Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 août 2018 1 20 /08 /août /2018 10:43

Un soleil radieux, une belle organisation, beaucoup d’amoureux de la petite reine, tous ces ingrédients réunis ont permis que cette seconde édition de la Sainpatophe soit une réussite.

La « Sainpatophe », quel drôle de nom, direz-vous ? C’est une idée de Didier Orgeur, membre de l’UCTSPC (union cyclotouriste Saint-Paterne-Saint-Christophe). Vous commencez à comprendre. Eh oui ! en associant à cette manifestation les deux villages voisins, la Sainpatophe a vu le jour ! Si la première édition, l’an passé, se déroulait à Saint-Paterne, cette année, c’est l’espace Beau-Soulage de Saint-Christophe qui en était le théâtre.

En quoi consiste la manifestation

C’est la fête du vélo vintage. Pour remettre à l’honneur ces vélos, il est demandé aux participants de se présenter avec des vélos authentiques et être vêtus avec une tenue en harmonie avec le cycle.

À l’intérieur de la salle des fêtes, une exposition de vélos très anciens, des grands-bis et autres triporteurs assez curieux attiraient le regard des visiteurs alors qu’à l’extérieur, une bourse de pièces détachées intéressait vivement les amoureux des vélos vintages.

À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur
À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur
À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur
À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur
À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur
À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur
À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur
À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur
À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur

À l'intérieur de la salle comme à l'extérieur, le vélo vintage est à l'honneur

Et, le petit plus de cette édition, une exposition de voitures anciennes, toutes plus rutilantes les unes que les autres, venues sur le site grâce à Alain Triboté, de Marray, organisateur de collections.

Les belles voitures exposées devant la salle Beau-Soulage
Les belles voitures exposées devant la salle Beau-Soulage
Les belles voitures exposées devant la salle Beau-Soulage
Les belles voitures exposées devant la salle Beau-Soulage
Les belles voitures exposées devant la salle Beau-Soulage

Les belles voitures exposées devant la salle Beau-Soulage

Le déroulement de la manifestation

Pour les cyclistes nostalgiques du temps passé, dès 8 h du matin, les inscriptions étaient prises pour se lancer, dès 9 h, sur l’un des 3 parcours proposés par les organisateurs : Emma Nivelle, 25 km, abordable pour tous, Amédée Railleurs, 38 km, certes un peu plus long mais sans grandes difficultés et la JeanThalus, 65 km, plutôt réservé aux anciens coureurs qui veulent encore en découdre même avec les manettes au cadre et les cales pieds à courroie. Ils furent 110 à parcourir, à leur rythme, ces parcours bucoliques traversant les beaux paysages du nord tourangeau.

À 11h, en présence de quelques élus, dont bien sûr les maires des deux villages, Catherine Lemaire, pour Saint-Christophe et Jean-Pierre Poupée, pour Saint-Paterne, quelques discours furent prononcés et la suite des animations annoncée.

Pour rassasier les appétits des coureurs du matin et des visiteurs venus profiter d’une animation très agréable, des plateaux repas et des grillades étaient servis et, ils furent environ 300 à en profiter.

Tout au long de la journée, des producteurs locaux vantaient leurs produits (miel, pommes et jus de pommes, volailles, autruches) mais, celui qui eut le plus de succès, fut le marchand de glaces venu de Sonzay avec ses glaces artisanales.

Inscription pour la randonnée de l'après-midi

Inscription pour la randonnée de l'après-midi

Vers 15 h, tous les cyclistes engagés, ceux du matin plus une quarantaine de nouveaux, se regroupèrent pour une balade d’environ 5 km, une boucle les menant à Saint-Paterne avec retour à Saint-Christophe. Ce beau défilé permit d’admirer les beaux équipages et les recherches vestimentaires de chacun. Derrière les vélos, les belles voitures fermèrent le défilé.

Prêts pour le départ de l'après-midi
Prêts pour le départ de l'après-midi
Prêts pour le départ de l'après-midi
Prêts pour le départ de l'après-midi
Prêts pour le départ de l'après-midi
Prêts pour le départ de l'après-midi
Prêts pour le départ de l'après-midi

Prêts pour le départ de l'après-midi

Un départ comme si vous y étiez

Le classement du concours de présentation

Vers 16 h 30, Jacky Orgeur, président de l’UCTSPC, demanda aux 5 membres du jury de prendre place sur le podium pour juger les 28 équipages inscrits au concours de présentation. Les règles étaient très strictes et portaient sur la personne, le vélo et la cohérence de l’ensemble. Les concurrents étaient classés en 5 catégories : enfants, loisirs, corpo, tandem et sport. Ils passèrent à tour de rôle devant le jury en donnant quelques explications sur leur vélo et leur tenue vestimentaire.

Le jury

Le jury

Présentation des équipages
Présentation des équipages
Présentation des équipages
Présentation des équipages
Présentation des équipages

Présentation des équipages

Le jury prit son rôle très au sérieux et, après comptage des points obtenus et délibération, le classement s’établit comme suit :

Catégorie enfants : 1er prix le numéro 241 qui se vit remettre une coupe comme chaque premier et le 2e, le n°150.

Prix enfants
Prix enfants

Prix enfants

Catégorie loisirs : 1er le n°172, 2e ex les n°128 et 138

Catégorie corpo : 1er le n° 114, 2e le n°143, 3e ex les n°142 et 124

Catégorie tandem : 1er le n° 140, 2e le n°202

Prix loisirs, corpo, tandem
Prix loisirs, corpo, tandem
Prix loisirs, corpo, tandem
Prix loisirs, corpo, tandem

Prix loisirs, corpo, tandem

Catégorie sport : 1er le n° 163, 2e le n°1320 et 3e le n°115

prix sports
prix sports
prix sports

prix sports

Des récompenses furent aussi attribuées à deux personnes ayant prêté des vélos et au groupe des Joyeux de l’Escotais pour leur prestation d’ensemble simulant une noce avec son curé et le vélo balai pour fermer le défilé !

Des récompenses en plus
Des récompenses en plus
Des récompenses en plus

Des récompenses en plus

Fin de la manifestation

Avant que les différents participants ne quittent le lieu, le poids du vélo vintage et de son panier garni fut annoncé : 15,310 Kg. Le gagnant avait estimé le poids à 15,325 kg.

Pesée du vélo mis en lot

Puis, Catherine Lemaire prit la parole. « Je remercie Jacky et Didier Orgeur pour l’organisation de cette belle manifestation et toutes les personnes qui, en venant y participer ou simplement s’y distraire, ont permis son immense succès. C’est une belle alternance entre nos deux villages si proches. Je vous donne rendez-vous ici dans 2 ans mais, en attendant, nous nous retrouverons l’année prochaine à Saint-Paterne-Racan pour la 3ème édition. Merci encore à vous tous. »

Pour revivre la Sainpatophe de manière rétro

Partager cet article

Repost0
17 août 2018 5 17 /08 /août /2018 10:15

 

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 11:41

Vendredi, à l’initiative de Benoît Bar, de l’office de tourisme de la vallée du Loir, de nombreux élus Sarthois et Tourangeaux voire des Régions Pays de la Loire et Centre-Val de Loire, avaient été conviés à une tournée estivale regroupant sept sites de part et d’autre du Loir. Mais, tous n’étaient pas présents et c’est avec un groupe relativement restreint, composé d’élus et d’acteurs du tourisme local,  que leur journée s’est déroulée en suivant, à la minute près, le programme établi.

Après être passés par La Chartre-sur-le-Loir, Pont-de-Braye, Chahaignes, Beaumont-Pied-de-Bœuf où ils purent se restaurer, le lac des Varennes à Marçon et le Moulin Pousset à Montval-sur-Loir,  c’est à 16 h 15 précises qu’ils arrivèrent à l’entrée du château de la Roche Racan, berceau du poète Honorat de Bueil, marquis de Racan, où les attendait M. Yves Lapeyre, propriétaire des lieux.

Il les conduisit tout d’abord dans les différents gîtes installés à l’extérieur du château. Chaque gîte a sa touche personnelle. Les meubles sont fabriqués avec le bois de la forêt du domaine. M. Lapeyre aime bien récupérer de nombreux objets et leur redonner une nouvelle vie et ses réemplois trouvent toujours une place bien adaptée et s’intègrent parfaitement dans le décor.

M. Lapeyre, 3ème en partant de la droite, heureux de vanter les charmes du Pays de Racan. Photo prise devant le château.

M. Lapeyre, 3ème en partant de la droite, heureux de vanter les charmes du Pays de Racan. Photo prise devant le château.

Écoutons-le parler de ses gîtes

Ces gîtes ont été pensés pour que l’on ait bien l’impression d’être tous ensemble mais chacun chez soi. La philosophie qui m’anime est basée sur la culture intellectuelle, la poésie, la littérature, les lectures sur l’amour des êtres mais aussi l’amour de la nature. Cet amour a bien été transcrit par le poète qui habita ces lieux. Dans les chambres, je place des livres, des extraits de l’œuvre de Racan.

Mon souhait, c’est qu’il puisse y avoir une synthèse entre culture et architecture.

Et, s’adressant à Benoît Bar, il expliqua pourquoi il avait répondu favorablement à sa demande d’ouvrir ses gîtes pour cette tournée estivale : « J’ai tout de suite été en harmonie avec votre philosophie. Je vous invite maintenant à me suivre pour la visite des différents gîtes. Nous allons commencer par le gîte ducal. Chaque gîte a un nom en fonction de la personnalisation que j’ai voulu lui donner.»

Les visiteurs le suivirent et les visites des 5 gîtes s’enchaînèrent. Après les gîtes extérieurs au château, les visiteurs purent admirer ceux installés dans une aile de l’édifice agencés de manière à faire vivre à ses hôtes, l’espace de quelques heures, une vie de châtelain d’autrefois .

De très belles installations qui permettent aux amoureux de la nature de trouver un peu de repos dans un cadre très agréable qui allie, comme le répète souvent le maître des lieux « culture et nature » car, n’oublions pas que M. Lapeyre invite ses hôtes à découvrir les nombreux produits locaux qui vont des vignobles du val de Loir à la vallée de la Loire, en passant par les fruits et légumes bio, les viandes  provenant d’animaux élevés en plein air, tout ce qui permet de profiter pleinement et sainement des atouts de ce territoire.

Espérons que ces visiteurs d’un jour se feront les défenseurs et les ambassadeurs de la richesse patrimoniale de la vallée du Loir et de Gâtine-Racan.

Partager cet article

Repost0
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 15:52
En attendant le départ, sur le parking du foyer socio-éducatif
En attendant le départ, sur le parking du foyer socio-éducatif
En attendant le départ, sur le parking du foyer socio-éducatif

En attendant le départ, sur le parking du foyer socio-éducatif

Pour la quinzième année consécutive, l’association « Histoire et Patrimoine » organisait sa traditionnelle promenade crépusculaire avec l’arrivée de l’été. Philippe Larus, le président, remercia les personnes présentes, parmi lesquelles, André Lascaud, 1er adjoint, excusa quelques personnes dont l’adjointe en charge des associations, Emmanuelle Hocdé, souffrante, et fit un rapide résumé des thèmes des précédentes promenades. « L’an dernier, nous avons avec Lionel, randonné sur les lieux-dits de l’ouest de la commune. Je pensais que cela pourrait être le début d’une nouvelle série de promenades. Mais, Lionel avait envie que nous fassions quelque chose sur l’église. Or, il se trouve que Michel Bily, de Bueil-en-Touraine, rêvait de renouveler la mise en lumière de l’église de Saint-Christophe qu’il avait réalisée en 2012 pour la « Nuit des églises ». Les deux envies n’en ont fait plus qu’une et c’est ainsi que fut décidé par le conseil d’administration de s’intéresser au patrimoine religieux de la commune. »

Petite randonnée vers la chapelle
Petite randonnée vers la chapelle
Petite randonnée vers la chapelle
Petite randonnée vers la chapelle
Petite randonnée vers la chapelle
Petite randonnée vers la chapelle

Petite randonnée vers la chapelle

C’est donc avec 38 personnes que débuta la randonnée qui devait conduire les marcheurs à la chapelle Saint Gilles en traversant les prés communaux fauchés pour l’occasion.

Première visite, la chapelle Saint Gilles
Première visite, la chapelle Saint Gilles
Première visite, la chapelle Saint Gilles
Première visite, la chapelle Saint Gilles

Première visite, la chapelle Saint Gilles

Après l’ascension de la rue Saint Gilles, chacun put souffler un peu et écouter Philippe raconter l’historique de ce joli petit édifice dédié à saint Gilles datant du XVe siècle, restauré en 1979 grâce à une souscription auprès des habitants. De la première chapelle du XIIe siècle, il ne reste aucun vestige. La chapelle, ouverte pour l’occasion, accueillit les curieux et pour certains, ce fut une découverte.

Le jardin du Clos Saint Gilles

Le jardin du Clos Saint Gilles

En traversant les beaux jardins du Clos saint Gilles attenant, les marcheurs furent émerveillés par la mise en valeur de cette propriété que Jean et Thierry entretiennent avec goût et amour. De là, c’est par le chemin des Granges que la petite troupe regagna l’église en empruntant la rue des Pèlerins. Au terme des 4 km de cette randonnée, le groupe retrouva une douzaine de personnes parmi lesquelles M. Jean-Pierre Poupée, maire de Saint-Paterne-Racan, qui attendait devant l’église pour la seconde partie du programme.

Dans les jardins du presbytère avec M. et Mme Vignolles
Dans les jardins du presbytère avec M. et Mme Vignolles
Dans les jardins du presbytère avec M. et Mme Vignolles
Dans les jardins du presbytère avec M. et Mme Vignolles
Dans les jardins du presbytère avec M. et Mme Vignolles

Dans les jardins du presbytère avec M. et Mme Vignolles

Mais, avant de pénétrer dans l’église, une deuxième surprise attendait les visiteurs. Là, ce fut le jardin du presbytère qui fut ouvert par M. et Mme Vignolles et la majorité des personnes présentes découvrit la bâtisse et ses extérieurs. Mme Vignolles fit remarquer des détails particuliers de la façade côté cour qui tranche avec l’austérité de la façade côté rue. Elle insista sur la quiétude qui règne côté jardin et sur quelques éléments assez riches de l’intérieur de l’habitation comme l’escalier et deux cheminées élégantes.

Les visiteurs dans la rue des Pèlerins pour admirer de l'extérieur une partie ancienne de l'église
Les visiteurs dans la rue des Pèlerins pour admirer de l'extérieur une partie ancienne de l'église
Les visiteurs dans la rue des Pèlerins pour admirer de l'extérieur une partie ancienne de l'église

Les visiteurs dans la rue des Pèlerins pour admirer de l'extérieur une partie ancienne de l'église

Puis, tout le monde se retrouva dans la rue des Pèlerins où Lionel commença les explications relatives à l’extérieur de l’église avec les écailles de poisson visibles sur le mur de l’abside, partie la plus ancienne de l’édifice.

Les visiteurs face à l'entrée ancienne et à l'entrée actuelle de l'église
Les visiteurs face à l'entrée ancienne et à l'entrée actuelle de l'église
Les visiteurs face à l'entrée ancienne et à l'entrée actuelle de l'église
Les visiteurs face à l'entrée ancienne et à l'entrée actuelle de l'église

Les visiteurs face à l'entrée ancienne et à l'entrée actuelle de l'église

Il attira l’attention des visiteurs sur des ouvertures assez étranges visibles à l’extérieur mais inexistantes à l’intérieur. Ceux-ci furent frappés par l’entrée du XIIIe siècle murée de nos jours.

Tout le monde admira la statue gigantesque de Saint Christophe
Tout le monde admira la statue gigantesque de Saint Christophe
Tout le monde admira la statue gigantesque de Saint Christophe

Tout le monde admira la statue gigantesque de Saint Christophe

Une fois le tour extérieur terminé, chacun fut invité à découvrir l’intérieur mis en lumière pour la circonstance. Comme le précisa Philippe : « Quelques membres du CA étaient présents hier soir pour les essais. Nous avons cherché à faire quelque chose d’esthétique et d’harmonieux. Nous espérons que cela vous plaît. » Puis, Lionel Royer commença une visite commentée de l’église en insistant tout d’abord sur le grand saint Christophe avec la légende et les croyances qui l’entourent.

Les peintures murales, une richesse de l'église

Les peintures murales, une richesse de l'église

Puis, un décryptage des peintures murales permit aux visiteurs de mieux comprendre les différentes représentations datant pour la plupart du XIVe siècle qui ornent les murs de cette magnifique église. L’histoire de Saint Éloi arracha quelques petits rires, la crucifixion originale interpella les auditeurs et chacun s’accorda pour reconnaître que le calendrier est un véritable chef-d’œuvre. Quelques mots furent consacrés au bienfaiteur de la commune, Eugène Hilarion, dont un tableau, copie d’un Murillo, orne un des murs et dont des vitraux, offerts par lui, portent en médaillon son portrait et celui de son épouse.

Michel Bily sera récompensé

Michel Bily sera récompensé

Avant de quitter l’édifice, Philippe Larus remit en cadeau à Michel Bily le dernier livre publié par l’association, en remerciement du travail effectué.

Une note conviviale pour terminer la soirée

Une note conviviale pour terminer la soirée

Pour terminer la soirée déjà bien avancée, ce sont les jardins du presbytère qui servirent de décor au pot amical servi aux visiteurs qui souhaitèrent prolonger encore quelques instants ces moments partagés merveilleux au cours de cette sympathique et enrichissante soirée dédiée au patrimoine local.

Partager cet article

Repost0
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 19:20

 

Samedi matin, les Christophoriens avaient été invités par la municipalité pour une manifestation importante. Deux des édifices communaux s’affichaient en bleu blanc rouge et, pour ce premier match de l’équipe de France, on aurait pu penser que ces couleurs étaient un clin d’œil sympathique aux Bleus. Mais, tout compte fait, il n’en était rien ! Ces rubans tricolores, placés l’un devant l’hôtel de ville et l’autre devant l’entrée du foyer rural, étaient le signe que deux des réalisations achevées récemment allaient être inaugurées : le superbe campanile qui coiffe la mairie et le foyer rural devenu désormais espace socio-éducatif.

Élus et population avant la cérémonie
Élus et population avant la cérémonie

Élus et population avant la cérémonie

Pour cette manifestation, outre les élus communaux, on pouvait noter la présence de MM. Samuel Gesret, sous-préfet de Chinon, Pierre-Alain Roiron, vice-président de Conseil Régional et maire de Langeais, Jean-Pierre Gascher, Conseiller Départemental, ainsi que quelques élus des communes du territoire dont M. Patrick Cintrat, qui fut président de la Communauté de Communes du Pays de Racan. Catherine Lemaire, premier magistrat de Saint-Christophe, excusa quelques personnes prises par d’autres obligations ainsi que plusieurs des artisans ayant participé aux travaux. Pour commencer cette cérémonie et procéder à la première inauguration, madame le Maire, salua les personnes présentes et prononça ces quelques mots en ouverture du discours qui aura lieu un peu plus tard : « Permettez-moi de vous dire que c’est un grand honneur et un grand plaisir d’inaugurer en votre présence à tous, le campanile et la salle polyvalente qui s’inscriront dans le temps au cours de ce siècle.» Elle présenta ensuite l’histoire de ce campanile placé sur le bâtiment en 1902 grâce à Eugène Hilarion, nommé le Bienfaiteur de la commune. Ce superbe ornement a malheureusement subi les outrages du temps et, suite à des pluies torrentielles, en septembre 2015, la municipalité a dû faire appel à un artisan pour le bâcher et a fait réaliser des estimations du montant des travaux puis a demandé une aide financière à l’état et au département. « Le montant des travaux s’élevant à plus de 40 000 €, nous avons obtenu une DETR de 15 000 € et une subvention du département de 14 115 €. Un grand merci à l’état et au département. » L’état catastrophique du campanile avait, en novembre 2015, inspiré l’un des conseillers municipaux, artiste à ses heures, qui écrivit une complainte intitulée « Le campanile ». (ouvrir le fichier ci-dessous pour le découvrir)

Les officiels rassemblés devant la mairie.

Les officiels rassemblés devant la mairie.

Ces quelques mots terminés, Laëtitia, une charmante jeune hôtesse, chargée de présenter les ciseaux posés sur un coussin, pour que les officiels puissent couper le ruban destiné à l’inauguration du campanile, s’acquitta avec le plus grand sérieux de sa tâche et c’est sous les applaudissements que ce premier ruban fut donc coupé et distribué par petits morceaux aux amateurs de souvenirs.

Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux
Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux
Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux
Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux
Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux

Le ruban est coupé et découpé en petits morceaux

Ensuite, Catherine Lemaire invita les personnes présentes à aller vers le foyer rural. Comme pour le campanile, avant de pouvoir entrer dans le foyer, les officiels coupèrent le ruban et chacun fut invité à entrer dans cet « espace socio-éducatif » comme il convient de le nommer désormais.

MM. Gesret, Roiron et Gascher se prêtent au même cérémonial aux côtés de Catherine Lemaire
MM. Gesret, Roiron et Gascher se prêtent au même cérémonial aux côtés de Catherine Lemaire
MM. Gesret, Roiron et Gascher se prêtent au même cérémonial aux côtés de Catherine Lemaire

MM. Gesret, Roiron et Gascher se prêtent au même cérémonial aux côtés de Catherine Lemaire

Pour plusieurs personnes, ce fut une découverte de voir cet espace réellement transformé. Madame le Maire se plaça derrière le pupitre pour expliquer et présenter à ses administrés et aux représentants des collectivités, les différentes étapes et péripéties qui s’égrenèrent tout au long des travaux.

Les Christophoriens découvrent cet espace rénové
Les Christophoriens découvrent cet espace rénové
Les Christophoriens découvrent cet espace rénové

Les Christophoriens découvrent cet espace rénové

 « Pourquoi avoir rénové le Foyer ? »

C’est par ces quelques mots que débuta le discours de madame le Maire. Elle commença par un petit historique du Foyer rural. En voici l’essentiel : « Après la seconde guerre mondiale, il existait à Saint-Christophe deux troupes théâtrales. L’une à caractère plutôt catholique, les J3, et l’autre, plutôt laïque, « le foyer rural ». Ces deux associations étaient au cœur de vives polémiques. Le maire et le curé se livraient à une lutte acharnée, un peu comme dans le film « Don Camillo ». Le maire, M. Girard, fit fermer la salle de spectacle des J3. Le projet de construire un foyer rural apparut pour la première fois lors de la séance du conseil municipal présidée par M. Girard, le 5 mars 1951. »

 Un an après, le 22 mai 1952, les plans et les devis furent présentés au conseil municipal et acceptés et, le 10 octobre 1954, le bâtiment fut inauguré par M. le Préfet, Lecornu, et M. Girard, maire et conseiller général, comme en témoignait une plaque gravée située à droite de l’entrée.

La plaque qui fut posée lors de l'inauguration du foyer rural

La plaque qui fut posée lors de l'inauguration du foyer rural

L’association « Foyer rural », présidée par M. Lucien Ménard, bénéficia d’un bail de 18 ans qui fut renouvelé une fois. Au cours des années qui suivirent, quelques aménagements eurent lieu mais il n’y eut pas de gros travaux d’entretien d’effectués.

En 2006, la municipalité en place a souhaité engager des travaux estimés à 150 000 €. Faute de crédits au Pays, il fut prévu de faire inscrire ce projet dans le plan de programmation pluriannuel du Conseil général.

En 2014, la nouvelle municipalité retint une liste de travaux prioritaires parmi lesquels, la rénovation du foyer rural. Le presbytère et l’ancienne poste ayant été vendus en 2015 et 2016, cela a permis de dégager une somme pour autofinancer partiellement les travaux du foyer. « Il nous a semblé important de continuer à restaurer le foyer qui n’était plus aux normes d’accessibilité, plus aux normes d’économie d’énergie et d’isolation. Des normes, j’en ai certainement oublié… »

 Le chantier des gros travaux a commencé en novembre 2016, dès que l’obtention de subventions a été connue. C’est Soliha qui a été retenue en maître d’œuvre et Mme Deruelle a suivi le chantier. Les entreprises retenues étaient pour la plupart des entreprises du département.

Catherine Lemaire pronoçant son discours

Catherine Lemaire pronoçant son discours

Les péripéties inattendues et burlesques du chantier

« En mai 2016, aucune observation n’est faite après analyse du cahier des charges par le bureau de contrôle Qualiconsult. Novembre 2016, doute sur la solidité de la charpente. Avril 2017, Qualiconsult demande un renfort de charpente suite à l’étude du cabinet Leptotech réalisée en mars 2017. Juillet 2017, Qualiconsult confirme la non ouverture au public. À l’automne 2017, il y a une analyse technique par Leptotech pour renfort de la charpente puis une recherche d’entreprise en mesure de réaliser les travaux selon la prescription technique. En janvier 2018, c’est l’entreprise Szymanski, notre sauveur, qui est en mesure de réaliser les travaux pour 11 797,98 € TTC. »

La parole est alors donnée à André Lascaud, premier adjoint, en charge des suivis de travaux. À l’aide d’un diaporama, il explique, photos à l’appui, les différentes phases des deux chantiers dont l’inauguration fait l’objet du rassemblement de ce jour.

André Lascaud commente les travaux
André Lascaud commente les travaux

André Lascaud commente les travaux

Avant de passer le micro aux représentants des collectivités locales ayant apporté leur soutien financier à ces deux réalisations, Catherine Lemaire remercia les différentes instances pour les subventions reçues, à Mme Deruelle qui a suivi la fin du chantier de la salle socio-éducative avec beaucoup de rigueur, aux entreprises qui ont réalisé un sérieux travail de professionnels, ainsi qu’aux membres du conseil municipal qui l’ont épaulée dans cette aventure et aux employés communaux.

« Cette salle qui a déjà été mise à disposition et louée, est beaucoup appréciée. Nous sommes en voie de réaliser l’objectif souhaité, créer une dynamique d’animation socio-culturelle. »

Intervention des personnalités

Jean-Pierre Gascher, Conseiller départemental : « C’est avec plaisir que je constate que l’argent que nous avons donné a été bien utilisé dans ces belles restaurations. Je remercie M. Pascal Martineau, pour son remarquable travail sur le campanile. Le fonds FDSR du Conseil Départemental est réservé au soutien des communes rurales pour un montant de 11 000 000 €. Mais, en ce moment, nous avons de grosses dépenses pour le social, avec l’aide que nous devons apportée aux mineurs non accompagnés qui arrivent dans notre département. Ces deux projets étaient je pense, le programme de votre mandat. Je vous félicite de les avoir accompagnés avec votre équipe. C’est une très belle salle pour tous. »

Pierre-Alain Roiron, Vice-président du Conseil Régional : « J’ai toujours un immense plaisir à venir à Saint-Christophe. Je travaille souvent avec Catherine Lemaire et Patrick Cintrat. Le Conseil Régional se doit de marquer sa solidarité avec les communes rurales. Refaire le campanile a été une très bonne chose dans ce village qui possède un très beau bâti. Le Conseil Régional est aux côtés des élus ruraux. Un peu plus de 10% de son budget est consacré aux communes rurales. »

Samuel Gesret, Sous-préfet de Chinon : « C’est la deuxième fois que je viens à Saint-Christophe. J'aime beaucoup sa belle place. Mes services m’ont annoncé }Vous devez aller à Saint-Christophe-sur-le-Nais pour inaugurer un hôtel Campanile.~ Imaginez ma surprise… J’adresse mes félicitations à l’entreprise Martineau pour son beau travail sur le campanile qui orne l’hôtel de ville. Je trouve très bien de vouloir que ce foyer rural, salle socio-éducative, puisse servir à toutes les générations. »

M; le Sous-Préfet durant son discours

M; le Sous-Préfet durant son discours

Madame le Maire clôtura cette cérémonie par une citation de Jean Jaurès : « Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. »

Chacune des personnalités s'est vu alors remettre deux livres sur Saint-Christophe réalisés par l'association «Histoire et Patrimoine».

Chacune des personnalités a reçu les livres sur Saint-Christophe
Chacune des personnalités a reçu les livres sur Saint-Christophe

Chacune des personnalités a reçu les livres sur Saint-Christophe

Puis, ces prises de paroles achevées, alors que des photos de la commune se mirent à défiler sur l’écran, Catherine Lemaire annonça la partie festive de la matinée, avec le vin d’honneur, les petits fours et deux musiciens pour un fond musical très agréable.

Un grand bravo à la municipalité pour ces travaux et l’organisation de cette matinée festive bien appréciée par ses administrés.

La matinée se termina sur une note festive
La matinée se termina sur une note festive
La matinée se termina sur une note festive
La matinée se termina sur une note festive

La matinée se termina sur une note festive

Quelques chiffres sur l’espace socio-éducatif

Montant total du gros œuvre : 300 488, 77 € HT

Montant total des honoraires : 17 282,28 € HT

Dépenses annexes (matériel cuisine, chaises, armoire, stores) : 11 865,35 € HT

Soit un montant total de 329 636,46 € HT (395 563,75 € TTC)

Les subventions

DETR : 38 568 € ; subvention parlementaire : 5 000 € ; Région : 62 000 € ; Département : 60 000 € ; CCPR : 20 000 €

Soit un montant total de 185 568 € ce qui représente environ 60% du montant des travaux.      

Partager cet article

Repost0
7 juin 2018 4 07 /06 /juin /2018 13:09

 

L'association Histoire et Patrimoine organise sa traditionnelle promenade crépusculaire le vendredi 22 juin, de 20h à 23h. Le rendez-vous est fixé à 20h, au parking du Foyer Rural de Saint-Christophe, pour un départ effectif à 20h15.

 Une randonnée de 4 km conduira les marcheurs à la chapelle Saint Gilles (courte visite) avant de leur faire gagner l’église. Une mise en lumière exceptionnelle permettra de découvrir les peintures murales (XIIIe-XVIe) de l’édifice dans des conditions optimales. Visite extérieure et intérieure de l’église, présentation détaillée des fresques, évocation du culte à Saint-Christophe, anecdotes diverses se succèderont tout au long de la soirée.

 Animation gratuite et tout public.

Renseignements complémentaires au 02 47 29 33 18

https://histoire-patrimoine.jimdo.com/

Possibilité de suivre la visite de l’église, à partir de 21h30, sans participer à la randonnée.

Une occasion de redécouvrir la statue monumentale de Saint Christophe

Partager cet article

Repost0
6 juin 2018 3 06 /06 /juin /2018 09:48

Vendredi 8 juin, 20 h 30, à la Grange Dimière.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2018 1 28 /05 /mai /2018 13:27

C’est par une belle matinée dominicale que des adhérents de l’association christophorienne « Histoire et Patrimoine » se sont retrouvés, dès 9 h, à l’entrée du château de Fontaine, situé sur la commune de Rouziers-de-Touraine, où les attendaient les propriétaires des lieux, M. et Mme Pailloncy.

Après quelques préliminaires annoncés par Philippe Larus, président de l’association, concernant le déroulement de la matinée, un historique rapide de la commune fait par le vice-président, Fabrice Mauclair, la parole fut donnée aux propriétaires qui souhaitèrent la bienvenue aux visiteurs et les remercièrent de l’intérêt qu’ils accordaient à leur domaine acquis en 1 990.

Les visiteurs écoutent attentivement les renseignements fournis pour le bon déroulement de la matinée
Les visiteurs écoutent attentivement les renseignements fournis pour le bon déroulement de la matinée
Les visiteurs écoutent attentivement les renseignements fournis pour le bon déroulement de la matinée

Les visiteurs écoutent attentivement les renseignements fournis pour le bon déroulement de la matinée

Le château de Fontaine

Mme Pailloncy se chargea de la présentation de l’historique du château. Tout d’abord, elle montra un plan du cadastre napoléonien où chacun put voir l’étendue du domaine de Fontaine puis quelques photos dont une photo aérienne.

Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine
Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine
Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine
Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine
Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine

Mme Pailloncy lors de la présentation du domaine

Chacun fut ensuite invité à suivre les hôtes pour un tour extra muros de la bâtisse. Le bâtiment actuel, remanié au cours des siècles, fut construit par Jean Dubois 1er qui acquit les terres de Fontaine par acte du 8 mai 1447 à Jacques Hamart, écuyer du roi, et Isabeau Boursillone sa femme. Entre 1448 et 1450, il y fit rebâtir une place-forte préalablement existante sur le site et y établit sa demeure. Ce domaine présentait un intérêt particulier pour les Christophoriens car, c’est là, qu’Honorat de Bueil, le poète Racan, rencontra celle qui devint son épouse, Madeleine du Bois, âgée de 16 ans, alors qu’il en avait 40.

Madame Pailloncy insista sur les travaux de restauration qu’ils ont entrepris, son mari se révélant un excellent enduiseur. En effet, il a refait une grande partie des enduits et il est fier de son « atelier de pierres » qui permet à un professionnel de restaurer les parties extérieures comme actuellement, l’entrée du château.

Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.
Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.
Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.
Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.
Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.

Explications concernant le bâtiment dnt le crépi des murs a été refait récemment. L'humidité au pied du mur est un gage de résistance des matériaux (pierres de tuf et terre) qui constituent la maçonnerie.

Le château est reconnaissable de loin grâce à son immense séquoia, mesurant 52 m de hauteur. Les graines furent rapportées du nouveau monde par les soldats français au retour de la guerre d’indépendance à la fin du XVIIIe siècle. Les racines qui affleurent au sol de la cour sont la preuve que le château est construit directement sur la carrière de pierres qui a servi à sa construction.

Ce beau séquoia orne la cour intérieure du château.

L’église Saint-Symphorien

La visite achevée, tous se rendirent à l’église où les attendait M. Larousse, président de l’Association « Histoire de Rouziers » pour une visite guidée de l’édifice. Les visiteurs eurent la chance de profiter d’un accueil musical, l’organiste local, David Bradesi, facteur d’orgues, étant en train de jouer de l’orgue qu’il avait offert à la commune.

L'orgue de Rouziers est originaire d'Angleterre

L'orgue de Rouziers est originaire d'Angleterre

Aux environs de l'an 1100, grâce à des terres données par l’abbaye de Preuilly, des moines fondèrent un prieuré avec enclos, four, colombier et église. De celle-ci, il ne subsiste aujourd'hui que l'abside et une partie de la voûte. Au XVIe siècle, la nef unique fut ajoutée et les seigneurs du Bois firent construire, à 50 ans d’intervalle, les deux chapelles latérales. La chapelle nord est couverte par une voûte dont la clé est ornée des armoiries des du Bois.  Devant le chœur, on note l’existence d’une crypte, bouchée actuellement. Les seigneurs du Bois sont enterrés dans l’église. La petite chapelle située à gauche dans le chœur, est appelée la chapelle des Cinq Plaies ou chapelle seigneuriale. C’est là que reposent les membres de la famille, quelques épitaphes y  sont insérées dans un des murs.

Pendant la visite de l'église. Blason des du Bois.
Pendant la visite de l'église. Blason des du Bois.

Pendant la visite de l'église. Blason des du Bois.

Le musée « Outils et objets d’hier »

Pour terminer la matinée, les visiteurs étaient attendus au musée par quelques bénévoles, pour une visite guidée et commentée de quelques-unes des 4 000 pièces répertoriées. Tous les objets proviennent de dons. Cette visite permit de rappeler quelques souvenirs aux plus anciens des visiteurs et tous apprécièrent ce retour de quelques années en arrière à la découverte de certains métiers aujourd’hui disparus ou de certaines coutumes ancestrales bien éloignées de celles pratiquées de nos jours.

Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée
Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée

Un aperçu des richesses et curiosités présentées par le musée

L’un des bénévoles montra et expliqua brièvement comment d’un morceau de bois on peut faire naître une paire de sabots ce qui ne manqua pas de susciter de nombreuses questions de la part des visiteurs.

Une ébauche de sabots
Une ébauche de sabots

Une ébauche de sabots

Puis, pour terminer la visite, Lionel et Monique Royer avaient promis une surprise, en demandant la complicité d’un des bénévoles du musée, Pierre Deschamps et de ses collègues. C’était de faire découvrir à quoi servait un objet présent dans le musée, non répertorié, et en dehors de la visite. Cet objet leur avait été mentionné par David Bradési lorsqu’ils étaient allés le voir au moment du « Festival de femmes en campagne » en mars. L’objet en question, bien nettoyé était donc présenté aux visiteurs. Quelques suggestions, suppositions, furent avancées jusqu’au moment où la réponse fut énoncée : un soufflet d’orgue. Mais, pas n’importe lequel. Monique Royer lut un extrait d’un gros livre répertoriant tous les orgues tourangeaux et apprit donc à tous les curieux que ce soufflet provenait de l’orgue de l’église de Saint-Christophe, enlevé en 1 966.

Voici l'objet mystérieux !
Voici l'objet mystérieux !

Voici l'objet mystérieux !

La matinée s’acheva au musée par un pot de l’amitié offert par les bénévoles, en présence de M. James Deligny, maire de la commune et de son adjointe, Brigitte Dupuis, venus saluer les visiteurs.
 

Un kir breton bien frais fut apprécié par l'ensemble des personnes présentes
Un kir breton bien frais fut apprécié par l'ensemble des personnes présentes
Un kir breton bien frais fut apprécié par l'ensemble des personnes présentes

Un kir breton bien frais fut apprécié par l'ensemble des personnes présentes

Histoire et Patrimoine demande donc aux personnes qui se souviennent de la présence de cet orgue dans l’église, installé sur une petite tribune à droite du chœur, tribune visible sur des cartes postales, d’avoir l’amabilité de contacter l’association (Lionel Royer) pour recueillir leur témoignage au 02 47 29 31 26.

Partager cet article

Repost0
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 10:19
L'Abbaye de la Clarté Dieu

L'Abbaye de la Clarté Dieu

Festival Jazz et musiques du monde
Samedi 09 Juin 2018
Exposition photo et métissage musical sont au rendez-vous pour cette deuxième édition des Clartés Musicales. Entre le Jazz manouche de Steven Reinhard et la rencontre de genres musicaux de Lakhdar Hanou, La soirée s’annonce riche et envoûtante.
16h
Atelier et expositions de photographies sur le thème du voyage
Atelier Massage Shiatsu
16h 30
Taxi Brousse Magique (Dj’s Afro Latino Caribéen)
19h30
Steven Reinhardt (Jazz Manouche)
21h30
Lakhdar Hanou Ensemble (Musique du monde, entre Orient et Asie)
TARIFS :
12 Euros sur place
10 euros en prévente
7 euros tarif réduit

Restauration sur place, produits bio, bière artisanale et vin nature

 

Pour en savoir plus, ouvrez le fichier ci-dessous

 

Partager cet article

Repost0
24 mars 2018 6 24 /03 /mars /2018 18:54
Un public conquis par la conférence
Un public conquis par la conférence
Un public conquis par la conférence

Un public conquis par la conférence

Pour cette première manifestation de l’année, c’est Fabrice Mauclair, vice-président de l’association Histoire et Patrimoine, accompagné par deux de ses collègues du collège de Richelieu, Éric Dechêne et Nicole Lecomte,  également cyclistes, qui a emmené les nombreuses personnes présentes vendredi soir dans une salle du foyer rural ouverte au public pour la première fois depuis sa rénovation, sur les routes de France, à la découverte de 40 villages portant le nom de Saint-Christophe avec ou sans complément, sur les 45 que compte le pays.

Les 3 conférenciers. De g. à d : Éric Dechêne, Nicole Lecomte et Fabrice Mauclair

Les 3 conférenciers. De g. à d : Éric Dechêne, Nicole Lecomte et Fabrice Mauclair

Avant de leur donner la parole, Philippe Larus, le président, remercia la municipalité, excusa quelques personnes, rappela que c’est Lionel Royer, premier président de l’association, qui avait réalisé tout un travail de recherche sur les différents Saint-Christophe de France, présenta les diverses manifestations prévues au cours de l’année 2018 et acheva son discours en contant une petite anecdote remontant au tour de France de 1913 et concernant l’un des coureurs cyclistes, Eugène Christophe, qui, ayant cassé sa fourche dans le Tourmalet, regagna à pied, vélo sur l’épaule, le village de Sainte-Marie-de-Campan où, chez le forgeron, il répara lui-même sa fourche afin de terminer l’étape avec 4 heures de retard sur le premier.

Cette anecdote permit à nos conférenciers de relater quelques malheurs qui leur sont arrivés également sur leurs périples qui se sont déroulés entre 2008 et 2017 : 8 crevaisons, 2 pneus explosés et 2 pédales perdues.

 

Les différents "Saint-Christophe" visités par nos conférenciers avec en rouge, Saint-Christophe-sur-le-Nais (carte établie par Michel Mirault)

Leurs différents périples se déroulaient sur une semaine en juillet, excepté en 2016 où c’est durant le week-end de l’Ascension qu’ils ont découvert un Saint-Christophe dans la Manche et deux dans l’Eure. En 2013, pas de périple car l’un des coéquipiers, Éric avait des problèmes d’épaule.

Philippe Larus présente la soirée

Philippe Larus présente la soirée

Ces 9 périples leur ont fait parcourir 4000 km sur des routes parfois « roulantes » mais aussi, dans les zones montagneuses, plutôt accidentées. Le périple le plus long fut celui de 2008 avec 750 km et le plus court celui de 2017 avec seulement 180 km. De Saint-Christophe-du-Foc dans la Manche situé à seulement 5 m d’altitude à Saint-Christophe-en-Oisans en Savoie situé à 1 400 m, le dénivelé est important. Le village le plus petit, avec seulement 10 habitants dans le bourg, est Saint-Christophe-Dodinicourt dans l’Aube, et celui qui occupe la plus grande superficie est Saint-Christophe-en-Oisans. Chaque fois que cela était possible, nos 3 cyclistes qui, au cours des années ont vu leur peloton s’étoffer, l’intendance s’améliorer, passaient dans les mairies pour, comme au départ de Saint-Christophe-sur-le-Nais, en 2008, faire tamponner leur carnet de bord et pénétraient dans les églises pour y découvrir les représentations du saint. Beaucoup de statues de saint Christophe sont datées du XIXe siècle et ont de nombreuses caractéristiques communes. Y avait-il une fabrication à l’échelon national ? Par contre, dans au moins deux églises, les statues du saint dataient du XVe. Il figurait aussi sur des vitraux et sur des bannières utilisées lors des pèlerinages automobiles, pèlerinages qui sont encore actifs aujourd’hui dans plusieurs villages.

Ces périples, très appréciés des édiles rencontrés ont permis de créer quelques liens entre des groupes folkloriques locaux et les Danseux du Nais, parfois du voyage, et des municipalités qui verraient bien un rapprochement de tous les villages portant le nom de Saint-Christophe…

Le 1er tampon a été apposé sur le carnet de bord le 16-07-2008 à la mairie de Saint-Christophe-sur-le-Nais
Le 1er tampon a été apposé sur le carnet de bord le 16-07-2008 à la mairie de Saint-Christophe-sur-le-Nais

Le 1er tampon a été apposé sur le carnet de bord le 16-07-2008 à la mairie de Saint-Christophe-sur-le-Nais

Pour clore cette conférence à 3 voix, Fabrice prit le micro et s’exprima en ces termes : « J’ai adoré cette aventure qui restera gravée très longtemps dans ma mémoire. Nous avons traversé des paysages merveilleux, rencontré des gens intéressants, découvert la gastronomie des différentes régions tout cela restera pour moi et je pense pour Nicole et Éric des souvenirs inoubliables. »

Puis, Fabrice remit à chacun de ses amis le dernier livre de l’association « Si Saint-Christophe m’était conté… » avant que l’association ne remette à chacun des 3 conférenciers un petit cadeau souvenir.

Fabrice vient de remettre leur cadeau à Nicole et Éric,...

Fabrice vient de remettre leur cadeau à Nicole et Éric,...

...puis ce fut au tour d'Histoire et Patrimoine de les récompenser.

...puis ce fut au tour d'Histoire et Patrimoine de les récompenser.

Philippe Larus donna ensuite la parole à Catherine Lemaire qui exposa rapidement les différents travaux réalisés pour permettre au foyer de retrouver un si bel aspect et, s’exprimant sur la conférence qui venait de se dérouler, elle ajouta : « Merci pour cette belle conférence qui, traitant des Saint-Christophe ne pouvait se dérouler dans un autre lieu que celui-ci. Ce que l’on vient de voir et d’entendre donne envie de voyager, peut-être pour certains en enfourchant leur vélo, mais pour moi et pour d’autres, ce serait plutôt la voiture. Je remercie l’association pour cette animation et pourquoi pas, effectivement, envisager un rapprochement avec d’autres Saint-Christophe ! Pour ce qui est du pèlerinage, le comité des fêtes envisage le remettre en place en 2019 et pour cela, une réunion publique aura lieu le samedi 21 avril, à 17 h, à Beau-Soulage. »

Catherine Lemaire félicite les conférenciers.

Catherine Lemaire félicite les conférenciers.

Pratique

Pour en savoir plus sur les Saint-Christophe, site de Lionel Royer : https://saint-christophe-sur-le-nais.jimdo.com/

Pour suivre les actualités de l’association : https://histoire-patrimoine.jimdo.com/

Adhésions à l’association : 8 € pour une personne et 12 € pour un couple. L’adhésion donne droit à une plaquette gratuite chaque année.

Contacts :

Mail : histoire.patrimoine37@laposte.net

Tél : 02 47 29 33 18

Les 3 conférenciers-cyclistes entourés de ceux qui ont assuré l'intendance et donné aussi quelques coups de pédale pour les accompagner.

Les 3 conférenciers-cyclistes entourés de ceux qui ont assuré l'intendance et donné aussi quelques coups de pédale pour les accompagner.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages