Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 13:36
Les élus et porteurs du projet posent devant le bâtiment en restauration avec, en fond, la collégiale.

Les élus et porteurs du projet posent devant le bâtiment en restauration avec, en fond, la collégiale.

Le Pays Loire Nature a engagé sur le territoire une démarche dynamique pour l’utilisation de matériaux biosourcés dans la rénovation de bâtiments. Cette démarche vise à la création d’une filière locale de ce type de matériaux.

Plusieurs collectivités locales se sont lancées dans cette démarche et, la commune de Bueil-en-Touraine a donc fait le choix d’une rénovation respectueuse de l’environnement et aux performances éco-énergétiques pour sa maison du charron. Pour obtenir les subventions nécessaires à la mise en route des travaux, le projet de rénovation énergétique devait permettre d’atteindre la classe énergétique C ce qui, pour du bâti ancien s’avère assez ambitieux. De plus, si une certaine quantité de matériaux biosourcés est utilisée, le porteur de projet peut bénéficier d’une bonification de subventions.

La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales
La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales

La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales

Rémi Tondereau, le maire, a expliqué pourquoi un tel nom pour cette maison datant du XVe siècle et a donné quelques renseignements concernant le bâtiment : « Cet ancien manoir fut construit à la même époque que l‘église paroissiale. Au XIXe siècle, une partie fut enlevée pour pouvoir élargir la rue. Dernièrement, il est resté inoccupé pendant plus de 40 ans et s’est dégradé. Aussi, lors de l’aménagement de la carte communale, la mairie avait décidé de préempter le bâtiment en cas de vente. C’est ce qui a pu se faire il y a deux ans. Le dernier habitant était un charron qui avait son atelier en bas. De là vient le nom que l’on a donné à la maison. Notre but, c’est de conserver un atelier au rez-de-chaussée et un logement à l’étage. Les aides apportées par la Région incitent à utiliser des matériaux biosourcés tels que la chaux, le chanvre, le liège, la laine de bois,… C’est donc la raison pour laquelle nous avons fait ce choix qui rejoint la politique que nous menons sur notre lotissement du Cormier. »

Pour aider au financement des travaux, la commune s’est rapprochée de la Fondation de France et a lancé une souscription. Débutée en 2016, la rénovation est déjà bien avancée.

Cette maison se présente comme un logis rectangulaire avec une tour-escalier polygonale en demi-hors-œuvre constituant son entrée principale desservant les deux niveaux. Au cours des âges, ce bâtiment fut tronqué en hauteur, en largeur et par rapport au sous-sol et fut divisé en deux parcelles. Malgré un état de délabrement important tant extérieur qu’intérieur, la maison a conservé d’intéressants éléments de décoration : quelques restes de joints peints en blanc sur fond ocre, des meneaux aux fenêtres des façades, une belle cheminée,… et une très belle charpente qui vient d’être restaurée et réutilisée au mieux.

Un aperçu de la rénovation en cours
Un aperçu de la rénovation en cours
Un aperçu de la rénovation en cours

Un aperçu de la rénovation en cours

Dans la rénovation, il était convenu de conserver au rez-de-chaussée un espace libre en respectant les parois de l’ancien bâtiment du XVIe siècle alors qu’à l’étage, le plan restait libre pour une utilisation future. La question qui s’est posée était : « Faut-il isoler totalement ou trouver un compromis pour mettre en valeur le bâti ancien ? Pour l’étage, c’est le choix d’une isolation totale qui a été retenu. Au rez-de-chaussée, pour mettre en valeur les éléments patrimoniaux, un enduit chaux-paille qui permet une amélioration d’un point de vue thermique a été plébiscité mais, au départ, la Région n’en voulait pas ! Heureusement, ce choix a été validé par la suite. Une restauration complète des façades a permis de redonner à la maison l’aspect qu’elle avait en 1888, après l’élargissement de la route et de mettre en valeur le maximum d’éléments architecturaux anciens. À l’intérieur, un plancher mixte ossature bois et béton lié à l’ossature permet une bonne gestion de l’acoustique, de la résistance au feu et crée une ceinture qui maintient le bâtiment. Pour ce travail, il y a eu une bonne coordination entre les entreprises de charpente et de maçonnerie. Au niveau du plancher bas, il a fallu gérer le problème de l’hygrométrie ce qui a conduit à la mise en place d’un dallage sur terre-plein avec isolation liège expansé plus plancher chauffant électrique car il n’y a pas d’espace suffisant pour du stockage que ce soit une pompe à chaleur ou des granulés bois. Énergio a fait les études thermiques pour que l’on arrive au but recherché, être en classe énergie C, » expliqua le représentant d’Envirobat Centre.

Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café
Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café

Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café

Pour assister à cette intéressante présentation, une trentaine de personnes s’était rassemblée dans la salle du café-épicerie où un café et des petits gâteaux étaient offerts par la municipalité. Outre les élus des différentes collectivités intéressées par ce projet s’intégrant parfaitement à l’Agenda 21 et au développement durable, les artisans impliqués dans ce chantier, les architectes et les souscripteurs soucieux de la préservation de l’environnement dans la rénovation du patrimoine bâti, on trouvait des artisans ou anciens artisans s’intéressant à ces techniques mais aussi des particuliers assez sensibles à l’utilisation de ces nouveaux matériaux.

À l'intérieur de la maison du charron
À l'intérieur de la maison du charron

À l'intérieur de la maison du charron

Nicolas Thépaut de l'ALE37 donne quelques explications concernant le plafond

Nicolas Thépaut de l'ALE37 donne quelques explications concernant le plafond

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale environnement
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 14:25
L'architecte à gauche explique la construction en ossature bois et isolation paille

L'architecte à gauche explique la construction en ossature bois et isolation paille

Il y a quelques temps, la municipalité de Bueil-en-Touraine avait pris la décision de lancer la construction d’un éco-quartier au lieu-dit « le Cormier ». Mais, comme le précise Rémi Tondereau, maire de la commune : « Nous avons perdu beaucoup de temps à cause d’un constructeur qui nous proposait des maisons en forme de cube, projet qui a été refusé par l’architecte des bâtiments de France à cause de la présence de notre collégiale. a fallu monter un nouveau projet avec des maisons classiques en utilisant la paille comme isolant. » Ce nouveau projet a reçu l’aval des ABF et, en attendant la vente de lots à des particuliers, la municipalité a décidé de construire 2 logements sociaux, un T3 de 66 m2 en rez-de-chaussée et un T4 de 80 m2 avec étage. Le maire explique : «Nous avons fait le choix d’une construction avec des matériaux bio-sourcés dans le cadre de l’aménagement de notre éco-quartier. Le but est de louer ces 2 maisons labellisées PMR (Personnes à mobilité réduite) ».

Il y a quelques jours, la construction a débuté avec l’entreprise Isopaille de Cherré (72). L’entrepreneur explique : « Nous sommes arrivés ce matin et cet après-midi les murs sont montés. Le travail a été préparé en amont par 3 ouvriers, demain nous terminons par le plancher de l’étage et la structure de la toiture. Pour une maison de plain-pied, on peut arriver à être hors d’eau et hors d’air en moins d’une semaine ».

Une construction écologique raisonnée

Dans ce type de construction, les réalisations techniques sont simples, « lo-tech » avec une VMC à simple flux. Des capteurs solaires placés sur le toit au sud et reliés à des ballons d’eau chaude qui alimentent environ la moitié de la production annuelle, assurent la production d’eau chaude, avec un apport électrique pour permettre le complément. Ces maisons bioclimatiques ont un maximum d’ouvertures au midi, ce qui fait que le budget chauffage assuré par un poêle à granulés ne dépasse pas 100 euros par an. Les murs ont 45 cm d’épaisseur avec 35 cm en isolation paille. Ces constructions bénéficient d’une haute résistance thermique. Comme pour les maisons anciennes, la paille fonctionne avec un déphasage de 8 h, ce qui permet de ne pas avoir trop chaud dans la journée l’été. Les murs, sols et plafonds sont isolés, ils absorbent la chaleur et la restituent, l’aération est possible. Yvana Rho, l’architecte mandatée par la municipalité pour ce chantier, est spécialisée en construction écologique raisonnée, elle précise : « Ce type de maison existe depuis longtemps, la plus vieille est centenaire. Le gros point positif, c’est que les frais de chauffage et d’eau chaude sont minimisés et c’est un vrai confort grâce à l’optimisation de l’orientation et des plaques solaires ».

« Je suis allée dans une maison isolée paille avec ossature bois en plein hiver alors que dehors il gelait, à l’intérieur, on était très bien, le poêle à granulés ne fonctionnait même pas » a fait remarquer une habitante du village lors de la visite du chantier.

Les prochains travaux, pose des huisseries, de la couverture et aménagements intérieurs se poursuivront avec des artisans locaux. Ces deux maisons seront disponibles à la location pour la rentrée scolaire prochaine.

Contact mairie au 02-47-24- 44-06 ou « bueil.mairie@wanadoo.fr » Site : www.bueilentouraine.com

Contact architecte : tel : 06-03-41-82-86 ou « ivana.rho@au-d.fr » Site : www.au-d.fr

 

Un aperçu des 2 logements terminés

Un aperçu des 2 logements terminés

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale environnement
commenter cet article
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 14:03

La municipalité de Saint-Christophe souhaite réhabiliter l’aire de loisirs communale et pour cela, investir les jeunes dans le projet. Aussi, la décision de les réunir a été prise et c’est Emmanuelle Hocdé, adjointe chargée des associations et des jeunes, qui fut chargée de mettre en place cette rencontre qui a eu lieu vendredi, en fin d’après-midi, à Beau-Soulage.

« Pour contacter les jeunes de 11 à 17 ans, j’ai utilisé Facebook. Ça m’a permis d’entrer en relation avec certains et, pour les convier à cette réunion, des courriers ont été envoyés aux parents» précise Mme Hocdé.

Une vingtaine d’adolescents avait donc répondu à cette invitation. Pour les écouter et répondre à leurs propos, Emmanuelle Hocdé était accompagnée de deux conseillers municipaux, Emmanuel Couratin et Thierry Hervet-Garcia, et de Laëtitia Rousseau, chargée de la garderie, de la cantine et des TAP, qui connaît bien tous ces jeunes.

Après avoir souhaité la bienvenue à tous et les avoir remerciés pour leur présence, les adultes se sont présentés et ont expliqué le but de cette réunion : « Vous écouter, connaître vos souhaits pour l’aménagement de l’aire de loisirs, vos projets et pouvoir, dans la mesure du possible, vous aider à les réaliser pour que vous vous sentiez bien dans votre commune. » Un temps limite pour les débats fut fixé à l’avance : 45 minutes.

De gauche à droite : E. Couratin, E. Hocdé, T. Hervet-Garcia et L. Rousseau

De gauche à droite : E. Couratin, E. Hocdé, T. Hervet-Garcia et L. Rousseau

Très rapidement, un jeune garçon prit la parole pour demander : « Il faudrait installer un terrain « City » (terrain multisports). Là au moins, on pourrait jouer. Ça nous occuperait. » L’ensemble des jeunes (surtout les garçons) ont vivement approuvé cette proposition. Emmanuelle Hocdé leur fit remarquer qu’il y a déjà un terrain pour jouer au foot mais les remarques fusèrent : « Y a pas de filets autour. L’herbe n’est pas assez rase alors qu’avec un City, c’est du synthétique, il n’y a pas besoin de tondre. C’est sûr qu’avec cette installation, on serait souvent occupé sur le terrain… »

« Bon, ce projet, pourquoi pas ! Mais, il va falloir faire des études, que vous nous en présentiez plusieurs types, que l’on fasse un choix. »

Photos prises sur Internet
Photos prises sur Internet
Photos prises sur Internet
Photos prises sur Internet

Photos prises sur Internet

Propositions émanant des filles : « Il faut d’abord nettoyer la petite maison. Il faut aussi remettre des jeux pour les petits, tout est cassé, sale… Il faudrait respecter le matériel. On pourrait peut-être aussi organiser des soirées comme ça a été fait il y a quelques années.» Ces remarques ont bien été prises en compte par les adultes et la première action commune a été décidée : s’armer du karcher, de balais, de pinceaux et de peinture pour redonner meilleure allure au petit abri qui se trouve à l’entrée du terrain car, comme le dit Emmanuelle Hocdé : « Quand on passe du temps à faire quelque chose, on le respecte. »

L'état actuel des lieux
L'état actuel des lieux
L'état actuel des lieux
L'état actuel des lieux
L'état actuel des lieux

L'état actuel des lieux

Quelques autres propositions ont été retenues : organiser un tournoi de foot, un spectacle pour les petits,… Les idées ne manquaient pas. Elles s’affineront au cours des prochaines rencontres et les jeunes apprendront qu’un projet ne se réalise pas dans l’immédiat mais demande des études de faisabilité, des propositions diverses pour pouvoir comparer avant de prendre une décision finale.

Les jeunes ont bien participé au débat.

Les jeunes ont bien participé au débat.

La réunion s’est terminée autour de quelques boissons, sans alcool bien sûr, et grignotages et les discussions ont pu alors se poursuivre.

La prochaine rencontre a été fixée au vendredi 21 avril, à 18 h 30. Tous les jeunes de la commune qui le souhaitent y sont conviés.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 09:25
Le vote du budget, moment important de la vie locale
Le vote du budget, moment important de la vie locale

Le vote du budget, moment important de la vie locale

Avant d’ouvrir la séance, Catherine Lemaire rappela le décès de Catherine Barbé-Vacchiano, le lendemain de la réunion du conseil, le mois dernier, puis, elle informa les membres du conseil municipal du décès de M. Jean Poussin en faisant un rapide résumé de sa vie d’élu tant sur le plan communal que départemental et régional. Pour chacune de ces personnes, elle invita les personnes présentes à respecter une minute de silence en respect pour leur mémoire.

Après adoption du compte-rendu précédent, les points à l’ordre du jour furent abordés.

Les comptes de gestion et administratif furent adoptés et les élus se penchèrent sur le budget primitif qui fut détaillé ligne par ligne.

En dépenses et recettes de fonctionnement, il s’établit à 1 015 965,87 €.

En dépenses et recettes d’investissement, il s’établit à 717 352,47 €.

Budget adopté.

Vote des taux

Taxe habitation : 13,06 % ; taxe foncier bâti : 18,50% ; taxe foncier non bâti : 65,72 %. Adopté

Indemnité des élus

Le point d’indice passant de 1015 à 1022, une délibération est prise en précisant « avec indice brut terminal ».

Document unique

Il a été établi avec le centre de gestion par groupes de travail pour les employés communaux et porte sur les risques professionnels. Il faudra mettre en œuvre les préconisations retenues et les actualiser.

Voirie

  • Devis Cégelec pour la pose du panneau informatique (terrassement et pose du câble) : 2 146,33 € HT. Accepté.

  • Devis Decolum illuminations : 1002,35 € (Achat d’illuminations recyclées pour augmenter le fond communal). Accepté.

  • Éclairage public : Certains secteurs de la commune sont éteints à partir de 23 h suite aux travaux effectués. Pour que cette extinction soit généralisée, il faudrait prendre une délibération. Certains élus y seraient favorables. Catherine Lemaire précise que de toute façon, elle maintiendrait l’éclairage aux carrefours.

Foyer rural

  • Avenants : peinture moins-value de 2046,80 € ; Deville pour régulation chauffage 3805 € HT. Acceptés

  • Devis matériel et sonorisation : André Lascaud présente trois devis dont un qui est établi par l’entreprise ayant équipé le multimédia de Saint-Paterne. Catherine Lemaire demande à Philippe Guitton qu’il se renseigne pour voir s’il est possible d’obtenir des prix auprès des établissements avec lesquels il travaille. En attendant, une délibération de principe est prise pour équiper le foyer rural sur une base de 9 000 € TTC. Accepté sinon le foyer ne pourrait pas rouvrir.

  • Mission sécurité incendie : Une étude de charpente est à faire (2 100 €) avec une étude de charge. Une prochaine réunion de chantier est prévue le mercredi 5 avril.

  • Cuisine : Emmanuel Couratin présente des devis pour un lave-vaisselle. C’est la société Besnard qui est retenue pour 2 080 € HT.

Bâtiments

  • Devis décoration aire de jeux : Emmanuelle Hocdé présente un devis global de 821,85 € TTC pour décorer le skate-park en s’appuyant sur les jeunes de la commune âgés de 11 à 17 ans sous la conduite d’un graffeur professionnel. Une réunion avec les jeunes est prévue le vendredi 7 avril, à 18 h, à Beau-Soulage. Accepté

  • Devis stores : pour occulter les portes du foyer rural : 849,60 €, pour la garderie : 778,20 €. Accepté

  • Accessibilité pour l’église, la boucherie et le cimetière : diagnostic 700 € HT puis 600 € HT.

Communauté de communes

André Lascaud est désigné en tant qu’élu titulaire à la commission communautaire des impôts directs et Catherine Lemaire comme suppléante.

Catherine Lemaire informe le conseil municipal du recours déposé par la mairie de Neuvy-le-Roi contre la fusion forcée des deux communautés de communes. En effet, cette fusion a fait perdre aux communes de Racan, le bénéfice de la ZRR (zone de revitalisation rurale).La requête est donc en cours pour la suspension de la fusion.

Permanences électorales

Les bureaux de vote se tiendront au foyer rural. Ils seront ouverts de 8 h à 19 h.

Fêtes et cérémonies

Pour la cérémonie du 8 mai, le vin d’honneur aura lieu au foyer rural de même que le repas des anciens du 14 mai. Anna Courtois précise qu’il y a 199 personnes qui peuvent bénéficier de ce repas.

Affaires diverses

L’association du basket demande l’autorisation d’utiliser le terrain de Beau-Soulage pour organiser une brocante le 2 juillet : autorisation accordée.

L’association Histoire et Patrimoine a envoyé un courrier pour présenter le nouveau livre sur la commune qu’elle est en train de préparer et demander si, comme pour le premier livre, la commune souhaite en acheter quelques-uns en souscription. Catherine Lemaire propose aux élus d’en prendre 50. Accepté.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 00:00

Rappelez-vous ! Il y a quelque temps, je vous avais informé sur la présence des 3 stops au carrefour de la rue des Rabines et de celle du Calvaire.

Il y a à peu près un mois, des mâts avaient été scellés, toujours sur la rue des Rabines, au niveau du hameau des Caves Blanches et de l'impasse de la Massicaudière,(donc dans un lieu encore assez rural), et ils étaient toujours en attente du panneau.  Enfin, depuis hier après-midi, nous savons à quel panneau ils étaient destinés.

Je vous en laisse la primeur !

Pour le découvrir, cliquez sur le lien ci-dessous :

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans informations Vie locale
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 09:44

 

 

La prochaine réunion du conseil municipal aura lieu

le vendredi 31 mars, à 20 h 30, à la mairie.

et non le 10 février comme mentionné sur la convocation !

Pour prendre connaissance de l'ordre du jour, ouvrez le fichier ci-dessous :

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 14:48
Lesélus lors de la discussion sur les points à l'ordre du jour
Lesélus lors de la discussion sur les points à l'ordre du jour

Lesélus lors de la discussion sur les points à l'ordre du jour

Vendredi soir, le conseil municipal était réuni quasi au complet puisque les deux membres absents avaient donné un pouvoir.

Le compte-rendu du dernier conseil a été adopté à la majorité des voix (2 abstentions). Puis les différents points à l’ordre du jour se déroulèrent sans problème.

Délibération financière

Une modification à la délibération précédente a été apportée en tenant compte des encours.

Pour la régie de la garderie scolaire, une modification a été apportée par rapport aux cartes de présences. Une carte de 10 présences va s’ajouter à celle de 30 présences.

Catherine Lemaire donne lecture d’une lettre de la préfecture concernant le soutien à l’investissement public rural doté d’un montant de 1,2 milliards d’euros. Elle propose au conseil de délibérer afin de demander une subvention pour, dans le cadre de l’attractivité du bourg, l’installation du panneau numérique ou, à défaut, pour les travaux d’accessibilité de la mairie.

Ensuite, madame le Maire, invite le conseil à délibérer sur le contrat de l’agent embauché au niveau des TAP avec un CAE, sachant qu’il exécute 25,50 heures par semaine. Elle propose de modifier son contrat en CDD du 1er mars au 31 juillet 2017. Elle précise que cette personne doit passer son concours d’ATSEM. La proposition est adoptée à la majorité des voix (1 contre et 4 abstentions).

Bâtiments

  • Foyer rural

Un avenant émanant de l’entreprise Bâti Racan d’un montant de 631,08 € pour :

Percement d’une imposte au-dessus de la porte pour la ventilation (269,34 €) et fabrication du panneau pour la Région partenaire des travaux (361,74 €). Adopté

Contrôle technique

La mission était censée durer 4 mois mais l’achèvement des travaux n’étant prévu que fin mars, il est demandé à la mairie un supplément de 1520 € HT. Thierry Guérin, élu en charge du dossier, précise quil est contre cette augmentation car, pour lui, peu importe la durée de la mission dont le cabinet a la charge. Le chantier doit être suivi du début à la fin des travaux. Après discussion, Catherine Lemaire charge M. Guérin de revoir le contrat avec Qualiconsult en refusant cette augmentation et en renégociant le contrat. Adopté

Voirie

  • Accès Croix Papillon

La municipalité avait prévu de céder un espace de 6 m linéaire sur 20 m linéaire or, pour faciliter l’accès des camions, il faut que la bande soit de 8 m linéaire sur 20 m linéaire. Le coût pour La Croix Papillon sera donc de 800 €. Adopté

  • Demandes de subvention sur les amendes de police

Catherine Lemaire propose que la pose de feux alternat rue du Val Joyeux face l’objet d’une demande de subvention dans le cadre des amendes de police. Adopté (2 abstentions)

  • Demande d’installation d’un commerçant sur la place

Un marchand de crêpes ambulant « La pâte à Greg » demande l’autorisation de s’installer sur la place Jehan d’Alluye, le mercredi de 18 h à 21 h 30. Accordé aux mêmes conditions que pour les autres commerçants.

Intercommunalité : désignation des délégués aux différentes commissions

  • Commission économique

André Lascaud et Catherine Barbé-Vacchiano : élus avec 15 voix

  • Commission communication

Luc Portenseigne et Emmanuelle Hocdé : élus avec 15 voix

  • Commission voirie

Emmanuel Couratin et Jean-Jacques Meunier : élus avec 15 voix

  • Commission sports, loisirs, vie associative

Philippe Guitton (13 voix) et Emmanuel Couratin (15 voix)

  • Commission petite enfance, enfance jeunesse, personnes âgées

Anna Courtois et Adeline Obligis : élues avec 15 voix

  • Commission environnement, Agenda 21, tri des déchets, rivières

Emmanuelle Hocdé, Laëtitia Renault, Marion Pirondeau : élues avec 15 voix

  • Commission bâtiments, gens du voyage, logements

André Lascaud et Jean-Jacques Meunier : élus avec 15 voix

  • Commission culture

Thierry Hervet-Garcia (14 voix), Catherine Barbé Vacchiano (15 voix)

  • Commission tourisme, commerce

Emmanuel Couratin (15 voix), Thierry Hervet-Garcia (14 voix)

Catherine Lemaire informe son conseil municipal d’une possibilité de transférer la compétence PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) à la communauté de communes. Le conseil émet un avis défavorable. (1 abstention)

De même, le conseil s’oppose au transfert à la communauté de communes de la délégation de pouvoir de police du maire.

  • Projet de construction de logements adaptés

La communauté de communes souhaiterait porter ce projet. Catherine Lemaire demande au conseil municipal de continuer avec val Touraine Habitat pour 2 ou 3 logements d’environ 60 m² d’un montant se situant entre 100 et 120 000 € avec possibilité d’obtenir des subventions car ils seront construits sur des terrains communaux. Dans 30 ans, la commune en serait propriétaire alors qu’avec une prise en charge par la communauté de communes ce ne serait pas le cas. Elle propose d’abonder à 5 000 € pour être sûre que les logements reviennent bien à la commune. Adopté

  • Dossier mobilité

Le projet est repris par la communauté de communes Gâtine et Choisilles – Pays de Racan et deviendra un système de covoiturage. De ce fait, le démarrage ne se fera pas avant le second semestre.

Affaires diverses

Après avoir fait part de quelques remerciements reçus en mairie, Catherine Lemaire donna la parole aux élus.

André Lascaud : Au foyer, les artisans en sont au stade des peintures et des finitions. Catherine Lemaire indique que cette salle ne s’appellera plus « Foyer Rural » car il n’y a pas d’association qui adhère à l’association nationale des foyers ruraux. Une discussion commence à s’élever. Pour couper court, elle annonce que ce point sera repris prochainement.

Thierry Guérin : Il fait part d’un premier devis qu’il a établi concernant la pose d’un vidéoprojecteur, d’une sono, d’un nouvel écran pour la salle du foyer.

Et, c’est là que tout se gâte….

Fortement contesté par quelques élus, il s’emporte, lance son dossier sur la table et quitte la salle en lançant : « C’est la dernière fois que je mets les pieds ici ! » et en claquant la porte.

Décision prise de demander plusieurs devis.

Marion Pirondeau : À propos d’élagage par EDF. Quand EDF intervient simplement pour un élagage, c’est gratuit mais, s’il y a abattage de l’arbre, c’est payant. Il faut compter un délai de 6 mois.

Dominique Brocherieux : À quoi servent les 3 stops ? Catherine Lemaire répond qu’ils ont été installés suite à la demande d’un habitant de la rue des Rabines. Emmanuel Couratin précise qu’il y en a encore 2 à venir !

Emmanuel Couratin : Le véhicule qui est stationné depuis quelques temps a été signalé à la gendarmerie. Il sera enlevé par le garage Saint-Gilles. Il faudrait demander aux gendarmes de verbaliser les voitures stationnées sur les trottoirs.

Emmanuelle Hocdé : Je pense à la construction du conseil municipal « jeunes ». Je souhaiterais que certains s’associent au projet (Luc Portenseigne, Emmanuel Couratin). Je réfléchis aussi au forum des associations.

Les pigeons furent aussi évoqués.

Jean-Jacques Meunier : Il y a eu du vandalisme sur l’aire de loisirs (terrain de boules) et à la maternelle.

Catherine Lemaire précise que le bâtiment à usage commercial sur la place va être acheté en vue d’y installer un nouveau commerce sans plus d’informations.

Séance levée à 21 h 45.

 

À savoir : dates des prochaines réunions du conseil municipal

31 mars : vote du budget

28 avril, 19 mai, 23 juin

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 10:10

L'épicerie Bignon

La prochaine réunion du conseil municipal aura lieu

le vendredi 10 février, à 20 h 30, à la mairie.

Pour l'ordre du jour, voir le fichier joint.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 18:15
de gauche à droite: Suzanne Ravisé 90 ans, Colette Piniac (debout) 80 ans, Renée Pineau 92 ans, Ginette Panvert 90 ans, Roger Sionneau 88 ans, Paulette Pavard 85 ans

de gauche à droite: Suzanne Ravisé 90 ans, Colette Piniac (debout) 80 ans, Renée Pineau 92 ans, Ginette Panvert 90 ans, Roger Sionneau 88 ans, Paulette Pavard 85 ans

Il y a tout juste 90 ans, le 21 janvier 1927, naissaient deux petites filles, Suzanne et Ginette, à Dissay-sous-Courcillon, à la Côtière. Ce même 21 janvier 2017, elles étaient toutes les deux à l’honneur, au foyer Bois Soleil de Chemillé-sur-Dême, pour leur anniversaire, entourées de leur famille.

Voyons un peu le parcours de ces jumelles.

Ginette Sionneau, épouse Panvert, est arrivée au Foyer Bois Soleil en janvier 2015. Veuve de Pierre Panvert de Neuvy-le-Roi, ancienne agricultrice, elle a passé toute sa vie au Moulin Foulon. Trois enfants sont venus égayer leur foyer : Jean-Pierre, Francis et Dominique, l’écrivain local bien connu sur le territoire et qui a si bien présenté dans un de ses livres, le Moulin Foulon de son enfance.

Sa sœur, Suzanne Sionneau, épouse Ravisé, est arrivée à Beau Soleil en août 2013, avec son mari, Robert Ravisé, originaire de Bueil-en-Touraine, décédé depuis. Elle fut agent hospitalier au Plessis, puis cantinière à l’école de Bueil. Elle a passé la majeure partie de sa vie à Bueil-en-Touraine où son mari était cantonnier.

Que les deux jumelles de 90 ans soient réunies dans le même EHPAD, c’est assez exceptionnel mais que sur les huit enfants nés dans le foyer des Sionneau à Dissay-sous-Courcillon, six, dont les âges vont de 80 à 92 ans, soient encore vivants et se soient retrouvés pour cet anniversaire, c’est extraordinaire. Pour que la fête soit réussie, Renée Pineau, leur sœur aînée, 92 ans, ancienne agricultrice au Gué du Roi à Villebourg, elle-même résidente au Foyer Bois Soleil, s’est facilement jointe à elles. Mais, les trois autres frère et sœurs, tous veuf ou veuves, n’ont pas hésité à se déplacer pour cet événement : Colette Piniac du Mans, Roger Sionneau de la Côtière à Dissay-sous-Courcillon et Paulette Pavard venue en voisine puisqu'elle habite le bourg de Chemillé.

Au cours de leur vie, les deux jumelles ont vu leurs maris partir ensemble en Allemagne pour le STO, comme le raconte Dominique Panvert dans son dernier ouvrage « Allons Enfants », à la page 269. Ils y sont restés de 1943 à 1945.

Le Foyer Bois Soleil est habitué à ce genre de festivités. Il y a une dizaine de jours, ce sont les 100 ans d’un de leurs pensionnaires, Henry Tremblay, qui ont fourni l’occasion d’une sympathique cérémonie.

Souhaitons longue vie encore à ces personnes et à leur famille que chacun des lecteurs de Dominique Panvert peut replacer dans son environnement grâce aux récits qu’il a faits de la vie rurale de ce territoire où ils sont ancrés.
 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 19:59

 

Depuis quelques jours, une session « Visa anglais » s’est mise en place au multimédia. Ces sessions, entièrement financées par le Conseil Régional, peuvent accueillir 12 participants et durent 6 semaines. Il n’y a qu’une seule session par an. Pour le moment seules 9 personnes bénéficient de cette formation. La plupart d’entre elles avaient déjà suivi une première session précédemment pour mieux cibler leurs connaissances de base dans cette langue.

Aussi, le but de cette session est de conforter les bases de la langue anglaise. Pour cela, Madame Khaled, privilégie l’expression orale. Une des participantes précise : « Il y a une bonne stimulation entre nous. » La formatrice est payée par l’AFPP de Tours (association de formation professionnelle polytechnique de Touraine). Depuis sa création en 1986, l'AFPP de Touraine est au service de l'emploi et de la formation pour accompagner les individus dans l'évolution de leurs compétences individuelles et collectives.

La soirée était consacrée au langage autour d’un thème précis. Chaque personne avait une feuille photocopiée intitulée : « Au restaurant ». Après un moment de réflexion, chacun devait se lancer et se mettre en situation pour appeler un serveur et passer une commande.

Quel est le but recherché par les participants à ces visas ?

Bien évidemment, devenir plus autonome dans un environnement linguistique autre que le français et pour cela, être capable de lire, comprendre et répondre à des messages, pouvoir lire des notices, des panneaux d’affichage, téléphoner, faire des réservations, prendre différents types de transports, et participer à une conversation.

Grâce aux conversations mises en place entre les participants par la formatrice, ceux-ci pourront acquérir une meilleure approche linguistique en corrigeant leurs erreurs lexicales, grammaticales, syntaxiques ainsi que les règles des temps en relation avec les activités et les tâches proposées.

L’impression qui ressortait lors de cette visite, c’est que chacun essayait de bien participer et que cela se passait dans un bon climat de confiance entre Madame Khaled et ses apprenants.

La Région Centre propose 6 Visas Libres savoirs qui couvrent l'ensemble des compétences essentielles pour être autonome dans la vie quotidienne, retrouver ou conserver un emploi... En accès libre et gratuit, ces formations régionales aux savoirs de base s'adressent à tous les habitants du territoire (adultes ou jeunes de plus de 16 ans sortis du système scolaire). Leur contenu est adapté au niveau et aux besoins de chacun. De plus, certaines formations peuvent être effectuées à distance, par Internet.

 

Visa anglais au multimédia

Lundi de 19 h 30 à 21 h 30

Mardi de 18 h 30 à 21 h 30

Renseignements : 02 47 29 24 01

 

Les participants au visa anglais avec au centre, Mme Khaled, formatrice

Les participants au visa anglais avec au centre, Mme Khaled, formatrice

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages