Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2018 5 17 /08 /août /2018 10:15

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2018 1 13 /08 /août /2018 17:16
Vue d'ensemble des bassins (photo d'archives)

Vue d'ensemble des bassins (photo d'archives)

La météo exceptionnelle de l’été a permis depuis son ouverture au public le 7 juillet, et ce sur 5 semaines, à 6000 personnes, essentiellement du territoire, de profiter des bienfaits de la piscine communautaire et des différentes possibilités qu’elle offre à ses adeptes.

Dès l’entrée, de charmantes hôtesses accueillent les visiteurs. Depuis le 1er août, Océane a rejoint Théa et Émilie en remplacement d’Amélie qui occupait ce poste en juillet. Océane se dit très satisfaite de ce job d’été.

On doit reconnaître que cette piscine communautaire a de nombreux atouts. Tout d’abord ses tarifs, inchangés depuis son ouverture, fixés à 3 €/jour pour un adulte et 2 €/ jour pour les moins de 18 ans. En dessous de 3 ans, c’est gratuit !

Côté baignade, un bassin de 25 m, avec une eau à 26°ou 27°, permet aux nageurs de faire quelques longueurs, aux ados, heureux de se retrouver, de s’amuser sans risque sous l’œil attentif du maître-nageur. Pour les plus jeunes, un plus petit bassin, les sécurise dans leur familiarisation avec l’eau, souvent sous le regard bienveillant des grands-parents, et offre à tous sa partie de balnéothérapie toujours très appréciée. Et les bambins ne sont pas oubliés, une pataugeoire est à leur disposition.

Le cadre verdoyant et ombragé situé à côté des bassins accueille régulièrement les baigneurs à l’heure du goûter ou même pour le déjeuner quand les familles, désireuses de profiter au maximum de cet endroit, viennent dès l’ouverture à 11 h avec leur pique-nique et y passent une partie de la journée.

Océane prend son rôle très au sérieux

Océane prend son rôle très au sérieux

Pour ceux qui n’ont pas prévu le petit creux de 16 h, après quelques exploits sportifs, une buvette tenue par les bénévoles d’Épisode, leur propose gâteaux, friandises et boissons pour un prix raisonnable. Ces recettes sont un plus pour la caisse de l’association qui apporte une aide aux familles nécessiteuses du territoire.

Et, pour ceux qui pourraient s’ennuyer le temps de l’exposition au soleil ou sous les frais ombrages, la bibliothèque, comme les années précédentes, a mis à leur disposition des magazines à lire sur place ou à emporter.

Les bénévoles d'Épisode tiennent la buvette de la piscine. Des magazines distraient les lecteurs

Les bénévoles d'Épisode tiennent la buvette de la piscine. Des magazines distraient les lecteurs

Les mois de juillet et août sont aussi l’occasion pour ceux qui le souhaitent de bénéficier de cours de natation pour apprendre à nager ou se perfectionner. Et, les lundis et vendredis soirs, des cours d’aquagym réunissent celles et ceux qui veulent garder la forme.

Il reste encore de belles journées à venir. N’hésitez pas à profiter des bienfaits de la piscine. Elle sera ouverte tous les jours de 11 h à 19 h jusqu’au 2 septembre.

Quelques chiffres

Plus grosse affluence : 384 personnes

Plus faible : 18 personnes

Partager cet article
Repost0
12 août 2018 7 12 /08 /août /2018 16:28

Lors de la dernière assemblée générale, l’association « les amis de la bibliothèque » a été dissoute et, depuis, la bibliothèque municipale est passée sous gestion communale, avec du personnel rétribué par la commune, Laëtitia Rousseau pour la bibliothèque et Alexandra Hugon, pour les ateliers informatiques.

Dans la profession de foi des élus actuels, un déménagement de la bibliothèque à proximité de l’école avait été annoncé. Cette promesse va bientôt devenir réalité.

Quel est le but recherché par la municipalité en déplaçant la bibliothèque ?

Écoutons Catherine Lemaire : « Nous souhaitions le transfert à proximité de l’école, tout d’abord pour les enfants. Son emplacement à Beau-Soulage était trop excentré et occasionnait une perte de temps pour les scolaires en déplacements. Nous avons aussi pensé aux habitants et espérons qu’ainsi, ils pourront mieux bénéficier de la bibliothèque. Nous conservons le coin informatique et Alexandra continuera d’animer des ateliers. De plus, cela facilitera la mise en réseau de notre bibliothèque et nos lecteurs pourront accéder au portail Nom@de mis en place par le Conseil Départemental. Nous pourrons profiter également d’un grand choix de livres prêtés par la DDLLP. »

Avez-vous toujours des bénévoles pour aider ?

Oui, bien sûr. Les personnes qui apportaient déjà leur aide continuent et nous avons de nouvelles personnes qui se sont ajoutées.

Madame le Maire devant se rendre à un rendez-vous, la visite du chantier s’est poursuivie avec M. Jean-Jacques Meunier, adjoint en charge du suivi des travaux.

Catherine Lemaire et Jean-Jacques Meunier lors de la visite du chantier de la future bibliothèque

Catherine Lemaire et Jean-Jacques Meunier lors de la visite du chantier de la future bibliothèque

Les travaux d’aménagement

« Vous pouvez remarquer que nous avons fait abattre la cloison séparant les deux classes de façon à bénéficier d’un seul espace d’environ 80 m². Il faut dire que depuis le début de l’été, des artisans s’affairent au niveau des anciennes classes jouxtant la mairie du côté droit par rapport à la façade. Avant que la cloison ne tombe, le plombier était intervenu pour déplacer les radiateurs et leur alimentation qui se trouvaient sur cette cloison et les replacer sur les murs restants. Il en est de même pour l’électricité, tout a été réinstallé en pourtour. Il a fallu faire un raccord au niveau des plafonds qui n’étaient pas exactement au même niveau. L’artisan, M. Bouvet, a fait un beau raccord. Il faudra en faire un aussi au niveau du sol. Le maçon doit passer demain reprendre le carrelage. Quelques petits travaux de menuiserie ont été nécessaires : pose de cimaises, raccord entre les deux portes. Ensuite, il ne restera que la peinture à faire. De la toile de verre sera posée sur les murs avant d’appliquer la peinture. Le peintre doit intervenir début septembre. Au niveau des fenêtres, nous avions anticipé. Les stores ont été changés l’an dernier et des films permettant de voir vers l’extérieur mais pas vers l’intérieur, ont été posés sur les fenêtres. L’ensemble des travaux réalisés s’élève à 15 000 €.»

Et, au niveau de l’accessibilité du public, que comptez-vous faire ?

L’entrée va être repoussée au-delà des portes de la bibliothèque pour que les gens ne pénètrent pas dans la cour de récréation. Et, pour l’accessibilité aux PMR, nous allons installer un accès provisoire amovible. Lors des travaux d’accessibilité de la mairie, nous ferons la même chose de ce côté.

Que deviendront les locaux libérés à Beau-Soulage ?

En attendant que la maison de santé soit construite, les locaux pourront être mis à disposition de personnels soignants souhaitant s’installer rapidement.

Espérons comme le dit Madame le Maire que « ce changement de lieu et la mise en réseau avec les autres bibliothèques du territoire feront venir plus d’habitants à la bibliothèque ! Ce nouveau local sera opérationnel courant octobre.»

Délibérations municipales du mois de mai 2018 point 3 concernant les bâtiments, en ligne sur le site de la mairie.

Partager cet article
Repost0
11 août 2018 6 11 /08 /août /2018 08:16

 

Partager cet article
Repost0
5 août 2018 7 05 /08 /août /2018 14:25

L'UCTSPC, club cyclo local, invite tous les amoureux de la petite reine à se retrouver le 19 août à Saint-Christophe-sur-le-Nais où aura lieu la deuxième fête du vélo ancien en nord Touraine, la Sainpatophe.

Trois parcours sont proposés pour la randonnée du matin. Emma Nivelle, 25 km, abordable pour tous, Amédée Railleurs, 38 km, certes un peu plus long mais sans grandes difficultés et la JeanThalus, 65 km, plutôt réservé aux anciens coureurs qui veulent encore en découdre même avec les manettes au cadre et les cales pieds à courroie.

L’UCTSPC qui n’est pas un groupe politique se permet de vous promettre la lune. Point de Galibier ni d’Alpes d’Huez, mais tout le monde aura la possibilité, avec plus ou moins de mal, de faire la prestigieuse montée sur la lune où aura lieu une pause musicale. Neil Armstrong en aurait rêvé. À l‘espace Beau-Soulage, buvette, restauration, exposition de cycles anciens, maillots et accessoires  dont une roue très particulière fabriquée par un mécanicien de Saint-Christophe.

Beaux souvenirs de l'édition 2 017
Beaux souvenirs de l'édition 2 017

Beaux souvenirs de l'édition 2 017

Animation musicale, défilé Sainpatophe encadré par des véhicules anciens, élection des plus beaux représentants dotée de nombreux lots et tombola avec un vélo à gagner. Marché de producteurs ; bourse vélo.

Possibilité de louer un vélo sur place.

Ouverture à partir de 8 h, départ randonnées à 9 h.

Pour en savoir plus, consulter le site : UCTSPC.fr , rubrique : sainpatophe ,
tel: 06 98 88 16 03 ; 06 87 59 08 42.

Partager cet article
Repost0
2 août 2018 4 02 /08 /août /2018 08:33

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 10:28

Pour la troisième année consécutive, Maxime Guinard, chargé de mission à la CCGC-PR, a concocté pour les habitants du territoire, de belles animations. Chaque journée découverte propose une randonnée dans le village choisi, un pique-nique préparé par un prestataire du territoire et dont environ un tiers du coût est pris en charge par la CCGC-PR et pour terminer la soirée, un spectacle gratuit, spectacle en général de grande qualité.

Après Pernay et Marray, c’était donc sur Saint-Christophe-sur-le-Nais, que se déroulait, samedi après-midi, cette journée découverte.

35 randonneurs prêts à découvrir les environs de la commune

35 randonneurs prêts à découvrir les environs de la commune

La randonnée

À 17 h, 35 marcheurs étaient arrivés à Beau-Soulage pour participer à une « randonnée promenade » comme l’a mentionné Philippe Petithomme, de l’UCTSPC, organisateur du parcours. « C’est plus une promenade de 7 km qu’une randonnée que nous allons faire tranquillement. Il faudra bien respecter les consignes de sécurité. Nous serons de retour à 19 h pour le pique-nique. Tout le monde est bien chaussé, on peut y aller. »

Le but de cette promenade est de faire découvrir des chemins, sites, personnages faisant partie du patrimoine de la commune. Le chemin et la maison des Marmoux furent l’occasion de parler d’Eugène Hilarion, le bienfaiteur de la commune. La descente par les Ruettes vers l’hôtel de ville a permis d’apprécier ce passage peu commun et d’admirer le campanile récemment restauré qui coiffe le toit de la mairie. De là, le guide a conduit les marcheurs vers la rivière Escotais et qui a, ici, la particularité de s’appeler le Nais : nouvelle occasion de faire un peu d’histoire avec Lionel Royer : « Il existait à saint-Christophe une poste dès le milieu du XIXe siècle et le nom de Saint-Christophe-sur-le-Nais était déjà utilisé. C’est d’ailleurs grâce à cette antériorité que, lorsqu’il a fallu trouver un complément au nom de Saint-Christophe pour différencier les différents villages portant ce nom que Saint-Christophe-sur-le-Nais a été retenu. » Une personne alors interrogea : « Mais alors pourquoi la rivière s’appelle-t-elle l’Escotais à Saint-Paterne ? »- «  La réponse est très simple. Lorsque le château de La Roche Racan, où vécut le poète Racan fut vendu, les nouveaux propriétaires s’appelaient les seigneurs des Escotais. Aussi, lorsque les gens du pays parlaient de la rivière qui passe au pied du château, ils disaient c’est la rivière des Escotais. Et, petit à petit, c’est devenu tout simplement l’Escotais. »

Les randonneurs vont traverser la rivière
Les randonneurs vont traverser la rivière
Les randonneurs vont traverser la rivière
Les randonneurs vont traverser la rivière
Les randonneurs vont traverser la rivière

Les randonneurs vont traverser la rivière

Une fois la passerelle sur le Nais-Escotais franchie, c’est par les prés de la commune que les randonneurs regagnèrent le quartier de Vienne et se dirigèrent vers la chapelle saint Gilles, joli petit édifice datant du XIe siècle mais reconstruit au XVe- XVIe siècles. Ce fut l’occasion de parler du culte de Saint-Gilles, des pèlerinages qui avaient lieu début septembre et qui, de l’église à la chapelle, rassemblait un millier de pèlerins et ce, jusque vers la fin du siècle dernier mais aussi de rappeler qu’au Moyen Âge, de très importantes foires internationales se tenaient sur ce site.

Arrêt à la chapelle Saint Gilles
Arrêt à la chapelle Saint Gilles

Arrêt à la chapelle Saint Gilles

De là, retour vers le bourg avec une belle descente et passage devant le moulin Basset avant de rejoindre une voie bien pentue qui monte le long du cimetière et, c’est par des chemins toujours bien pentus que les marcheurs, à 19 h très précises, atteignirent le terminus de la randonnée, le parking de Beau-Soulage, quitté 2 h auparavant. Mais là, une déconvenue les attendait….Les pique-niques n’étaient pas là !

Le pique-nique

Entre temps, quelques personnes, inscrites pour les repas, étaient arrivées dont Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune et les acteurs, Jacqueline et Marcel.

Maxime, interrogé, répond : « C’est « La mijot de Sonzay » qui doit apporter les paniers repas. Je lui ai commandé quelques repas supplémentaires mais elle ne devrait pas tarder à arriver… » Les minutes passent…19 h 30, toujours rien….20 h…20 h 15. Enfin, la restauratrice arrive, s’excuse pour son retard. Le spectacle devait démarrer à 20 h 30. Des spectateurs arrivaient et le repas commençait tout juste !

Pendant que les convives dégustaient avec plaisir les différents aliments fournis, les acteurs passaient parmi eux et plaisantaient ce qui laissait déjà présager de l’ambiance qui allait suivre. Heureusement, un pique-nique, c’est vite mangé. Une demi-heure après l’arrivée des repas, tout le monde était installé pour assister au spectacle.

Tout le monde est installé pour le spectacle
Tout le monde est installé pour le spectacle

Tout le monde est installé pour le spectacle

Le spectacle : Le Médecin volant de Molière par Jacqueline et Marcel

De leur vrai nom, Christelle Lefèvre et Pierre-Jean Ferrain, ils sont les créateurs de la compagnie « L’Art osé » en 2005. Ils ont à leur actif 10 spectacles en 10 ans. Le Médecin volant date de 2013. Leur compagnie a choisi la rue pour s’exprimer, pour vivre l’instant présent aux côtés des gens, s’adresser à eux directement et sans artifices, pousser toujours plus loin les codes du théâtre et de l’improvisation. Ils reconnaissent eux-mêmes : « L’adresse directe au public et la bonne humeur sont les moteurs qui portent toutes nos créations. »

Pour la pièce choisie, l’acte I  du Médecin volant de Molière, Jacqueline, avant le début du spectacle, met en garde : « Y a-t-il parmi vous des puristes de Molière ? Des professeurs de français ?...Car je vous préviens, puristes de Molière, s’abstenir. Le Médecin volant est le prétexte que nous avons trouvé pour venir devant vous. Nous jouerons la pièce jusqu’au bout. Mais, nous profiterons de chaque instant pour divaguer au gré de nos envies. Nous ne savons pas ce qui va se passer. Cela appartient à l’imprévu et à notre état de forme. »

Pour commencer, Marcel désigne une personne dans le public pour frapper les 3 coups. Malheureusement, il sera obligé de le faire lui-même. Jacqueline désigne une jeune fille qui, avec son portable, servira de chronomètre. La pièce doit durer 45 minutes. La « cloche » ainsi désignée sera consultée régulièrement.

Le décor est prêt sur la pelouse : une valise rouge.

Les acteurs au cours de la soirée
Les acteurs au cours de la soirée
Les acteurs au cours de la soirée
Les acteurs au cours de la soirée
Les acteurs au cours de la soirée

Les acteurs au cours de la soirée

Tout au long du spectacle, les deux acteurs interpréteront les différents personnages de la pièce de Molière, restitueront les textes à vive allure et surtout, joueront avec le public. Tout est prétexte à faire diversion, à improviser. Ainsi, le téléphone portable d’une spectatrice sonne. Jacqueline se précipite vers elle, lui dit de répondre et ensuite lui prend le téléphone et continue la discussion avec l’interlocuteur et lui propose de la rejoindre à l’hôtel. Le téléphone passe ensuite dans les mains de Marcel qui demande à parler à l’épouse et lui fait également des propositions. Au bout de près de 5 mn, le téléphone est rendu à sa propriétaire et tout le monde replonge dans le Médecin volant. Toute interruption de la pièce suscite l’amusement. Tous les deux ont l’art de l’à-propos, du gag inattendu. Au cours de la soirée, Jacqueline, bien gainée, n’a pas hésité à montrer sa culotte à plusieurs reprises, à passer dans le public s’asseoir sur les genoux de quelqu’un, l’embrasser.

Gag avec le portable d'une spectatrice
Gag avec le portable d'une spectatrice

Gag avec le portable d'une spectatrice

Pendant les gags de Jacqueline, Marcel vide petit à petit la bouteille de champagne, offre sa coupe à la spectatrice qui n’avait pas frappé les 3 coups. Dans la bouteille, il en restera à peine assez pour que, Jacqueline en tant que médecin, ne réclame un verre de l’urine de Lucile pour déterminer, au goût, la maladie dont elle souffre.

Marcel tend sa coupe à une spectatrice
Marcel tend sa coupe à une spectatrice

Marcel tend sa coupe à une spectatrice

Quand, la représentation s’achève, au terme de la scène 16 et de toutes les digressions des acteurs, le chronomètre indique précisément 45 mn. Peut-être qu’un petit quart d’heure fut réservé à Molière, mais les 30 minutes  supplémentaires furent meublées grâce à l’immense talent des deux acteurs. Les spectateurs ont vécu un intense moment de drôlerie intelligente, de communication avec les acteurs qui ont su, tout au long de la soirée, partager avec eux leur sensibilité, leur générosité, leur humanité et prouver combien ils savent rester maîtres de leurs improvisations.

Une très belle soirée, un très bon choix, on ne peut que féliciter Maxime Guinard pour le travail effectué, et remercier Catherine Lemaire, pour avoir permis que cette troisième journée se déroule sur sa commune.

Mais, une fois de plus, on ne peut que constater que, sur les 80 spectateurs présents, peu de Christophoriens avaient profité de la chance qu’on leur offrait. C’est bien dommage !

 

La soirée se termine dans une joyeuse ambiance
La soirée se termine dans une joyeuse ambiance

La soirée se termine dans une joyeuse ambiance

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2018 1 23 /07 /juillet /2018 11:41

Vendredi, à l’initiative de Benoît Bar, de l’office de tourisme de la vallée du Loir, de nombreux élus Sarthois et Tourangeaux voire des Régions Pays de la Loire et Centre-Val de Loire, avaient été conviés à une tournée estivale regroupant sept sites de part et d’autre du Loir. Mais, tous n’étaient pas présents et c’est avec un groupe relativement restreint, composé d’élus et d’acteurs du tourisme local,  que leur journée s’est déroulée en suivant, à la minute près, le programme établi.

Après être passés par La Chartre-sur-le-Loir, Pont-de-Braye, Chahaignes, Beaumont-Pied-de-Bœuf où ils purent se restaurer, le lac des Varennes à Marçon et le Moulin Pousset à Montval-sur-Loir,  c’est à 16 h 15 précises qu’ils arrivèrent à l’entrée du château de la Roche Racan, berceau du poète Honorat de Bueil, marquis de Racan, où les attendait M. Yves Lapeyre, propriétaire des lieux.

Il les conduisit tout d’abord dans les différents gîtes installés à l’extérieur du château. Chaque gîte a sa touche personnelle. Les meubles sont fabriqués avec le bois de la forêt du domaine. M. Lapeyre aime bien récupérer de nombreux objets et leur redonner une nouvelle vie et ses réemplois trouvent toujours une place bien adaptée et s’intègrent parfaitement dans le décor.

M. Lapeyre, 3ème en partant de la droite, heureux de vanter les charmes du Pays de Racan. Photo prise devant le château.

M. Lapeyre, 3ème en partant de la droite, heureux de vanter les charmes du Pays de Racan. Photo prise devant le château.

Écoutons-le parler de ses gîtes

Ces gîtes ont été pensés pour que l’on ait bien l’impression d’être tous ensemble mais chacun chez soi. La philosophie qui m’anime est basée sur la culture intellectuelle, la poésie, la littérature, les lectures sur l’amour des êtres mais aussi l’amour de la nature. Cet amour a bien été transcrit par le poète qui habita ces lieux. Dans les chambres, je place des livres, des extraits de l’œuvre de Racan.

Mon souhait, c’est qu’il puisse y avoir une synthèse entre culture et architecture.

Et, s’adressant à Benoît Bar, il expliqua pourquoi il avait répondu favorablement à sa demande d’ouvrir ses gîtes pour cette tournée estivale : « J’ai tout de suite été en harmonie avec votre philosophie. Je vous invite maintenant à me suivre pour la visite des différents gîtes. Nous allons commencer par le gîte ducal. Chaque gîte a un nom en fonction de la personnalisation que j’ai voulu lui donner.»

Les visiteurs le suivirent et les visites des 5 gîtes s’enchaînèrent. Après les gîtes extérieurs au château, les visiteurs purent admirer ceux installés dans une aile de l’édifice agencés de manière à faire vivre à ses hôtes, l’espace de quelques heures, une vie de châtelain d’autrefois .

De très belles installations qui permettent aux amoureux de la nature de trouver un peu de repos dans un cadre très agréable qui allie, comme le répète souvent le maître des lieux « culture et nature » car, n’oublions pas que M. Lapeyre invite ses hôtes à découvrir les nombreux produits locaux qui vont des vignobles du val de Loir à la vallée de la Loire, en passant par les fruits et légumes bio, les viandes  provenant d’animaux élevés en plein air, tout ce qui permet de profiter pleinement et sainement des atouts de ce territoire.

Espérons que ces visiteurs d’un jour se feront les défenseurs et les ambassadeurs de la richesse patrimoniale de la vallée du Loir et de Gâtine-Racan.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2018 7 22 /07 /juillet /2018 08:05

Rendez-vous à Beau-Soulage, le samedi 28 juillet.

Les festivités débuteront par une randonnée nature autour de la commune, à 17 h.

Ensuite, repas champêtre payant sur réservation au 07 84 62 03 64 ou 02 47 29 83 87

Et, pour terminer la soirée, à 20 h 30, place au théâtre avec "Le médecin volant" de Molière, revisité par Jacqueline et Marcel. Animation gratuite.

Pour en savoir plus, ouvrez le dossier de presse ci-dessous

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2018 6 21 /07 /juillet /2018 07:35

Ce 1er défi s’est clôturé le dimanche 17 juin. 140 familles réunies en 15 équipes, ont été accompagnées pendant 9 mois, de septembre 2017 à juin 2018, par 7 structures.

Dès le lancement, elles ont fait le point sur leurs consommations, grâce à un relevé de leurs achats sur un site dédié. Ainsi, chacune a pu définir ses axes de progression.

Ces familles ont été invitées à visiter une ferme bio qui leur a permis de se sensibiliser avec la saisonnalité des légumes, de comprendre le travail de l’agriculteur et de découvrir des producteurs près de chez elles.

Elles ont ensuite vécu plusieurs ateliers, dont l’essentiel « Diététique » pour comprendre les besoins du corps ainsi que les aliments et associations d’aliments qui y répondent. Cela leur a permis de (re)découvrir comment, par exemple, manger moins de viande sans impact sur la santé.

Elles ont pu vivre aussi des « ateliers anti-gaspi », clés de la réduction des coûts alimentaires : utiliser les fanes des légumes, pouvoir ne pas éplucher certains produits bio, utiliser les restes pour faire de bons petits plats.

À l’issue du 3ème relevé, les familles avaient déjà réalisé de beaux progrès attestés par de nouvelles habitudes.

L'ensemble des participants

Les équipes gagnantes du défi

Chinon pour la progression la plus importante vers une consommation bio

Lamotte-Beuvron pour le local

Saint-Paterne-Racan pour à la fois le bio et le local.

Des résultats à long terme

Un grand bravo à ces familles qui ont tenu bon et ont progressé tout au long de l’année.

Une étude réalisée auprès d’anciens participants du défi à travers la France fait valoir l’impact sur le long terme des changements adoptés ou amorcé lors du défi familles à Alimentation positive. Cela amène à se réjouir du succès rencontré pour cette première édition.

Une nouvelle édition du défi

Elle sera lancée fin septembre 2018 sur de nouveaux territoires. Cette action est toujours soutenue par le Conseil Régional du Centre-Val de-Loire. Cette seconde édition devrait rassembler 200 familles accompagnées par les 7 structures de la 1ère édition : Athéna du 41 et 28, Marion Nature du 45, BioBerry du 18, le CPIE Brenne-Berry du 18 et 36, la SEPANT, Couleurs sauvages et la Fédération Familles Rurales du 37.

Le Graine Centre-Val de Loire, à l’initiative du projet avec Bio Centre, coordonnera de nouveau cette édition.

 

 

 

 

Animations le jour de la remise des prix

En quoi consiste le défi ?

Les foyers souhaitant y participer bénéficieront d’un accompagnement visant à introduire plus de produits bio et locaux dans leurs assiettes, tout en maîtrisant leurs budgets. Par équipes d’une dizaine de personnes, les familles se réuniront tout au long du défi dans la convivialité, pour partager plusieurs temps forts : événement de lancement, visite de fermes bio, soirée jeux, ateliers…

Les places étant limitées, les familles intéressées doivent s’inscrire rapidement.

Qu’en pensent les participants au 1er défi ?

J’ai particulièrement apprécié les échanges de bonnes pratiques et les bonnes adresses locales de producteurs.

Maintenant, j’achète des légumes que je ne connaissais pas parce que c’est bon en fait !

Ma pépite du défi , Les découvertes avec la diététicienne sur les propriétés liées aux couleurs des aliments, les modes de cuisson…

Ce qui m’a bien aidé, c’est la séance d’achats de produits bio au marché de producteurs locaux….

Renseignements et inscriptions

Laëtitia Danger 02 47 39 37 51

laetitiadanger@famillesrurales.org

www.famillesalimentationpositive.fr

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages