Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 10:04

Pour la deuxième année consécutive, l’association Histoire et Patrimoine avait décidé d’ouvrir à la visite la petite chapelle Saint Gilles dans le cadre des Journées du Patrimoine. Le public est venu nombreux le samedi après-midi, à commencer par le soleil qui a réjoui tous les présents. Cent cinquante personnes ont franchi les portes de la chapelle. Il faut dire qu’il y avait beaucoup à voir : la visite de l’édifice tout d’abord, encadrée par Fabrice Mauclair et Philippe Larus, mais également la présentation de la très belle exposition de lettres autographes (George Sand, Alphonse Daudet, Anatole France, Pierre Loti…) de Thierry Albert et Jean De Rycke.

À l’extérieur, sous un barnum, on pouvait acheter les publications de l’association et tout particulièrement la dernière d’entre elles : un beau livre de 200 pages, Si Saint-Christophe m’était conté…, dont ce 16 septembre marquait la sortie officielle. Joël Tanter, historien de Château-la-Vallière, était également présent avec ses ouvrages. Hermensia, venue en voisine, proposait ses chapeaux et articles artisanaux au bénéfice de son association colombienne.

La chapelle Saint-Gilles sous le soleil

À 17 heures, l’inauguration de l’exposition et le lancement du livre ont donné matière à quelques prises de paroles en présence de Catherine Lemaire, maire de Saint-Christophe-sur-le-Nais, et de Jean-Pierre Poupée, maire de Saint-Paterne-Racan. Plusieurs élus et responsables associatifs étaient également présents. Philippe Larus, président de l’association, a remercié la municipalité pour son intérêt et son soutien aux actions menées par Histoire et Patrimoine.

L'exposition des autographes et le nouveau livre de l'association.
L'exposition des autographes et le nouveau livre de l'association.

L'exposition des autographes et le nouveau livre de l'association.

 Il a présenté Camille Belloc, la maquettiste du nouveau livre avant de lui offrir un exemplaire bien mérité accompagné d’un petit cadeau.

Fabrice remet à Camille, la maquettiste, un exemplaire du nouveau livre.

Puis ce fut le moment des échanges et des discussions, un verre de jus de pomme ou de pétillant à la main, devant la façade ensoleillée de la chapelle Saint Gilles.

Les élus et les membres de l'association réunis pour les discours suivis d'un moment de convivialité.
Les élus et les membres de l'association réunis pour les discours suivis d'un moment de convivialité.

Les élus et les membres de l'association réunis pour les discours suivis d'un moment de convivialité.

Le lendemain, une cinquantaine de visiteurs a également fait le déplacement pour admirer la chapelle et le magnifique jardin du clos Saint-Gilles et pour la plupart, récupérer le nouveau livre de l’association, nouveau livre qui a permis à l’association de participer au Trophée des Initiatives locales du Crédit Agricole, dans la catégorie culture, et de voir son projet retenu. Nous aurons l’occasion d’en reparler prochainement.

 

Pour se procurer le livre, vendu 20 € (hors frais de port), contacter l'association par mail : histoire.patrimoine37@laposte.net

 

sur son site Internet : https://histoire-patrimoine.jimdo.com/

 

ou auprès du président, par téléphone : 02 47 29 33 18

Repost 0
8 septembre 2017 5 08 /09 /septembre /2017 17:49

La chapelle Saint-Gilles accueillera l'exposition "Autour du livre"

À l’occasion de la sortie de son deuxième ouvrage, l’association Histoire et Patrimoine vous invite à assister les Samedi 16 et Dimanche 17 septembre, à la chapelle Saint Gilles, à une série d’animations « Autour du livre ».

Une exposition de lettres originales de nombreux auteurs, collectionnées par deux membres de l’association, sera présentée dans la chapelle. On pourra ainsi découvrir des écrits de George Sand, Théophile Gautier, Anatole France, Guy de Maupassant, Daphné du Maurier…

La chapelle, ainsi que les jardins voisins du clos Saint Gilles, seront en accès libre pendant les deux jours de 14h à 18h. Une visite guidée de la chapelle et de l’exposition sera proposée chaque jour à 15h et 16h (également à 17h le dimanche).

Le vernissage de l’exposition aura lieu le samedi à 17h. Il sera suivi de la présentation du livre « Si Saint-Christophe m’était conté… ». Les souscripteurs pourront alors retirer les ouvrages commandés (À noter que le livre sera encore vendu au prix de souscription, 16 euros, tout au long du week-end). L’après-midi se terminera par un verre de l’amitié.

La Chapelle Saint Gilles se trouve sur la petite route (D438) qui monte de Saint-Christophe en direction de la route du Mans à Tours (D938). Du bourg, elle est indiquée au départ du carrefour de la voie de chemin de fer.

Entrées libres et gratuites

Renseignements complémentaires au 02 47 29 33 18

https://histoire-patrimoine.jimdo.com/

Repost 0
3 septembre 2017 7 03 /09 /septembre /2017 16:33

Samedi, dès 10 h, les visiteurs se pressaient pour venir rencontrer les associations locales, présentes dans la salle Beau-Soulage, à l’occasion du premier forum des associations. Cette manifestation organisée par la municipalité de Saint-Christophe-sur-le-Nais, à l’initiative d’Emmanuelle Hocdé, adjointe en charge des associations et de la communication, comme le soulignera Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune, lors de son discours en fin de matinée.

Emmanuelle Hocdé, très occupée, à l’écoute de tous, allait d’un stand à l’autre pour s’assurer que les associations étaient bien installées et que tout se passait bien.

« Ce forum m’a demandé pas mal de temps de préparation en amont entre la concrétisation du projet et sa réalisation. Il a fallu envoyer des courriers pour contacter les associations du secteur et d’autres qui, bien qu’étant en dehors du territoire, présentent un intérêt au niveau de leurs activités, les réunir afin de bien exposer le projet et le déroulement du forum. Vous savez, il y a eu 94 invitations et nous avons une vingtaine d’associations présentes aujourd’hui. Je trouve que pour une première fois ce n’est pas mal. Il y a deux associations qui n’ont pu être présentes mais qui étaient intéressées : l’association Malaury et l’Expression corporelle. Ce matin, il y a aussi un forum à Neuvy-le-Roi, ce qui enlève quelques associations. Ici, il va se dérouler sur la journée aussi, le comité des fêtes de la commune s’est investi dans la buvette et un peu de restauration rapide. »

Faisons un petit tour de salle à la rencontre des associations présentes, toutes avec le même but : se faire connaître, présenter leurs activités, qu’elles soient sportives, culturelles ou caritatives, et dans la mesure du possible, trouver de nouveaux bénévoles et adhérents.

Les associations communales :

La bibliothèque municipale qui augmente ses heures d’ouverture avec des animations pour les enfants, la mise en réseau, avec Laëtitia Rousseau. Des ateliers informatiques dans la salle située à côté de l’agence postale seront proposés aux enfants et aux adultes (voir la mairie). Une assemblée générale aura lieu le 7 septembre, pour présenter les nouveaux projets et le nouveau fonctionnement de la bibliothèque. Soyez nombreux à y assister

L’APE recherche des bénévoles pour faire vivre l’association et aider ainsi les enseignantes au financement de leurs projets notamment pour l’année scolaire prochaine avec le projet de cirque. Leurs prochaines manifestations : une bourse aux jouets et un marché de Noël.

Le Cercle des Amis qui tenait à préciser que dorénavant, les associations regroupant les « Anciens » adhèrent à Génération Mouvement, ce qui signifie qu’il n’y a plus de limite d’âge pour adhérer et que contrairement aux Aînés ruraux, il n’est plus nécessaire de venir du milieu agricole. Leurs activités : la belote et des travaux manuels (couture, broderie,..)

 

Les Danseux du Nais, groupe folklorique qui participe à l’animation de certaines fêtes communales et qui recherche de nouveaux danseurs pour étoffer le groupe.

Histoire et Patrimoine dont le but est de connaître et faire connaître l'histoire de ce village millénaire situé au nord du département, à la frontière de la Sarthe. Chaque année, l’association propose une ou deux conférences, une randonnée et une promenade crépusculaire. Toutes ses animations sont gratuites. Un second livre, à l’actif de l’association, doit sortir lors des journées du patrimoine. L’association sera présente à la chapelle Saint-Gilles pour ces journées.

Les Jeunes de Saint-Christophe, un petit groupe d’une dizaine allant de 10 à 18 ans qui, aux côtés d’Emmanuelle Hocdé et de Thierry Hervet-Gracia, s’investissent un peu pour mener à terme des projets dont ils ont eu l’idée comme le nettoyage et la peinture du local du terrain de sport afin d’avoir leur propre local. Ils aimeraient que d’autres jeunes les rejoignent.

 

Les associations intercommunales :

Beaucoup sont à vocation sportives comme :

Le GSPC Basket club qui a bien remonté ses effectifs et qui souhaitent recruter des jeunes et même des « babies ». Les dirigeants ont toujours comme objectif l’échange avec la Martinique dont deux de leurs joueurs sont originaires. Pour cela, ils multiplient les animations (à venir, une randonnée et un grand loto).

L’UCTSPC, union cyclotouriste qui propose deux activités : la randonnée pédestre le dimanche matin tous les 15 jours et le mardi soir pendant l’été et les sorties cyclos. Chaque année, il y a une sortie sur plusieurs jours. On leur doit aussi, cette année, l’organisation de la Sainpatophe qui sera reconduite le 19 août 2018.

La gymnastique volontaire qui annonce des changements : de nouveaux animateurs et un changement de jour pour la zumba et le step à Saint-Christophe (le lundi au lieu du mardi).

Le tennis club qui se désole de voir ses effectifs baisser et qui souhaiterait les voir remonter. Pour cela, il faudrait que lorsque des enfants deviennent joueurs, leurs parents le soient aussi pour qu’ils puissent jouer ensemble ! Les leçons sont données par un professeur diplômé.

Lady’s orientale danse, vient de Château-du-Loir mais donne des cours à Neuvy-le-Roi. L’association propose de la gymnastique rythmique, de la danse orientale moderne, des cours maman bébé, de l’éveil corporel jeune enfant.

Les guidons gaulois, association non subventionnée, cherchent à se faire connaître. Ils regroupent des amateurs de motos, cultivent la convivialité, la bonne humeur. Ils se définissent comme une association épicurienne !

Mais, il y en a d’autres :

Les Joyeux de l’Escotais qui régalent chaque année un immense public lors de leurs séances théâtrales. Le nouveau bureau aimerait ouvrir de nouvelles pistes, créer des ateliers théâtre,… sans abandonner bien sûr ce qui fait leur succès.

L’atelier créatif qui compte 20 membres de 20 à 60 ans mais qui cherche de nouvelles recrues pour avoir de nouvelles idées de création.

L’association Familles rurales qui présentait le défi « Manger bio et local » qui va se mettre en place sur le territoire de Racan le 30 septembre et le café des aidants, moment convivial d’échange et d’information.

Saint-Christophe-sur-le-Nais, le forum des associations : une première bien réussie
Saint-Christophe-sur-le-Nais, le forum des associations : une première bien réussie

Épisode, l’épicerie solidaire, qui présentait avec ses bénévoles et les bénéficiaires des jardins partagés, le produit de leurs récoltes et des gâteaux maison. De nouveaux bénévoles seraient les bienvenus au sein de l’équipe actuelle !

Dans la salle, on pouvait voir le stand de Contact FM, la radio étant désormais partenaire des manifestations communales.

Saint-Christophe-sur-le-Nais, le forum des associations : une première bien réussie
Saint-Christophe-sur-le-Nais, le forum des associations : une première bien réussie
Saint-Christophe-sur-le-Nais, le forum des associations : une première bien réussie

À l’extérieur, les JSP du Racan, qui cherchent aussi de nouveaux éléments, présentaient quelques gestes de secours à la personne.

Beaucoup d’associations étant à vocation intercommunale Saint-Christophe – Saint-Paterne, Jean-Pierre Poupée, maire de Saint-Paterne, accompagnée de son adjointe, Brigitte Lamandé, est venu en voisin visiter ce premier forum christophorien.

En fin de matinée, avant d’inviter tous les participants à un vin d’honneur, Catherine Lemaire remercia tout d’abord Emmanuelle Hocdé, puis toutes les associations présentes et les personnes venues les rencontrer. « C’est un temps de dialogue entre la municipalité et les associations et entre les associations entre elles. Le tissu associatif crée un ancrage sur le territoire pour favoriser les échanges et le développement culturel et sportif. Vu la réussite de ce premier forum, je vous donne rendez-vous pour la deuxième édition en 2018. »

Ensuite, chaque association fut invitée à se présenter.

Repost 0
27 août 2017 7 27 /08 /août /2017 11:04

Le clos Saint-Gilles, sis à Saint-Christophe-sur-le-Nais, avait ouvert l’an dernier les portes de son superbe jardin aux visiteurs lors des journées du Patrimoine. Cette année, ses habitants souhaitent renouveler cette ouverture des portes, mais aussi faire profiter les visiteurs de quelques-uns des trésors qu’ils ont amassés au fil des ans et qui constituent la plus importante partie de leurs collections.

En entrant dans la salle à manger, ce sont de multiples lettres émanant de personnes célèbres, auteurs littéraires notamment, mais aussi acteurs et artistes. Plusieurs de ces missives portent la signature de quelques écrivains régionaux tels que Courteline, George Sand, Jouhandeau,...et Daphné du Maurier qui avait tissé des liens avec Saint-Christophe-sur-le-Nais, berceau d’une de ses aïeules.

Cette superbe collection, amassée par Thierry, compte une soixantaine de lettres, documents et envois (livres, autographes, dédicaces, éditions originales numérotées).

Thierry présente une partie de sa collection avec une mise en scène dans la perspective de sa future exposition.

Thierry présente une partie de sa collection avec une mise en scène dans la perspective de sa future exposition.

Comment vous est venue l’idée de vous lancer dans une telle collection ?

Je dois avouer que ce fut vraiment l’effet du hasard. En 1996, nous nous trouvions à Toulouse, et j’ai assisté à une vente aux enchères à l’hôtel Dieu. Une lettre autographe de George Sand et une de Théophile Gautier, nos auteurs préférés, étaient proposées à la vente. Je me suis laissé tenter et j’ai remporté l’enchère. La possession de ces deux lettres me donnait l’impression d’avoir ramené un talisman à la maison. Du coup, l’idée de continuer à chercher a pris corps et, jusqu’en 2008, au moment de la crise financière, j’ai pu acquérir, de façon assez régulière, la plupart des documents que vous voyez pour un prix assez raisonnable. Mais, depuis cette date, les prix ont augmenté.

Où trouvez-vous ces documents ?

Je consacre environ 2 heures par jour à mes recherches sur Internet et auprès d’un expert de chez Drouot. Récemment, sur un vide-grenier, j’ai trouvé un acte très ancien. Il m’arrive aussi de trouver quelques beaux livres anciens avec parfois quelques surprises à l’intérieur.

Avez-vous quelques anecdotes relatives à votre collection ?

Oui, bien sûr. Pour vous donner un exemple : il y a eu un différend entre Jouhandeau et Montherlant. Il se trouve que nous avons un billet contenant la conclusion de ce différend avec un brouillon signé de Jouhandeau et la lettre de Montherlant !

De même, pour Sarah Bernhardt. Nous avons la lettre qu’elle a envoyée à Monsieur Isola, l’acheteur, lors de la vente de son théâtre.

Thierry présente un dessin original de Jean Cocteau.
Thierry présente un dessin original de Jean Cocteau.

Thierry présente un dessin original de Jean Cocteau.

Comment être sûr que ces documents sont bien des originaux ?

La plupart des lettres de ces auteurs sont éditées et répertoriées dans des ouvrages qui reproduisent l’intégralité de leur correspondance. Ces lettres présentent beaucoup d’intérêt. Certaines, bien que connues, sont parfois perdues de vue. Aussi, quand le hasard fait que l’on en retrouve une, imaginez l’immense joie que l’on ressent !

Vous avez d’autres collections je crois ?

C’est exact. Je recherche des livres anciens, de vieux menus et tout ce qui a un rapport avec l’art religieux. C’est essentiellement dans les vide-greniers que je chine ces objets.

Exposez-vous parfois vos collections ?

L’an dernier, pour les journées du Patrimoine, j’avais placé plusieurs objets en lien avec l’art religieux pour orner la jolie chapelle Saint-Gilles. Cette année, ce sont mes lettres et autographes qui seront exposés dans la chapelle car, le thème retenu pour les journées du patrimoine 2017, c’est « Autour du livre ».

Une partie de la collection sur l'art religieux
Une partie de la collection sur l'art religieux
Une partie de la collection sur l'art religieux

Une partie de la collection sur l'art religieux

Parmi toutes les dédicaces, en avez-vous qui vous sont spécialement dédiées ?

Oui, une de Bernard Pivot. En 1992, nous habitions alors à Rome et nous l’avions rencontré et ce fut ma première dédicace ainsi rédigée : «à Thierry, Français exilé avec bonheur à Rome. (Et si les meilleurs nous quittent, qu’allons-nous devenir ? Cordialement. » Récemment, au mois d’avril dernier, il est venu à Château-du-Loir, je suis allé le voir et il m’a dédicacé son nouveau livre en ces termes : « à Thierry. Ma mémoire n’en fait qu’à sa tête et grâce à vous se rappelle quelques jolis moments passés à Rome, à la villa Médicis. Bien sympathiquement.»

Dédicaces de Bernard Pivot

Dédicaces de Bernard Pivot

Notre rencontre se termina par cette phrase qui résume bien le ressenti que l’on a pu avoir au cours de nos échanges : « Vous savez, pour moi, cette collection, c’est ma passion. J’y passe beaucoup de temps mais c’est toujours avec énormément de plaisir ! »

Voici un aperçu des auteurs, en plus de ceux déjà cités, dont Thierry possède au moins un document orné de la signature de l’auteur : Lamartine, Loti, Gide, Giono, Sainte-Beuve, Cocteau, Jean Marais, Maupassant, Rodin, Aragon, Elsa Triolet, Simone de Beauvoir, Françoise Sagan, Jean d’Ormesson et de nombreux autres…

 

Exposition visible les 16 et 17 septembre, à la chapelle Saint-Gilles, à Saint-Christophe-sur-le-Nais.

 

La chapelle Saint Gilles

Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 20:32

Suite à deux drames qui l’ont frappé à quelques années d’intervalles, la perte de son épouse suivie de celle de son fils René, Eugène Hilarion, ancien enfant indigent de Saint-Christophe, ayant fait fortune à Paris, se retrouvant seul à l’âge de 61 ans, va se tourner vers son village natal et le faire bénéficier de sa fortune.

« En 1902, il offre un vitrail à l’église en souvenir de sa famille. L’année suivante, le 15 juin 1903, le Conseil Municipal de Saint-Christophe adresse un témoignage de reconnaissance et de profonde gratitude à Eugène Hilarion, qui a doté l’hôtel de ville d’une horloge monumentale perfectionnée, d’un gracieux campanile, d’un élégant escalier, d’une peinture dont il est l’auteur, ainsi que diverses améliorations et embellissements qui en font un monument remarquable pour un petit pays, excitant l’admiration de tous les visiteurs » extrait d’une plaquette d’Histoire et Patrimoine parue en 2001.

Ce beau campanile qui se dressait orgueilleusement au-dessus de l’hôtel de ville a, malheureusement, subi les outrages du temps. L’étanchéité avait disparu et d’importantes fuites d’eau étaient apparues ces dernières années, faute d’un entretien régulier.

 

Aussi, en 2016, la municipalité fut obligée de prendre la décision de redonner son étanchéité au campanile. Des dossiers ont été montés, des artisans consultés. En attendant que les travaux puissent débuter, le campanile avait été recouvert par une bâche verte clouée sur le zinc lui enlevant ainsi toute possibilité de réemploi. L’entreprise Martineau de Saint-Paterne-Racan qui, à l’issue des consultations, remporta le marché, avait laissé entendre qu’elle ne pourrait pas entreprendre les travaux avant le printemps car le travail du zinc nécessite une certaine température minimale.

Enfin, depuis le début de la semaine, les échafaudages ont été mis en place et les travaux ont commencé. D’ici quelques jours, le campanile de Saint-Christophe, aura retrouvé toute sa beauté pour de nombreuses années.

Grâce à Eugène Hilarion, la commune possède un beau patrimoine qu’il faut savoir préserver et entretenir.

À Saint-Christophe, le campanile retrouve une seconde jeunesse
À Saint-Christophe, le campanile retrouve une seconde jeunesse
À Saint-Christophe, le campanile retrouve une seconde jeunesse

Quelques chiffres :

Restauration du campanile avec réfection partielle de la charpente et de la toiture : 45 000 €

Subventions du FDSR et de la DETR : 50% du montant de la rénovation du campanile.

La municipalité est en pourparlers avec son assureur pour la partie toiture.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale histoire patrimoine
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 16:52

Après avoir fait découvrir le Pays de Racan aux amateurs de randonnées enrichissantes sur le plan tant historique que patrimonial, les membres du CA de l’association christophorienne « Histoire et Patrimoine » ont décidé d’élargir un peu le territoire à découvrir et, comme l’a dit le président, Philippe Larus, à la quarantaine de randonneurs présents : « Nous étendons depuis quelques années notre champ d’action. Nous étions l’an dernier à Château-la-Vallière avec Fabrice, l’année précédente à Château-du-Loir avec Lionel. Nous quittons cette année les milieux semi-urbains pour renouer avec la vraie randonnée de campagne. » Puis suivirent les remerciements d’usage aux diverses personnes ayant contribué à l’organisation de cette randonnée.

Il faut dire que la visite de Sonzay présentait pour les adhérents d’Histoire et Patrimoine et les amis d’Autour de la collégiale de Bueil présents ce jour, un certain intérêt. Écoutons Philippe Larus : « Nous sommes très heureux, nous qui nous intéressons de longue date à la famille de Bueil et au poète Racan, de découvrir avec vous tout à l’heure les extérieurs du château de La Motte. Racan est venu ici, chez sa cousine, Anne de Bueil qui fut sa bonne fée, sa protectrice. Elle le recueille tout enfant à la mort de ses parents et le conduit à Paris car elle est mariée à Roger de Saint Lary, duc de Bellegarde, un grand du royaume, intime du roi Henri IV. Et c’est là que Racan, adolescent, rencontrera le poète Malherbe qui va en quelques années l’initier à son art… »

Prêts pour le départ
Prêts pour le départ

Prêts pour le départ

Cette entrée en matière faite, les marcheurs se sont mis en route parmi les vergers et ont pu découvrir assez rapidement une belle petite loge de vigne bien entretenue. Cette première halte fut l’occasion de relater brièvement l’histoire de Sonzay : « Le nom de Sonzay est connu dès le IXe siècle. L’occupation précoce du territoire est attestée par la découverte d’outils du Néolithique, ici même, aux étangs de La Motte-Sonzay. Au Xe siècle, Hugues d’Alluye, seigneur de Saint-Christophe et de La Motte-Sonzay, offre une partie des domaines du territoire de Sonzay aux moines défricheurs de Marmoutier. Ces derniers fondent le prieuré à l’origine du bourg. »

Première halte : la loge de vigne
Première halte : la loge de vigne
Première halte : la loge de vigne

Première halte : la loge de vigne

Après cette courte pause, tout le monde se remit en marche vers une surprise annoncée par le président. Et quelle surprise ! La belle loge de bruyère de Cheray, découverte lors du repérage de la marche par quelques organisateurs. « Cette loge, » selon le propriétaire, « aurait entre 100 et 150 ans. Elle est constituée de perches d’acacias et de châtaigniers. Elle mesure 13 mètres de long pour 6 de haut. » Il l’a restaurée il y a peu de temps.

Seconde halte : la loge de bruyère
Seconde halte : la loge de bruyère
Seconde halte : la loge de bruyère

Seconde halte : la loge de bruyère

Et, pour les membres d’Histoire et Patrimoine, une autre surprise était au rendez-vous : des silex branchus tels que le docteur Guignard décrivait dans un bulletin de la Société archéologique de Touraine en 1880 : « Une bien curieuse découverte : des os fossiles ayant dû appartenir à de grands mammifères antédiluviens trouvés sur la commune de Saint-Christophe… »

Thierry montre le "silex branchu"

Thierry montre le "silex branchu"

Après que chacun ait pu apprécier ces découvertes, les marcheurs reprirent leur route jusqu’à un carrefour indiquant la direction « Le Gast ». Ce lieu-dit abrite une ancienne commanderie de templiers, devenue la propriété de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem, avant d’être rattachée à la commanderie de Ballan. Les bâtiments ont été transformés en exploitation agricole depuis plusieurs siècles. Le seul vestige de l’ancienne commanderie est une chapelle gothique, datant du XIIIe, dont la façade est percée d’une porte en arc brisé.

Troisième halte au carrefour du Gast

Troisième halte au carrefour du Gast

À l’arrivée dans le bourg, c’est devant le kiosque à musique daté de 1882, qu’eut lieu un nouvel arrêt. C’est Fabrice Mauclair qui prit la parole pour parler de ce bâtiment et de la société de musique de Sonzay : « Ce kiosque octogonal, une des curiosités de Sonzay, est construit sur une base de laitiers provenant de l’exploitation de minerai de fer de Château-la-Vallière. Ce pavillon a toujours servi de local pour la fanfare. L’harmonie Sainte-Cécile de Sonzay a été fondée en 1868 par Valentin Fouquet. Depuis sa fondation, peu de chefs se sont succédé à sa tête. De père en fils pendant plus d’un siècle, ils sont au nombre de cinq seulement avec, entre autres, un artiste de haute qualité, poète et musicien : Félix Gajard qui marqua la société de sa forte empreinte pendant quarante ans. »

Halte devant le kiosque à musique
Halte devant le kiosque à musique

Halte devant le kiosque à musique

Ce Félix Gajard a eu un fils qui a donné son nom à une rue du village « la rue Dom Gajard ». Ce religieux a sa photo dans l’église Saint Genest du XIIe siècle, édifice que les marcheurs ont pu visiter et y admirer un vitrail du XVIe et de belles statues.

Philippe montre l'évolution de l'église
Philippe montre l'évolution de l'église
Philippe montre l'évolution de l'église
Philippe montre l'évolution de l'église

Philippe montre l'évolution de l'église

Ensuite, petite halte devant deux beaux piliers d’entrée à la Jabinière. Les jabinières étaient au XVe et XVIe siècles des fossés ou douves de 3 mètres de profondeur, qui entouraient le bourg.

L'entrée de La Jabinière

L'entrée de La Jabinière

Un petit arrêt devant l’un des lavoirs communaux dont la particularité provient du fait qu’il est alimenté par la source de Saint Genest, ainsi appelée car, selon la légende, elle permettrait grâce au saint, de redonner la vue aux aveugles.

Un des lavoirs de Sonzay alimenté par la source Saint Genest avec quelques occupants privilégiés !
Un des lavoirs de Sonzay alimenté par la source Saint Genest avec quelques occupants privilégiés !
Un des lavoirs de Sonzay alimenté par la source Saint Genest avec quelques occupants privilégiés !
Un des lavoirs de Sonzay alimenté par la source Saint Genest avec quelques occupants privilégiés !

Un des lavoirs de Sonzay alimenté par la source Saint Genest avec quelques occupants privilégiés !

L’heure avançant, il fallut accélérer un peu le pas mais cela n’empêcha pas de remarquer une maison bien fleurie et possédant un linteau original présentant Bacchus.

Honneur à Bacchus !
Honneur à Bacchus !

Honneur à Bacchus !

À partir de là, deux kilomètres de marche sans arrêt jusqu’au moulin de Varennes où un poème de Félix Gajard fut lu par Monique Royer ....

Lecture du poème de Félix Gajard
Lecture du poème de Félix Gajard

Lecture du poème de Félix Gajard

...avant d’atteindre le château de La Motte pour y découvrir les extérieurs et d’en avoir un petit historique : « Ancienne châtellenie qui relevait des châteaux de Tours et La Vallière. Il a appartenu à la puissante famille de Bueil. Pierre de Bueil entreprend la construction d'un chastel en 1380. Construit à l'emplacement d'un édifice féodal des XIIe et XVIe siècles, par Antoine de Loubes, panetier du roi, le château s'élevait primitivement sur un plan quadrangulaire. Quatre tours renforçaient les angles et l'accès se faisait par une poterne avec pont-levis. Au XIXe siècle, les deux ailes joignant la tour de la chapelle furent abattues et la cour devint une terrasse. Sur cette terrasse se développent deux façades du XVIe siècle, séparées par une tour polygonale renfermant l'escalier, dont la construction paraît remonter au XIXe siècle et qui a conservé une porte gothique avec fleuron et pinacles. »

Fin de la randonnée dans la cour du château de La Motte.
Fin de la randonnée dans la cour du château de La Motte.
Fin de la randonnée dans la cour du château de La Motte.
Fin de la randonnée dans la cour du château de La Motte.

Fin de la randonnée dans la cour du château de La Motte.

Et, pour terminer cette matinée bien remplie à la découverte de Sonzay, chacun fut invité à partager le verre de l’amitié offert par l’association « Histoire et Patrimoine ».

Prochaine manifestation :

Promenade crépusculaire : samedi 1er juillet, à 18 h. Découverte des lieux-dits de Saint-Christophe.

 

 

Le verre de l'amitié termine cette matinée
Le verre de l'amitié termine cette matinée
Le verre de l'amitié termine cette matinée

Le verre de l'amitié termine cette matinée

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire patrimoine
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 08:27

Lors de la première réunion du bureau du club d’histoire locale Jean Benoit pour la saison 2016-2017, le président, Daniel Chollière, proposa aux membres une sortie aux archives nationales de la SNCF, au Mans. La plupart d’entre eux trouvèrent l’idée excellente et un rendez-vous fut pris pour cette visite.

Mardi dernier, ce sont onze personnes qui se sont retrouvées pour se rendre sur les lieux. Un accueil chaleureux fut réservé au groupe qui fut reçu dans la salle de conférence où trois petites vidéos leur furent présentées avant de parcourir et découvrir les richesses contenues sur le site.

Ce lieu renferme 200 ans d’histoire de la SNCF. Les documents de toute la France sont stockés sur Le Mans. Lors de la visite des entrepôts, les Castéloriens ont pu constater l’immensité des archives contenues dans 43 km de rayonnages, utiliser les tests que devaient passer les futurs agents de la SNCF, admirer certains registres calligraphiés et s’extasier devant des plans minutieusement réalisés manuellement.

Dans un des entrepôts
Dans un des entrepôts
Dans un des entrepôts
Dans un des entrepôts
Dans un des entrepôts
Dans un des entrepôts
Dans un des entrepôts

Dans un des entrepôts

Le club d'histoire locale de Château-du-Loir en reconnaissance

Créé en 1995, le centre du Mans fut ouvert en 1996. Il s’étend sur 34 ha et renferme outre les divers documents papiers, 8000 affiches différentes datant pour la plupart du début du chemin de fer, certaines étant l’œuvre de peintres célèbres comme Dali, Buffet, etc, 30 000 plaques de verre qui seront prochainement numérisées à Paris, 400 000 plans réalisés à la main, des cartes postales et de nombreux objets très variés dont un pavé de 1968 ayant été lancé sur des gardes mobiles à Nantes.

Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés
Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés
Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés
Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés
Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés
Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés
Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés
Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés

Les archives contiennent une multitude de documents et objets très variés

Des documents leur arrivent par palettes entières, certains un peu classés, d’autres en vrac et cela représente un travail énorme de classification et de tri. Pour cela, deux jeunes intérimaires diplômées en ont la charge.

Lorsque le président demanda : « Avez-vous des documents sur Château-du-Loir ? », la personne chargée de la visite répondit : « Oui, bien sûr. Nous avons même plusieurs cartes postales. » Cette réponse amena une réflexion dans le groupe : « Est-ce que nous pourrions vous emprunter des documents pour faire une exposition sur Château-du-Loir ? - Ce serait avec plaisir. Il y a des conditions à remplir mais ce serait tout à fait possible. »

La visite achevée, les membres du bureau regagnèrent Château-du-Loir très satisfaits de leur sortie avec, peut-être, une idée en tête à rediscuter et à concrétiser dans les mois à venir.

À savoir : Les archives de la SNCF sont ouvertes à tous mais il faut prendre rendez-vous avant d’y aller.

Des archives en vrac et une salle réservée à leur tri et classification
Des archives en vrac et une salle réservée à leur tri et classification

Des archives en vrac et une salle réservée à leur tri et classification

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire
commenter cet article
22 septembre 2016 4 22 /09 /septembre /2016 07:55
Le village de Saint-Christophe vu des Haloires en automne.

Le village de Saint-Christophe vu des Haloires en automne.

Le 22 septembre, c'est l'automne mais aussi, rappelez-vous !

22 septembre 1792, proclamation de la 1ère république. Eh oui ! 224 ans déjà. Il y a eu quelques interruptions mais elle est toujours là. C'est la 5ème, fondée par la constitution du 4 octobre 1958.

Pour fêter cet anniversaire, je vous offre une petite chanson de l'ami Georges.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 10:26
Promenade crépusculaire d'Histoire et Patrimoine

Revivez en direct la 4ème édition de Si Saint-Christophe m'était conté par ceux qui l'ont vécu !

Une des actrices a échappé à la vigilance du réalisateur : la voici dans le rôle de Marie.

Brigitte Bonnaud-Doyen, la blanchisseuse à l'Auberdière.

Brigitte Bonnaud-Doyen, la blanchisseuse à l'Auberdière.

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire
commenter cet article
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 15:56
En attendant le départ
En attendant le départ

En attendant le départ

Samedi soir, l’association christophorienne « Histoire et Patrimoine » avait convié ses adhérents et toutes les personnes intéressées par l’histoire de la commune à participer à sa treizième promenade crépusculaire censée marquer le début de l’été. Cette année, deux changements marquaient cette manifestation : un départ à 21 h et le samedi en lieu et place du vendredi.

Philippe donne quelques informations

Philippe donne quelques informations

Le rendez-vous était fixé au parking du foyer rural et, dès 21 h, Philippe Larus, président de l’association, prononçait quelques mots d’accueil en direction des 50 marcheurs venus découvrir la 4ème édition de « Si Saint-Christophe m’était conté… »

C'est parti pour....2,300 km avec des haltes !
C'est parti pour....2,300 km avec des haltes !
C'est parti pour....2,300 km avec des haltes !

C'est parti pour....2,300 km avec des haltes !

Pour gagner le premier site prévu, les membres de l’association ont guidé les visiteurs par des chemins pittoresques comme les Ruettes et le chemin des Marmoux, évitant d’emprunter les rues étroites et passagères du bourg.

Au Te Deum, on est le 22 février 1871 et on évoque les Prussiens
Au Te Deum, on est le 22 février 1871 et on évoque les Prussiens
Au Te Deum, on est le 22 février 1871 et on évoque les Prussiens
Au Te Deum, on est le 22 février 1871 et on évoque les Prussiens
Au Te Deum, on est le 22 février 1871 et on évoque les Prussiens
Au Te Deum, on est le 22 février 1871 et on évoque les Prussiens
Au Te Deum, on est le 22 février 1871 et on évoque les Prussiens

Au Te Deum, on est le 22 février 1871 et on évoque les Prussiens

C’est au Te Deum, certainement le quartier le plus ancien du village, que le garde-champêtre, assis sur les marches d’un perron, attendait les marcheurs, pour faire revivre le passage des Prussiens au cours de l’hiver 1871, en discutant avec le boulanger. Puis, les deux hommes laissèrent la place à leurs épouses respectives qui n’appréciaient guère ces envahisseurs et ne cachaient pas la frayeur qu’ils leur inspiraient.

Les spectateurs découvrent la Crucifixion
Les spectateurs découvrent la Crucifixion

Les spectateurs découvrent la Crucifixion

De là au site suivant, il n’y avait que quelques mètres à parcourir pour pénétrer dans l’église où l’une des fresques ornant ses murs allait être décryptée et propulser ainsi les visiteurs en plein Moyen Âge. Beaucoup furent surpris de découvrir un si bel édifice et d’apprendre en cette soirée que la Crucifixion que Guy leur présentait est quasiment unique en France. Cette Crucifixion présente des scènes de violence et est considérée comme un déicide. Une représentation identique se trouverait en Bretagne.

C'est parti pour le 3ème site
C'est parti pour le 3ème site
C'est parti pour le 3ème site

C'est parti pour le 3ème site

Pour le site suivant, un peu de marche était nécessaire, l’obscurité commençait à s’installer et la file des promeneurs s’étirait un peu. Aussi, Philippe marqua une pause pour que tous se regroupent avant d’arriver à la Porte Percée située au-dessous de la motte féodale.

Jehan d'Alluye de retour des croisades
Jehan d'Alluye de retour des croisades
Jehan d'Alluye de retour des croisades

Jehan d'Alluye de retour des croisades

C’est là que se déroula la troisième animation de la soirée. Dominique, rappela l’histoire de Saint-Christophe et d’un de ses illustres seigneurs qui participa aux croisades et ramena de terre sainte un morceau de la vraie croix. Ce seigneur, c’est Jehan d’Alluye qui a donné son nom à la place principale du village. Et, là, une surprise attendait les spectateurs : Jehan d’Alluye en personne vint les saluer et leur donner connaissance de certains de ses actes passés !

À l'Auberdière, en 1799, après le passage des Chouans
À l'Auberdière, en 1799, après le passage des Chouans

À l'Auberdière, en 1799, après le passage des Chouans

Pour rejoindre le dernier site, les lampes de poche s’éclairèrent et, c’est par le chemin de la Perrine, que les marcheurs regagnèrent la cour de l’Auberdière pour se retrouver en pleine Révolution avec les Chouans qui avaient réquisitionné cette propriété.

Le propriétaire des lieux, M. Honoré Martel de Gaillon, maire de la commune, était parti à Tours, semble-t-il, laissant ses servantes, Blanche et Rose, gardiennes de la maison.

S’occupant l’une de ses haricots verts et l’autre de son tricot, elles devisent des événements en attendant Marie, la blanchisseuse, qui vient ramener le linge. Toutes trois s’entretiennent des actualités du moment dont le départ des Chouans qui les réjouit car, même si elles n’osent pas trop l’afficher, elles sont plutôt des « Citoyennes ».

Le pot final, moment convivial par excellence
Le pot final, moment convivial par excellence
Le pot final, moment convivial par excellence

Le pot final, moment convivial par excellence

Tous ces acteurs amateurs, membres de l’association, furent chaleureusement applaudis pour leurs diverses prestations et, avant que chacun ne regagne son domicile, le verre de l’amitié, offert par l’association, permit de prolonger un peu ce moment convivial que malheureusement les élus locaux de la majorité ne semblent pas apprécier car, encore une fois, aucun ne ressentit le besoin d’apprendre à mieux connaître l’histoire de sa commune, ce qui est un peu dommage. Malgré cela, l’association « Histoire et Patrimoine » continuera de proposer des animations culturelles autour de l’histoire communale pour faire revivre son riche passé et vivre le temps présent !

La troupe des acteurs, cru 2016

La troupe des acteurs, cru 2016

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages