Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 11:24

Ce matin, j'avais rendez-vous avec M. Joël Vidis, à Neuvy-le-Roi, afin d'obtenir quelques renseignements sur sa safranerie.

Comment lui est venue cette idée de se lancer dans la culture des "Crocus Sativus" ? Tout simplement suite à la lecture d'un article émanant de la chambre d'agriculture et annonçant une formation pour se familiariser avec cette culture. Quelques clics sur Internet plus tard, et des contacts avec l'association des "Safraniers de Touraine", voici M. et Mme Vidis inscrits à la formation et décidés à investir et à s'investir dans cette aventure.

dépliants V

 

Un premier lot de 3000 bulbes fut acheté et planté suivi par un nouvel apport pour arriver à une safranière de 8500 bulbes de provenances différentes.

pancarte lot 1

Pour M. Vidis, c'est sa première récolte et malheureusement, aux dires des connaisseurs, pas une très bonne année. Il espérait pouvoir récolter 70 g de safran mais ce ne sera certainement pas le cas. Il ne se décourage pas pour autant.

M. Vidis accroupi

En été, le sol est nu, les premières feuilles apparaissent vers le début septembre quand la température au sol est de 14°. C'est une végétation hivernale.

Le travail est essentiellement manuel : binage régulier, ramassage journalier des fleurs avant qu'elles ne soient ouvertes pour que les stigmates soient bien protégés et puissent mériter l'appellation "Safraniers de Touraine".

fleur 2

Pour extraire les stigmates rouge-orangé de l'intérieur de la fleur, il faut une technique bien précise.

extraction des stgmates

Il faut pincer le bas de la fleur et veiller à ce que les stigmates aient bien leurs 3 brins en respect avec la charte de l'association.

stigmates

Voici ce qui fera le safran

fleur stigmates et pétales 2 mains

Les pétales, eux, n'ont aucune utilisation. Ils seraient toxiques !!!

Dans la même journée, il faut cueillir les fleurs, émonder les stigmates et les déshydrater. Ils sont ensuite conservés au réfrigérateur.

M. et Mme Vidis, comme tous les membres de l'association sont maîtres de leur récolte mais pour les moments un peu durs, une entraide existe entre eux. Aussi, ils commencent à se documenter sur les différentes façons d'écouler leur production et sur la présentation la plus attractive possible de cette inimitable ressource qu'est le safran.

La production de safran est surtout localisée dans le sud de la Touraine mais, son origine très ancienne est plutôt située dans l'Orléanais où la culture des crocus sativus couvrait d'immenses superficies. Un musée près d'Orléans retrace cette histoire.

dépliants R2

 

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans économie locale
commenter cet article
6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 11:55
Voici la réponse à la charade proposée hier.
Mon 1er : écho
Mon second : Nô
Mon 3 ème : mie
Mon tout : ci-dessous



















Sur le budget 2008 :
excédent de fonctionnement : 119 331,03 €
excédent d'investissement : 104 391,36 €
Ces excédents sont reportés sur le budget 2009.
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans économie locale
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 14:20

Le Conseil Municipal, lors de sa réunion du lundi 23 mars, a voté le budget 2009 par 11 voix pour, 1 voix contre et 3 abstentions.
Ce budget s'équilibre en section de fonctionnement à 693 366,86 €
et en section d'investissement à 250 121,58 €.
Le taux des taxes communales a été modifié par 11 voix pour et 4 voix contre.
La taxe d'habitation passe de 9,81% à 11,96 %.
Le foncier bâti passe de 13,89 % à 16,94 %.
Le foncier non bâti passe de 49,36 % à 60,21 %.

En consultant Internet, j'ai pu constater que toutes les dotations sont bien en ligne et que, les recettes de fonctionnement sont à créditer de 24 002 € supplémentaires.
Dotation de solidarité rurale : + 2 916 €
Dotation nationale de péréquation : + 6 307 €
Dotation de solidarité rurale/ péréquation: 14 779 €

dessin provenant de : agence.ucciani-dessins.com/budget/
Repost 0
Published by ROYER Monique - dans économie locale
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 15:56

La crise qui frappe actuellement le monde financier a, de près ou de loin, des répercussions sur les budgets des collectivités.

N'entend-on pas parler de "produits toxiques" pour certains emprunts notamment ceux conclus avec la société DEXIA, renflouée récemment par l'état, et spécialisée dans les prêts aux collectivités ? Ce n'est pas le cas pour Saint-Christophe qui a, pour ses emprunts, retenu la Caisse d'Épargne.

Ce sujet brûlant a fait l'objet, dans l'édition du 19 novembre de la Nouvelle République, d'un article qui montre les retombées prévisibles sur les futurs budgets. Nombre de communes sont concernées par une dette supérieure à 1000 €/habitant. C'est avec une certaine satisfaction que nous constatons que notre commune n'y figure pas.

 

Titre relevé en page 2 de la NR du 19 novembre

Extrait de la NR du 19 novembre

Si l'on en croit les propos des maires de Ligueil, Loches, Thizay, Chinon, Courcelles, St Pierre des Corps, rapportés dans cette même édition du quotidien, l'année 2009 s'annonce sous de mauvais auspices pour les collectivités locales. Malin est celui qui pourra prédire l'avenir !

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans économie locale
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages