brevets, estimait en effet que l’école de Lyon négligeait la formation pratique des futurs vétérinaires et qu’il était nécessaire d’y remédier par un séjour complémentaire à Alfort.

Aussi, malgré son diplôme obtenu à Lyon, au lieu de rentrer en Touraine pour exercer son métier, il se rend à l’école royale de Paris, sise à Alfort, pour y parfaire ses connaissances dans l’art vétérinaire.

Le 6 mai 1772, en possession du brevet de l’école royale d’Alfort, lui permettant d’exercer la médecine vétérinaire et du brevet de privilégié du Roy, il s’installe à Tours où il dispose d’un hôpital pour chevaux grâce à l’appui et à la générosité de l’intendant. Il faut savoir qu’à l’époque, les chevaux font l’objet de soins particuliers car ils sont indispensables à l’armée.

La médaille du "prix de pratique" remise par le Roi

La médaille du "prix de pratique" remise par le Roi

Le 13 février 1781, Louis XVI fait remettre à Gilles Douté la médaille du prix de pratique en récompense d’une cure surprenante sur un étalon du Roy dont le jeune vétérinaire avait soigné une jambe cassée. Cet honneur confirme l’excellence du praticien dans cet art tout nouveau.

Un avis au public, publié lors de son installation à Tours, en 1772, livre un certain nombre d’informations complémentaires sur la nature des activités officielles de Gilles Douté dans le domaine de la santé animale et de la maréchalerie, et sur ce qui est couvert par le Brevet royal de « Médecin-Maréchal », ou encore d’« Artiste vétérinaire » comme il était coutume de nommer un vétérinaire à cette époque. Il permet également de percevoir les enjeux de sa mission notamment dans le domaine des maladies du bétail (par rapport à celles des chevaux) et les difficultés qu’il pourra rencontrer pour s’imposer et faire reconnaître ses compétences, notamment dans les campagnes. Il montre aussi quelles sont les diverses sources de profit qu’il pourra escompter dans l’exercice de son métier (soins aux animaux, lutte contre les épizooties, maréchalerie, pharmacie, botanique, garde des animaux) et plus tard, garde-haras dans les stations royales des deux provinces Touraine-Anjou. Il aurait participé en 1795 à la grande réquisition des 40 000 chevaux destinés à l’armée de la République. Ceci est la dernière intervention dont on ait la trace dans sa carrière professionnelle. Il a sans doute exercé son art jusqu’à sa mort en 1813 (il avait 63 ans).

 

Un atelier de maréchal-ferrant où père et fils travaillaient souvent ensemble

Un atelier de maréchal-ferrant où père et fils travaillaient souvent ensemble

Les principales interventions de Douté en Touraine

Épizootie des bêtes à cornes de Nueil et Thilouze (1773)

Maladie putride des bêtes à cornes à Montlouis (1780)

Réduction de la fracture d'un étalon royal (1781)

Morve des chevaux à Tours (1784)

Rage à Fondettes (1787-1788)

Charbon à Neuvy-roi (1787)

Une lignée de maréchaux et de vétérinaires

Sur les trois générations suivant celle du père de Gilles Douté, Jean De Rycke, aidé par son frère Nicolas, a établi une généalogie de la famille Douté. Ils ont identifié 7 maréchaux mais aussi, 3 vétérinaires diplômés dont bien sûr Gilles Douté.

Les auditeurs en train de consulter les publications de l'association

Les auditeurs en train de consulter les publications de l'association

Cette conférence très documentée fait l’objet d’une plaquette qui sera remise gratuitement aux adhérents de l’association lors de l’assemblée générale du 14 décembre. Les personnes non adhérentes qui seraient intéressées par le sujet, peuvent rencontrer Histoire et Patrimoine lors du marché d’automne les 2 et 3 novembre à la salle Beau Soulage.

Le verre de l'amitié termina la soirée
Le verre de l'amitié termina la soirée

Le verre de l'amitié termina la soirée

À l’issue de la conférence, après les chaleureux applaudissements du public, le verre de l’amitié fut offert à tous les participants pour terminer la soirée dans la plus grande convivialité.

L’assemblée générale est fixée au samedi 14 décembre, à 17 h, à l’espace socioculturel (Foyer rural).

Contact

Président : Philippe Larus 02 47 29 33 18

Histoire.patrimoine37@laposte.net

http://histoire-patrimoine.jimdo.com

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 14:36

Crédit photo : Jocelyn Michel

AUTOUR DE LA COLLÉGIALE vous propose une soirée "Contes à la cave"

VENDREDI 18 OCTOBRE, 20h30

Cave de Gué Luneau à Bueil-en-Touraine

"Hommes de pioche"

avec Renée Robitaille, conteuse québécoise.

Entrée: 10 €, tarif réduit: 6 €

Bernache et châtaignes grillées agrémenteront la soirée.

Il est indispensable de réserver car le nombre de places est limité...

Contacts: collegialedebueil@laposte.net ou 02 47 24 49 60 ou 02 47 24 45 38 ou 06 73 07 99 98

 

HOMMES DE PIOCHE

 

Tous les mineurs que j’ai rencontrés portaient cette petite fiole au cou. Une fiole en or. Sur laquelle la mine avait inscrit « 20 mai 1952 ». Autour de mon cou, c’est la fiole du Grand Zaphat qui pendait. On m’avait chargé de lui remettre. J’ai arpenté les terres de l’Abitibi, ma région natale. J’ai cherché le Grand Zaphat, dans les tavernes, dans les mines. Et je l’ai trouvé à travers les histoires de tous les Hommes de pioche qu’il a sauvés ce jour-là, le jour où le marécage est entré dans la mine.

 

Un spectacle de contes originaux construit à partir de récits de vie récoltés en Abitibi : région natale de Renée.

 

Textes : Renée Robitaille Compagnons de plume : Louis Champagne et Yvan Bienvenue

Mise en scène : Louis Champagne Durée : 95 minutes sans entracte Pour adultes et adolescents (à partir de 12 ans)

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 14:20

 

Le programme du concert est élaboré pour associer la voix à l'orgue en y ajoutant des pièces écrites pour orgue seul afin d'apprécier et mettre en valeur la richesse sonore de l'instrument.

L'organiste Laurent Jochum, titulaire des grandes orgues Cavaillé-Coll de l'église Saint Jean-Baptiste de Belleville, accomplit depuis plus de vingt ans une carriere éclectique. Il se produit régulièrement en récital en France et à l'étranger. Professeur d'éducation musicale, il multiplie les projets et initiatives à l'adresse des plus jeunes.

Le Baryton Philippe Brocard a remporté plusieurs prix nationaux et internationaux. À la scène, il interprète les rôles titres des grands opéras classiques. Depuis 2008, il fait partie du Chœur de l'Armée Française, en soliste avec l'orchestre de la Garde Républicaine.

Les interprètes servis par une excellente technique ont un répertoire qui s'étend de la musique baroque ( Stradella, Haendel, Caccini, Bach ) aux grands chefs d’œuvres contemporains, en passant par la musique romantique et symphonique du XIXème siècle ( Gordigiani, Bizet, Lefébure-Wely, Adams, Denza ).

Alors, n'hésitez pas, réservez votre dimanche après-midi pour ce concert proposé par les Amis de l'Orgue.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages