Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2017 6 11 /11 /novembre /2017 17:07
Le conférencier et le président
Le conférencier et le président
Le conférencier et le président

Le conférencier et le président

L’association Histoire et Patrimoine proposait vendredi soir une seconde conférence pour cette année 2017, la première ayant eu lieu au printemps. Dans la salle Beau-Soulage, on comptait 50 personnes venues écouter Fabrice Mauclair, le vice-président de l’association, parler d’un personnage dont la présence a marqué la commune de Saint-Christophe de 1 882 à 1 910, année de sa retraite. Mais, avant que la conférence commence, Philippe Larus, président de l’association remercia l’assistance de son soutien ainsi que les quelques élus présents dans la salle parmi lesquels  Catherine Lemaire, maire de la commune, Jean-Pierre-poupée, maire de Saint-Paterne et la municipalité pour le prêt de la salle et du matériel.

La vie de Jules Égal dévoilée par Fabrice Mauclair
La vie de Jules Égal dévoilée par Fabrice Mauclair
La vie de Jules Égal dévoilée par Fabrice Mauclair

En attendant le début de la conférence, au fur et à mesure de leur arrivée, les différentes personnes purent avoir un aperçu des partitions écrites par Jules Égal, des cartes postales qu’il fit éditer, des diplômes reçus par la musique municipale de Saint-Christophe en admirant la petite exposition réalisée conjointement par Histoire et Patrimoine et la musique municipale.

L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle
L'exposition présentée dans la salle

L'exposition présentée dans la salle

Jules Égal naquit le 27 janvier 1851 à Avon-les-Roches (37), fils de Annet Égal, 44 ans, chaudronnier (décédé à Avon le 21 juin 1853) et de Marie Benoit, 45 ans. Ils eurent 5 enfants.

Il fut élève de l’École Normale de Loches de 1867 à 1870. Il devint instituteur titulaire le 1er juin 1872.

Il exerça à Brèches, Château-la Vallière et St Christophe (1882-1910).

Il se maria le 20 août 1872, à Château-la-Vallière alors qu’il était domicilié à Brèches, avec Fernande Victorine Pattier, sans profession, née à Château-la-Vallière le 20 juillet 1852, fille de Henri Urbain Pattier, coiffeur, membre du Conseil Municipal et de Anne Virginie Delétang décédée à Château-la-Vallière le 14 février 1865.

Comme beaucoup d’instituteurs de son temps, tel un hussard noir de la République, Jules Égal était un ardent défenseur de la République. Un inspecteur primaire l’aurait qualifié de « républicain ferme et franc ».

Le conférencier s’attacha à montrer les différentes facettes de ce personnage aux multiples activités.

Pendant son passage à Saint-Christophe, Jules Égal montra tous ses talents divers ; il fut directeur de l’école des garçons, secrétaire de mairie, dessinateur, sculpteur, photographe auteur de nombreux clichés édités en cartes postales, chef de la musique locale et compositeur de nombreux morceaux qui furent joués par de nombreuses fanfares en France et à l’étranger.

Au cours des années 1 900, il reçut plusieurs distinctions et médailles. En 1 903, il fut récompensé pour avoir fondé dans son école « une société protectrice des animaux et des oiseaux ». Cette même année, il fut nommé Officier d’Académie et reçut les Palmes académiques. En 1 907, il fut décoré du Mérite agricole pour sa société protectrice des animaux.

En  septembre 1 910, après exactement 39 ans, 4 mois et 4 jours de service, il prit sa retraite et s’installa avec sa femme dans une maison qu’elle possédait à Château-la-Vallière. Malheureusement, il n'en bénéficia pas longtemps puisqu’il décéda le 3 novembre 1910, à 59 ans et, quelques jours plus tard, ce fut son épouse qui décéda le 25 novembre 1910 à 58 ans. Peu de temps après, nouveau décès dans la famille puisque leur fille Julia mourut, toujours à Château-la-Vallière, le 8 janvier 1911, à 35 ans. En un peu plus de deux mois trois membres de cette famille disparurent.

Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal
Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal
Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal
Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal

Quelques-unes des cartes postales de Jules Égal

Les cartes postales commentées par Lionel Royer
Les cartes postales commentées par Lionel Royer

Les cartes postales commentées par Lionel Royer

De Jules Égal, il reste de nombreuses cartes postales, certaines écrites de sa main, d’autres illustrées et signées Égal. Parmi ses cinq enfants, deux filles furent institutrices Julia et Yvonne qui enseigna à Saint-Christophe de 1 904 à 1 908.

Pour donner un aperçu de quelques-unes des poésies mises en musique par Jules Égal, Fabrice fit écouter à l’assistance 4 ou 5 morceaux joués au piano.

À l’issue de son exposé, Fabrice fut chaleureusement applaudi par les auditeurs.

Remise des plaquettes Jules Égal
Remise des plaquettes Jules Égal
Remise des plaquettes Jules Égal
Remise des plaquettes Jules Égal

Remise des plaquettes Jules Égal

Les adhérents à l’association se virent remettre gratuitement la plaquette contenant l’intégralité de la conférence et chacun fut invité, comme à chaque manifestation de l’association, à partager le verre de l’amitié. Et, pour terminer, Philippe Larus donna rendez-vous à tous pour l’assemblée générale qui aura lieu le 2 décembre, à Beau-Soulage, à 17 h. Le montant des cotisations reste inchangé : 8 € pour une personne, 12 € pour un couple. Cette somme donne droit à une plaquette par an.

La convivialité marque la fin des manifestations d'Histoire et Patrimoine
La convivialité marque la fin des manifestations d'Histoire et Patrimoine

La convivialité marque la fin des manifestations d'Histoire et Patrimoine

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 11:04

La musique municipale

 

de Saint-Christophe-sur-le-Nais. le vendredi 10 novembre, à 20h30, à la salle Beau-SoulageL’association Histoire et Patrimoine a le plaisir de vous inviter à sa prochaine conférence qui sera donnée Fabrice Mauclair, vice-président de l’association et docteur en histoire moderne présentera un sujet original et attrayant qui lui a demandé 18 mois de préparation.

Jules Égal (1851-1910), ancien instituteur et secrétaire de mairie à Saint-Christophe, est un personnage étonnant. Homme curieux et artiste accompli, le maître d’école s’adonnait notamment à la peinture et à la sculpture. Au cours des années 1900, il s’est également essayé à la photographie. Sous forme de cartes postales, il a ainsi édité près d’une vingtaine de clichés présentant des vues de Saint-Christophe. Mais l’instituteur excellait surtout dans le domaine musical. Chef et professeur de musique, à Château-la-Vallière puis à Saint-Christophe, Jules Égal était un compositeur prolifique. Dans des genres extrêmement variés, l’homme a ainsi produit une bonne centaine d’œuvres musicales. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, les airs qu’il a imaginés ont beaucoup voyagé. En effet, au début du XXe siècle, ses morceaux pour harmonie et fanfare étaient interprétés partout en France, en Suisse et en Belgique. Ses compositions ont même été jouées au Canada !

Entrée gratuite. Texte de la conférence offert aux adhérents à jour de leur cotisation. Renseignements complémentaires au 02 47 29 33 18.

Remarque importante : Cinq morceaux de Jules Égal seront interprétés le lendemain, dans la même salle de Beau-Soulage, le 11 novembre 2017 à 17h30, lors du traditionnel concert annuel donné par l’Ensemble Musical Escotais, Dême, Choisille.

 

Jules Égal

 

Partager cet article

Repost0
21 octobre 2017 6 21 /10 /octobre /2017 08:51
Châtaignes et bernache furent bien appréciées.
Châtaignes et bernache furent bien appréciées.
Châtaignes et bernache furent bien appréciées.

Châtaignes et bernache furent bien appréciées.

Vendredi soir, l’association « Autour de la collégiale » avait convié tous ses amis à la dernière manifestation de la saison, l’incontournable soirée contes dans le cadre du cavier de Gué Luneau. Tous les ingrédients étaient réunis pour que cette soirée soit une réussite : une belle météo, une bonne récolte de châtaignes grillées à point et bien moelleuses, une bernache gouleyante pour faire patienter le nombreux public et …Fabienne Avisseau, la conteuse par excellence.

Didier présente rapidement la soirée.

Didier présente rapidement la soirée.

Une fois les personnes présentes rassasiées par les bons produits offerts par l’association, Didier Descloux, le président, invita chacun à s’installer dans la cave et en quelques mots remercia toutes les personnes venues assister à la soirée, Gérard Tondereau pour la mise à disposition de la cave, et après avoir souhaité une bonne soirée à tous, il laissa la place à Fabienne Avisseau.

L'orgue de Barbarie pour créer l'ambiance festive.

L'orgue de Barbarie pour créer l'ambiance festive.

Qui est donc Fabienne Avisseau ?

Après une carrière d'assistante sociale puis de professeur des écoles (métiers où la parole est outil de base), Fabienne Avisseau a développé son activité de conteuse.

Ainsi, elle se produit dans des lieux très variés : scènes rurales, bibliothèques, librairies, résidences seniors, écoles, collèges, spectacles privés... Elle y raconte, parfois accompagnée de son orgue de Barbarie, des récits mythologiques, des contes merveilleux, facétieux, de sagesse, et des contes pour enfants.

Pas de chichis, un décor dépouillé se limitant à un rideau rouge pour fond de scène, une petite table avec un bel orgue de Barbarie et, au pied de la table, une photo de mariage du début du siècle dernier prise en Beauce.

De décor, elle n’en a pas besoin. D’entrée de scène, avec son orgue de Barbarie, elle crée l’ambiance de la soirée qu’elle va faire vivre aux spectateurs, en l’occurrence une veillée de fin de « batterie » comme on disait alors, il y a un bon siècle de cela une fois le travail des moissons accompli. Tous les participants du patron à l’ouvrier venu de Bretagne pour ces travaux champêtres bien propres et revêtus de leurs plus beaux habits participaient à la fête : un bon repas et des histoires, beaucoup d’histoires racontées par les uns ou les autres. Il y avait des spécialistes pour cela.

Les gestes et les expressions du visage ajoutés à la voix suffisent pour créer le décor.
Les gestes et les expressions du visage ajoutés à la voix suffisent pour créer le décor.

Les gestes et les expressions du visage ajoutés à la voix suffisent pour créer le décor.

Mais, me direz-vous, comment sans décor peut-on mettre le public dans l’ambiance de l’histoire contée ?

Avec Fabienne Avisseau, pas besoin de décor. Il suffit de la regarder et de l’écouter. Sa voix, ses yeux, ses gestes,  suffisent à créer le décor. Sa main qui s’élève… et on peut, comme elle, suivre le vol des oiseaux. Son sourire qui se fige, ses yeux qui s’embuent, quelques secondes de tristesse gagnent l’ensemble du public notamment au récit de Philémon et Baucis ou celui de Jean de Calais…

Tout au long de l’heure et demie passée en sa compagnie à écouter les nombreux contes qui s’enchaînèrent sans temps mort, les 75 personnes présentes dans la cave sont restées suspendues aux lèvres de la conteuse. Que ce soit l’histoire de la petite Mariette et du Teuz, du Roi et de son conseiller dont la formule de sagesse était invariablement : « Tout mal peut cacher un bien !», de Jean de Calais ou pour finir, d’un petit récit extrait de la mythologie, la conteuse a su tenir son public en haleine et le faire vibrer à son rythme.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la conteuse, ces histoires c’est sa grand-mère, Marie Gaillard, qui les lui a racontées et, de génération en génération, elles continuent de vivre car c’est un patrimoine qu’il faut conserver.

Alors, en conclusion, laissons le mot de la fin à Fabienne Avisseau : « Un jour, Marie Gaillard est partie mais ses histoires sont restées ! » Souhaitons qu’elles fassent encore longtemps le bonheur de ceux qui aiment les écouter.

Merci à l’association « Autour de la collégiale » pour la qualité des spectacles qu’elle propose chaque année à des prix tout à fait corrects.

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 09:52

 

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 14:12

Contactée au printemps par Mme Delphine Roudière, membre du conseil d’administration du Crédit Agricole pour les caisses de Neuvy-le-Roi et Saint-Paterne-Racan, pour participer à la quatrième édition des Trophées Initiatives locales du Crédit Agricole Touraine Poitou, l’association Histoire et Patrimoine qui était en train de travailler à la sortie de son second livre, « Si Saint-Christophe m’était conté », a accepté le challenge et monté un dossier pour concourir dans la catégorie culture. « Les Trophées Initiatives Locales » récompensent les initiatives qui valorisent les innovations de la Touraine et du Poitou.

Cette année, 135 projets ont été déposés. En 4 ans d’existence, ce sont plus de 410 dossiers qui ont été reçus au siège du Crédit Agricole. Les dossiers étaient répartis en 8 catégories et, pour chacune d’elles, seuls deux projets furent retenus. Les catégories étaient très diversifiées et se répartissaient ainsi : action sociale et solidarité, développement durable, jeunesse, innovation économique, tourisme, culture, patrimoine, produits du terroir et gastronomie. 16 gagnants ont été sélectionnés par La Commission Mutualiste du Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou. Un jury de personnalités a ensuite désigné 8 premiers prix parmi eux, mais les noms furent tenus secrets jusqu'à cette grande soirée de remise de prix le 12 octobre 2017 à 19h00 au siège du Crédit Agricole à Poitiers.

C’est donc dans la grande salle de conférence que les lauréats étaient réunis pour recevoir leur récompense devant un nombreux public et des personnalités du Crédit Agricole.

 « Ces trophées ont pour but de donner de l’argent mais surtout de donner de la visibilité à vos projets. Tous ici, vous avez inventé, vous avez mené des projets originaux. Le Crédit Agricole est là pour aider ceux qui innovent. » C’est par ces mots que M. Régis Le Gall, directeur régional, accueillit les nombreuses personnes présentes dans la salle.

Mme Patricia Pouit, nouvelle vice-présidente, dont c’est la première participation aux Trophées, ajouta : « Notre concours est connu et reconnu. Il est ouvert à tout le monde et à des projets de tous horizons présentés par des associations, des collectivités locales, des entreprises, des start up, des étudiants, lycéens, collégiens…Les projets sont soutenus par nos 135 agences locales sur l’Indre-et-Loire et la Vienne et ces concours sont relayés par de nombreux supports. »

Ce fut ensuite M. Philippe Chatain, directeur général qui prit la parole : « Je suis très content d’être parmi vous pour ce moment de partage où on voit des gens engagés dans la vie publique et dans la vie économique. On est là pour partager de grandes idées et récompenser ceux qui ont des projets. C’est maintenant le moment des récompenses.»

Histoire et Patrimoine figure dans la catégorie culture

Histoire et Patrimoine figure dans la catégorie culture

Pour le président d’Histoire et Patrimoine, Philippe Larus, et ceux qui l’accompagnaient, le suspense était intense : le projet présenté avait-il été classé premier ou second de sa catégorie ? Il leur a fallu attendre que soit appelée la sixième catégorie sur scène pour connaître enfin le résultat : « 500 € ou 1000 € ?». La voix du responsable du Crédit Agricole mit fin au suspense par ces mots : « Dans la catégorie culture, le projet ayant obtenu le 1er prix est « Si Saint-Christophe m’était conté ! » Ce fut alors un grand moment de joie et d’émotion. David Bonnaud, le trésorier de l’association, s’avança pour recevoir le magnifique chèque de mille euros qui récompense le travail de cette association très active qui travaille sur l’histoire de Saint-Christophe et anime sa commune avec des conférences, des expositions et des randonnées plusieurs fois par an depuis sa création en 2001.

 

Les deux challengers de la catégorie culture

et les vainqueurs !

Ce résultat acquis, il restait un dernier challenge. Pour qui le coup de cœur des internautes et le chèque de 500 € ? Il revint à un groupe de lycéens du lycée Vaucanson de Tours pour son projet Distilla’sun dans la catégorie « Développement durable » pour lequel ils ont été classés 1er avec 421 clics et qui consiste à la distillation des eaux florales à l’aide de l’énergie solaire. Un bon encouragement pour ces jeunes qui seront aussi reçus à Stockholm le mois prochain pour ce même projet.

Histoire et Patrimoine a pensé que ce coup de cœur envers un projet innovant porté par des jeunes est très justifié et tient à remercier tous les internautes qui avaient soutenu leur projet par leurs nombreux clics.

Pour clôturer cette sympathique réunion, M. Odet Triquet, président du Crédit Agricole Touraine Poitou, s’exprima en ces termes : « Je suis ravi de clôturer cette réunion qui est une belle vitrine de ce que peuvent faire les différents guichets de crédit agricole, banque mutualiste en progrès constants sur le territoire et qui accompagne le milieu associatif. 12 000 associations sont soutenues tous les ans par 160 experts spécialisés en faisant le pari d’être 100% digital mais aussi 100% humain.  Je vous invite maintenant à vous rendre au cocktail offert qui vous attend. »

 Ce fut alors l’occasion pour les lauréats de fêter dignement leur victoire en y associant tous ceux qui, par leur travail et leur soutien, ont permis cette belle réussite !

Une victoire qui mérite d'être arrosée mais toujours avec modération !

Une victoire qui mérite d'être arrosée mais toujours avec modération !

L’association remercie également les agences locales de Neuvy-le-Roi et Saint-Paterne-Racan qui, pour la 4ème fois, ont soutenu un projet porté par une association locale du Pays de Racan après La Clarté Dieu, La journée découverte en Pays de Racan et Bouge ton bled avec le festival des Kampagn’arts. Ces récompenses montrent également le dynamisme de notre territoire. Bravo à tous et continuez à faire vivre ce petit coin de Touraine !

Les représentants d'Histoire et Patrimoine avec Sébastien Pavy, de l'agence locale de Neuvy-le-Roi, le chauffeur pour la soirée.

Les représentants d'Histoire et Patrimoine avec Sébastien Pavy, de l'agence locale de Neuvy-le-Roi, le chauffeur pour la soirée.

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 14:04

Suite à une longue prospection sur le territoire de la Gâtine tourangelle, une projection de films d’amateurs, en noir et blanc et en couleurs, tournés en 9 mm ou en 8 et super 8, ont permis à la centaine de spectateurs répartis sur deux séances, de revoir avec bonheur des scènes du passé.

Présentation de Ciclic

Ciclic est  un établissement public français de coopération culturelle (EPCC) créé à l'initiative de la Région Centre-Val de Loire, en partenariat avec l'Etat.

Ciclic s’organise autour de 6 pôles d’activités. Celui qui a été présenté lors de cette animation, est le Pôle Patrimoine qui assure la conservation et la valorisation du patrimoine cinématographique et audiovisuel régional. Depuis sa création en 2006, entre 16 et 17 000 films de  cinéastes amateurs ont été collectés dans la collection Région Centre Val de Loire. Pour toute collecte, un travail d’indexation dans une base de données est réalisé. Les films sont catalogués en fonction des thèmes traités.

Le centre régional se trouve à Issoudun mais il y a plusieurs antennes. L’une d’elles se situe à Château-Renault dans l’Indre-et-Loire.

Une soixantaine de spectacteurs enthousiastes à la séance de 20 h 30

Une soixantaine de spectacteurs enthousiastes à la séance de 20 h 30

C’est Paule Haslé, adjointe en charge de la culture sur la commune de Neuvy-le-Roi, qui ouvrit la séance par ces quelques mots : « Merci à vous tous d’accompagner cette séance proposée par Ciclic qui vient vous offrir la Mémoire du secteur de Gâtine-Choisilles et du Pays de Racan. Je vous souhaite à tous une excellente séance dans le passé de notre territoire. »

Puis, Jean-Benoît Pechberty, le responsable de la collecte des films pour Ciclic, commença par remercier le Conseil Départemental pour la subvention qui est versée afin de pouvoir présenter et collecter des films et poursuivit : « Je remercie aussi Paule Haslé, Élise Gilbert et Marcel Gadin, de Neuvy-le-Roi, qui me permettent d’être ici, dans cette belle salle pour que vous puissiez assister à cette projection d’une heure environ relatant des événements qui se sont passés dans la Gâtine tourangelle entre 1941 et 1990. Les films que vous allez voir sont des films muets, certains en noir et blanc, d’autres en couleur. Je les commenterai au cours de leur projection. Vous avez le droit d’intervenir, d’apporter des suppléments  d’informations. Vous allez voir le résultat du travail de numérisation et d’assemblage qui a été réalisé avec quelques-uns des films de votre territoire. Allez, maintenant on éteint les lumières et place au cinéma ! »

Les nombreux courts métrages s’enchaînèrent avec des sujets très divers :

- une kermesse pour des prisonniers de guerre et le retour des prisonniers aux Hermites

- des scènes de vie familiale

- un pèlerinage à Saint-Christophe

- une course de vélos et une course d’ânes à Neuillé-Pont-Pierre

- la foire de l’Encloître à Rouziers-de-Touraine

- communions et fête Dieu à Cérelles

- des scènes de battage et de moisson

- cascades de voitures à Neuvy-le-Roi

- la fête de la Jeunesse à Monnaie en 1 972, organisée par l’USEP

- une fromagerie à Charentilly…

Pendant la projection, les spectateurs commentaient les tenues vestimentaires, se remémoraient les noms des véhicules. De temps en temps, c’est le nom d’un personnage qui fusait dans l’assistance.

À l’issue de la projection, chacun reconnut qu’il avait pris du plaisir à visionner ces images du temps passé.

Jean-Benoît Pechberty rappela que c’est lui qui est responsable des collectes de films. Il fait appel aux personnes qui auraient chez elles des films d’amateurs (ou de pros) en 9mm, 9,5 mm, 8 ou super 8 pour qu’elles lui confient leurs films qui seront sauvegardés et numérisés. Des copies numérisées leur sont alors remises.

Pour visionner quelques films, allez sur le site Mémoire : mémoire.ciclic.fr

"Mémoire, les images d’archives en région Centre" offre un accès en ligne libre et gratuit à plusieurs milliers de films amateurs, tournés principalement à travers les six départements de la région Centre-Val de Loire. Ce projet a pour ambition de participer à constituer et faire vivre une mémoire collective autour de l’histoire de la région et de ses habitants, à travers un travail d’animation éditoriale sur ce fonds exceptionnel et en favorisant la participation active des internautes abonnés.

Mémoire est le premier site de Ciclic.fr, portail de la culture numérique en région Centre-Val de Loire créé et édité par Ciclic.

 

Contact :

Jean-Benoît PECHBERTY

Chargé de collecte et de valorisation Patrimoine

jean-benoit.pechberty@ciclic.fr

 

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 08:21

Stéphanie Barioz retrace un panorama de l'histoire du village sur près de cinq siècles, par le biais de l'architecture, maisons de maître, moulins, fermes, caves à vin troglodytiques, dans le cadre du week-end sur l'inventaire du Patrimoine des 7 et 8 octobre, par le Pays d'art et d'histoire.

Samedi 7 octobre, 18h30, salle des fresques, entrée entre la mairie et la Chahaignote, Chahaignes.

Gratuit. Contact : 06 83 04 73 58, 02 43 38 16 74, stephanie.barioz@pays-valleeduloir.fr, www.pays-valleeduloir.fr

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 08:11

Battage à Chemillé-sur-Dême vers 1976. - (Photo Ciclic, Jean Saussereau)

Ciclic et le Conseil départemental d’Indre-et-Loire, en collaboration avec la commune de Neuvy-le-Roi, organisent deux projections exceptionnelles de films amateurs tournés depuis les années 1940.

Au programme : une kermesse au profit des prisonniers de guerre en 1942 et le passage de résistants aux Hermites en 1944, le pèlerinage de Saint-Christophe-sur-le-Nais en 1945, le carnaval à Cérelles en 1954, la bénédiction de la Croix de Marray en 1954, une course hippique à Neuillé-Pont-Pierre en 1955, la moisson 1957 à Saint-Laurent-en-Gâtines, une fête cantonale de la jeunesse à Monnaie en 1972, une spectacle de cascades automobiles à Neuvy-le-Roi en 1981 et la production de fromage de chèvre à Charentilly en 1990.
Ce n’est qu’un aperçu du programme de projection d’autres films attendent les spectateurs !

Entrée gratuite.
Informations au 06 30 42 72 07

 

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 21:40

 

 

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 11:42
La fin des travaux qui ont redonné vie au campanile
La fin des travaux qui ont redonné vie au campanile
La fin des travaux qui ont redonné vie au campanile

La fin des travaux qui ont redonné vie au campanile

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages