Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juillet 2018 1 09 /07 /juillet /2018 07:35

L’association GSPC Basket qui regroupe les deux villages de Saint-Christophe-sur-le-Nais et Saint-Paterne-Racan organisait dimanche son vide –grenier. Les années se suivent mais ne se ressemblent pas toujours. Pour cette seconde édition, les organisateurs se montraient confiants. En réservation pour les exposants, une cinquantaine de mètres linéaires de plus et une météo au beau fixe laissaient présager un beau vide-grenier. Mais, la forte chaleur a un peu découragé les chineurs qui ne se sont pas déplacés en grand nombre pour venir découvrir, parmi les objets exposés, la trouvaille qui aurait pu faire leur bonheur. Il y avait pourtant un choix assez varié. Outre les vêtements et jouets pour enfants, livres et bibelots, objets hétéroclites, vieilles revues, auraient pu tenter certains chalands.

Un petit aperçu de ce que l'on pouvait trouver
Un petit aperçu de ce que l'on pouvait trouver
Un petit aperçu de ce que l'on pouvait trouver
Un petit aperçu de ce que l'on pouvait trouver
Un petit aperçu de ce que l'on pouvait trouver

Un petit aperçu de ce que l'on pouvait trouver

Pour occuper les jeunes, les organisateurs avaient emprunté à la fédération départementale de basket une structure gonflable représentant un terrain de basket. Toute la matinée, des initiations étaient proposées dans le but de faire découvrir ce sport aux enfants et recruter de nouveaux joueurs.

Des enfants s'initiant au basket

Des enfants s'initiant au basket

Les repas de midi qui fleuraient bon les îles, ont rencontré un peu moins de succès que l’an passé. N’oublions pas que le club est jumelé avec un club martiniquais !

C’est donc sur un succès mitigé mais qui ne découragera pas les organisateurs que s’est terminé ce second vide-grenier.

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2018 1 02 /07 /juillet /2018 09:49

Samedi après-midi, malgré le match de football opposant la France à l’Argentine, une vingtaine de personnes avait répondu présentes à l’invitation de Laëtitia Renaud, présidente du comité des fêtes. Tout d’abord elle remercia ceux qui étaient venus puis elle précisa le but de cette réunion : « Notre objectif, c’est de renouveler le pèlerinage de la saint Christophe. La date du 21 juillet 2019 a été retenue par les membres du comité des fêtes. Nous envisageons de relancer cette manifestation une année sur 2, en alternance avec les festivités du 13 juillet. Si vous le voulez bien, nous allons faire un tour de table et ceux qui ont des  souvenirs des anciens pèlerinages pourront en faire part aux autres. »

Mais, très vite, est ressortie l’idée qu’il ne fallait pas copier ce qui se faisait mais certaines des habitudes d’alors pourraient bien être reprises : décoration des maisons en bleu et jaune, vente de médailles ou porte-clés à l’effigie de Saint-Christophe.

Une première suggestion fut évoquée : inviter d’autres villages portant le nom de Saint-Christophe et organiser le samedi après-midi un marché gourmand où les spécialités de ces villages seraient proposées. Mais quelques problèmes apparurent rapidement : beaucoup de travail pour une première fois, difficulté pour trouver des hébergements. L’idée du marché est conservée mais il aurait lieu le dimanche toute la journée.

Thierry Hervet-Garcia évoqua le déroulement de la journée pour les véhicules. Un trajet d’environ 50 km, à petite vitesse, traversant les villages voisins, et permettant de faire découvrir les sites intéressants. Le départ se ferait place Jehan d’Alluye, et chaque équipage recevrait un croissant et un café. Pour le côté religieux, deux possibilités sont envisagées en fonction de la disponibilité du prêtre : bénédiction des occupants des véhicules avant le parcours ou, en fonction de l’heure de l’office, bénédiction à la fin du parcours.

Rassemblement ensuite de tout le monde à Beau-Soulage où des repas seront proposés et diverses animations devraient occuper les visiteurs petits et grands.

Quelques récompenses pourraient être attribuées comme par exemple la maison la mieux décorée, un concours de vélos ou de brouettes décorés, l’élection d’un Mister Saint-Christophe. Le nécessaire pour décorer les maisons serait fourni par le comité des fêtes pour conserver une homogénéité du décor.

Laëtitia précise  qu’elle souhaite que d’autres associations s’implique dans cette manifestation : Histoire et Patrimoine, APE, Cercle des Amis, les Danseux du Nais (la présidente a précisé que leur prestation est payante), l’EMEDC, la Sainpatophe ainsi que la maison de retraite.

Pour les personnes intéressées, la prochaine réunion aura lieu le samedi 24 novembre, à 16 h (Beau-Soulage ou Foyer socioculturel). Pour cette manifestation, il y aura des réunions spécifiques.

Une réunion constructive
Une réunion constructive

Une réunion constructive

Partager cet article

Repost0
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 19:20

 

Samedi matin, les Christophoriens avaient été invités par la municipalité pour une manifestation importante. Deux des édifices communaux s’affichaient en bleu blanc rouge et, pour ce premier match de l’équipe de France, on aurait pu penser que ces couleurs étaient un clin d’œil sympathique aux Bleus. Mais, tout compte fait, il n’en était rien ! Ces rubans tricolores, placés l’un devant l’hôtel de ville et l’autre devant l’entrée du foyer rural, étaient le signe que deux des réalisations achevées récemment allaient être inaugurées : le superbe campanile qui coiffe la mairie et le foyer rural devenu désormais espace socio-éducatif.

Élus et population avant la cérémonie
Élus et population avant la cérémonie

Élus et population avant la cérémonie

Pour cette manifestation, outre les élus communaux, on pouvait noter la présence de MM. Samuel Gesret, sous-préfet de Chinon, Pierre-Alain Roiron, vice-président de Conseil Régional et maire de Langeais, Jean-Pierre Gascher, Conseiller Départemental, ainsi que quelques élus des communes du territoire dont M. Patrick Cintrat, qui fut président de la Communauté de Communes du Pays de Racan. Catherine Lemaire, premier magistrat de Saint-Christophe, excusa quelques personnes prises par d’autres obligations ainsi que plusieurs des artisans ayant participé aux travaux. Pour commencer cette cérémonie et procéder à la première inauguration, madame le Maire, salua les personnes présentes et prononça ces quelques mots en ouverture du discours qui aura lieu un peu plus tard : « Permettez-moi de vous dire que c’est un grand honneur et un grand plaisir d’inaugurer en votre présence à tous, le campanile et la salle polyvalente qui s’inscriront dans le temps au cours de ce siècle.» Elle présenta ensuite l’histoire de ce campanile placé sur le bâtiment en 1902 grâce à Eugène Hilarion, nommé le Bienfaiteur de la commune. Ce superbe ornement a malheureusement subi les outrages du temps et, suite à des pluies torrentielles, en septembre 2015, la municipalité a dû faire appel à un artisan pour le bâcher et a fait réaliser des estimations du montant des travaux puis a demandé une aide financière à l’état et au département. « Le montant des travaux s’élevant à plus de 40 000 €, nous avons obtenu une DETR de 15 000 € et une subvention du département de 14 115 €. Un grand merci à l’état et au département. » L’état catastrophique du campanile avait, en novembre 2015, inspiré l’un des conseillers municipaux, artiste à ses heures, qui écrivit une complainte intitulée « Le campanile ». (ouvrir le fichier ci-dessous pour le découvrir)

Les officiels rassemblés devant la mairie.

Les officiels rassemblés devant la mairie.

Ces quelques mots terminés, Laëtitia, une charmante jeune hôtesse, chargée de présenter les ciseaux posés sur un coussin, pour que les officiels puissent couper le ruban destiné à l’inauguration du campanile, s’acquitta avec le plus grand sérieux de sa tâche et c’est sous les applaudissements que ce premier ruban fut donc coupé et distribué par petits morceaux aux amateurs de souvenirs.

Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux
Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux
Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux
Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux
Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux

Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux

Ensuite, Catherine Lemaire invita les personnes présentes à aller vers le foyer rural. Comme pour le campanile, avant de pouvoir entrer dans le foyer, les officiels coupèrent le ruban et chacun fut invité à entrer dans cet « espace socio-éducatif » comme il convient de le nommer désormais.

MM. Gesret, Roiron et Gascher se prêtent au même cérémonial aux côtés de Catherine Lemaire
MM. Gesret, Roiron et Gascher se prêtent au même cérémonial aux côtés de Catherine Lemaire
MM. Gesret, Roiron et Gascher se prêtent au même cérémonial aux côtés de Catherine Lemaire

MM. Gesret, Roiron et Gascher se prêtent au même cérémonial aux côtés de Catherine Lemaire

Pour plusieurs personnes, ce fut une découverte de voir cet espace réellement transformé. Madame le Maire se plaça derrière le pupitre pour expliquer et présenter à ses administrés et aux représentants des collectivités, les différentes étapes et péripéties qui s’égrenèrent tout au long des travaux.

Les Christophoriens découvrent cet espace rénové
Les Christophoriens découvrent cet espace rénové
Les Christophoriens découvrent cet espace rénové

Les Christophoriens découvrent cet espace rénové

 « Pourquoi avoir rénové le Foyer ? »

C’est par ces quelques mots que débuta le discours de madame le Maire. Elle commença par un petit historique du Foyer rural. En voici l’essentiel : « Après la seconde guerre mondiale, il existait à Saint-Christophe deux troupes théâtrales. L’une à caractère plutôt catholique, les J3, et l’autre, plutôt laïque, « le foyer rural ». Ces deux associations étaient au cœur de vives polémiques. Le maire et le curé se livraient à une lutte acharnée, un peu comme dans le film « Don Camillo ». Le maire, M. Girard, fit fermer la salle de spectacle des J3. Le projet de construire un foyer rural apparut pour la première fois lors de la séance du conseil municipal présidée par M. Girard, le 5 mars 1951. »

 Un an après, le 22 mai 1952, les plans et les devis furent présentés au conseil municipal et acceptés et, le 10 octobre 1954, le bâtiment fut inauguré par M. le Préfet, Lecornu, et M. Girard, maire et conseiller général, comme en témoignait une plaque gravée située à droite de l’entrée.

La plaque qui fut posée lors de l'inauguration du foyer rural

La plaque qui fut posée lors de l'inauguration du foyer rural

L’association « Foyer rural », présidée par M. Lucien Ménard, bénéficia d’un bail de 18 ans qui fut renouvelé une fois. Au cours des années qui suivirent, quelques aménagements eurent lieu mais il n’y eut pas de gros travaux d’entretien d’effectués.

En 2006, la municipalité en place a souhaité engager des travaux estimés à 150 000 €. Faute de crédits au Pays, il fut prévu de faire inscrire ce projet dans le plan de programmation pluriannuel du Conseil général.

En 2014, la nouvelle municipalité retint une liste de travaux prioritaires parmi lesquels, la rénovation du foyer rural. Le presbytère et l’ancienne poste ayant été vendus en 2015 et 2016, cela a permis de dégager une somme pour autofinancer partiellement les travaux du foyer. « Il nous a semblé important de continuer à restaurer le foyer qui n’était plus aux normes d’accessibilité, plus aux normes d’économie d’énergie et d’isolation. Des normes, j’en ai certainement oublié… »

 Le chantier des gros travaux a commencé en novembre 2016, dès que l’obtention de subventions a été connue. C’est Soliha qui a été retenue en maître d’œuvre et Mme Deruelle a suivi le chantier. Les entreprises retenues étaient pour la plupart des entreprises du département.

Catherine Lemaire pronoçant son discours

Catherine Lemaire pronoçant son discours

Les péripéties inattendues et burlesques du chantier

« En mai 2016, aucune observation n’est faite après analyse du cahier des charges par le bureau de contrôle Qualiconsult. Novembre 2016, doute sur la solidité de la charpente. Avril 2017, Qualiconsult demande un renfort de charpente suite à l’étude du cabinet Leptotech réalisée en mars 2017. Juillet 2017, Qualiconsult confirme la non ouverture au public. À l’automne 2017, il y a une analyse technique par Leptotech pour renfort de la charpente puis une recherche d’entreprise en mesure de réaliser les travaux selon la prescription technique. En janvier 2018, c’est l’entreprise Szymanski, notre sauveur, qui est en mesure de réaliser les travaux pour 11 797,98 € TTC. »

La parole est alors donnée à André Lascaud, premier adjoint, en charge des suivis de travaux. À l’aide d’un diaporama, il explique, photos à l’appui, les différentes phases des deux chantiers dont l’inauguration fait l’objet du rassemblement de ce jour.

André Lascaud commente les travaux
André Lascaud commente les travaux

André Lascaud commente les travaux

Avant de passer le micro aux représentants des collectivités locales ayant apporté leur soutien financier à ces deux réalisations, Catherine Lemaire remercia les différentes instances pour les subventions reçues, à Mme Deruelle qui a suivi la fin du chantier de la salle socio-éducative avec beaucoup de rigueur, aux entreprises qui ont réalisé un sérieux travail de professionnels, ainsi qu’aux membres du conseil municipal qui l’ont épaulée dans cette aventure et aux employés communaux.

« Cette salle qui a déjà été mise à disposition et louée, est beaucoup appréciée. Nous sommes en voie de réaliser l’objectif souhaité, créer une dynamique d’animation socio-culturelle. »

Intervention des personnalités

Jean-Pierre Gascher, Conseiller départemental : « C’est avec plaisir que je constate que l’argent que nous avons donné a été bien utilisé dans ces belles restaurations. Je remercie M. Pascal Martineau, pour son remarquable travail sur le campanile. Le fonds FDSR du Conseil Départemental est réservé au soutien des communes rurales pour un montant de 11 000 000 €. Mais, en ce moment, nous avons de grosses dépenses pour le social, avec l’aide que nous devons apportée aux mineurs non accompagnés qui arrivent dans notre département. Ces deux projets étaient je pense, le programme de votre mandat. Je vous félicite de les avoir accompagnés avec votre équipe. C’est une très belle salle pour tous. »

Pierre-Alain Roiron, Vice-président du Conseil Régional : « J’ai toujours un immense plaisir à venir à Saint-Christophe. Je travaille souvent avec Catherine Lemaire et Patrick Cintrat. Le Conseil Régional se doit de marquer sa solidarité avec les communes rurales. Refaire le campanile a été une très bonne chose dans ce village qui possède un très beau bâti. Le Conseil Régional est aux côtés des élus ruraux. Un peu plus de 10% de son budget est consacré aux communes rurales. »

Samuel Gesret, Sous-préfet de Chinon : « C’est la deuxième fois que je viens à Saint-Christophe. J'aime beaucoup sa belle place. Mes services m’ont annoncé }Vous devez aller à Saint-Christophe-sur-le-Nais pour inaugurer un hôtel Campanile.~ Imaginez ma surprise… J’adresse mes félicitations à l’entreprise Martineau pour son beau travail sur le campanile qui orne l’hôtel de ville. Je trouve très bien de vouloir que ce foyer rural, salle socio-éducative, puisse servir à toutes les générations. »

M; le Sous-Préfet durant son discours

M; le Sous-Préfet durant son discours

Madame le Maire clôtura cette cérémonie par une citation de Jean Jaurès : « Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. »

Chacune des personnalités s'est vu alors remettre deux livres sur Saint-Christophe réalisés par l'association «Histoire et Patrimoine».

Chacune des personnalités a reçu les livres sur Saint-Christophe
Chacune des personnalités a reçu les livres sur Saint-Christophe

Chacune des personnalités a reçu les livres sur Saint-Christophe

Puis, ces prises de paroles achevées, alors que des photos de la commune se mirent à défiler sur l’écran, Catherine Lemaire annonça la partie festive de la matinée, avec le vin d’honneur, les petits fours et deux musiciens pour un fond musical très agréable.

Un grand bravo à la municipalité pour ces travaux et l’organisation de cette matinée festive bien appréciée par ses administrés.

La matinée se termina sur une note festive
La matinée se termina sur une note festive
La matinée se termina sur une note festive
La matinée se termina sur une note festive

La matinée se termina sur une note festive

Quelques chiffres sur l’espace socio-éducatif

Montant total du gros œuvre : 300 488, 77 € HT

Montant total des honoraires : 17 282,28 € HT

Dépenses annexes (matériel cuisine, chaises, armoire, stores) : 11 865,35 € HT

Soit un montant total de 329 636,46 € HT (395 563,75 € TTC)

Les subventions

DETR : 38 568 € ; subvention parlementaire : 5 000 € ; Région : 62 000 € ; Département : 60 000 € ; CCPR : 20 000 €

Soit un montant total de 185 568 € ce qui représente environ 60% du montant des travaux.      

Partager cet article

Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 07:15

 

Partager cet article

Repost0
30 mai 2018 3 30 /05 /mai /2018 14:20

Le 29 et 30 juin prochain, Saint Paterne Racan se fera le reflet de notre société :
la curiosité, la rencontre, la fête, l’art, le partage, la culture, la protection de l’environnement

Le Festival des Kampagn’Arts fêtera sa douzième édition le 29 et 30 juin 2018,
à Saint Paterne Racan (37). Pour cette occasion, l’association Bouge ton bled, organisatrice de l’événement, a invité la ville à la campagne. Concerts de musiques actuelles, initiation et démonstration de graff, arts de la rue, univers atypique et thématique, le festival Kampagn’Arts mélange les genres, associe les arts, fédère les cultures.

Ce festival familial destiné à promouvoir la culture, a été créé dans le but d’amener la ville à la campagne et de faire découvrir notre territoire, Gâtine et Choisilles – Pays de Racan, à un public de tous horizons. La programmation a été élaborée dans le but de rassembler un public intergénérationnel et de tous genres. Que vous ayez 7 ou 77 ans, venez passer une soirée festive, joviale, étonnante, bon enfant dans un cadre entièrement décoré pour l’occasion et surtout éclectique à moindre frais.

Notre prix de vente reflète notre volonté de rassembler. La gratuité pour les moins de 12 ans et le pass 2 jours à seulement 15 euros en préventes pour les adultes nous permettent d’avancer que le prix n’est pas un facteur limitant pour venir au Kampagn’arts. Nous souhaitons pouvoir rassembler une population au plus large et pour se faire, l’aspect financier ne doit pas être discriminant : 15 euros pour 11 concerts de qualité et 16 heures de spectacle, c’est assez rare en Festival de nos jours !

Le Festival a été labellisé en 2017 en tant qu’évènement « Eco-responsable » par la région Centre Val de Loire. Ce label est le gage d’un engagement à trois dimensions : l’aspect écologique avec un impact du festival sur l’environnement que nous souhaitons le plus faible possible, l’aspect économique avec un développement de l’économie locale et l’aspect social. Concernant cette dernière dimension, nous avons souhaité mettre l’accent sur l’accessibilité pour les Personnes à Mobilité Réduite. En effet, nous avons mis en place un partenariat entre notre association et l’association Quest’handi (spécialisée dans l’accompagnement des associations) pour améliorer nos conditions d’accueil pour les personnes handicapées (le premier objectif était l’amélioration de l’accessibilité pour les PMR, viendra un travail prochainement sur d’autres types de handicap).

En résumé, pour 15€ prix public venez applaudir pas moins de 11 groupes musicaux de renommées régionales, nationales et internationales. Ils se produiront en alternance sur 2 scènes en plein air. Alors n’hésitez plus, devenez kampagn’arts pour un soir et venez nombreux !!   

 

 C’est quoi le programme ? Vendredi 29 et Samedi 30 juin à 18h30 avec Yaniss Odua, Les Tambours du Bronx, Shantel & Bucovina Club Orkestar, Môme, Féfé, Strup, Vanupié, El Gato Negro, 9 o’clock, Iphaze et So Lune.

C’est où ? Aire de loisirs de Saint Paterne Racan (37). SNCF : gare de Saint Paterne Racan
(40 min depuis Tours, 50 min depuis Le Mans), Fil Vert, navette gratuite sur réservation au 0 800 123 037 (1 heure depuis Tours).

C’est combien ? Vendredi 29 juin 6 € en prévente et 8€ sur place / Samedi 30 juin 12 € en prévente et 15€ sur place / le pass 2 jours 15 € en prévente et 20 € sur place, gratuit pour les moins de 12 ans, (hors frais de location). Site accessible aux personnes à mobilité réduite. LOCATIONS - Tiketnet - Fnac - Carrefour - Hyper U - Géant - 0 892 68 36 22 (0,34€/min) - www.fnac.com et Helloasso (sans frais de location). 

 

Saint-Paterne-Racan : LE FESTIVAL DES KAMPAGN’ARTS 12ème édition !

 

Infos pratiques

  •  Parking et camping gratuits
  • Organisations d’un marché gourmand sur la journée du samedi avec la présence d’artisans, de producteurs et de commerçants locaux ainsi que diverses animations (ouvert samedi de 9h à 16h).
  • Présence d’un coin enfant au sein du site du festival accueillant les plus jeunes festivaliers avec jeux divers, initiation au graff, bar pour enfants, maquillage, prêt de casque auditif et tout cela sous le regard bienveillant d’une équipe d’animateurs.
  • Présence d’un stand de prévention aux conduites à risque proposé en partenariat avec la préfecture d’Indre et Loire et présence du PIJ de Saint Paterne Racan et  du BIJ et du Planning Familial de Tours proposant un échange sur les pratiques à risques (MST, drogues, alcool, troubles auditifs, …).

Partager cet article

Repost0
26 mai 2018 6 26 /05 /mai /2018 13:35

Vendredi soir, après la classe, les parents d’élèves ont pu venir admirer les travaux réalisés au cours de l’année scolaire par leurs enfants, dans le cadre de l’exposition « Exp’osons » mise en place par les enseignantes.

Cette porte ouverte est donc l’occasion de montrer aux parents, grands-parents et amis tout ce dont des enfants fréquentant l’école maternelle sont capables de faire dans de très nombreux domaines qui tous, les préparent à leur scolarité future.

Écoutons Sylvie Thémines, directrice de l’école maternelle : « Cette année, nous avons choisi de faire la porte ouverte le vendredi soir au lieu du samedi. Même si pour nous, la préparation de notre exposition s’est avérée un peu moins facile car nous étions « aidées » par les enfants présents dans la classe. Ce choix permet une plus grande amplitude horaire de 16 h 30 à 19 h 30 et dès la sortie des classes, nous avons pu accueillir de nombreux parents et le flux est assez continu. La garderie fermant à 19 h, les derniers parents pourront venir nous rencontrer sans être bousculés par le temps. »

 

Les petites bêtes vues par les plus petits : créations, expériences, poterie
Les petites bêtes vues par les plus petits : créations, expériences, poterie
Les petites bêtes vues par les plus petits : créations, expériences, poterie

Les petites bêtes vues par les plus petits : créations, expériences, poterie

Pouvez-vous expliquer pourquoi en se promenant dans les classes, nous voyons autant d’œuvres représentant de petits animaux ?

« C’est très simple. Au mois de novembre, un entomologiste est venu à l’école. Il avait avec lui de nombreuses « petites bêtes » et beaucoup de matériel. Il a expliqué aux enfants la vie de ces animaux, leur a permis de les observer et a éveillé en eux le désir d’en savoir plus. Il nous a laissé une fourmilière pendant un mois et les enfants ont pu continuer ainsi leur observation et ça a été pour nous, enseignantes, le départ d’un travail sur « les petites bêtes ». Beaucoup de nos activités habituelles ont donc tourné autour de ce thème.

Avec nos classes, nous sommes allées au museum d’histoire naturelle de Tours, où avait lieu une exposition sur les fourmis et au jardin botanique. Une autre sortie, nous a amenés à l’espace naturel des Rouchoux à Semblançay où, avec une animatrice, les enfants ont été sensibilisés au monde secret des « petites bêtes » qui peuplent cet espace. « Exp’osons » montre tout le travail que nous avons pu réaliser autour de ce thème conducteur. »

Une future élève déjà conquise par les jeux

Une future élève déjà conquise par les jeux

Laissons madame la directrice discuter avec les parents et prendre des rendez-vous avec les parents des futurs petits élèves venus découvrir les lieux et, pour certains, en prendre déjà possession, et passons dans l’autre classe où une énorme fourmi nous accueille. La maîtresse, Sabine Échignard, à l’origine de cette œuvre gigantesque, digne du sculpteur tourangeau, Michel Audiard, explique. « J’ai préparé la forme avec du grillage puis, tout le reste a été fait avec les enfants : papier mâché, colle, peinture… On lui a mis des yeux malicieux et un chapeau car je craignais que cette masse noire fasse peur aux petits. Mais, ils l’ont tous bien apprivoisée ! »

Une belle fourmi accueille les visiteurs

Une belle fourmi accueille les visiteurs

Au plafond, des papillons multicolores voltigent et sur le tableau numérique, des photos des sorties défilent ainsi qu’un petit montage réalisé avec les enfants. 

Dans la cour de l’école, les parents de l’APE proposent gâteaux et boissons et en profitent pour lier connaissance avec les nouvelles familles.

Dans la garderie attenante, des enfants sont occupés à différentes activités. Arnaud, le directeur de Familles Rurales, explique : « En général, le soir, nous avons entre 30 et 40 enfants. Il y a un espace pour les moins de 6 ans et un autre pour les plus grands. Les mardis et vendredis, nous leur proposons des ateliers découvertes imposés avec des animateurs spécialisés alors que les lundis et jeudis, leurs activités sont libres. Nous intervenons aussi auprès des enfants pendant les TAP. »

Grâce à ces portes ouvertes, nous avons pu découvrir de merveilleux lieux de vie pour les jeunes où, grâce à la compétence des encadrants, enseignantes et animateurs, les enfants peuvent s’exprimer avec les moyens qui leur sont propres mais en donnant le maximum de leurs possibilités pour leur fierté personnelle mais aussi pour la plus grande joie de tous ceux qui croient en eux.

De beaux papillons dans la classe de Sabine
De beaux papillons dans la classe de Sabine
De beaux papillons dans la classe de Sabine

De beaux papillons dans la classe de Sabine

Partager cet article

Repost0
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 13:46

Toute la semaine, du lundi au vendredi, les enfants de toutes les classes de l’école de Saint-Christophe-sur-le-Nais, ont passé leurs journées à l’espace Beau-Soulage pour être sur le lieu où le cirque pédagogique Georget avait installé son chapiteau.

Pour ne pas perdre trop de temps en déplacement, tous les enfants ont pu prendre leur repas de midi, aux frais de la commune, en compagnie de leurs enseignantes.

Les lundi et mardi ont été consacrés pour tous à la découverte de certaines activités. Sous la conduite des artistes du cirque Georget, de la petite section au CM2, par petits ateliers, ils ont pu s’initier aux arts du cirque.

Si certains enfants se sentaient sûrs d’eux et étaient volontaires pour participer aux différents ateliers, pour d’autres, il aura fallu vaincre une petite appréhension. Mais, grâce à l’accompagnement des artistes, à la bonne pédagogie dont ils savent faire part, tous ont pu essayer les activités qui leur étaient proposées en fonction de leur âge.

Le jeudi, les enfants ont pu ensuite choisir de se familiariser un peu plus avec certaines activités et, toujours sous l’œil bienveillant des artistes, préparer des numéros personnalisés seul ou en petits groupes. Le vendredi, dernier jour de l’école au cirque, chacun a pu améliorer ses performances avant une grande répétition pour que tout soit bien cadré avant de pouvoir présenter un vrai spectacle sous un vrai chapiteau, aux parents, amis, municipalité…, tous ceux qui ont soutenu ce beau projet.

C’est donc sous un chapiteau bien rempli, que les jeunes Christophoriens, bien encadrés par les artistes qui les avaient guidés durant la semaine, purent dévoiler à un public acquis d’avance, des exercices dignes de « presque professionnels » !

Les assiettes chinoises
Les assiettes chinoises

Les assiettes chinoises

Prestations diverses avec les cerceaux
Prestations diverses avec les cerceaux
Prestations diverses avec les cerceaux
Prestations diverses avec les cerceaux

Prestations diverses avec les cerceaux

À la corde à sauter
À la corde à sauter
À la corde à sauter
À la corde à sauter
À la corde à sauter

À la corde à sauter

Prestations des petits....
Prestations des petits....
Prestations des petits....
Prestations des petits....
Prestations des petits....
Prestations des petits....

Prestations des petits....

... et des plus grands !
... et des plus grands !
... et des plus grands !
... et des plus grands !
... et des plus grands !
... et des plus grands !
... et des plus grands !

... et des plus grands !

Des tout petits aux plus grands, les exercices s’enchaînèrent avec des foulards, des cerceaux, des trampolines, des cordes à sauter. Le public a pu assister aux exploits des équilibristes, des acrobates, admirer quelques audacieuses pyramides, revivre l’époque du hula hoop avec de brillants participants.

Les trapézistes amateurs
Les trapézistes amateurs
Les trapézistes amateurs
Les trapézistes amateurs

Les trapézistes amateurs

Puis, avant le moment de l’entracte, 5 jeunes trapézistes volontaires ont montré ce qu’ils avaient appris et ils reçurent pour leur prestation les vivats du public.

Les enseignantes ont aussi participé
Les enseignantes ont aussi participé

Les enseignantes ont aussi participé

Puis, ce fut au tour des enseignantes de se produire dans un exercice de corde à sauter avant que tous les enfants réunis ne fredonnent la chanson du cirque avant de retrouver leurs parents pendant l’entracte.

Les enfants à l'issue de leur spectacle
Les enfants à l'issue de leur spectacle
Les enfants à l'issue de leur spectacle

Les enfants à l'issue de leur spectacle

Ce fut l’occasion de se restaurer avant la seconde partie réservée aux professionnels du cirque qui présentèrent, durant une heure, leur nouveau spectacle, tout en musique, « Avec le temps » où poésie et burlesque se côtoient.

Une très belle soirée qui a étonné de nombreux parents au vu de ce que leurs enfants ont pu acquérir en seulement une petite semaine !

Financement du projet « Cirque à l’école » dont le coût est d’environ 10 000 € (hors frais pris en charge par la mairie)

L’APE s’est investie dans le projet depuis 3 ans : apport 5 100 €

La mairie : aide globale : 6 322,40 € (répartis comme suit subvention 2 200 € et prise en charge de l’eau, l’électricité, mise à disposition de la salle Beau6soulage et du personnel communal (coût estimé 2 500 €), repas de midi : 1 622,40 €)

L’USEP : la benne à papier qui a été remplie par les habitants et la vente de plants de tomates

Le Conseil Départemental : Mme Dupuis a versé une subvention prise sur l’enveloppe du FAL (fonds d’action locale).

Et, bien sûr, la vente des places pour le spectacle.

Grâce à toutes ces aides, le projet pédagogique a été entièrement gratuit pour les enfants et leurs familles qui n’ont eu à payer que leur place pour le spectacle !

Et, pour finir, quelques belles pyramides.
Et, pour finir, quelques belles pyramides.
Et, pour finir, quelques belles pyramides.
Et, pour finir, quelques belles pyramides.

Et, pour finir, quelques belles pyramides.

Partager cet article

Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 14:56

Jeudi matin, au multimédia, Maria Pilon, animatrice de l’espace, et Nicole Milon, animatrice à la bibliothèque, animaient de concert un nouveau café conseil consacré au « Portail Nom@de ».

Définition du « Portail Nom@de »

C’est une offre numérique mise en place par le Conseil Départemental via la DDLLP (Direction départementale du livre et de la lecture publique). Cette offre n’est pas nouvelle puisqu’elle affiche déjà 22 ans de fonctionnement, mais elle vient d’être remise au goût du jour avec l’opération « La culture en mouvement ».

Pour pouvoir bénéficier de cette offre, entièrement gratuite, il est indispensable d’être inscrit dans une bibliothèque partenaire du réseau.

Les 2 animatrices à l'écoute des participants
Les 2 animatrices à l'écoute des participants

Les 2 animatrices à l'écoute des participants

Que propose ce « Portail Nom@de » ?

Il permet aux personnes qui y adhèrent de choisir leurs ressources selon leurs centres d’intérêt.

On peut créer des favoris, se former avec des tests interactifs (langues, code de la route, bureautique…), lire des livres ou regarder des films (jusqu’à 3 par mois) en streaming, écouter et télécharger de la musique…

Sur ce « Portail Nom@de », il existe également un espace dédié aux enfants très sécurisé.

Les participants avec en fond, Nicole Milon
Les participants avec en fond, Nicole Milon

Les participants avec en fond, Nicole Milon

Les participants à ce café conseil, tous inscrits dans une bibliothèque partenaire,  ont été très surpris par la découverte de cet espace numérique et par les différentes possibilités qui leur étaient offertes en se connectant au site : http:// nomade.médiatheques.fr

Pour tous les adhérents à une bibliothèque partenaire, ce site est gratuit et en accès libre.

Partager cet article

Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 15:05

Pensez à réserver votre soirée !

Partager cet article

Repost0
11 mai 2018 5 11 /05 /mai /2018 15:12

Avec plus de 400 exposants qui représentent 3 km de stands, cette année encore, l'association de parents d'élèves « D'Écol'ons ensemble », créée le 1er janvier 2007, a réussi un véritable exploit avec l'organisation de sa 27e brocante vide-greniers.

C'est à l'initiative des parents d'élèves que le premier vide-greniers est apparu en 1991. Quelques exposants avaient alors réussi leur pari de créer, le jour de l'Ascension, ce qui deviendra rapidement une des plus grosses et des plus belles brocantes du département.

Seule manifestation organisée par l’APE au cours de l’année scolaire, elle mobilise de nombreux bénévoles dès le mois de décembre pour réserver tout le matériel nécessaire. Des courriers sont adressés à la commune, à la Communauté de communes Gâtine-Choisilles – Pays de Racan, des contacts sont pris avec les associations locales pour obtenir le prêt de matériel. « Une bonne entente règne entre les diverses associations de la commune » nous confie la vice-présidente. « À l’école, il y a environ 130 enfants ce qui représente une soixantaine de familles. Trois jours avant la date de la brocante, tous les parents sont mis à contribution pour les marquages, les installations, les approvisionnements…et, en général, tout se passe bien. »
 

Tôt le matin, les chineurs sont déjà là, mais pas la chaleur !
Tôt le matin, les chineurs sont déjà là, mais pas la chaleur !
Tôt le matin, les chineurs sont déjà là, mais pas la chaleur !

Tôt le matin, les chineurs sont déjà là, mais pas la chaleur !

Cette journée, importante pour l’APE, commença dès 4 h du matin pour les premiers des très nombreux  bénévoles qui occupaient le terrain en mettant en place les premières barrières limitant l’accès au site et les véhicules barrant les entrées pour veiller à la sécurité. Puis, les exposants ayant réservé des emplacements et quelques non-inscrits, particuliers et professionnels, s'approprièrent les 3 km de rues autour du château et dans le cœur du village, pour y déballer leurs objets, et tenter de satisfaire les très nombreux chineurs qui, pour rien au monde, ne manqueraient cette incontournable brocante tourangelle. Avant l’heure d’ouverture au public, ils se pressaient pour ne pas manquer l’affaire du jour et l’objet convoité.  L’association n’avait rien oublié et les bénévoles présents dans les stands de  restauration s'affairaient pour servir au plus vite frites, merguez, sandwiches et boissons.

Sur une telle journée, il est très difficile d’apprécier le nombre de personnes ayant déambulé dans cet immense capharnaüm, à la recherche du trésor du jour mais, ce qui est certain, c’est que l’on peut l’écrire avec 4 chiffres.

Le soleil apparaît, il fait meilleur !
Le soleil apparaît, il fait meilleur !
Le soleil apparaît, il fait meilleur !

Le soleil apparaît, il fait meilleur !

Quel est le but recherché par l’APE avec cette importante manifestation ?

Le but de cette association est de récolter des fonds au profit de la coopérative scolaire de l’école Georges Biéret afin que les enfants puissent bénéficier de sorties pédagogiques gratuites (classes de découverte, sorties et visites diverses, etc.) et d’achat de matériels. « La somme d’argent que nous récoltons avec notre brocante est de l’ordre de 10 000 €. Certaines années, il nous est arrivé d’avoir un peu plus. Notre mobilisation est bien récompensée, c’est l’essentiel.»

Composition du bureau

Présidente :            Estelle BURON

Vice-Présidente :    Anne-Laure BERTIN

Trésorière :            Sabrina CHATAIN

Vice-trésorière :     Karen  GUYON

Secrétaire :            Antoine CARLU

Vice-secrétaires :     Sabrina GONSALVES, Vincent GUEY, Olivier SOREL,   Alexandra ULMANN-PERROUX, Virginie ULMANN

Contact    

A.P.E. "D'Ecol'ons Ensemble
30 rue Georges Biéret
37360 Beaumont-la-Ronce
Tél : 07.82.20.75.81
Email
: decolons@decolonsensemble.fr

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages