Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 17:04
Promenade crépusculaire avec Histoire et Patrimoine

Laissez-vous conter Saint-Christophe !

Comme chaque année à l’approche des grandes vacances, l’association Histoire et Patrimoine vous propose une marche dans le joli bourg de Saint-Christophe à la découverte de son passé. Cette randonnée de trois kilomètres environ sera ponctuée de haltes au cours desquelles des membres de l’association feront revivre des habitants du village, illustres ou inconnus. Des Chouans, des Prussiens de passage, un des peintres qui ont orné l’église ainsi que Jehan d’Alluye en personne (seigneur de Saint-Christophe) sont attendus, au hasard des places et des ruelles, pour cette quatrième édition. "Si Saint-Christophe m’était conté" est une animation gratuite, pour tout public, à l’issue de laquelle un verre de l’amitié vous sera proposé dans le jardin de l’Auberdière. Rendez-vous au parking de la salle Beau-Soulage à 21 heures.

Se munir d’une lampe de poche pour le retour

Possibilité de « repli au sec » en cas d’intempérie.

Renseignements au 02 47 29 33 18 ou sur le site de l’association

http://histoire-patrimoine.jimdo.com/

Partager cet article
Repost0
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 15:42
Le tour du lac par les randonneurs
Le tour du lac par les randonneurs
Le tour du lac par les randonneurs
Le tour du lac par les randonneurs
Le tour du lac par les randonneurs

Le tour du lac par les randonneurs

L’association « Histoire et Patrimoine » de Saint-Christophe-sur-le-Nais avait organisé sa randonnée historique à Château-la-Vallière en ce dimanche matin de fêtes des mères. La matinée se déroulait en deux temps. Tout d’abord, pour ceux qui avaient envie de se dégourdir les jambes, une randonnée de 5 km autour du lac du Val Joyeux était proposée dès 9 heures et 25 personnes y étaient présentes. Puis, vers 10 h 30, un second rendez-vous était annoncé devant l’église, pour la découverte de la ville sous la conduite de Fabrice Mauclair, vice-président de l’association, et ce sont 25 nouvelles personnes qui se joignirent au groupe de marcheurs.

Le rendez-vous devant l'église

Le rendez-vous devant l'église

Fabrice commença son exposé en parlant des Forges devant lesquelles les randonneurs étaient passés à la fin de leur parcours. Ces forges comptaient 3 établissements qui produisaient 100 tonnes de fer au Moyen Âge. Elles étaient très importantes à l’échelle du département et de la région. Elles employaient une dizaine d’ouvriers spécialisés qui venaient de différents coins de France, mais aussi des ouvriers qui extrayaient le minerai trouvé localement en surface sur Villiers-au-Bouin et Chenu, des bûcherons qui travaillaient dans les forêts autour de la ville et fabriquaient le charbon de bois. Le centre névralgique se situait à Vaujours où les travailleurs des bois étaient nombreux et faisaient prospérer plusieurs cabarets. Les forges ont fonctionné jusqu’en 1840 puis elles furent remplacées par une scierie. On ne trouve plus rien de l’activité des forges. Les deux terrils faits de déchets de laitier ont disparu mais en se promenant, on peut voir des morceaux de laitier qui avaient servi à encaisser les chemins ou à décorer des façades. Ces forges sont à l’origine d’un terrible incendie qui s’est déclaré le 15 avril 1700 et qui, poussé par un vent violent, détruisit de nombreuses maisons jusqu’au centre du bourg. Les trois quarts des maisons de la ville ont brûlé. La maison du maître des forges fut une des rares maisons à avoir été épargnée.

Christ en bois, plaque de marbre et tympan roman
Christ en bois, plaque de marbre et tympan roman
Christ en bois, plaque de marbre et tympan roman

Christ en bois, plaque de marbre et tympan roman

L’église n’a pas échappé au feu, ses cloches ont fondu et sa charpente s’est écroulée. Elle fut reconstruite au 19e siècle. À l’intérieur, un Christ en bois du 17e et une plaque de marbre située dans une petite chapelle, en l’honneur des parents du Sénéchal, font partie des éléments remarquables de l’église. De l’église construite au 11e siècle, il ne reste qu’un tympan roman et un oculus bien décoré du 12e siècle visibles sur un mur extérieur.

Face à ce mur, se trouve l’EHPAD Louise de la Vallière. Le premier hôpital-hospice de Chäteau-la-Vallière date de 1674 et fut créé par Louise de la Vallière devenue duchesse suite à un cadeau de rupture du roi Louis XIV, dont elle fut la favorite, avant de se retirer au Carmel. Son hôpital, installé dans le bourg, fonctionnait avec 4 sœurs, Filles de la Charité. Très vite, il s’avéra trop petit et trop cher et les sœurs n’arrivaient plus à faire face quant aux soins à donner et à l’accueil des pauvres. Louise de la Vallière s’étant retirée au Carmel, c’est sa fille Marianne de Bourbon, duchesse de Conti, qui acheta la Cour de Lublé et en fit le nouvel hôpital qui fonctionna jusqu’en 1783. Mais, les gens le trouvaient trop loin de la ville. Il fut transféré à Château-la-Vallière dans une rue où il pourrait s’agrandir, c’est son emplacement actuel.

Devant la maison du Sénéchal
Devant la maison du Sénéchal
Devant la maison du Sénéchal

Devant la maison du Sénéchal

Le groupe se dirigea ensuite vers la maison du Sénéchal où habite actuellement M. Chironi, président de l’association castelvalérienne « Histoire et Culture ». Cette maison a abrité à une certaine époque, le maître des forges et, jusqu’à la fin du 18e siècle le juge de la ville appelé aussi le sénéchal. M. Chironi explique que la maison existait au moment de la révolution et qu’il a trouvé des documents racontant que les Vendéens et les Républicains ont traversé la ville et que sa maison avait été réquisitionnée pour y loger des Républicains. Mais, comme les habitants ne souhaitaient accueillir ni les uns ni les autres, quand les Républicains sont arrivés avec des bons pour se loger et coucher, tous les lits étaient déjà occupés et ils ont été obligés de partir.

Cette maison n’a pas subi de modifications importantes et conserve son caractère et son parc.

La mairie actuelle ancienne Grand Maison ou château de la Roussière

La mairie actuelle ancienne Grand Maison ou château de la Roussière

Tout près de cette maison, se trouve la mairie actuelle, ancienne Grand Maison ou château de la Roussière construite entre 1777 et 1778 par Marie-Louis César Roulleau, sieur de la Roussière, juge seigneurial qui fit fortune à Paris mais perdit rapidement ses biens qui revinrent à sa femme.

L'ancien tribunal seigneurial

L'ancien tribunal seigneurial

L'escalier, la porte de la prison et le logement du geôlier
L'escalier, la porte de la prison et le logement du geôlier
L'escalier, la porte de la prison et le logement du geôlier

L'escalier, la porte de la prison et le logement du geôlier

En poursuivant la visite, on trouve l’actuel hôtel des voyageurs qui fut autrefois le siège du tribunal seigneurial, construit en 1784. À l’intérieur de l’hôtel, on peut remarquer un superbe escalier en bois d’origine et, dans la salle à manger, il reste une porte de prison qui fermait une des deux cellules donnant dans le logement du geôlier dont la cheminée a été conservée. Toutes les parties en bois que l’on trouve dans la salle à manger de l’hôtel proviennent des forêts de Château-la-Vallière. Le coût de ces constructions s’éleva à 12 000 livres à l’époque.

L'ancienne mairie

L'ancienne mairie

Sur la place d’armes toute proche, on peut voir l’ancienne mairie, l’office de tourisme actuel, qui servait autrefois de halles et de salle de justice jusqu’en 1838.

Terme de la rando découverte de Château-la-Vallière
Terme de la rando découverte de Château-la-Vallière

Terme de la rando découverte de Château-la-Vallière

Puis, tout le monde se retrouva sur l’actuelle place du Champ de foire qui date du 19e siècle avant de rejoindre le parc de la mairie, devant la salle de l’Orangerie où, après que Philippe Larus, président de l’association, eût remercié les conférenciers et les personnes présentes, chacun put, comme à l’accoutumée, partager le verre de l’amitié.

Information

Prochaine manifestation d’Histoire et Patrimoine : samedi 4 juillet, promenade crépusculaire. Départ à 21h de Beau Soulage pour une déambulation dans le bourg où, au détour des rues, des personnages reprendront vie avec des saynètes créées et jouées par des membres de l’association.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 13:51
Les Anciens se prennent au jeu et cherchent les bonnes réponses
Les Anciens se prennent au jeu et cherchent les bonnes réponses

Les Anciens se prennent au jeu et cherchent les bonnes réponses

Jeudi après-midi, après leurs parties de cartes et le traditionnel goûter, les habitués du Cercle des Amis sont venus visiter l'exposition mise en place par Histoire et Patrimoine au foyer rural. Équipés du questionnaire préparé pour les enfants de l'école, ils se sont pris au jeu et ont tenu à trouver toutes les réponses sans exception et sans erreur. Bravo à tous !

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 21:21

Le club d'histoire Jean Benoît, de Château-du-Loir, a installé une magnifique exposition sur la guerre de 1914-1918, dans la salle du Caveau, près du cinéma.

Exposition sur la Grande Guerre à Château-du-Loir
Exposition sur la Grande Guerre à Château-du-Loir

Des panneaux très fournis grâce aux articles du journal de Château-du-Loir et aux différents documents rassemblés par les organisateurs permettent de mieux connaître cette période de l'histoire qui toucha les habitants du secteur.

Exposition sur la Grande Guerre à Château-du-Loir
Exposition sur la Grande Guerre à Château-du-Loir
Exposition sur la Grande Guerre à Château-du-Loir

Beaucoup d'objets prêtés par des habitants de la commune ou des communes environnantes agrémentent cette exposition.

L'exposition est visible jusqu'au dimanche 15 novembre, tous les après-midis de 15 h à 18 h 30.

Exposition sur la Grande Guerre à Château-du-Loir
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 11:53

Mardi matin, les classes de CE1-CE2 et de CM1-CM2 de l'école communale sont venues voir l'exposition préparée par l'association Histoire et Patrimoine sur la Grande Guerre, accompagnées de leurs enseignantes.

Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre

Ces dernières étaient passées la veille pour en voir le contenu et préparer ainsi la sortie du lendemain. Ce fut d'abord la classe des cours moyens de Maéva Piermée qui, après quelques consignes et un tour de la salle encadré par l'enseignante et des membres d'Histoire et Patrimoine, put répondre au questionnaire établi par l'association.

Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre

Répartis en petits groupes bien organisés, chacun a, avec beaucoup d'attention et d'application, cherché sur les panneaux ou parmi les objets exposés, les bonnes réponses.

Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre

Puis vint le tour des cours élémentaires d'Anne-Sophie Prolong. Ces enfants, plus jeunes que les précédents avaient souvent besoin d'être canalisés mais, en définitive, cette visite les a tout de même intéressés. 

Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre
Les classes de Saint-Christophe à l'exposition sur la Grande Guerre

Les questionnaires les ont motivés pour retourner vers les différents panneaux et tenter de trouver les réponses. Ils n'hésitaient pas à se tourner vers les adultes présents pour chercher une aide ou faire vérifier leur réponse. Comme l'a noté l'enseignante : "Ils ont adoré la marraine mais aussi, en fait, ils ont tout adoré.", paroles recueillies au retour en classe.

Un travail d'exploitation sera réalisé en classe et, on peut souligner que les enfants pour la majorité d'entre eux ont été intéressés et ont promis de revenir avec leurs parents.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 10:28
Conférence d'Histoire et Patrimoine
Conférence d'Histoire et Patrimoine
Conférence d'Histoire et Patrimoine

C'est devant plus de cent personnes que, samedi soir, au foyer rural, les membres d'Histoire et Patrimoine, ont présenté leur travail, fruit de 18 mois de recherches, sous forme d'exposition et de conférence, sur les enfants de Saint-Christophe ayant participé aux combats durant la première guerre mondiale.

Conférence d'Histoire et Patrimoine
Conférence d'Histoire et Patrimoine
Conférence d'Histoire et Patrimoine

Tout autour de la salle, des panneaux retraçaient les principaux moments de cet horrible épisode de l'histoire. Les documents recueillis auprès de familles de poilus figuraient aussi en bonne place ainsi que des objets prêtés par les descendants de ceux qui avaient connu l'horreur des tranchées. "Une très belle exposition ! Du beau travail !" étaient les paroles qui revenaient souvent dans la bouche de ceux qui, en attendant le début de la conférence, et aussi à l'issue de celle-ci, ont pris le temps de faire le tour de la salle et de se pencher sur les panneaux pour observer les documents présentés et lire les légendes.

Quelques intervenants lors de la conférence

Quelques intervenants lors de la conférence

Vers 20 h 35, le quart d'heure tourangeau volontairement raccourci par Philippe Larus, président de l'association, celui-ci invita les personnes présentes à regagner leurs sièges pour que la conférence puisse commencer sans tarder. En effet, comme il l'annonça dans son préambule, les orateurs, tout au long de la soirée, allaient se succéder durant deux heures, sous l'illustration d'un diaporama préparé par Monique, pour expliquer, raconter, faire revivre à travers des carnets de route, des courriers, toutes sortes de documents conservés précieusement par les familles, ce qui fut la vie de ceux qui sont partis au combat. Certains sont revenus, d'autres malheureusement non ! C'est donc tout cela, une collecte précieuse, des contacts noués avec les familles des soldats, les recherches sur le terrain, sur Internet, aux archives communales ou nationales, que Michel, Claudie, David, Fabrice, Lionel, ont, chacun à leur tour présenté de manière vivante et passionnée, à un parterre conquis et captivé. Les deux heures sont passées sans lassitude et les applaudissements fournis après chaque prestation et à la fin de la conférence ont été pour les organisateurs un grand moment de joie : joie de voir leur travail récompensé et joie de constater que ce tragique et sanglant épisode de l'histoire mondiale est encore présent dans la mémoire des hommes.

Pour terminer la soirée, chacun fut invité à partager le verre de l'amitié et on a pu constater que nombreux étaient encore ceux qui se penchaient sur l'exposition et discutaient entre eux donnant l'impression de ne pas vouloir se séparer trop vite après le moment intense qu'ils venaient de vivre.

L'exposition sera visible tous les après-midis jusqu'au vendredi 13 novembre de 14 h à 18 h et le mercredi 11 novembre toute la journée (10 h - 12 h et 14 h -18 h).

Information

L'assemblée générale d'Histoire et Patrimoine aura lieu le samedi 19 décembre à 17 h au foyer rural.

David Bonnaud en compagnie de Christophe Houdayer

David Bonnaud en compagnie de Christophe Houdayer

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2015 6 11 /07 /juillet /2015 08:07
Dans la cour d'une ancienne tannerie, Madame Chevreau et Monsieur Roche s'entretiennent sur les problèmes liés à leur activité.

Dans la cour d'une ancienne tannerie, Madame Chevreau et Monsieur Roche s'entretiennent sur les problèmes liés à leur activité.

Si vous souhaitez revivre en partie cette agréable promenade, allez sur le site :

https://youtu.be/hEMrtNkHAVY

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 10:27
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3

Pour la troisième année consécutive, l'association Histoire et Patrimoine avait convié ses fidèles adhérents et sympathisants à une petite promenade crépusculaire dans le bourg de Saint-Christophe, à la rencontre des personnages ayant participé à l'histoire très riche de cette commune.

C'est devant quelques 70 personnes que Philippe Larus, président de l'association, prit la parole pour leur souhaiter la bienvenue et présenter le déroulement de la soirée en précisant bien que le randonnée ne serait pas trop pénible malgré la chaleur encore forte, environ 3 km, avec quatre haltes lors des différentes rencontres. Les recommandations concernant la sécurité pendant les déplacements furent bien claires et les participants purent alors commencer leur pérégrination.

Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3

La première rencontre se fit au niveau de l'église où le curé, Gaspard Remuzat, n'ayant pu pénétrer dans son édifice, les attendait sur le parvis, pour leur conter les malheurs qui s'abattirent sur la commune lors de son sacerdoce au début du 18ème siècle : incendies et surtout le terrible hiver de 1709 qui marqua longtemps les esprits.

Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3

Puis, en descendant la rue des Pèlerins qu'empruntaient jadis, pour la Saint Gilles, les pèlerins qui se rendaient de l'église à la chapelle, les promeneurs gagnèrent la rue des tanneurs où les attendaient Monsieur Roche et Madame Chevreau, propriétaires de tanneries, en 1928. L'histoire et le travail liés à cette activité furent évoqués dans la cour de l'une des anciennes tanneries, activité qui cessa définitivement en 1960.

Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3

De là, en passant par la rue du Mail où se trouvent les beaux souterrains qui furent ouverts pour les journées du patrimoine 2014, Philippe Larus conduisit les visiteurs sur la place centrale, devant l'hôtel du Croissant, où stationnait au début du siècle dernier la patache qui reliait Saint-Christophe à la gare de Saint-Paterne.

Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3

D'ailleurs, la propriétaire de l'hôtel, Madame Hureau, en cette journée de 1912, était un peu "sur les nerfs" et houspillait sans cesse la Berthe, sa servante. En effet, la patache devait ramener de la gare la veuve du docteur Raymond, une Parisienne élégante et fortunée, qui venait pour régler, avec Monsieur Léon Brossard, maire de la commune, la cérémonie qui aurait lieu en l'honneur de son défunt mari. 

 

Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3

Madame Fetterly vint présenter ses nouvelles cartes postales à Madame Hureau qui fut très honorée d'en avoir la primeur.

Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3

La dernière rencontre de la soirée eut lieu dans la cour de la maison dite "des Marmoux", l'ancienne demeure d'Eugène Hilarion, le bienfaiteur de la commune. L'action se passe en 1912. Eugène Hilarion, ayant perdu sa femme et ses enfants, est  de retour dans sa commune natale. Lui, l'enfant indigent, a fait fortune à Paris, et grâce à son argent, il dota sa commune du beau campanile et de l'horloge pour l'hôtel de ville, de trottoirs.... Retiré à Saint-Christophe, il s'adonna à la peinture. C'est donc le pinceau à la main qu'il reçut tous ces curieux venus le rencontrer pendant qu'il discutait avec Monsieur Brossard, le maire, des différents tableaux qu'il comptait donner à la commune et surtout de son intention d'en faire sa légataire universelle.

Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3
Si Saint-Christophe m'était conté .... n°3

Et, la soirée s'acheva, comme à l'accoutumée par le verre de l'amitié offert par l'association, verre qui fut le bienvenu car, malgré les ombrages, la chaleur restait bien présente.

De gauche à droite : Guy Bodeven, Monique Royer, Lionel Royer, Dany Vivien, Françoise Vivien-Doyen, David Bonneau, Brigitte Bonnaud-Doyen, Claudie Mirault, Monique Mauclair

De gauche à droite : Guy Bodeven, Monique Royer, Lionel Royer, Dany Vivien, Françoise Vivien-Doyen, David Bonneau, Brigitte Bonnaud-Doyen, Claudie Mirault, Monique Mauclair

Tous les acteurs étaient membres de l'association et les différents textes, provenant des recherches historiques réalisées sur la commune, ont été écrits par les acteurs eux-mêmes.

 

 

 

Merci aux photographes : Jean de Rycke, Thierry Albert, Michel Miraul et Philippe Tondereau qui m'ont permis de réaliser ce reportage.

 

 

L'association Histoire et Patrimoine a maintenant son site que vous pouvez consulter :

http://histoire-patrimoine.jimdo.com/ 

Partager cet article
Repost0
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 16:04
Si Saint-Christophe m'était conté 3ème édition

Cette année encore, l'association "Histoire et Patrimoine" tentera de faire revivre des personnages ou activités ayant marqué l'histoire de Saint-Christophe. En effet, le thème proposé "Si Saint-Christophe m'était conté..." mettra en scène pour la 3ème fois des personnages ayant réellement existé et qui racontent, au gré des rencontres avec les participants, des moments de leur vie liés à l'histoire communale.

En partant de Beau-Soulage et en déambulant calmement dans les rues du village, lors de quelques arrêts, sur des textes écrits par les membres du CA, des saynètes seront interprétées devant les promeneurs.

Quatre sujets seront abordés au cours de la soirée, sujets que chacun aura le plaisir de découvrir lors de la déambulation crépusculaire.

Renseignements utiles

Départ du parking de Beau-Soulage, le samedi 4 juillet, à 18 h. Animation gratuite.

Contact : Philippe Larus 02 47 29 33 18

Si Saint-Christophe m'était conté 3ème édition
Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 09:09
En attendant le départ
En attendant le départ
En attendant le départ

En attendant le départ

Chaque année, au printemps, l'association "Histoire et Patrimoine" de Saint-Christophe-sur-le-Nais organise une randonnée. Celle de 2015, s'est déroulée dans le cœur historique de Château-du-Loir, sous la conduite de Lionel Royer qui fit ses études au lycée de cette ville.

À 9 heures, 70 personnes étaient rassemblées sur la place de l'hôtel de ville pour participer à cette randonnée historique.

Souhaits de bienvenue au nombreuses personnes présentes
Souhaits de bienvenue au nombreuses personnes présentes
Souhaits de bienvenue au nombreuses personnes présentes

Souhaits de bienvenue au nombreuses personnes présentes

Après les souhaits de bienvenue, le meneur commença la visite en faisant remarquer qu'à Château-du-Loir, il n'y a ni château ni Loir. 

Histoire et Patrimoine chez ses voisins Castéloriens

À l'aide d'un plan établi avant le percement de la route Le Mans-Tours en 1777, il montra l'emplacement du château qui se trouvait sur cette grande place et qui était entouré par l'Ire et le ruisseau de St Jean. Il reste une partie du donjon qui date du 11ème siècle. Le château, en mauvais état déjà au milieu du 18ème siècle fut démoli pour laisser le passage à la route royale. De cette même place, les gens ont été invités à regarder les beaux monuments : l'hôtel de ville inauguré le 5 décembre 1852, du temps d'Esprit Gendron, maire et médecin, le Grand Hôtel datant de la fin du 19ème siècle, le Grand Bazar (BPO actuelle) construit en 1908, le kiosque datant de 1927. 

Face aux anciennes prisons à l'entrée du parc Henri Goude.
Face aux anciennes prisons à l'entrée du parc Henri Goude.
Face aux anciennes prisons à l'entrée du parc Henri Goude.

Face aux anciennes prisons à l'entrée du parc Henri Goude.

La seconde halte se fit face aux anciennes prisons, creusées dans les bases du donjon, à l'entrée du parc Henri Goude. Ce personnage dirigea un réseau de résistants de la région castélorienne. Il était médecin et fut élu conseiller général après la guerre, de 1945 à 1964 puis de 1970 à 1976.

De cet endroit, on pouvait voir le monument aux morts, inauguré en 1920, œuvre d'un sculpteur italien, Mario Vitti.

Le monument Le Monnier
Le monument Le Monnier

Le monument Le Monnier

Les participants furent invités à traverser rapidement le parc où régnait une certaine agitation avec les derniers préparatifs pour la grande fête prévue au cours de la journée. Avant de quitter le parc, une nouvelle halte eut lieu devant le monument Le Monnier, érigé en 1903. Avant d'être placé ici, il a changé plusieurs fois de place. Cet homme qui fut maire de la commune a fait énormément pour sa ville. Médecin, il fut surnommé le médecin des pauvres, son métier étant pour lui un sacerdoce. C'est à lui que Château-du-Loir doit la construction d'une école primaire élémentaire et supérieure de filles dès 1883 puis, une dizaine d'années plus tard, malgré une opposition farouche de certains conseillers municipaux, ce fut le tour d'un nouvel établissement pour les garçons. Ardent défenseur de l'école publique laïque, anticlérical reconnu, il créa en 1882, à Château-du-Loir la première société de Libre Pensée du département.

Place Clémenceau
Place Clémenceau
Place Clémenceau
Place Clémenceau

Place Clémenceau

Puis, ce fut la direction de la place Clémenceau où chacun put apprendre que le beau bassin avec ses jets d'eau n'était autre que le socle d'un gazomètre, vestige de l'usine à gaz qui occupait la place en remplacement du dépôt d'ordures de la ville.

Et, tout à côté, à l'emplacement du lotissement de la Bascule, il y avait une usine qui fabriquait des bateaux : l'ACNAM. Elle travaillait pour la marine nationale, les grandes compagnies de navigation,....et, c'est là que furent fabriquées les chaloupes qui devaient équiper le paquebot France. Elles étaient essayées sur le Loir, à Coëmont avec des volontaires en guise de passagers.

Puis le bâtiment des Récollets fut évoqué. Cet ancien couvent fut occupé en 1616, par des moines de l'ordre des Récollets qui s'installèrent dans l'église St Sauveur. En 1737, un incendie détruit le bâtiment qui est reconstruit en 1755. Occupé par les moines jusqu'à la Révolution, il est vendu en 1791 comme bien national et un an après il est revendu à la ville pour abriter une gendarmerie et le collège des garçons. C'est maintenant la salle de cinéma et les autres bâtiments abritent plusieurs lieux culturels et la communauté de communes.

La maison Maillard

La maison Maillard

Devant la maison Maillard
Devant la maison Maillard

Devant la maison Maillard

Après ce vaste espace, le groupe arrive dans la vallée de l'Ire dont les abords furent longtemps occupés par des tanneries. On peut voir les restes de la tannerie Maillard et surtout l'hôtel Maillard construit par le maître tanneur Émile Maillard.

Impasse de Jérusalem (dans une propriété privée)
Impasse de Jérusalem (dans une propriété privée)

Impasse de Jérusalem (dans une propriété privée)

En suivant l'ancienne route du Mans à Tours, le groupe a pu pénétrer dans l'impasse de Jérusalem où l'on peut voir les restes des remparts et une tour. Quelques maisons à pans de bois, le long de la route, rappellent que ce quartier est très ancien. En suivant l'ancienne route, les gens sont invités à regarder le logis Graslin, un beau et imposant bâtiment, datant du 17ème siècle.

La rue Marchande, aujourd'hui rue Léon Loiseau était une rue très commerçante.

La rue Marchande, aujourd'hui rue Léon Loiseau était une rue très commerçante.

En poursuivant la promenade, par l'ancienne rue  Marchande tout le monde arrive sur la place des Halles, où il n'y a plus de halles. 

Place des Halles
Place des Halles

Place des Halles

En 1288, il existait une halle en bois qui perdura jusqu'en 1849 malgré son état vétuste. Elle abritait à l'étage, la salle commune, la salle d'audience et la chambre du conseil. Une nouvelle halle, en pierre de taille va alors la remplacer (1854). Elle sera démolie en 1945 pour être remplacées par un champignon de béton qui disparaîtra en 1992 lors du réaménagement de la place.

En allant de la place des Halles vers la place Saint Martin
En allant de la place des Halles vers la place Saint Martin

En allant de la place des Halles vers la place Saint Martin

Place Sain Martin
Place Sain Martin

Place Sain Martin

L'arrêt suivant sera pour la place St Martin où, autrefois, se trouvait l'église St Martin qui fut fermée en 1793 et démolie par la suite car en mauvais état. Sa démolition permit l'amélioration de l'hospice dont elle cachait une partie de la façade.

Sûrement un nostalgique du bon sirop Manceau !

Sûrement un nostalgique du bon sirop Manceau !

Un peu plus loin, de grands bâtiments abandonnés abritaient jusqu'à la fin du 20ème siècle, un laboratoire pharmaceutique qui fabriquait le sirop de pommes de reinettes connu sous le nom de sirop Manceau pour soigner la coqueluche et la constipation chez les enfants.

Direction le Point du Jour

Direction le Point du Jour

Devant l'hôtel Guillot de la Poterie

Devant l'hôtel Guillot de la Poterie

De là, on arrive à l'ancienne école supérieure de jeunes filles, aujourd'hui école primaire du Point du Jour et, juste à côté, on peut admirer l'hôtel Guillot de la Poterie construit en 1732. Un peu plus loin, se trouve la maison où naquit le tristement célèbre "Pierrot le fou".

Une belle initiative de M. et Mme Quellier qui vont ouvrir prochainement un musée.

Une belle initiative de M. et Mme Quellier qui vont ouvrir prochainement un musée.

En passant devant l'hôpital, on aperçoit le reste de la cheminée du laboratoire et en descendant la rue de la salle d'Asile, on arrive à l'endroit où se situait une des tours de la porte de Saint-Aubin détruite il y a quelques années.

Place de la Liberté, la pluie a fait son apparition

Place de la Liberté, la pluie a fait son apparition

La place de la Liberté sera l'occasion d'évoquer le couvent des Bénédictines qui en occupait une partie mais dont il ne reste aucun vestige. 

Explications concernant l'église Saint Guingalois...

Explications concernant l'église Saint Guingalois...

...parmi les voitures et les parapluies.
...parmi les voitures et les parapluies.

...parmi les voitures et les parapluies.

En remontant la rue Audet, les marcheurs ont pu regagner la place des Halles pour arriver devant l'église Saint Guingalois pour un dernier commentaire. Sur ce site un prieuré fut ouvert en 1070. De cette époque, il ne reste que la crypte de l'église actuelle. À la fin du 18ème siècle, l'église est abandonnée pour en faire un temple de la raison. En 1806, des travaux sont effectués et elle retrouve sa fonction. Entre 1824 et 1826, on procède à la construction du clocher, quelques années plus tard nouveaux travaux et en 1865, 3 nouvelles cloches sont rachetées.

Abreuvoir à girafes ? ? ? Ce qui est sûr c'est que ce fut un abri très apprécié des randonneurs
Abreuvoir à girafes ? ? ? Ce qui est sûr c'est que ce fut un abri très apprécié des randonneurs
Abreuvoir à girafes ? ? ? Ce qui est sûr c'est que ce fut un abri très apprécié des randonneurs

Abreuvoir à girafes ? ? ? Ce qui est sûr c'est que ce fut un abri très apprécié des randonneurs

La pluie s'étant mise à tomber sur la fin du parcours, c'est avec plaisir que tout le monde fut convié à s'installer sur la place centrale sous le grand abri tant décrié pour partager le verre de l'amitié tout en grignotant.

Aux dires de tous les participants qui applaudirent chaleureusement le guide occasionnel : " C'était vraiment très bien. Maintenant, on regardera la ville autrement. On a découvert des endroits que l'on ne connaissait pas et les anecdotes qui ont émaillé la visite ont rendu cette promenade découverte accessible à tout le monde. Un grand merci au guide."

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages