Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 15:44

Les feuilles d’or

 Depuis des siècles, c’est à Mandalay que les feuilles d’or sont fabriquées traditionnellement. Pour obtenir des feuilles d’or très fines, le processus de fabrication est extrêmement long et fatiguant. Découpés et enveloppés un à un et chacun dans des feuilles de bambou puis regroupés en un petit paquet, les petits bouts de rubans du précieux métal s’aplatissent au fur et à mesure que la masse de l’ouvrier tombe lourdement sur le petit paquet. Les hommes doivent frapper ce petit paquet d’or pendant plus de 6 heures. Une fois les feuilles d’or aplaties, il faut les retirer de leurs cocons de bambou. Délicatement, les femmes récupèrent les feuilles et minutieusement, elles les découpent une à une en petits carrés aux dimensions standard. Elles seront vendues conditionnées en paquet de 10.

Du lingot à la feuille d'or
Du lingot à la feuille d'or

Du lingot à la feuille d'or

La pierre de Jade

 

Dans l’immense Marché de jade de Mandalay, les pierres de jade s’exposent, se vendent et s’achètent et surtout se travaillent sur place avec les courtiers, les tailleurs et les polisseurs. Ainsi, dans les petites allées du Marché de jade, tout se négocie et les acheteurs, pour la plupart chinois, jettent leur dévolu aussi bien sur des pierres brutes, des blocs de jadéite sur lesquelles ils ont repéré de belles nuances vert-émeraude que sur des pierres finement taillées qui finiront plus tard en colliers, boucles d’oreilles ou en bagues.

 

Au marché de jade de Mandalay
Au marché de jade de Mandalay
Au marché de jade de Mandalay

Au marché de jade de Mandalay

Le tissage de la soie et du coton

 

Il existe encore à Amarapura, petite ville située à côté de Mandalay, des ateliers où les artisans travaillent sur des anciens métiers à tisser et où tout se fait à la main. Les bobines de fils de soie et de coton se croisent et vont et viennent sur le métier à tisser et parce que le plus souvent les motifs sont réalisés à l’envers, il faut utiliser un miroir pour pouvoir suivre l’avancement du tissage.
Ici tout est fait à la main, et les artisans utilisent encore les rouets qui servent à filer le coton ou la soie autour d’une bobine. Ils teignent également les fils dans des bains de teintures.

 

Atelier de tissage de Mandalay
Atelier de tissage de Mandalay
Atelier de tissage de Mandalay

Atelier de tissage de Mandalay

La laque

 

Art birman majeur et spécialité de Bagan, la fabrication des laques est un processus long qui requiert l’application de plusieurs couches de sève sur des vases, des bols ou des boîtes. Celle-ci vire au noir lorsqu’elle sèche. Les objets sont ensuite polis, vernis et décorés de motifs variés, parfois à la feuille d’or.

 

Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan
Atelier de laque à Bagan

Atelier de laque à Bagan

Les ombrelles

 

Nous avons visité un atelier de fabrication des ombrelles. Tout commence par la simplicité de la fabrication du papier dans lequel sont incorporés des pétales de fleurs et des feuilles. Au même endroit, on a pu assister à la fabrication d’ombrelles avec des outils très rudimentaires. La réalisation

de l'armature nécessite une sacrée dextérité et sûrement beaucoup d'entraînement!

 

Fabrication d'une ombrelle
Fabrication d'une ombrelle
Fabrication d'une ombrelle

Fabrication d'une ombrelle

Les meubles en bambou

 

Comme on l’a vu pour l’habitat traditionnel, le bambou est très utilisé en Birmanie. Nous avons pu assister au travail d’artisans en train de fabriquer des sièges et des lits en bambou. Ceux qui les ont testés reconnaissent qu’ils sont assez confortables ! Et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ils sont assez résistants.

Les sièges en bambou
Les sièges en bambou
Les sièges en bambou
Les sièges en bambou

Les sièges en bambou

Le caoutchouc

 

Nous nous arrêtons dans une plantation d’hévéas où vit une famille. Un exploitant prend le temps de tout nous expliquer. Ici la plupart des exploitations sont de petites exploitations qui font vivre une famille, ou un village.

L’arbre est saigné pour produire le latex qui est récolté chaque jour. Une saignée sera exploitée pendant 3 ou 4 jours au plus, puis l’arbre sera laissé au repos quelque temps.

Le latex est récolté dans des petits pots de terre cuite vernissée qui sont accrochés à chaque arbre sous la saignée.

Pour transformer le latex en plaque de caoutchouc, 5 étapes différentes seront nécessaires.

Un arbre produit à partir de 7 ou 8 ans, et il produira pendant 10 à 15 ans maximum.

Il faut la récolte d’un jour sur 350 arbres pour produire 2 plaques de 2 livres chacune.

 

Du latex à la feuille de caoutchouc
Du latex à la feuille de caoutchouc
Du latex à la feuille de caoutchouc

Du latex à la feuille de caoutchouc

Partager cet article
Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 13:53

La maison traditionnelle en Birmanie est faite en grande partie de bambou. Des morceaux aplatis de bambou fabriqués en grandes sections tressées sont utilisés pour faire les murs. Les planchers sont faits de lattes de bambou ou de bois. La charpente de la maison est faite de bois et du bois dur et durable est utilisé pour les poteaux de la maison. Les revêtements de toit sont constitués d’une variété de matériaux, y compris du chaume fait de larges feuilles d’herbes ou de feuilles de palmier. Les toits peuvent être couverts de tuiles, de bardeaux de bois ou de zinc, voire de tôles. La façade de la maison a généralement une véranda qui est élevée un peu du sol. Ceci est l’espace public où les hôtes et visiteurs sont divertis. Le centre de la maison est le salon pour la famille. Derrière ce salon, il y a une zone de cuisson couverte où le riz est stocké. Selon les régions, les maisons de Birmanie sont aussi parfois sur pilotis pour se protéger des inondations.

Villages de pêcheurs
Villages de pêcheurs
Villages de pêcheurs

Villages de pêcheurs

Maison d'habitation qui abrite toute une famille dans une plantation d'hévéas

Maison d'habitation qui abrite toute une famille dans une plantation d'hévéas

Au village de Ma U Ale, deux belles maisons et une plus classique
Au village de Ma U Ale, deux belles maisons et une plus classique
Au village de Ma U Ale, deux belles maisons et une plus classique

Au village de Ma U Ale, deux belles maisons et une plus classique

Au village de Min Han Thu, extérieur et intérieur d'habitation
Au village de Min Han Thu, extérieur et intérieur d'habitation
Au village de Min Han Thu, extérieur et intérieur d'habitation

Au village de Min Han Thu, extérieur et intérieur d'habitation

Partager cet article
Repost0
21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 12:36

Lors de notre voyage, nous avons eu à plusieurs reprises l’occasion de côtoyer la population dans les villes mais aussi dans les villages. Malgré une grande pauvreté constatée pour la plupart des Birmans, ils ne nous ont pas donné l’impression d’être malheureux. Ils semblent se contenter du peu qu’ils ont, même si, au niveau de la jeunesse, on s’aperçoit qu’un changement est en train de s’opérer dans leur mode de vie. Internet leur crée des besoins différents, dans leur mode vestimentaire,  leur apparence physique.

Dans l’ensemble, nous avons toujours été bien accueillis, reçus avec le sourire et une grande gentillesse. Notre guide nous a dit : « Ici, il n’y a pas de classe moyenne. Il y a les riches (voire très riches) et les pauvres. »

En 2019,  le salaire moyen en Birmanie est de 208,84 €, malgré une hausse de 30% en 2018. Cette donnée est issue de la moyenne des salaires moyens renseignés par les internautes habitant dans le pays.

 

 

Scènes de rue à Rangon
Scènes de rue à Rangon
Scènes de rue à Rangon
Scènes de rue à Rangon

Scènes de rue à Rangon

Un jour de pèlerinage au Rocher d'or
Un jour de pèlerinage au Rocher d'or
Un jour de pèlerinage au Rocher d'or

Un jour de pèlerinage au Rocher d'or

Petite croisière sur l'Irrawaddy, le plus long fleuve du pays et observation de la vie au bord du fleuve
Petite croisière sur l'Irrawaddy, le plus long fleuve du pays et observation de la vie au bord du fleuve
Petite croisière sur l'Irrawaddy, le plus long fleuve du pays et observation de la vie au bord du fleuve

Petite croisière sur l'Irrawaddy, le plus long fleuve du pays et observation de la vie au bord du fleuve

Les petits boulots !
Les petits boulots !

Les petits boulots !

Partager cet article
Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 12:55

Très nombreux en Birmanie, ils hébergent plusieurs centaines de milliers de moines et nonnes. Nous avons eu l’occasion d’en visiter deux, un monastère théologique, le séminaire bouddhiste de Thamanay à Bago, où vivent 150 moines et le monastère Mohagandayon de Mandalay, le plus important du pays qui accueille 1200 jeunes. Les enfants peuvent entrer au monastère dès l’âge de 5 ans. Les jeunes moines sont là pour étudier. Nous avons pu assister au défilé des moines et novices de retour de leur quête dans le village.

Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires
Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires
Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires
Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires

Au monastère Thamanay de Bago activités des jeunes moines : toilette, lessive, vaisselle... en dehors des heures d'apprentissages scolaires

Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village
Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village
Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village
Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village

Amarapura, le monastère Mohagandayon : retour des moines avec les différentes oboles reçues lors de la quête du matin dans le village

Ces deux visites nous ont permis de voir d’un peu plus près la vie des moines. Ces personnages sont  très respectés et vénérés  et tiennent une place importante dans la politique du pays. Un certain nombre de sièges leur sont réservés au parlement birman tout comme pour les militaires.

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 17:39
Un diaporama pour illustrer les propos des conférencières

Un diaporama pour illustrer les propos des conférencières

Vendredi soir, la salle socioculturelle « Le foyer » était bondée pour la première manifestation de l’association « Histoire et Patrimoine ». En effet, ce soir-là, Dominique Verrière et sa fille Chloé Larus, ont régalé le nombreux public par leurs propos sur leur voyage en Cornouailles, sur les pas de l’auteure Daphné du Maurier.

Une vue du très nombreux public
Une vue du très nombreux public
Une vue du très nombreux public

Une vue du très nombreux public

Tout d’abord, le président de l’association, Philippe Larus, souhaita la bienvenue aux nombreuses personnes présentes, remercia la municipalité de Saint-Christophe pour la mise à disposition de cette belle salle et du matériel audio et vidéo dont elle est équipée.

 

Le président ouvre la séance par quelques mots de bienvenue et des remerciements

Puis, cette conférence commença avec Chloé qui fit un rapide historique tout d’abord sur les liens qui unissent Daphné du Maurier à Saint-Christophe, brossa rapidement une petite généalogie de l’auteure avant de passer la parole à sa mère qui insista sur la rencontre avec Tatiana de Rosnay, écrivaine franco-anglaise très intéressée par l’œuvre et la vie de Daphné du Maurier. Tatiana était alors en train d’écrire une biographie en français de Daphné et souhaitait aller sur les lieux où vécurent ses ancêtres : Saint-Christophe et Chenu.

Sa biographie éditée, Tatiana de Rosnay en fit parvenir un exemplaire aux Christophoriens qui l’avaient reçue. Et, la lecture de Manderley for ever déclencha le souhait de la famille Larus de se rendre en Cornouailles pour y retrouver les lieux chers à Daphné, lieux émaillés aussi par la production de ses nombreuses œuvres littéraires. À tour de rôle, la mère et la fille, relatèrent leur voyage, décrivant les lieux de vie de Daphné dans cette Cornouailles qui lui était si chère. De temps en temps, à l’évocation de l’un de ses romans, Philippe intervenait en lisant un des passages du livre en harmonie avec le moment qu’ils étaient en train de vivre sur le lieu si bien décrit par l’auteure. L’auditoire a pu ainsi apprendre quelques facettes peu connues de cette auteure, se rendre compte que nombre de ses romans ont été tournés au cinéma et participèrent à la gloire d’Alfred Hitchkok qui s’est bien gardé de l’y associer.

Ces trois voix se relayaient et, comme on a pu l’entendre dans le public « c’était vivant, les conférenciers nous tenaient en haleine. »

Nos trois conférenciers au cours de la soirée
Nos trois conférenciers au cours de la soirée
Nos trois conférenciers au cours de la soirée
Nos trois conférenciers au cours de la soirée

Nos trois conférenciers au cours de la soirée

Pour terminer Philippe lista les différentes œuvres de daphné du Maurier, précisa que les personnes intéressées pouvaient se rendre vers les tables d’exposition et emprunter quelques ouvrages ou films. Il signala aussi que la bibliothèque municipale possédait de nombreux livres de Daphné du Maurier et qu’il y en avait d’exposer au fond de la salle.

Les personnes intéressées par l'exposition concernant Daphné du Maurier
Les personnes intéressées par l'exposition concernant Daphné du Maurier
Les personnes intéressées par l'exposition concernant Daphné du Maurier
Les personnes intéressées par l'exposition concernant Daphné du Maurier
Les personnes intéressées par l'exposition concernant Daphné du Maurier
Les personnes intéressées par l'exposition concernant Daphné du Maurier

Les personnes intéressées par l'exposition concernant Daphné du Maurier

La conférence achevée, les adhérents à jour de leur cotisation purent récupérer la plaquette reprenant l’exposé du jour. Ce fut aussi pour le trésorier, David, l’occasion d’encaisser les adhésions en retard ou même d’inscrire de nouveaux adhérents.

David gère la table de vente, les adhésions et les publications offertes
David gère la table de vente, les adhésions et les publications offertes
David gère la table de vente, les adhésions et les publications offertes

David gère la table de vente, les adhésions et les publications offertes

Ensuite, chacun se retrouva autour du verre de l’amitié pour terminer dans la convivialité cette magnifique soirée.

Moment convivial pour terminer la soirée
Moment convivial pour terminer la soirée
Moment convivial pour terminer la soirée
Moment convivial pour terminer la soirée

Moment convivial pour terminer la soirée

Pratique

Adhésions : personne seule : 8€ : couple : 12 €. L’adhésion donne droit à une plaquette gratuite.

Contact : Philippe Larus au 02 47 29 33 18 ou histoire.patrimoine37@laposte.net

Site : http://histoire-patrimoine.jimdo.com

Les trois conférenciers présentant un portrait de Daphné du Maurier peint par Benoît Déchelle, peintre de Neuvy-le-Roi

Les trois conférenciers présentant un portrait de Daphné du Maurier peint par Benoît Déchelle, peintre de Neuvy-le-Roi

Partager cet article
Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 15:12

Avant la projection de nos films le 29 mars prochain sur ce pays que nous avons visité début décembre 2018, je vous invite à une première découverte grâce à quelques photos qui vous donneront, nous l'espérons, l'envie d'assister à cette projection pour en savoir un peu plus sur ce pays et ses habitants.

Commençons par quelques pagodes et monastèresCe sont les sites les plus apparents de la culture birmane : la Birmanie a été appelée le « pays des pagodes », en raison de leur omniprésence dans son paysage. Les quatre sites de pèlerinage bouddhistes les plus importants sont la pagode Shwedagon de Rangon, le Bouddha Mahamuni de Mandalay, la pagode Kyaiktiyo (rocher d'or) dans l'État Môn et Bagan, ancienne capitale au bord de l'Irrawaddy, où des milliers de stupas et de temples se dressent en plus ou moins bon état depuis près d'un millénaire.

La pagode Shwedagon de Rangon
La pagode Shwedagon de Rangon
La pagode Shwedagon de Rangon

La pagode Shwedagon de Rangon

La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon
La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon
La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon
La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon

La pagode Chauk Htat Gyl et son immense Bouddha à Rangon

Mahamuni pagoda à Mandalay. Des hommes recouvrent le Bouddha de feuilles d'or.
Mahamuni pagoda à Mandalay. Des hommes recouvrent le Bouddha de feuilles d'or.
Mahamuni pagoda à Mandalay. Des hommes recouvrent le Bouddha de feuilles d'or.

Mahamuni pagoda à Mandalay. Des hommes recouvrent le Bouddha de feuilles d'or.

Bago :  pagode Kyaik Pun 4 Bouddhas et pagode Shwe Tha Lyaung,
Bago :  pagode Kyaik Pun 4 Bouddhas et pagode Shwe Tha Lyaung,
Bago :  pagode Kyaik Pun 4 Bouddhas et pagode Shwe Tha Lyaung,

Bago : pagode Kyaik Pun 4 Bouddhas et pagode Shwe Tha Lyaung,

La pagode Shwezigon de Bagan, et un aperçu des nombreuses pagodes du site de Bagan
La pagode Shwezigon de Bagan, et un aperçu des nombreuses pagodes du site de Bagan
La pagode Shwezigon de Bagan, et un aperçu des nombreuses pagodes du site de Bagan

La pagode Shwezigon de Bagan, et un aperçu des nombreuses pagodes du site de Bagan

La pagode Kyaiktiyo appelée aussi le Rocher d'Or que les hommes (et seulement eux) recouvrent de feuilles d'or
La pagode Kyaiktiyo appelée aussi le Rocher d'Or que les hommes (et seulement eux) recouvrent de feuilles d'or
La pagode Kyaiktiyo appelée aussi le Rocher d'Or que les hommes (et seulement eux) recouvrent de feuilles d'or

La pagode Kyaiktiyo appelée aussi le Rocher d'Or que les hommes (et seulement eux) recouvrent de feuilles d'or

La religion bouddhiste en Birmanie

La religion dominante en Birmanie est le Bouddhisme qui est pratiqué par 89,3% de la population, les autres religions étant très minoritaires. Le Bouddhisme birman est attaché à la branche “Theravada” (Petit Véhicule). C’est le bouddhisme le plus orthodoxe qui conserve les enseignements du Bouddha sans modifications.

Qui est Bouddha?

Le Bouddha n’est pas un Dieu. C’est un professeur qui a enseigné la vérité qui s’est réalisé par son omniscience. Il est né au Népal en 544 ans avant Jésus-Christ. Il descend de la famille Sakya et son père gouvernait un royaume. Son nom de prince était Sittha et son nom de Bouddha était Gotama. Il est devenu Bouddha à l’âge de 35 ans et est mort à l’âge de 80 ans.

Bouddha Gotama étant le 4ème Bouddha, le 5ème est attendu par les fidèles mais nul ne sait quand il viendra !

Partager cet article
Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 10:16

De retour d'un voyage en Birmanie en décembre dernier, c'est avec l'accord de la municipalité de Saint-Christophe qui met gracieusement à notre disposition la salle socioculturelle "Le Foyer", que nous projetterons les films que nous avons réalisés suite à ce voyage.

L'entrée est gratuite et ouverte à tous.

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 09:29

Daphné du Maurier, son histoire, ses romans, sa Cornouailles.

Une romancière dont les racines passent par Saint-Christophe-sur-le-Nais.

C'est une autre approche de cette auteure qu'Histoire et Patrimoine vous propose pour cette première conférence de 2019. Et, comme toutes les manifestations de l'association, l'entrée est gratuite.

Partager cet article
Repost0
28 février 2019 4 28 /02 /février /2019 12:15

Cette première animation proposée par l’association christophorienne « Histoire et Patrimoine » se tiendra dans le cadre du 8ème festival « Femmes en Campagne » et vous conduira en Cornouailles, sur les pas de Daphné du Maurier.

Pour en savoir un peu plus, écoutons l’une des conférencières, Dominique Verrière, en l’absence de sa fille Chloé Larus qui sera présente à ses côtés le soir de la conférence, ainsi que Philippe, qui cumule les fonctions d’époux et de père mais aussi de président de l’association.

Qu’est-ce qui vous a amenés à faire ce voyage et à vous intéresser à cette auteure anglaise ?

Le départ du projet date de 2014 lorsque, le soir de la conférence que Philippe et moi avions présentée et qui s’intitulait «  Peter Pan et la famille du Maurier », Monique Royer nous annonçait que, par le biais de son blog, elle avait été contactée par l’écrivaine Tatiana de Rosnay. Cette dernière était intéressée par le travail d’Histoire et Patrimoine sur l’auteure anglaise Daphné du Maurier et aussi sur Saint-Christophe-sur-le-Nais où la famille de Daphné avait eu des attaches. Ce contact nous a permis grâce au blog, de rencontrer tous ensemble Tatiana de Rosnay qui s’apprêtait à écrire une biographie en français de Daphné du Maurier, auteure qu’elle apprécie particulièrement, et de la conduire sur les différents lieux du secteur où vécurent les ancêtres de Daphné,  tant sur Saint-Christophe que sur Chenu. Il faut se rappeler que suite à notre rencontre, Tatiana de Rosnay nous a envoyé son livre dédicacé, « Manderley for ever », seule biographie française de Daphné du Maurier, qui s’est révélé être pour nous une lecture passionnante et dévoilant Daphné sous des aspects peu connus. Cette biographie a été l’élément déclencheur qui nous a décidés à faire le voyage.

 

L'ouvrage déclencheur du voyage en Cornouailles

Après cette belle entrée en matière, pouvez-vous nous dire ce que vous avez découvert d’intéressant lors de votre voyage en Cornouailles, aussi bien au niveau des lieux que des personnages ?

La Cornouailles est une région magnifique, un peu la Riviera britannique ! Nous y avons découvert de superbes maisons. De plus, c’est là que se situent les lieux de vie de Daphné du Maurier, les endroits qu’elle a fréquentés et les chemins qu’elle a empruntés et que nous avons suivis avec plaisir. Tous ces lieux ont servi de décors à ses livres et aux films qui en ont été tirés. Comme elle, nous sommes allés nous promener dans le vieux cimetière dont les noms figurant sur les tombes, ont aussi influencé son œuvre comme sans son premier roman, édité en 1931, « La chaîne d’amour ». Nous avons aussi visité la petite église citée dans ce roman et dans laquelle, un an après, en 1932, elle épousait celui qui était venu la féliciter à la sortie de son premier roman, le général de division Frederick Browning. Nous avons eu la chance de rencontrer le fils de Daphné qui vit encore dans leur maison de Cornouailles !

Et, finalement, qu’est-ce qui vous a donné l’idée de partager vos découvertes

  1. Tout d’abord en initiant cette conférence sous l’égide d’ « Histoire et Patrimoine » ?

Tout simplement parce que nous avons pensé que ce serait intéressant pour les Christiophoriens de partager nos connaissances et ainsi de mieux connaître ce qui touche cette romancière qui s’est beaucoup intéressée à notre commune où elle est venue à plusieurs reprises. Cela permettrait peut-être aussi à certains de comprendre pourquoi il y a une rue Daphné du Maurier à Saint-Christophe. Si l’on en croit les recherches sur Internet, il semblerait que ce soit la seule commune qui ait une rue Daphné du Maurier !

 

Dominique et Chloé entourées d'une partie de leur documentation

Dominique et Chloé entourées d'une partie de leur documentation

  1. En l’inscrivant dans le cadre du « Festival Femmes en Campagne » ?

Ça, c’est bien simple ! Il faut dire que c’est une histoire de femmes. Tout d’abord le blog : Monique, ensuite la rencontre avec Tatiana sur l’histoire de Daphné et le tout sera présenté par deux femmes, Chloé et moi. Vous voyez, c’est une raison suffisante. Cette soirée permettra de découvrir Daphné du Maurier, une femme libre avec une vie très riche, femme que j’ai découverte avec « Manderley for ever » dont je recommande vivement la lecture.

 

La programmation de la conférence dans le fascicule de "Femmes en Campagne"

Personnellement, je pense que toutes ces réponses donnent envie d’en savoir un peu plus. Et, pour cela, le meilleur moyen est bien évidemment de venir assister à la conférence, le vendredi 15 mars, à 20 h 30, à la salle socioculturelle « Le Foyer » où nos conférencières, à l’aide d’une projection, vous feront revivre leur voyage et certaines œuvres de cette écrivaine anglaise aux attaches tant Sarthoises que Tourangelles et notamment Christophoriennes !

La conférence sera suivie du verre de l’amitié. Et, comme toutes les manifestations organisées par « Histoire et Patrimoine », l’entrée sera gratuite.

Nos conférencières en pleine relecture de leurs notes

Nos conférencières en pleine relecture de leurs notes

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2018 3 21 /11 /novembre /2018 11:32

Adultes et jeunes ayant pu apprécier les différentes activités proposées par l’association GRBueil étaient réunis dans la salle Piégu samedi après-midi pour la traditionnelle assemblée générale. Face à eux, la présidente, Brigitte Poupée, la secrétaire Lydie Descloux et le trésorier Didier Descloux étaient prêts pour présenter les différents bilans et les futurs projets.

Après avoir adressé de nombreux remerciements, excusé certaines personnes, le bilan moral et des activités fut abordé et la présidente commença par cette constatation qui emplit les organisateurs d’une grande satisfaction : « Les chemins et sentiers ne cessent d’attirer jeunes et moins jeunes randonneurs ! L’année 2018 aura été celle des records de fréquentation aussi bien pour les treks printaniers que pour les séjours d’été. L’association GRBueil a accueilli 130 participants aux différents projets proposés dans l’année. »

L’activité trekking adultes, le succès au bout du chemin

L’activité « trekking » a connu, cette année encore, une forte croissance. La programmation 2018, la dixième du genre, prévue à l’origine avec deux destinations s’est vue agrémentée d’un troisième séjour pour satisfaire les demandes de nouveaux candidats au départ, la plupart des usagers repartant d’une année à l’autre.

Ainsi, l’association a complété son offre initiale (le djebel Saghro au Maroc et les Cinque Terre en Italie) d’une troisième proposition, « un classique des GRB », la Vallée des Roses au pied du Haut Atlas marocain.  Ce sont donc 34 randonneurs qui ont sillonné des itinéraires nouveaux pour chacun. Tous en sont revenus enchantés en pensant au printemps prochain.

Les Cinque Terre en Italie

Les Cinque Terre en Italie

Le Maroc avec toujours autant de succès
Le Maroc avec toujours autant de succès
Le Maroc avec toujours autant de succès
Le Maroc avec toujours autant de succès
Le Maroc avec toujours autant de succès
Le Maroc avec toujours autant de succès

Le Maroc avec toujours autant de succès

La randonnée Malaury

Ce vendredi 1er juin, les GRBueil ont choisi Marray pour accompagner la famille Gourdon et leurs amis. La soirée estivale a permis à 80 randonneurs de se retrouver dans la joie et la bonne humeur sur les parcours concoctés par Isabelle Bouchaud. S’en est suivi l’apéritif préparé par Roselyne Delareux, offert par l’association avant le dîner sous les étoiles tout à côté de l’école du village.

La recette de cette manifestation (444 €) a été versée pour la première fois à une association autre : Sauvons Pauline de Chemillé sur Dême.

Les séjours été

L’année 2018 a connu une hausse significative des effectifs avec un taux de remplissage de 124% au point même de refuser des demandes faute de place et fut marquée par un « rééquilibrage » quantitatif de la fréquentation enfants/adolescents.

Les deux séjours « enfants » ont permis à 45 jeunes de découvrir le charmant village de Coltines avec de nouveau un bel enthousiasme pour le séjour « découverte », programmé pour la troisième année consécutive.

Les séjours « ados » ont eux aussi attiré de nombreux candidats au départ. La programmation  d’un séjour en Corse, à la demande des habitués, a rapidement affiché « complet ». À noter durant ce séjour, une évacuation par hélicoptère pour une participante qui a fait quelques malaises sérieux mais heureusement sans conséquences graves.

La surprise est venue du séjour 12/14 ans qui peinait les deux années passées à motiver le public concerné au point de faire s’interroger le CA sur le maintien de séjours pour cette tranche d’âge.  Ce séjour a, cette fois, eu un beau succès avec un effectif initial largement dépassé et qui a été volontairement limité sous l’afflux des demandes.

Animations pour les plus jeunes

Animations pour les plus jeunes

La Corse pour les plus grands
La Corse pour les plus grands
La Corse pour les plus grands

La Corse pour les plus grands

Le bilan financier

La trésorerie est saine, légèrement excédentaire avec un autofinancement de plus de 90% sur un montant d'exercice qui dépasse les 80 000 €. Les aides apportées par les collectivités dans le cadre de leur compétence « enfance-jeunesse » s’élèvent pour la CCGCPR à 3 000 € et pour le Conseil Départemental à 300 €.

Cette année, l’association a salarié 20 saisonniers (4 directrices et 16 animateurs : 10 garçons et 6 filles).

Les projets pour 2019

3 Treks adultes : La Vallée heureuse au Maroc du 12 au 28 avril (coût maxi 950 €)

L’île d’Elbe en Italie du 9 au 17 mai (coût maxi 1250 €)

Les Cyclades Milos et Slimos en Grèce du 19 au 27 mai (coût maxi 1250 €)

Inscriptions avant le 31 janvier 2019 dans la limite des places disponibles.

4 séjours enfance-jeunesse : un séjour en base fixe, un séjour découverte d’une semaine, un séjour itinérant pour les 12/15 ans et un séjour itinérant pour les 15/17 ans. Régions à découvrir : le Limousin, la Bretagne, la Lozère. Les inscriptions se feront à la mi-mars.

La prochaine rando Malau est fixée à Villebourg le 7 juin 2019.

 

Contact

Tél : 02 47 24 49 60 ; mail : grbueil@laposte.net

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages