Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 12:46

La prochaine réunion du conseil municipal aura lieu le vendredi 17 juillet, à 19 h 30, à la mairie.

 

 

ORDRE DU JOUR

 

1. Approbation du compte-rendu

2. Personnel

.    - Document unique

3. Voirie

    - cahier des charges travaux groupement de commandes

    - dissimulation réseaux rue des Rabines et des pêcheurs

    - déclassement de chemin rural

    - retrait de délibération

    - demande de travaux

    - droit de place Palce Jehan d'Alluye

    - borne électrique

4. Matériels

5. Bâtiments

    - Diagnostic énergétique Foyer rural

    - mission Ad'ap - ERP

    - réparation monument aux morts

6. Intercommunalité

    - Communauté de communes de Racan

7. Affaires scolaires - TAP

    - Scolarisation

    - Garderie - tarification

    - Recrutement d'un agent - TAP

8. Demande de subvention

9. Demandes de logement

10. Affaires diverses

 

Moisson à Saint-Christophe, début du 20 ème siècle (carte photo collection Lionel Royer)

Moisson à Saint-Christophe, début du 20 ème siècle (carte photo collection Lionel Royer)

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 10:02
La place Jehan d'Alluye au début du siècle dernier

La place Jehan d'Alluye au début du siècle dernier

Avant la réunion de ce soir, voici le compte-rendu de la séance du mois d'avril.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 10:03

Après la prestation des trois Christophoriennes, Tiphaine, Sylvie et Monique, en mars où furent évoquées l'histoire et l'action d'Élisabeth Le Port, dans le cadre du festival de Femmes en campagne, des contacts avaient été tissés avec Madame Baron qui fut institutrice à Saint-Christophe de 1937 à 1949 et qui avait bien connu sa jeune collègue, arrêtée par la Gestapo et déportée à Auswitch où elle décéda.

D'autre part, depuis plusieurs années, Michel Le Port, neveu d'Élisabeth, et son épouse, avaient entrepris de recueillir le maximum de documents la concernant dans le but de réaliser un livre sur cette tante militante, disparue trop tôt. Philippe Larus, président de l'association "Histoire et Patrimoine", en relation avec Michel Le Port, fut prévenu que le livre tant attendu était prêt. Ce fut l'occasion rêvée pour réunir les deux familles : Mme Baron accompagnée de sa fille et de son gendre, et M. et Mme Le Port.

Le rendez-vous fut pris pour les accueillir à Saint-Christophe en ce début juin. Tous furent reçus tout d'abord chez Sylvie où Madame Baron, 99 ans, égrena ses souvenirs agrémentés de quelques anecdotes. "J'ai connu Élisabeth à l'école normale de Tours... Nous nous sommes retrouvées un jour dans un magasin de chaussures. Elle m'a demandé où j'enseignais. Je lui ai dit : "Dans un joli village au nord du département, Saint-Christophe-sur-le-Nais." Alors, elle a postulé pour ce village et nous sommes devenues collègues. Je l'ai bien sûr aidée dans ses actions. Je cachais les documents dans le four de ma cuisinière...." Pendant une heure, souvenirs après souvenirs, elle fit revivre ses années de guerre passées à Saint-Christophe. M. Le Port retrouvait dans son livre les pages qui relataient les évènements racontés par Madame Baron, les lettres envoyées à Élisabeth par ses collègues de l'école...

Les pages de couverture
Les pages de couverture

Les pages de couverture

À la fin de l'entretien, au nom d'Histoire et Patrimoine, le livre sur Élisabeth Le Port, fut offert à madame Baron qui le reçut avec beaucoup d'émotion.

Mme Baron dans son ancienne classe

Mme Baron dans son ancienne classe

Ensuite, tout le monde se dirigea vers la mairie où madame Baron retrouva avec plaisir la cour de l'école où quelques enfants de la garderie étaient en train de jouer. Puis, elle entra dans son ancienne classe : "Il y a un beau carrelage." En voyant quelques affichages sur les murs, elle s'exclama : "Tiens, on apprend encore les compléments circonstanciels !". Elle passa ensuite dans la classe voisine où enseignait Élisabeth Le Port et quelques petites larmes perlèrent au bord de ses yeux lorsqu'elle murmura : "Pauvre Élisabeth !" en voyant la plaque commémorative.

Saint-Christophe-sur-le-Nais : Séquence souvenirs....

Pour achever la visite, elle fut invitée à entrer dans son ancien logement où elle fut encore frappée par le carrelage de la cuisine qui était autrefois partagée en deux et utilisée par les deux locataires de ce logement : la famille Baron et Élisabeth Le Port.

Mme Baron et sa fille, au centre et M. et Mme Le Port devant l'ancienne classe de Mme Baron

Mme Baron et sa fille, au centre et M. et Mme Le Port devant l'ancienne classe de Mme Baron

Très heureuse de cette visite dans l'école et le village de ses débuts d'institutrice et elle fut aussi enchantée de revoir M. et Mme Le Port qu'elle avait eu l'occasion de rencontrer lors d'une première visite à Saint-Christophe, au début des années 2000, lors d'une collecte de documents et de renseignements par des gens de Saint-Pierre-des-Corps qui souhaitaient réaliser un film sur la résistance en Indre-et-Loire et ceux qui avaient participé à la rédaction et à la diffusion du journal La Lanterne.

Si des personnes sont intéressées par le livre édité par Michel Le Port sur Élisabeth Le Port, il en a quelques exemplaires à vendre. Ce livre, en couleur, contient de très nombreux documents et le DVD réalisé sur La lanterne. Il est en vente au prix de 11 € plus frais de port.

S'adresser à Michel Le Port en le contactant au 06 51 91 86 67 ou par mail : mike37@free.fr           

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 18:02

La prochaine réunion du conseil municipal aura lieu le vendredi 13 juin, à 19 h 30, à la mairie.

 

 

ORDRE DU JOUR

 

1. Approbation du compte-rendu

2. Commissions 

-Dissolution des anciennes commissions

-Constitution de nouvelles commissions

-Lettre préfecture

3. Voirie

-Devis cimetière

4.Matériels - Véhicules

-Devis

5. Bâtiments

-Mission Ad'ap - ERP

6. Intercommunalité

-Pays Loire Nature

7. Affaires scolaires - TAP

-PEDT

-Horaires de garderie - TAP

-Proposition école de musique - TAP

-recrutement d'un agent - TAP

8. Demandes de logements

9. Affaires diverses

 

Le café de la Barrière en Vienne

Le café de la Barrière en Vienne

Un peu de lecture ci-dessous

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 07:46

Si nous avons décidé, d’un commun accord, de démissionner du conseil municipal ce mardi 21 avril 2015, c’est dans le but de dénoncer la manière dont Madame le Maire gère son équipe municipale ainsi que le fonctionnement de la commune.En effet, les valeurs sur lesquelles nous avions bâti notre profession de foi, qui devaient soi-disant nous servir de fil conducteur : la tolérance, l’écoute, le dialogue, l’esprit d’équipe, étaient plus que bafouées. Ce n’étaient pas pour nous un simple discours électoral. Nous ne pouvions donc tolérer que ces valeurs  aient été ainsi instrumentalisées puis mises de côté.

Or, nous avons fini par nous rendre à l’évidence : sur les questions importantes, nous n’avions pas notre mot à dire, hormis pour donner notre accord et valider, aveuglément car sans recul suffisant, les décisions que nous découvrions pour la plupart lors du conseil municipal. Ces décisions étaient prises sans concertation préalable et les possibilités de dialoguer collectivement, de faire valoir nos arguments, étaient refusées ou indéfiniment repoussées. Madame le Maire était peut-être prête à « s’appuyer sur nous », mais clairement pas à travailler en équipe car pour cela, il aurait fallu faire confiance, accepter la contradiction et remettre en question quelques certitudes.

De notre côté, n’étant pas des stratèges politiques, nous ne voulions rien imposer, ni doubler qui que ce soit. Nous étions prêts à accepter qu’une majorité ne permette pas à nos idées d’être adoptées, ainsi que le veut le fonctionnement démocratique. Mais pouvoir défendre ces idées nous paraît être le minimum requis au sein d’une municipalité !

Notre objectif, en démissionnant, était de provoquer de nouvelles élections. C’était sans compter sur la rétractation, une semaine plus tard, de deux démissionnaires. Nous n’étions plus majoritaires.

Nous aurions trouvé légitime que Catherine Lemaire démissionne à son tour après un tel désaveu d’une majorité de son équipe : actuellement, une partie des conseillers parmi les plus investis, grâce auxquels Mme Lemaire fut élue, ne font plus partie du conseil municipal. Ce n’est donc plus le collectif qui prévaut aujourd’hui à la mairie de Saint-Christophe, mais des intérêts personnels.

 Nous trouvons choquant le retour de Thierry Guérin, qui reste adjoint, au vu de ce qu’il affirmait deux jours plus tôt à Monique Royer et sur le blog « Saint-Paterne-Racan.info ». Son revirement montre bien qu’aucune conviction ne motive ceux qui siègent actuellement au conseil, mais bien l’opportunisme le plus dénué de scrupule. Bien que ces pratiques soient courantes dans la politique française, nous en refusons la fatalité. Notre démission est un geste de protestation éthique et citoyen !

Démissionner était un moyen de nous exprimer, rester aurait été cautionner un fonctionnement anti-démocratique.

 

BARDET Anita

DUMUS Béatrice

GUITTON Philippe

MOULIN Antoine

PIRONDEAU Marion

RIPOCHE Hélène

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 09:53

La prochaine réunion du conseil municipal aura lieu le vendredi 15 mai, à 20 h 30, à la mairie.

 

 

ORDRE DU JOUR

 

1. Approbation du compte-rendu

2. Voirie

               - compétence éclairage public

               - droits de stationnement

               - régulation vitesse dans les rues

               - transactions foncières

               - implantation borne à vêtements

3. Matériels - Véhicules

4. Bâtiments

               - Fondation du Patrimoine

               - Histoire et Patrimoine - Demandes

5. Intercommunalité

               - Cavités souterraines

6. Affaires scolaires - RAP

               - PEDT

               - Horaires garderie

7. Délibération modificatrice de crédits

8. Demande de subvention

9. Demandes de logements

10. Affaires diverses

L'hôtel du Croissant

L'hôtel du Croissant

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 16:24

En ce mercredi après-midi, un air de fête régnait à la maison de retraite de Saint-Christophe pour fêter Marguerite Dupuy, entourée de sa famille, la 3ème centenaire depuis l'arrivée en 2012 de M. Eggers à la tête de l'EHPAD "La Croix Papillon".

Pour commencer l'après-midi, Patrick de Mortellec, flûtiste solo, proposa quelques morceaux de musique classique ou de variété sur le thème "Amour toujours". Il entonna également quelques airs d'opéra avec un extrait d'Orphée et Eurydice de Gluck et de Carmen de Georges Bizet avec l'air célèbre de Toréador en demandant aux pensionnaires de reprendre le refrain avec lui.

Le flûtiste vient embrasser Marguerite, la centenaire.
Le flûtiste vient embrasser Marguerite, la centenaire.

Le flûtiste vient embrasser Marguerite, la centenaire.

Pour terminer la partie musicale

Puis, M. Eggers prit le micro pour présenter en ces termes Mme Marguerite Dupuy, pensionnaire depuis seulement 9 mois ici à l'EHPAD La Croix Papillon :"On peut dire que vous êtes la plus âgée de la maison tout en étant la plus jeune puisque la dernière arrivée dans nos murs. Vous êtes une personne très agréable et il faut reconnaître que vous avez conservé toute votre autonomie."

M. Eggers complimente la centenaire
M. Eggers complimente la centenaire

M. Eggers complimente la centenaire

Mme Catherine Lemaire, présidente de l'EHPAD en tant que maire de la commune, brossa le portrait complet de cette nouvelle centenaire.

Marguerite Dupuy née Bergeault a vu le jour le 30 avril 2015, à Bléré (37). Elle est la cadette d'une fratrie de 3 enfants. Son père, gazé pendant la guerre, devient jardinier et sa mère domestique au château de la Herserie à La Croix-en-Touraine. Elle obtient son certificat d'études en juin 1928. Elle apprend la couture mais cela ne l'intéresse pas. Elle préfère le repassage et travaille dans une blanchisserie puis chez Lefroid en 1939.  Les huit premiers mois de 1940, elle se trouve à la poudrerie du Ripault d'où elle partira en août, à vélo, pour celle de Bergerac. Après la guerre, elle retrouvera sa passion en étant repasseuse à l'hôtel de l'Univers. Mariée deux fois, elle mit 6 enfants au monde mais elle en éleva 9. En juin 1965, elle s'installe dans "le beau logement", à la Rotonde, parmi des cheminots et des militaires. Elle y vivra pendant près de 50 ans, entourée de ses 16 petits-enfants, 33 arrière-petits-enfants et 2 arrière-arrière-petits-enfants. 

Catherine Lemaire offre à Marguerite un bouquet au nom de la commune

Catherine Lemaire offre à Marguerite un bouquet au nom de la commune

André Lascaud, médecin de l'EHPAD, embrasse la centenaire

André Lascaud, médecin de l'EHPAD, embrasse la centenaire

Elle a souhaité quitter son logement pour venir à Saint-Christophe retrouver son fils Jean-Michel, déjà résident de l'EHPAD. Quand on lui demande quels sont ses loisirs, sans hésiter, elle répond : "La lecture, la marche et le théâtre en précisant, autrefois, j'allais souvent au théâtre."

Marguerite Dupuy a toujours bon pied, bon œil (même si elle précise qu'elle y voit moins bien) et surtout une mémoire sans faille, bien remplie d'un siècle d'histoire.

Marguerite et son fils Jean-Michel

Marguerite et son fils Jean-Michel

Ce moment passé, elle reçut de nombreux bouquets de fleurs et put souffler les bougies qui ornaient un superbe fraisier réalisé par les cuisiniers de l'EHPAD.

Comme l'a dit Brigitte Dupuis, conseillère départementale : "Souhaitons encore longue vie à Marguerite !"

La centenaire a soufflé ses bougies sans problème ! Les élus en arrière plan.
La centenaire a soufflé ses bougies sans problème ! Les élus en arrière plan.
La centenaire a soufflé ses bougies sans problème ! Les élus en arrière plan.

La centenaire a soufflé ses bougies sans problème ! Les élus en arrière plan.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 14:22
Trois des démissionnaires : à droite Thierry Guérin, adjoint, puis Marion Pirondeau, adjointe et Catherine Barbé-Vacchiano, conseillère municipale

Trois des démissionnaires : à droite Thierry Guérin, adjoint, puis Marion Pirondeau, adjointe et Catherine Barbé-Vacchiano, conseillère municipale

Rencontre avec les élus démissionnaires

 

Lors du dernier conseil municipal, mardi 21 avril, huit élus de la liste majoritaire ont présenté leur démission. Parmi eux, deux adjoints : Thierry Guérin et Marion Pirondeau et six conseillers municipaux. Cette démission collective intervenant juste 13 mois après les élections, il fallait comprendre ce qui avait poussé ces élus à cet acte alors qu'il y a un an, porteurs d'un beau projet et pleins d'enthousiasme, ils étaient prêts à s'investir dans le fonctionnement de la commune.

Qu'espéraient-ils de nouveau dans la gestion de Saint-Christophe ?

Reprenons le programme qui avait été mis en place de façon collégiale avant les élections de mars 2014 et voyons ce qui n'a pas fonctionné et les a amenés à démissionner.

On pouvait lire à la première page : "Merci de soutenir les valeurs que nous défendons : l'écoute, la tolérance, le dialogue, l'esprit d'équipe"

Qu'en est-il aujourd'hui ? Écoutons les élus démissionnaires :

"La réunion "galette" du mois de janvier a été le déclencheur. Cette réunion devait nous permettre de dialoguer, de remettre les choses à plat.

Elle a permis de comprendre que Catherine Lemaire était une mauvaise gestionnaire d'équipe.

Elle organisait des réunions "secrètes" pour s'assurer d'avoir la majorité. La dernière réunion de ce type nous a fait exploser !

Déjà au mois de novembre, elle a refusé le dialogue en nous disant lors d'une de nos interventions :" ce n'est ni le lieu, ni le moment pour poser des questions." Alors où et quand les poser ?

Nous n'avons pas été consultés sur l'orientation budgétaire prise par le maire.

Vous pouvez donc constater que la belle résolution est plutôt mise à mal."

De quand date votre décision ?

"En fait, moins de 15 jours. Quand nous sommes venus au conseil mardi soir, notre décision était prise.

Nous sommes conscients des conséquences de notre acte et nous en sommes les premiers consternés que ce soit pour le syndicat des transports, le SIVOM, l'agenda 21, la communauté de communes, les actions vers le tourisme, la culture, les TAP... Nous avions commencé à bien nous impliquer dans ces attributions. Nous avons ébauché de nombreuses actions qui ne pourront malheureusement pas être terminées. Pour toutes ces raisons, on peut affirmer que cette décision, nous l'avons prise la mort dans l'âme mais il n'était plus possible de fonctionner de cette manière.

Nous comptons malgré tout que la transition pourra se faire. Nous sommes des gens responsables et, dans la mesure où ce sera possible, nous transmettrons nos engagements pour qu'il puisse y avoir une continuité.

Comme vous pouvez le remarquer, il n'y a aucune cohérence entre notre programme et la façon dont fonctionne ce conseil municipal.

Nous avons donc choisi de nous expliquer via la presse et nous espérons que les électeurs comprendront ce qui a motivé notre démission. Nous ne pouvions plus cautionner un tel fonctionnement."

Il y aura de nouvelles élections puisque actuellement il n'y a plus de quorum, que comptez-vous faire ?

"Tout d'abord, il faut attendre que la démission soit actée et qu'il y ait un retour de la préfecture." Pour la plupart, la plaie est encore trop sensible et à part deux ou trois, aucune décision n'est prise sur une éventuelle participation à la prochaine élection qui pourrait peut-être intervenir avant l'été. Ils sont tous d'accord pour affirmer : "Il est hors de question de repartir dans les mêmes conditions." 

Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune, poursuit son travail

Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune, poursuit son travail

Rencontre avec Catherine Lemaire

 

Reçue par Catherine Lemaire, encore sous le coup de l'émotion suscitée par la démission de deux de ses adjoints : Marion Pirondeau et Thierry Guérin, respectivement 2ème et 3ème adjoints et six conseillers municipaux : Anita Bardet, Catherine Barbé-Vacchiano, Béatrice Dumus, Philippe Guitton, Antoine Moulin, Hélène Ripoche, il était facile de constater qu'elle semblait encore assommée par cette action collective qu'elle n'avait pas vu venir. "Ça a été très violent pour moi !"

Elle reste persuadée qu'en tant qu'élue et surtout première magistrate de la commune, c'est à elle qu'incombe les choix à faire et les actions à mener pour le bien de la commune et de ses habitants.

C'est aussi à la réunion de janvier 2015 qu'elle a découvert qu'une des personnes élues présentes à la réunion, n'était pas satisfaite de ce qui se passait au sein de ce qu'elle considérait encore comme une équipe et qu'elle a ressenti une mésentente entre deux personnes de sa liste. "J'ai conservé un mauvais souvenir de cette réunion car l'ambiance n'était pas bonne. Quand on s'énerve, ce qui peut être normal, il faut ensuite pouvoir discuter, savoir se positionner, se remettre en cause de part et d'autre d'ailleurs."

Elle reconnaît : "On peut avoir des visions différentes et c'est normal. Pour s'en expliquer, j'aurais souhaité rencontrer individuellement les protagonistes, mais cela n'a pas pu se faire."

Il y a eu quelques différends sur le "potager de l'école" mais pour elle, il n'y avait pas d'autre choix que de demander aux employés municipaux de s'occuper des containers à poubelle car beaucoup de personnes les attendaient. Ce point sur le "potager" a été également évoqué par les démissionnaires responsables des TAP qui avaient une vue différente sur la question et n'ont pas admis la décision prise par Madame le Maire.

"Pour construire mon budget, j'ai travaillé pendant 3 mois. Dans notre programme, nous avions pour projet de refaire les bâtiments avec les mises aux normes nécessaires. Un devis pour la mairie d'un montant de 240 000 € ne m'a pas paru primordial, la mairie étant accessible à tous au rez-de-chaussée. De même, je n'ai pas cédé sur la salle de Beau-Soulage (projet d'isolation avec la CCRacan). Il y a effectivement une ligne pour les projets des communes et de l'intercommunalité. Par contre, mon choix s'est porté sur le foyer rural grâce aux subventions possibles. Mon rôle de maire est de faire les meilleurs choix quant aux sommes consacrées aux investissements, sommes qui, si elles ne sont pas utilisées, seront réutilisables par la suite. Mes choix vont toujours à ce que je juge prioritaire en fonction de leur importance.

Élue, je comptais m'appuyer sur mes colistiers. Des travaux ont été mis en place. Nous faisions un travail d'ensemble sur l'Agenda 21 pour dégager des actions. De même, je dois reconnaître qu'avec certains de ces élus, nous avons fait un gros travail sur les TAP, sur les animations culturelles et je les en remercie. J'ai été contente de travailler avec eux. L'un d'eux m'a d'ailleurs dit : "Je garde un bon souvenir malgré tout." et cela m'a fait énormément plaisir. Je lui ai répondu : "Ça me soulage !"

À un moment, j'ai senti que deux équipes s'étaient formées et que je me trouvais au milieu.

Vous savez, pour moi, ce n'est pas facile de mener un conseil municipal avec M. Poussin."

Dans la perspective de prochaines élections, Catherine Lemaire qui attend l'avis du préfet, ne compte pas s'arrêter. Elle estime que le bilan à son actif au bout d'un an d'exercice est positif. Elle pense qu'il faut mettre en parallèle le bilan de l'équipe et son bilan personnel en tant que maire avec tout le travail qu'elle a fourni dans l'intérêt de la commune et de ses habitants.

Elle est donc prête à repartir avec l'appui de plusieurs personnes. Elle reste persuadée qu'il faut une équipe sur le terrain. "Il faut que ça continue pour la commune, pour ses habitants et pour toutes les structures en place. Les gens comptent sur nous, sur notre travail. Pour ces raisons, je dois assumer, poursuivre le travail avec les élus qui restent et assurer une stabilité pour les habitants."

En conclusion, malgré l'état actuel de la situation, la commune va pouvoir continuer à vivre ! C'est ce qui semble le plus important.

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 14:23
Article de la nouvelle république (27-04-15)
Article de la nouvelle république (27-04-15)

Du rififi au conseil municipal

Coup de théâtre lors du dernier conseil municipal de Saint-Christophe-sur-le-Nais, mardi 21 avril, avec la démission de 8 élus dont deux adjoints au maire. Il s'agit de Marion Pirondeau (2e adjointe), Thierry Guérin (3e adjoint) et des conseillers Catherine Barbe-Vacchiano, Béatrice Dumus, Hélène Ripoche, Anita Bardet, Philippe Guitton et Antoine Moulin.

Aux dernières élections municipales, la liste menée par Catherine Lemaire avait obtenu 13 élus sur 15 et « se voulait représentative des habitants de Saint-Christophe-sur-le-Nais », explique la première magistrate encore sous le choc de cette démission collective au sein du conseil.
Elle ajoute avec amertume : « L'écoute, la tolérance, le dialogue, l'esprit d'équipe sont les valeurs autour desquelles s'était constituée cette liste. Il existe au sein de chaque conseil municipal des visions différentes sur la mise en place des tâches à accomplir et quelques tensions internes mais pas à ce point. »
Ici, à Saint-Christophe-sur-le-Nais, tout semblait fonctionner correctement malgré « quelques différences sans importances », disent certains qui précisent : « Ils font connaissance avec de nouvelles responsabilités et ce n'est pas toujours simple. » La 4e adjointe, Anna Courtois, qui est de ceux-là, continue à soutenir la maire.

Une jeune équipe

Mis à part Jean Poussin, « le vieux lion », seul élu d'expérience mais dans l'opposition (deux élus) et trois anciens adjoints, les nouveaux conseillers municipaux (44 ans de moyenne d'âge) ont découvert les coulisses de la commune.
Thierry Guérin, 3e adjoint, démissionnaire, ne comprend plus la première magistrate : « Cet esprit de tolérance semble avoir disparu aujourd'hui au sein du conseil municipal. Depuis quelques mois, de nombreux conseillers se sentent oubliés et ne doivent plus donner leur avis. »
Marion Pirondeau, 2e adjointe, a un sentiment de « grand gâchis » mais ne regrette pas sa démission. « Maintenant, il va falloir expliquer à la population pourquoi nous avons démissionné », disent avec force les huit partants.
Le préfet d'Indre-et-Loire doit maintenant décider de la suite des événements. « Attendre » est le maître-mot de chaque belligérant sur la voie la plus probable des élections générales.

Demain, sur le blog, les rencontres avec chacune des parties.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 11:42

Actualité

37 -  Indre-et-Loire : huit élus démissionnent à Saint-Christophe-sur-le-Nais

25/04/2015 17:56

La crise est ouverte à Saint-Christophe-sur-le Nais. Lors du dernier conseil municipal, huit élus de la majorité dont deux adjoints au maire ont présenté leur démission. Ils veulent ainsi dénoncer l'autoritarisme de la première magistrate de la commune, Catherine Lemaire, et son exercice solitaire du pouvoir. Après cette démission collective, le quorum n'est plus réuni au sein de l'assemblée communale. De nouvelles élections générales devraient donc être organisées avant l'été.

 

Affaire à suivre...

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages