Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 13:36
Les élus et porteurs du projet posent devant le bâtiment en restauration avec, en fond, la collégiale.

Les élus et porteurs du projet posent devant le bâtiment en restauration avec, en fond, la collégiale.

Le Pays Loire Nature a engagé sur le territoire une démarche dynamique pour l’utilisation de matériaux biosourcés dans la rénovation de bâtiments. Cette démarche vise à la création d’une filière locale de ce type de matériaux.

Plusieurs collectivités locales se sont lancées dans cette démarche et, la commune de Bueil-en-Touraine a donc fait le choix d’une rénovation respectueuse de l’environnement et aux performances éco-énergétiques pour sa maison du charron. Pour obtenir les subventions nécessaires à la mise en route des travaux, le projet de rénovation énergétique devait permettre d’atteindre la classe énergétique C ce qui, pour du bâti ancien s’avère assez ambitieux. De plus, si une certaine quantité de matériaux biosourcés est utilisée, le porteur de projet peut bénéficier d’une bonification de subventions.

La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales
La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales

La maison du charron apparaît à gauche sur ces deux cartes postales

Rémi Tondereau, le maire, a expliqué pourquoi un tel nom pour cette maison datant du XVe siècle et a donné quelques renseignements concernant le bâtiment : « Cet ancien manoir fut construit à la même époque que l‘église paroissiale. Au XIXe siècle, une partie fut enlevée pour pouvoir élargir la rue. Dernièrement, il est resté inoccupé pendant plus de 40 ans et s’est dégradé. Aussi, lors de l’aménagement de la carte communale, la mairie avait décidé de préempter le bâtiment en cas de vente. C’est ce qui a pu se faire il y a deux ans. Le dernier habitant était un charron qui avait son atelier en bas. De là vient le nom que l’on a donné à la maison. Notre but, c’est de conserver un atelier au rez-de-chaussée et un logement à l’étage. Les aides apportées par la Région incitent à utiliser des matériaux biosourcés tels que la chaux, le chanvre, le liège, la laine de bois,… C’est donc la raison pour laquelle nous avons fait ce choix qui rejoint la politique que nous menons sur notre lotissement du Cormier. »

Pour aider au financement des travaux, la commune s’est rapprochée de la Fondation de France et a lancé une souscription. Débutée en 2016, la rénovation est déjà bien avancée.

Cette maison se présente comme un logis rectangulaire avec une tour-escalier polygonale en demi-hors-œuvre constituant son entrée principale desservant les deux niveaux. Au cours des âges, ce bâtiment fut tronqué en hauteur, en largeur et par rapport au sous-sol et fut divisé en deux parcelles. Malgré un état de délabrement important tant extérieur qu’intérieur, la maison a conservé d’intéressants éléments de décoration : quelques restes de joints peints en blanc sur fond ocre, des meneaux aux fenêtres des façades, une belle cheminée,… et une très belle charpente qui vient d’être restaurée et réutilisée au mieux.

Un aperçu de la rénovation en cours
Un aperçu de la rénovation en cours
Un aperçu de la rénovation en cours

Un aperçu de la rénovation en cours

Dans la rénovation, il était convenu de conserver au rez-de-chaussée un espace libre en respectant les parois de l’ancien bâtiment du XVIe siècle alors qu’à l’étage, le plan restait libre pour une utilisation future. La question qui s’est posée était : « Faut-il isoler totalement ou trouver un compromis pour mettre en valeur le bâti ancien ? Pour l’étage, c’est le choix d’une isolation totale qui a été retenu. Au rez-de-chaussée, pour mettre en valeur les éléments patrimoniaux, un enduit chaux-paille qui permet une amélioration d’un point de vue thermique a été plébiscité mais, au départ, la Région n’en voulait pas ! Heureusement, ce choix a été validé par la suite. Une restauration complète des façades a permis de redonner à la maison l’aspect qu’elle avait en 1888, après l’élargissement de la route et de mettre en valeur le maximum d’éléments architecturaux anciens. À l’intérieur, un plancher mixte ossature bois et béton lié à l’ossature permet une bonne gestion de l’acoustique, de la résistance au feu et crée une ceinture qui maintient le bâtiment. Pour ce travail, il y a eu une bonne coordination entre les entreprises de charpente et de maçonnerie. Au niveau du plancher bas, il a fallu gérer le problème de l’hygrométrie ce qui a conduit à la mise en place d’un dallage sur terre-plein avec isolation liège expansé plus plancher chauffant électrique car il n’y a pas d’espace suffisant pour du stockage que ce soit une pompe à chaleur ou des granulés bois. Énergio a fait les études thermiques pour que l’on arrive au but recherché, être en classe énergie C, » expliqua le représentant d’Envirobat Centre.

Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café
Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café

Les visiteurs pendant les présentations dans la salle du café

Pour assister à cette intéressante présentation, une trentaine de personnes s’était rassemblée dans la salle du café-épicerie où un café et des petits gâteaux étaient offerts par la municipalité. Outre les élus des différentes collectivités intéressées par ce projet s’intégrant parfaitement à l’Agenda 21 et au développement durable, les artisans impliqués dans ce chantier, les architectes et les souscripteurs soucieux de la préservation de l’environnement dans la rénovation du patrimoine bâti, on trouvait des artisans ou anciens artisans s’intéressant à ces techniques mais aussi des particuliers assez sensibles à l’utilisation de ces nouveaux matériaux.

À l'intérieur de la maison du charron
À l'intérieur de la maison du charron

À l'intérieur de la maison du charron

Nicolas Thépaut de l'ALE37 donne quelques explications concernant le plafond

Nicolas Thépaut de l'ALE37 donne quelques explications concernant le plafond

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale environnement
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 15:53
Vernissage de l'exposition photos au multimédia de Saint-Paterne-Racan

Vernissage le vendredi 28 avril à 18h30 à l’Espace multimédia 10 rue des coteaux à Saint Paterne Racan.

 

HOMMES ET FEMMES DE SAVOIR FAIRE

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE. Anne Piégu, Auteur Photographe

Du 15 Avril au 30 Juin 2017, à l’ Espace Multimédia de St Paterne Racan.

 

 

‘’Je suis allée à leur rencontre… 20 personnalités, 20 métiers, 20 savoir-faire.Des personnalités toutes différentes ancrées dans leur paysage, animées par leur passion, leurs histoires de vies...

Ils sont le tissu social de nos paysages ruraux.‘’

Ils sont le tissu social de nos paysages ruraux

20 portraits d’auteur pour raconter leur parcours professionnel, et leur univers.

 

Une commande photographique pour la communauté de communes Pays de Racan.

Installation de l'exposition par Anne Piégu, photographe, et Ludovic Gaignard, responsable du multimédia

Installation de l'exposition par Anne Piégu, photographe, et Ludovic Gaignard, responsable du multimédia

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans exposition
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 08:08

Mercredi dernier, Brigitte Dupuis et Jean-Pierre Gascher étaient les invités de Jacky Orgeur, président de l’association des Amis de la Vallée de l’Escotais. Le but de cette journée était de leur faire découvrir l’ensemble de ce qui fait la richesse du territoire. « J’ai voulu qu’ils s’imprègnent vraiment de la qualité et de la quantité de nos acteurs locaux, de nos richesses patrimoniales et culturelles présentes sur l’ensemble du territoire» confia Jacky Orgeur.

Tout d’abord, il les convia à la visite du chalet situé à La Roche-Racan, l’un des points info du Pays de Racan.

Visite de courtoisie des conseillers départementaux au Pays de Racan
Visite de courtoisie des conseillers départementaux au Pays de Racan

Puis, au menu de la matinée, plusieurs activités étaient prévues :

  • Rencontre avec l’entreprise Métal 2000 sur la zone artisanale communautaire du Vigneau

Prestataire de service, cette société est en activité depuis plus de 20 ans. Elle effectue des travaux de tôlerie fine de précision en acier, inox et aluminium, et de tôlerie industrielle, réalise le découpage par laser, le pliage, le poinçonnage et le cisaillage CN. Elle propose aussi la réalisation de toutes soudures.

  • Son activité est classée dans la catégorie Énergie/Environnement : Production d'électricité, de chaleur à partir de ressources renouvelables, transformation de substrats de l'agriculture. Son objectif est de transformer des déchets organiques dans des digesteurs afin de récupérer le gaz produit (du méthane) et de s’en servir pour entraîner une génératrice et faire de l’électricité. Grâce à ce dispositif, l’usine de champignons toute proche en bénéficie pour son chauffage.

  • La champignonnière de Gérard Monoury

  • Après avoir, durant plusieurs années, utilisé les caves de Carême Prenant, M. Monoury a choisi en février 2006, de faire pousser ses champignons de Paris dans cette nouvelle structure où ils poussent en atmosphère contrôlée.

  • La rencontre avec Thierry Moisy

  • Il y a une quinzaine d'années, Thierry Moisy a repris la gestion de l'exploitation agricole familiale située à « La Racotterie », à Saint-Paterne-Racan, à la suite de ses parents. Produisant principalement des pommes et des céréales au départ, il a récemment décidé de se diversifier en intégrant de nouvelles cultures comme les noix, les poires et des légumes.

    Récemment, le producteur a démarré un magasin qui sera ouvert… sept jours sur sept et 24 heures sur 24. Ceci 'est possible grâce un système de distribution automatique par casiers avec un mode de paiement par carte bancaire. Dans un premier temps, les produits proposés seront des pommes et des jus de pommes.

Visite de courtoisie des conseillers départementaux au Pays de Racan
Visite de courtoisie des conseillers départementaux au Pays de Racan
Visite de courtoisie des conseillers départementaux au Pays de Racan

Après une matinée bien remplie et un bon déjeuner à base de produits locaux à l’Auberge de l’Escotais, c’est au château de la Roche-Racan, berceau du poète cher au cœur des habitants du territoire, que ces élus ont poursuivi leur découverte du Pays de Racan avec son côté un peu plus axé sur le tourisme.

  • Rencontre avec M. et Mme Lapeyre, propriétaires du château

Cet édifice, classé depuis 1947, fut construit au XVIIe siècle par le poète, sur un ancien château féodal. Les propriétaires, souhaitant faire découvrir cette région, viennent d’ouvrir 3 gîtes, dans les bâtiments de la ferme du château. Ce qu’ils souhaitent, c’est que leurs hôtes apprécient l’ensemble de ce qui fait le charme du territoire : ses paysages, ses monuments mais aussi ses produits locaux.

  • Poursuite du parcours touristique avec la Clarté-Dieu

Patrick et Julitta Moussette leur ont parlé avec passion de cette abbaye cistercienne du XIIIe siècle, classée depuis peu, et qu’ils restaurent avec amour depuis déjà quelques années.

  • Visite du gîte de la Chaponnerie, chez M. Didier Savard à Neuillé-Pont-Pierre.
Visite de courtoisie des conseillers départementaux au Pays de Racan
Visite de courtoisie des conseillers départementaux au Pays de Racan

Après toutes ces visites très enrichissantes, Jean-Pierre Gascher s’adressa à Jacky Orgeur en ces termes : « L’AVE est une chance pour ce territoire qu’elle met en valeur sous toutes ses formes. » Le président lui répondit : « L’association accompagne certains artisans et producteurs locaux lorsqu’ils adhèrent à l’AVE. De plus, ils doivent faire apparaître en toutes lettres sur leurs produits les termes « Pays de Racan ». Ils bénéficient alors des supports de communication de l’AVE en sachant que notre site reçoit environ 600 visites par jour. »

Avant que chacun ne reparte vers sa demeure, Jacky Orgeur leur rappela : « Cette année nous fêterons la dixième édition des « Journées en Pays de Racan ». Sur les deux jours, les 23 et 24 septembre prochains, au château de Fontenailles à Louestault, nous espérons atteindre les 6 000 visiteurs.»

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans économie locale
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 17:27

            Tiffany, Hugo, Loïc, Jimmy, Iris, Alexandre, Nino, Bradley, Saïlaince, Rodolphe, Matthieu et Dylan ont retroussé les manches pour nettoyer leur futur local.        

Suite à la réunion avec les élus de la semaine dernière, un groupe d'adolescents armés de pelle, balai, éponges, karcher, a, sous la conduite d'Emmanuelle Hocdé et de Thierry Hervet-Garcia, commencé le nettoyage du local de l'entrée.

Prochaine étape : la peinture !        

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans environnement
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 11:55

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans contes
commenter cet article
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 08:14

 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans sport
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 14:25
L'architecte à gauche explique la construction en ossature bois et isolation paille

L'architecte à gauche explique la construction en ossature bois et isolation paille

Il y a quelques temps, la municipalité de Bueil-en-Touraine avait pris la décision de lancer la construction d’un éco-quartier au lieu-dit « le Cormier ». Mais, comme le précise Rémi Tondereau, maire de la commune : « Nous avons perdu beaucoup de temps à cause d’un constructeur qui nous proposait des maisons en forme de cube, projet qui a été refusé par l’architecte des bâtiments de France à cause de la présence de notre collégiale. a fallu monter un nouveau projet avec des maisons classiques en utilisant la paille comme isolant. » Ce nouveau projet a reçu l’aval des ABF et, en attendant la vente de lots à des particuliers, la municipalité a décidé de construire 2 logements sociaux, un T3 de 66 m2 en rez-de-chaussée et un T4 de 80 m2 avec étage. Le maire explique : «Nous avons fait le choix d’une construction avec des matériaux bio-sourcés dans le cadre de l’aménagement de notre éco-quartier. Le but est de louer ces 2 maisons labellisées PMR (Personnes à mobilité réduite) ».

Il y a quelques jours, la construction a débuté avec l’entreprise Isopaille de Cherré (72). L’entrepreneur explique : « Nous sommes arrivés ce matin et cet après-midi les murs sont montés. Le travail a été préparé en amont par 3 ouvriers, demain nous terminons par le plancher de l’étage et la structure de la toiture. Pour une maison de plain-pied, on peut arriver à être hors d’eau et hors d’air en moins d’une semaine ».

Une construction écologique raisonnée

Dans ce type de construction, les réalisations techniques sont simples, « lo-tech » avec une VMC à simple flux. Des capteurs solaires placés sur le toit au sud et reliés à des ballons d’eau chaude qui alimentent environ la moitié de la production annuelle, assurent la production d’eau chaude, avec un apport électrique pour permettre le complément. Ces maisons bioclimatiques ont un maximum d’ouvertures au midi, ce qui fait que le budget chauffage assuré par un poêle à granulés ne dépasse pas 100 euros par an. Les murs ont 45 cm d’épaisseur avec 35 cm en isolation paille. Ces constructions bénéficient d’une haute résistance thermique. Comme pour les maisons anciennes, la paille fonctionne avec un déphasage de 8 h, ce qui permet de ne pas avoir trop chaud dans la journée l’été. Les murs, sols et plafonds sont isolés, ils absorbent la chaleur et la restituent, l’aération est possible. Yvana Rho, l’architecte mandatée par la municipalité pour ce chantier, est spécialisée en construction écologique raisonnée, elle précise : « Ce type de maison existe depuis longtemps, la plus vieille est centenaire. Le gros point positif, c’est que les frais de chauffage et d’eau chaude sont minimisés et c’est un vrai confort grâce à l’optimisation de l’orientation et des plaques solaires ».

« Je suis allée dans une maison isolée paille avec ossature bois en plein hiver alors que dehors il gelait, à l’intérieur, on était très bien, le poêle à granulés ne fonctionnait même pas » a fait remarquer une habitante du village lors de la visite du chantier.

Les prochains travaux, pose des huisseries, de la couverture et aménagements intérieurs se poursuivront avec des artisans locaux. Ces deux maisons seront disponibles à la location pour la rentrée scolaire prochaine.

Contact mairie au 02-47-24- 44-06 ou « bueil.mairie@wanadoo.fr » Site : www.bueilentouraine.com

Contact architecte : tel : 06-03-41-82-86 ou « ivana.rho@au-d.fr » Site : www.au-d.fr

 

Un aperçu des 2 logements terminés

Un aperçu des 2 logements terminés

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans Vie locale environnement
commenter cet article
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 09:08

Dans le cadre de la convention « Energie collective 2017 », signée entre la Communauté de Communes Gâtine et Choisilles-Pays de Racan et l’Agence Locale de l’Energie d’Indre et Loire (ALE37), un cycle d’animations sur les économies d’énergie est proposé aux habitants du territoire. Après la balade thermographique, début février 2017, sur la commune de Neuvy-le-Roi, l’animation portait cette fois sur la rénovation thermique d’une maison individuelle construite dans les années 1970-1980.

M. Le Bail Alexandre, conseiller info-énergie ALE 37, anima cette réunion à laquelle participaient MM. Michel Jolivet, maire de Neuillé-Pont-Pierre, Éric Lapleau, vice-président de la CCGCPR, chargé de l’Agenda 21, du développement durable et des rivières, Baptiste Mennesson, chargé de mission Agenda 21 et développement durable, ainsi que quelques particuliers intéressés par le sujet pour leur propre maison.

M. Le Bail précisa le rôle de l’ALE 37 auprès des particuliers qui peuvent consulter cet organisme sur la rénovation à apporter à leurs bâtiments. « La consultation est gratuite, neutre et indépendante sur la maîtrise de l’énergie. »

Concernant la rénovation d’une maison, il faut d’abord examiner plusieurs éléments de réflexion : connaître le coefficient de conductivité thermique, l’étanchéité à l’air et les ponts thermiques, les zones de faiblesse de l’isolation. La question de révision du chauffage ne peut intervenir qu’après avoir repris l’isolation.

Les études montrent les principales sources de déperdition d'énergie et la maquette propose diverses solutions pour y remédier.

Différents types d’isolation

Isolation thermique par l’extérieur en rehaussant la toiture, par application de panneaux de laine de bois sur les murs, en posant des volets roulants.

Isolation thermique par l’intérieur en isolant le plafond du sous-sol (si sous-sol existant), les murs si on ne peut pas isoler par l’extérieur.

Pour réduire les pertes par les parois, il existe un vaste choix d’isolants. La qualité du vitrage est importante, de même que celle du sol qui peuvent représenter des parois froides entraînant une sensation de froid.

Cette isolation réalisée, pour ceux qui ont une chaudière, prévoir de la renouveler pour l’adapter à ce nouvel habitat.

Un conseil donné par Alexandre Le Bail : « Pensez à nettoyer votre ventilation tous les 2 ou 3 ans pour éviter des pertes par infiltrations et renouvellement de l’air. »

Les travaux d’isolation peuvent être éligibles à un éco-prêt à taux zéro, un crédit d’impôt, des aides de l’Anah et des fournisseurs d’énergie.

Malgré une faible participation du public, cette réunion a apporté des éléments intéressants pour envisager une éventuelle rénovation thermique de leur maison.

Prochaines animations gratuites et ouvertes à tous

Soirée « Tu Perds Watts » : Jeudi 27 avril à 20h au Foyer Bois Soleil (EHPAD), à Chemillé-sur-Dême.

Soirée jeu « Qui veut gagner des watts ? » : Mercredi 17 mai à 20h à la Maison Familiale Rurale (MFR), Neuvy-le-Roi

Théâtre forum par le Barroco Théâtre sur les économies d’énergies : Samedi 8 juillet, après midi, à l’Espace Naturel Sensible des Rouchoux (entre la RD959 et la RD48, en face de la zone artisanale du Pilori) à Semblançay.

Contact :

Agence Locale de l’Énergie d’Indre-et-Loire (ALE 37)- Espace Info-Énergie

34 place de la préfecture 37 000 Tours

Tél : 02 47 60 90 70

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans environnement
commenter cet article
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 15:06

 

Rappelez-vous, au tout début du mois d'avril, le 1er je crois, ce panneau avait fait son apparition dans la rue des Rabines au niveau des Caves Blanches. Mais, finalement, il n'y a plus de vaches qui traversent la chaussée dans ce secteur.

Les nouveaux panneaux "stop" rue des Rabines.
Les nouveaux panneaux "stop" rue des Rabines.

Les nouveaux panneaux "stop" rue des Rabines.

Aussi, le panneau a été remplacé par ceux-ci !

Combien de véhicules par jour sur cette voie ? Les riverains demandeurs (étaient-ils plusieurs), nous qui l'empruntons chaque jour n'avons pas été consultés, pourront plus facilement les comptabiliser à chaque arrêt...

La sécurité donnant priorité aux voies très secondaires, voire à une impasse, est-ce très logique ? Des questions qui mériteraient des explications....Pourquoi pas lors d'une réunion publique ?

Repost 0
Published by ROYER Monique
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 08:37
Un public très intéressé par le sujet
Un public très intéressé par le sujet

Un public très intéressé par le sujet

Pour la troisième année, la Direction déléguée du livre et de la lecture publique de Touraine, proposait en partenariat avec les bibliothèques d’Indre-et-Loire, un cycle d’animations gratuites autour d’un sujet propice aux échanges : l’exil. La bibliothèque de Saint-Paterne a souhaité s’associer à ce projet et, son animatrice, Nicole Milon, a concocté une soirée en trois parties : des lectures en partenariat avec la maison des écritures de Neuvy-le-Roi, le récit du parcours d’un exilé vivant sur la commune et pour terminer, la présentation de l’association « Familles solidaires de Touraine ».

Lecture de textes d'Ahmed Kalouaz

Lecture de textes d'Ahmed Kalouaz

Lectures avec la MDE

La lectrice a choisi de présenter quelques pages d’un livre d’Ahmed Kalouaz, racontant la vie de son père, vie qui fait écho à celle de nombreux Algériens. Cet auteur est né en 1952 à Arzew en Algérie. Quelques mois plus tard, sa famille s'installe en France où le père travaille déjà. Du parcours d'Ahmed Kalouaz, on ne sait pas grand chose sinon ce qu'il en dit lui même : "Cette vie avance, et un jour on se dit que l'on écrit. Et puis par hasard, cela intéresse deux ou trois personnes, un cercle d'initiés, ça donne du plaisir ou de l'émotion.  On écrit, mais il est aussi important de respirer, de courir ou d'aimer. Il paraît que de tant marcher et tant aimer naissent les livres. Ils naissent alors, mais on avait oublié que le plus important pour un livre, c'est de vivre". Il sera en résidence à la Maison des écritures en septembre.

Les déboires avec l'informatique
Les déboires avec l'informatique

Les déboires avec l'informatique

Le parcours de Thomas Teclu

Thomas Teclu avait préparé un support informatique pour relater son histoire mais, malheureusement il n’a pu l’utiliser faute de compatibilité entre les supports malgré plusieurs essais.

La carte de cette région d'Afrique

C’est donc face au public venu nombreux qu’il raconta son passionnant parcours.

Thomas Teclu est né en 1956, à Asmara en Érythrée, sous le régime éthiopien de l’empereur Hailé Sélassié. À 16 ans, il arrête ses études et part rejoindre un groupe de rebelles du FLE (front de libération de l’Érythrée) créé en 1961 mais qui a vu apparaître une scission dans les années 1970 : le FLE d’un côté et le Front Populaire de Libération de l’Erythrée (FPLE), groupe laïc et de tendance marxiste dirigé par Issayas Afeworki, que Thomas Teclu rejoindra par la suite. Ne supportant pas la dictature, il quitte son pays à l’âge de 17 ans, passe par le Soudan où il fait une demande d’asile et se retrouve dans un camp avec des prisonniers du FLE. En novembre 1981, plusieurs prisonniers ayant été exécutés dans la nuit, il décide de s’évader avec 4 personnes. Ils rencontrent des Soudanais « bien placés » et obtiennent une carte d’identité qui leur permet de travailler pendant 4 ans.

Renonçant au support informatique, M. Teclu utilise son document papier
Renonçant au support informatique, M. Teclu utilise son document papier
Renonçant au support informatique, M. Teclu utilise son document papier

Renonçant au support informatique, M. Teclu utilise son document papier

Mais le Soudan devient instable aussi, il cherche à obtenir des visas pour l’Europe. Il achète un faux passeport éthiopien et des visas pour l’Allemagne et la France. Il embarque pour Le Caire où il passe 8 jours puis pour Francfort mais son visa est périmé, les Allemands veulent le renvoyer et le remettent dans l’avion. Heureusement son visa pour la France était encore valide et, la police française mise au courant est venue l’interroger. C’était les 14 et 15 août 1985. Il s’est expliqué et a obtenu une réponse favorable du ministère de l’Intérieur. Il a d’abord été accueilli dans un foyer à la Défense avant d’être envoyé à Alençon pour 6 mois. Il a commencé à apprendre le français, puis ce fut Tours où il continua son apprentissage de la langue pendant 3 mois à l’Institut et passa 9 mois à la fédération des Compagnons où il apprit la taille de pierre et fut ensuite embauché dans l’entreprise Baillereau (1er avril 1988) où il devint responsable de chantier. Entretemps, il a vécu un vrai cauchemar. Le 11 février 1986, on lui donna un mois pour quitter le pays. Il fit un recours auprès du préfet, obtint le secours de ses amis, de son employeur, d’associations et de la mairie de Fondettes. Finalement le préfet accepta qu’il reste comme émigré car, comme il l’a répété : « Si l’on me renvoie dans mon pays, je suis mort ! »

Tout en travaillant, il a repris des études au lycée Chaptal de Tours et à la faculté catholique de Lille. Maintenant il est responsable de chantier pour le groupe Eiffage. Il a voulu obtenir la nationalité française, mais cela n'a pas été facile, en effet il lui fallait un extrait de naissance, mais comme il a fui son pays il ne pouvait pas l'obtenir. Alors il a fait plusieurs fois les démarches grâce au soutien de son employeur, d'amis et d'associations. Il a pu enfin obtenir la nationalité Française en 2004. Il a toujours travaillé et payé son loyer, et pense que « c'est à moi de m'intégrer et non pas d'attendre des aides, il faut aller vers les gens». Ce qu’il a su faire depuis qu’il est installé avec sa famille à Saint-Paterne où ils sont bien appréciés. Il a toujours de la famille en Érythrée avec qui il a des contacts, mais malheureusement ses quatre enfants ne connaissent pas son pays d'origine. Il souhaite pouvoir un jour le leur faire découvrir, mais actuellement ce serait trop dangereux. Pour lui « c'est une chance de vivre en France, et heureusement, j’ai toujours été en bonne santé ».

Les représentantes de Familles solidaires face au public

Les représentantes de Familles solidaires face au public

Familles solidaires

Enfin Mme Marie Bachelet, éducatrice spécialisée au sein de l'association familles solidaires ainsi qu'une jeune fille en service civique présentèrent l'association qui œuvre en Indre-et-Loire. Cette association recherche des familles pouvant accueillir des réfugiés afin de faciliter leur intégration.

Mme Bachelet rappelle que, depuis soixante-dix ans, l’association propose « un accueil inconditionnel de tous ceux qui se trouvent en situation de fragilité».

Ensuite il y eut des échanges avec le public conquis et impressionné par le parcours et le courage de Monsieur Teclu. Une soirée qui peut, espérons-le, changer le regard de certains sur toutes ces personnes qui ont fui leur pays pour des causes très diverses mais jamais par plaisir !


 

Repost 0
Published by ROYER Monique - dans solidarité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ROYER Monique
  • Le blog de ROYER Monique
  • : L'actualité communale de St Christophe et des communes environnantes. La vie des associations par leurs manifestations. Et la description de mes coups de cœur.
  • Contact

Profil

  • ROYER Monique
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.
  • Retraitée de l'Éducation Nationale, restée très active, aime parler et faire parler de ma commune de résidence et faire partager mes diverses découvertes.

Présentation du village

Bienvenue à Saint-Christophe-sur-le-Nais

L'histoire de St Christophe commence aux environs de l'an mil. A cette époque, les seigneurs d'Alluye y établissent une forteresse (motte féodale) visible dans l'enceinte du cimetière. Au XIe ou XIIe siècle, un donjon en pierres est alors construit et ses ruines témoignent de l'histoire du village.

 

Ce dépliant, disponible en mairie, permet de visiter la cité et de découvrir le riche passé de notre commune.
Ci-dessous, le coeur du village, la place Jehan d'Alluye.
 


Si vous souhaitez me contacter, voir sur la colonne de droite, le point contact qui nous permettra de communiquer.

Recherche

Pages