Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 20:32

Suite à deux drames qui l’ont frappé à quelques années d’intervalles, la perte de son épouse suivie de celle de son fils René, Eugène Hilarion, ancien enfant indigent de Saint-Christophe, ayant fait fortune à Paris, se retrouvant seul à l’âge de 61 ans, va se tourner vers son village natal et le faire bénéficier de sa fortune.

« En 1902, il offre un vitrail à l’église en souvenir de sa famille. L’année suivante, le 15 juin 1903, le Conseil Municipal de Saint-Christophe adresse un témoignage de reconnaissance et de profonde gratitude à Eugène Hilarion, qui a doté l’hôtel de ville d’une horloge monumentale perfectionnée, d’un gracieux campanile, d’un élégant escalier, d’une peinture dont il est l’auteur, ainsi que diverses améliorations et embellissements qui en font un monument remarquable pour un petit pays, excitant l’admiration de tous les visiteurs » extrait d’une plaquette d’Histoire et Patrimoine parue en 2001.

Ce beau campanile qui se dressait orgueilleusement au-dessus de l’hôtel de ville a, malheureusement, subi les outrages du temps. L’étanchéité avait disparu et d’importantes fuites d’eau étaient apparues ces dernières années, faute d’un entretien régulier.

 

Aussi, en 2016, la municipalité fut obligée de prendre la décision de redonner son étanchéité au campanile. Des dossiers ont été montés, des artisans consultés. En attendant que les travaux puissent débuter, le campanile avait été recouvert par une bâche verte clouée sur le zinc lui enlevant ainsi toute possibilité de réemploi. L’entreprise Martineau de Saint-Paterne-Racan qui, à l’issue des consultations, remporta le marché, avait laissé entendre qu’elle ne pourrait pas entreprendre les travaux avant le printemps car le travail du zinc nécessite une certaine température minimale.

Enfin, depuis le début de la semaine, les échafaudages ont été mis en place et les travaux ont commencé. D’ici quelques jours, le campanile de Saint-Christophe, aura retrouvé toute sa beauté pour de nombreuses années.

Grâce à Eugène Hilarion, la commune possède un beau patrimoine qu’il faut savoir préserver et entretenir.

À Saint-Christophe, le campanile retrouve une seconde jeunesse
À Saint-Christophe, le campanile retrouve une seconde jeunesse
À Saint-Christophe, le campanile retrouve une seconde jeunesse

Quelques chiffres :

Restauration du campanile avec réfection partielle de la charpente et de la toiture : 45 000 €

Subventions du FDSR et de la DETR : 50% du montant de la rénovation du campanile.

La municipalité est en pourparlers avec son assureur pour la partie toiture.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale histoire patrimoine
commenter cet article
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 08:17
Démonstration d'un geste de secourisme

Démonstration d'un geste de secourisme

Samedi matin, la salle d’accueil accueillait une réunion d’information sur les sapeurs pompiers organisée à l’initiative du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) en collaboration avec les élus locaux. Cette réunion fait partie d’un plan d’action actuellement mis en place sur Neuvy-Le-Roi et 4 autres centres du département. L’animateur, le capitaine Fadi Chami, chef du service développement du volontariat, expliqua l’organisation des secours, l’importance du volontariat et les menaces qui pèsent dessus. Il présenta aussi les avantages d’être sapeur-pompier, les actions menées pour le recrutement… Le centre de secours de Neuvy-Le-Roi qui couvre aussi les communes de Louestault et Bueil-en-Touraine compte 13 sapeurs-pompiers avec 4 véhicules et 162 interventions en 2016, ce qui n’est, aux dires de l’intervenant, pas suffisant : « Il faudrait au moins 10 pompiers de plus. Les sapeurs-pompiers volontaires ont besoin de vous et vous avez besoin d’eux. Si on ne recrute pas, cela aura un impact sur les habitants de ce secteur, les départs de secours seront laborieux, éloignés, retardés et la caserne risque de fermer ». On dénombrait environ 20 personnes présentes dont le maire, Patrick Cintrat, la conseillère départementale Brigitte Dupuis, le chef de centre de Neuvy, le lieutenant Eric Briault accompagné de sapeurs-pompiers. Le capitaine Chami précisa que les formations des sapeurs-pompiers sont indemnisées, que ce volontariat est ouvert à tous y compris aux femmes de 11 à 60 ans. Ceux qui s’engagent ressentent un sentiment d’utilité. Il ne faut pas oublier que ces sauveteurs en puissance peuvent sauver des vies dans leur travail comme dans le privé. Pensez aussi au côté convivial de cette vie associative. Un petit débat fit suite à cette présentation où il fut mentionné de revoir la dénomination du centre de secours de Neuvy qui ne concerne pas que cette commune. Des actions de communication vont être mises en place : affiche qui circulera dans le village, sacs à pain à la boulangerie, interventions dans les écoles…

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale actualités
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 15:19

Pendant 30 ans, les chalands fréquentant le marché hebdomadaire de Saint-Paterne-Racan, avaient pris l’habitude, chaque jeudi matin, de trouver toujours au même endroit, le stand de plants de légumes, de fleurs, de plantes en pot, et de graines « Clause » proposées pendant 15 ans par M. Plessis puis, durant encore 15 ans, par Madame Idoux, qui l’avait remplacé, aidé depuis peu par son conjoint collaborateur qui arrive à la retraite.

Depuis toutes ces années, une clientèle fidèle s’arrêtait à leur stand pour faire provision de plants de salades, de choux, de betteraves et autres, toujours assurés de la bonne réussite de ces plants une fois plantés dans leur jardin potager.

Vente des derniers plants de la serre
Vente des derniers plants de la serre

Vente des derniers plants de la serre

Malgré cette fidélité, l’activité était en perte de vitesse et Madame Idoux souhaitait se défaire de son entreprise car elle a eu l’opportunité de trouver un nouvel emploi : travailler dans un magasin de fleurs. Comme le dit son conjoint : « Moi je suis à la retraite. Pour ma femme, travailler seule devenait trop lourd. Elle a eu la chance de trouver un travail qui lui plaît et où on lui a laissé entendre qu’il pouvait y avoir un avenir pour elle. Cette activité d'artisan commerçant  va donc s’arrêter dimanche prochain. Dès lundi, nous rendrons notre carte à la chambre des métiers et de l’artisanat. »

Les Idoux sont bien connus sur de très nombreux marchés de la vallée du Loir. Fidèle aux graines « Clause », M. Idoux est toujours propriétaire de l’ancienne graineterie Clause située sur la place des Halles de Château-du-Loir. Une page se tourne, d’autres activités attendent le nouveau retraité.

Les tournées de l'artisan commerçant vont s'arrêter.
Les tournées de l'artisan commerçant vont s'arrêter.

Les tournées de l'artisan commerçant vont s'arrêter.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale économie locale
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 14:25

Suite au décès soudain de Catherine Barbé Vacchiano le 11 février dernier, au lendemain d’une séance du conseil municipal, Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune de Saint-Christophe-sur-le-Nais, avait souhaité lui rendre hommage. L’occasion s’est présentée samedi matin avec l’inauguration d’une sculpture réalisée par Thierry Hervet Garcia et installée sur la pelouse devant la maison de la défunte.

Petit retour en arrière

Catherine Barbé Vacchiano appréciait les sculptures de son ami Thierry et, en septembre de l’année dernière, elle lui avait passé une commande avec ces exigences : « Je te laisse le choix du sujet mais je veux que tu n’utilises que des matériaux recyclés ! » Suite à son décès, le sculpteur s’est rapproché de Gilles, son époux, et de Gabrielle et Georges, leurs enfants, pour savoir s’il devait ou non réaliser la commande. Bien évidemment, ils ont donné leur accord. Le sculpteur s’est donc occupé de rechercher des matériaux qui pourraient lui être utiles. Puis, il lui a fallu mûrir le projet. Le déclic s’est fait en mars lorsque son ami peintre lui dit : « Tu devrais mettre des feuilles de vigne. » Les feuilles, bonne idée mais Thierry choisit pour leur symbolique de robustesse, les feuilles de chêne. Son projet sera donc un arbre. Le pied de la statue figurera le tronc et les racines et comme il le dira au cours de l’hommage : « Ce pied représente l’ancrage de Catherine dans sa terre, dans son village d’adoption où elle s’est investie. » Au sommet de l’arbre, on trouve Gilles et Catherine avec, juste au-dessous d’eux, Gabrielle et Georges.

À la demande de Gabrielle, pour entourer la sculpture de Catherine, Thierry avait amené son Phoïbos, dieu des arts, et son Hermès, le dieu aux multiples atouts.

La sculpture réalisée avec des matériaux recyclés

C’est donc cette sculpture pleine de symboles qu’avec beaucoup d’émotion quelques élus de Saint-Christophe, des amis proches et des membres de la famille sont venus inaugurer en hommage à celle qui n’est plus. Catherine Lemaire dans son court propos rappela : « Ça faisait plus de 3 ans que la plupart d’entre nous au conseil connaissait Catherine. Je me souviendrai toujours de sa voix au téléphone quand elle me disait : Bonjour Catherine, c’est Catherine ! avec une pointe d’humour. » Puis, parlant au nom du conseil municipal ; elle ajouta : « Catherine, nous nous souviendrons de ta générosité, de ta témérité, de tes prises de conviction franches et sincères… Aujourd’hui, tu es avec nous pour ce moment de partage pour inaugurer cette sculpture que tu souhaitais tant.»

Henri Zamarlik, ancien conseiller général, qui avait eu l’occasion de rencontrer Catherine Barbé Vacchiano prononça quelques mots : « Je conserverai un souvenir exceptionnel de cette personne au niveau de son investissement dans son travail. Ce qui compte, c’est le souvenir qu’on laisse. »

Les participants à cette petite cérémonie
Les participants à cette petite cérémonie

Les participants à cette petite cérémonie

Thierry Hervet Garcia, sculpteur à ces heures mais aussi un peu poète, lut le texte qu’il avait préparé en hommage à son amie et l’épingla ensuite sur son œuvre.

Retraité depuis peu, il a déjà quelques commandes et de nombreux projets, il n’aura donc pas le temps de s’ennuyer.

Pour clore cet émouvant mais sympathique hommage, Gilles offrit aux personnes présentes de partager le verre de l’amitié en souvenir de Catherine.

Thierry accroche son texte à la sculpture

Thierry accroche son texte à la sculpture

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale manifestations
commenter cet article
11 juin 2017 7 11 /06 /juin /2017 14:55

11 juin 2017

Inscrits : 722

Votants : 357 ; 49,64%

Blancs : 7

Nuls : 4

Exprimés : 346

Chazal

577 La France

267,51%
Deliz

Écologie, les Verts

82,25%
Fortier

PRG PS

164,49%
Thiébaut

Lutte ouvrière

41,16%
Roux

PCF

30,87%
Durand

UPR

00%
Bryche

Éco animaux

30,87%
Thillaye

REM

10530,35%
Frackzak

FN

3510,12%
Boigard

LR

8725,14%
AscarFrance Insoumise

45

14,16%
de Fouquières

Debout la France

102,89%
Vallée

DVD

00%

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans élections Vie locale
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 07:48

 

Repost 0
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 16:31

Mardi matin, une petite manifestation se tenait dans la salle des mariages de la commune de Saint-Paterne-Racan. Jean-Pierre Poupée, maire de la commune, accompagné par Brigitte Lamandé, adjointe et Maria Pereira, agent administratif et d’animation, accueillait Catherine Maleval, présidente de l’association « Radio Contact FM », Dimitri Gervais, vice-président de l’association, et Raphaël Thouroude, journaliste, pour la signature d’une convention de partenariat entre la commune et l’association.

À droite, les représentants de la commune et à gauche, ceux de Contact FM

À droite, les représentants de la commune et à gauche, ceux de Contact FM

Madame Maleval rappela dans un premier temps en quoi consiste la mission principale de Contact FM qui, d’après ses statuts de radio associative non commerciale, se doit d’inscrire prioritairement « la communication sociale de proximité dans le contenu de ses programmes ».

Que stipule donc cette convention ?

Contact FM mettra à disposition de la commune son antenne pour diffuser toutes les informations que la collectivité lui communiquera. Pour cela, plusieurs supports pourront être utilisés en fonction de l’importance du sujet. « C’est à Maria qu’incombera le rôle de communicante» précisa Monsieur le Maire.

Catherine Maleval présenta les différents types d’émissions en explicitant chaque fois le contenu de chacune : journaux, interview du jour, Allo ici la terre, rencontres et découvertes,… mais aussi le rôle que pourra jouer Contact FM dans le suivi de l’actualité communale : conseil municipal, vie associative,…

Monsieur le Maire, comment vous est venue cette idée de partenariat avec Contact FM ?

Pour être franc, je dois dire que c’est Maria qui a eu cette idée. À la suite de la foire du 1er mai, quand j’ai su la somme qu’avait payée André Morin, président du syndicat d’élevage pour faire des annonces, nous avons pensé qu’il fallait trouver une solution pour communiquer sur nos événements à moindre coût. Nous avons rencontré les membres de cette radio associative et plusieurs élus sont allés visiter ses studios. Nous en avons discuté lors d’une réunion du conseil municipal et à l’unanimité, nous avons décidé de signer cette convention de partenariat pour un an, le tarif étant assez attractif : 1000 € pour annoncer toutes nos manifestations sur un an, c’est raisonnable.

Grâce à la mairie, toutes les associations communales pourront bénéficier de ce média. « En diversifiant les supports médiatiques, on élargit la zone de diffusion des informations et on touche ainsi un public plus large au-delà des limites du département » ajoute Jean-Pierre Poupée.

Moment solennel : les signatures !
Moment solennel : les signatures !

Moment solennel : les signatures !

Les différents articles composant cette convention ayant été lus et approuvés par les deux parties, ce fut le moment des signatures qui officialisa ce partenariat entre la mairie et Contact FM pour une durée d’un an à partir du 15 juin 2017.

Le journaliste de Contact FM, équipé d’un micro enregistreur, proposa à M. le Maire sa première interview. Celui-ci en profita pour rappeler tout ce qu’il venait de dire sur les bienfaits escomptés au niveau des diverses activités communales grâce à ce nouveau support et il glissa le nom de quelques grandes manifestations culturelles à venir prochainement : le festival des Kampagn’arts et celui de la Clarté Dieu entre autres. Il fit aussi allusion à la nouvelle manifestation prévue courant août par l’UCTSPC, la sainpatophe. Le nom de Saint-Paterne-Racan circulera souvent sur les ondes de Contact FM n’en doutons pas !

Et, pour terminer sur une note conviviale, chacun put déguster un verre de jus de pommes produit sur la commune, en devisant très librement sur divers sujets.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale informations
commenter cet article
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 17:44

Il y a déjà deux ans que nous avions présenté Drine de C., la décoratrice et Arnaud, le photographe, dans leur boutique « Graine de rêve » ouverte sur la place Jehan d’Alluye, cœur du village de Saint-Christophe-sur-le-Nais. À chacune de nos rencontres, Drine de C. ne cesse de rappeler : « J’adore cette place avec sa végétation, les contrastes de couleurs. Chaque jour, lorsque j’ouvre mes fenêtres, je remercie de tout mon cœur la municipalité qui est à l’origine de cette transformation. C’est aussi pour cela que le projet que nous portons en ce moment, Arnaud et moi, a émergé. Il faut que je vous le présente ! »

Drine de C. ouvre alors un grand carton à dessins rempli d’esquisses, de photos, de motifs de décoration qui donnent une idée assez concrète de l’esprit dans lequel ils souhaitent mener la restauration de l’immeuble qui leur appartient désormais au 1 rue du Val Joyeux et qui comprend l’ancienne épicerie et le petit local attenant sur la place centrale. Drine de C. montre la planche concernant la façade du commerce : « Ce dessin représente l’aspect futur de notre commerce. Nous voulons recréer une ambiance de commerce ancien tant à l’extérieur avec cette couleur d’un vert assez foncé et à l’intérieur avec des présentoirs et étagères en bois. Comme nous sommes contraints de respecter les normes d’accessibilité, nous allons créer un perron avec d’un côté une rampe d’accès pour handicapés et de l’autre côté des marches, l’ensemble bordé par une grille en fer forgé qui sera réalisée par mon fils tout comme l’enseigne que nous poserons à l’angle de la boutique. Et, comme vous pouvez le constater, pour meubler le grand vide sur la façade, à gauche des ouvertures, nous installerons une belle horloge. Mais, je tiens d’ores et déjà à rassurer les riverains : elle ne sonnera pas ! »

Le projet tel qu'il se présente à l'extérieur : la façade de l'épicerie seule et avec la future "Graine de rêve" à côté
Le projet tel qu'il se présente à l'extérieur : la façade de l'épicerie seule et avec la future "Graine de rêve" à côté

Le projet tel qu'il se présente à l'extérieur : la façade de l'épicerie seule et avec la future "Graine de rêve" à côté

Depuis combien de temps travaillez-vous à ce projet ?

« Il a déjà deux ou trois ans que nous y pensions mais il nous a fallu dix mois pour le mûrir, rechercher de la documentation, choisir ce qui nous semblait le mieux pour l’intégrer dans le cadre de la place. Et puis, nous avions malgré tout quelques contraintes personnelles. Il fallait que ce projet qui nous tenait à cœur, entre dans notre budget. Nous avons tout chiffré au centime près pour que notre rêve devienne réalité. Cela nous demande beaucoup de travail mais au moins, on se fait plaisir !»

Avez-vous fait appel à un architecte ou à un maître d’œuvre ?

« Non, nous avons utilisé nos compétences personnelles qui sont complémentaires tant dans la vie privée que dans la vie professionnelle. Arnaud pour ce qui est des différents travaux et moi, avec ma formation d’architecte d’intérieur et de décoratrice pour les aménagements intérieurs des logements et des boutiques. Nous attendons notre rendez-vous avec l’architecte des bâtiments de France.»

Utiliserez-vous aussi le petit local attenant à l’épicerie ?

« Oui, bien sûr. C’est là que j’installerai ma nouvelle « Graine de rêve ».

Le bâtiment actuel

Le bâtiment actuel

Mais alors, que deviendra ce local que vous occupez actuellement ?

« J’espère pouvoir le louer. Si nous recréons de la vie autour de la place, nous pouvons penser qu’elle deviendra attractive et attirera ainsi de nouvelles personnes prêtes à s’investir.»

En écoutant Drine de C. nous parler de leur projet, on est impressionné par l’enthousiasme qui l’habite et la chaleur de ses propos. Leur but n’est pas de rouvrir une simple épicerie comme tant d’autres, sans personnalité ni chaleur humaine. Elle veut que les personnes qui viendront là s’y sentent bien, y trouvent un cadre apaisant, loin de l’anonymat des grandes surfaces. Les circuits courts seront favorisés car elle souhaite pour les produits frais comme les fruits et les légumes par exemple, faire travailler les producteurs locaux. Aussi, selon les saisons, le choix des produits sera forcément différent ! Les produits reconnus néfastes pour la santé seront bannis de son magasin mais, elle envisage de mettre en place ponctuellement des séances de dégustation pour faire redécouvrir le goût des produits authentiques et la manière de les préparer, gâteaux et pâte à tartiner entre autre. Là-dessus, elle confie : « Plus jeunes, nous avions chacun un rêve : Arnaud souhaitait travailler dans une papeterie et moi, dans une pâtisserie. Aussi, vous pouvez être sûrs que dans notre magasin, nous aurons un rayon papeterie et un rayon gâteaux. Et, comme nous adorons le fromage, à côté de la caisse, nous mettrons un petit rayon de fromages à la coupe. »

Ce beau projet comprend aussi une autre facette : la création d’un espace salon de thé et restauration rapide dans la partie située à gauche de l’entrée. Aux beaux jours, cet espace prendrait une extension sur une terrasse située à l’extérieur devant le bâtiment. « Madame le Maire ne semblait pas défavorable au projet mais nous attendons l’avis du conseil municipal. »

Des idées sympathiques pour faire vivre ce projet foisonnent. Drine de C. et Arnaud y mettent beaucoup de cœur. Ils veulent avant tout créer une dynamique dans le centre du bourg, une dynamique sans excès, juste une joie de vivre dans le village, en recréant du lien entre les habitants et en multipliant les services qu’ils pourront leur rendre.

Si tout suit un cours normal, le projet devrait voir son aboutissement d’ici un an et demi. En attendant, divers services sont déjà en place dans l’actuelle boutique de « Graine de rêves » : récupération des cartouches d’encre, des bouchons de bouteilles plastiques, des ampoules à économie d’énergie, des piles.

D’autres services sont en projet !

Espérons que ce bel enthousiasme rencontrera un avis favorable de tous les Christophoriens et des élus concernés par le développement du tourisme sur ce territoire élargi de Racan à Gâtine-Choisilles. Bon courage à Drine de C. et à Arnaud pour la poursuite de leurs travaux.

Un petit air de village d'artisans d'art dans lesquels on aime flâner
Un petit air de village d'artisans d'art dans lesquels on aime flâner

Un petit air de village d'artisans d'art dans lesquels on aime flâner

Vous pouvez suivre « Graine de rêve » sur son site et sa page Facebook : graine de rêve .net

Ouverture de la boutique : du mardi au vendredi de 14 h à 19 h

Contact : 06 98 18 01 58 ou grainedereve@laposte.net

Avant-après, appréciez la différence !

Avant-après, appréciez la différence !

Repost 0
27 mai 2017 6 27 /05 /mai /2017 09:09

Tarifs inchangés.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 15:49

Tout a commencé samedi en fin de matinée devant de nombreux élus, la population, les maîtres d’œuvre, les entrepreneurs et les artisans, avec plusieurs inaugurations au programme même si, comme le dit Éloi Canon, maire de la commune : « Chemillé n’a pas l’habitude d’inaugurer aussi, pour remercier les artisans locaux pour leur travail, on s’est dit, au sein du conseil municipal, pourquoi ne ferions-nous pas une inauguration ? Et c’est la raison pour laquelle vous êtes ici aujourd’hui ! »

Éloi Canon proposa à tout le monde de le suivre dans une visite guidée des réalisations communales. Tout d’abord, le cœur de village, qui redonne un bel aspect au centre du bourg, avec ses pavés en calcaire et le béton désactivé qui tranchent avec le noir de l’enrobé, la végétation en pied de mur et des trottoirs rendus accessibles aux handicapés, une place de l’église redessinée avec un revêtement en sable extrait de carrières près de Blois, et une plantation de nouveaux tilleuls, variété cordata rancho, qui ont la particularité d’être plus petits (10 m de haut maxi), de ne pas avoir besoin d’être taillés et d’avoir un système racinaire adapté.

Explications données par le maire sur les travaux
Explications données par le maire sur les travaux

Explications données par le maire sur les travaux

Au niveau de la rue Bournigault, le maire fit remarquer le nouvel enrobé et il expliqua : « Le revêtement de cette rue devait faire partie de la seconde tranche de travaux mais, nous avons trouvé judicieux de le réaliser en même temps, malgré le coût de 15 000 €, car cette petite rue est bien fleurie et cela fait une continuité avec la place. » En passant devant Le Camilius, le maire souligna : « Notre but, c’était de mettre en avant notre commerce local en le rendant accessible à tous. »

Le nouvel aspect du coeur de village
Le nouvel aspect du coeur de village
Le nouvel aspect du coeur de village

Le nouvel aspect du coeur de village

Un peu plus loin, devant la façade principale de l’église, on pouvait remarquer plusieurs rangées de pavés. Éloi Canon expliqua : « Ces pavés représentent le seuil qui marque l’entrée dans le bourg historique de Chemillé. »

L'entrée du bourg historique

L'entrée du bourg historique

Un peu plus loin, à l’angle de la RD 72 et de la RD 29, une vieille grange, en ruines il y a peu de temps, est en train d’être rénovée. « L’idée est de rendre le village attractif, agréable à vivre. Cette grange pourra servir d’abri pour les touristes, de halte pour les randonneurs des boucles à vélo ou les randonnées équestres. Le mobilier va bientôt arriver» confia le maire lors du coupage du ruban en présence de Brigitte Dupuis, conseillère départementale et des maires présents. Beaucoup de végétaux seront plantés dans le petit square attenant pour, au final, réduire l’entretien.

Rénovation de la grange
Rénovation de la grange
Rénovation de la grange
Rénovation de la grange
Rénovation de la grange
Rénovation de la grange

Rénovation de la grange

Ensuite, tout le monde se retrouva derrière la mairie pour la dernière inauguration, la nouvelle salle des associations située dans l’ancienne salle de musique. Tous les travaux ont été réalisés par des artisans locaux que le maire remercia vivement. Cette salle pourra accueillir jusqu’à 60 personnes.

Inauguration de la salle des associations
Inauguration de la salle des associations
Inauguration de la salle des associations

Inauguration de la salle des associations

Vint alors le moment des discours, Éloi Canon étant le premier à intervenir : « Pour revenir sur l’aménagement de la place de l’église et des entrées de bourg, je vous rappelle que ces travaux répondent à un des projets de notre mandat qui consistait à embellir et à sécuriser le bourg. Pour ce qui est de la salle des associations, nous souhaitions refaire ce bâtiment qui ne servait plus et qui finalisait ainsi notre programme d’isolation des bâtiments communaux. Parlons aussi de la grange qui était en très mauvais état et qui, avec son appentis, gênait la circulation. La partie principale a été conservée et nous avons assuré nous-mêmes la main d’œuvre. Nous avons pris des entreprises locales pour la maçonnerie et la charpente puis pour l’électricité. Les enduits seront faits l’an prochain car il faut attendre le séchage du bois de chêne. Nous l’appelons }La grange Hector~ du nom de l’architecte des ABF avec lequel nous avons noué de bonnes relations. Après un entretien avec lui, nous avons pu utiliser un enrobé normal et non grenaillé comme il le préconise habituellement à proximité de sites classés. Et, pour finir, parlons de cette salle des associations. Nous avons souhaité avoir une salle plus petite que la salle des fêtes pour différentes réunions notamment celles des anciens. Pour la rénovation de cette salle, nous avons été accompagnés par Solhia (PACT 37), l’ADAC, le Pays Loire Nature et agence locale d’énergie. L’isolation a été réalisée avec des matériaux bio-sourcés : liège pour le sol et laine de bois pour les murs. Toutes les menuiseries sont en bois. Tous ces travaux avaient le même but : améliorer l’attractivité de Chemillé pour que l’on puisse bien vivre au Pays de Racan. Nous avons ce qu’il faut pour bien accueillir les nouveaux habitants au point de vue école, bibliothèque, station d’épuration. Nous avons de jeunes agriculteurs, des artisans qui viennent de réinvestir récemment, tout ce qui fait un village dynamique sur le plan économique. Mais, il reste un gros point noir, le manque de réseaux téléphoniques et numériques qui nous pénalise. C’est devenu une priorité pour le conseil municipal. Nous avons répondu à un appel à projet qui a été retenu avec l’agence nationale. L’opérateur retenu est Bouygues. D’ici la fin de l’année, nous devrions avoir une antenne sur la commune. Les autres opérateurs arriveront aussi. Nous sommes à mi-mandat, les gros projets sont terminés mais il reste toujours du travail à faire notamment avec les autres communes pour mettre réellement en commun des moyens. »

Il passa ensuite le micro à Brigitte Dupuis : « Le conseil départemental soutient les investissements des communes et des communautés de communes. 4 millions par an seront réservés pour les communes de moins de 2000 habitants et 7 millions pour les communautés de communes. Le conseil départemental tient à accompagner les communes rurales. Sur le fonds départemental, en 2017, 300 000 € seront distribués aux petites associations et en 2018, 100 000 €. »

Patrick Cintrat, conseiller régional, dit « sa joie de voir cette belle réalisation Il faut le faire savoir d’où la nécessité des inaugurations. Le village et sont centre sont accueillants. Je salue le travail réalisé sur Chemillé-sur-Dême. »

Les discours avant le vin d'honneur
Les discours avant le vin d'honneur

Les discours avant le vin d'honneur

Le maire invita alors l’assistance à partager le verre de l’amitié et à participer aux diverses manifestations prévues tout au long du week-end.

Dans l’après-midi, malgré une météo capricieuse, certains n’hésitèrent pas à se lancer dans la randonnée cyclotouriste. Les moins sportifs purent assister à du théâtre proposé par « Chemillé en scène » et la plupart se retrouvèrent en soirée pour un repas en commun.

Le lendemain, les gens n’avaient que l’embarras du choix pour se distraire : randonnées pédestres, fête foraine, jeux de paille, marché gourmand et artisanal, exposition de vieux tracteurs, projection de vidéo d’antan, sans oublier buvette et restauration. Une belle vitrine de ce que peuvent réaliser les associations réunies. Le but fixé par Éloi Canon « avoir un village dynamique, attractif, où il fait bon vivre » semblait bien atteint en ce week-end plutôt chargé.

Quelques chiffres :

Aménagement du centre bourg : Maître d’œuvre Feuille à feuille, architectes-paysagistes et Cahier de route BET VRI ; réseaux et chaussée : Colas. Montant du coût : 300 000 € HT. Subvention : 35% soit environ 110 000 € (région : 33 000 €, député : 7 000 €, département : 69 733 €)

Entrées de bourg, TERCA : trottoirs, ralentisseurs, radars pédagogiques. Montant : 40 000 €. Subventions : 3 000 € dans le cadre des amendes de police

Fleurissement et plantations, Girault : 16 000 €

Salle des associations : coût 100 000 €. Subventions : DETR : 30 000 € ; Département : 7 000 € ; Région : 23 000 € ; CCPR : 10 000 €.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale animation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages