Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2021 5 22 /10 /octobre /2021 09:46
Saint-Christophe-sur-le-Nais : Réunion du Conseil municipal

Ce soir, à 19 h, salle du Conseil municipal, à la mairie, réunion du conseil municipal.

 

ORDRE DU JOUR

 

    1.  Approbation de Compte-Rendu

2. Crise Sanitaire

3. Elus – Personnel – Institution

Contrat CDD

Augmentation du temps de Travail

Temps de travail : loi du 6 août 2019 de transformation publique

Conseiller Numérique :

Congrès des Maires

4. Finances

Reversement FPIC :

Reversement FDPTADE

DGF 2022

FDSR programme cimetière

Délibération Indemnités Kilométriques

Budget Pôle santé

       5. Bâtiments

Beausoulage 

Pôle Santé

Microcoupures

6. Voirie

      CR 20 – Grisardière

     Bâche rue des Rabines

     Convention d’occupation de voirie

     Convention d’occupation de voirie Parking Beausoulage

     Largeur des chemins

7. PLU

8. Parc éolien Dissay-sous-Courcillon

9. Intercommunalité

    SCOT

    Syndicats de gendarmerie – fusion – modification du périmètre

   SHOT ( syndicat d’Horticulture de Touraine ) 

   Gip recia 

   Communauté de Communes – CRTE

   TEOM

10. Affaires scolaires

11. Agenda

12. Lettre trimestrielle – Bulletin Municipal

13. Affaires diverses

 

Les réunions du conseil municipal sont en général publiques, sauf cas exceptionnels précisés d'avance.

En cette période de crise sanitaire, les consignes sont bien sûr à respecter !

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2021 4 21 /10 /octobre /2021 12:06

Après deux présentations de ce projet d’implantation d’ombrières sur le parking de Beau-Soulage, lors de séances du conseil municipal, Madame le Maire avait convié les habitants de la commune à une réunion publique, mercredi soir, dans le but de leur faire connaître ce projet et de recueillir l’avis de ses concitoyens.

Il faut reconnaître, une fois de plus, que les Christophoriennes et Christophoriens, avaient certainement oublié la date car, sur la vingtaine de personnes présentes, seulement 11 n’étaient pas des élus.

Une partie du public
Une partie du public

Une partie du public

Cette présentation était proposée par la société ENER Centre Val de Loire, structure privée mais avec un important partenariat public dont le SIEIL (Syndicat intercommunal d’électrification d’Indre-et-Loire).

Catherine Lemaire, maire de la commune, précisa que : « La loi de transition énergétique, datant de 2015, oblige les collectivités à prévoir, sur leur territoire, l’implantation d’énergies renouvelables, d’où le choix de la commune des panneaux photovoltaïques préférables » selon elle avant consultation des habitants « aux éoliennes ! »

Mme le Maire et deux élus

Mme le Maire et deux élus

Dès le début de la présentation concernant l’implantation d’ombrières sur le parking de la salle des fêtes, plusieurs personnes firent la remarque suivante : « Pourquoi, au lieu de couvrir une partie du parking, ne pas couvrir la toiture de Beau-Soulage, puisque des travaux de rénovation de cette salle sont prévus ?  - Une étude pour savoir quels bâtiments pourraient être recouverts de panneaux photovoltaïques a débouché sur le fait que leur construction est beaucoup trop ancienne pour supporter une telle charge. » Réaction dans l’assemblée : « Il y a, juste à côté, le Pôle santé, et l’EHPAD ! – Le Pôle santé construit avec des matériaux bio sourcés et chauffé par géothermie n’était  pas concerné et, l’EHPAD (pourtant juste en face) est trop loin ! »

La réponse apportée n’a pas vraiment convaincu le public !

Les deux présentateurs, à tour de rôle, à l’aide d’un diaporama, expliquèrent en quoi consistait le projet. Leur structure, appuyée par les collectivités territoriales, a pour but de développer et d’investir dans des projets d’énergie renouvelable. Pour cela, ils offrent leur appui aux syndicats d’énergie afin qu’ils conseillent et assistent les collectivités désireuses d’investir sur leur patrimoine. Ils sont un véritable outil à l’échelle de la région.

Les deux présentateurs

Les deux présentateurs

Voici les sites concernés par l’implantation de panneaux photovoltaïques : les toitures supérieures à 200 m², des ombrières d’au moins 12 places, des centrales au sol supérieures à 3,5 ha.

« Le projet d’ombrières est facile à réaliser mais l’économie d’échelle est difficile à maîtriser. À l’objectif 2030, plusieurs sources d’énergie sont à l’étude. Une baisse du nucléaire semble peu envisageable bien que le recyclage des déchets pose problème. Quant à l’hydrogène, il va falloir attendre encore ! »

Ces différents sujets alimentèrent le débat.

Voici une vue du projet sur le parking de Beau-Soulage
Voici une vue du projet sur le parking de Beau-Soulage

Voici une vue du projet sur le parking de Beau-Soulage

Venons-en à l’étude des ombrières sur le parking de Beau-Soulage.

Deux ombrières seraient implantées sur le parking. La surface couverte serait de 880 m². Elles produiraient 185 KWC soit 192,8 MWh. Les panneaux sont garantis 25 ans mais leur durée de vie est beaucoup plus longue. Le recyclage est payé dès l’achat et ne coûtera rien à la commune car la société reste propriétaire des panneaux. Le planning montre une réalisation  entre 9 et 12 mois. La distribution d’énergie se ferait en local car les ombrières seraient raccordées sur le transformateur situé devant la salle des fêtes.

L’ensemble du projet, fourni clé en main par la société, a un coût estimé par l’entreprise de 250 000 € entièrement à sa charge. Pour l’occupation du sol, elle versera un loyer de 100 € par an à la commune (ou un loyer global de 1700 € en une fois).

Réaction de plusieurs personnes devant le montant dérisoire du loyer !

Au bout de 30 ans, l’engagement de la société s’arrête car elle est rentrée dans ses fonds et la commune, si elle le souhaite devient propriétaire de l’installation.

Une demande devra être formulée auprès des ABF pour savoir si ce projet peut être compatible avec la présence de l’église classée sur la commune.

Bien que le public soit clairsemé, les échanges ont été nombreux et même si, pour certains le fait d’implanter des ombrières montre la bonne volonté de la collectivité dans son engagement vers les énergies renouvelables et la préserve d’autres contraintes, ce ne fut pas le cas de tous. Plusieurs personnes n’ont pas vu l’intérêt d’un parking couvert près de la salle des fêtes !

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 17:40

Le Markethon, qu’est-ce que c’est ?

Sandie Gaudin, Conseillère en Insertion Professionnelle de R.E.S, a organisé le Markethon National ce jeudi 7 octobre: journée solidaire de recherches d’emplois. Sylvain Massicarde de l’AFPP (association de formation technique et professionnelle) était également présent pour apporter son aide au bon déroulement de l’action.

Sandie explique : « En amont de cette journée, il y a eu tout un travail de préparation. Tout d’abord un mailing avec Pôle Emploi, puis des contacts auprès des personnes que nous accompagnons au niveau de R.E.S. et de l’AFPP ainsi que des curieux. Les personnes qui ont répondu, ont participé à de petits ateliers de préparation. Le nombre devait être limité à 10 mais nous avons accepté les 11 candidats. Ils étaient donc conviés ce matin pour participer au Markethon.»

Déroulement de la journée

Éric Lapleau, maire de la commune, s’étant excusé,  M. Alain Anceau, Vice-Président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire, était présent : « Pôle emploi est une porte d’entrée vers l’emploi mais ce n’est pas suffisant. N’hésitez pas à aller voir dans les entreprises, vers les collectivités locales. Laissez toujours votre CV, une lettre de motivation. Faites du porte à porte, posez des questions pour demander les besoins de l’entreprise. Souvent, la curiosité et une forte envie de travailler, ça paie ! Quand vous êtes pris, le temps de formation que l’on vous consacre est important. Ne l’oubliez jamais ! Ce n’est pas quand on est jeune actuellement que l’on doit penser à un plan de carrière, il y a trop d’aléas. »

Tous accueillis de manière conviviale par R.E.S, chacun a pu profiter d’une boisson chaude et de petits fours avant de partir à la rencontre des entreprises du secteur.

Les participants au Markethon avant leur départ vers les entreprises et les organisateurs

Les participants au Markethon avant leur départ vers les entreprises et les organisateurs

Les participants ont signé leur fiche d’engagement puis ont récupéré leur dossier contenant les fiches préparées pour leur parcours de la matinée à la rencontre des entreprises du territoire et réparties entre eux.

Chaque entreprise visitée devait apposer son tampon sur une fiche. Les besoins en main d’œuvre sont notés sur une autre fiche en précisant les postes à pourvoir. Ce procédé était pour chaque entreprise.

Retour à 12 h 30 à R.E.S avec un plateau repas.

Sur 91 entreprises visitées, 84 offres d’emploi ont été recensées dont 17 offres de stage.

Toutes ces offres collectées seront transmises au P.I.S.E (Point Information Service Emploi) sis à Montbazon, qui, après étude, les diffusera parmi toutes les autres offres d’emploi du département.

Journée gratifiante au sein de R.E.S.

Bravo à Sandie et à l’équipe : Sylvie, Christine, Violaine et David et à Sylvain Massicarde de l’AFPP.

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2021 3 06 /10 /octobre /2021 10:13

Mardi soir, l’ancienne mairie de Saint-Paterne accueillait une quinzaine de personnes venues se renseigner sur la création d’une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) sur le territoire.

Cette réunion a été initiée par Benjamin Petithomme, président de l’AMAP de l’Escotais, pour que les producteurs qui intègrent cette association puissent se faire connaître, présenter leur parcours et leurs productions. Et, c’est Loïc Macé, membre du CA, qui mena la réunion.

Pourquoi cette AMAP en voie de création a-t-elle déjà un conseil d’administration ?

C’est Maud Pichol, la trésorière, qui répond : « Le rôle de l’AMAP c’est d’aider au maximum le producteur qui souhaite s’installer et la rejoindre. Celui-ci saura combien nous avons d’adhérents et pourra ainsi caler sa production pour éviter de la perte. »

Gwenaëlle Pambouc, membre du CA ajouta : « Le producteur qui nous rejoint, comme notre maraîcher, Benjamin Pousin, a besoin d’au moins 2 mois pour commencer à produire. Nous nous occupons de toute la partie externe à la production. Pendant cette période préliminaire, il n’a à s’occuper que de son jardin, travailler la terre, semer et récolter. »

Loïc, qui avait fait partie de l’AMAP « Au fil du Long », a su faire une présentation très complète du rôle que peut jouer une AMAP pour permettre aux « agriculteurs-paysans » de vivre correctement de leur travail.

Petit historique sur l’histoire des AMAP

Les premières AMAP se sont créées au Japon où des mères de famille se sont aperçues qu’elles donnaient de la nourriture polluée à leurs enfants. Ce fut la découverte de l’agriculture « bio ». Ce concept fit des émules au Canada, aux USA et une réflexion commença à voir le jour en Europe. Cette évolution répondait à un besoin de manger sain et bon. C’est en 2000 que s’est créée en France la première AMAP. Cela a entraîné la mise en place d’une charte et d’un engagement entre les producteurs et les Amapiens.

Ramenons ces généralités au cas concret de Benjamin, notre maraîcher. Benjamin va s’installer. Grâce à l’AMAP, sa production va être fonction du nombre de personnes inscrites. Ces personnes, grâce à la charte et au partenariat entre consommateurs et producteurs, vont payer les légumes au prix réel de la production. Le paiement se faisant en amont est un soutien efficace pour le producteur et une certitude pour le consommateur d’avoir, tout au long de l’année, son panier de légumes bios et de saison sans intermédiaire. Ce système permet au producteur de vivre de son travail.

L’AMAP est un acte militant, un soutien aux petits paysans sur le local. Dans la problématique de reprises de terres, l’AMAP aide à la reprise de petites structures. Son souhait serait de voir s’installer un maraîcher par commune qui pourrait nourrir le village !

Notre but, c’est de changer la donne en créant du lien avec les paysans loin de la grande surface !

Les membres du CA : de droite à gauche : Benjamin Petithomme, Anaël Fey, Loïc Macé, Maud Pichol et Gwenaëlle Pambouc

Les membres du CA : de droite à gauche : Benjamin Petithomme, Anaël Fey, Loïc Macé, Maud Pichol et Gwenaëlle Pambouc

Ces généralités achevées, chaque producteur comptant faire partie de l’AMAP de l’Escotais se présenta.

Benjamin Pousin, maraîcher « Les jardins de la Fontaine ».

Je suis arrivé à Saint-Paterne il y a un an. Je me demandais « Comment aller sur des circuits courts sans intermédiaire ? » l’AMAP m’a apporté la solution.  Je suis en conversion bio et je propose 3 tailles de panier avec une livraison chaque semaine. Le contrat engage le consommateur sur environ 45 semaines par an. Suivant les saisons, plus de 45 variétés de légumes sont cultivées. Je travaille mon sol manuellement, pas de tracteur. Les adhérents peuvent venir voir le jardin sans problème.

Damien Enizan, paysan-boulanger, Chemillé-sur-Dême

J’étais chef de chantier et je construisais des routes et des ponts en Afrique et ailleurs, loin de mes valeurs. Ma mère, agricultrice arrivant à la retraite, je décide de tout plaquer et de m’installer sur une partie de ses terres.

Je contacte un boulanger et j’entame ma reconversion professionnelle avec des stages au Pays Basque. Le métier m’a tout de suite plu. J’ai passé mes diplômes avec succès et j’obtiens le sésame pour m’installer « paysan-boulanger ».

Actuellement, je suis en conversion bio pour encore deux ans (2023). Je me suis donc lancé dans la culture de céréales anciennes avec un intérêt particulier pour les blés : blés, petit épeautre, sarrasin, seigle, tournesol pour les graines. J’ai quelques transformations à apporter à la ferme où je vais installer un moulin et un four (il va arriver fin février). Je souhaitais acquérir une autonomie complète du grain au pain !

Je m’engage à faire une tournée de pain une fois par semaine pour l’AMAP. J’envisage de proposer 5 types de pains.

Mon projet a été soutenu par l’AMAP.

Audrey Boudrot, paysanne-meunière

J’ai rejoint mon conjoint sur la ferme. Comme Damien, je me suis lancée dans la culture des céréales pour faire différentes farines qui sont vendues en sacs de 1, 2, 5 kg. Une partie de ces farines sert à la préparation de pâtes sèches ou fraîches. Avec Damien, nous avons convenu que, s’il lui arrivait de manquer de farines, je pourrais le dépanner mais, moi, il n’est pas question que je fasse du pain.

Pour moi, les ventes se feraient chaque trimestre pour la farine. Pour les produits phares comme les pâtes fraîches, ce serait toutes les semaines. Et, pour les autres produits, les laps de temps seraient différents.

Christophe Garenne, herboriste à Bueil-en-Touraine

Je suis installé à Bueil depuis 3 mois. Je me suis lancé dans la culture de plantes aromatiques et médicinales et aussi de celles que l’on nomme « les simples », le tout en culture « bio ».

J’ai un terrain de 4 000 m² travaillé à la main mais que dans un proche avenir je compte travailler par traction animale.

Mon but, c’est de proposer en 2022, des tisanes classiques mais aussi avec des mélanges élaborés. 80% des plantes que je cultive sont pérennes et les 20% restants sont annuelles. En 2023, je pense pouvoir proposer des élixirs et autres « remèdes naturels » pour soulager les petits maux du quotidien.

Ces quatre producteurs sont d’ores et déjà prêts à intégrer l’AMAP de l’Escotais. Les responsables sont en contact avec d’autres producteurs locaux pour apporter une plus grande diversité dans les produits (fruits, fromages, savons, …).

Les personnes intéressées peuvent prendre contact avec le président, Benjamin Petithomme, qui les mettra en relation avec les producteurs.

Mail : petinobi@gmail.com

Les producteurs :de droite à gauche : Damien Enizan, Audrey Boudrot, Benjamin Pousin et Christophe Garenne

Les producteurs :de droite à gauche : Damien Enizan, Audrey Boudrot, Benjamin Pousin et Christophe Garenne

Conseil d’administration de l’AMAP de l’Escotais :

Président : Benjamin Petithomme

Trésorière : Maud Pichol

Secrétaire : Anaël Fey

Membres : Gwenaëlle Pambouc, Loïc Macé

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 18:41

Réactions des habitants du territoire à l’arrivée des feuilles d’automne !

 

Vendredi soir, les responsables du Collectif Citoyen ont convié les adhérents à une réunion à Rouziers-de-Touraine. À 19 h 30, Philippe Gautier ouvre la séance en souhaitant la bienvenue à la cinquantaine de personnes présentes composée de propriétaires, locataires et élus et et les remercie pour la confiance accordée aux créateurs. Il précisa aussi que la réunion se passera dans le respect des consignes sanitaires (pass présenté à l’entrée) et que chacun devra garder son masque dans la salle.

Les 4 personnes à l’origine de ce Collectif se présentent, chacune ayant eu ou ayant encore une fonction d’élu.

L’ordre du jour est ensuite annoncé, certaines personnes, pas encore inscrites, n’en ayant pas eu connaissance.

Jean-Marc Chahignan, aborde le premier point à l’ordre du jour, point important pour le devenir du collectif actuel qui a atteint ce soir la centaine d’adhérents.

Ordures ménagères : Succès pour la première réunion en présenciel du « Collectif Citoyen »

1-Proposer des référents par communes

En ce début de réunion, pas de véritable accroche au sein du public, mais au fur et à mesure du déroulement de la soirée, plusieurs personnes comprennent le rôle qu’elles pourront jouer dans leur commune et auprès de leurs amis pour les inviter à rejoindre le collectif et à participer aux actions menées.

2-Transformer le collectif en association

Philippe fait remarquer : « Au début, le nombre d’adhérents stagnait mais à la tombée des feuilles d’automne dans les boîtes à lettres, les habitants du territoire se sont réveillés et le nombre d’adhérents est en hausse chaque jour. »

Jean-Marc explique qu’un collectif a des pouvoirs limités et que si l’on souhaite mener des actions il faudra de l’argent. D’où l’importance de cette transformation. Un vote est organisé pour acter cette transformation et les 51 personnes présentes donnent leur accord. La cotisation est fixée à 5 € par adhérent. Une assemblée générale sera organisée pour valider les statuts, élire les membres du bureau (les candidats sont invités à se faire connaître par mail) et déclarer l’association en préfecture en précisant son siège social.

3-Discussion sur la mise en place de la TEOM

Plusieurs personnes prennent la parole pour exposer leur cas personnel. Pour l’ensemble des présents propriétaires de leur habitation (moins une personne) leur feuille de taxes foncières les a désagréablement surpris en voyant apparaître dans une nouvelle colonne réservée aux OM, le montant de la taxe appliqué et la somme qui en découle et se rajoute ainsi au montant du foncier bâti. Des augmentations disproportionnées par rapport au volume d’ordures ménagères déposé. De plus, certaine feuilles d’impôts comportent de grosses « erreurs » comme l’ont reconnu les élus responsables de cette nouvelle facturation. La seule personne ayant eu une légère diminution est une locataire qui a tenu à exprimer son mécontentement sur la façon dont on impose aux personnes un choix de ramassage préétabli : « Où j’habitais avant, la facturation était faite au nombre de levées. Ici, on m’a dit que ce n’était pas possible. » Il est vrai que de nombreux utilisateurs ne mettent pas leur poubelle chaque semaine.

Jean-Marc a, feuille d’impôt en mains, fait une lecture expliquée des différentes colonnes et des résultats qui en découlent. Les frais de gestion font « bondir » les usagers !

De cette discussion est ressortie l’injustice flagrante de ce mode de taxation. L’ensemble des présents opte pour un retour à la REOM incitative, c’est-à-dire basée sur le volume de déchets produits ou TEOM incitative avec une part fixe et une part calculée sur la production : levées ou pesées. Les poubelles des habitants de l’ex CC de Gâtine-Choisilles sont déjà équipées de poubelles « pucées » mais pas celles de l’ex CC Pays de Racan. La solution est simple et peu coûteuse : on équipe toutes les poubelles de puces et chacun paiera un juste prix et sera incité à trier du mieux possible ses déchets et à les réduire. Actuellement, beaucoup se demande « pourquoi trier ? »

Plusieurs actions ont été avancées pour marquer le mécontentement des usagers par rapport à l’injustice de la TEOM.

4- Rencontre avec Éric Lapleau

Lors de la mobilisation du collectif devant le siège de la Com Com, le 15 septembre, Éric Lapleau, vice-président en charge de ce dossier, avait accepté une rencontre avec des membres du collectif. Des personnes sont prêtes à discuter avec lui : Mme et MM. B. L, G. R., P. H. (candidats de la salle) et les 4 créateurs

5-Les actions à mener pour se faire connaître

  • Des cafés citoyens

Cela permettrait d’aller vers les habitants du territoire. En effet, on a constaté que de nombreuses communes ne sont pas représentées au niveau des adhérents. Ce sont souvent de petites communes où le bâti est moins cher et l’augmentation moins sensible même si, quelques cas concrets prouvent le contraire.

  • Lancer une pétition

Action qui est validée à 100%. Dès qu’elle sera rédigée, elle sera mise en ligne sur différents supports et sera tirée sur papier pour recueillir des signatures auprès des habitants (d’où le rôle des référents par communes).

Éditer des flyers (Jean-Marc se charge de leur création) qui seront envoyés par mail chacun utilisant son carnet d’adresses pour multiplier les envois. Un peu de boîtage peut aussi être envisagé sur certains secteurs.

Un ancien élu aimerait connaître le bilan de sortie de la REOM. Jean-Marc rappelle qu’avant il y avait deux communautés de communes avec un système de facturation différent. Sur Racan, c’était le SMIOM basé à Couesmes qui facturait les OM. Ce syndicat regroupait les communes du canton de Neuvy-le-Roi et certaines du canton de Château-la-Vallière. Quand il a été dissous, il y avait un trou de 300 000 € qu’il a fallu combler. Cette dette a été partagée entre notre Com Com et celle de Touraine Nord-Ouest, ce qui, pour les élus justifie le passage à la TEOM et aux augmentations que cela induit.

Une première demande de documents adressés à la Com Com étant restée sans réponse, elle sera réitérée concernant le budget 2020, les prévisions 2021 et les marchés publics. Philippe va s’en charger.

Il a été décidé qu’avant la prochaine assemblée, ceux qui le désirent peuvent envoyer leurs idées par mail pour de futures actions.

Beaucoup de projets à mener à terme. Cette première réunion s’est déroulée dans une bonne ambiance dans le respect des autres, chacun ayant pu s’exprimer comme il le souhaitait.

Pour rejoindre le collectif :

 https://collectifgatineracan.org/abonnement-au-collectif-gatine-racan/

Pétition en ligne : https://chng.it/FQnHHqsgqy

 

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 07:37

Pour la seconde fois depuis sa création avant l’été, un groupe d’une vingtaine de personnes ayant rejoint le collectif comptabilisant à ce jour près de 90 adhérents, s’est retrouvé mercredi soir devant le siège de la Communauté de Communes pour attendre les élus qui devaient y siéger pour un conseil communautaire.

Le but de ce rassemblement était une nouvelle fois d’obtenir plus de précisions sur l’instauration de la TEOM qui, décrétée sans discussion préalable, a fait réagir de nombreux citoyens du territoire qui voient leur facture d’enlèvement des ordures ménagères augmenter fortement.

Éric Lapleau face aux membres du collectif citoyen

Éric Lapleau face aux membres du collectif citoyen

Éric Lapleau, vice-président en charge de l’environnement et donc des ordures ménagères, s’est arrêté au niveau des membres du collectif citoyen pour un échange au cours duquel chacun a essayé de faire entendre soit, pour les citoyens, leurs revendications (hausse dépassant pour certains les 100%) soit, pour l’élu, son point de vue sur le choix de la TEOM (taxe) par rapport à la REOM (redevance). « Pour moi, la TEOM est une mesure de gauche, qui permet aux personnes les plus précaires de payer moins cher. Pour preuve, je peux vous affirmer que dans ma commune, beaucoup de personnes me remercient en constatant la baisse de leur facture. » Effectivement, les personnes se trouvant dans des logements sociaux ou petites maisons, seront dans ce cas. Mais, malgré un écrêtement, il faut reconnaître que beaucoup paieront nettement plus cher. Voici ce que Monsieur Lapleau a pu entendre de la bouche des présents : « Pour moi, c’est 300% de plus ! – Moi, avec les aléas de la vie, je me retrouve seul dans une grande maison, ma facture augmente considérablement alors que mes déchets sont moindres ! – Je suis agricultrice avec une petite retraite et en plus de mon habitation, je possède un grand hangar. Pensez-vous que cela génère plus d’ordures ménagères ? – Au vu de cette augmentation qui me touche, je suis dégoûtée. J’ai toujours effectué du mieux possible le tri de mes déchets mais maintenant, j’en arrive à me demander «Pourquoi trier ? »

À l’issue de ces échanges, Éric Lapleau s’est dit prêt à discuter avec le collectif autour d’une table à condition que ses interlocuteurs soient bien documentés sur le sujet. Les membres du collectif acceptent le challenge et sont prêts à se mettre au travail pour avancer des arguments irréfutables lors de cette future rencontre.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 11:55

Mardi soir, une trentaine d’élus et utilisateurs du RES étaient réunis dans la salle du multimédia de Saint-Paterne-Racan, pour l’assemblée générale de l’association.

Michel Couderc, président du RES, ouvrit la séance en souhaitant la bienvenue à toutes les personnes présentes et adressa ses remerciements à la municipalité de Saint-Paterne pour son accueil et la mise à disposition de la salle. Il invita chaque participant à se présenter brièvement puis il passa la parole à Sylvie Perrotin, directrice de l’association, pour la présentation du rapport d’activités de 2020.

Elle mentionna tout d’abord les territoires couverts par RES : 35 communes des ex-cantons de Neuillé-Pont-Pierre, Neuvy-le-Roi et Château-la-Vallière. Ces territoires sont attribués par la DIRECCTE (Direction Régionale des entreprises, de la concurrence , de la consommation, du travail  et de l'emploi).

Le but de l'association est le social et son objectif est de favoriser l'insertion professionnelle sociale et durable par l'activité économique en accompagnant les demandeurs d'emploi dans leur recherche. Comment ? En leur proposant des mises à disposition temporaires chez des utilisateurs de RES : entreprises, exploitations agricoles, commerçants, collectivités locales, particuliers.

 

 

De droite à gauche : Sandie gaudin, Sylvie Perrotin, Michel Couderc, David Fostier et Patricia Coutance

De droite à gauche : Sandie gaudin, Sylvie Perrotin, Michel Couderc, David Fostier et Patricia Coutance

Quels ont été les résultats pour l'année 2020 ?

111 personnes ont été missionnées malgré les fermetures dues au Covid. Seulement 48 nouvelles inscriptions, parmi lesquelles on note plus de femmes que d’hommes, la plupart ayant plus de 50 ans. Les salariés ont effectué 31 340 h soit 19,50 Équivalents Temps Plein.

Sur cette année 2020, on comptabilise 7 sorties en emplois durables, 4 en emplois de transition, 4 en sorties positives (formation qualifiante, retraite).

RES et la Mission locale de Touraine

Ce fut ensuite David Fostier, conseiller en insertion et responsable de la Mission locale de Touraine qui prit la parole pour expliquer son rôle auprès des jeunes âgés de 16 à 26 ans. Il précisa que la Mission locale de Touraine a 25 ans d’expérience. Sur le territoire couvert par RES, quatre lieux de permanence sur rendez-vous sont proposés aux jeunes. David fit le constat suivant par rapport aux conditions rencontrées fin 2019 et sur l’année 2020. « Fin 2019, nous avons eu de gros problèmes pour positionner nos jeunes à cause des manifestations et de la frilosité des entreprises. L’année 2020 a été impactée par le Covid. Heureusement, RES a su réagir dans le bon sens pour la continuité du travail auprès des jeunes. Il était difficile de recevoir ceux qui étaient en grande détresse pendant que nous étions en télétravail. Notre objectif a été, malgré tout, de ne pas les perdre et ce, sans aucun soutien gouvernemental. Nous nous sommes efforcés de maintenir écoute et conseils à tous ceux qui nous ont fait confiance. » Sur l’année 2020, 200 jeunes accompagnés ont eu au moins un entretien physique. Il faut savoir que 30,50% des jeunes accompagnés sont sans diplôme validé. La moitié d’entre eux connaît des problèmes de mobilité ce qui, en milieu rural, est un handicap que la crise sanitaire n’a pas arrangé (autos écoles fermées, dates d’examen saturées). Un point positif à noter, c’est que certains secteurs, par leurs besoins accrus en personnels, ont permis à de nombreux jeunes du territoire d’accéder à des opportunités d’emploi.

RES structure référente RSA

Ce fut au tour de Sandie Gaudin, chargée de cette action, d’expliquer son rôle. Il faut savoir que RES, en 2020, était conventionné pour 75 suivis, pour lesquels Sandie consacre 75% de son temps de travail. Les usagers sont accueillis sur des sites précis du territoire ainsi que dans les mairies. Les bénéficiaires du RSA sont reçus une à deux fois par mois. Sur 2020, 104 personnes ont été accueillies soi 13% de plus qu’en 2019. Parmi ces bénéficiaires, 75% ont un niveau inférieur ou égal au niveau 3 (niveau CAP, BEP).  49 d’entre eux ont été en situation d’emploi au cours de 2020, année où beaucoup de réorientations ont été effectuées vers les assistantes sociales. Cela s’explique par le contexte sanitaire rencontré particulièrement difficile et à fort impact social.

De nombreux utilisateurs étaient présents dans la salle

De nombreux utilisateurs étaient présents dans la salle

La mise en place :

  • du logiciel « Parcours » pour accompagner les bénéficiaires du RSA.
  • de la plateforme « ITOU » qui permet entre autre d’avoir une vision globale et détaillée de chaque dossier et de faciliter les démarches en allégeant le côté administratif.

L’accès à la plateforme « Ouiform » répertoriant l’offre de formations en simplifiant la mise en relation et la candidature pour le bénéficiaire.

Sandie conclut son intervention par ces quelques mots : « Cette crise sanitaire nous a permis de nous réinventer professionnellement en s’adaptant pour trouver des réponses pertinentes aux problématiques rencontrées. »

Les actions sur 2021

5 personnes ont bénéficié de la formation « Habilitation électrique »

3 personnes ont suivi la formation « Premiers secours »

9 personnes ont pu suivre la formation « Exercice d’autorité bienveillante auprès d’enfants de 3 à 12 ans »

1 personne est inscrite pour un « Caces R489 » et une pour un « Caces R482 »

Le 27 septembre à Saint-Paterne-Racan aura lieu Action « #Com » et le 7 octobre, la journée « Markethon ».

Le bilan financier

Les finances ont été présentées par Patricia Coutance du cabinet Soregor. On note une petite baisse par rapport à l’exercice précédent. La maîtrise des charges s’est avérée efficace. La situation financière est stable et saine.

Intervention d'Éric Lapleau, maire de Saint-Paterne-Racan

Intervention d'Éric Lapleau, maire de Saint-Paterne-Racan

Au cours de cette assemblée générale, de nombreux échanges avec les utilisateurs ont eu lieu et des précisions ont été apportées. C’est par un pot convivial que s’est achevée cette rencontre.

 

Plaquette pour mieux connaître RES

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2021 2 07 /09 /septembre /2021 08:09

Dans le cadre des Journées du Patrimoine, l'association Histoire et Patrimoine propose des visites guidées du bourg, le samedi 18 septembre à 10h30, le dimanche 19 septembre à 15h. Encadré par des membres de l'association, d'une durée d'environ 90 minutes, le circuit permet de découvrir l'histoire millénaire, les figures illustres et le riche passé artisanal de ce beau village du nord de la Touraine. La visite empruntera le tracé du circuit patrimonial initié par l'association en 2004, actuellement en cours de rénovation par la municipalité. Sans difficulté particulière, il faut cependant signaler que les marcheurs seront amenés à gravir les Ruettes, l'escalier de l'ancien chemin de ronde.

 

Sur le plan pratique :

L'hôtel de ville, point de départ du parcours

L'hôtel de ville, point de départ du parcours

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2021 6 04 /09 /septembre /2021 18:47
La population a répondu "présente" à cette sympathique manifestation

La population a répondu "présente" à cette sympathique manifestation

Ce samedi 28 août la Commune de Saint-Paterne-Racan avait convié les habitants à fêter sur la Place de la République, dans une ambiance de guinguette, la fin de la période estivale.

Tout au long de la soirée, avec la participation du bar « Le Centre » et le traiteur «  Aux p'tits plats mijotés », plus de 200 personnes ont pu se restaurer en écoutant la musique et en dansant avec le groupe « Balluche Sound System » du collectif La Saugrenue.

Tout cela est possible grâce au soutien de la Région Centre dans le cadre du programme Projets Artistiques et Culturels de Territoires (PACT).

Cette animation, la première possible depuis la rénovation de la Place en 2019, est la premiére étape pour une convivialité retrouvée au cœur de notre village.

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2021 6 14 /08 /août /2021 12:57
Saint-Paterne-Racan : Concert place de la République

Concert du Balluche Soundsystem du collectif de la Saugrenue à Saint-Paterne-Racan place de la République le samedi 28 août 20h30. (Entrée libre, restauration sur place) (Prévoir pass sanitaire) Evènement organisé par la Mairie de Saint-Paterne-Racan.

 

A bord de leur engin insolite, doté d'un arsenal sonore et lumineux extravagant, l'équipage du Balluche Soundsystem, sous le commandement débridé de Sacha de Kracov, nous embarque pour un grand rituel rythmique ! Sorte de marins nomades azimutés, venus d'une cité perdue imaginaire à la Metropolis de Fritz Lang, cet orchestre des temps modernes pose son mix saugrenu où se côtoient dub, valses, tango, swing, dance floor, electro et rock pour une expérience sonique irrésistible. Amateurs de guinche, teufeurs encravatés, gambilleurs du samedi soir, préparez-vous à enflammer la place, car ce soir tout est permis !

La Balluche de la Saugrenue

La Balluche de la Saugrenue

Depuis 12 ans le Balluche de la Saugrenue développe une esthétique unique, entre la tradition du swing/musette et de la chanson réaliste et les musiques actuelles. Sur scène ou en rue (caravane-scène), ils vont à la rencontre d'un public toujours plus large. A l'origine, ce sont 5 musiciens aux racines musicales diverses : musette, swing, reggae, dub, rock et chanson. Leur objectif : dépoussiérer la musique du Paris cosmopolite des années 30 et y insuffler une bonne dose d'actualité ! Réunis en 2006, ils rassemblent compositions et reprises, aux sonorités perdues du musette de l'entre-deux-guerres, pour créer un spectacle musical dynamique et poétique sous la forme d'un concert « saugrenue ». Ils sillonnent alors festivals et villes en France et en Europe, à bord de leur caravane-scène et également sur les plateaux de festivals et enchaînent chansons, reggae-valse, steppin'mazurka et autres swings-dancefloor, transposant ainsi l'atmosphère des caboulots de années 30 à notre époque.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages