Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 10:35

Quelques marchés

 

Les marchés sont toujours des sites appréciés des touristes : les couleurs, les senteurs, l’animation qui y règne font de ces endroits des lieux magiques. Durant notre voyage, nous en avons parcouru plusieurs. En voici deux : le marché de Nyaung U à Bagan, et celui extérieur de Kalaw.

 

Le marché couvert de Nyaung U

 

On y trouve tout ce dont a besoin la ménagère birmane. On remarque quelques mouches sur le poisson, mais la vendeuse a le torchon leste. On y trouve en quantité des poissons séchés, de la poudre de crevettes, des piments rouges plutôt costauds et des mini-gousses d'ail.  Fruits et légumes de saison dont des haricots verts extra longs ainsi que des fleurs sont bien sûr présents de même que les poulets vendus entiers ou en morceaux et des œufs. Outre la partie alimentaire, on a pu y acheter des timbres-poste et des objets artisanaux (sets de table en bambou) qui côtoyaient des petits bijoux de pacotille et des tenues locales comportant le longyi et pour les femmes, le corsage assorti, de quoi renouveler sa garde-robe. Et, pour les petites retouches, pas de problème, quelques couturières sont installées sur place.

Le marché de Nyaung U près de Bagan
Le marché de Nyaung U près de Bagan
Le marché de Nyaung U près de Bagan
Le marché de Nyaung U près de Bagan
Le marché de Nyaung U près de Bagan
Le marché de Nyaung U près de Bagan

Le marché de Nyaung U près de Bagan

Le grand marché extérieur de Kalaw

 

À Kalaw, on trouve deux marchés : un petit marché couvert qui est ouvert en permanence et un marché extérieur, beaucoup plus important que l’on appelle aussi marché des 5 jours, les marchés fonctionnant sur un cycle de 5 jours et non 7 comme en France. On y rencontre les différentes ethnies de l’état Shan qui s’y côtoient. Outre les fruits et les légumes, on peut y trouver en quantité des poissons pêchés dans le lac Inlé, des volailles pas très grasses, des fleurs et, toujours, des petits restaurants très prisés par la population locale. Comme nous sommes un peu en altitude, les gens sont beaucoup plus habillés ! Sur le marché, on trouve des bonnets à vendre dans le marché couvert !

Le marché extérieur de Kalaw
Le marché extérieur de Kalaw
Le marché extérieur de Kalaw
Le marché extérieur de Kalaw
Le marché extérieur de Kalaw
Le marché extérieur de Kalaw

Le marché extérieur de Kalaw

Partager cet article

Repost0
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 15:44

Les feuilles d’or

 Depuis des siècles, c’est à Mandalay que les feuilles d’or sont fabriquées traditionnellement. Pour obtenir des feuilles d’or très fines, le processus de fabrication est extrêmement long et fatiguant. Découpés et enveloppés un à un et chacun dans des feuilles de bambou puis regroupés en un petit paquet, les petits bouts de rubans du précieux métal s’aplatissent au fur et à mesure que la masse de l’ouvrier tombe lourdement sur le petit paquet. Les hommes doivent frapper ce petit paquet d’or pendant plus de 6 heures. Une fois les feuilles d’or aplaties, il faut les retirer de leurs cocons de bambou. Délicatement, les femmes récupèrent les feuilles et minutieusement, elles les découpent une à une en petits carrés aux dimensions standard. Elles seront vendues conditionnées en paquet de 10.

Du lingot à la feuille d'or
Du lingot à la feuille d'or

Du lingot à la feuille d'or

La pierre de Jade

 

Dans l’immense Marché de jade de Mandalay, les pierres de jade s’exposent, se vendent et s’achètent et surtout se travaillent sur place avec les courtiers, les tailleurs et les polisseurs. Ainsi, dans les petites allées du Marché de jade, tout se négocie et les acheteurs, pour la plupart chinois, jettent leur dévolu aussi bien sur des pierres brutes, des blocs de jadéite sur lesquelles ils ont repéré de belles nuances vert-émeraude que sur des pierres finement taillées qui finiront plus tard en colliers, boucles d’oreilles ou en bagues.

 

Au marché de jade de Mandalay
Au marché de jade de Mandalay
Au marché de jade de Mandalay

Au marché de jade de Mandalay

Le tissage de la soie et du coton

 

Il existe encore à Amarapura, petite ville située à côté de Mandalay, des ateliers où les artisans travaillent sur des anciens métiers à tisser et où tout se fait à la main. Les bobines de fils de soie et de coton se croisent et vont et viennent sur le métier à tisser et parce que le plus souvent les motifs sont réalisés à l’envers, il faut utiliser un miroir pour pouvoir suivre l’avancement du tissage.
Ici tout est fait à la main, et les artisans utilisent encore les rouets qui servent à filer le coton ou la soie autour d’une bobine. Ils teignent également les fils dans des bains de teintures.

 

Atelier de tissage de Mandalay
Atelier de tissage de Mandalay
Atelier de tissage de Mandalay

Atelier de tissage de Mandalay

La laque

 

Art birman majeur et spécialité de Bagan, la fabrication des laques est un processus long qui requiert l’application de plusieurs couches de sève sur des vases, des bols ou des boîtes. Celle-ci vire au noir lorsqu’elle sèche. Les objets sont ensuite polis, vernis et décorés de motifs variés, parfois à la feuille d’or.

 

Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan

Atelier de laque à Bagan

Les ombrelles

 

Nous avons visité un atelier de fabrication des ombrelles. Tout commence par la simplicité de la fabrication du papier dans lequel sont incorporés des pétales de fleurs et des feuilles. Au même endroit, on a pu assister à la fabrication d’ombrelles avec des outils très rudimentaires. La réalisation

de l'armature nécessite une sacrée dextérité et sûrement beaucoup d'entraînement!

 

Fabrication d'une ombrelle
Fabrication d'une ombrelle
Fabrication d'une ombrelle

Fabrication d'une ombrelle

Les meubles en bambou

 

Comme on l’a vu pour l’habitat traditionnel, le bambou est très utilisé en Birmanie. Nous avons pu assister au travail d’artisans en train de fabriquer des sièges et des lits en bambou. Ceux qui les ont testés reconnaissent qu’ils sont assez confortables ! Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ils sont assez résistants.

Les sièges en bambou
Les sièges en bambou
Les sièges en bambou
Les sièges en bambou

Les sièges en bambou

Le caoutchouc

 

Nous nous arrêtons dans une plantation d’hévéas où vit une famille. Un exploitant prend le temps de tout nous expliquer. Ici la plupart des exploitations sont de petites exploitations qui font vivre une famille, ou un village.

L’arbre est saigné pour produire le latex qui est récolté chaque jour. Une saignée sera exploitée pendant 3 ou 4 jours au plus, puis l’arbre sera laissé au repos quelque temps.

Le latex est récolté dans des petits pots de terre cuite vernissée qui sont accrochés à chaque arbre sous la saignée.

Pour transformer le latex en plaque de caoutchouc, 5 étapes différentes seront nécessaires.

Un arbre produit à partir de 7 ou 8 ans, et il produira pendant 10 à 15 ans maximum.

Il faut la récolte d’un jour sur 350 arbres pour produire 2 plaques de 2 livres chacune.

 

Du latex à la feuille de caoutchouc
Du latex à la feuille de caoutchouc
Du latex à la feuille de caoutchouc

Du latex à la feuille de caoutchouc

Partager cet article

Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 13:53

La maison traditionnelle en Birmanie est faite en grande partie de bambou. Des morceaux aplatis de bambou fabriqués en grandes sections tressées sont utilisés pour faire les murs. Les planchers sont faits de lattes de bambou ou de bois. La charpente de la maison est faite de bois et du bois dur et durable est utilisé pour les poteaux de la maison. Les revêtements de toit sont constitués d’une variété de matériaux, y compris du chaume fait de larges feuilles d’herbes ou de feuilles de palmier. Les toits peuvent être couverts de tuiles, de bardeaux de bois ou de zinc, voire de tôles. La façade de la maison a généralement une véranda qui est élevée un peu du sol. Ceci est l’espace public où les hôtes et visiteurs sont divertis. Le centre de la maison est le salon pour la famille. Derrière ce salon, il y a une zone de cuisson couverte où le riz est stocké. Selon les régions, les maisons de Birmanie sont aussi parfois sur pilotis pour se protéger des inondations.

Villages de pêcheurs
Villages de pêcheurs
Villages de pêcheurs

Villages de pêcheurs

Maison d'habitation qui abrite toute une famille dans une plantation d'hévéas

Maison d'habitation qui abrite toute une famille dans une plantation d'hévéas

Au village de Ma U Ale, deux belles maisons et une plus classique
Au village de Ma U Ale, deux belles maisons et une plus classique
Au village de Ma U Ale, deux belles maisons et une plus classique

Au village de Ma U Ale, deux belles maisons et une plus classique

Au village de Min Han Thu, extérieur et intérieur d'habitation
Au village de Min Han Thu, extérieur et intérieur d'habitation
Au village de Min Han Thu, extérieur et intérieur d'habitation

Au village de Min Han Thu, extérieur et intérieur d'habitation

Partager cet article

Repost0
21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 12:36

Lors de notre voyage, nous avons eu à plusieurs reprises l’occasion de côtoyer la population dans les villes mais aussi dans les villages. Malgré une grande pauvreté constatée pour la plupart des Birmans, ils ne nous ont pas donné l’impression d’être malheureux. Ils semblent se contenter du peu qu’ils ont, même si, au niveau de la jeunesse, on s’aperçoit qu’un changement est en train de s’opérer dans leur mode de vie. Internet leur crée des besoins différents, dans leur mode vestimentaire,  leur apparence physique.

Dans l’ensemble, nous avons toujours été bien accueillis, reçus avec le sourire et une grande gentillesse. Notre guide nous a dit : « Ici, il n’y a pas de classe moyenne. Il y a les riches (voire très riches) et les pauvres. »

En 2019,  le salaire moyen en Birmanie est de 208,84 €, malgré une hausse de 30% en 2018. Cette donnée est issue de la moyenne des salaires moyens renseignés par les internautes habitant dans le pays.

 

 

Scènes de rue à Rangon
Scènes de rue à Rangon
Scènes de rue à Rangon
Scènes de rue à Rangon

Scènes de rue à Rangon

Un jour de pèlerinage au Rocher d'or
Un jour de pèlerinage au Rocher d'or
Un jour de pèlerinage au Rocher d'or

Un jour de pèlerinage au Rocher d'or

Petite croisière sur l'Irrawaddy, le plus long fleuve du pays et observation de la vie au bord du fleuve
Petite croisière sur l'Irrawaddy, le plus long fleuve du pays et observation de la vie au bord du fleuve
Petite croisière sur l'Irrawaddy, le plus long fleuve du pays et observation de la vie au bord du fleuve

Petite croisière sur l'Irrawaddy, le plus long fleuve du pays et observation de la vie au bord du fleuve

Les petits boulots !
Les petits boulots !

Les petits boulots !

Partager cet article

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 12:55

Très nombreux en Birmanie, ils hébergent plusieurs centaines de milliers de moines et nonnes. Nous avons eu l’occasion d’en visiter deux, un monastère théologique, le séminaire bouddhiste de Thamanay à Bago, où vivent 150 moines et le monastère Mohagandayon de Mandalay, le plus important du pays qui accueille 1200 jeunes. Les enfants peuvent entrer au monastère dès l’âge de 5 ans. Les jeunes moines sont là pour étudier. Nous avons pu assister au défilé des moines et novices de retour de leur quête dans le village.

Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires
Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires
Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires
Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires

Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires

Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village
Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village
Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village
Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village

Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village

Ces deux visites nous ont permis de voir d’un peu plus près la vie des moines. Ces personnages sont  très respectés et vénérés  et tiennent une place importante dans la politique du pays. Un certain nombre de sièges leur sont réservés au parlement birman tout comme pour les militaires.

 

Partager cet article

Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 15:12

Avant la projection de nos films le 29 mars prochain sur ce pays que nous avons visité début décembre 2018, je vous invite à une première découverte grâce à quelques photos qui vous donneront, nous l'espérons, l'envie d'assister à cette projection pour en savoir un peu plus sur ce pays et ses habitants.

Commençons par quelques pagodes et monastèresCe sont les sites les plus apparents de la culture birmane : la Birmanie a été appelée le « pays des pagodes », en raison de leur omniprésence dans son paysage. Les quatre sites de pèlerinage bouddhistes les plus importants sont la pagode Shwedagon de Rangon, le Bouddha Mahamuni de Mandalay, la pagode Kyaiktiyo (rocher d'or) dans l'État Môn et Bagan, ancienne capitale au bord de l'Irrawaddy, où des milliers de stupas et de temples se dressent en plus ou moins bon état depuis près d'un millénaire.

La pagode Shwedagon de Rangon
La pagode Shwedagon de Rangon
La pagode Shwedagon de Rangon

La pagode Shwedagon de Rangon

La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon
La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon
La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon
La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon

La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon

Mahamuni pagoda à Mandalay. Des hommes recouvrent le Bouddha de feuilles d'or.
Mahamuni pagoda à Mandalay. Des hommes recouvrent le Bouddha de feuilles d'or.
Mahamuni pagoda à Mandalay. Des hommes recouvrent le Bouddha de feuilles d'or.

Mahamuni pagoda à Mandalay. Des hommes recouvrent le Bouddha de feuilles d'or.

Bago :  pagode Kyaik Pun 4 Bouddhas et pagode Shwe Tha Lyaung,
Bago :  pagode Kyaik Pun 4 Bouddhas et pagode Shwe Tha Lyaung,
Bago :  pagode Kyaik Pun 4 Bouddhas et pagode Shwe Tha Lyaung,

Bago : pagode Kyaik Pun 4 Bouddhas et pagode Shwe Tha Lyaung,

La pagode Shwezigon de Bagan, et un aperçu des nombreuses pagodes du site de Bagan
La pagode Shwezigon de Bagan, et un aperçu des nombreuses pagodes du site de Bagan
La pagode Shwezigon de Bagan, et un aperçu des nombreuses pagodes du site de Bagan

La pagode Shwezigon de Bagan, et un aperçu des nombreuses pagodes du site de Bagan

La pagode Kyaiktiyo appelée aussi le Rocher d'Or que les hommes (et seulement eux) recouvrent de feuilles d'or
La pagode Kyaiktiyo appelée aussi le Rocher d'Or que les hommes (et seulement eux) recouvrent de feuilles d'or
La pagode Kyaiktiyo appelée aussi le Rocher d'Or que les hommes (et seulement eux) recouvrent de feuilles d'or

La pagode Kyaiktiyo appelée aussi le Rocher d'Or que les hommes (et seulement eux) recouvrent de feuilles d'or

La religion bouddhiste en Birmanie

La religion dominante en Birmanie est le Bouddhisme qui est pratiqué par 89,3% de la population, les autres religions étant très minoritaires. Le Bouddhisme birman est attaché à la branche “Theravada” (Petit Véhicule). C’est le bouddhisme le plus orthodoxe qui conserve les enseignements du Bouddha sans modifications.

Qui est Bouddha?

Le Bouddha n’est pas un Dieu. C’est un professeur qui a enseigné la vérité qui s’est réalisé par son omniscience. Il est né au Népal en 544 ans avant Jésus-Christ. Il descend de la famille Sakya et son père gouvernait un royaume. Son nom de prince était Sittha et son nom de Bouddha était Gotama. Il est devenu Bouddha à l’âge de 35 ans et est mort à l’âge de 80 ans.

Bouddha Gotama étant le 4ème Bouddha, le 5ème est attendu par les fidèles mais nul ne sait quand il viendra !

Partager cet article

Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 10:16

De retour d'un voyage en Birmanie en décembre dernier, c'est avec l'accord de la municipalité de Saint-Christophe qui met gracieusement à notre disposition la salle socioculturelle "Le Foyer", que nous projetterons les films que nous avons réalisés suite à ce voyage.

L'entrée est gratuite et ouverte à tous.

 

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 10:28

Pour la troisième année consécutive, Maxime Guinard, chargé de mission à la CCGC-PR, a concocté pour les habitants du territoire, de belles animations. Chaque journée découverte propose une randonnée dans le village choisi, un pique-nique préparé par un prestataire du territoire et dont environ un tiers du coût est pris en charge par la CCGC-PR et pour terminer la soirée, un spectacle gratuit, spectacle en général de grande qualité.

Après Pernay et Marray, c’était donc sur Saint-Christophe-sur-le-Nais, que se déroulait, samedi après-midi, cette journée découverte.

35 randonneurs prêts à découvrir les environs de la commune

35 randonneurs prêts à découvrir les environs de la commune

La randonnée

À 17 h, 35 marcheurs étaient arrivés à Beau-Soulage pour participer à une « randonnée promenade » comme l’a mentionné Philippe Petithomme, de l’UCTSPC, organisateur du parcours. « C’est plus une promenade de 7 km qu’une randonnée que nous allons faire tranquillement. Il faudra bien respecter les consignes de sécurité. Nous serons de retour à 19 h pour le pique-nique. Tout le monde est bien chaussé, on peut y aller. »

Le but de cette promenade est de faire découvrir des chemins, sites, personnages faisant partie du patrimoine de la commune. Le chemin et la maison des Marmoux furent l’occasion de parler d’Eugène Hilarion, le bienfaiteur de la commune. La descente par les Ruettes vers l’hôtel de ville a permis d’apprécier ce passage peu commun et d’admirer le campanile récemment restauré qui coiffe le toit de la mairie. De là, le guide a conduit les marcheurs vers la rivière Escotais et qui a, ici, la particularité de s’appeler le Nais : nouvelle occasion de faire un peu d’histoire avec Lionel Royer : « Il existait à saint-Christophe une poste dès le milieu du XIXe siècle et le nom de Saint-Christophe-sur-le-Nais était déjà utilisé. C’est d’ailleurs grâce à cette antériorité que, lorsqu’il a fallu trouver un complément au nom de Saint-Christophe pour différencier les différents villages portant ce nom que Saint-Christophe-sur-le-Nais a été retenu. » Une personne alors interrogea : « Mais alors pourquoi la rivière s’appelle-t-elle l’Escotais à Saint-Paterne ? »- «  La réponse est très simple. Lorsque le château de La Roche Racan, où vécut le poète Racan fut vendu, les nouveaux propriétaires s’appelaient les seigneurs des Escotais. Aussi, lorsque les gens du pays parlaient de la rivière qui passe au pied du château, ils disaient c’est la rivière des Escotais. Et, petit à petit, c’est devenu tout simplement l’Escotais. »

Les randonneurs vont traverser la rivière
Les randonneurs vont traverser la rivière
Les randonneurs vont traverser la rivière
Les randonneurs vont traverser la rivière
Les randonneurs vont traverser la rivière

Les randonneurs vont traverser la rivière

Une fois la passerelle sur le Nais-Escotais franchie, c’est par les prés de la commune que les randonneurs regagnèrent le quartier de Vienne et se dirigèrent vers la chapelle saint Gilles, joli petit édifice datant du XIe siècle mais reconstruit au XVe- XVIe siècles. Ce fut l’occasion de parler du culte de Saint-Gilles, des pèlerinages qui avaient lieu début septembre et qui, de l’église à la chapelle, rassemblait un millier de pèlerins et ce, jusque vers la fin du siècle dernier mais aussi de rappeler qu’au Moyen Âge, de très importantes foires internationales se tenaient sur ce site.

Arrêt à la chapelle Saint Gilles
Arrêt à la chapelle Saint Gilles

Arrêt à la chapelle Saint Gilles

De là, retour vers le bourg avec une belle descente et passage devant le moulin Basset avant de rejoindre une voie bien pentue qui monte le long du cimetière et, c’est par des chemins toujours bien pentus que les marcheurs, à 19 h très précises, atteignirent le terminus de la randonnée, le parking de Beau-Soulage, quitté 2 h auparavant. Mais là, une déconvenue les attendait….Les pique-niques n’étaient pas là !

Le pique-nique

Entre temps, quelques personnes, inscrites pour les repas, étaient arrivées dont Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune et les acteurs, Jacqueline et Marcel.

Maxime, interrogé, répond : « C’est « La mijot de Sonzay » qui doit apporter les paniers repas. Je lui ai commandé quelques repas supplémentaires mais elle ne devrait pas tarder à arriver… » Les minutes passent…19 h 30, toujours rien….20 h…20 h 15. Enfin, la restauratrice arrive, s’excuse pour son retard. Le spectacle devait démarrer à 20 h 30. Des spectateurs arrivaient et le repas commençait tout juste !

Pendant que les convives dégustaient avec plaisir les différents aliments fournis, les acteurs passaient parmi eux et plaisantaient ce qui laissait déjà présager de l’ambiance qui allait suivre. Heureusement, un pique-nique, c’est vite mangé. Une demi-heure après l’arrivée des repas, tout le monde était installé pour assister au spectacle.

Tout le monde est installé pour le spectacle
Tout le monde est installé pour le spectacle

Tout le monde est installé pour le spectacle

Le spectacle : Le Médecin volant de Molière par Jacqueline et Marcel

De leur vrai nom, Christelle Lefèvre et Pierre-Jean Ferrain, ils sont les créateurs de la compagnie « L’Art osé » en 2005. Ils ont à leur actif 10 spectacles en 10 ans. Le Médecin volant date de 2013. Leur compagnie a choisi la rue pour s’exprimer, pour vivre l’instant présent aux côtés des gens, s’adresser à eux directement et sans artifices, pousser toujours plus loin les codes du théâtre et de l’improvisation. Ils reconnaissent eux-mêmes : « L’adresse directe au public et la bonne humeur sont les moteurs qui portent toutes nos créations. »

Pour la pièce choisie, l’acte I  du Médecin volant de Molière, Jacqueline, avant le début du spectacle, met en garde : « Y a-t-il parmi vous des puristes de Molière ? Des professeurs de français ?...Car je vous préviens, puristes de Molière, s’abstenir. Le Médecin volant est le prétexte que nous avons trouvé pour venir devant vous. Nous jouerons la pièce jusqu’au bout. Mais, nous profiterons de chaque instant pour divaguer au gré de nos envies. Nous ne savons pas ce qui va se passer. Cela appartient à l’imprévu et à notre état de forme. »

Pour commencer, Marcel désigne une personne dans le public pour frapper les 3 coups. Malheureusement, il sera obligé de le faire lui-même. Jacqueline désigne une jeune fille qui, avec son portable, servira de chronomètre. La pièce doit durer 45 minutes. La « cloche » ainsi désignée sera consultée régulièrement.

Le décor est prêt sur la pelouse : une valise rouge.

Les acteurs au cours de la soirée
Les acteurs au cours de la soirée
Les acteurs au cours de la soirée
Les acteurs au cours de la soirée
Les acteurs au cours de la soirée

Les acteurs au cours de la soirée

Tout au long du spectacle, les deux acteurs interpréteront les différents personnages de la pièce de Molière, restitueront les textes à vive allure et surtout, joueront avec le public. Tout est prétexte à faire diversion, à improviser. Ainsi, le téléphone portable d’une spectatrice sonne. Jacqueline se précipite vers elle, lui dit de répondre et ensuite lui prend le téléphone et continue la discussion avec l’interlocuteur et lui propose de la rejoindre à l’hôtel. Le téléphone passe ensuite dans les mains de Marcel qui demande à parler à l’épouse et lui fait également des propositions. Au bout de près de 5 mn, le téléphone est rendu à sa propriétaire et tout le monde replonge dans le Médecin volant. Toute interruption de la pièce suscite l’amusement. Tous les deux ont l’art de l’à-propos, du gag inattendu. Au cours de la soirée, Jacqueline, bien gainée, n’a pas hésité à montrer sa culotte à plusieurs reprises, à passer dans le public s’asseoir sur les genoux de quelqu’un, l’embrasser.

Gag avec le portable d'une spectatrice
Gag avec le portable d'une spectatrice

Gag avec le portable d'une spectatrice

Pendant les gags de Jacqueline, Marcel vide petit à petit la bouteille de champagne, offre sa coupe à la spectatrice qui n’avait pas frappé les 3 coups. Dans la bouteille, il en restera à peine assez pour que, Jacqueline en tant que médecin, ne réclame un verre de l’urine de Lucile pour déterminer, au goût, la maladie dont elle souffre.

Marcel tend sa coupe à une spectatrice
Marcel tend sa coupe à une spectatrice

Marcel tend sa coupe à une spectatrice

Quand, la représentation s’achève, au terme de la scène 16 et de toutes les digressions des acteurs, le chronomètre indique précisément 45 mn. Peut-être qu’un petit quart d’heure fut réservé à Molière, mais les 30 minutes  supplémentaires furent meublées grâce à l’immense talent des deux acteurs. Les spectateurs ont vécu un intense moment de drôlerie intelligente, de communication avec les acteurs qui ont su, tout au long de la soirée, partager avec eux leur sensibilité, leur générosité, leur humanité et prouver combien ils savent rester maîtres de leurs improvisations.

Une très belle soirée, un très bon choix, on ne peut que féliciter Maxime Guinard pour le travail effectué, et remercier Catherine Lemaire, pour avoir permis que cette troisième journée se déroule sur sa commune.

Mais, une fois de plus, on ne peut que constater que, sur les 80 spectateurs présents, peu de Christophoriens avaient profité de la chance qu’on leur offrait. C’est bien dommage !

 

La soirée se termine dans une joyeuse ambiance
La soirée se termine dans une joyeuse ambiance

La soirée se termine dans une joyeuse ambiance

Partager cet article

Repost0
23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 11:41

Vendredi, à l’initiative de Benoît Bar, de l’office de tourisme de la vallée du Loir, de nombreux élus Sarthois et Tourangeaux voire des Régions Pays de la Loire et Centre-Val de Loire, avaient été conviés à une tournée estivale regroupant sept sites de part et d’autre du Loir. Mais, tous n’étaient pas présents et c’est avec un groupe relativement restreint, composé d’élus et d’acteurs du tourisme local,  que leur journée s’est déroulée en suivant, à la minute près, le programme établi.

Après être passés par La Chartre-sur-le-Loir, Pont-de-Braye, Chahaignes, Beaumont-Pied-de-Bœuf où ils purent se restaurer, le lac des Varennes à Marçon et le Moulin Pousset à Montval-sur-Loir,  c’est à 16 h 15 précises qu’ils arrivèrent à l’entrée du château de la Roche Racan, berceau du poète Honorat de Bueil, marquis de Racan, où les attendait M. Yves Lapeyre, propriétaire des lieux.

Il les conduisit tout d’abord dans les différents gîtes installés à l’extérieur du château. Chaque gîte a sa touche personnelle. Les meubles sont fabriqués avec le bois de la forêt du domaine. M. Lapeyre aime bien récupérer de nombreux objets et leur redonner une nouvelle vie et ses réemplois trouvent toujours une place bien adaptée et s’intègrent parfaitement dans le décor.

M. Lapeyre, 3ème en partant de la droite, heureux de vanter les charmes du Pays de Racan. Photo prise devant le château.

M. Lapeyre, 3ème en partant de la droite, heureux de vanter les charmes du Pays de Racan. Photo prise devant le château.

Écoutons-le parler de ses gîtes

Ces gîtes ont été pensés pour que l’on ait bien l’impression d’être tous ensemble mais chacun chez soi. La philosophie qui m’anime est basée sur la culture intellectuelle, la poésie, la littérature, les lectures sur l’amour des êtres mais aussi l’amour de la nature. Cet amour a bien été transcrit par le poète qui habita ces lieux. Dans les chambres, je place des livres, des extraits de l’œuvre de Racan.

Mon souhait, c’est qu’il puisse y avoir une synthèse entre culture et architecture.

Et, s’adressant à Benoît Bar, il expliqua pourquoi il avait répondu favorablement à sa demande d’ouvrir ses gîtes pour cette tournée estivale : « J’ai tout de suite été en harmonie avec votre philosophie. Je vous invite maintenant à me suivre pour la visite des différents gîtes. Nous allons commencer par le gîte ducal. Chaque gîte a un nom en fonction de la personnalisation que j’ai voulu lui donner.»

Les visiteurs le suivirent et les visites des 5 gîtes s’enchaînèrent. Après les gîtes extérieurs au château, les visiteurs purent admirer ceux installés dans une aile de l’édifice agencés de manière à faire vivre à ses hôtes, l’espace de quelques heures, une vie de châtelain d’autrefois .

De très belles installations qui permettent aux amoureux de la nature de trouver un peu de repos dans un cadre très agréable qui allie, comme le répète souvent le maître des lieux « culture et nature » car, n’oublions pas que M. Lapeyre invite ses hôtes à découvrir les nombreux produits locaux qui vont des vignobles du val de Loir à la vallée de la Loire, en passant par les fruits et légumes bio, les viandes  provenant d’animaux élevés en plein air, tout ce qui permet de profiter pleinement et sainement des atouts de ce territoire.

Espérons que ces visiteurs d’un jour se feront les défenseurs et les ambassadeurs de la richesse patrimoniale de la vallée du Loir et de Gâtine-Racan.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2018 6 24 /03 /mars /2018 18:54
Un public conquis par la conférence
Un public conquis par la conférence
Un public conquis par la conférence

Un public conquis par la conférence

Pour cette première manifestation de l’année, c’est Fabrice Mauclair, vice-président de l’association Histoire et Patrimoine, accompagné par deux de ses collègues du collège de Richelieu, Éric Dechêne et Nicole Lecomte,  également cyclistes, qui a emmené les nombreuses personnes présentes vendredi soir dans une salle du foyer rural ouverte au public pour la première fois depuis sa rénovation, sur les routes de France, à la découverte de 40 villages portant le nom de Saint-Christophe avec ou sans complément, sur les 45 que compte le pays.

Les 3 conférenciers. De g. à d : Éric Dechêne, Nicole Lecomte et Fabrice Mauclair

Les 3 conférenciers. De g. à d : Éric Dechêne, Nicole Lecomte et Fabrice Mauclair

Avant de leur donner la parole, Philippe Larus, le président, remercia la municipalité, excusa quelques personnes, rappela que c’est Lionel Royer, premier président de l’association, qui avait réalisé tout un travail de recherche sur les différents Saint-Christophe de France, présenta les diverses manifestations prévues au cours de l’année 2018 et acheva son discours en contant une petite anecdote remontant au tour de France de 1913 et concernant l’un des coureurs cyclistes, Eugène Christophe, qui, ayant cassé sa fourche dans le Tourmalet, regagna à pied, vélo sur l’épaule, le village de Sainte-Marie-de-Campan où, chez le forgeron, il répara lui-même sa fourche afin de terminer l’étape avec 4 heures de retard sur le premier.

Cette anecdote permit à nos conférenciers de relater quelques malheurs qui leur sont arrivés également sur leurs périples qui se sont déroulés entre 2008 et 2017 : 8 crevaisons, 2 pneus explosés et 2 pédales perdues.

 

Les différents "Saint-Christophe" visités par nos conférenciers avec en rouge, Saint-Christophe-sur-le-Nais (carte établie par Michel Mirault)

Leurs différents périples se déroulaient sur une semaine en juillet, excepté en 2016 où c’est durant le week-end de l’Ascension qu’ils ont découvert un Saint-Christophe dans la Manche et deux dans l’Eure. En 2013, pas de périple car l’un des coéquipiers, Éric avait des problèmes d’épaule.

Philippe Larus présente la soirée

Philippe Larus présente la soirée

Ces 9 périples leur ont fait parcourir 4000 km sur des routes parfois « roulantes » mais aussi, dans les zones montagneuses, plutôt accidentées. Le périple le plus long fut celui de 2008 avec 750 km et le plus court celui de 2017 avec seulement 180 km. De Saint-Christophe-du-Foc dans la Manche situé à seulement 5 m d’altitude à Saint-Christophe-en-Oisans en Savoie situé à 1 400 m, le dénivelé est important. Le village le plus petit, avec seulement 10 habitants dans le bourg, est Saint-Christophe-Dodinicourt dans l’Aube, et celui qui occupe la plus grande superficie est Saint-Christophe-en-Oisans. Chaque fois que cela était possible, nos 3 cyclistes qui, au cours des années ont vu leur peloton s’étoffer, l’intendance s’améliorer, passaient dans les mairies pour, comme au départ de Saint-Christophe-sur-le-Nais, en 2008, faire tamponner leur carnet de bord et pénétraient dans les églises pour y découvrir les représentations du saint. Beaucoup de statues de saint Christophe sont datées du XIXe siècle et ont de nombreuses caractéristiques communes. Y avait-il une fabrication à l’échelon national ? Par contre, dans au moins deux églises, les statues du saint dataient du XVe. Il figurait aussi sur des vitraux et sur des bannières utilisées lors des pèlerinages automobiles, pèlerinages qui sont encore actifs aujourd’hui dans plusieurs villages.

Ces périples, très appréciés des édiles rencontrés ont permis de créer quelques liens entre des groupes folkloriques locaux et les Danseux du Nais, parfois du voyage, et des municipalités qui verraient bien un rapprochement de tous les villages portant le nom de Saint-Christophe…

Le 1er tampon a été apposé sur le carnet de bord le 16-07-2008 à la mairie de Saint-Christophe-sur-le-Nais
Le 1er tampon a été apposé sur le carnet de bord le 16-07-2008 à la mairie de Saint-Christophe-sur-le-Nais

Le 1er tampon a été apposé sur le carnet de bord le 16-07-2008 à la mairie de Saint-Christophe-sur-le-Nais

Pour clore cette conférence à 3 voix, Fabrice prit le micro et s’exprima en ces termes : « J’ai adoré cette aventure qui restera gravée très longtemps dans ma mémoire. Nous avons traversé des paysages merveilleux, rencontré des gens intéressants, découvert la gastronomie des différentes régions tout cela restera pour moi et je pense pour Nicole et Éric des souvenirs inoubliables. »

Puis, Fabrice remit à chacun de ses amis le dernier livre de l’association « Si Saint-Christophe m’était conté… » avant que l’association ne remette à chacun des 3 conférenciers un petit cadeau souvenir.

Fabrice vient de remettre leur cadeau à Nicole et Éric,...

Fabrice vient de remettre leur cadeau à Nicole et Éric,...

...puis ce fut au tour d'Histoire et Patrimoine de les récompenser.

...puis ce fut au tour d'Histoire et Patrimoine de les récompenser.

Philippe Larus donna ensuite la parole à Catherine Lemaire qui exposa rapidement les différents travaux réalisés pour permettre au foyer de retrouver un si bel aspect et, s’exprimant sur la conférence qui venait de se dérouler, elle ajouta : « Merci pour cette belle conférence qui, traitant des Saint-Christophe ne pouvait se dérouler dans un autre lieu que celui-ci. Ce que l’on vient de voir et d’entendre donne envie de voyager, peut-être pour certains en enfourchant leur vélo, mais pour moi et pour d’autres, ce serait plutôt la voiture. Je remercie l’association pour cette animation et pourquoi pas, effectivement, envisager un rapprochement avec d’autres Saint-Christophe ! Pour ce qui est du pèlerinage, le comité des fêtes envisage le remettre en place en 2019 et pour cela, une réunion publique aura lieu le samedi 21 avril, à 17 h, à Beau-Soulage. »

Catherine Lemaire félicite les conférenciers.

Catherine Lemaire félicite les conférenciers.

Pratique

Pour en savoir plus sur les Saint-Christophe, site de Lionel Royer : https://saint-christophe-sur-le-nais.jimdo.com/

Pour suivre les actualités de l’association : https://histoire-patrimoine.jimdo.com/

Adhésions à l’association : 8 € pour une personne et 12 € pour un couple. L’adhésion donne droit à une plaquette gratuite chaque année.

Contacts :

Mail : histoire.patrimoine37@laposte.net

Tél : 02 47 29 33 18

Les 3 conférenciers-cyclistes entourés de ceux qui ont assuré l'intendance et donné aussi quelques coups de pédale pour les accompagner.

Les 3 conférenciers-cyclistes entourés de ceux qui ont assuré l'intendance et donné aussi quelques coups de pédale pour les accompagner.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages