Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2018 2 16 /01 /janvier /2018 09:07

Chaque année, la troupe saint-paternoise « Les Joyeux de l’Escotais » offre la recette de sa première séance de janvier à une association œuvrant dans le domaine de la recherche médicale. Cette année, c’est pour l’association liée au syndrome Prader-Willi France (SPW) que tous les acteurs locaux ont, avec toujours autant de professionnalisme, joué devant un nombreux public puisque 260 personnes étaient présentes ce soir-là, public  venu se divertir et participer à une bonne action.

Avant que le spectacle commence, le président des « Joyeux de l’Escotais », Alexis Petithomme, invita Valéry Fonteny, le papa du petit Jules, 3 ans, à monter sur scène avec lui pour présenter au public son association « Syndrome Prader Willi France » et expliquer la caractéristique du syndrome dont est atteint son plus jeune fils.

Léo, 7 ans, et Jules, 3 ans

Tout d’abord, qu’est-ce que le SPW ?

Le nom de ce syndrome vient de deux professeurs, le professeur Prader et le professeur Willi, médecins pédiatres suisses qui avaient remarqué dans les années 1950 certains signes cliniques et symptômes caractéristiques observés rarement chez quelques enfants.

Ces signes cliniques et ces symptômes, rassemblés sous le terme de syndrome, étaient : une très grande faiblesse musculaire à la naissance, un retard des acquisitions et des apprentissages élémentaires, un certain retard mental, une morphologie particulière et surtout un trouble du comportement alimentaire qui s’installait très tôt et qui finissait par  développer une obésité infantile avec toutes les complications gravissimes que nous pouvons imaginer…. Leur espoir de vie ne dépassait guère 20 ans, dans les années 50.

Depuis les années 80, l’origine génétique est connue. Il s’agit d’un accident génétique que rien ne peut laisser prévoir … Les gênes concernés ne s’expriment plus et vont  provoquer un trouble du neuro développement dès la vie intra-utérine. Il s’agit d’une maladie rare, environ une naissance sur 15 à 20 000, c’est-à-dire environ 40 bébés par an. On estime à ce jour que 1500 personnes environ sont touchées en France.

L’association SPW a été créée en 1996 et fait partie des membres fondateurs de l’Alliance Maladies Rares.

Pour tout découvrir sur le syndrome de Prader Wili

Le cas du petit Jules

Valéry, son papa, et Katia, sa maman ont rapidement su que leur bébé avait un problème. Son manque de tonicité, le fait qu’il dorme tout le temps, qu’il ne pleure pas, avait rapidement alerté les pédiatres à la maternité. Dès la sortie de la maternité, il a passé 5 semaines à l’hôpital pour enfants, Clocheville, à Tours.

Depuis la rentrée de septembre, il est scolarisé le matin en maternelle à Beaumont-Louestault. Il s’est bien intégré mais sa maîtresse pense qu’il aura besoin assez vite d’une auxiliaire de vie scolaire. Sa maman, qui travaille désormais à la maison, trouve qu’il se fatigue vite. Les parents doivent veiller à son alimentation car, avec cette maladie, l’obésité infantile se met rapidement en place. Jules n’a pas droit aux bonbons ! Actuellement, il continue à recevoir des piqûres d’hormones de croissance.

Valéry et Katia sont, bien sûr, conscients du handicap de leur petit garçon et ils essaient de gérer ses problèmes  et de l’aider du mieux qu’ils peuvent.

Chaque année, un mouvement «  A petits pas » qui agit en parallèle de l’association SPW organise des marches au profit de l’association, des entreprises soutiennent cette recherche.

Aussi, quand les parents de Jules ont été contactés par Alexis Petithomme, président des "Joyeux de l’Escotais", pour bénéficier de la recette de leur séance caritative, ils ont adhéré sans hésiter.

Lorsque la soirée théâtrale se termina, Valéry Fonteny fut à nouveau sollicité pour monter sur scène afin de  connaître le montant du chèque qui sera remis à l’association SPW : 2300 €.

En entendant la somme annoncée, il exprima sa joie et sa reconnaissance en ces termes : « C’est par votre solidarité, comme celle de ce soir, que les projets vont pouvoir être menés à terme, les fonds publics, je le répète, étant limités. Nous vous en sommes très reconnaissants, votre soutien nous est cher, tant sur le plan matériel que sur le plan moral ! Car c’est par votre générosité que nous pouvons mener nos missions. Grâce à des moments comme celui de ce soir, nous pouvons dire que notre enfant, est porteur d’un handicap, oui, mais c’est une personne reconnue  à part entière. Merci encore ! »

Alexis avec la famille Fonteny devant les panneaux expliquant le handicap de Jules

Alexis avec la famille Fonteny devant les panneaux expliquant le handicap de Jules

Pour ceux qui n’auraient pas encore trouvé le temps d’aller applaudir « Les Joyeux de l’Escotais » dans leur programmation 2017, il reste une dernière séance, le samedi 27 janvier, à 20 h 30, salle Armand Moisant, à Neuvy-le-Roi. La séance est organisée par le Secours catholique.

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 15:09

Comme chaque année, au cours de la cérémonie des vœux, les personnes qui se sont inscrites au concours des maisons fleuries ont reçu leurs récompenses : une jolie plante pour les dames et un panier garni pour les messieurs.

Voici le palmarès :

1er prix : M. et Mme Ténaguilo

2ème prix : Mme Ribouilleault

3ème prix ex æquo : M. et Mme Mauclair ; M. et Mme Allaire et Mme Rimbault.

 

Les lauréats 2017

Les lauréats 2017

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2018 1 15 /01 /janvier /2018 15:09

Malgré le beau temps de ce dimanche, les Christophoriennes et les Christophoriens étaient nombreux dans la salle Beau-Soulage pour assister à la traditionnelle cérémonie des vœux.

Une belle affluence oiur la cérémonie
Une belle affluence oiur la cérémonie

Une belle affluence oiur la cérémonie

Catherine Lemaire, premier magistrat de la commune, commença par saluer et souhaiter la bienvenue à toutes les personnes présentes qu’elles soient élues, gradées ou simples citoyens. Elle annonça à cette occasion que la commune compte 15 nouvelles familles et que la population communale s’élève à ce jour à 1144 habitants. « Je suis très honorée de votre présence à tous. C’est un moment privilégié de partage. Ayons une pensée particulière pour Catherine Barbé-Vacchiano, conseillère municipale, Jean Poussin, ancien maire, et Éric Papin, agent technique qui nous ont quittés cette année. Je vous demande de respecter une minute de silence. »

Elle fit ensuite allusion aux entrées de Bernard Blanchard et d’Antoine Moulin en remplacement de deux conseillers municipaux et précisa : « Chaque maire adjoint présentera les réalisations faites dans l’année dans les domaines de leurs compétences. Pour gérer une commune, il faut une équipe.»

Catherine Lemaire et Hélène Tondereau

Catherine Lemaire et Hélène Tondereau

Et, avec le support d’un diaporama, différentes personnes défilèrent pour présenter leurs activités : Hélène Tondereau, secrétaire de mairie, intervint sur les changements administratifs, Laëtitia Rousseau sur son rôle à la bibliothèque, Alexandra Hugon sur l’animation des ateliers informatiques, Maeva Piermé, directrice de l’école présenta le gros projet de l’année, l’école du cirque, Mme Hiébel, directrice de l’EHPAD, fit part des projets qu’elle espère voir aboutir prochainement tel que la télémédecine, qui pourrait bénéficier à tous.

Vint ensuite le moment des réalisations municipales au cours de l’année 2017.

Les travaux sur le foyer rural autofinancés par la commune : coût total 296 000 € HT, subventions 185 000 €, reste à charge pour la commune 111 000 €.

La réfection du campanile : 34 785 €, subventions : 24 000 €, reste à charge pour la commune 10785 €.

Dans les autres bâtiments communaux : pose de stores, VMC à Beau-Soulage, mise aux normes de l’électricité à la boucherie, réfection partielle des toilettes dans la cour de l’école élémentaire, pose d’une alarme sonore à l’école, création d’un chenil, d’un ossuaire au cimetière, réfection du parquet de l’autel à l’église et pose de grillage sous le toit.

Côté voirie : réfection des regards et bouches d’engouffrement des eaux pluviales, réfection de trottoirs rue du Moulin à Tan, rue de la Fraisotière et rue de Saint Gilles, enfouissement des réseaux électriques rue des Pêcheurs. Pour améliorer la sécurité routière : Remplacement de panneaux, pose de quilles, marquage au sol,  pose d’un miroir sortie Chemin des Haloires.

Côté communication : signature d’un contrat avec la radio Contact FM de Château-du-Loir, organisation du 1er forum des associations, activités avec les jeunes, la pose prochaine d’un panneau lumineux, la mise en place du dispositif Mobil’Ages.

Un petit rappel a été fait suite à quelques incivilités qui nuisent au bon cadre de vie des habitants, sur le balayage et désherbage des trottoirs, les déjections canines… À propos des trottoirs, Catherine Lemaire mentionna ce qui a été expliqué dans le bulletin municipal sur les trottoirs fleuris et elle invita les habitants à réfléchir à cette possibilité d’améliorer leur cadre de vie.

Vinrent ensuite les projets 2018

Enrobé sur les trottoirs – réfection des joints de bordures

Réfection des marches d’accès au Mail des Anciens Combattants et peinture des balustres

Réfections des garde-corps des ponts au Bas Sion et au Moulin Basset

Pose de barrières (rue Val Joyeux- rue des Rabines)

Projecteurs et luminaires place de l’Eglise

Bornes incendie rue de la Chapelle

Enrobé place du Te Deum

Le plan local d’urbanisme (PLU) : l’étude débute à partir de Janvier et va durer environ 2 ans ( Urbanism)

Le transfert de la bibliothèque se fera après la mise en accessibilité de la mairie

L’arrivée du gaz  au lotissement « la Croix Papillon »

Le bouclage du réseau d’eau entre St Christophe et St Paterne au niveau de St Gilles-Larré (déjà en cours)

Logements adaptés près de l’EHPAD

La numérotation des lieux dits et rues sur 3 ans pour l’arrivée de la fibre optique

Mme le Maire précisa : « Tous ces travaux  peuvent se réaliser grâce aux subventions et grâce à la vigilance des élus et du personnel pour réaliser des économies. »

 

Cérémonie des voeux à Saint-Christophe-sur-le-Nais

Vinrent ensuite les projets 2018

Enrobé sur les trottoirs – réfection des joints de bordures

Réfection des marches d’accès au Mail des Anciens Combattants et peinture des balustres

Réfections des garde-corps des ponts au Bas Sion et au Moulin Basset

Pose de barrières (rue Val Joyeux- rue des Rabines)

Projecteurs et luminaires place de l’Eglise

Bornes incendie rue de la Chapelle

Enrobé place du Te Deum

Le plan local d’urbanisme (PLU) : l’étude débute à partir de Janvier et va durer environ 2 ans ( Urbanism)

Le transfert de la bibliothèque se fera après la mise en accessibilité de la mairie

L’arrivée du gaz  au lotissement « la Croix Papillon »

Le bouclage du réseau d’eau entre St Christophe et St Paterne au niveau de St Gilles-Larré (déjà en cours)

Logements adaptés près de l’EHPAD

La numérotation des lieux dits et rues sur 3 ans pour l’arrivée de la fibre optique

Mme le Maire précisa : « Tous ces travaux  peuvent se réaliser grâce aux subventions et grâce à la vigilance des élus et du personnel pour réaliser des économies. »

Philippe Larus et Anneliese Boulesteix parlent de leur association
Philippe Larus et Anneliese Boulesteix parlent de leur association

Philippe Larus et Anneliese Boulesteix parlent de leur association

Madame le Maire donna la parole à deux présidents d’associations : Philippe Larus, pour Histoire et Patrimoine, et Anneliese Boulesteix, pour la musique municipale.

Philippe Larus présenta le projet qui a valu à l’association de recevoir le 1er prix dans la catégorie « culture » aux Trophées des Initiatives Locales du Crédit Agricole à Poitiers. Anneliese Boulesteix expliqua pourquoi la musique municipale a décidé sa dissolution au 31 décembre au vu du peu de musiciens qui la composaient. Ces 3 musiciens, Gaëtan Cochet, Lucien Ménard et Bruno Trottin, se sont vu remettre la médaille de la commune en remerciements à leurs nombreuses années de présence. Tous continueront de jouer dans l’EMEDC.

Les musiciens ont reçu la médaille de la commune

Les musiciens ont reçu la médaille de la commune

Catherine Lemaire donna la parole à Patrick Cintrat, conseiller régional, qui pense que : « La région aidera toujours les collectivités rurales dans leurs projets. » Ce fut ensuite au tour de la conseillère départementale Brigitte Dupuis qui rappela que « Le Conseil départemental vous a aidé pour réaliser les travaux » et Antoine Trystram, président de la CCGCPR qui mentionna : « Les maires de Gâtine montrent le désir de travailler ensemble. L’ensemble des communes doivent trouver ce qu’elles souhaitent faire ensemble ! Il faut vouloir pour pouvoir !» Et enfin, M. Martineau, de la Chambre de commerce et d’artisanat fit la promotion de « l’apprentissage, force vive de la nation. »

 

La cérémonie se termina en chansons avec Emmanuelle Audibert qui offrit au public un  tour du monde en musique avant que ne soient servies des parts de galette et une coupe de pétillant ou du jus de fruit.

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 12:59

La cérémonie des vœux est aussi l’occasion, à Saint-Paterne, de récompenser plusieurs personnes méritantes soit pour leur action dans la commune, leur rôle dans le milieu associatif ou pour la mise en valeur du village par le fleurissement de leur maison ou jardin.

Cette année, la municipalité a donc tenu à mettre à l’honneur le couple de charcutiers Yvette et Jean-Jacques Gillot qui a su régaler la population durant ses 29 ans d’activités sur la commune. Ils se sont vus remettre la médaille de la commune et un bouquet de fleurs.

M. et Mme Gillot sont honorés par Jean-Pierre Poupée

M. et Mme Gillot sont honorés par Jean-Pierre Poupée

Ce fut ensuite au tour de Michel Poupée d’être récompensé en recevant la médaille de la commune pour les nombreuses années passées en tant que président de la troupe théâtrale locale « Les Joyeux de l’Escotais » et son engagement au niveau du syndicat d’élevage dont il vient de prendre la présidence en remplacement d’André Morin.

Michel Poupée reçoit également sa récompense
Michel Poupée reçoit également sa récompense

Michel Poupée reçoit également sa récompense

Et enfin, les dix-neuf personnes qui font chaque année de gros efforts pour participer au concours des maisons fleuries. Les deux premières ont reçu des compositions florales et tous les autres un bon d’achat pour pouvoir de nouveau fleurir aussi bien leur maison cette année et participer de nouveau au concours communal. En voici le classement :

1-      DAUPHIN Monique (classée 1ère au concours départemental)

2-      BOULESTEIX Bernadette (classée 2ème au concours départemental)

3-      FÉLICIER Claudette

4-      BROSSAY Nicole

5-      BODIER Jacqueline

Ex æquo : SAULAY Colette, COUTON Philippe, ORGEUR Jacky, ANQUETIL Lucienne, FOURRIER Jacqueline, COUSIN Jeanine, LEMAIRE Suzanne, BODIER Annick, TISSIER Madeleine.

 

Les lauréats des maisons fleuries avec devant, au centre, Mme Dauphin Monique

Les lauréats des maisons fleuries avec devant, au centre, Mme Dauphin Monique

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 12:52
Un aperçu du public

Un aperçu du public

C’est devant un très nombreux public estimé à plus de 200 personnes que Jean-Pierre Poupée a présenté les vœux de la municipalité aux Saint-Paternois-es. Il remercia tout d’abord les personnes présentes, les membres du conseil municipal, le personnel communal et les enseignantes, excusa quelques élus du territoire qui n’avaient pu être présents,  souhaita la bienvenue aux nouveaux habitants et débuta la cérémonie proprement dite par ces quelques mots : « Nous voir ainsi rassemblés, c’est le meilleur témoignage que nous puissions donner à l’attachement qui nous lie à notre commune… C’est un moment de convivialité mais également de démocratie pour rendre compte de l’action de votre municipalité lors de l’année 2017. Faire vivre un village comme le nôtre, c’est compter sur le dynamisme de différents acteurs, commerçants, artisans, entreprises, agriculteurs et aussi nos associations sportives et culturelles. »

Sur la commune, le tissu associatif est très important grâce au dévouement de femmes et d’hommes qui animent les diverses associations en y apportant un esprit de solidarité apprécié par tous et que, comme le dit le maire : « Nous devons absolument préserver et soutenir. »

Vint ensuite le moment du bilan des actions de l’année écoulée alors qu’en arrière-plan, un diaporama illustrait ce bilan et les projets à venir.

Jean-Pierre Poupée lors de son discours
Jean-Pierre Poupée lors de son discours

Jean-Pierre Poupée lors de son discours

Le bilan des actions réalisées en 2017

Comme le souligna très justement Jean-Pierre Poupée : « Une commune active est une commune qui se rénove et qui s’équipe. »

De nombreux travaux de voirie ont été effectués dans différents secteurs de la commune : La Ménardière, Le Ripré, rue de la Besnardière, rue du Maréchal Leclerc et sur de nombreux chemins ruraux  avec 500 tonnes de tout venant pour les empierrer.  Pour la rue Rabelais, les travaux de sécurisation, de mise à neuf des réseaux d’eau potable, pluviale et des aménagements paysagers sont terminés.

Dans le gymnase, le revêtement mural d’origine a été enlevé et remplacé par une peinture sur l’ensemble ce qui apporte un peu plus de clarté. L’espace bar a été repeint ainsi que la salle de réunion de l’ancienne mairie.

La chaudière de l’école élémentaire a été changée.

Un nettoyage de la végétation a été réalisé sur les rives de l’Escotais entre la piscine et la voie ferrée.

Il rappela l’installation d’un centre de tri de la Poste sur la zone du Vigneau où 18 facteurs sont présents quotidiennement et la mise en place du service de transport bénévole Mobil’Ages qui fonctionne depuis le mois de novembre et qui est très apprécié.

Les projets pour 2018

La semaine de 4 jours ou 4 jours et demi. Une réflexion est en cours avecles enseignantes, les parents et la municipalité. Le vote du conseil d’école doit parvenir à l’inspecteur d’Académie avant le 16 février. Plusieurs pistes ont été évoquées lors des derniers conseils municipaux, notamment une participation financière de la commune auprès des familles pour alléger les coûts d’ALSH du mercredi ou financer des activités.

La salle des fêtes sera repeinte, des travaux de rénovation dans l’église avec une participation à hauteur de 50% de la DRAC sont au programme.

Et, le gros point pour 2018, la rénovation et la mise en  valeur de la place de la République, avec le concours du cabinet de maîtrise d’œuvre DCI Environnement. Sur demande des ABF, l’arrêt des bus scolaires et Fil Vert sera déplacé rue de la Gare, devant la mairie où pour raison de sécurité une écluse sera réalisée. Début des travaux prévu au 2ème semestre 2018. Auparavant, il faut remettre à neuf les réseaux d’eau potable et pluviale.

L’enrobé de la rue Racan et Maréchal Leclerc sera refait par le Conseil départemental jusqu’au hameau de La Roche avant le 1er mai. La commune en profitera pour sécuriser et limiter la vitesse sur la totalité de la voie qui sera limitée à 50 km/h, et mettre en place des écluses à ses frais.

D’autres travaux de voirie et de signalisation sont prévus.

En prévision de la commémoration du centenaire du 11 novembre 1918, le mur du cimetière sera refait et le monument aux morts nettoyé. Une exposition sera présentée au multimédia.

Le matériel informatique du multimédia sera renouvelé. Une subvention de 50% a été accordée.

Monsieur le Maire fit ensuite un point sur cette première année de fusion de la Communauté de Communes de Racan avec celle de Gâtine-Choisilles pour créer une entité de 22 000 habitants et 19 communes. « Cela demande beaucoup de temps et de compréhension afin d’harmoniser nos compétences, le financement accordé aux associations.  Des projets communs sont en cours notamment la création d’une micro-crèche sur la zone artisanale du Vigneau. »

Il annonça que plusieurs contacts avaient été pris en vue d’installations sur la zone Polaxis. Suite à un amendement parlementaire adopté à l’unanimité,  le territoire de Racan redevient jusqu’au 31 décembre 2019, une zone de revitalisation rurale avec tous les avantages pour l’installation d’entreprises sur le secteur.

Côté piscine communautaire dont la fréquentation est liée à la météo, une réflexion est en cours avec l’ADAC pour, éventuellement, couvrir tout ou partie, de l’installation.

Et, il conclut la cérémonie par ces termes : « Vous pouvez être assurés que vos élus mettront toutes leurs forces et toutes leurs convictions dans les batailles à venir. Ces vœux échangés aujourd’hui doivent rester la traduction d’un avenir optimiste pour notre village. C’est avec sincérité que je vous renouvelle tous mes vœux pour cette nouvelle année. »

L'association "Expression corporelle"
L'association "Expression corporelle"
L'association "Expression corporelle"

L'association "Expression corporelle"

Puis, avant le partage de la galette, l’association « Expression corporelle » donna un aperçu de ses nouvelles chorégraphies pour le plus grand plaisir de tous.

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 10:20
Les adhérents de Pédibus présents à l'assemblée générale

Les adhérents de Pédibus présents à l'assemblée générale

Jeudi dernier, les adhérents de l’association de randonnée pédestre, Pédibus, étaient conviés à une petite marche d’environ 6 km, autour de Château-du-Loir, avant de se retrouver dans la salle du Centre social pour l’assemblée générale.

Une fois les 30 marcheurs et la vingtaine d’adhérents n’ayant pas participé à la randonnée installés autour des tables, la présidente, Michelle Cerneau, ouvrit la réunion en souhaitant une bonne année 2018 et de belles randonnées à tous. Elle adressa ses remerciements à tous les organisateurs de marches et à Jacques Hérissé pour sa collaboration et son rôle de commissaire aux comptes.

Un remerciement a également été adressé au Conseil général pour la subvention octroyée mais pas encore arrivée !

Le bureau avec de gauche à droite, le trésorier, François Paré, la présidente, Michelle Cerneau, le vice-président, Michel Benoit, la secrétaire adjointe, Monique Boigné

Le bureau avec de gauche à droite, le trésorier, François Paré, la présidente, Michelle Cerneau, le vice-président, Michel Benoit, la secrétaire adjointe, Monique Boigné

Bilan moral

L’association compte actuellement 57 adhérents  contre 65 en 2016.

Les adhérents se répartissent ainsi : 2 octogénaires, 30 septuagénaires, 23 sexagénaires et 2 plus jeunes. Ils sont originaires de 10 communes dont Paris et 2 d’Indre-et-Loire.

Au cours de l’année 2017, les randonneurs ont effectué 37 randonnées. La présidente rappela que 4 randos avaient été annulées : 2 pour fortes pluies (les 11 et 18 mai), une à cause de la canicule (le 22 juin) et une à cause de pluie et de vent violent (le 14 décembre).

Les randonneurs ayant participé à toutes les randonnées ont parcouru 360 km pour ceux qui font la grande boucle et 210 km pour ceux qui font la petite boucle avec une moyenne de 26 personnes par rando pour la grande boucle et de 10 pour la petite boucle.

Le record a été de 44 personnes, à Chenu, le 6 avril, au départ de la randonnée avec un très beau temps. Par contre, le 7 décembre, à Vouvray, il n’y avait que 13 personnes pour affronter le vent et la pluie.

Cette année, les randonneurs de Pédibus ont sillonné les chemins de 26 communes. La particularité de Pédibus est de fonctionner toujours avec la petite boucle imbriquée dans la grande car « il est important de se retrouver ensemble sur les premiers kilomètres. »

La présidente évoqua ensuite la randonnée sur la journée à Prévelles avec un départ en autorail de Connerré-Beillé et pique-nique le midi.

Bilan financier

Le trésorier, François Paré, présenta les comptes de l’année 2017. L’association compte 48 adhérents licenciés à la FFRP et 9 licenciés venant d’autres associations. François Paré fait remarquer que « encaisser les chèques sur une trop longue période est ennuyeux pour le trésorier. »

Les deux bilans ont été adoptés à l’unanimité.

Renouvellement du CA

Le conseil d’administration se compose de 8 membres renouvelables par quart tous les ans. Les deux sortants, Alain Desgranges et Michelle Cerneau souhaitaient se représenter. Aucun nouveau candidat ne s’étant présenté, ils furent réélus à l’unanimité.

Des adhérents très attentifs à l'écoute des différents bilans

Des adhérents très attentifs à l'écoute des différents bilans

Projets pour 2018

Maintien de la journée rando – pique-nique. Le lieu et le jour restent à déterminer.

Proposition d’augmenter la cotisation à Pédibus de 1 € en 2019 (passage de 5 € à 6 €). Adopté

Suite à une question d’une adhérente pour les randonnées en juin, les organisateurs privilégieront des parcours ombragés en cas de fortes chaleurs.

Sécurité sur les parcours

Michel Benoit rappela :

Les règles de déplacements sur une route, dans les virages et en sommet de côte.

Le port du gilet jaune obligatoire pour celui qui est devant le groupe et celui qui est derrière.

La façon de traverser une route sur le passage protégé s’il y en a un ou tous ensemble en ligne s’il n’y a pas de passage protégé.

Ensuite, de nombreuses photos rappelant différentes randonnées furent projetées et la réunion se termina en toute convivialité par la galette des rois.

Moment convivial, le partage de la galette
Moment convivial, le partage de la galette
Moment convivial, le partage de la galette
Moment convivial, le partage de la galette
Moment convivial, le partage de la galette
Moment convivial, le partage de la galette

Moment convivial, le partage de la galette

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2018 5 12 /01 /janvier /2018 14:47

 

Yvette et Jean-Jacques Gillot, charcutiers-traiteurs, à Saint-Paterne-Racan, ont définitivement fermé leur boutique au 1 rue de la gare, le 23 décembre dernier, après 29 ans passés à régaler la population locale par les produits élaborés par Jean-Jacques et les délicieux plats cuisinés tant appréciés lors des repas et banquets servis par eux et proposés également dans la boutique.

Comment sont-ils arrivés à Saint-Paterne-Racan ?

Jean-Jacques, natif de l’Aisne, issu d’une famille de 9 enfants, a suivi une formation de cuisinier. Yvette, née dans la Sarthe voisine, a travaillé dans la charcuterie depuis l’âge de 18 ans. Ils ont exercé plusieurs années sur Paris «  où il y avait toujours la queue ! » et Jean-Jacques souhaitait pouvoir s’installer à la campagne. Écoutons Yvette : « Nous avions un beau-frère qui avait une cave à Saint-Paterne et nous venions le voir de temps en temps. Un jour, nous avons rencontré Maître Biet, le notaire de la commune, qui nous dit qu’il a un commerce à vendre, une ancienne épicerie. Nous visitons et décidons de nous y installer. Quand nous sommes arrivés, en 1988, il y avait encore beaucoup de commerces à Saint-Paterne et il y avait aussi le camping. Les campeurs étaient des habitués qui revenaient tous les ans et qui faisaient travailler les commerçants locaux. Et puis petit à petit, le camping puis plusieurs commerces ont fermé. Alors, nous avons commencé à faire un petit coin épicerie pour dépanner nos clients, puis un rayon boucherie. Et, plus tard, nous avons accepté de faire un dépôt de pain les jours de fermeture de la boulangerie. Face à la concurrence d’Écomarché, ouvert après notre installation, Jean-Jacques, avec sa formation de cuisinier, avait décidé de se lancer en tant que traiteur sur Tours. Et, petit à petit, nous avons été de plus en plus demandés et nos préparations avaient l’assentiment de tous. »

Lancée dans les confidences, Yvette livre une petite anecdote. « Notre boudin a toujours été fait de la même façon. Quand Écomarché fonctionnait, des personnes prenaient leur charcuterie dans la supérette et, à sa fermeture, elles sont venues acheter boudin, rillons, rillettes chez nous en disant qu’elles n’avaient jamais mangé de boudin aussi bon. C’était un bon point pour nous, mais on n’avait rien changé à sa fabrication ! »

Le couple reconnaît que pour réussir dans le métier, d’abord « il faut aimer ce que l’on fait » et surtout, « il ne faut pas compter ses heures ». « Pour nous, la semaine ce n’était pas 35 h mais plutôt le double. »

Yvette et Jean-Jacque Gillot dans leur boutique où le matériel est toujours en place.

Yvette et Jean-Jacque Gillot dans leur boutique où le matériel est toujours en place.

Pendant que Jean-Jacques était à se préparations, Yvette, toujours aimable et souriante, accueillait les clients. Quand il y avait un petit creux, elle s’occupait à la vaisselle, à la préparation de carottes râpées ou autres crudités qui avaient toujours du succès.

Pour faire aimer le métier qui leur tenait tant à cœur, ils ont formé plusieurs apprentis. Beaucoup ont arrêté leur formation avant la fin et actuellement, il n’y en a aucun qui exerce ce métier !

Yvette et Jean-Jacques Gillot auraient bien aimé que leur commerce soit repris. Malheureusement seules 4 personnes sur le territoire français se sont manifestées par téléphone sans résultat. Ils se donnent encore un peu de temps dans l’espoir que quelqu’un d’intéressé se manifeste.

En attendant, ils restent dans leur maison où beaucoup d’activités différentes pourront les occuper. Ils ont un beau terrain et Jean-Jacques va pouvoir s’occuper à l’extérieur, à son rythme et sans contrainte. Yvette doit finir les papiers administratifs concernant sa retraite, faire du rangement… et après que feront-ils ? C’est encore Yvette qui donne la réponse : « Nous avons été 7 ans sans prendre de vacances. Nous avons l’intention de voyager un peu, aller voir nos enfants et petits-enfants qui sont dans la restauration et travaillent beaucoup eux aussi. Nous allons essayer de profiter davantage de la famille et, tout simplement, profiter un peu plus de la vie ! »

Beau programme pour la retraite de ce sympathique couple de commerçants. Alors, si vous connaissez des personnes qui souhaitent s’installer dans un commerce pour prendre la place de M. et Mme Gillot dites-leur ce qu’ils m’ont confié : « Au début, l’acclimatation a été un peu difficile car nous n’étions pas du secteur mais très vite la population nous a fait confiance. » Et, s’ils pouvaient réaliser leur rêve de voir leur commerce continuer à vivre, ils seraient pleinement heureux !

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 13:40

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

SALLE ARMAND MOISANT

NEUVY LE ROI (37370)

 

VENDREDI 12 JANVIER 2018, 18h00

Salle Armand Moisant, rue des prés- Neuvy le Roi

 

La municipalité de Neuvy le Roi vous invite pour

Vœux du Maire & Concert des Swing Gospel Singers

Rendez-vous ce vendredi 12 janvier dès 18h pour les vœux du Maire suivis du concert des Swing Gospel Singers et d'un pot.

Les Swing Gospel emmènent le public sur des rythmes soul R & B, jazz, au son du gospel traditionnel et contemporain.

 

 

Entrée libre. Renseignements et réservation 06.30.42.72.07

 

 

DIMANCHE 21 JANVIER 2018, 17h00

Salle Armand Moisant, rue des prés- Neuvy le Roi

 

Sortie de résidence, Concert de l’Ensemble OzioRegio « La Sorella mi fa fallare »

 

Travail scénique sur de brillants répertoires italiens, La sorella mi fa fallare met en scène les quatre interprètes et la virtuosité italienne (célèbre en cette fin du 17ème siècle dans toute l'Europe !) pour mieux partager ces répertoires avec tous, connaisseurs ou seulement curieux et autres drôles d'oiseaux !Ce projet de création, adaptée au jeune public, est également soutenu par le programme mécénat Société Générale.

Sarah DUBUS, flûtes et cornet à bouquin

Anaëlle BLANC-VERDIN, violon

Jean-Baptiste VALFRE, violoncelle

Mathieu VALFRE, clavecin et orgue

 

Salle Armand Moisant. Tarifs : 12€/ 6€. Renseignements et réservation : 0689873947 anaelle.bv@gmail.comwww.ensembleozioregio.com

Ensemble Ozio Regio

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 10:41

Depuis maintenant 23 ans dont 17 à Saint-Christophe, le club de l’Amitié de Saint-Paterne-Racan invite ses adhérents, sympathisants et amateurs de danse à se retrouver une fois par mois pour un thé dansant. Rolande Girault, présidente du club de l’Amitié saint-paternois, explique : «  Au début, nous organisions nos thés dansants salle Gabriel à Saint-Paterne. Lors de travaux, nous avons été obligés de nous déplacer à Saint-Christophe et depuis ce temps-là, tous les ans nous nous retrouvons une fois par mois, de janvier à mai et en octobre et novembre ici. Les danseurs aiment beaucoup cette salle pour sa grandeur qui permet une belle convivialité. En février, comme nous organisons notre assemblée générale, il n’y a pas de thé dansant. »

Ces après-midi dansants sont l’occasion pour nombre d’habitués de se retrouver. La plupart de ces danseurs vient, non pas comme on pourrait le supposer de Saint-Paterne ou de Saint-Christophe, mais de la Sarthe toute proche et également d’autres communes d’Indre-et-Loire. Pour ce premier thé dansant de cette nouvelle année, ils étaient 230 à esquisser des pas de danse sur un parquet très apprécié. La présidente confie avec un brin de nostalgie : « Au début, il y a eu jusqu’à 460 danseurs. »

Les danseurs se pressent sur le parquet
Les danseurs se pressent sur le parquet
Les danseurs se pressent sur le parquet

Les danseurs se pressent sur le parquet

Rolande Girault s’est lancée à la tête de cette association il y a donc 23 ans. C’était pour elle une nécessité d’avoir une occupation après l’arrêt de son activité sur les marchés. Elle avait besoin de poursuivre les contacts avec les gens, d’organiser des activités. Cela lui prend beaucoup de temps mais elle le fait avec plaisir. « Vous savez, pour mes thés dansants, il faut que je réserve les orchestres et les salles un an avant ! L’orchestre Patrick Caron qui anime notre après-midi, est un fidèle, comme la plupart de ceux qui vont intervenir au cours de l’année. Il y a 15 ans qu’il vient à Saint-Christophe pour notre association. Aujourd’hui, nous avons de la chance, nous profitons d’une salle particulièrement bien décorée. À chaque thé dansant, nous offrons un goûter à nos danseurs. Aujourd’hui, chacun a eu droit à sa part de galette.» Cela fait aussi partie de l’organisation d’un après-midi réussi !

Moment convivial : le goûter offert
Moment convivial : le goûter offert
Moment convivial : le goûter offert

Moment convivial : le goûter offert

« Rolande » comme chacun l’appelle, aimerait bien trouver quelqu’un pour la seconder et pouvoir un jour lui laisser la place mais, il n’y a pas beaucoup de prétendant (e) au titre de président(e) du Club de l’Amitié. En attendant, elle prépare déjà sa saison 2019 et prévoit de faire venir un gros orchestre en juin !

Voici les prochaines manifestations du Club de l’Amitié :

Assemblée générale le 21-02-2018

Repas des Grands-mères le 10-03-2018

Thé dansant le 4-03-2018 avec Bernard Leblanc

Contact et renseignements : Rolande Girault 02 47 29 20 90

Rolande entourée des adhérents de l'association
Rolande entourée des adhérents de l'association
Rolande entourée des adhérents de l'association

Rolande entourée des adhérents de l'association

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 11:04

Avec l’arrivée de l’année 2018, de nouveaux panneaux ont été mis en place sur la commune. Tout d’abord, toujours dans un souci d’améliorer la sécurité aux abords de l’école, les usagers pourront découvrir ce panneau placé de part et d’autre du parking de l’école « Sortie des écoles ».

Sécurisation des sorties d'école
Sécurisation des sorties d'école

Sécurisation des sorties d'école

Puis, pour les habitants du lieu-dit « Les Caves Blanches », la finalisation de la pose du nom de « rue des Caves Blanches » avec indication des numéros accessibles à partir de la rue du Calvaire. Il faut savoir qu’il existait déjà une « Rue des Caves Blanches » qui partait de la place de la mairie et s’arrêtait au numéro 8, le prolongement de cette rue étant un chemin piétonnier qui débouche sur la rue du Calvaire.

Un peu d’histoire

Autrefois, la rue des Rabines n’était qu’un chemin rural, le CR N° 63. Pour aller de l’actuelle rue de la Beauce à la mairie, les personnes et les charrettes empruntaient le CR N° 62 qui passait à flanc de coteau au-dessus des caves et qui existe toujours en parallèle à la rue des Rabines depuis la Massicaudière. Lorsque la circulation s’est densifiée et que les automobiles ont remplacé les véhicules hippomobiles, la rue des Rabines ou CR N° 63 a alors été élargie et le CR 62 laissé à l’état de chemin piétonnier. Lors de la création du lotissement « La Croix Papillon », dans les années 1980, la partie du chemin situé sous le lotissement a été élargie et goudronnée afin de faciliter la récupération des eaux usées des nouvelles habitations. Elle constitue aujourd’hui ce prolongement de la « Rue des Caves Blanches ». Les habitations situées le long de cette voie nouvelle seront numérotées de 10 à 20 en prolongement de la rue des Caves Blanches déjà existante.

Bruno Choisnet et Joël Sionneau posent le panneau de la Rue des Caves Blanches
Bruno Choisnet et Joël Sionneau posent le panneau de la Rue des Caves Blanches

Bruno Choisnet et Joël Sionneau posent le panneau de la Rue des Caves Blanches

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages