Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 11:53

 

L'élection du maire et des adjoints est reportée à une date ultérieure.

Partager cet article

Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 09:37

Le dépôt des listes est maintenant terminé et, la seule liste présente sur la commune organisait, vendredi soir, une réunion publique dans le but de présenter les différents candidats et les projets retenus pour les 6 années à venir.

C’est donc devant une cinquantaine de personnes que Catherine Lemaire, maire sortante, commença par rappeler les différentes actions réalisées au cours du mandat qui s’achève. Elle fit remarquer qu’actuellement la commune se situe dans la moyenne nationale pour l’encours des emprunts d’un montant de 680 € par habitant.

Un public assez nombreux
Un public assez nombreux

Un public assez nombreux

Puis, ce fut au tour de chacun des candidats de prendre le micro et de se présenter rapidement en indiquant, en fonction de ses compétences, les projets communaux auxquels il souhaite participer plus particulièrement.

André Lascaud, 1er adjoint sortant, espère conserver ce poste. Il fait acte de présence quotidiennement à la mairie, seconde Madame le Maire et supervise tous les travaux en cours.

Emmanuelle Ellouet-Hocdé, adjointe sortante, souhaite poursuivre le travail commencé auprès des associations. Elle se chargera de mettre en place un conseil municipal jeunes.

Barbara Oziniak, nouvelle candidate, souhaite s’occuper du patrimoine de Saint-Christophe et le faire vivre.

Marcelline Gabard, nouvelle candidate, s’intéresse aux projets des écoles.

Nathalie Marandeau, nouvelle candidate, souhaite s’investir dans le social et la communication.

Anna Courtois, adjointe sortante, souhaite continuer à s’occuper des différentes manifestations communales et voudrait également travailler avec les associations.

Angélique Poupée, nouvelle candidate, est intéressée par le domaine scolaire.

Bernard Blanchard, conseiller sortant, s’intéresse à l’environnement et notamment la rivière et la pêche. Il souhaite y intéresser les enfants en valorisant le parcours pêche qui leur est destiné.

Pascal Zardet, nouveau candidat, aimerait mettre en place des activités pour redynamiser le village et travailler sur la mobilité.

Thierry Albert De Rycke voudrait apporter son aide pour refleurir le village. Pour cela, il a plusieurs projets en tête : harmoniser les différents cimetières et en faire une sorte de jardin public. Avant de relever une tombe, il envisagerait de faire une recherche généalogique pour connaître le passé de la personne et savoir si elle joua un rôle important dans la commune. Il souhaite aussi revoir le fleurissement des entrées de bourg et de certains quartiers comme par exemple le carrefour de Vienne. Il aimerait aussi que les habitants participent activement à l’embellissement du bourg.

Philippe Cachau, nouveau candidat, souhaite développer l’attrait touristique du village. Pour cela, il faudrait créer une nouvelle documentation, développer les connaissances historiques et valoriser l’esthétique des constructions. Il pense aussi au développement de l’agrotourisme.

Luc Portenseigne, conseiller sortant, souhaite conserver son rôle dans la communication.

Deux candidats étaient absents, Emmanuel Couratin, conseiller sortant, et Marie-Noëlle Genest, nouvelle candidate.

Les candidats se sont présentés individuellement
Les candidats se sont présentés individuellement

Les candidats se sont présentés individuellement

Catherine Lemaire présenta ensuite les projets retenus pour la période 2020-2026. En voici les grandes lignes :

La fiscalité en préservant la stabilité des taxes communales

L’économie à stabiliser et à préserver

Les bâtiments et l’urbanisme avec un lotissement à créer

Établir un état des lieux du patrimoine communal

Le cimetière

Les parcours historique et de randonnées

Maintien de l’école au centre du village

La mise en place d’un conseil municipal jeune

Mise en place d’activités culturelles saisonnières et annuelles

Avec la CCGC-PR

Utiliser les compétences de la Com Com pour aider les artisans et les commerçants

Développement produits locaux  et approvisionnement de la cantine

Développement du tourisme avec les goûters du patrimoine

La micro-crèche sur la zone du Vigneau

Les ALSH et les sites pour les ados

Catherine Lemaire avec André Lascaud et Angélique Poupée à sa droite

Catherine Lemaire avec André Lascaud et Angélique Poupée à sa droite

Puis vint le moment des échanges avec le public.

La maison de santé

Le projet est-il maintenu en l’état ou repris en maison sport santé ?

Nous avons conçu un projet qui doit être pérenne pour une population et non pour un privé. Ce projet avait déjà été travaillé avant l’arrivée du kinésithérapeute.

Le tourisme

Encouragements sur l’orientation que semble prendre la liste vers le tourisme.

Je déplore le fait qu’il n’y ait pas d’office de tourisme sur la Com Com. Il faudra revoir le fonctionnement.

Aide aux commerces locaux

Comment comptez-vous aider les commerces locaux ?

C’est la CCGC-PR qui a la compétence. Les commerçants peuvent obtenir des aides et je m’engage à défendre leur dossier.

Le PLU

Où en est-il sur la commune ?

Il sera voté le 4 mars. On peut trouver l’ensemble des documents sur le site de la commune. De nombreuses personnes sont venues le consulter en mairie.

L’éclairage public

Serait-il possible de l’éteindre la nuit pour faire des économies ?

C’est le SIEIL qui en assure la gestion. Nous n’avons pas la main. Nous avions demandé la coupure de l’éclairage public de minuit à 5 h sauf sur la place Jehan d’Alluye. Nous ferons part du disfonctionnement au SIEIL.

Coopération et mutualisation entre Saint-Christophe et Saint-Paterne

Éric Laplaud, candidat à Saint-Paterne, précise qu’elle serait sa position s’il est élu : création d’une commission spécifique pour les 2 communes. Quelle organisation mettre en place ?

Catherine Lemaire lui répond : « Nous n’en avons pas parlé au sein de notre équipe. Il existe déjà le SIVOM qui fonctionne bien. C’est vrai que l’on pourrait y réfléchir. »

L’idée est excellente, mentionne une autre personne.

Construction d’un gymnase par la CCGC-PR

Qu’en est-il ?

C’est un équipement communautaire. Sur la commune nous avons bénéficié d’un city-stade. Nous avons aussi la salle Beau-Soulage où l’on joue au ping-pong. L’équipe n’y a pas réfléchi. Ça pourrait être intéressant sur le territoire.

Mobilité

Mobil’Age a fait ses preuves sur le territoire et c’est maintenant Familles rurales qui en a la gestion. Mais, ne pourrait-on pas s’orienter vers un covoiturage solidaire beaucoup plus judicieux en pensant aux déplacements des jeunes vers (par exemple) les gymnases existants ?

Les anciens n’aiment pas trop se déplacer

L’école

Y a-t-il des problèmes quant au maintien de l’école ?

Non, les effectifs sont stables (102 élèves pour 4 classes). Nous envisageons la construction d’une cinquième classe.

Micro-crèche sur la zone du Vigneau

C’est la CCGC-PR qui les installe. Près de la route départementale et à proximité de plusieurs villages c’est un bon choix quant à l’emplacement. C’est un plus qui augmente l’attractivité de la zone artisanale.

La salle Beau-Soulage

Cette grande salle aurait besoin  d’une bonne restauration. Pourquoi n’est-elle pas communautaire ?

J’aurais bien aimé qu’elle le devienne mais il y a trop de travaux à faire (estimation du montant 800 000 €). Au niveau de la CCGC-PR, il a été répondu : « Il faudrait la raser et en construire une autre ! »

Le micro circule parmi le public
Le micro circule parmi le public

Le micro circule parmi le public

Après ces échanges plutôt conviviaux, Catherine Lemaire termina par ces quelques mots : « Ce moment d’échanges est très important. On doit sans cesse s’améliorer, cela demande beaucoup de travail mais l’équipe est énergique ! » Puis, elle  invita les participants à terminer la soirée autour d’un verre et de quelques grignotages.

Les candidats face au public

Les candidats face au public

Partager cet article

Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 10:33

Au mois de mai prochain auront lieu les élections européennes.

Pour les retardataires, la mairie sera ouverte demain matin de 10 h à 12 h pour enregistrer les dernières inscriptions sur les listes électorales.

Partager cet article

Repost0
2 mars 2019 6 02 /03 /mars /2019 15:04

Jeudi soir, une réunion publique se tenait dans la salle de l’espace socioculturel « Le foyer » pour présenter aux Christophoriennes et Christophoriens le projet de PLU retenu par les élus. Ce projet est maintenant en cours de rédaction, les personnes publiques associées ayant déjà été rencontrées et les différents schémas d’aménagement du territoire  mis à disposition de la commune et du cabinet Urban’ism en charge du PLU.

Ce cabinet, qui s’occupe aussi de la révision du PLU de Saint-Paterne-Racan, est celui qui avait déjà été retenu en 2006, lors de la réalisation du PLU qui n’a pu aboutir car, en 2008, avec le changement de municipalité, bien qu’arrivé en phase finale avec le commissaire enquêteur nommé, tout a été arrêté.

Certaines des études précédentes ont pu servir de base de travail mais avec les nouvelles lois et normes mises en place depuis, il a donc fallu remanier et modifier une partie de la trame précédente.

Présentation du PLU par Mme Nioche, à droite, et Catherine Lemaire

Présentation du PLU par Mme Nioche, à droite, et Catherine Lemaire

Cette nouvelle présentation fut faite par Mme Nioche du cabinet Urban’ism avec l’appui d’un diaporama. Le PLU est un document établi pour 10 ans. Celui-ci sera donc établi pour 2019 à 2030. C’est la commune qui le met en place, qui l’approuve et qui doit ensuite le soumettre à la CCGC-PR qui en a la compétence depuis le 18 octobre 2017 car la relance effective de l’élaboration du PLU de Saint-Christophe est effective depuis septembre 2018.

Le PLU est un document à la fois stratégique et juridique. Il contient :

  • Un rapport de présentation et un rapport de justification
  • Un projet d’aménagement et de développement durable
  • Une orientation d’aménagement et de programmation
  • Un règlement écrit et un règlement graphique
  • Des annexes (zonages d’assainissement, servitudes d’utilité publique, …)

La réalisation d’un PLU se fait en 4 étapes. L’étape 1 permet de mettre en place un diagnostic du territoire avec l’objectif de définir les grands enjeux de la commune. L’étape 2 est celle de la construction du PADD (plan d’aménagement et de développement durable) dont la CCGC-PR a la compétence ce qui fait qu’elle doit aussi émettre un avis après celui du Conseil municipal. L’avant-dernière étape est celle de la mise en place du règlement et des zonages. Et la dernière verra la formalisation et l’arrêt du projet du PLU après l’avis des personnes publiques associées, projet qui sera suivi de l’enquête publique et de la phase finale : l’approbation du dit PLU.

Illustrations de l'axe 1
Illustrations de l'axe 1

Illustrations de l'axe 1

Au niveau du travail en cours, le bouclage est prévu pour la fin du mois de juillet. Les personnes publiques associées seront rencontrées fin mai pour travailler sur le zonage avec les élus. Deux axes de travail sont prévus :

  • Axe 1 : Inscrire la préservation du cadre de vie comme socle de développement durable.
  • Axe 2 : Conserver un développement durable équilibré du territoire communal.

Voyons maintenant quels sont les objectifs retenus pour l’axe 1 :

  • Objectif 1 : Continuation des aménagements légers aux abords de l’Escotais, reprise des logements vacants dans le bourg. Amélioration des déplacements doux.
  • Objectif 2 : Préserver les composants urbains et architecturaux constitutifs de la qualité patrimoniale.
  • Objectif 3 : Organiser qualitativement l’espace rural et le grand paysage.
  • Objectif 4 : Assurer le maintien de la trame verte (haies, arbres isolés, allées arborées ou boisements) et bleue en protégeant la vallée de l’Escotais.

L’axe 2, objectif 1 : Proposer un développement démographique en adéquation avec les besoins communaux (actuellement +0,7%) ce qui donne environ 5 constructions nouvelles par an  soient 55 sur la durée du PLU.

  • Objectif 2 : Réduire l’impact du développement résidentiel sur l’activité agricole et les espaces naturels en proposant des opérations organisées plus denses et plus qualitatives.
  • Objectif 3 : Assurer les conditions favorables au maintien et développer l’activité agricole.
  • Objectif 4 : Maintenir le niveau d’équipement communal et permettre le confortement des activités économiques et des services.
  • Objectif 5 : Limiter l’exposition aux risques et aux nuisances pour les Christophoriens.

Une fois tous ces axes et objectifs commentés, deux diapositives résumèrent l’ensemble des propos en présentant pour l’une les zones classées en AOC « Côteaux du Loir » donc inconstructibles et pour l’autre les zones à urbaniser en premier et les principaux édifices de qualité à préserver.

Les diapositives qui résument (un peu) les objectifs de ce PLU
Les diapositives qui résument (un peu) les objectifs de ce PLU

Les diapositives qui résument (un peu) les objectifs de ce PLU

Une réunion très intéressante qui a permis aux trop rares personnes extérieures au Conseil municipal venues assister à cette réunion publique de prendre connaissance du travail réalisé par les élus quant au développement de la commune choisi pour les 10 années à venir. Personnellement, je trouve dommage de constater le manque d’intérêt notoire de nombreux habitants pour ce qui touche leur commune. Une réunion publique est une occasion pour être au courant de certaines actions initiées par les élus et de pouvoir de ce fait, en discuter avec eux avant, comme c’est le cas pour le PLU, de se manifester un peu tardivement, quand le dossier arrive à son terme.

Un public intéressé mais malheureusement trop peu nombreux !

Un public intéressé mais malheureusement trop peu nombreux !

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 12:52
Un aperçu du public

Un aperçu du public

C’est devant un très nombreux public estimé à plus de 200 personnes que Jean-Pierre Poupée a présenté les vœux de la municipalité aux Saint-Paternois-es. Il remercia tout d’abord les personnes présentes, les membres du conseil municipal, le personnel communal et les enseignantes, excusa quelques élus du territoire qui n’avaient pu être présents,  souhaita la bienvenue aux nouveaux habitants et débuta la cérémonie proprement dite par ces quelques mots : « Nous voir ainsi rassemblés, c’est le meilleur témoignage que nous puissions donner à l’attachement qui nous lie à notre commune… C’est un moment de convivialité mais également de démocratie pour rendre compte de l’action de votre municipalité lors de l’année 2017. Faire vivre un village comme le nôtre, c’est compter sur le dynamisme de différents acteurs, commerçants, artisans, entreprises, agriculteurs et aussi nos associations sportives et culturelles. »

Sur la commune, le tissu associatif est très important grâce au dévouement de femmes et d’hommes qui animent les diverses associations en y apportant un esprit de solidarité apprécié par tous et que, comme le dit le maire : « Nous devons absolument préserver et soutenir. »

Vint ensuite le moment du bilan des actions de l’année écoulée alors qu’en arrière-plan, un diaporama illustrait ce bilan et les projets à venir.

Jean-Pierre Poupée lors de son discours
Jean-Pierre Poupée lors de son discours

Jean-Pierre Poupée lors de son discours

Le bilan des actions réalisées en 2017

Comme le souligna très justement Jean-Pierre Poupée : « Une commune active est une commune qui se rénove et qui s’équipe. »

De nombreux travaux de voirie ont été effectués dans différents secteurs de la commune : La Ménardière, Le Ripré, rue de la Besnardière, rue du Maréchal Leclerc et sur de nombreux chemins ruraux  avec 500 tonnes de tout venant pour les empierrer.  Pour la rue Rabelais, les travaux de sécurisation, de mise à neuf des réseaux d’eau potable, pluviale et des aménagements paysagers sont terminés.

Dans le gymnase, le revêtement mural d’origine a été enlevé et remplacé par une peinture sur l’ensemble ce qui apporte un peu plus de clarté. L’espace bar a été repeint ainsi que la salle de réunion de l’ancienne mairie.

La chaudière de l’école élémentaire a été changée.

Un nettoyage de la végétation a été réalisé sur les rives de l’Escotais entre la piscine et la voie ferrée.

Il rappela l’installation d’un centre de tri de la Poste sur la zone du Vigneau où 18 facteurs sont présents quotidiennement et la mise en place du service de transport bénévole Mobil’Ages qui fonctionne depuis le mois de novembre et qui est très apprécié.

Les projets pour 2018

La semaine de 4 jours ou 4 jours et demi. Une réflexion est en cours avecles enseignantes, les parents et la municipalité. Le vote du conseil d’école doit parvenir à l’inspecteur d’Académie avant le 16 février. Plusieurs pistes ont été évoquées lors des derniers conseils municipaux, notamment une participation financière de la commune auprès des familles pour alléger les coûts d’ALSH du mercredi ou financer des activités.

La salle des fêtes sera repeinte, des travaux de rénovation dans l’église avec une participation à hauteur de 50% de la DRAC sont au programme.

Et, le gros point pour 2018, la rénovation et la mise en  valeur de la place de la République, avec le concours du cabinet de maîtrise d’œuvre DCI Environnement. Sur demande des ABF, l’arrêt des bus scolaires et Fil Vert sera déplacé rue de la Gare, devant la mairie où pour raison de sécurité une écluse sera réalisée. Début des travaux prévu au 2ème semestre 2018. Auparavant, il faut remettre à neuf les réseaux d’eau potable et pluviale.

L’enrobé de la rue Racan et Maréchal Leclerc sera refait par le Conseil départemental jusqu’au hameau de La Roche avant le 1er mai. La commune en profitera pour sécuriser et limiter la vitesse sur la totalité de la voie qui sera limitée à 50 km/h, et mettre en place des écluses à ses frais.

D’autres travaux de voirie et de signalisation sont prévus.

En prévision de la commémoration du centenaire du 11 novembre 1918, le mur du cimetière sera refait et le monument aux morts nettoyé. Une exposition sera présentée au multimédia.

Le matériel informatique du multimédia sera renouvelé. Une subvention de 50% a été accordée.

Monsieur le Maire fit ensuite un point sur cette première année de fusion de la Communauté de Communes de Racan avec celle de Gâtine-Choisilles pour créer une entité de 22 000 habitants et 19 communes. « Cela demande beaucoup de temps et de compréhension afin d’harmoniser nos compétences, le financement accordé aux associations.  Des projets communs sont en cours notamment la création d’une micro-crèche sur la zone artisanale du Vigneau. »

Il annonça que plusieurs contacts avaient été pris en vue d’installations sur la zone Polaxis. Suite à un amendement parlementaire adopté à l’unanimité,  le territoire de Racan redevient jusqu’au 31 décembre 2019, une zone de revitalisation rurale avec tous les avantages pour l’installation d’entreprises sur le secteur.

Côté piscine communautaire dont la fréquentation est liée à la météo, une réflexion est en cours avec l’ADAC pour, éventuellement, couvrir tout ou partie, de l’installation.

Et, il conclut la cérémonie par ces termes : « Vous pouvez être assurés que vos élus mettront toutes leurs forces et toutes leurs convictions dans les batailles à venir. Ces vœux échangés aujourd’hui doivent rester la traduction d’un avenir optimiste pour notre village. C’est avec sincérité que je vous renouvelle tous mes vœux pour cette nouvelle année. »

L'association "Expression corporelle"
L'association "Expression corporelle"
L'association "Expression corporelle"

L'association "Expression corporelle"

Puis, avant le partage de la galette, l’association « Expression corporelle » donna un aperçu de ses nouvelles chorégraphies pour le plus grand plaisir de tous.

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2017 1 20 /11 /novembre /2017 13:52

La prochaine réunion du conseil municipal aura lieu 

 

le vendredi 24 novembre 2017, à 19 h 30

 

à la mairie

 

En ouverture, l'association Histoire et Patrimoine présentera un de ses projets aux élus.

 

 

 

 

Le nouveau visage de l'hôtel de ville

Le nouveau visage de l'hôtel de ville

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 08:05

Delphine dans sa Provence locale

Delphine Bagarry-Dubois, mère de cinq enfants, née le 9 janvier 1970, originaire de Riez dans les Alpes de Haute Provence, a vécu quelques années à Saint-Christophe-sur-le-Nais. Quand, en janvier 2001, après la cérémonie des vœux du maire de l’époque, plusieurs Christophoriens décidèrent de se lancer dans la bataille des municipales face à Monsieur Jean Poussin, en place depuis 30 ans, Delphine n’hésita pas à s’engager et 2001 marqua donc son entrée en politique.

La carrière professionnelle de Delphine

Lorsqu’elle habitait Saint-Christophe, elle exerçait son métier de médecin-urgentiste à l’hôpital de Château-du-Loir. Pendant un an, elle travailla au Conseil Général d’Indre-et-Loire au service des personnes âgées et des personnes handicapées, mais la vie de bureau ne la satisfaisant pas, elle retourna à l’hôpital. En 2005, elle retourna dans son village natal où elle s’installa comme médecin libéral tout en suivant ce qui se passait à Saint-Christophe où des liens très fort s’étaient tissés avec de nombreuses personnes. En 2014, au conseil Départemental des Alpes-de-Haute-Provence, elle s’occupe du centre de planification familiale de Digne-les-Bains.

Sa carrière politique

C’est donc en 2001, que sa carrière débute en tant que conseillère municipale à Saint-Christophe-sur-le-Nais et ce jusqu’en 2007. Bien que simple conseillère municipale, Delphine avait pris en charge la commission voirie et la gestion du personnel communal ainsi que le CCAS. Très engagée dans l’association de parents d’élèves qui gérait alors la cantine scolaire, elle n’hésita pas à s’occuper de la mise en place d’une cantine scolaire municipale et d’une garderie périscolaire.

De 2008 à 2014, c’est à Riez qu’elle occupera de nouveau cette fonction de conseillère municipale et s’intéressera à la gestion du parc naturel du Verdon.

Delphine pendant la campagne des législatives avec à sa droite, Christophe, son époux (photo La Provence)

Son premier vote en tant que députée

En 2015, elle est élue Conseillère Départementale du canton de Riez sous l’étiquette socialiste. En 2016, le Parti socialiste l’investit pour les élections législatives dans la 1ère circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Mais, en mai 2017, elle obtient l’étiquette de La République en Marche et, arrivée en tête au 1er tour face à une frontiste, elle est élue députée au second tour avec 63,60% des voix.

Au soir de sa victoire, elle confiait : « Il m’arrive quelque chose de fou. Je ne l’avais jamais imaginé ! »

Sérieuse dans ses engagements, fidèle à ses convictions, attachée au progrès social, suivie et épaulée par Christophe, son conjoint, et leurs enfants, nul doute que Delphine sera très utile à l’assemblée et œuvrera pour le bien de la France.

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 09:56
Patrick Cintrat annonce qu'il ne se présentera pas à la nouvelle communauté de communes

Patrick Cintrat annonce qu'il ne se présentera pas à la nouvelle communauté de communes

Les projets pour 2017

Agenda 21 : Différentes actions vont être engagées :

  • Action biodiversité avec une journée intergénérationnelle autour du jardin. Coût à la charge de la CCPR 1610 €.

  • Sensibilisation des habitants aux économies d’énergies avec des animations variées sur le territoire. Coût pour la CCPR : 2 694 €.

  • Volet producteurs locaux : une plaquette répertoriant tous les producteurs, artisans et commerçants du territoire sera distribuée à tous les habitants. Coût estimé : 2 500 €.

  • Mise en place d’une maison des services itinérante pour un coût de 1 500€.

Tous ces coûts sont estimés après les diverses aides accordées à la CCPR.

Dispositif jeunesse

Renouvellement de la convention avec Familles rurales pour 3 ans de 2017 à 2019 avec un lissage du coût fixé à 120 311 €/an. Quelques modifications seront apportées au règlement intérieur. Une subvention dans le cadre ID en campagne sera demandée. Le conseil communautaire donne son accord.

RAM de Racan

Proposition d'acquisition de matériel et l'aménagement d'un lieu fixe sur Saint-Paterne pour un budget de 7.000 euros.

Piscine communautaire

Le coût de fonctionnement est estimé entre 70 000 et 80 000 euros par an. Le conseil adopte le renouvellement de la convention de gestion avec Saint-Paterne-Racan. Dates d'ouverture pour 2017 : scolaires du 6 juin au 7 juillet et du 4 au 15 septembre, public du 8 juillet au 3 septembre. Les tarifs restent inchangés.

Demande de subvention exceptionnelle par l’association citoyenne du Pays de Racan

Cette association s’est créée récemment suite à la volonté du préfet de ne pas tenir compte des votes des conseils municipaux se prononçant en majorité contre la fusion des communautés de communes. Une action en justice pouvant être intentée, elle a besoin d’un soutien financier pour pouvoir ester d’où la demande. Cette fusion se fera au détriment de notre territoire, qui va perdre sa ZRR (Zone de revitalisation rurale). « Si on veut être cohérents jusqu'au bout, pourquoi ne pas aider cette association ? ». Certains sont plus réticents : « C'est difficile de subventionner une association, c'était à la CCPR de le faire. On assiste à un combat de chefs. Les élus de Gâtine-Choisilles sont de bonne foi ». Après de longues discussions entre les élus favorables au versement d’une subvention et ceux qui ne le sont pas, le vote a donné 8 pour, 10 contre et une abstention. (Coût de l’action en justice estimé à 7 500 €).

Patrick Cintrat conclut ce conseil en remerciant les élus et le personnel de la CCPR : « Je ne serai pas candidat au conseil communautaire de la nouvelle Communauté de communes. » Une page se tourne avec la remise des cadeaux, un grand moment d’émotion pour le président et sa responsable du personnel, Catherine.
 

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 15:52

Vendredi soir, Saint-Paterne-Racan accueillait le dernier conseil communautaire du Pays de Racan. Après que Patrick Cintrat, président de la CCPR, annonça que le préfet avait signé la fusion, puis, il ouvrit la séance. Après l’adoption du compte-rendu précédent, ce fut l’occasion dans un premier temps de dresser quelques bilans de l’année écoulée.

Anne Semard présente le bilan Habitat-Mobilité

Anne Semard présente le bilan Habitat-Mobilité

1- Intervention d’Anne Semard sur le projet Habitat Mobilité

Projet Habitat : Concernant l’habitat intermédiaire, 4 sites ont été répertoriés sur le territoire (Saint-Christophe, Saint-Paterne, Neuvy-le-Roi, Chemillé-sur-Dême). Une étude de faisabilité est en cours avec Val Touraine Habitat. L’équilibre des opérations demande un apport en fonds propres de 23 000 €/logement. L’apport des communes concernées est fixé à 10 000 €/logement mais ce projet touchant tous les habitants du territoire, ce montant peut être scindé en 2x 5000 €, la CCPR prenant à sa charge 5000 €/commune/logement.

Projet mobilité : Suite aux différentes réunions, l’expérimentation pourrait être engagée dès 2017. L’enjeu de la mobilité est un véritable enjeu pour le territoire. La mise en relation « demande et offre » doit se faire sur une même commune. La plateforme sera gérée par les deux EHPAD du territoire. Des aides sont assurées pour la première année. Le risque pour démarrer n’est pas jugé très important.

Ces deux projets sont approuvés avec leur financement par la CCPR.

Remarque de Patrick Cintrat : « C’est une action expérimentale et exemplaire pour le territoire. C’est un réel service pour la population pour un coût tout à fait raisonnable. C’est un bon outil pour créer du lien entre les habitants. Ce service n’est pas que pour les anciens ; il peut toucher tout le monde. »

2- Bilan ALSH Association Familles Rurales Racan par Philippe Debrenne

La convention qui lie la CCPR et Familles Rurales a été signée le 1er septembre 2015 pour 4 ans.

Le bilan de l’année écoulée est positif. Un véhicule 9 places a été acheté et permet le déplacement des enfants le mercredi notamment vers les centres d’activités. Il répond aux besoins des parents et des enfants. Cette réorganisation a engendré une augmentation de 15% des effectifs le mercredi (70 à 80 enfants sont accueillis).

On note des difficultés sur les petites vacances car les effectifs ne sont pas réguliers. L’ouverture sur les deux mois d’été a permis là aussi de voir les effectifs augmenter de 15%. 13 personnes sont salariées sur les 2 ALSH du territoire. Ouverture pendant les congés de Noël pour la 1ère fois avec 26 inscrits la 2ème semaine et 15 la seconde.

155 familles dont 226 enfants profitent du service.

L’association a organisé un vide-grenier à Neuvy-le-Roi et a participé au Temps des jeux à Chemillé et à la Journée Bien Vivre au Pays de Racan.

3- Bilan dispositif jeunesse avec Nathalie Le Tellier

Les accueils loisirs ados pour les 11-17 ans : locaux à Neuvy-le-Roi et Saint-Paterne. Pour celui de Saint-Paterne, investissement des ados pour l’aménagement. Les accueils se font les mercredis et samedis et pendant les vacances. Fréquentation : 39% de filles et 61% de garçons. 83 jeunes différents participent à ces accueils.

Le PIJ pour les 12-25 ans : Il est situé au multimédia. C’est un centre de documentation. Des actions sont menées avec le collège.

Les TAP : Ils permettent d’établir un lien entre les CM1-CM2 et le collège

Le collège : intervention dans des ateliers créatifs et ludiques. Accompagnement de projets jeunes.

Des manifestations : Participation à des manifestations locales pour valoriser le dispositif jeunesse auprès de la population, de partenaires institutionnels ou d’associations.

Orientation : En créant des partenariats avec certaines associations et avec le PIJ.

La citoyenneté : Travail avec la mise en place de l’Agenda 21

La communication : Une page facebook a été créée. Le mercredi, un travail sur la communication va se mettre en place.

Catherine Lemaire, en charge de l’enfance-jeunesse à la CCPR précisa : «Nous avons souhaité faire cette présentation pour que les élus soient au courant de ce qui a été fait au niveau du dispositif jeunesse dans de nombreux domaines. »

Puis, Patrick Cintrat ajouta : « Du bon travail réalisé sur le territoire avec ce dispositif ado qui est bien enraciné sur le territoire. »

À suivre

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 08:41

La jeune association citoyenne du Pays de Racan organisait mardi soir, à la salle multimédia de Saint-Paterne-Racan, un « apéropol » sur invitation pour un premier débat/apéro, car comme le souligna l’un des membres actifs de l’association : «  Les choses se précipitent sur l'éventuelle fusion de notre Communauté de Communes avec celle de Gâtine Choisilles. Nous avons besoin d'échanger, de débattre de cette question. »
Une bonne trentaine de personnes avait répondu à l’invitation et des élus de trois des dix communes de la CCPR y étaient présents. Pour Saint-Paterne-Racan, Jean-Pierre Poupée, maire était là en compagnie de plusieurs autres adjoints et conseillers municipaux, Neuvy-le-Roi était représenté par Paule Haslé, première adjointe. Le seul élu de Saint-Christophe était là à titre personnel.

Laurent Beaufrère, président de l’association, ouvrit la séance en ces termes : « Je vous remercie de votre présence. Je constate que beaucoup de personnes se mobilisent autour de ce projet de fusion non voulue et les effets néfastes qu’elle porte pour tous les citoyens de notre territoire. Cette soirée-débat est organisée pour parler de cette mesure imposée. Je vais tout d’abord donner la parole aux élus. »

Paule Haslé prit le micro et d’emblée se dit « déçue et dépitée. Je suis contre cette annexion, il n’y a pas d’autre mot, proposée par le préfet. La CC Gâtine-Choisilles n’avait pas 15 000 habitants en 2013, mais, à ce jour, elle les a. Actuellement, il n’y a aucun projet commun entre les deux communautés de communes. De plus, je suis outrée par le fait que 4 collègues élus démocratiquement en tant que conseillers communautaires en 2014 vont avec cette annexion, être démissionnés. C’est une attaque contre la démocratie. Quand on le fait remarquer au préfet, il répond : « Vous n’êtes pas très responsables. Il faut prendre le train de la métropole qui va voir le jour. » Personnellement, je ne vois pas ce que l’on va gagner avec cette fusion mais je vois très nettement ce que l’on va y perdre : la ZRR (zone de revitalisation rurale) et son atout économique, la possibilité de comptabiliser les enfants de 2 ans inscrits à l’école, l’attractivité de notre territoire pour les entreprises. Si l’on applique la loi NoTRE, la CCPR avec moins de 24 habitants/km² n’a pas besoin de fusionner avec une autre collectivité. Dans ce contexte, la municipalité de Neuvy-le-Roi ne présentera pas de candidat et se place en position d’opposition à la fusion. »

Jean-Pierre Poupée lors de son intervention

Jean-Pierre Poupée lors de son intervention

Jean-Pierre Poupée, maire de Saint-Paterne, s’exprima à son tour : « Je suis tout à fait d’accord avec Paule sur le fond. Nous avons une réunion demain soir. Je pense que nous n’élirons pas de candidat. Pour l’instant, il n’y a rien de concret pour les communes de plus de 1000 habitants. Mais, si je suis élu, je ne  compte pas pratiquer la politique de la chaise vide. Ma commune a 1700 habitants aussi, je ne tiens pas à laisser les personnes d’à côté gérer la politique à leur guise. Cette fusion ne nous est pas favorable et comme Paule, je maintiens que les démissions forcées sont inadmissibles. Nous devons être tous solidaires.»

Une des personnes invitées demanda : « Pouvez-vous nous rappeler la situation précise à ce jour ? »

« L’arrêté devrait être signé normalement jeudi. Tout lemonde est dans l’attente de ce qui va se passer au niveau de la Métropole. Six communes de Gâtines-Choisilles souhaitent rejoindre la Métropole mais, si la fusion est provoquée pour la Métropole, tout est à refaire.

Plusieurs présentations de fusion avaient été envisagées mais toutes ont été refusées pour différentes raisons ce qui a amené le préfet à la solution actuelle. Philippe Briand, président de Tours plus, rencontré par des élus de Gâtine-Choisilles ne s’est pas montré très chaud pour intégrer la nouvelle CC dans la future Métropole. Par conséquent, Gâtine-Choisilles ne veut plus de la fusion avec la CC Pays de Racan. »

Philippe Guitton, conseiller municipal de Saint-Christophe précisa : « Il faut rappeler que les élus de Gâtine-Choisilles avaient voté à l’unanimité pour la fusion et que maintenant, ils se rétractent. Les membres du bureau ont adressé un courrier unanime pour confirmer qu’ils ne veulent plus de la fusion. Il en a été de même pour la CCPR. Mais, la CDCI (commission départementale de coopération intercommunale) confirme que la fusion de Louestault et de Beaumont ne remet pas en cause celle des communautés de communes et que notre action met en péril la sécurité juridique du projet ! »

Un public très intéressé par ce débat
Un public très intéressé par ce débat

Un public très intéressé par ce débat

Voici maintenant la teneur de quelques échanges :

« Si notre cas fait jurisprudence sur le territoire, ça risque d’exploser dans le département car beaucoup de fusions ont été imposées.

Lors de réunions entre les deux communautés de communes, il n’a jamais été question de projets mais seulement de gouvernance, une gouvernance très politique qui ne tient pas compte des intérêts des communes.

Pour la CCGC, c’est impossible de travailler avec nous car d’après eux, on voulait leur imposer une charte.

Le préfet a une feuille de route qu’il doit remplir et après, il part.

« Si Racan ne veut pas siéger, la nouvelle entité pourra quand même siéger » nous a dit la directrice des services de la préfecture.

Il faut être conscient qu’avec la fusion, nous allons perdre des services de proximité. Dans notre secteur, nous sommes confrontés à beaucoup de misère et c’est grâce à la proximité que nous pouvons apporter de l’aide.

Nous, élus, nous connaissons notre territoire et nous voulons faire au mieux pour garder les services qui sont nécessaires à la vie.

 Éric Lapleau, conseiller municipal, membre de l’association citoyenne, intervint alors : « Je ne suis pas forcément d’accord sur tout. Nous n’avions pas reçu de mandat pour dissoudre la CCPR dans une autre entité. Retournons-nous vers la population. Donc, au départ, je me suis abstenu. Si nous restons sur la loi NoTRE, nous n’avons aucune obligation de fusionner. Le souhait aujourd’hui, c’est de faire des structures de plus en plus grosses. Mais, il faut se demander qu’est-ce qu’un bon projet ?  C’est celui qui peut intéresser plusieurs territoires et pour le mener à bien, il faut trouver les périmètres favorables et passer des conventions.

Le préfet nous a dit un jour : « Vous n’avez rien à gagner avec la fusion. Mais si vous la refusez, vous serez responsables de beaucoup de choses et redevables devant vos concitoyens le jour où la Métropole sera créée. »

De nouveau quelques remarques fusent parmi l’assistance :

Je pense que c’est un nouvel aménagement des territoires qu’on veut nous imposer.

C’est un enjeu d’aménagement et de société.

Moi, à mon avis, il faut aller en justice.

La ruralité coûte trop cher, il faut la supprimer et privilégier les métropoles.

Laurent Beaufrère reprit le micro pour arriver à une conclusion :

Quelle suite donne-t-on à notre action ?

  • démission,
  • élus fléchés en retenir 2 par communes de plus de 1000 habitants,
  • trouver un système de blocage administratif
  • Faire de la résistance et laisser le préfet nommer les gens. Cette idée fait son chemin mais j’ai une crainte en voyant que ce soir il manque un maire d’une commune de plus de 1000 habitants (remarque de Jean-Marc Chahinian).
  • Adresser une lettre ouverte à la presse
  • Mobiliser les citoyens en présentant les pour (s’il y en a) et les contre pour qu’ils se déterminent
  • Référendum
  • Mener une action en justice après la décision de fusion prise par le préfet financée par le conseil communautaire
  • Les conseils municipaux peuvent décider de ne pas nommer de représentants, d’adresser une lettre au préfet

Voici les conclusions que l’on peut tirer de ce débat très animé et intéressant avec ces quelques réflexions :

« Est-ce que nos seules armes c’est de dire on n’y va pas ? On fait la politique de la chaise vide ? Si nous arrivons à organiser une action de masse avec nos concitoyens, on pourrait peut-être faire bouger les choses. Ce qui est sûr, c’est que ce ne serait pas très apprécié en haut lieu. »

La priorité qui s’est dégagée de ces deux heures de débat, c’est de résister au préfet en exerçant une pression pour qu’il ne signe pas cette fusion avant le 31 décembre et pour cela, il faudrait qu’il y ait des éléments nouveaux par rapport à la Métropole.

 

Rejoignez l’association citoyenne du Pays de Racan

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages